La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 29 novembre 2011 | Mise en ligne à 14h32 | Commenter Commentaires (25)

    Quand le père Noël dit non aux enfants

    Photo AP

    Photo AP

    Eh oui, on est rendu là. La morosité économique commence à avoir raison de la générosité sans borne du père Noël. Et celui-ci, ou plutôt ceux-ci – car tout le monde sait qu’il y a plusieurs pères Noël, n’est-ce pas -, apprennent désormais, à L’”École des pères Noël”, à réduire un tantinet les attentes des enfants.
    C’est ce que nous apprend cet article du New York Times, en direct de l’une des plus anciennes écoles du genre aux États-Unis: ces vieux barbus commencent à en avoir assez des listes sans fin des enfants, des mêmes sempiternelles demandes pour un iPod ou pire, un iPad. Ils ont du coup développé une série de formules pour faire comprendre aux enfants que cette année, peut-être mieux vaudrait attendre un peu moins de sa part. Non, il ne peut rien promettre non plus. Et malheureusement, comme c’est déjà arrivé, il ne peut pas non plus offrir … un boulot à papa.
    En un mot: bienvenue dans la vraie vie, les enfants.
    Qu’en dites-vous? Saine dose de réalisme, ou dur coup pour la magie?


    • sans vouloir être passéiste, quand les enfants demandent des ipod et des ipad pour Noel, c’est que la magie a quelque peu disparu (on s’entend, on parle d’enfants qui croient au Père Noel ET qui demandent un Ipod: pour moi c’est quelque peu une contradiction)

    • Honnêtement, je ne sais pas quoi en penser. Comment dire non à un enfant qui espère et qui veut croire si fort, surtout dans des souhaits légitimes comme le désir que son père/sa mère se trouve un boulot ?

    • C’est un peu plate que le Père Noël en soit rendu à devoir expliquer ça aux enfants. Il me semble que c’est la job des parents d’expliquer qu’on ne peut pas tout demander au Père Noël, qu’on ne peut pas tout vouloir et tout exiger. Et je pense aussi que c’est un peu (beaucoup) de notre faute si les enfants ont tellement d’attentes. Quand on a tout, qu’est-ce qu’on peut demander au Père-Noël? Je suis convaincue que l’enfant qui n’a reçu qu’un seul cadeau à 10-15$ à chaque Noël de sa vie ne penserait pas à demander une bébelle aussi coûteuse et improbable qu’un ipad.

      Pour ce qui est de l’enfant qui demande au Père Noël une job pour son papa ou la guérison pour sa maman atteinte d’un cancer… c’est touchant et triste. Ils croient en la magie du Père Noël et ils vont être déçus. Malheureusement, il y a des enfants qui vivent des choses difficiles et qui vieillissent avant leur âge.

    • Curieux qu’on pense que ce soit le travail des Pères Noël de dirent cela aux enfants!

      Pour les mieux nantis, la façon de faire est facile. Les miens sont avertis depuis longtemps, et leur liste est raisonnable et dépend du nombre de personnes leur accordant un cadeau. Disons 4 avec les grands-parents, le Père Noël et le couple parrain-marraine. Et pas de bébelles électroniques, strictement interdites ici.

      Ils doivent échanger ces futurs cadeaux par les objets qui leur sont nécessaires à ce moment: le rola-bola du plus vieux, admis dans la troupe de cirque; le sac-à-dos de l’autre, brisé la semaine passée; le sac de hockey à roulettes car l’autre trop pesant. Autant de jouets de moins.

      Et s’ils veulent que leur grand-mère les amène skier, un jouet de moins.

      Les parents bien nantis n’ont qu’à mettre leurs satanées culottes et arrêter d’acheter sans réfléchir. Et sérieusement, un iPad en cadeau (>400$), n’est-ce pas exagéré? Les enfants peuvent et doivent apprendre tôt la valeur de l’argent.

      Ceci dit, c’est beaucoup plus difficile pour les moins bien nantis. Et ces petits mousses se retrouvent aussi sur les genoux du Père Noël.

    • Triste qu’un enfant demande en cadeau un boulot pour papa… Signe que même si on veut cacher des choses, les enfants ressentent les angoisses d’adultes. Je crois que ces enfants-là sont déjà dans un monde plus mature.

      Qu’un enfant demande un iPad, un iPod? Bof, ça dépend le genre de famille qu’on est. Si les enfants sont déjà habitués à avoir de gros cadeaux à un jeune âge, pourquoi ils se gêneraient de demander encore plus gros? Par exemple, si un enfant a reçu un auto à petit moteur qu’il peut conduire lui-même pour le Noël d’avant en plus des babioles de matante, mononcle, marraine, parrain, mamie, papi, c’est certain qu’il ne demandera pas Monopoly mais plutôt un plus gros cadeau. C’est la logique même… les attentes sont déjà là à un jeune âge.

      Si papa-maman continuent de dépenser à qui mieux-mieux quand le compte d’épargne est vide, à qui la faute? C’est certain que Junior ne voudra pas se restreindre dans ses cadeaux, il voit ses parents dépenser comme si rien n’était. Est-ce que c’est au Père Noël
      a lui expliquer cela? J’en doute fort.

      J’aime beaucoup la magie de Noël mais enfant j’étais consciente que le Père Noël ne pouvait pas donner tout ce qui était sur ma liste. Mais enfants aussi le savent, que voulez-vous il faut bien garder des cadeaux pour tout le monde… C’est ce que mes parents (qui faisaient leur job de parents) me disaient.

    • * mes enfants

    • Déresponsabilisation parentale.
      Le budget parental était très serré quand j’étais encore en age de croire au père Noël. On était averti par nos parents que le gros bonhomme serait moins généreux.
      On l’appréciait notre orange et notre morceau de charbon ;-)
      Le Père Noël n’a pas à faire cette job.

    • À voir à quel point certains parents autour de nous insistent pour que leurs enfants croient au Père Noël, selon moi, ce sont eux qui ont besoin de magie et non pas leur progéniture. Je sais que mon opinion n’est pas partagée par plusieurs, mais je ne saisis toujours pas en quoi on prépare un enfant pour la vraie vie en lui faisant croire que le Père Noël existe.

      Je pense qu’il est important dès le jeune âge qu’un enfant apprenne que l’argent ne pousse pas dans les arbres et qu’un ipod touch n’apparaît pas par miracle dans le bas du sapin. Sans devoir tout leur dire, je pense qu’il est important de les garder les deux pieds sur terre dès l’enfance histoire d’éviter de sérieuses déceptions en vieillissant.

      Mais en admettant qu’on laisse décide de laisser passer ce “petit mensonge” qu’est la croyance au Père Noël, apprendre aux enfants à avoir des attentes réalistes est un minimum, je crois… mais cela devrait être la responsabilité des parents. Pas celle du Père Noël.

    • Nous on dit à notre fille que c’est le Père Noël qui apporte les cadeaux, mais que c’est nous qui le payons. Elle comprend donc qu’on ne peut tout demander au Père Noël puisque c’est papa et maman qui en assume les coûts…

    • Je ne pense pas que c’est au Père Noël d’apprendre ce genre de concept aux enfants. Le Père Noël doit être une source de rêve, à mon avis. On peut tout lui demander car il est magique. Quand nous étions enfants, mon frère et moi pouvions tout demander au Père Noël, mais nos parents nous avaient bien appris qu’on ne recevrait pas tout sur notre liste parce qu’on ne peut pas tout avoir dans la vie et certaines choses demandent des sacrifices qu’on ne veut pas toujours faire. On étaient toujours contents de ce qu’on recevait à Noël. Il faut inculquer la gratitude à nos enfants.

      Est-ce que le fait de tout demander ou de demander de gros cadeaux indique qu’on a affaire à un enfant gâté? Je ne crois pas. Si l’enfant fait une crise parce qu’il n’a pas reçu tous les cadeaux de sa liste ou pas reçu de gros cadeaux, là, il y a un problème.

      Je connais des enfants gâtés pourris. Les parents ne font pas vraiment d’efforts pour inculquer la gratitude à leurs enfants. Quand on donne des cadeaux à ces enfants, ils ne s’émerveillent pas, ne remercient pas, tout de suite ils se précipitent sur le prochain cadeau. C’est triste à voir. À qui la faute: aux enfants ou aux parents, vous pensez? Avant un certain âge, définitivement celle des parents!

      Pour ce qui est de demander un iPod ou un iPad, je ne vois pas trop où est le problème, si le iPod ou le iPad fait partie d’une liste de jouets plus appropriés. Ma fille de 3 ans et demi aime bien jouer avec mon iPod, mais elle sait que c’est une exception et ne joue que quelques minutes avec, rarement. Elle me voit l’utiliser à l’occasion, donc elle veut l’utiliser elle-aussi, à sa façon.

      Un enfant qui demande au Père Noël un travail pour un parent ou la guérison d’un autre, c’est très triste, mais c’est la vie. C’est une dure réalité qu’aucun enfant ne devrait connaître…

    • Je ne comprends pas pourquoi les parents s’acharnent à entretenir à tout prix la croyance au Père Noël en sachant qu’ils se rajoutent ainsi de la pression sur les épaules. Je suis peut-être bloquée sur mes souvenir de longues rêvasseries devant le catalogue de Distribution au consommateur mais il me semble que la magie fout le camp lorsque les rêves de cadeaux deviennent des exigences auxquelles les parents cèdent de peur que leur enfant ne se sentent déclassé par rapport aux autres enfants (qui ont évidemment tout bien sûr!)

      J’ai cessé de croire au Père Noël à 5 ans et je ne m’en portais pas plus mal. En constatant que ma mère ne m’avait pas réveillée, comme je le lui avait demandé, (c’est à dire à minuit en frappant sur un chaudron, idée de Grand-Papa Bis dans Passe-Partout) et éprouvant des doutes à l’idée que le Père-Noël ait réellement laissé dans notre salon un sac de tissus rouge et blanc (cousu par ma tante) avec mes cadeaux dedans, j’ai dès lors adhéré à la thèse de Rigodon (qui disait que c’était les parents qui achetaient les cadeaux). Ce fut tout de même le meilleurs Noël de ma vie! :)

      Le plus drôle c’est que j’ai continué à me faire photographier avec un Père Noël les années suivantes (j’avais sans doute oublié de faire part de mon scepticisme à mes parents). Pour moi c’était une sorte de corvée annuelle. Vous devriez me voir la face sur celle de mes 6 ans, j’ai tellement l’air écœurée d’être là! ;D)

    • Je ne crois pas que ce soit au Père Noël de devoir dire non, mais aux parents d’apprendre à leurs enfants qu’on ne peut pas tout avoir dans la vie… et qu’il y a des enfants qui ne mangeront pas pour Noël.

      C’est sur qu’on doit inculquer à nos enfant d’avoir des attentes réalistes… mais c’est quoi une attente réaliste pour un enfant?? Qu’est ce qu’on demandait à nos parents?? Les gadgets à la mode, les nouveau jouets qu’on avait vu à la télé ou au magasin?? Quand on disait à nos parent/au Père Noël qu’on voulait une piste de course, le mini four pour faire des mini gâteaux, la nouvelle barbie… est-ce que vous vous souvenez vous être déjà dit étant enfant que ça coûtait peut-être trop cher???

      Qui d’entre vous en tant qu’enfant qui croyait au Père Noël avait réellement une pleine conscience de ce que coûtait vos demandes??? de ce que coûtait la vie?!?! Je crois que quand on croit au Père Noël (mais y croire vraiment et sincèrement) on est encore trop jeune pour comprendre tout ça. Quel enfant de cet âge fait la différence entre un iPod à 300$ et une gogosse du Dollorama? Et qui, à cet âge connaissait le budget familial??? Sérieusement!!??

      Aujourd’hui les jeunes ont des iPods, des cellulaires, des ordinateurs portables, des iPads… ou en tout cas leurs amis en ont. Vous voulez qu’ils demandent quoi au Père Noël??? Un cheval en bois au bout d’une cordelette? Un cahier à colorier et des crayons de couleurs? Une vraie fausse mini cuisinette? Un tableau et des craies?

      Vous demandez aux enfants d’être réalistes!!! Hé bien revenez en 2011!!!

      Je ne dis pas qu’il faut accéder à leur demande. Mais bien de leur faire comprendre qu’on donne des idées au Père Noël mais que c’est lui qui choisira ce qu’il nous donne. On ne peut pas tout avoir dans la vie et on doit être content de ce que l’on reçoit… parce qu’il pourrait bien ne rien nous laisser!!! Et que le Père Noël n’a pas à nous en donner 10 000… normalement dans l’histoire il n’en laisse qu’un seul pour chaque enfant!

      J’appuie minimouse. On doit réapprendre la gratitude à nos enfants. Déballer un cadeau et passer au suivant alors qu’il nous reste un bout de papier dans les mains, ça ce n’est pas normal. Et ce n’est pas ça Noël!

      Demander un emploi pour ses parents ou encore une guérison… c’est triste mais c’est comme ça. Il y en a qui vivent des choses bien pire que nous. Et un enfant ne devrait jamais avoir à demander ça.

      Et qu’en ce temps des fêtes qui approche, on pourrait bien rappeler à nos enfants qu’on pourrait peut-être faire un tri dans ses vieux jouets pour en donner aux enfants qui n’en ont pas! Et à donner un peu de nourriture pour qu’en ce soir de Noël tout le monde puisse manger à sa faim.

    • À lire les commentaires précédant je vais finir par croire que le Père Noël n’existe pas !

    • Non, ce n’est pas le travail du Père Noël que de décider ce qui est un cadeau approprié ou pas pour un enfant. On s’entend que ce ne sont pas la majorité des enfants en âge de croire au Père Noël qui demande un IPad ou un IPod et ceux qui le font, ça dérange qui? Êtes-vous ds les états financiers de ces familles pour décider que ce cadeau est trop dispendieux?

      Vous savez, ce n’est pas pcq’un enfant demande un IPad qu’il est gâté pourri. Ce n’est pas pcq’un enfant reçoit beaucoup de cadeaux et qu’il passe rapidement d’un paquet à un autre qu’il n’est pas reconnaissant et qu’il n’apprécie pas. Il est peut-être simplement curieux et aime la surprise de dévoiler un nouveau cadeau. Et vous savez également, ce ne sont pas tous les parents qui achètent de nombreux cadeaux à leurs enfants qui sont endettés jusqu’au cou! Ils ont peut-être juste plus de moyens que la moyenne! Vous savez, ça existe….

      Je trouve que la plupart des commentaires sont condescendants envers les familles qui font des choix (et qui ont les moyens on s’entend) autres. Qu’est-ce que ça peut vous faire qu’un famille ne limite pas le nombre de cadeau à 1 d’une valeur de 30$ maximum??????????? Qu’est-ce que cela peut vous faire que certains parents et grand-parents aiment gâter leurs enfants pour Noël????

      Vous confondez tout. Être gâté ne se résume pas à ne pas recevoir beaucoup de cadeaux, être gâté c’est voir ses moindres caprices pour un besoin devant être assouvi immédiatement. Par exemple: je veux ce jeu vidéo, je veux une palette de chocolat, je veux ci, je veux ça et maman finit toujours par dire oui, peu importe les circonstances. Si on se fit aux commentaires, les enfants d’une famille moindrement nantie sont une cause perdue car pcq les parents ont les moyens de leur payer des “bébelles” tel un IPad, ils sont inexorablement gâtés pourris!!!!

      En tk.

    • Il est simplement temps de mettre fin a cette legende.

    • C’est au parents de mettre un frein aux demandes trou souvent irréalistes des enfants, mais quand on constate que la majorité des parents ont abdiqué leurs responsabilités parentales d’éduquer leurs enfants à des tiers extérieurs (école par exemple) je ne suis pas surpris de cela. Triste constat d’une société qui cours droit à l’échec. On pourrait faire l’analogie avec la majorité de la population qui malgré la précarité des finances de l’état demande de plus en plus de services futiles, payé à crédit… Peut-être que le père Charest devrait lui aussi apprendre à dire non.

    • C’est juste que ca fait une éternité qu’on est rendus là. En 1997, j’ai brièvement occupé un emploi de Père Noel dans un centre commercial. Lors de ma formation, on m’a très clairement avisé de ne rien promettre aux enfants. On devait plutôt tourner nos réponses dans le style « Le père noël va voir ce qu’il peut faire »….

    • Je n’ai pas encore d’enfants, mais je considère fortement ne pas entretenir le mythe du père-noel lorsque le temps sera venu – leur dire que c’est une simple légende et qu’il n’existe pas. Le temps des fêtes en général… c’est rendu 100% commercial, le côté humain est presque disparu! Depuis longtemps ils nous mettent les décorations et la musique de noel dès le 1er novembre, tout ça pour inciter les gens à consommer plus plus plus.

      Je ne vois pas quel est le but d’attendre un moment particulier pour acheter des cadeaux, si l’enfant en a besoin au mois de mars pourquoi attendre 9 mois avant de lui donner? Ridicule… Pourquoi ne pas plutôt offrir des cadeaux lorsqu’ils le méritent (par exemple bon résultats scolaire, comportement exemplaire).

      Sans compter que je vois les jeunes autour de moi à 6 ans recevoir des ipod touch, téléphones intelligents et j’en passe…. complètement innaproprié! On est en train de créer une génération Zombie, et moi je n’embarque tout simplement pas dans ça.

    • Me semble que ça revient chaque année cette question? Les miens ont passé l’âge de croire au Père-Noël, ça ne les empêchent pas de rêver, de désirer et de suggérer des cadeaux tout à fait irréalistes. Je ne voudrait pas qu’il en soit autrement, ils ont le droit de rêver, et cherchez le mot rêver dans le dictionnaire: Se faire des idées déraisonnables, manquer de réalisme, souhaiter vivement qq chose, désirer, laisser errer son imagination. Si on est conscients que c’est du rêve, je ne vois aucun mal là-dedans. Au contraire, le jour ou plus personne ne rêvera, on va faire du surplace longtemps. Les inventions viennent toute d’un rêve que quelqu’un s’est mit en tête de réaliser. Certains se réalisent, d’autres pas. J’encourage les miens à désirer et à rêver, et non pas de Ipad dans les bas de Noël chez moi, mais la réalisation d’un rêve longtemps chéri et que j’ai les moyens de réaliser, je n’ai pas de problème avec ça, Noël ou pas!!! Que de cynisme ici!!!

    • @rg8487: “Qu’est-ce que cela peut vous faire que certains parents et grand-parents aiment gâter leurs enfants pour Noël???? ”

      La réponse de l’écolo en moi: ça fait juste détruire un peu plus chaque année la planète que nous partageons, creuser le fossé entre les pauvres et les riches et entretenir les valeurs de surconsommation pour s’assurer que la prochaine génération fasse pire que nous.

      En fait, je me fous royalement du prix des cadeaux. Que vous offriez un bidule à 1000$ à votre bambin de 2 ans, si vous en avez les moyens, ça ne me regarde pas. Mais oui, l’avalanche de cadeaux sur-emballés à Noël, qui seront oubliés des enfants dans les semaines suivantes, qui se briseront avant qu’on ait pu les offrir à l’Armée du Salut pour faire le bonheur d’un enfant pauvre parce que c’était trop fait cheap… ça me bug.

    • Oui le Père Noël existe et je souhaite que cette légende continue car elle fait partie de la magie de Noël.

      Les parents ont de la difficulté à dire la vérité aux enfants plusieurs se servent des autres pour passer leurs messages. J’ai entendu dans un magasin à grande surface il y a quelques temps: ” si tu touches à tout la madame (caissière) va se choquer contre toi!”.

      J’ai entendu une maman dire à la caissière au sujet de son enfant de trois ans: “Je lui donne ce cadeau tout de suite, j’achète la paix!”.

      L’éducation commence à la maison et non pas au magasin et surtout pas sur les genoux du Père Noël. Aux parents de faire comprendre à l’enfant qu’il ne peut pas tout avoir. Aux parents de jouer leur rôle de “parents”.

      Laissons le Père Noël apporter les cadeaux et les parents éduquer leurs enfants.

    • Je ne suis pas un grand fan de noël (euphémisme: je suis un vrai grincheux). Je crois que ya un gros “hype”, des attentes, de la pression, des larmes inutiles. J’aimerais bien laisser de côté les histoires de magie avec mes enfants, mais les gens qui m’entourrent (conjointe, famille, amis) ne me laisseront jamais!

      Nous ne sommes pas croyant, mais j’imagine les pauvres familles religieuses qui jonglent avec l’importance du père noël vs celle de jésus. Et quand le rêve se brise, toutes ces folleries c’était des histoires. “Ok maman, et pis jésus, marcher sur l’eau, les anges, bla bla bla, ça aussi c’est de la magie?” “Ben NON! Ça c’est vrai voyons!”

    • @weeza: Je pense qu’il y a un juste milieu entre “un seul cadeau de 15$ par enfant” et 1000$ de cadeaux inutiles avec lesquels l’enfant ne jouera jamais. Personnellement, j’ai toujours reçu beaucoup de cadeaux à Noël et très peu d’entre-eux ont peu servis. J’ai joué avec la plupart de bon gré. Oui, il arrivait parfois qu’un cadeau plaise moins, mais bon je ne crois pas que ce sont une majorité de parents qui achètent pour acheter et oui il arrive au parent moyen de “manquer sa shot” comme on dit.

      Je trouve simplement déprimant à souhait de lire tous ces posts voulant absolument que leurs enfants ne reçoivent que un ou deux cadeaux gros maximum pcq sinon c’est de la surconsommation…. Ou encore que une sortie avec grand-maman égale un jouet de moins!

      Vous savez, une fois mon orgie passé, je recevais pratiquement aucun jouet de l’année! Ceux de Noël étaient bon pour 1 an alors quant à moi, si nous sommes pour acheter des jeux à nos enfant à longueur d’année autant tous les donner à Noël dans un évènement festif.

      Pour ce qui est de la valeur, encore une fois c’est relatif. 30$ sera beaucoup pour une famille qui a peu de revenu, mais insignifiant pour une autre. 1000$? Bien je pense que très peu de familles dépensent ce montant pour un seul cadeau, on s’entend et celles qui le font dépensent sûrement beaucoup plus ailleurs.

    • @rg8487: chacun ses valeurs. Moi je ne trouve rien de triste à ce qu’un enfant fasse une activité spéciale avec sa grand-mère au lieu d’avoir une bébelle. Je ne garde aucun souvenir des cadeaux de Noël que j’ai reçu l’année de mes 11 ans. Mais je me souviendrai toujours que c’est cette année là que ma mère m’a emmener voir Casse-Noisette à la Place des Arts. Une soirée magique et merveilleuse.

      Vous accrochez sur le 1000$. C’est un exemple. Moi je m’en fous. J’aime mieux, personnellement, donner un ou deux cadeaux désirés, de bonne qualité et avec lesquels mes filles joueront longtemps, même si c’est plus dispendieux. Non, je ne dépense pas 1000$ par enfant, mais le prix, pour moi, n’est pas le fond du problème.

      Vous dites que vos enfants ne reçoivent pas de cadeau sauf à Noël? C’est possible. Les miennes en recoivent encore à leur fête, quelques mois plus tard. Chaque fois qu’elles vont à la fête d’une amie, elles reviennent avec un sac de bidules du Dollorama. Chaque fois que ma soeur ou mes frères font du ménage, elles reçoivent des jouets en parfait état avec lesquelles mes neveux et nièces plus vieux ne jouent plus. À Pâques, il y a une grand-maman qui ne peut s’empêcher d’acheter une petite surprise… Les évènements festifs se succèdent et la publicité nous fait croire que chaque fois il faut le souligner en achetant quelque chose. Parce que sinon c’est vraiment trop triste et déprimant…

      Mais pourquoi ce serait triste de recevoir un ou deux cadeaux au lieu de 10? Pourquoi la joie de Noël doit-elle être intrinsèquement liée aux cadeaux qu’on reçoit? Je ne comprends pas.

      Chez nous, entre mes frères et soeurs, ça fait plusieurs années qu’on a décidé de ne plus se faire de cadeaux à Noël. On en fait aux enfants, point. Je dirais que la qualité de nos Noël s’est grandement améliorée. Pas de stress de magasinage. Pas de stress de respecter un budget. On passe le soir de Noël en famille, on joue à Guitar Hero ou à un jeu de société, on placote, on s’amuse. C’est génial. On s’est vite rendu compte que la tradition des cadeaux ne nous apportait pas grand chose, dans le fond.

    • @weeza: Je suis d’accord, le 1000$ n’est qu’un chiffre. J’ai accroché dessus pcq’il était hautement improbable. Noël ne se chiffre pas en $$$, mais en souvenir et pour moi les souvenirs étaient les cadeaux déballés, la surprise devant chaque nouveau paquet et le plaisir que j’ai eu à jouer avec. Que des bébelles inutiles vous dites? Pas pour moi. J’ai beaucoup joué avec mes jouets et ces derniers m’ont permis de développé mes intérêts et mes goûts. Vous enfants doivent bien avoir des jouets et ils doivent bien les aimer! Pour un enfant, non son jouet n’est jamais une bébelle inutile. Les cochonneries du dollarama? Je n’en ai pas ici et si j’en avais elle attériraient ds les poubelles assez rapidement: tout ce qui vient de ce magasin est inutile par définition et je n’y vais jamais. Mes enfants reçoivent des jouets utiles, amusants, éducatifs et de bonne qualité et les enfants des familles que je connais n’ont pas moins de jouets… Les parents en achètent simplement plus à longueur d’année. Moi, en dehors des occasions spéciales, je n’achètent RIEN.

      Et bien sûr que mes enfants reçoivent des cadeaux à leur fête et à Pâques (pas de moi, mais des grand-parents, des jouets simples pour l’extérieurs comme des pelles pour le carré de sable). Pour ce qui est des “dons” d’amis ou de voisins ayant des enfants plus âgés, je refuse poliment à chaque fois et je leur conseille des les donner à des familles qui en ont davantage besoin ou encore de faire un don à la garderie. Bref, je ne ramasse rien d’usagé, je n’en ai pas besoin tandis que certaines familles, oui.

      Comme vous l’avez dit, chacun ses valeurs, mais ici on aime donner, on aime recevoir et on ne voit pas le mal avec ça.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2012
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité