La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 13 décembre 2012 | Mise en ligne à 22h40 | Commenter Commentaires (21)

    Le panier de Noël de la bonne conscience

    Bon, c’est assez. Assez de drames pour moi cette semaine. Revenons à nos moutons et autres obligations familiales plus terre à terre. Et chez nous comme chez vous, j’imagine, la routine continue. L’école, les devoirs, et … ces jours-ci : le panier de Noël.

    Je reviens justement de l’épicerie avec mes filles, avec en main la fameuse liste de trucs à acheter pour les familles jumelées à leurs classes (c’est comme ça que ça marche chez nous: chaque classe est jumelée à une famille dans le besoin, que l’on “gâte” comme on peut à Noël).

    Mais chaque année, c’est la même chose: mes filles ne veulent offrir que des gâteries, mélanges à gâteaux, biscuits, chips, et, allez savoir pourquoi, des brosses à dents (elles ont une fixation là-dessus). Et chaque année, je finis par céder, parce que oui, c’est Noël, on ne va tout de même pas leur offrir des pâtes au blé entier, que diable!

    Et bien …. si, c’est pourtant ce que ma conscience, et plusieurs nutritionnistes suggèrent. Dans cet article publié récemment, plusieurs observateurs dénoncent justement ces dons de malbouffe à Noël. Parce que c’est clair, ce dont manquent les personnes démunies, ça n’est pas de croustilles ou de gâteaux, mais bien d’aliments sains.

    Alors je vous pose la question: comment vous conjuguez le tout, festif et santé, dans votre panier de Noël, vous? Parce que je me doute bien que les brosses à dents, ça ne suffit pas…


    • une cane de petit pois un gâteu choix du président aux truffes

    • Je ne comprends pas votre question… ou j’ai peur de comprendre. Voulez-vous dire que ce sont vos filles, de quel âge au juste?, qui décident ce qui doit aller dans un panier de Noël? Sont-elles assez vieilles pour connaître les valeurs nutritionnelles des aliments? Si la réponse est non, que diriez-vous de choisir à leur place? En un mot comme en mille, que diriez-vous de jouer à la mère?

    • C’est un exercice très intéressant pour les enfants, car ainsi, il participe à une activité qui leur fait oublier un instant qu’ils ne sont que des enfants. Je les laisserais choisir librement chacun le 1/4 des aliments et le parent l’autre 1/2. Et je filmerais ces moments de leur enfance qu’elles n’oublieront jamais.
      Oui, les enfants ont ceci de merveilleux qu’ils nous ramènent dans la réalité, leur réalité, et c’est très rafraîchissant. De mon côté, j’ai offert à un ami d’acheter moitié-moitié un piano pour sa fille (chacun $500.00). Or, elle en a déjà un. Je vais donner à ma blonde actuelle un ordinateur que j’ai bâti pour elle. C’est un cadeau de $1000.00. J’aime donner des cadeaux qui ont une vocation utilitaire pendant longtemps. C’est pour ça que je ne donne rien aux différentes guignolées. C’est temporaire sur toute la ligne et on ne sait pas où va l’argent et c’est trop impersonnel. Gratuitement, je pourrais donner une formation (nutrition et techniques énergétiques) à un groupe de femmes atteintes du cancer du sein, mais, vu que la business de la santé est très agressive, mélangée à un système de justice aléatoire et imprévisible (subitement, le juge décide que c’est lui-même qui écrit la Loi, et que celle-ci lui vient directement de Dieu), je préfère ne rien faire.

    • Très utiles les brosses à dents après avoir vidé des sacs de chips,
      des boites de biscuits et bu deux litres de boisson gazeuse…

      C’est vrai que des *cannes* de poisson, de fruits et de légumes,
      empilées dans une boite sur une grosse poche de riz de 10 kilos,
      ça fait pas très *Nouwel* mais ça nourrit sa gang pour un p’tit bout de temps!

      La grosse tablette de chocolat Toblerone est optionnelle
      mais Ho!Ho!ho! combien appréciée…

    • En effet, ça me pose à chaque fois un cas de conscience. Alors, j’essaie de me mettre dans les souliers d’une famille démunie et je me demande ce qui m’aiderait à cuisiner d’abord un repas de Noël, nutritif et festif à mes enfants et ensuite pour le quotidien. Voici ce que j’ai trouvé avec les années: jambon en boîte, lait Grand-Pré, pâtes alimentaires, sauce tomate et viande, enveloppe de soupe Knorr, pommes de terre déshydratées et légumes variés en boîte, lait condensé, bouillons de viandes et de légumes, riz, couscous, légumineuses en sac, confiture, beurre d’arachides, muesli, huile de canola, épices et fines herbes, condiments, sel, poivre, farine, sucre, cacao, vanille, fécule de maïs, bicarbonate de soude, poudre à pâte, sirop d’érable, miel, chapelure de biscuits, fruits séchés, noix, jus de citron, jus à boire, fruits en conserve, ail en pot, poissons en conserve, et si les enfants y tiennent vraiment, une brosse à dents.
      Je pense que si je recevais un tel panier de Noël, je serais en mesure de me procurer des denrées périssables pour le compléter.

    • Je me suis posée la même question il y a plusieurs années. Je me disais que recevoir des ”cannes” de maïs et de macédoine à la tonne devait être lassant à la longue. J’achetais toujours un sac de chips ou du chocolat pour compléter, pour ma conscience d’être plate.

      Un jour, Je fais l’épicerie avec mes 2 gars et je leur dit d’aller se chercher un item chacun qu’ils veulent vraiment mettre dans le panier de Noël. Mon plus jeune m’est arrivé avec une bouteille de savon pour le bain du film Scooby-Doo. J’ai trouvé que c’était une bonne idée. Pour mon fils, c’était le luxe suprême. Je me suis dit que pour n’importe quel enfant c’est effectivement un luxe, une gâterie.

      Depuis, j’achète quelques ”cannes”, des céréales pour bébé de type Melupa car on doit juste ajouter de l’eau, les protéines sont déjà là. Pour le luxe, j’ajoute une crème pour le corps (type Aveeno) vendue en épicerie et j’ajoute toujours une de ces bouteille de bain moussant pour enfant. Je complète en vidant mes armoires des produits promotionnels que donne une certaine épicerie, produit que j’ai en quantité considérable (genre Windex).

      Non, je n’achète plus de chocolat ni de chips, de toute façon il y en a déjà beaucoup dans le panier. Et comme pour notre épicerie, l’important est l’équilibre du tout.

    • Mon équipe au boulot a pris l’habitude de prendre une famille pour Noël. Tout y passe: vêtements, jouets, sapin décoré et bien entendu, bouffe.

      Nous essayons de nous mettre à la place de la famille et de nous imaginer que c’est de notre Noël à nous dont il s’agit. La liste comprend donc des aliments sains, mais comme les Fêtes chez nous incluent les “tuques” au chocolat, le seau de bonbons multicolores, la bûche, le sucre à la crème, les tartes, les gâteaux, nous nous en assurons qu’il y en a aussi.

      Ce n’est vraiment pas le moment de faire la police de la nourriture. Un panier de Noël qui aurait juste du brocoli dedans, ce n’est pas attirant, ce n’est pas Noël. Un panier juste de chips, ce n’est pas intelligent non plus. Les autres aussi peuvent avoir envie de dinde et d’atocas!

      Comble de la décadence, nous incluons aussi UNE bouteille de vin pour les parents. L’horreur quoi!

      Nous sommes une grande équipe et nous pouvons monter notre panier à partir d’une liste, je comprends que les bénévoles doivent faire avec ce qu’ils ont dans les banques alimentaires. Mais on lâche un peu les baskets dans le temps des Fêtes? À eux d’équilibrer le tout. La bonne nourriture est bonne pour le corps, les cochonneries en quantité modérée sont bonnes pour l’âme.

    • Comme il faut donner des denrées non périssables, on devient vite limité sur le côté sain! Oui il y a différentes catégories de biscuits! Mais ce n’est pas l’équivalent de légumes frais! Et je crois que la majorité du monde donne ce qui se trouve déjà dans leurs armoires plutôt que d’aller à l’épicerie.

      J’essaie de donnes des trucs relativement sains qui peuvent bien se manger comme ça ou entrer dans la préparation d’un repas! Comme des cannes de tomates et tous ses dérivés (soupe, pâte, jus…) Jus de légumes (réduit en sodium). De la soupe de céleri ou de champignon… du thon… des fruits en conserve (sans sucre), du beurre d’arachide (qui est de plus en plus cher!)…

      Ou encore des aliments de base: farine, sucre, cassonade…

      Ou bien des aliments de base secs: différentes légumineuses, riz, couscous… (malgré que pour les légumineuses je ne sais pas si c’est apprécié…) On peut en faire tellement de recettes!

      J’essaie d’éviter ce que je sais pertinemment qui n’est pas bon pour la santé. On a beau dire que la malbouffe ne coute pas cher… c’est drôle mais ce n’est pas mon impression. Au prix du sac de chip, j’ai un sac de légumineuses sèches… on s’entend tu qu’on peut faire pas mal plus de repas avec des lentilles qu’avec un sac de chips?!?

      Je crois qu’on veut surtout faire “plaisir” en donnant de la malbouffe. Et oui on aime manger de la malbouffe! Mais je crois qu’on peut donner de la malbouffe moins pire que d’autre ex: donner du popcorn au lieu des chips (les grains de maïs ont des propriétés antioxydantes, ok le gout de beurre super gras et salé annule un peu l’effet, mais ça reste qu’un bol de popcorn est beaucoup moins calorique qu’un bol de chips…)

      Je donne aussi parfois ce que j’appelle les produits de première nécessité un peu trop cher!! Comme les couches pour bébé et divers produits pour nourrissons (bio), les serviettes hygiéniques (et autres produits d’hygiène féminine), du savon à lessive… Et oui des brosses à dents/pâte à dents! Je me dit qu’au lieu de mettre 10$ en savon à lessive ils mettront 10$ en épicerie et ils achèterons bien ce qu’ils veulent! Je me trompe peut-être mais j’ai encore foi en l’humanité.

      J’essaie de donner des produits sain, et j’espère qu’ils ne finiront pas aux poubelles. J’avais lu sur un blogue ou encore dans la section opinion que certaines personnes qui reçoivent des paniers de Noël en jette une bonne partie. Tant qu’a moi si tu te permet de faire la fine bouche sur ce qu’on te donne tu ne dois pas être si dans le besoin que ça.

    • Justement parce que les puddings et les gâteaux ne sont pas ce qui coupe la faim jusqu’au prochain repas, j’ai plutôt donner ce qui est populaire mais de la “vrai” nourriture. Pâtes, fruits et légumes en boites, thon, sauce tomate, petites compotes, etc. Déjà que les enfants de familles défavorisés partent du mauvais pieds, on ne peut pas en plus les caler encore plus avec des calories vides.

      Et puis oui, ce sont des pâtes de blé entier!

      C’est peut-être parce que j’ai été témoins de gens qui en ont eu besoin de ces paniers que je suis consciente de leurs besoins.

    • @mbiss

      Oui, il faut que les enfants décident d’une partie du panier, pas tout mais un item ou 2. La très grande majorité des enfants naissent avec un ”gène” de générosité. On n’a qu’à penser à la joie dans leurs yeux quand ils nous donnent un cadeau (cadeau qu’ils ont bricolé ou acheté avec leur sous). Pour que la générosité demeure, il est important de l’entretenir. De leur laisser ce petit plaisir de donner aux autres.

      Pour les jeunes enfants mieux nantis, avoir du pain, du lait, des fruits-légumes et de la viande va de soi. C’est évident qu’ils seront portés à donner ce qu’ils ont plus rarement à leur table soi du chocolat, des chips ou bonbons. Pour eux c’est une belle surprise. C’est aux parents de les amener plus loin dans leur réflexion au fur et à mesure qu’ils grandiront. De cette manière, ils seront toujours heureux de donner et garderont leur ”gène” de générosité.

    • J’habite dans un quartier pas vraiment riche (Verdun) et pas besoin de mettre des cochonneries dans le panier de Noel. Beaucoup d’enfants de famille à faible revenus en mange en masse. Quand les boissons gazeuses sont en vente au Jean Coutu ça part vite. Réflexion la dessus. Au lieu de garantir des revenus au nos bons producteurs de lait (qui sont à les écouter plus pauvres que Job) pourquoi ne pas déreglementer un peu pour que les familles à faible revenus achètent du lait moins cher?

    • Un baril de lard salé, 1 gallon de melasse, une poche de sarrasin, pis je pense que c’est toute. Nos ancêtres ont exploré l’Amérique du Nord, survécu dans les endroits les plus isolés avec ces provisions. Bon! c’est juste une blague, mais votre question est tellement existentielle, moi je suggère d’écouter votre coeur, votre conscience, et surtout vos filles, elles ont compris que donner ne doit pas être une leçon de vie aux plus démunis. Arrêtez d’écouter les donneurs de leçons, qui dictent notre vie. Merde, être délinquant une fois de temps en temps fait du bien, tiens une bonne bouteille de vin à notre clochard favori, à la place d’une brique de tofu, ça vous dis.

    • Facile, juste à penser à acheter ce que vous aimeriez recevoir et qui a un côté nutritif, économique et bon goût (si possible)

      Cette année notre panier de la guignolée des pompiers avait un peu de tout dont :
      Une belle boîte de biscuit Danois des fêtes.
      Boite de Café (1 kg) moulu Van Houtte (il était en vente), Filtre à café réutilisable
      Boite de Chocolat chaud (600 gr) de Marque Tim Horton (moins cher que le Quick)
      Quinoa, riz basmati, Éternel pâte (spagetti), Jus Oasis, Épices (pas celle en vrac),
      Paquets de figues et de dattes sèchées et autres fruits sèchés.
      Sauce à spagetti, etc., etc.,

      Le tout pour environ 40$.

      G.Duquette

    • Des céréales Nature’s Path, une boîte de soupe Campbell Minestrone pas la légère avec moins de sel, une boîte de biscuits Le Petit Écolier, confitures Bonne Maman aux fraises, deux boîtes de papiers-mouchoirs, mousse à raser…

      Oups! Je suis entrain d’écrire des éléments de ma propre liste d’épicerie.

      Avoir à choisir cela me ressemblerait mais conviendrait-il à la famille concernée ?

      Pour la guignolée quand ils passent et que je suis présent je donne des conserves mais je préfère de l’argent alors l’organisme achètera ce qu’il croit convenir aux familles qu’ils aident.

      S’ils en veulent pas des pâtes de blé entier, des pois chiches ou des lentilles, elles vont rester dans le fond du placard pour les cinq prochaines années.

    • La garderie de mon plus jeune parraine une famille. On nous dit l’age des enfants leur sexe, et le nombre de personnes. Chaque groupe est responsable d’un type de denrées (1 groupe pour les trucs de pharmacie, produits nettoyants, etc, 1 groupe pour les collations, 2 groupes pour les repas, etc).

      Comme je vas bénéficier moi-même d’un panier de noel cette année, je ne peux pas donner gros, mais je tiens à ce que mon fiston participe. Cette année, on a donné un paquet de 4 bonnes brosses a dents (que j’ai deniche en liquidation il y a quelques mois et achetées pour l’occasion) un gros tube de pâte a dents, et 1 bouteille de sirop de chocolat (pcq fiston me trouvait plate avec mes brosses a dents).

    • J’ai des doutes cette année.

      J’ai toujours donné des éléments de base, des items nutritifs et quelques éléments de luxe. Par exemple, je plaçais dans mon sac du poisson en conserve, de la farine, de l’huile, des pâtes alimentaires (oui, de blé entier), des sauces, des soupes, des légumes, du sucre, du miel, du sirop d’érable, du beurre d’arachide, des légumineuses, de la confiture et parfois des trucs plus “fancy” comme du lait de coco (si bon avec du poulet), du vinaigre balsamique et des vinaigrettes de différents parfums. Je n’ai jamais pensé à y mettre une bouteille de vin mais je trouve l’idée bonne.

      Mais j’ai lu cette année plusieurs commentaires de gens ayant bénéficié de paniers qui critiquaient ces choix. Qui notaient n’avoir rien à faire de vinaigrettes, des légumineuses, d’items trop “fancy” qu’ils ne savent pas apprêter ou d’éléments de base qu’ils sont obliger de cuisiner. Je me suis mise à douter.

      D’autres ont écrit qu’il faut trouver des gâteries dans ces paniers: chocolat, biscuits, chips, bonbons… et qu’ils en avaient marre de ne recevoir que des aliments santé.

      Ma mère travaille chaque année à la confection de paniers, utilisant les différents dons reçus pas son organismes. Elle me dit que les plus populaires sont les pâtes, les sauces, les nouilles en sachet, les biscuits, les soupes et le beurre d’arachide. Cet organisme complète son panier avec une dinde, du pain frais, des oeufs et du fromage. Il paraît que les récipiendaires sont heureux de ces choix.

    • J’ai parlé avec ma blonde de la dimension “brosse à dents” de vos filles, parce que Francine est aussi Maître Reiki et une grande guérisseure. Or voici notre explication: vos filles veulent vraiment faire plaisir aux enfants de la famille pauvre, et y arriver en leur donnant ce qu’elles aiment le plus, soit …gâteries, mélanges à gâteaux, biscuits, chips…. Par contre, vos filles savent que ce n’est pas de la bouffe “santé”. Alors, pour remédier à ce problème, elles se sont dites qu’en revanche, si ces enfants se brossent les dents, ils vont accomplir un geste “santé”. Elles ont résolu l’équation de cette façon. De cette façon, le conflit est réglé.

    • Je vais paraître rabat-joie mais pour avoir travailler de près avec ses familles, ce dont elles auraient besoins c’est de cours de cuisine l’année durant. Alors si vous incluez des aliments santés, pourquoi ne pas y inclure une recette, parce que votre beau riz sauvage, ils n’en ont probablement jamais vu, ni cuisiné. Quand tu as été élevé au kraf diner, c’est ce que tu sers à tes enfants et des kraf diner, j’en voit tellement dans les bacs qui amassent les denrées, ça me sidère à chaque année. Je ne donne plus de denrées, je donne de l’argent pour que les banques alimentaires puisse y mettre un peu de protéine et de légumes frais!! Les communautés culturelles mangent plus santé, c’est à elles que j’enverrais le riz, le couscous et autres aliments méconnus chez NOS pauvres…

    • J’ai toujours donné des aliments nutritifs : beurre d’arachides, lait en poudre, pâtes, “cannes” de tomates, de thon, de légumineuses. Mais j’ai toujours aussi mis une boîte de mélange à gâteau car je me dis qu’il y a des enfants dont c’est l’anniversaire dans le temps des Fêtes et que cette journée aussi se doit d’être soulignée… Peut-être parce que c’est l’anniversaire de ma soeur le 24 et que chez nous, nous l’avons toujours soulignée

    • Mettez-vous à la place d’un parent qui n’a rien à donner à ses enfants. Rien. Qu’est-ce que vous espéreriez recevoir d’une banque alimentaire? Des biscuits, des bonbons, de la boisson gazeuze? J’pense pas. De la mayonnaise et du thon, pour faire des sandwichs? Des nouilles et de la sauce aux tomattes pour un spaghetti? Du lait de soya et de l’avoine pour faire un gruau pour déjeuner? Je pense que ça serait bien plus utile. Je suis entièrement d’accord avec la personne qui a dit que vos filles choississent de donner des gâteaux parce que pour elles, c’est quelque chose de spécial qu’elle ne mangent pas souvent. Mais pour les gens défavorisés, la vraie bouffe, c’est spécial, et c’est pour ça que les banques alimentaires demandent de la vraie nourriture. J’aimerais croire qu’elles sont en mesure de déterminer quels sont les besoins les plus criants. Qui sommes-nous pour décider?

      Au bout du compte, c’est probablement mieux de juste donner de l’argent au lieu de donner de la nourriture (santé ou non) achetée au prix du détail quand les banques alimentaires peuvent se procurer la même nourriture à un bien meilleur prix et du coup aider bien plus de monde.

      Par contre, je dois dire que c’est gentil de penser aux anniversaires et de mettre une boîte de gâteau. :)

    • J’ai lu le même article que vous sur les conseils des nutritionnistes pour les paniers de Noël; j’ai réfléchi, et j’ai envoyé paître le tout (sauf pour le pot de beurre d’arachides, qui est une très bonne idée). Pendant le temps des fêtes, je ne connais personne qui privilégie les légumineuses et les plats santé, alors pourquoi prêcher aux plus démunis une retenue que nous n’observons pas? Je donne de bonnes gâteries, comme le saumon en boîte sans peau, les brisures de chocolat de qualité, le lait condensé sucré, les conserves de crevettes, les mélanges à gâteaux, les craquelins, et surtout pas les aliments “sans nom”. C’est fête, ma parole!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité