La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 12 décembre 2012 | Mise en ligne à 22h22 | Commenter Commentaires (47)

    J’ai hâte qu’on m’explique

    Je voulais vous parler d’un truc plutôt léger, parce que Noël arrive et qu’on a la tête à la fête. Parce que je viens de décorer le sapin, bref, parce que la famille est vraiment dedans, là. Et donc j’allume mon ordi, je vais sur lapresse.ca, par réflexe, et je tombe sur ce très attendu verdict. Ayoye.

    Oui, comme bien du monde, je suis estomaquée. Bouchée. Comme bien des gens, j’ai du mal à comprendre. Je ne sais même pas si j’ai envie d’essayer, en fait.

    Je me souviens que lors du premier verdict, le collègue Yves Boisvert avait été d’une grande aide, pour m’aider à comprendre un jugement autrement incompréhensible. Incompréhensible quand on réfléchit avec le coeur, incompréhensible quand on est une mère, un parent, un enfant.

    Alors aidez-moi. Si quelqu’un a ne serait-ce que l’ombre d’une explication, je suis preneuse. C’est clair. J’attends qu’on m’explique.

    (Merci de ne pas refaire le procès ici. Soyons constructifs. Essayons seulement de comprendre.)


    • C’est pourtant simple: le gars n’est pas et n’a jamais été un malade mental.

      C’est la couronne qui a très mal fait sa job au procès… même le jury à ce procès n’a rien à se reprocher: ce sont les procureurs de la couronne qui ont été incompétents… ou mal “backés” à l’époque.
      À sa première audition (ou ses premières, j’en sais rien), les spécialistes étaient trop mal-à-l’aise de le laisser sortir mais là, ils n’avaient comme pas le choix: le gars est sain d’esprit. selon la loi.

      Personnellement, moi c’est du procès dont je ne reviens pas; cette dernière décision, je la comprends relativement bien… jusqu’à ce qu’on me donne tort… ce qui ne saurait tarder.

    • Bon. Madame Galipeau veut ouvrir la boîte de Pandore?

      Elle y laissera s’échapper la Vieillesse, la Maladie, la Guerre, la Famine, la Misère, la Folie, le Vice, la Tromperie et la Passion.

      Seule l’Espérance y restera enfermée à jamais.

    • C’était prévu d’avance qu’il serait libéré. Comme il n’a pas été reconnu responsable criminellement (je n’ai pas l’intention de refaire le procès, mais le fait est qu’il n’est pas “légalement” responsable du meurtre commis sur ses enfants) pour moi c’était clair qu’il ne passerait pas sa vie à Pinel. Mme Galipeau, vous croyiez-vraiment qu’on l’aurait détenu à vie dans un institut? Ce sont les cas lourds, très lourds en psychiatrie qui restent en permanence à Pinel. Les cas où la personne est dans un état de délire permanent et ne peut s’occuper d’elle-même ou presque, des cas où il est impossible pour une personne de s’intégrer dans la société.

      Turcotte n’est pas un cas comme ça, que ça plaise ou pas. Il ne voit pas de démon, ne délire pas, possède toutes ses fonctions intellectuelles, etc. L’institut Pinel n’est pas là pour remplacer la prison qu’il a évité.

    • “Alors aidez-moi. Si quelqu’un a ne serait-ce que l’ombre d’une explication, je suis preneuse.”
      ———————————————-

      Vous essayer de comprendre quelque chose d’incompréhensible.

      Tout ce que je peux voir, c’est qu’il avait une rage immense envers son ex, il a frappé là ou ça fait le plus mal.

      Il a analysé et compris comment le système fonctionne. Il a joué. Il a gagné.

      Je ne peux pas voir une autre explication que celle là et l’expliquer plus simplement que ça.

      En espérant que le système apprenne de son erreur avec lui et s’ajuste au plus vite avant que quelqu’un, quelque part, décide de se substituer à ce système défaillant et rende justice à sa façon.

    • Bonjour,
      Tout comme vous,j’étais estomaqué moi aussi hier soir lorsque j’ai entendu la nouvelle !
      Moi aussi j’aimerais qu’on m’explique parce que je ne comprend plus rien à ce cher système de justice qui est le nôtre.
      Par contre, je pense aussi que sa liberté va être chèrement payée.J’anticipe l’acceuil qu’il aura sur la rue,dans les magasins, cinémas, et autres !!!
      Personne ne va réussir à me convaincre que cet individu est apte à reprendre sa liberté d’autant plus qu’il ne le mérite pas du tout.
      Mon opinion franche c’est la prison à vie rien de moins.

    • Soyons constructifs? Vous, nos concitoyennes et concitoyens (moi inclus) sommes-nous vraiment prêts à faire un débat constructif entourant l’affaire Turcotte? Attendez-vous à voir le fiel se déverser encore une fois sur votre blogue. Turcotte le fou furieux ne mérite que d’être empalé après ce qu’il a fait, lirez-vous à répétition.

      Nous sommes dans le déni. C’est un réflexe normal et réconfortant d’isoler cette affaire familiale sur la tête de Monsieur Turcotte. La réalité c’est que les seuls innocents dans cette histoire sont les enfants. Et que tous nous autres, en ne faisant que trop peu de choses pour soulager ces nombreuses familles modernes qui se retrouvent en état de crise, portons une part de responsabilité dans ce qui s’est passé.

      L’affaire Turcotte c’est l’histoire somme toute assez fréquente d’une rupture familiale qui tourne à la crise. Sauf que cette fois-ci la crise a explosé. Combien de familles se retrouvent à un stade proche de celui-là, devrions-nous toutes et tous nous demander, avec horreur et effroi?

      Très tôt après que je me sois lancé dans l’aventure familiale il y a maintenant 8 ans, j’ai réalisé que je n’étais absolument pas bien préparé ni bien entouré pour cette tâche. Je me suis rapidement rendu compte n’être pas le seul dans ma situation. Que la plupart des parents que je rencontrais étaient eux aussi dépassés par l’ampleur de leurs responsabilités, sans toujours se l’avouer ou même en prendre conscience.

      Tout ça pour vous dire après toutes mes analyses et observations de la situation des familles en difficulté, que la source de la grande majorité des problèmes familiaux est assez facilement identifiable. C’est l’isolement et le cloisonnement du couple de parents dans une relation fermée.

      Il faut enlever au couple de parents cette auréole d’éternité et d’autosuffisance. Nous devons revoir de fond en comble notre organisation de la vie familiale. Mettre en place un cadre permettant aux parent de partager et de coopérer entre eux. C’est beau dit comme ça. Dans la réalité, ça veut dire abandonner une grande partie de notre autorité parentale. En laisser une grande partie à l’autre parent et à son entourage. Ça veut dire aussi réapprendre à vivre en groupe au quotidien. Ça veut dire revoir ce concept maintenant inadapté de la résidence unifamiliale.

      Il est temps de s’y mettre sérieusement. Tous ces projets mijotent dans l’air depuis bien des années. Favorisons l’expérimentation de complexes résidentiels communautaires, de cohabitats, d’écovillages et d’écohameaux. Trouvons de nouvelles façons de vivre ensemble qui feront en sorte que ce genre de tragédie ne sera qu’un mauvais souvenir. Et non pas des drames qui se répètent beaucoup trop souvent.

      Je refuse de croire que ce genre d’événement est une fatalité. Le drame de parents qui tuent leurs enfants a pu s’expliquer à d’autres époques. Mais c’est totalement inacceptable dans un monde civilisé, riche et moderne comme le nôtre.

    • J’avais écrit quelque chose mais je l’efface. On recommence :

      Non. Moi, je ne comprends pas. Je vire ça de tous les sens et ça ne marche pas.

    • Vous n’êtes pas seule à ne pas comprendre. Les psys de Pinel n’ont pas eu le choix de le libérer puisqu’il remplissait les conditions. Le problème est le verdict lors du procès. Le jury a fait son possible et tout s’est joué entre les experts qui se contredisaient et dont le langage pointu en a perdu plus d’un.

      C’est le système de justice qu’il faut modifier. La défense de non responsabilité pour troubles mentaux passagers ne devrait pas exister. C’est certain qu’il faut être fou pour tuer ainsi ses enfants, et qu’il faut soigner l’origine de cette rage, mais il faut aussi que ce geste soit puni. Tu écopes d’une sentence à vie avec obligation d’une thérapie, mais en prison, pas à Pinel.

      Maintenant, ce qui me désole le plus est qu’au départ, cet homme a été trop lâche pour se déclarer coupable. Il n’y aurait pas eu de procès dans ce cas. Il veut maintenant retrouver une vie normale. Ses enfants n’auront même pas eu la chance de vivre tout simplement…

      Nicholas Ninousky

    • Il n`y a rien à expliquer,rien à comprendre si ce n`est que vous et moi par le biais de 12 de nos pairs en avons décidé ainsi. La décision d`hier n`était donc qu une éventualité, maintenant, dans deux ans ,dans dix ans, quelle différence y a t il ? La même qui explique que la bulle au cerveau peut être une explication et peut être variable dans de tels drames.

      Et votre coeur de mere dit quoi de la grossesse de Sonia Blanchette et de ses droits sur son enfant à naitre alors qu`elle vient d`assassiner ses 3 autres enfants ? Il n`y a pas plus de facile ou logique réponse dans ce cas là hein ?

      Le proces Turcotte est un proces entre deux chaises ou nous nous retrouvons impuissants et ou nous ne savons que dire même si collectivement nous sommes unanimes. Alors qu`attendons nous ? Une récidive? Un autre proces?

      Je n`ai pas plus de réponse que vous pour me permettre d`être en paix avec toute cette histoire mais je n`ai d`autre choix que d`accepter que si des années sont nécéssaires pour certains afin d`être jugés aptes à retourner en société , pour d`autres la folie est partie aussi vite qu`elle s`est manifestée.

    • Il est évident que si votre vision du monde est basée sur une petite morale judéo chrétienne que vous ne comprendrez pas.

    • Ce n’est pas si compliqué. Quelqu’un ne peut pas être coupable de “souffrir de maladie mentale”. On ne peut pas punir la maladie mentale et emprisonner quelqu’un à vie pour ça. M.Turcotte a été frappé par une psychose aigüe, et a commis un geste horrible. Il est maintenant suivi, traité, médicamenté, et les chances qu’il soit un danger pour qui que ce soit sont nulles. (évidemment, il pourrait être reconnu en public, et harcelé, et là ça pourrait dérapper) Ce n’est pas un tueur, un batteur de femme, quelqu’un avec une envie de meurtre, avec des goûts morbides.

      C’est un malade. Et il se fait soigner.

    • la folie passagère était ce le type ou le jury ?

    • Je ne peux qu’être d’accord avec jeansaisiren. Le gars n’a jamais été fou, c’est le procès qui a été une parodie.

      Maintenant, monsieur Turcotte se terre apparemment à Pinel. Aurait-il eu vent du ras-de-marée furieux que sa libération a causé et du mauvais sort que plein de monde lui souhaite?

      Si sa véritable peine, c’était ça: passer le reste de sa vie à regarder par-dessus son épaule, ce ne sera pas si mal. À moins que comme une autre belle connerie judiciaire, Karla Homolka, il se retrouve une conjointe, se fasse d’autres enfants et une belle vie sous les cocotiers?

      Marie-Claude Lortie l’illustre bien dans son billet de ce matin sur la fin du monde.

      Ma pensée va aux deux petits enfants qui ont servi d’objets de vengeance contre la mère. Et à la mère qui doit en vomir de dégout.

    • @ allonsvoyons:

      Selon les revues de presse, il ne prend pas de médication pour ses “troubles mentaux”.

      Toujours selon les mêmes sources, il n’a aussi accepté de “s’ouvrir” en thérapie que parce qu’il s’était luxé la cheville cet automne. Il a avoué que cet évènement est le plus anxiogène qu’il ait eu à vivre cette année.

      Moi, si j’avais tué mes enfants, mon entorse à la cheville serait venue très loin du premier rang d’évènement anxiogène…

      Il n’y a rien à comprendre. Il a été sauvé de la prison pour cause d’aliénation mentale. Maintenant, il est libéré pour cause d’absence d’aliénation mentale.

      De là à croire qu’il n’a jamais souffert d’aliénation mentale, il n’y a qu’un pas. Et je le franchis.

    • @sulnet
      C’est cute de dire que nous sommes tous coupables dans cette histoire mais en lisant votre texte jusqu’au bout, je ne comprends toujours pas pourquoi je devrais me sentir en partie coupable dans l’histoire Turcotte.
      C’est difficile être parent? Oui.
      Ça l’a toujours été et le sera probablement toujours.
      C’est souvent un rôle ingrat mais nous y puisons aussi énormément d’amour et d’épanouissement.

      Je ne vois absolument pas en quoi la parenté et ses difficultés expliquent des gestes comme celui de Turcotte et encore moins pourquoi la société devrait se sentir solidaire de Turcotte.

      J’ai aussi une question aux biens-pensants: quelle personne normale tue (sans préméditation) dans des circonstances autres que la folie passagère?
      Autrement dit, est-ce qu’il n y aurait que les psychopathes qui seraient criminellement responsables d’un meurtre non prémédité?
      Et encore, ne devrions-nous pas accorder des soins de santé plutôt que l’incarcération aux psychopathes puisque leur absence d’émotion a sa source dans une dysfonction cérébrale?

      Ceux qui défendent le jugement jugent trop facilement le reste de la population en la qualifiant de plèbe enragée qui ne recherche que la vengeance.
      Dans mon cas, il n’est pas question de vengeance mais de cohésion du tissu social. Il y a une responsabilité et des conséquences qui vont avec nos actes et je suis tout à fait pour qu’on soigne des individus blessés par la vie mais ils doivent aussi subir les conséquences qui viennent avec leurs actes.

      On ne peut pas envoyer comme message qu’il est correct de se laisser aller, de laisser sa folie prendre le dessus.
      Il était de la responsabilité de Turcotte de demander de l’aide.
      Il était de sa responsabilité de prendre des mesures pour, à tout le moins, protéger son entourage, si ce n’est lui-même.
      Il n’a rien fait de tout cela.

      … et il demande maintenant de reprendre une vie normale.
      Quelle personne normale voudrait reprendre une vie normale après avoir tué ses deux enfants?
      Pour Turcotte, il n y a rien à expliquer et on passe à un autre appel.

    • Actuellement, la cause est devant la Cour d’Appel. Les trois raisons invoquées par la Couronne font références à 3 erreurs que le juge a commises. Je trouve ces raisons très graves, car elle démontre l’incompétence totale du juge en question. Isabelle Gaston demande que les juges soit comme “supervisés” et elle a totalement raison. Je crois qu’il y aura un autre procès et là, il poignera une bonne vingtaine d’années. La Cour d’Appel n’a presque pas le choix que de commander un autre procès, car, la population est profondément dérangé par ce verdict (ce qui légalement est suffisant pour justifier un autre procès -réf à l’ordre public-) et rejette les explications de l’un et de l’autre et revient comme vous, toujours à la case départ: Pourquoi ce meurtrier d’enfants, qui a pleinement fait aveu de son crime, est-il en liberté après 3 1/2, lui qui a découpé en petits morceaux ses 2 enfants?????
      Quant à Isabelle Gaston, je trouve qu’elle s’en sort très bien et devient un modèle de résilience et a dit qu’elle avait étudié le droit.
      Je ne crois pas que Turcotte soit capable de passer à travers “la machine”, si intelligent soit-il, comme le fut le mathématicien « Unabomber ». Turcotte est en liberté, car déclaré “non responsable criminellement du meurtre de ses enfants”. “Mom” Boucher croyait lui-aussi être capable de passer à travers “la machine”. Vaillancourt aussi, Tremblay etc… cf. Commission Charbonneau et UPAC.

    • Voici ce que je pense de toute cette histoire. Je crois qu’il s’agit de la plus grande erreur judiciaire que le Québec ait connue. Plus tard, beaucoup plus tard, je crois que ce verdict sera renversé. Un verdict de non responsabilité pour troubles mentaux graves devrait obligatoirement impliquer que les troubles mentaux existaient avant le crime, pendant le crime et après le crime. Pas lors d’une perte de contrôle, fût-elle totale. Le crime devrait avoir été commis en dehors de sa référence à la réalité, i.e. sans motif justifiable dans la réalité. Ce qui n’est pas le cas ici. C’est d’ailleurs ici, je crois, que la cour a erré. Certes, un avocat brillant au service de son client a réussi l’impensable. C’est son travail. Encore plus impensable, un tribunal administratif confirme l’erreur de la cour en le libérant, attestant du coup que la “maladie mentale” qui l’a sauvée d’un verdict de culpabilité n’existe plus. Une personne dégagée de toute responsabilité pour cause de troubles mentaux graves dans une affaire de meurtre devrait obligatoirement demeurée internée pour au moins 20 ans. Il ne s’agit pas d’une punition mais bien d’une nécessité immanente à la cause.

    • Comme l’a dit bernem, la cause des devant la Cours d’appel… on verra donc après le 2e procès.

      Néanmoins, c’est incompréhensible émotionnellement. D’un point de vue purement factuel et rationnel c’est compréhensible. Le type a été reconnu non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux. Il a été envoyé en institut psychiatrique ou on l’a suivi pour le traiter et déterminer son risque pour la société. Présentement, il ne représente plus un risque. On le remet dehors. Point final.

      Ce qui est incompréhensible, c’est le premier verdict qui donne à toute la population le sentiment d’impunité. Je n’ai pas étudié en droit, mais je crois que la non responsabilité criminelle ne devrait pas exister ou du moins pas de cette manière. Il faut redéfinir ce qu’est la non responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux, car on a la non responsabilité trop facile!

      J’espère pour lui qu’il fera profil bas… la population n’est pas contente…

    • Je ne porte aucun jugement de valeur sur l’extrait de l’article ci-dessous mais je compare deux faits semblables masi au dénouements opposés.

      Cathie Gauthier En octobre 2009, elle avait été reconnue coupable de trois accusations de meurtre au premier degré de Joëlle (12 ans), Marc-Ange (sept ans) et Louis-Philippe (quatre ans).
      Le soir du drame, tous les membres de la famille avaient bu des boissons empoisonnées. Mme Gauthier s’était réveillée le lendemain, seule survivante. Son conjoint, Marc Laliberté, est décédé lors des événements, alors que Mme Gauthier s’en est tirée malgré de graves blessures.

      La Cour d’appel a confirmé le jugement de première instance. Mme Gauthier a été condamnée à purger trois peines de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

      L’un avait de très bons avocats et l’autre de moins bons

      G.Duquette

    • Tout simple : Erreur judiciaire.

    • “Maintenant, monsieur Turcotte se terre apparemment à Pinel. Aurait-il eu vent du ras-de-marée furieux que sa libération a causé et du mauvais sort que plein de monde lui souhaite?”
      —-

      @ loubia : Guy Turcotte se promène en liberté depuis plusieurs mois déjà puisqu’il avait droit à des sorties de 16 heures. Il a pris le métro, l’autobus, a fait ses commissions comme vous et moi. Sans aucun problème. Il a même bercé le bébé d’un membre de sa famille.

    • @sulnet
      “Très tôt après que je me sois lancé dans l’aventure familiale il y a maintenant 8 ans, j’ai réalisé que je n’étais absolument pas bien préparé ni bien entouré pour cette tâche. Je me suis rapidement rendu compte n’être pas le seul dans ma situation. Que la plupart des parents que je rencontrais étaient eux aussi dépassés par l’ampleur de leurs responsabilités, sans toujours se l’avouer ou même en prendre conscience.”

      Il a déja été dit qu’il faut un village pour élever un enfant. C’est quelque chose que je commence à croire de plus en plus.

      M. Turcotte est malade, selon des spécialistes. Il est sous soins et surveillance continu, disent encore ces spécialistes.

      Il y a de ces circonstances ou on questionnes ces specialistes mais si on ne possède pas leurs connaissances ou, du moins, les détails du dossiers, notre analyse ne peut être que faussée.

      Disont qu’il soit vraiment malade. Est-ce correct de le harceler continuellement? Un peu comme les personnes qui souffrent de dépression. Il est facile de dire ils sont tous paresseux. Mais le fond de la situation est plus complexe que l’on pense… surtout, si nous sommes pas dans cette situation.

      Et si il a tout manigancé? Cela prendrait vraiment un individu froid et machiavellique pour faire tel chose et la justice n’a pas réussi à prouver ça.

      Que reste-t’il? Nous brimerons la liberté d’un homme pour le restant des ses jours alors que la justice l’a déclaré “non-responsable”? Oui, le geste est atroce. Mais nous ne pouvons que travailler avec les informations que nous avons. Il ne faut surtout pas laisser les émotions prendre le dessus.

      Il est libre. Laissons-le libre. Gardons un oeil dessus, comme pour les schizophrènes, comme les bi-polaires, comme ceux en liberté conditionnelle. Il doit savoir qu’il sera toujours sous surveillance et ça, c’est une forme de condamnation.

    • Si la cause est en appel et que la cour d’appel ordonne un autre procès, j’ose espérer qu’ils se serviront des rapports des derniers jours pour prouver que ce n’était pas de la folie passagère ces pauvres meurtres. Que le gars est saint d’esprit et qu’il est criminellement responsable des meurtres. Combien de meurtres pourraient être plaidés avec la fameuse folie passagère sinon. Cette notion doit être revue. Elle ne tient plus la route avec les données scientifiques aujourd’hui connues.

      Mais le fait est que l’institut Pinel sert à héberger des gens accablés de troubles mentaux. Et comme ils le déclarent humainement saint d’esprit, il ne peut y rester hébergé. Point. C’est aberrant mais c’est ça. La chose à ne pas faire est de lier le résultat du procès à celui du rapport de la commission des libérations. La psychiatrie n’est pas une discipline de droits mais un discipline de l’âme. Là est toute la différence.

    • @lowtech
      Expliquez-nous, si vous comprenez ?

    • Pour ma part, bien que révolté par la violence du geste, j’accepte les conclusions du procès. En revanche, il me semble que le systeme de libération est mal calibré. Une personne assez malade pour faire cela, ne devrait pas sortir avant 5 ans de soins ; ne serais-ce que pour préserver une apparence de justice. Les beaux principes mèenent souvent à des conclusions absurdes. Ce n’est pas la première fois que notre systeme de justice fait preuve d’une telle absurdité. Quant à moi on devrait reformer cela en pronfondeuré Un bon électrochoc à ces juges et commissaires ne serait pas de trop, sans parler d’une réeexamen sérieux des lois et réglements.

    • @ -Alexeandre-

      Le problème auquel je m’adresse particulièrement ce n’est pas le fait d’être parent. Il est évident qu’aucun parent ne peut s’imaginer en train de tuer un enfant. Le problème que notre société (et nous tous) avons laissé pourrir, au point où des parents déraillent complètement et en viennent à tuer leurs enfants, c’est celui de la rupture des couples avec enfants en bas âges, et surtout de la terrible crise familiale qui s’en suit presque toujours.

      Notre société a fermé les yeux depuis plusieurs décennies sur ces tragédies. Le familles séparées sont maintenant pratiquement en majorité et qu’est-ce qu’on a organisé pour ces gens-là? La médiation familiale? La famille à géométrie variable? La garde partagée? La famille reconstituée (et prête à se rompre à la prochaine occasion elle aussi)? En voulez-vous d’autres?

      C’est à cause de cette négligence que nous sommes tous et toutes responsables. Il est temps de mettre en place des environnements familiaux beaucoup plus satisfaisants, stables et flexibles que celui de la famille traditionnelle.

      Ce modèle du papa et de la maman vivant seuls avec leurs enfants est désuet et inadapté à notre réalité moderne. Les couples ne se forment plus pour l’éternité. Et c’est très bien comme ça. Sauf que lorsqu’il y a des enfants qui s’amènent, il est aujourd’hui illusoire de laisser les couples s’enfermer dans leur cocon unifamilial, en espérant que la rupture plus que probable se fera sans trop de séquelles. Il faut offrir clairement d’autres options, bien organisées et facilement accessibles. Nos enfants méritent mieux que ça!

    • @sulnet

      Bon un autre qui pense que la société doit tout régler. C’est la faute de la société! Assez commode, on accuse personne et tout le monde.

      Tout société doit être basée sur la responsibilisation individuelle de chacun pour fonctionner. Guy Turcotte est responsable de ses actes, malade ou pas. Un moment donné, arrêtons de prendre les criminels pour des victimes. Je m’en fou s’il a été élevé par des parents super religieux, ou qu’il a été abusé ou quoi que ce soit, pouvons-nous penser aux victimes? à la justice? Sommes-nous condamnés en tant que gens normaux à renvoyer des malades criminels dans la société parce qu’ils ont un problème et que certains sont compatissants?

      Bien du monde, à raison, croit qu’il n’y a pas eu justice. Quand on travaille fort dans la vie, pour gagner son pain, élever ses enfants malgré tous les problèmes, qu’on veut respecter les lois en se disant qu’on est protégé, et qu’on voit un jaloux vicieux tuer ses propres enfants pour atteindre celle qu’il juge responsable de son malheur et s’en sortir avec rien après 4 ans?

      Méchant coup de réalité en pleine gueule. C’est du chacun pour soi. Le système est gangréné. Les fonctionnaires sont corrompus, la justice est inexistante.

      Guy Turcotte s’est payé un bon avocat qui a inventé une nouvelle défense. La maladie mentale passagère. On gage tu que l’avocat de la mère qui a tué ses 3 enfants va plaider la même défense? Combien de malades qui jonglent avec l’idée de faire du mal n,avaient besoin que de cette légitimité pour commettre des atrocités? Je suis malade, je peux faire du mal à ceux qui incarnent mon problème, le justifier en m’exemptant de toute responsabilité.

      Et il veut reprendre une vie normale? Comment pourrait-il penser ça?

    • @Alexandre,
      …et il demande à reprendre une vie normale. Quelle personne normale voudrait reprendre une vie normale après avoir tué ses deux enfants?
      Vous avez bien résumé le non-sens qu’à été ce procès depuis le début. Cet homme n’est pas ‘normal’ quelque soit la définition du terme. Et l’emprisonnement à vie lui conviendrait très bien. Ce n’est pas une question de vengeance car rien ne redonnera vie à ces enfants. C’est une question de justice. L’on doit etre puni pour avoir commis ce genre de crime et le monsieur n’a pas de circonstances atténuantes qui tiennent la route. Et si l’application rigoureuse de nos lois mènent à de tels dérapages eh bien qu’on les changent et vite. Trop simple je suppose…
      chantal

    • Sulnet: si je comprends bien, vous prônez la sacro-sainte déresponsabilisation. La vie est dure donc normal qu’on finisse par tuer ses enfants. Vous me permettrez en tant que parent monoparental qui est loin de l’avoir eue facile comme bien d’autres dans mon cas, de rejeter votre théorie. Tuer mes enfants ne m’a jamais, même en rêve, effleuré l’esprit. JAMAIS. J’ai imaginé, plein de tortures sophistiquées envers mon ex et ce, sans jamais passer à l’acte. Je l’avoue sans honte. Et je pense même que c’était sain!

      Il y a un fond d’humanité qu’un autre clown qualifie de fond judéo-chrétien, qui m’interdit de tuer ou blesser qui que ce soit. Point final. Aucune excuse n’est tolérable. La société ceci, la vie cela, mes parents, mon milieu de vie, la pauvreté: FOUTAISES! L’immense majorité des gens vit des difficultés plus ou moins grandes sans se conduire plus bas que des animaux et ce, peu importe de quel milieu ils viennent, peu importe leurs antécédents.

      Larousse est douce: que ce sinistre personnage ait pris le métro et qu’une personne de sa famille ait jugé bon de diffuser une photo de lui avec la petite dernière sur les genoux, je n’en ai personnellement rien à cirer comme bien d’autres tant que ce monstre était en garde à vue. On le laisse maintenant à l’air libre. Je pense que Turcotte peut légitimement avoir peur. Très peur. le jugement ne passe pas et ne passera jamais. On ne peut charcuter ses enfants et allègrement sortir de prison ou être déclaré “guéri” sans que des sentiments très forts d’injustice soient relevés dans la société.

      Turcotte va avoir un autre procès? Espérons qu’il se passera avec moins d’incompétence et d’injustice flagrante.

      sulnet: faites-nous donc part de vos savantes solutions au lieu de il “faudrait que”

    • @sulnet, prière d’écrire en votre nom et non celui de tous les parents. Mes enfants grandissent dans une famille traditionnelle, avec le soutien de la famille élargie, et ni mon conjoint et moi sommes au bord de la crise de nerf. Je suis entièrement d’accord qu’il faut plus de soutien pour les familles éclatées et que ça prend un village pour élever un enfant. Mais le modèle traditionnel fonctionne très bien pour plusieurs familles et demeure un modèle sécurisant pour les enfants.

      Pour le cas Turcotte, je ne saurai jamais ce qui s’est passé dans la tête du type, théoriquement, je ne devrais pas juger. C’est incompréhensible pour moi, ça vient me chercher si profondément que j’ai eu envie de vomir hier quand j’ai appris la nouvelle de sa libération. Mon esprit me dit de ne pas juger, mon coeur juge, voilà.

    • Au départ, il n’aurait jamais dû être déclaré non criminellement responsable du meurtre de ses enfants mais on ne peut pas juger deux fois au criminel une personne pour le même crime alors on est pris avec ce verdict de non-responsabilité qui influence forcément la suite des choses.

      Je n’ai jamais cru une seconde que Turcotte souffrait de troubles mentaux mais même si j’en étais convaincue, je m’opposerais tout autant à sa libération. Un homme qui disjoncte au point de massacrer ses enfants perd son droit à la liberté pour moi car il représente un danger pour la société, d’autant plus qu’il n’a consenti à suivre une thérapie qu’à la dernière minute, parce que ça pouvait accélérer sa libération.

      La maladie mentale a le dos large. Qu’un homme parfaitement fonctionnel devienne subitement fou le temps de tuer ses enfants n’est déjà pas chose courante mais en plus, Turcotte a une formation en médecine, donc de grandes connaissances pharmacologiques.

      Je ne pense pas que cela atténuerait sa responsabilité criminelle s’il avait tué ses enfants en les intoxicant avec des médicaments mais je doute qu’un père aimant puisse poignarder des enfants parfaitement conscients en leur infligeant les pires souffrances possibles. Je doute aussi qu’il ait réellement tenté de se suicider en avalant une quantité non létale de lave-glace alors qu’ils pouvait tout simplement prendre des médicaments.

      Le pire maintenant, c’est qu’il y a tout un fanclub de femmes qui ne rêvent que de devenir sa nouvelle conjointe! Il pourra donc facilement avoir d’autres enfants s’il le désire. Je ne crois pas qu’il soit assez stupide pour tuer ceux-là mais d’après un témoignage de Madame Gaston publié sur La Métropole, sa personnalité n’en faisait pas un homme facile à vivre et si une autre femme le quitte, qui sait comment il réagira?

      “Dr guy Turcotte: la pilule ne passe pas!”:
      http://www.lametropole.com/blog/jeanpaul-sylvain/dr-guy-turcotte-la-pilule-ne-passe-pas

    • S’il a été établi qu’il a tué ses enfants de cette manière si horrible
      S’il est vrai qu’il n’a pas fait de thérapie, qu’il n’est pas médicamenté et que sa cheville blessée a été son pire événement de l’année
      Ça veut dire qu’il n’éprouve aucun remord.
      S’il est relâché pour cause d’absence d’aliénation mentale, vu qu’il est bel et bien coupable du meurtre de ses enfants, il n’y a qu’un endroit pour lui: la prison. Pour longtemps. Avec des co-détenus qui se feront un plaisir de lui montrer leur façon de penser. (Sourire méchant)

    • Je n’ai pas non plus l’intention de refaire le procès, mais ce que je trouve inquiétant dans tout ça, c’est qu’on sort l’excuse de la folie passagère trop souvent et pour presque tous les cas. Avez-vous remarqué? À chaque fois qu’il sort des nouvelles sur un meurtre, on plaide pour l’insanité mentale, ou folie passagère et la défense joue sur cet argument pour sortir son client du pétrin. C’est complètement absurde. À moins que l’accusé ait des troubles mentaux déjà documentés, la défense ne devrait plus pouvoir utiliser cet argument pour sauver son client. C’est clair qu’une personne qui commet un meurtre ne peut être sain d’esprit. Mais la folie passagère ne peut pas tout excuser.

    • Je ne comprends pas moi non plus… émission très intéressante hier à LCN de Denis Lévesque. Un médecin ayant longtemps oeuvré à PP y a expliqué le “pourquoi”. Un avocat a aussi expliqué les conditions de sa libération et ce qu’implique sa remise en liberté.

      Seule chose avec ça comme dite hier lors de l’émission venant du médecin: “On ne saura jamais si face à des conditions similaires ou de stress, ou de désespoir, etc… cet homme peut refaire le geste à nouveau…”

      On ne sait pas…

    • Je vais vous expliquer moi : Turcotte détestait sa femme plus qu’il n’aimait ses enfants. Il s plaidé la folie passagère et un jury gogogauche l’a reconnue non criminellement responsable. Turcotte n’est pas responsable d’avoir dépecé ses enfants. Et aujourd’hui on le relâche car il ne représente plus un danger pour la société car Pinel n’est pas une prison c’est un hôpital où l’On soigne les malades. C’est si simple à comprendre.

    • @sulnet
      Il y a des endroits dans le monde ou ils vivent plus en communauté, en famille élargie et il y a quand même des “crimes d’honneur” ou des parents tuent leurs enfants. C’est évident que ce ne sont pas des environnement “flexibles” comme vous le demandez mais ça nous rappelle que ça prend toutes les conditions que vous énumérez pour que ça marche. Quand on complexifie, c’est plus dur à atteindre.

    • Son geste était planifié et prémédité, ce malade était médecin et savait très bien qu’en ingérant du lave-glace il ne mourrerait pas, qu’il serait magané mais survivrait. Il avait beaucoup d’argent donc facilité de se payer un bon avocat.. et peut-être plus qui sait.. et se ferait passer pour fou donc.. 2 ans plattes dans sa vie mais sa vengeance qualifiée aura portée fruit… il peut bien s’inquiéter de la perte de ses cheveux…

      Bravo la justice québécoise.. et pendant ce temps… on fait le procès du “maquilleur”… il a fait du maquillage il aura probablement un verdict de prison a vie.. il a pas pensé à tuer pour vrai…

    • S’il y avait des journalistes faisant de l’information plutot que du spectacle ; si les médias , plutôt que d’exploiter les cotes sombres sadiques qui se cachent en chacun de nous, éduquaient les gens des institutions de la société; peut être aurions nous eu des explications qui auraient empêché le honteux dérapage auquel vous contribuez Madame. Vous devriez lire ce que le Devoir publie ce matin http://www.ledevoir.com/societe/justice/328289/affaire-guy-turcotte-faire-confiance-a-l-independance-du-jury . Ca c’est du travail de croniqueur qui mérite sa paye!

    • Bonjour à tous,

      Ce qui me rend mal-à-l’aise dans toute cette histoire, c’est que son ex (Isabelle Gaston) n’a jamais eu de psychothérapie suite à ce drame. Et si c’était le cas, pourquoi n’en parle-t-elle pas ?
      Ça lui donnerait un visage un peu plus humain…

      Comprenez-moi bien: ce que Turcotte a fait est monstrueux, d’accord ! Mais elle, elle devrait se garder une petite gène de ventiler ses émotions d’une façon revancharde…

      Mario, Lévis

    • Voir un Ami pleurer….c’est fascinant comme elle reflète toutes les dynamiques de cette histoire !

      Bien sûr, il y a les guerres d´Irlande
      Et les peuplades sans musique
      Bien sûr, tout ce manque de tendre
      Et il n´y a plus d´Amérique
      Bien sûr, l´argent n´a pas d´odeur
      Mais pas d´odeur vous monte au nez
      Bien sûr, on marche sur les fleurs
      Mais, mais voir un ami pleurer!

      Bien sûr, il y a nos défaites
      Et puis la mort qui est tout au bout
      Nos corps inclinent déjà la tête
      Étonnés d´être encore debout
      Bien sûr, les femmes infidèles
      Et les oiseaux assassinés
      Bien sûr, nos cœurs perdent leurs ailes
      Mais, mais voir un ami pleurer!

      Bien sûr, ces villes épuisées
      Par ces enfants de cinquante ans
      Notre impuissance à les aider
      Et nos amours qui ont mal aux dents
      Bien sûr, le temps qui va trop vite
      Ces métro remplis de noyés
      La vérité qui nous évite
      Mais, mais voir un ami pleurer!

      Bien sûr, nos miroirs sont intègres
      Ni le courage d´être juif
      Ni l´élégance d´être nègre
      On se croit mèche, on n´est que suif
      Et tous ces hommes qui sont nos frères
      Tellement qu´on n´est plus étonné
      Que, par amour, ils nous lacèrent
      Mais, mais voir un ami pleurer!
      Send “Voir un ami pleurer” Ringtone to you

    • Mario

      On tue vos enfants au point que votre fille, folle de douleur, s’arrache les cheveux qu’on retrouve dans les mains de son petit cadavre. Votre petit garçon, pendant qu’on plonge le couteau dans son corps dit comme Olivier a dit à son père, trop fier de répéter la “nouvelle” “Arrête! Tu me fais mal!”

      En tant que parent, vous demanderez à voir vos enfants charcutés à la morgue. Vous les verrez, 46 coups de couteau dans de si petits corps.

      On parie alors que vous serez revanchard ? Que vous ne perdriez pas une seule seconde de répéter que la “folie passagère” du meurtrier est une aberration et une injustice flagrante qu’il faut changer?

      Vous êtes surpris que Madame Gaston refuse une psychothérapie (si c’est le cas, vous ne le savez pas et moi non plus!) après avoir été aussi cruellement trahie par une batterie de psys de tout acabit? Si Madame Gaston n’était pas “revancharde”, je la trouverais anormale!

      Une mère blessée par le charcutage de ses enfants et qui garde sa dignité, ce n’est pas aussi humain que si elle était une pauvre loque décoiffée qui refuse de fonctionner, les yeux rougis? Faudrait quoi pour qu’elle soit plus humaine? Qu’elle tente de se suicider? Qu’elle devienne droguée? Alcoolique? Autrement dit, qu’elle concède la victoire sur toute la ligne à son tourmenteur en étant brisée?

      Se garder une petite gêne? Ça ne vous fait pas un peu honte ce genre de commentaire?

    • @Mario1965, 15h36
      Je commence par vous car je vous admire pour votre courage d’émettre un tel commentaire. Je n’ai cependant pas envie de le commenter car je tiens à rester “constructif”.

      @sysadmin, 10h26
      L’image du village pour élever un enfant convient tout à fait à la vision que je me fais d’une parentalité moderne. En plus d’aider à amortir le choc de la séparation des couples, la notion du village dans lequel on élève les enfants aurait aussi comme bénéfice de valoriser les échanges inter-générationnels, un autre truc qui me déçoit profondément dans l’état actuel des choses. Cette image du village n’a toutefois pas du tout la même teneur selon la personne qui l’exprime. La version originale vient d’Afrique d’après ce que j’ai entendu. Et beaucoup de parents d’ici n’accepteraient absolument pas de laisser au “village” un rôle aussi important que ce qui peut se vivre dans les villages africains…

      @arnolde
      Je ne pense pas que la société doit tout régler. Cependant quand on sait que la moitié des enfants vivront l’éclatement de leur cellule familiale avant d’entrer à l’école, on a le devoir de se poser de sérieuses questions sur l’impact de toutes ces séparations sur nos enfants. Et aussi le devoir de trouver des solutions pour éviter que les enfants n’en subissent les contrecoups. Notre société se ferme les yeux sur tous ces drames qui affectent les familles depuis beaucoup trop longtemps. L’affaire Turcotte et cette nouvelle tragédie des trois enfants noyés par leur mère en sont des dénouements extrêmes. Je crois que l’on peut faire beaucoup beaucoup mieux comme collectivité pour que ce genre de drame n’arrive plus.

      @loubia
      Vous rejetez ma théorie, soit. Ça veut dire que vous croyez que le drame conjugal que vivait Monsieur Turcotte n’a rien à voir dans cette histoire? Vous ne croyez pas que nous pourrions, en tant que collectivité, offrir aux couples des alternatives qui feraient en sorte que les drames conjugaux soient mieux absorbés par le milieu dans lequel ils vivent? En passant, je vous admire d’assumer votre monoparentalité aussi dignement.

      @chouettemaman
      Je n’ai jamais voulu généraliser pour tous les parents. Si ce modèle vous convient, j’en suis très sincèrement heureux pour vous. Et s’il fonctionne très bien pour plusieurs autres familles que vous connaissez, c’est aussi merveilleux. Mais qu’est-ce qu’on fait avec les autres? Moi quand je lis dans les statistiques que la moitié des enfants vivront l’éclatement de leur famille avant l’âge de 6 ans, je considère cela comme un échec lamentable du modèle traditionnel pour la majorité des familles. Je crois qu’il serait légitime pour ces parents et ces enfants d’avoir des alternatives satisfaisantes, pas vous?

      @gl000001
      Je crois que nous sommes tout à fait capables d’innover et de favoriser la mise en place de nouveaux modèles familiaux plus respectueux des besoins des nombreux parents qui ne sont pas à l’aise avec le modèle traditionnel. Nous sommes déjà sur la bonne voie avec les CPE et les congés parentaux. Je ne crois pas que ce dont je parle soit si complexe. C’est très différent bien sûr. Mais lorsque l’on ose mettre nos idées et nos ressources en commun, de bien belles choses sont possibles.

    • @ stephanie2009: Vous savez, je ne suis pas experte du tout mais c’est justement le fait qu’il ait pris des décisions irrationnelles (ne pas avoir tué ses enfants d’une manière disons plus douce, avaler du lave-vitre pour se suicider) qui me font penser que justement, c’est parce qu’à ce moment précis, il n’avait pas toute sa tête, qu’il était dans un état de délire excessif. Logiquement, un homme, médecin de surcroît, aurait planifié mieux que ça, en injectant un médicament qui tue rapidement et sans souffrance, à lui-même et ses enfants (un meurtre disons plus “classique”). Robert Latimer a tué sa fille en l’empoisonnant au monoxyde de carbone, s’il n’a pas choisi de la dépecer sauvagement, c’est qu’il était sain d’esprit (même si c’est complètement fou de vouloir tuer ses enfants!!).

      Je ne sais pas ce qu’il va arriver à Turcotte. Mais sa vie est finie, et la seule chose qui importe, c’est que 2 enfants ont perdu la vie et ne reviendront jamais.

    • @ loubia: Mon point est que Turcotte a fait plusieurs sorties publiques, et que personne ne semble l’a voir remarqué…qu’est-ce qui vous dit qu’il se fera reconnaître lors de sa sortie officielle?

    • @sulnet, c’est mon dernier commentaire sur le sujet : lisez attentivement, j’ai écrit que les familles éclatées méritent plus de soutien mais que contrairement à ce que vous affirmez, le modèle traditionnel n’est pas désuet. De plus, je suis irritée parce que saisissez l’occasion d’un questionnement sur le terrible cas Turcotte pour émettre votre habituel point de vue sur le nouveau modèle familial, je comprends que Loubia et autres personnes monoparentales puissent en être quelque peu insultées. Pour poignarder ses 2 enfants sauvagement comme il l’a fait, Turcotte était en plein délire ou bien dans une terrible rage narcissique. Son geste est d’une folie et/ou d’une rage qui dépasse la capacité de compréhension et d’empathie de la plupart des gens. Quelqu’un comme lui n’aurait sans doute pas été réceptif au soutien dont vous faites mention. La société n’y est pour rien, ou en tous les cas, très peu dans cette affaire.

    • @chouettemaman

      Je comprends très bien vote point de vue. Si j’en profite ici, c’est que le cas Turcotte est vraiment une occasion de réflexion très particulière. Bien sûr que j’ai d’abord été estomaqué, révolté et incrédule devant cette histoire. En fait, ces histoires sont beaucoup trop fréquentes et me révoltent à chaque fois, beaucoup plus que vous ne pourriez l’imaginez. Chaque fois, je ne comprend vraiment pas comment nous puissions en être arrivé là. Je trouve cela absolument intolérable et c’est pour cela que je m’acharne un peu. Ne m’en veuillez pas trop.

      C’est que peu de gens semblent remarquer que ce genre de drame arrive pratiquement toujours lors de séparations de couples de parents. Mais puisque mon message ne vous semble très pertinent, sortons du cadre du couple et de la famille traditionnelle et laissez-moi tenter une analogie.

      Replaçons par exemple ce genre de crimes sordides dans un autre contexte. Disons que plusieurs fois par année, des employés qui ont perdu leur emploi (une tragédie d’une ampleur comparable à une séparation) en venaient à assassiner des anciens collègues de travail (aussi innocents que les enfants des parents) afin de se venger. Valery Fabricant, ça vous dit quelque chose? Y a-t-il eu d’autres cas semblables depuis? Saviez-vous qu’il y a une quinzaine d’homicides intrafamiliaux par année impliquant des couples séparés?

      S’il y avait 15 Valery Fabricant par année, ne croyez-vous pas que nous en viendrions rapidement à se dire qu’il ne s’agit pas simplement à chaque fois de gens détraqués? Qu’il y aurait peut-être lieu de s’interroger sur le climat malsain qui semble se développer dans les relations de travail?

      C’est exactement mon raisonnement en ce qui concerne les relations de couples de parents. J’aimerais que vous m’expliquiez ce qui vous fait croire que le modèle traditionnel n’est pas désuet pour la majorité des familles, et pas seulement pour vous ou vos amis. Comment pouvez-vous expliquer que la moitié des couples se sabordent avant que leur enfant n’entre à l’école? La moitié ce n’est pas suffisant pour vous? Cela signifie que si l’on compte aussi ceux qui briseront leur cellule familiale avant que leur enfant ne passe au secondaire, nous dépassons très largement la majorité… Et ce n’est pas encore suffisant pour vous?

      Estimer qu’un modèle est désuet ne veut pas du tout dire qu’il n’est plus bon pour personne. Ça veut simplement dire qu’il n’est plus adapté à la situation de la majorité des parents. C’est le cas de la famille traditionnelle, dite nucléaire. Ce modèle ne fonctionne tout simplement plus pour la majorité des parents. Et de plus, le modèle nucléaire amène beaucoup trop souvent des parents à commettre l’irréparable. Cela mérite que l’on s’y arrête sérieusement et que l’on commence à offrir des alternatives valables.

      @Loubia

      Vous m’aviez demandé de vous soumettre quelques idées. Il y en avait pourtant déjà plusieurs à la fin de mon premier commentaire (écovillages, écohabitats, etc). Mais si ça vous intéresse vraiment, le site habiter-autrement.org est un bon début.

    • @-Alexandre-

      “On ne peut pas envoyer comme message qu’il est correct de se laisser aller, de laisser sa folie prendre le dessus.”

      Ben oui, parce que quand on passe une période psychotique ou de folie passagère, c’est par choix, ou par paresse de ne pas l’avoir combattu assez fort. N’est-ce pas?
      Si on pouvais contrôler par nous même nos problêmes mentaux, il n’y aurais aucun hopitaux psychiatrique, aucun psy, aucune médications….
      Avant de dire n’importe quoi, certains devraient vraiment se relire.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2009
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité