La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 21 décembre 2011 | Mise en ligne à 11h14 | Commenter Commentaires (66)

    Coupable d’avoir pris un enfant en photo?

    Photo AP

    Photo AP

    C’est l’histoire d’une dame d’un certain âge. Au centre d’achat. En pleine frénésie du temps des Fêtes. Entre la petite musique festive, les innombrables décorations et les cris des enfants joyeux, elle décide d’immortaliser cette belle magie de Noël (non, il n’y a pas que des grincheux ces jours-ci!), en croquant, avec son téléphone intelligent, quelques photos. Un père Noël ici, un sapin là, et puis pourquoi pas, un enfant avec le père Noël, près du sapin, tiens.
    Pourquoi pas, hein?
    Pourquoi pas? Visiblement, la mère de l’enfant en question y a vu toutes sortes de problèmes, avertissant le garde de sécurité du centre d’achat, qui a ensuite exigé que ladite dame efface toutes les photos d’enfants de son téléphone.
    Crac.
    Qu’en pensez-vous? Crainte justifiée de la mère en question, ou au contraire, complètement déplacée?
    Vos enfants se sont-ils déjà fait prendre en photo par un inconnu? Comment avez-vous réagi?
    J’imagine que tout dépend de la situation: à la plage, en bikini, on peut moins aimer. Mais sur le père Noël? Pendant le temps des Fêtes? Mettons que la “photographe” en question ne l’a pas trouvé très drôle. Finie, pour elle, la magie des Fêtes.
    Ironie du sort, il s’agit en prime d’une ex-sénatrice, qui a fait beaucoup dans son état pour lutter contre les pédophiles…
    Elle raconte sa version des faits dans un courrier des lecteurs, ici.


    • Les gens ont peur de tout. J’ai l’air de radoter mais ça vient avec la montée du conservatisme.

    • Comme quoi y a encore du monde qui voit des bibittes ou ils n’en existe pas.

      Pas pour rien que les films, reportage et photogrphie de monde ou autre sont de plus en plus fait par des montages virtuelles et animation, la démence psychologique de certain est vraiment incompréhensible.

      En passant, vous avez écrit le mot Noel 4 fois, c’est dangereux vous trouvez pas ?

    • Une PÉDOPHOBE de plus est née

      http://ysengrimus.wordpress.com/2011/03/01/pedophobie/

      Et ce sont les enfants, à terme, qui paient pour ça.
      Paul Laurendeau

    • La réaction peut sembler extrême, mais je suis d’avis qu’avant de photographier quelqu’un, surtout un enfant, il faut au moins demander la permission. Question de civisme.

    • .. Paranoïa! Dans certains coins, on en est rendus là, je suppose. C’est triste. Par contre, si une «police de carton» (lire un agent de sécurité) fait le matamore avec moi, et que je n’ai commis aucun délit, c’est simple: Je fais le 911 et je fais venir la police. On verra bien.

    • J’ai déjà été témoin d’une scène de ce type dans un magasin “fabrique de toutou” il y a quelques années. Une passante avait pris en photo un enfant et s’est fait aviser par le préposé du magasin de ne pas prendre de photos. La mère de l’enfant, qui jusque là n’avait pas réagi, est devenue hystérique et a exigé de voir l’appareil photo pour s’assurer que toutes les photos étaient effacées. J’avais trouvé ça spécial.

      Maintenant maman de deux jeunes enfants, je ne comprends pas plus. Et oui, ma fille s’est déjà fait photographier par des étrangers qui la trouvaient bien cute. Je ne vois pas le problème, même si je ne vois pas ce qu’ils vont faire avec une photo d’un enfant inconnu. En fait, je ne vois pas non plus ce que quelqu’un de mal intentionné pourrait faire avec une telle photo, surtout que l’enfant est complètement habillé.

      Vraiment, je trouve que c’est exagéré de réagir de la sorte.

    • Y a t’il une medication contre la paranoia?

      @gl000001
      Je ne vois pas ce que le conservatisme vient faire la-dedans,
      regardez l’enorme montee de lait que provoque la nomination d’un entraineur
      unilingue anglophone chez le CH, ca ne provient pas de la couche conservatrice
      du Quebec.
      La paranoia est apolitique, il y a 40 ans ma grand-mere aimait se faire peur
      avec les nouvelles sordides dans Allo Police, et ce n’etait pas une epoque
      de “monte” conservatrice.

    • C’est fou. Il y a vraiment des gens qui sont paranos.

      Mes enfants se sont fait photographiés plusieurs fois par des incconus dans toutes sortes de circonstances. J’ai des photos d’enfants inconnus chez moi pour toutes sortes de raisons. En fait j’ai des photos d’inconnus tout court, enfants, adultes, personnes âgées… Si à quelques occasions j’ai demandé la permission, je dois avouer que la plupart du temps je croque les images sur le vif, sans penser plus loin.

      Par contre, j’avoue qu’une fois dans ma vie j’ai eu un malaise à voir un inconnu capter des images de mes enfants. Aux jeux d’eau de mon quartier, un homme dans une auto, stationnée au bout du stationnement du centre communautaire (donc assez loin), filmait les enfants qui s’éclaboussaient en costume de bain. Je n’aurais eu aucune réaction s’il avait s’agit d’un papa ou d’un grand-papa qui filmait au grand jour à proximité des jeux. J’y aurait vu le désir tout simple de capter des moments de bonheur. Mais quand je me suis rendue compte que les enfants étaient filmés de loins et pratiquement en cachette… ouf. Je l’ai fait remarqué à mon conjoint et à un voisin qui jasait avec nous. Les deux gars se sont dirigés vers l’auto en question… le gars ne devait pas avoir le goût de s’expliquer… il a foutu le camp. Pas rassurant. :(

    • Partout dans le monde, il faut demander la permission avant de photographier quelqu’un … c’est une politesse de base qui n’a rien à voir avec les pédophiles. Parce que c’est un enfant, la politesse ne s’applique plus? Parce que c’est Noël?

      Si quelqu’un prenait mes enfants en photo sans me le demander, je ferai exactement pareil! Je ne veux pas que des images de mes enfants puissent se retrouver n’importe où sans mon autorisation.

    • Je crois que c’était la moindre des choses à faire. Nous sommes entourés de pédophiles et j’espère que des mesures appropriées telles qu’emprisonnement/peine de mort seront prises pour dissuader de futurs preneurds de photos d’enfants à l’avenir. Nous ne sommes jamais assez sévères lorsque vient le temps de protéger les enfants.

      Aussi, je déteste l’idée que des enfants embarquent sur les genous du père noel. Qui sait quel genre de personne peut être ce père noel? J’ai déjà entendu des histoires d’horreur sur de présumé père noel. Je vois qu’il y a encore beaucoup de travail de prévention à faire à cet égard.

    • “J’imagine que tout dépend de la situation: à la plage, en bikini, on peut moins aimer.”

      Ca ne dépend pas du tout de la situtation. La plage est un lieu public. Si tu t’habilles en bikini à la plage, t’as pas un mot à dire même si quelqu’un te prend en photo.

    • Arrêtez avec vos histoires de pédophilie, c’est une obssession ou quoi? Comme j’ai écrit plus haut, c’est simplement faire preuve de civisme que de demander la permission à quelqu’un avant de le photographier.

      La dame a peut-être réagi un peu trop intensément, mais la “photographe” aurait pu demander l’autorisation.

    • Voici le résultat de la matantisation du Québec…

      On se laisse mener par une gang de matantes paranoiaques qui veulent tout légiférer. Ce n,est plus un gouvernement que nous avons mais une nourrice démente, psychopathe, dépressive et totalement dépourvue du jugement.

      Dans le fond…la Charia a ses avantages.

    • En tout cas moi, je ne voudrais faire le Père Noel…. il risque les poursuites d’attouchements tout le temps des fêtes avec tous ces enfants sur ses genoux… j’espère qu’il gagne au moins 150 000$ pour de tels risques…

      tant qu’à paranoïer…

    • @gouf
      “Partout dans le monde…” Y etes-vous alle? Ce n’est certainement pas
      le cas dans plusieurs pays asiatiques que j’ai visite!

    • Hum… On dirait bien un cas de paranoïa, mais faut avouer qu’aujourd’hui, avec Internet, il peut arriver n’importe quoi avec ces photos. Je ne parle pas de pédophilie, mais imaginez que quelqu’un utilise les photos pour faire la promotion d’un produit ou d’un site Web, ou que la personne publie les images sur sa page Facebook avec plein de commentaires. Pas envie que mon enfant devienne une sensation sur le Web à mon insu. Bref, vaut mieux s’abstenir de photographier des inconnus, qu’il s’agisse d’enfants ou d’adultes.

    • Je suis peut-être un peu hors sujet mais il faut dire que la folie des photos m’énervent un peu. C’est comme si plus personne ne prenait le temps de vivre au présent. Chaque occasion, même la plus banale, devient un prétexte pour prendre une photo. Peut-être veut-on immortaliser le moment en se berçant de l’illusion que l’on ressentira la même émotion en revoyant la photo ? Nenni, c’est jamais pareil.
      Si j’avais été cette dame, j’aurais ouvert bien grand les yeux pour m’imprégner de l’atmosphère de Noël et j’aurais rangé cette matinée parmi mes beaux souvenirs.

      Au Louvres cet été j’ai été vraiment dépassée de voir tous ces gens devant La joconde qui ne voulait absolument pas voir le tableau mais le prendre en photo ! Ou bien, pire encore, prendre maman ou le petit dernier en photo à 10 mètres du tableau ! Incompréhensible pour moi…

    • @gouf: quand on demande la permission avant de photographier quelqu’un, on n’obtient pas, généralement, le même genre de photo. On a droit à des sourires figés, à des poses peu naturelles… le résultat n’est pas du tour le même. J’aime faire de la photo et j’aime prendre des images sur le vif. Des images du quotidient des gens… surtout quand je visite un pays où le quotidien est vraiment différent du miens. Les plus belles photos sont prises sans permissions. Et c’est ces photos qui nous rappellent l’ambiance du moment, le tempo de l’endroit qu’on a visité.

      Si je pensais vendre mes photos et en tirer un revenu, je considérerais l’aspect légal. Mais en tant qu’amateur… non. Si quelqu’un me demande à voir ou à effacer une photo prise sans permission (ça ne m’est jamais arrivé), j’accepterais sans chichi, mais peut-être avec déception si je trouvais la photo réussie.

      Je me suis déjà fait prendre en photo par une touriste mexcaine. J’allais rejoindre mon chum du moment, beau comme un dieu, dans le Vieux Québec, en plein hiver, pour une sortie en amoureux. On se retrouve sur la Terrasse Dufferin. On s’embrasse. Puis un flash… on se rend compte qu’on est pris en photo. On part à rire. La touriste vient nous parler… nous dit qu’on était trop cute. C’était une caméra conventionnelle et je n’ai donc pas pu voir la photo. J’imagine qu’elle devait être bonne. J’aime bien penser que je fais partie des souvenirs de voyage de cette touriste que je ne connais pas. Je ne vois rien d’insultant ou de menaçant là-dedans.

    • La loi est claire, même un photographe professionnel doit demander la permission quand il “croque quelqu’un sur le vif” depuis qu’une femme s’est plainte (pour une magnifique photo d’ailleurs… dommage).

      Par contre, Google Earth, le Ministère des transport, la police, Environnement Canada n’ont pas besoin (ou n’ont pas demandé) de permission, eux, pour nous filmer!

    • Et la maman hystérique se fout bien de passer à la caméra de tous les lieux publics qui en sont équipés non?!?… c’est l’ère de la techno, qu’on le veuille ou non, faut vivre avec!

    • C’est drôle comment on ne veut pas qu’un inconnu prenne une photo de nous ou de notre enfant mais ne voyons aucun problème à exposer notre vie privée, ainsi que celle de nos proches, sur facebook. En plus, quelqu’un peut prendre ma photo, me “taguer” (sans demander mon avis) et je suis maintenant associé personnellement à cette photo jusqu’à ce que je fasse les démarches pour m’en dissocier. Et malgré cela, cette photo restera quand même sur le compte d’un autre et demeura pour toujours la propriété de facebook!

      Mais ça, ça dérange pas. Si j’ai envie de montrer mes enfants à toute la planète pour que les autres réalisent à quel point ils sont “cutes” et que je n’ai aucun problème à diffuser des messages sur les habitudes des selles de mon dernier-né à tout le monde de la job, c’est MON choix. Mais si une petite madame prend la photo de mon enfant dans un endroit publique avec le Père Noël, tassez-vous de là, ça va chauffer.

    • @watain

      ”Nous sommes entourés de pédophiles…”

      Euh…..non?!

    • Je viens de lire les “droits” des photographes aux USA. La femme etait dans son plein droit de prendre la photo. En gros: On a droit de prendre les gens en photo dans un endroit public.

      Voici un lien pour ceux que ca peut interesser: http://www.usatoday.com/tech/columnist/andrewkantor/2005-12-29-camera-laws_x.htm

      C’est sensiblement la meme chose partout au Canada, sauf au Quebec.

    • Des hystériques , y’en a plein …
      Et cette dame, n’a t’elle rien flairé de louche en regardant un homme déguisé en viellard a la barbe blanche assis toute la journée a mettre plein d’enfants sur ses genous et on ne sait ou encore…pour se faire prendre en photo avec ???

      Non , mais sérieusement, je suis sur que cette femme n’aurait aucun problème a s’afficher avec ses enfants sur un site de rencontre… ou a mettre ces photos un peu partout sur le net en pensant qu’elle seraient en sécurité…

      Tout est une question de jugement, et en général ceux qui prennent des photos dans un but louche, ils ne s’exposent pas vraiment….

    • Est-ce que quelqu’un peut dire à cette dame que son enfant… est sur les genoux d’un inconnu….

    • En public, n’importe qui peut photographier n’importe qui, et vendre la photo s’ils le veulent. C’est la description de tâches d’un paparazzi. Snap snap, vend aux magasines à potin. Est-ce que les paparazzi se font poursuivre quand ils attrapent un bout de nichon d’une starlette? Non. Quand ils photographient les enfants d’un couple célèbre? Non.

      Ce qui me surprend, c’est que cette histoire soit arrivée à une femme! D’habitude, c’est les hommes qui sont automatiquement des pédophiles (pas besoin de caméra…). Imaginez si ça avait été un homme: au lieu d’une discussion avec la sécurité, il aurait été escorté à deux voitures de police appelées en renfort!

    • De toute façon, selon ma compréhension, le fait de photographier quelqu’un n’est pas illégal. C’est pour publier la photo de quelqu’un qu’il faut obtenir la permission. Et il y a des exceptions. Vous n’avez pas besoin de la permission du premier ministre ou d’une autre personnalité publique pour diffuser sa photo. Pas besoin de la permission de chaque personne dans une foule non plus si on photographie une foule. Et les figurants. Si je prends une photo dont ma fille est clairement le sujet… mais qu’en background on y voit une autre personne, de loin, je n’ai pas besoin de la permission de celle-ci pour publier la photo puisque cette personne n’est pas le sujet de la photo.

      En droit québécois, le droit de contrôler l’utilisation qui est faite de notre image s’appelle droit à l’image. Il s’agit d’un droit fondamental garanti par la Charte des droits et libertés de la personne. Lorsqu’il est question de photographie, ce droit à l’image peut entrer en conflit avec le droit à la liberté d’expression reconnu au photographe, par la même Charte.

      http://jfouellette.com/2011/04/16/photographie-humaniste-quand-faut-il-demander-la-permission-pour-photographier-un-sujet-dans-un-lieu-public/

    • @jutamat
      L’histoire du coach, ce n’est pas de la peur. C’est autre chose.

      Pour le conservatisme, c’est une philosophie basée sur la peur. C’est la peur du changement institutionalisée. C’est anti-progrès.

    • Les temps ont bien changé. Lorsque j’étais étudiant, nous partions plusieurs copains et moi en « reportage » photographique. Nous nous amusions à prendre en photo tout et rien. Parfois nous allions dans ce qui s’appelait à l’époque des terrains de jeu pour photographier les enfants s’amusant avec différents jeux. Nous avons même exposé des dizaines de ces clichés et nous n’avons jamais eu le moindre problème. Impensable aujourd’hui : il y a quelques années j’accompagnais ma fille à la piscine de mon quartier et j’ai voulu la photographier alors qu’elle faisait ses premiers plongeons. Je venais à peine de prendre mon appareil qu’un préposé est venu me dire qu’il était interdit de prendre des photos – même de son propre enfant – dans l’enceinte de la piscine. Voilà où nous en sommes !

    • Dans mes cours de photographie, on nous disait que depuis l’arrêt Duclos (voir lien), on devait demander la permission avant de photographier une personne qui pourrait être reconnue. Dans la majorité des centres commerciaux on interdit la prise de photo même lorsque aucun être vivant ou nom de commerce ne doit paraître sur ces dernières et même s’il y a des caméras de surveillance jusque dans les sales de toilettes (pas les dans cabines mais tout de même). Heureusement, on a encore le droit de prendre des photos dehors…

      http://www.lussierkhouzam.com/fr/Arret_Duclos.html

    • Au moyen âge, on chassait les hérétiques et les sorcières.

      Dans les années 50, aux USA, on chassait les communistes et les socialistes.

      Aujourd’hui, on chasse le pédophile.

      Folie très pratique comme excuse piéger des gens qu’on veut faire taire, se débarasser d’un prof exigeantet surtout pour contrôler et censurer l’internet.

      Je suppose que dans 50 ans on rira de cet autre accès de folie humaine résultat d’une génération ayant eu peu d’enfants et «capotant» à en faire des boutons sur «ces chers petits» qu’on ne voit pas parce qu’on «travaille trop tous les deux»…

    • C’est la photographie qu’on est en train de tuer, avec des attitudes pareilles. Pour quelques uns des blogueurs, non il n’y a de pédophiles partout. Vous vous mêlez avec les paranos.

    • @olympiquesfan

      Inexact.

      Ce droit est déterminé par le code criminel qui est de juridiction fédérale le même droit s’applique donc partout incluant le Québec.

      Un centre d’achat n’est pas un endroit public (parc, rue, trottoir, square…)

      C’est un endroit privé où est admis le public.

      En ce sens la dame aurait dû légalement demander la permission.

    • @weeza: votre tolérance détonne presque dans ce monde troublé. Papa de deux fillettes, je me suis fait interdire par une surveillante de pataugeoire municipale de prendre des photos de mes propres enfants. Je me demande depuis ce temps si l’interdit avait été le même si ç’avait été la mère ou la grand-mère qui prenait des photos. Ça s’est passé il y a 5 ou 6 ans à Montréal.
      Aujourd’hui je constate que l’interdit beu-bête est équitable : tout le monde est présumé coupable. Coupable de quoi? Sais pas. Mais c’est important d’empêcher l’ombre de la possibilité de la potentialité de l’éventualité d’un crime. Il en va de la sécurité dans ce pays.

    • A emilie michaud..
      C’est pas la prise de photo qui est en cause mais son utilisation qui exige le consentement.

    • Il y a une grande différence entre prendre des photos sur un thème donné (ici Noël) et prendre 1 enfant inconnu ou 2 en photo par le fait même comme s’il faisait parti du décor, et ne prendre QUE des photos d’enfants inconnus.

      Il y a longtemps, j’avais photographié mon fils d’à peine 2 ans couché dans le bain. Il était étendu de tout son long et de toute sa nudité avec de l’eau par-dessus les oreilles et avec un grand sourire qui disait comment il était à l’aise dans l’eau. En fait, j’avais pris cette photo pour cette raison. Au développement de photo chez Wal-Mart, j’avais eu un message dans l’enveloppe qui disait qu’il leur était interdit de développer ce genre de photo à l’avenir!

    • Le summum de la bêtise humaine.

    • Société en dérapage non contrôlé. Notamment à cause des média sociaux (ou antisociaux, plus exactement). Paranoïa qui s’insinue partout, à la faveur des reportages, d’une crainte maladive de tout. Les hommes sont des pédophiles en puissance, un jour on interdira peut-être les pères Noël. Cela ne s’arrête plus. On a vraiment l’impression que l’âge d’Or de notre civilisation est du passé. Comme l’a récemment écrit Pierre Foglia, nous sommes dans une phase de décivilisation. Big Brother surveille tous nos gestes, mais il est maintenant interdit de prendre en photo un enfant inconnu.

      Certains se demandent pourquoi certains prennent de telles photos. Je vais vous répondre. Juste pour le “fun” juste pour avoir une photo intéressante ou amusante qui de toute manière va rester sur la carte mémoire de l’appareil et être oubliée. Vous penser à un usage pour faire une publicité? Vous aurez alors l’occasion de poursuivre et de vous mettre un peu d’argent dans les poches.

      Je vais m’exprimer comme un vieux et vous dirai que je regrette le temps de ma jeunesse, celle où le mot liberté avait une réelle signification. Celle où il n’existait pas 10 000 lois et règlements et 30 000 arrêts de justice pour encadrer nos vies. Celle où je prenais des photographies partout en ville avec mon Pentax K1000, 35mm, un appareil “basic” complètement manuel. Des photos partout à Montréal, que je développais en chambre noire à l’Université. Le monde a changé, certainement pas pour le mieux.

    • Finalement après avoir fait une recherche sur internet il y a une multitude de lois au Canada qui régissent le droit de prendre des photos.

      Elles sont fédérales, provinciales et municipales et parfois même se contredisent les unes les autres.

      Au Québec il y a une légère différence : La charte des Droits du Québec garantie le droit à la vie privée. Ce sont les tribunaux qui déterminent le sens et la portée à donner à cet article.

      Une chose est sûre cependant un centre d’achat n’est pas un endroit public.

      Et oui nous souffrons de règlementite aigüe…

    • C’était pas son jour de chance à cette dame, elle est tombée sur la mauvaise personne : une mère un peu hystérique qui prend un canon pour tuer une mouche. Pourquoi en faire une généralisation? Est-ce que ça arrive autant que ça ce genre de situation? Sûr, j’aimerais mieux qu’on me demande ma permission avant de photographier mes enfants, car ce serait la moindre des politesses. Ce qui est dérangeant dans cette histoire, c’est la réaction excessive de la mère. N’aurait t’elle pas juste eu besoin de s’arranger avec la dame sans passer par le garde de sécurité? C’est un peu ridicule. Je suis sûre que ce genre de situation (à l’amiable) arrive plus souvent, et il n’y a rien d’anormal à ça. On a le droit de ne pas vouloir se faire photographier par un inconnu.

    • @le_piano_ivre
      Un centre d’achat n’est pas un endroit public?! Conprends pas…

    • Il y a des limites à vouloir tout contrôler. Mais ce qui me frappe le plus dans cette histoire, ce sont les multiples réactions des gens qui voient des pédophiles partout. C’est vraiment déprimant. On vit à l’époque la plus sécuritaire dans un des pays les plus sécuritaires au monde et il y en a encore pour se faire des peurs avec des riens.

    • jtor10

      Résultat de la matantisation du Québec…

      L’article vient de PITTSBURGH. C’est dans quelle région du Québec Pittsburgh?

    • Je fais beaucoup de photos et il m’arrive parfois de prendre des enfants que je ne connais pas. Si les parents sont dans les parages je demande la permission, sinon je prend quand même une photo. Je n’ai pas d’enfant mais je comprends très bien que quelqu’un ne soit pas à l’aise qu’un inconnu prennent des photos de ses enfants.

    • je suis rendu à mettre une visière avant d’ouvrir votre blogue, on ne sait jamais …. entk!

    • La réaction de la mère en question semble quelque peu extrême mais c’est son droit, elle protège son enfant et je trouve ça correct. On ne connaît pas son passé, elle a peut-être déjà vécu quelque chose dans sa vie qui la font réagir de cette façon. Cependant, tant qu’à aller enguirlander la dame devant tout le monde, elle aurait dû aller directement à la sécurité et faire ça low-profile.

      D’un autre côté, je trouve que la femme qui a pris les photos est un peu “creepy”…moi, je n’ai pas l’habitude de prendre des photos d’étrangers quand je vais en vacances…même si y en a qui sont cutes, ridicules, gros, petits, maganés, mal habillés, ivres-mort…

      Malheureusement, avec les médias sociaux aujourd’hui…les photos se seraient probablement ramassées sur Facebook, donc deviendraient la propriété de M. Zuckerberg, etc…y a tellement de facteurs, est-ce qu’on peut vraiment blâmer la mère d’avoir protégé sa vie privée et surtout celle de son enfant?

    • @stephanie2009
      Ceci ne s’applique qu’au Quebec.(Arret Duclos).

    • @le_piano_ivre

      Pas tout a fait. On a le droit mais, si un garde de securite (qui represente le proprietaire) nous demande d’arreter, il la faut. Une personne quelconque n’a pas le droit de vous demander d’arreter. Encore une fois, il se peut que ce soit different au Quebec, mais ce cas-ci est aux Etats-Unis.

    • You can take photos any place that’s open to the public, whether or not it’s private property. A mall, for example, is open to the public. So are most office buildings (at least the lobbies). You don’t need permission; if you have permission to enter, you have permission to shoot.

      Il faut que le proprietaire (ou son representant) refuse l’autosisation. Soit qu’il vous le dise de vive voix, ou par une affiche. Si c’est pas defendu, c’est autorise.

    • @ emile_michaud “La loi est claire, même un photographe professionnel doit demander la permission quand il “croque quelqu’un sur le vif” depuis qu’une femme s’est plainte (pour une magnifique photo d’ailleurs… dommage). ”
      Seulement si vous voulez utiliser cette image pour en tirer un quelconque revenu! Et seulement si vous avez photographié cette personne uniquement… à partir du moment où la personne fait partie d’un groupe (ie plusieurs personnes sur la photo) vous n’avez plus rien a dire. La loi est claire dans le sens ou vous n’avez pas le droit d’utiliser l’image (à voir au sens large et non pas seulement en tant que photo) de quelqu’un.

      La polémique qu’il y a eu c’est qu’un photographe avait photographié une jeune femme sur les marches de sa demeure et qu’il a utilisé cette image pour un article dans le journal je crois, la jeune femme s’est plainte parce qu’on avait jamais demandé sa permission (et que de cette manière elle ne touchait aucune redevances) pour utiliser son image personnelle. Alors que si vous prenez une image sur la rue d’une foule qui marche… même si vous publiez cette photo et que quelqu’un essayait de revenir contre vous, il perdrait sa cause… car vous n’utilisez pas son image… mais bien celle de gens qui marchent.

      Pour ce qui est de ce cas ci… je trouve que la dame en panique (la mère) a été excessive!! Oui elle peut demander à la dame qui a pris la photo de la détruire, mais de là à en faire un drame! Pensez-y bien… vous devez vous retrouver sur des centaines de photos (surtout de voyage) d’inconnus. Et tout autant d’inconnus se trouvent sur vos photos… est-ce que vous publiez beaucoup de photos d’inconnus??? non!! Et votre tête se trouve surement déjà sur internet! (si vous n’avez mis ne serait-ce qu’une seule photo de vous sur internet… et même si vous l’avez supprimée… sachez qu’elle se trouve encore dans les méandres d’internet!! Même si c’est sur votre compte facebook qui est privé… parce que de toute façon toutes les photos que vous publiez sur facebook appartiennent désormais à facebook… relisez le contrat que vous avez accepté en vous inscrivant… et facebook peut utiliser vos photos pour faire de la promotion et ce sans avoir a vous demander la permission (relisez encore votre contrat d’adhésion)…

      Faut pas virer fou! Quand vous allez faire développer vos photos… le tit commis les a toutes vues et pourrait très bien s’en faire des copies personnelles… est-ce que vous allez arrêter de faire développer des photos… non surement pas!

    • La cour suprême du Canada a donné raison il y a une dizaines d’années à une jeune femme photographiée sur la rue par un professionnel pour un magasine culturel…elle arguait que des gens pourraient la reconnaître et se moquer d’elle. La vie privée l’a emporté sur le droit au travail du dit photographe…faut dire que la paranoïa du public en général a beaucoup augmenté ces 20 dernières années et que nos dirigeants conservateurs refusent d’admettre que nous n’avons pas connu de taux de criminalité aussi bas depuis 50 ans. Mais la peur est l’émotion la plus forte de l’être humain, il aime ça avoir peur…en plus c’est bon pour les affaires!!!

    • Si quelqu’un s’installe à prendre – surtout en cachette – des tas de photos d’un enfant ciblé, ça serait peut-être inquiétant. Une personne – homme ou femme – qui croque une photo d’un moment charmant ou drôle avec un enfant qui en fait partie…. franchement!
      Quelle monde débile. Tout le monde déballe son sac sur les réseaux sociaux, mais dans le tas, il y a des paranos pour une photo prise d’un enfant sur les genoux du Père Noël… C’est heureux que le Père Noël ne se soit pas aussi montré parano et demandé qu’on efface toute photo de lui!

    • gl000001

      21 décembre 2011
      11h28

      Complètement d’accord avec vous !

    • watain

      21 décembre 2011
      11h59

      Un travail sur vous-même serait aussi de mise. Voir le mal partout. C’est ce que veux notre gouvernement.

      Faire peur ! Les curés l’ont fait longtemps ici.

    • @ pacog

      C’est différent pour Facebook. Vous décidez de qui a accès aux photos. Les blogues de photos existent depuis une décennie, ce n’est pas nouveau. Pour les “tags”, sachez que vous pouvez modifier vos paramètres de confidentialité afin d’obliger une personne à avoir votre autorisation avant de vous “tagger”.

    • autre chose: qu’est-ce qui vous dit que cette dame avait un compte Facebook??

    • @q.terreux: je crois que le texte de Watain est à prendre au second degré…

    • Et voilà, c’est confirmé, on vit dans un monde de malade mental, il y a des pédophiles partout dans ce bas monde!!!!!!

    • @watain

      bin voyons donc, vous faites dans l’ironie, non ? Dites moi que vous faites dans l’ironie, ça s’peut pas!! :-O

    • @q.terreux
      Harpeur et curés versus Facebook. Le Canada se polarise comme les USA. Maudit que j’haïs ça.

    • Oauis, finalement je comprends les Amish d’être réfractaire aux technologies… ils ont bien moins de problèmes que nous. ;-)

    • Pas d’affaire a prendre les photos des enfants des autres ! Avec des niaiseries comme Facebook et Twitter pas de chance a prendre !

    • Je n’aimerais pas qu’on le fasse à mes enfants, mais mon problème n’est pas tant avec les pédophiles qu’avec les réseaux sociaux, et surtout Youtube. N’importe qui peut être photographié ou se faire filmer à son insu et se retrouver du jour au lendemain ‘vedette’ sur le net. Parlez-en au gars dont son père est riche, (pour ceux qui ont vu la vidéo)

    • J’adore voir les commentaires des gens qui s’inquiètent des pédophiles disant qu’il y en a partout DE NOS JOURS. Pourtant si l’on regarde les statistique, le monde n’a jamais été aussi sécuritaire!

    • @emilie_michaud

      12h36
      “La loi est claire, même un photographe professionnel doit demander la permission quand il “croque quelqu’un sur le vif” depuis qu’une femme s’est plainte (pour une magnifique photo d’ailleurs… dommage).”

      Bel essaie ma grande, mais c’est tout à fait faux. Un photographe doit effectivement demander la permission mais uniquement pour PUBLIER des photos.
      Il est tout à fait légal de filmer, photographier, croquer sur le vif, n’importequi, n’importequand, dans un lieu public. Tant et aussi longtemps qu’on ne publie pas les photos. C’est pourquoi on voit parfois des photos, ou les visages sont flous, par expres, afin de ne pas reconnaitre la personne.

      La dame de l’article aurait du refuser tout net d’effacer les photos. Elle était dans son droit.

      Une autre dont les droits ont été bafoués, sans que personne ne le réalise.

    • Ce n’est pas un crime de prendre des photos. Même des photos d’enfants. C’est la diffusion non autorisé qui est illégal. Bien sur, la politesse (et non la loi) veux que l’ont demande la permission si l’élément principale de la photo est une personne (même un artiste connu) mais si l’élément principal de la photo est un endroit public ou touristique et que des personnes sont dans le champs de vision de cette photo, c’est tout à fait légal alors si des personnes veulent faire du trouble, appeler les policiers. Il vont bien sur vous identifier pour savoir qui vous êtes mais ils n’ont pas le droit de vous faire effacer des photos de votre appareil sous peine de poursuite en déontologie.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité