La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 30 octobre 2012 | Mise en ligne à 9h26 | Commenter Commentaires (17)

    Tout le monde en parle

    Bon. L’actualité est bien chargée ces jours-ci. Alors histoire d’oublier un peu l’horreur de ce fait divers, ou l’enfer des nouvelles météo, voici LE sujet famille dont tout le monde parle en France ces jours-ci: une mère au foyer qui se cherche un emploi. Voici la petite annonce qu’elle a publié sur internet (sorte de kijiji français), et dont tout le monde parle dans l’Hexagone depuis:

    « Et voilà… La petite dernière va à l’école… Pas de jouets à ranger, pas de vomi à nettoyer et plus de 4 pattes pour jouer à Dora l’exploratrice…
    Il est grand temps que je recommence à faire ce que je n’aurais jamais dû arrêter : TRAVAILLER.
    Alors, bien sûr, quand vous verrez mon CV, vous allez pâlir… Ne nous fiions (A 1 “i” de la catastrophe) pas aux apparences, mine de rien, une maman au foyer, ça développe tout un tas d’aptitudes qui vous seront bien utiles.
    -Je suis ponctuelle : avec un réveil en fanfare à 6 h, je suis large.
    -Je suis une négociatrice à faire rougir le GIGN : si tu fais dodo, tu auras un cadeau… (Oui, je sais, c’est moche)
    -Je sais valoriser un produit : 2 yeux, 1 bouche et ma purée Mousline devient un chef-d’œuvre digne de Picasso. Et j’exagère à peine…
    -Je suis organisée : 9 h rangement, 10 h ménage, 11 h repassage, 12 h donner de la purée aux enfants.
    -Je suis souriante en toutes circonstances : mais bien sûr que c’était une bonne idée de confondre ta peinture et mes vernis (Planques tes Oui-Oui, ça va faire mal !!!)
    -Je sais tenir des comptes d’une main de maître : 3+6 (125/87)-0.567… C’est bon, je peux acheter une baguette !!!
    -Je suis dynamique : la dernière fois que je me suis assise, c’était… Pfffff… C’était quel jour avant-hier ???
    -Je suis volontaire : comme toute maman au foyer qui s’en sort enfin.
    -Je ne suis jamais malade, je n’ai pas le temps.
    Pour finir, ayant servi 5 ans dans un commissariat de police où j’ai essentiellement répondu au téléphone et rarement fait la vilaine, je suis rompue aux “Chef, oui chef”… CQFD
    Et pour finir de finir, je dirai seulement qu’apprendre un nouveau métier ne me fait pas peur, quel qu’il soit. (Sauf garde d’enfants, c’est entendu…)
    (Afin d’éviter de nouvelles demandes de photos de moi intégralement nue ou/et avec des petits chiens, je ne communiquerai mon numéro de téléphone qu’aux véritables employeurs.) »

    Oui, c’est drôle. Drôlement vrai, non?


    • Oui, drôlement vrai! Sérieusement, je n’ai jamais eu aussi hâte de retourner travailler que durant mon long (2 ans) congé parental. Le retour au travail m’a probablement évité un suicide! J’exagère à peine…

    • PS: votre premier lien est absolument à vomir…quelle horreur, quelle violence!! :-(

    • Élever des enfants est un travail, ça demande de l’attention continue, de garde 24h. Ton bébé fait ses dents et pleure toute la journée, ce n’est pas comme au bureau ou tu peux laisser ça derrière passé 17h. Je ne parle pas ici d’avoir des enfants, de les aimer, et tout. Je parle des tâches associées. Avant même de penser donner un salaire aux mères au foyer, il faudrait vraiment que ça soit valorisé afin que les femmes puissent avoir le choix (sans subir de jugement) de travailler à l’extérieur ou de travailler à élever leurs enfants. Pour moi ça serait ça l’ultime féminisme : avoir le choix, pas juste faire comme les hommes… Faut être logique, les éducatrices, elles font le travail d’élever les enfants de celles qui veulent travailler à l’extérieur, et ce qu’elles font est considéré comme un travail! Cela dit, comme tous les métiers, ce ne sont pas toutes les mères qui sont faites pour le quotidien du métier d’élever les enfants, et c’est correct aussi. J’ai des amies et cousines qui se rongeaient d’impatience de retourner au travail quand leur bébé avait 6 mois. Moi par contre je n’ai pas vraiment hâte de retourner travailler et je suis heureuse d’avoir pu prolonger mon congé de maternité. Ça dépend du tempérament de chacune. J’ai peut-être moins besoin de contacts sociaux qu’elles. Par contre je n’ai aucun doute sur l’amour et la qualité des soins qu’elles portent à leur enfant.

      Concernant cette annonce elle est bien drôle mais elle fait penser qu’on est encore loin de la conciliation travail famille idéale… sans doute qu’arrêter de travailler 5 ans c’est long mais que c’est la seule alternative à travailler temps plein…à quand le travail à temps partiel possible dans tout les domaines d’emploi pour les parents qui veulent passer plus de temps avec leurs enfants? Moi c’est mon rêve et je compte bien le demander à mon boss à mon retour!

    • Reste que convaincre un employeur qu’on est encore actuelle et compétente après être s’être occupé de la marmaille, c’est pas facile…

    • @MIMI.B Comme vous, j’aime rester à la maison. Si ce n’était pour des raisons financières (mon conjoint n’a pas un emploi stable), je resterais volontier à la maison pour élever mes enfants jusqu’à ce qu’ils aillent à l’école. Tout en respectant les femmes qui ne s’y sentent pas épanouies, j’ai l’impression qu’aimer rester à la maison est un nouveau tabou. Il ne faut pas le dire trop fort. Pourtant, c’est très noble que de s’occuper des enfants et que de tenir maison.

      Le texte décrit de manière rigolote ce qu’est la vie avec de jeunes enfants. Élever des enfants est une tâche complexe qui donne lieu à beaucoup de compétences tranférables à un emploi. Bonne chance à cette dame, j’espère qu’elle se trouvera un emploi épanouissant!

    • @kendersophie

      Vous avez raison. Pourtant, J’ai fait et je fais encore beaucoup de bénévolat dans différents domaines. Beaucoup de mamans à la maison siègent dans des C.A. communautaires et elles sont d’une efficacité à faire rougir certains travailleurs dont c’est le métier quand vient le temps d’aller chercher du financement, d’organiser des évènements ou simplement de rendre un rapport de réunion.

    • “Tout en respectant les femmes qui ne s’y sentent pas épanouies, j’ai l’impression qu’aimer rester à la maison est un nouveau tabou. Il ne faut pas le dire trop fort.!”
      ———————————————

      En ce qui me concerne, je trouve ça super qu’une femme préfère rester à la maison pour élever ses enfants! (en autant qu’elle le fasse bien et qu’elle soit en mesure de leur fournir un environnement sain et stimulant).

      Par contre, je connais dans mon entourage très proche une mère qui reste à la maison depuis plusieurs années pour s’occuper de ses filles. Mais je sens qu’elle le fait beaucoup car le marché du travail lui fait peur. Elle aimerait retourner travailler (ses filles sont à temps plein à l’école) mais se trouve toutes sortes d’excuses…elle a un grand manque de confiance en elle. Ce que je trouve dommage car elle rejette son insécurité sur ses enfants (elle a un peu tendance à les surprotéger). Disons que je suis heureuse que sa dernière soit entrée à la maternelle car son manque de stimulation est disons…flagrant.

      Alors oui, le choix de pouvoir rester à la maison c’est bien, mais il faut être en mesure de livrer ce qu’il faut.

    • J’ai assisté à une conférence en recherche d’emploi et gestion des ressources humaines il y a quelques années. La personne a cité en exemple justement le retour au travail d’un mère ayant passé plusieurs années à la maison. Les points importants que le conférencier mentionnait rejoint pas mal le texte de la petite annonce! entre autres : indiquer les années passées à la maison comme s’il s’agissait d’un emploi à l’historique du CV et on peut y aller avec un titre original tel que gestionnaire familial, inscrire des tâches et des compétences associés (organisation d’activités, travail d’équipe, bénévolat, gestion de budget et de calendrier, etc.) ! Ce ne sont pas des années où la mère n’a pas été active, au contraire! aussi bien les valoriser et les mettre en valeur…

    • Très drôle, cette annonce. La postulante a un sens de l’humour certain. Elle se décrit parfaitement et on voit qu’elle connaît les critères d’embauche puisqu’elle se décrit à travers eux. Elle trouvera preneur.

    • C’est effectivement un texte rigolo qui illustre bien les défis de la maman à la maison et les qualités nécessaires pour mener à bien un tel projet.

      Je suis moi-même une mère au foyer de 3 et bientôt 4 enfants. J’ai laissé ma carrière de médecin pour ce faire. Et je n’ai jamais regretté un seul instant ma décision. Mes talents d’organisatrice de soins, de donneuse de soins de première ligne, de prise de décision immédiate dans des situations stressantes, de psychologie et d’empathie me servent tous les jours! Vivement qu’on valorise ma nouvelle profession!

      Je suis entièrement d’accord avec vous, MIMI.B, qui affirmez que l’ultime féminisme est de redonner aux femmes le choix total de leur vie. À mon sens, passer de la vie au foyer obligatoire des années ‘50 à la vie au travail obligatoire de maintenant (selon le discours ambiant et les reproches qu’on me fait depuis un an), c’est bonnet-blanc, blanc-bonnet. Pouvoir concilier travail-famille devrait aussi être possible pour toutes les mères qui désirent couper la poire en deux.

      Ma fille de 7 ans me disait l’autre jour qu’elle aussi voulait avoir mon travail un jour, celui de “surveiller les enfants”. Comme surveiller c’est aussi veiller sur, je me dis que j’ai un des plus beau métier au monde.

    • Je pense qu’en s’affichant de la sorte, ça démontre un sens de l’humour et de l’originalité, ce qui pour ces seules raisons peuvent attirer des employeurs.

      J’ai connu une amie qui a décroché un emploi juste à cause du message sur son répondeur que l’employeur à entendu lorsqu’il l’appelait pour une entrevue.

    • Je trouve le rôle de mère très valorisant. Il s’agit tout de même d’amener à bon port des petits êtres humains afin qu’ils s’accomplissent et s’épanouissent un jour. De mon opinion, élever un enfant est une joie quoditienne malgré les défis que cela représente.

    • @gebgeb, entièrement d’accord avec vous, nous sommes passés d’une obligation (rester à la maison) à une autre (travailler). Je crois que plusieurs femmes voudraient rester à la maison ou travailler à temps partiel mais économiquement, ce n’est pas possible pour toutes les familles. De plus, les emplois à temps partiel ne sont pas abondants dans certains domaines profesionnels.

    • Une mère de famille qui se cherche un emploi ne l’a pas facile, c’est certain. Quand la mère de famille aborde la cinquantaine, trouver un boulot (intéressant, bien payé, etc.) devient quasiment impossible. Quand le chercheur d’emploi, homme ou femme, atteint les 55 ans, trouver un emploi, bon ou pas, relève du miracle.

    • L’humour (souvent) est un signe d’intelligence. J’engagerais cette dame avant bien d’autres qui ont des diplomes mais qui ne savent pas communiquer.

    • Finalement, on en revient toujours à la conciliation travail-famille, qui est la clé.

      Un emploi à temps plein est très difficile pour un parent. Oui au travail à mi-temps. Pour celles qui nous lisent, n’ayez pas peur de le demander à votre employeur, on ne sait jamais! Moi je l’ai fait et cela a été accordé (mon poste reste officiellement à temps plein, mais le salaire a été amputé pour que je travaille à temps partiel).

      Autre solution: favoriser le travail à domicile. Oui, il faut quand même envoyer les enfants à la garderie mais vous économisez jusqu’à 2h-2h30 de trajet par jour! On est beaucoup plus zen. Sauf que ça, ça m’a été refusé… :-(

    • C’est dommage, mais souvent les mères qui travaillent font/doivent faire tout ce que la dame raconte en plus d’aller au boulot (ponctualité, “négociation”, organisation, dynamisme, pas malade, etc) mais clairement pas pour le même nombre d’heures. Alors, oui c’est drôle, mais cela n’impressionnera pas beaucoup les employeurs, du moins dans mon domaine. Par contre, je crois que le bénévolat est bien vu, surtout s’il a permis d’accomplir quelque chose de mesurable comme doubler le financement d’une organisation X ou d’augmenter le nombre de membres de la société Y.

      Bravo à ceux et celles qui restent sereinement à la maison. C’est un travail très exigeant mais, le marché du travail, très compétitif en temps ordinaire, ne valorise pas beaucoup ces tâches. Vaut mieux y trouver une satisfaction personnelle.

      Dans mon cas, on s’en fiche pas mal que j’ai passé du temps à m’occuper de mes enfants. En fait, on craint que je doive tout le temps m’absenter, partir tôt, etc. Alors je n’affiche jamais que j’ai des enfants en entrevue.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2013
    L Ma Me J V S D
    « fév   oct »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité