La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 11 décembre 2012 | Mise en ligne à 22h17 | Commenter Commentaires (41)

    Laisseriez-vous votre fils porter ces souliers?

    Si c’était le vôtre, le laisseriez-vous aller à la garderie avec des souliers roses? Des souliers zébrés roses?

    Je vous entends d’ici: mais pourquoi pas? Qu’il mette ce qu’il veut! De quoi je me mêle? Ou au contraire: mon gars? Nahhhhhh.

    C’est ce qui déchire bien des mères blogueuses sur le web ces jours-ci (un résumé dans le Globe and Mail ici) , depuis qu’une femme a publié sur Facebook la photo de son fils et de ses jolies ballerines.

    D’un côté, plusieurs prônent le droit du fiston de mettre ce que bon lui semble, mais de l’autre, certaines se demandent si les parents ne vont pas ici trop loin ans leur désir/délire d’ouverture. Parce que non, le vrai monde n’est pas nécessairement aussi tolérant.

    Qu’est-ce que vous en dites? Pour, ou contre? Tempête dans un verre d’eau, peut-être?


    • Faudrait que ça vienne de lui et qu’il me le demande. Si c’est pour provoquer et faire parler le monde je suis 100% pour. Si c’est parce qu’Il est gay que voulez que je fasse?

    • La couleur n’est pas importante. La vraie question est de savoir si ce sont de bons souliers pour un enfant qui bouge beaucoup, qui court, saute … Je ne suis pas podiatre. Je ne fais que poser la question.
      Forcer le “gender-neutral”, c’est jouer à l’apprenti-sorcier selon moi. Laissons les enfants faire certains choix et soyons proche pour expliquer les comportements aberrants des autres s’il y a lieu.

    • Un enfant de cinq ans, je trouve que ce sont les parents qui doivent choisir ses vêtements lors de l’achat. On peut bien lui en proposer certains et lui demander s’il les aime, les trouve beaux ou lui font mais la décision revient aux parents à la mère dans le cas présent.

      C’est pas grave du tout finalement qu’il est porté ses souliers là mais je trouve que la mère comprend mal son rôle avec un enfant de cet âge. Je suis pour l’autonomie du jeune rapidement mais quand il n’a pas encore atteint l’âge de raison, la décision doit être prise pas mal beaucoup par les parents.

    • porte porte pas tout ce que je peux vous dire c est que ça va lui coûter une fortune en psy

    • Mais quel débat inutile! Il a quoi, 4 ans? Qu’est-ce que ça peut faire qu’il mette des souliers roses?

      Mon fils de 3 ans adore jouer à la cuisinette, faire manger des poupées, porter des souliers de princesse roses à talons hauts avec du minou dessus (déguisement), et il trippe aussi sur les autos de course, les camions de pompier, les prises électriques (!), le soccer et les tricycles rouges. Pour lui, il n’y a aucune différence, juste des jeux. Qu’on laisse donc les enfants vivre en paix, le peu de temps pendant leur enfance où ils n’ont pas encore à se préoccuper des préjugés!

      Va-t-il devenir gay? Euh, je n’en sais absolument rien, et je m’en contrefiche. Et s’il l’est, ça ne sera sûrement pas parce qu’il a joué à la cuisinette ou à la poupée à 3 ans.

    • Bizarrement, c’est le titre qui m’embête. L’utilisation d’un démonstratif “ces” sans savoir de quoi il est question donne une phrase illogique. Par exemple “Laisseriez-vous votre fils porter ces souliers là?” indiquerait que l’on parle des chaussures qui suivent. L’utilisation d’un possessif, tel que “Laisseriez-vous votre fils porter ses souliers?”, laisserait supposé que l’on parle des chaussures du fils. Actuellement la formulation du titre va à l’encontre de la logique.

    • Pourquoi pas une robe, pendant qu’on y est…

      Voyons donc, c’est le temps d’arrêter ces débats ridicules. Un gars, c’est un gars. Une fille c’est une fille. Faudrait arrêter d’exposer les enfants aux expériences sociales les ”logues” de ce monde…

      T. Rightman

    • Je regarde la photo et je me dis que ce ne sont pas des souliers faits pour aller courir dans la cour de récré, point. J’ai deux filles et elles portent des espadrilles à l’école ou encore des souliers qui se prennent pour des espadrilles. Pas des ballerines.
      Marie-Josée Dion

    • Je suis désolé mais non, je ne laisserais pas mon fils porter des souliers roses pour aller à la garderie. À cet âge là, c’est aux parents de prendre des décisions s’il veut le faire (porter des souliers roses) plus vieux(adolescence et/ou adulte) je ne dirais pas un mot mais à la garderie, il y a quand même des limites.

      Belle idée qui ferait qu’il se ferait probablement rire de lui et humilier, beau début pour l’apprentissage de la confiance en soi.

    • hummm… non!

      S’il veut se d

    • C’est que dès que tu te reproduis, on te dit ”parent”, et ce rôle te donne le droit de faire n’importe quoi au nom de ”l’amour inconditionnel” et maintenant, nouvelle tendance ”désir d’ouverture”

      Faire des enfants est un droit à n’importe qui.

    • Quand on prend le temps de s’informer de toute l’histoire qui entoure les ballerines roses, on réalise que la mère a fait exactement ce qu’elle avait à faire, et que c’est la fermeture des adultes tout autour qui crée un problème à partir de rien. Quand elle a permis à son fils de choisir les ballerines, elle l’a avisé que c’étaient des chaussures «de fille», ce qui n’a pas découragé le petit. Elle les a donc achetés. Il a été à l’école et a été l’objet d’un tas de compliments de ses petits camarades de classe, plutôt que de moqueries. Le soir même, la mère a eu une discussion avec lui, pour lui faire savoir que porter des choses roses était parfois jugé par les gens mais qu’elle serait toujours là pour lui. Et ce qu’il a répondu à ça? «Je ne les ai pas choisies parce qu’elles étaient roses, mais parce qu’elles sont zébrées et que le zèbre est mon animal préféré».
      Une belle leçon pour ceux qui montent aux rideaux en l’imaginant tout de suite «drag queen» à l’âge adulte. Les enfants ne sont pas toujours au fait des tabous et préjugés applicables au monde des adultes, et c’est très bien comme ça. Ils apprendront bien assez tôt que des gens autour d’eux les jugent sur leur apparence, leur façon de parler, leur appartenance à un groupe ou un autre. Les laisser faire des choix, c’est un premier pas pour leur apprendre à être autonomes et à s’exprimer sans toujours craindre le regard de l’autre. La maman a averti le jeune que des souliers roses étaient des souliers de filles. Ce dernier a fait le choix de les acheter quand même, et à ce que je sache n’en est pas plus mal pour autant. Où est le problème? Seulement dans la tête de ceux qui jugent du premier coup d’oeil…

      Joanie Robert, Québec

    • Mon fils, alors âgé de 5-6 ans s’est promené (dehors comme dedans) avec les robes de sa soeur pendant sa période “admiration sans borne pour elle”, et on l’a laissé faire, mais jamais au grand jamais je ne l’aurais pris en photo pour afficher ça sur Facebook… C’était sa décision à lui, pas nécessaire de l’afficher publiquement.

      Vous rappelez-vous le merveilleux film Ma vie en rose (1997) d’Alain Berliner. À voir ou revoir!

    • À la maternelle je n’avais plus de combinaison longue propre et sèche et ma mère m’avait mis des collants en laine de ma soeur (pas une grosse différence) en dessous de mes pantalons pour que je n’ai pas froid à la récréation. Et bien j’avais passé l’avant-midi à m’assurer que personne ne pouvait voir que c’était des collants. Donc à un moment donné cet enfant si ça le dérange de porter des souliers roses il va le dire. En attendant ce que les autres pensent on s’en fout un peu.

    • Les plus fortes critiques accusent surtout la mère de “nourrir” les bully et d’exposer son enfants à la pression sociale. Mais c’est exactement ce que les écoles tentent d’éliminer. Pas en homogénéisant tous les élèves, mais en enseignant l’ouverture d’esprit et avec des politiques de tolérance zéro envers les bullys.

      Je ne crois pas qu’un vêtement ou quoi que ce soit ne va changer le bullying. Un enfant bien normal va se faire écoeurer sans aucune raison, juste parce que le bully l’a décidé. Parfois ça sera pour le prénom, la couleur de cheveux, des taches de rousseur…

    • J’aimerais ça vous dire que je le laisserai les mettre en ne me fiant pas sur ce que les autres pensent…..mais bon le monde étant ainsi fait je crois que je lui refuserait…..! Mais je ne pense pas que le fait de porter des souliers rose est mal en soit que ça va faire de lui un weirdo! Oui pour la tempête dans un verre d’eau.

    • Si mon fils veut rire avec les vêtements de sa soeur, c’est une chose. Mais à la maison (à l’école, ce sont TES vêtements).

      Au magasin, s’il insiste pour acheter ces souliers, je lui aurais demandé pourquoi et probablement qu’on aurait orienté son choix sur autre chose de zébré.

      Un gars, c’est un gars; une fille, c’est une fille. Jouer, c’est une chose, mais je ne ferai pas pousser de la barbe à ma fille pour le principe qu’elle puisse se raser comme papa.

    • Elles sont vraiment mignonnes ces ballerines.

    • On fait vraiment des drames avec rien du tout! La mère n’oblige pas son fils à porter du rose pour briser les tabous, elle lui permet simplement de porter des chaussures qu’il a envie de porter!

      On ne va pas encore recommencer à définir ce qu’est une couleur, un vêtement, un jouet, un sport ou un métier “de gars” et “de fille” et faire sentir les enfants qui sortent du moule comme des anomalies! Combien de fois faudra-t-il le répéter: le sexe associé au rose est une question de culture. Même chose pour le sexe associé aux vêtements ou à la coupe de chaveux, qui varie en fonction des époques et des pays.

      Il y eût des époques où les hommes portaient tous les cheveux longs, des tuniques longues, de la dentelle, des talons hauts, des rubans, des perruques à boudins et même de la poudre de riz et du rouge à lèvres. Chez les massaïs, les hommes ont les cheveux longs et les femmes se rasent la tête. Le costume national masculin grec et écossait comporte un vêtement correspondant à une jupe.

      Elle a bon dos la nature! Si les cheveux longs c’étaient “uniquement pour les filles”, les cheveux des garçons ne pousseraient pas de la même façon que les filles non? Si pleurer, c’était anormal pour un garçon, ils ne pourraient tout simplement pas le faire!

      Laissons donc les enfants être eux-même au lieu de leur transmettre toutes nos névroses et nos angoisses de normalité.

    • l’hypocrisie des feministe me fait tomber de ma chaise a chaque fois , c’est comme les pub de je sais plus quel grosse boite “fier commanditaire des mamans ” qui oublis que 18% des familles canadiennes sont mono-parentale mais au masculin , moi c’est simple je boycott ces companies ad vitam eternam et je leur fait savoir. asser egale pour porter des pantalons et aller travailler mais pas asser pour abandonner les privileges de belle plantes , apres on me demande pourquoi je prefererais virer gay que de m’interesser a une femme occidentale , une chance que la polution intelectuelle judeo-chretienne a pas contamine toute la planete , ma fille joue surtout avec des lego , pis apres ? fait qu’un gars en ballerines so what ? il leur faut bien des cavaliers a toutes les petites qui aime la danse et le ballet se pratique pas en bottes a cap d’acier

    • Vivre en société implique certaines conventions: en Écosse, en Grèce et dans plusieurs pays arabes, c’est OK de se promener en robe pour les hommes. Ici non. Est-ce logique? Pas du tout. Est-ce qu’on doit lutter contre ces conventions?

      Mon opinion est qu’on est en train de virer fous avec la liberté d’expression et le fait d’envoyer balader les conventions. Un gars a gagné en Cour le droit de faire son jogging à poil “parce que c’était dans le bois et que personne ne risque de le voir”: y’a quand même eu une plaignante qui l’a vu! Mais bon, un exhibitionniste a tout de même des droits. Pourquoi porter des vêtements comme tout le monde hein?

      On a eu nos manifestants les boules et le reste à l’air. Tout le monde a des droits, plus personne n’a d’obligations: au diable la conformité! Au pire, on se fera déclarer “malade” tiens!

      La société fout le camp avec cette belle mentalité.

      Si mon fils avait voulu se promener en fla-flas, en dentelles et en talons hauts à la maison: aucun problème. Mais s’il avait décidé de se montrer comme ça à l’école: over my dead body! Comprenez-moi bien: je suis la première à défendre l’orientation sexuelle de qui que ce soit. Je n’ai rien contre les gays, vive l’amour. Par contre, je trouve parfaitement ridicules les fonfons à plumes et à paillettes de la parade de la fierté gaie. Y’a une boutte à la soi-disant ouverture!

      Un militaire, ça ne porte pas de tutu
      Une secrétaire (en principe) ça ne s’habille pas en effeuilleuse
      Un médecin ne se promène pas en jogging au travail
      Une vendeuse ne porte pas de shorts au boulot etc

      J’entends les tenants de la liberté à tout prix: ouin pis pourquoi pas hein? Pourquoi mon doc n’aurait pas le droit de venir au travail en habit de clown? Parce que c’est con. Parce que des enfants équilibrés vous diront que ça a l’air fou.

      Cette mère est toute fière de ce que les camarades de son bébé lui aient fait plein de compliments. Il a 4 ans. Mais elle lui magasine des claques sur la gueule pour ses 12 ans. Si le petit aime les zèbres, qu’elle lui achète des pyjamas, des bobettes, une casquette zébrés et qu’elle décore sa chambre avec ce motif. Mais les ballerines roses?

      Il faut un permis pour conduire mais n’importe quel imbécile a le droit de se reproduire, pour démissionner de son rôle de parent et laisser les flos faire n’importe quelle niaiserie au nom de sa sacro-sainte liberté. On s’étonne ensuite que les jeunes se suicident et font toutes sortes de niaiseries comme le car-surfing: ils n’ont eu aucune balise, aucun encadrement. Et un encadrement, c’est nécessaire au sentiment de sécurité d’un enfant.

      Affligeant!

    • Je laisse mes petits s’habiller comme ils le veulent en autant qu’ils respectent les règles suivantes:

      - vêtements appropriés pour l’activité (donc, pas de ballerines à l’école ni de chandail blanc immaculé en classe de poterie).
      - vêtements appropriés pour la saison (donc, pas de jupe pas de collants en hiver).
      - vêtements respectant les codes de l’activité (code de couleur à l’école, vêtement plus chics à Noël et vêtements plus sobres au salon funéraire).

      Mes enfants sont parfois allés à leurs activités de loisirs en pyjama. Personne n’a jamais rit d’eux et je m’en fichait complètement. Ma fille a déjà porté la même robe pendant 2 semaines (je la lavais une fois la petite couchée). Je m’en fichais aussi.

      Mon fils refuse de venir magasiner avec moi et se fiche tout à fait de ce qu’il porte, alors je ne pense pas que je ferai face à ce genre de problème de sitôt. Par contre, si averti des “risques”, il avait persisté dans son choix, je l’aurais laissé faire.

      Mes enfants sont déjà marginalisés à l’école pour d’autres raisons que vestimentaires (pas de jeux vidéos, ni cellulaires) et ils ont appris à se faire respecter dans cela. Les souliers roses ne seraient qu’une variante du même sujet. Enfin, je leur inculque déjà que ce que les gens pensent…

    • Même une fille ne devrait pas mettre ces chaussure. Elles sont horribles!

    • je suis pas sur que j aurais mis sa face sur le net par contre , `l ‘ère ou tout reste il va peut être le regretter dans 2 ou 3 ans

    • On commence par dire aux enfants qu’ils doivent s’habiller en fonction des goûts et des préjugés des autres et lorsqu’ils sont ados, on s’arrache les cheveux lorsqu’ils se mettent à fumer, à prendre de la drogue, à s’habiller comme une callgirl ou à se faire faire 12 piercings pour se fondre à leur groupe d’amis. On ne comprends pas pourquoi ils ne veulent pas être “eux-mêmes”.

      J’imagine la conversation avec un parent opposé au rose pour les garçons:

      -Tu ne peux pas porter du rose

      -Pourquoi?

      -Parce que le rose c’est pour les filles.

      -Pourquoi?

      -Parce qu’il n’y a que les filles qui en portent.

      -Pourquoi?

      -Parce que leurs parents leur achètent des vêtements roses.

      -Pourquoi?

      -Parce que le rose c’est pour les filles!

      -…!?

      MDR! Un système absurde qui n’existe que pour se justifier d’exister!

      Ce n’est pas comme expliquer à un enfant pourquoi il ne doit pas traverser la rue sans regarder des deux côtés ou pourquoi il ne doit pas boire du M. Net. On parle d’expliquer à un enfant le bien fondé d’une ségrégation d’origine culturelle. De même, on peut expliquer à un garçon pourquoi il ne pourra jamais être “enceint” mais prétendre qu’il n’est pas naturel pour lui d’avoir les cheveux longs par exemple serait un mensonge.

    • Tout ce tollé pour une couleur? N’est-ce pas représentatif des stéréotypes qui persistent, même en 2012? On s’est contre-balance de la couleur des souliers d’un enfant. S’il les a choisit lui-même, il est où le problème? Surtout quand on lit l’article au complet et qu’on voit que la mère a bien encadré ce choix et fait un suivi avec cette histoire, chapeau!

      On ne parle pas d’un enfant qui porte un t-shirt avec “sex toy” dessus, mais bien d’une couleur de chaussure dite “réservée” aux filles. Il faut franchement manquer d’arguments crédibles pour dire qu’il en deviendra gai. C’est fou les gens mal inofrmés, j’en ai honte.

      Anick MG

    • À mon avis, c’est une tempête dans un verre d’eau!

      Non je n’aurais pas laissé mon fils aller à l’école avec ces souliers… pas plus que ma fille! Pour la simple et bonne raison que des ballerines ce n’est pas des souliers appropriés pour des enfants! Il n’y a aucun support, c’est comme marcher pieds nus sur le plancher! Avec les ampoules au talons et aux orteils… (ok ça c’est peut-être juste moi) ce n’est pas un soulier fait pour jouer dans une cours d’école!

      La couleur rose a longtemps été associé aux petits garçons! alors que le bleu était associé aux petites filles! Pour moi la couleur ne pose aucun problème. Plusieurs hommes portent très bien le rose! Alors pourquoi pas un jeune garçon? On a bien porté du fluo et du fleuri à outrance dans les années 80-90!

      Pour les conventions… je crois que c’est l’affaire de chaque personne. Il faut apprendre à nos enfants qu’il y a des conventions, qu’on peut parfois les transgresser (parce qu’on est ouvert à la diversité) mais que parfois par civisme ou respect pour les autres il est préférable de les respecter. Je ne ferais pas confiance à un médecin débraillé aussi compétent soit-il et pourtant ce n’est que préjugé, car un médecin bien habillé n’est pas nécessairement compétent. Mais il inspire confiance, respect et montre du respect envers ses patients, sa profession et son statu (dû à sa profession).

      Je suis d’accord avec loubia, si le petit aime les zèbres qu’on lui achète des turcs zébrés, mais acheter des ballerines roses et blanches “pour le trip” c’est selon moi un gaspillage d’argent!

      Je crois quand même que la mère a bien agit… elle a averti son fils des possibles conséquences et elle a finalement été surprise par l’ouverture des autres jeunes et de la raison qui a motivé l’achat pour son fils. (mais je crois que c’est quand même un gaspillage d’argent, il va les porter combien de fois selon vous?)

    • @loubia

      “Vivre en société implique certaines conventions: en Écosse, en Grèce et dans plusieurs pays arabes, c’est OK de se promener en robe pour les hommes. Ici non. Est-ce logique? Pas du tout. Est-ce qu’on doit lutter contre ces conventions?”

      Une société n’évolue pas lorsque personne ne remet en cause ses conventions. À une certaine époque, c’était contre les conventions qu’une personne noire épouse une personne blanche, que des couples divorcent ou qu’une célibataire ait un enfant.

      La mode est différente d’un code vestimentaire (les règles de gebgeb avec ses enfants me semblent d’ailleurs pleines de bon sens). Moi non plus, je ne voudrais pas voir un médecin habillé comme un squeegee ou un garagiste en toxedo mais une couleur n’est pas un vêtement. Une salopette rose conviendra toujours mieux au garagiste qu’un tutu bleu! :D

      On voit de plus en plus d’hommes, (pas nécessairement des gays), avec une chemise ou une cravate rose alors ça va finir par devenir banal. Même au Moyen-âge, la mode évoluait.

    • le rose est une couleur que l’on retrouve dans la nature, il n’y a pas de corrélation entre une couleur et un genre et / ou une orientation sexuelle… Revenez-en svp!

    • “On voit de plus en plus d’hommes, (pas nécessairement des gays), avec une chemise ou une cravate rose alors ça va finir par devenir banal.”

      Oui, et sur les peaux sombres, une chemise rose ça fait très classe! ;)

    • Le petit se prend pour un ninja avec des souliers roses… Il fait cela par imitation, il a dû voir un film ou un dessin animé à la télévision ou sur le web et veut faire pareil.

      Il ne fait pas la différence entre des souliers de ballerines et de ninjas, la preuve qu’il avait encore besoin de conseils à cet âge. LOL

    • Alright, voilà ma petite expérience personnelle. Mes parents m’ont laissé me peindre les ongles avec ma grande soeur, et j’adorais jouer à me déguiser en femme avec des ballons comme fausse poitrine. J’ai fait du patinage artistique pendant 9 ans (je me suis souvent fait niaiser mais j’ai arrêté parce que les pratiques devenaient trop exigeantes – 4X semaine – et en conflit avec mes études). Je me suis fait traité de tapette parce que je n’aimais pas les sports en général et je me laissais pousser les cheveux. Mais j’avais des bonnes réponses et j’évitais les ennuis.

      Ma mère a toujours été une maniaque du paraitre. Alors à l’école, que de beaux vêtements, pas de trou ou de tache. Rien de trop “fou”. Et à noël, il fallait s’habiller propres et beaux, même chose lorsqu’on visite de la famille. (un peu comme plusieurs disent ici, “c’est correct à la maison mais pas ailleurs!)

      Et moi, ça m’a écoeuré du “paraitre”. Je dois m’encravater pour travailler et je déteste ça. Les manis de ma mère ne m’ont pas aidé ni habitué au “vrai” monde. Maintenant adulte, à noël, je suis confortable en jeans parmis une gang de pomponnés et je suis bien. Je ferais n’importe quoi pour être dans un travail sérieux où l’on juge les compétences à 100% sur le travail, pas sur la cravate, l’état (ramassé vs bordélique) de mon cubicule ou ma coupe de cheveux.

    • @jobrob D’accprd avec vous, très bon post, pas mal mieux que respectable qui, d’après sa réponse, n’a pas été lire l’article au complet, surtout la page FB avec le commentaire de son frère. Et cela vaut aussi pour rightman qui, fidèle à son habitude, a pondu des niaiseries en parlant à travers son chapeau car il Neat aucunemet question de porter une robe ou de suivre les recommandations d’un lologue quelconque.

    • @stephanie2009

      Excellents commentaires.

      J’ajouterais ceci: la convention avant les années 30-40 était que le rose est plus approprié aux garçons (car c’est un dérivé du rouge, une couleur forte) alors que le bleu convient mieux aux filles, car c’est une couleur qui évoque la douceur. “Le rose c’est pour les filles” est une construction culturelle relativement récente.

    • Ce n’est pas un tollé, c’est une actualité virale comme une autre et c’est rendu que la planète entière en cause…

      Alors que cela devrait rester dans la famille, la garderie…

      Puis pour les vêtements d’âge pré-scolaire jusqu’à environ son âge, il y a bien des choses unisexe.

      Il aurait aussi pu faire cela pour se prendre pour Pink Panther.

    • Mon garçon de 2 ans 3/4 adore mettre des barrettes,comme ses soeurs. Pendant que je les mets il joue avec ses petites voitures en regardant Les Bagnoles… C’est le même petit garçon qui a une doudou rose et mauve, parce qu’il l’a volé à ses soeurs (encore!). Mais je le comprends, elle est très douce.

      Et pourtant, quand il mange il veut absolument le verre bleu. Sa décision.

      Alors ce garçon, go pour lui!

    • Stéphanie 2009.

      Je parle de tenue vestimentaire, vous parlez de cas de racisme et de discrimination fondée sur le statut civil!

      Si à une époque, les jabots de dentelle et le collants blancs sur des chaussures à grosses boucles pour les hommes poudrés et perruqués ont eu la cote, aujourd’hui, c’est ridicule et tout aussi peu pratique que ce devait l’être “dans ce temps-là”.

      Un coup partis, adoptons la tenue des Pierrafeu vu que ça a déjà été la norme. Évoluer, ça veut généralement dire aller vers le mieux, pas vers le pire!

      Il a l’air de tout un mâle ce ti-n’homme à sa maman! Les enfants ne sont pas assez mêlés comme ça avec les familles reconstituées et les bouleversements qui vont avec?

      Vous auriez honnêtement confiance en un mécano en salopette rose vous? C’est plate que ce soit une question de conventions sociales, mais moi je vous dis que cet homme serait mis en faillite assez vite, même si c’est profondément con les conventions, même s’il était le meilleur mécano à l’échelle planétaire! Poche hein?

      C’est ça que cette môman cool ne réalise pas. Au yable les conventions, mais avertis fiston qu’il y a toujours un prix à payer. Comme d’autres l’ont signalé, si ce n’est pas ça, ce sera les oreilles, la couleur des cheveux, la taille ou la grosseur: ça fait encore partie de la nature humaine que de se moquer des différences. Ou de les rejeter. Éliminer le bullying? Bonne chance!

      Il y a des gens à qui on refuse un travail à cause de leurs tatouages excessifs: mais bon! Ils se sont exprimés et c’est leur body après tout! Ils sont néanmoins au chômage!
      Il y a des codes vestimentaires dans certains bars, restaurants, places de travail. Tu veux t’exprimer mon ti-pout? Vas-y mon homme! Mais on te claquera des portes en pleine face.
      Certains métiers exigent les cheveux pas plus long que le col de chemise pour les hommes. Mais si tu les veux aux reins, vis ta différence mon homme! Chôme mais sois fidèle à toi-même. Mange une volée par les cromagnons qui n’en ont rien à cirer de ta liberté d’expression, mais au moins, vis selon tes convictions.

      Encore de nos jours, il y a des gays qui se font battre, ridiculiser, discriminer. Est-ce que cette môman “cool” réalise ce à quoi elle expose son fils?

      Les chemises roses ou pastel pour les hommes: personnellement, j’adore! Mais il y a encore un fichu paquet d’hommes qui ne voudraient pas être pris morts là-dedans!

      On aura beau brandir la bannière de la tolérance, le droit au choix, la liberté, ce n’est pas demain la veille où les “excentriques” auront le droit de se lâcher lousse sans en payer le prix.

      C’est poche, mais c’est comme ça!

      Tiens! Je suis née toute nue et l’Histoire nous indique que les vêtements servaient à se protéger des intempéries et à se décorer le corps. Je réclame donc mon droit inaliénable à me promener à poil dans les magasins et les bureaux en hiver et sur la rue l’été prochain.

      Au yable les conventions, il n’y a rien qui excuse ça! C’est naturel et beau le corps humain!

    • Non.

      Mes filles non-plus d’ailleurs.

    • Vu que les enfants sont aussi le reflet que sont les parents, donc, ils ont déjà un rôle social qui débute avec l’école, alors, ce serait non: tu me représentes mon petit gars, et si tu y tiens tant à tes petits souliers roses, viens pas me chiâler que tu te fais écoeurer, tu t’arrangeras avec tes problèmes, car, moi, je n’en porte pas de vêtements féminins. C’est certain que tu vas passer pour un taré.

    • Euh… non. Premièrement ce ne sont pas des souliers confortables pour jouer, sauter, courir et s’amuser même pour une fille. Deuxièmement, il a carrément l’air ridicule avec ça. Et comme ce sont les parents qui achètent les vêtements et les souliers à cet âge-là, c’est à eux de faire preuve d’un peu de jugement.

    • @loubia

      “Au yable les conventions, mais avertis fiston qu’il y a toujours un prix à payer. Comme d’autres l’ont signalé, si ce n’est pas ça, ce sera les oreilles, la couleur des cheveux, la taille ou la grosseur: ça fait encore partie de la nature humaine que de se moquer des différences.”

      Justement, si un garçon a les cheveux roux, ses parents savent qu’il y a un risque qu’il fasse rire de lui à l’école. Devraient-ils le lui dire en lui proposant une teinture? Et un enfant noir? Est-ce différent parce que, contrairement à une couleur de cheveux ou de peau, on peut choisir la couleur de ses vêtements?

      Un garçon peut aussi faire rire de lui parce qu’il n’aime pas les sports (ou pratique des sports jugés trop féminins), parce qu’il refuse de fumer, est premier de classe, est attiré par les garçons ou simplement parce qu’il se tient surtout avec des filles. Il y a toujours des conséquences au fait d’être soi plutôt que de suivre aveuglément les autres. Savoir réagir aux remarques désobligeantes est un apprentissage qu’on néglige beaucoup trop à mon avis.

      Je trouve absurde de voir tant de gens respecter des conventions qu’ils sont les premiers à trouver absurdes. L’évolution, c’est le changement et il faut le provoquer un peu parfois. La tenue vestimentaire de Louis XIV est considérée comme ridicule aujourd’hui parce que des gens ont commencé à remettre en question sa pertinence. J’ai déjà porté des robes que je n’oserais jamais porter aujourd’hui et je porte peut-être aujourd’hui des choses que je trouverai ridicules demain.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2010
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
  • Archives

  • publicité