La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 16 novembre 2011 | Mise en ligne à 12h53 | Commenter Commentaires (11)

    Les ados qui ont une vie sexuelle active sont … minoritaires

    Incroyable mais vrai: alors qu’on n’arrête pas de dénoncer l’hypersexualisation des jeunes, voilà que la toute dernière enquête américaine sur la question conclut que les adolescents qui ont une vie sexuelle active sont désormais minoritaires! C’est ce que révèle le New York Times ce matin, rapportant les derniers chiffres d’une enquête du Centers for disease control and prevention.
    Dans la dernière décennie, le nombre d’ados ayant perdu leur virginité a ainsi drastiquement chuté. En 2002: 51% des filles et 60% des gars se disaient sexuellement actifs. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 42% et 43% a avoir eu une relation sexuelle.
    Autre surprise: l’utilisation de la contraception a grandement augmenté, et du coup, les grossesses adolescentes ont d’autant chuté, atteignant un plancher jamais vu aux États-Unis de 39 naissances pour 1000 (chez les jeunes filles de 15 à 19 ans). À noter, au Canada: le chiffre se situe plutôt autour de 14 pour 1000.
    Comment expliquer cette évolution? Les ados interrogés disent s’abstenir pour des raisons de valeurs ou de religion. Mais pas seulement. Ainsi, les garçons disent aussi qu’ils ne sont pas actifs … parce qu’ils n’ont tout simplement “pas trouvé la bonne personne”.
    Les croyez-vous?


    • Les études sur la vie sexuelle des adolescents ont toujours été biasées et erronées. Vous savez le fameux 14 ans, âge supposément moyen de la “première relation sexuelle”? Et bien, pour arriver à ce chiffre les magiques, les firmes de sondage éliminent d’emblée tous ceux qui ont dit ne pas avoir eu de relations sexuelles….. et ils moyennent le reste. Voyez-vous le portrait un peu? On demande à 1000 jeunes de 16 ans l’âge de leur première relation. 50% n’en ont jamais eu et l’auront à quoi 17, 18, 19 voire 20 ans et plus. L’autre 50%, l’a forcément eu à 13, 14, 15 ou 16 ans d’où la moyenne de 14 ans……

      Que je connais d’individus, y compris moi-même, qui ont été traumatisés par ce fameux 14 ans! De jeunes adultes n’ayant pas eu de relations qui perdent confiance en eux pcq les sondages les disent anormals…. De jeunes adultes convaincus qu’ils sont les seuls à ne pas avoir eu de relation sexuelle alors qu’il en est tout autrement… Honnêtement, vous seriez surpris du nombre de jeunes qui attendent la vingtaine avant d’avoir une relation sexuelle, pas la majorité j’en conviens, mais un nombre non-négligeable.

      Alors non, je ne suis pas surprise par les chiffres du présent articles. Les jeunes hypersexués sont une minorité, qu’on arrête d’en faire tout un plat et qu’on se concentre de ce qu’il y a de positif chez nos jeunes.

    • La statistique est juste, mais elle ne rend pas compte de la réalité de la sexualité chez les jeunes. Le nombre d’adolescents qui voudraient avoir une vie sexuelle est tout aussi élevé qu’auparavant. Ce qui peut fausser les chiffres, c’est que plusieurs se contentent maintenant du sexe virtuel pour se satisfaire.
      L’abus les rend souvent impuissants dans la réalité non-virtuelle. Ils deviennent moins entreprenant ou perdent de l’intérêt, vu les difficultés à séduire, etc.
      La baisse d’activités sexuelle chez les ados peut signifier un déplacement de la manière de l’exercer.
      Comment expliquer le nombre croissant de personnes qui préfère le célibat à la vie de couple ou la vie asexuée? Une femme sur quatre et un homme sur trois sont célibataires au Québec et nombre d’entre eux ont fait leur deuil de la vie de couple ou, en tout cas, du mariage, selon une étude de Statistique Canada sur les gens âgés de 29 à 54 ans qui ne vivent pas en couple, ne se sont jamais mariés et ne prévoient pas le faire. Ce sont ceux et celles qu’on appelle les célibataires
      «endurcis».
      De tout le Canada, c’est au Québec que la vie en solo est la plus répandue. Ici, un ménage sur trois est composé d’une personne seule, quand ce n’est pas un ménage sur deux comme dans le plateau Mont-Royal ou dans Rosemont.

    • Il faut faire attention quand on compare la réalité aux États-Unis et la réalité ici. Et les réalités entre États peuvent être très différentes selon s’ils sont républicains ou démocrates /conservateurs ou plutôt progressistes / très axés sur la religion ou moins. Les états où la religion est très présente et favorise l’abstinence comme moyen de “protection” sont les états où le nombre de naissances par jeune filles sont les plus élevés car on ne fait pas la promotion de la contraception. Mais ça n’empêchera pas les jeunes d’avoir des relations sexuelles.

      Aussi le concept de relation sexuelle peut être très différent d’une génération à l’autre et d’une personne à l’autre. Ainsi, plusieurs jeunes considère avoir eu leur première relation sexuelle lorsqu’il y a eu pénétration alors que tout le reste n’est pas nécessairement considéré comme une “relation sexuelle” bien que tous les autre comportements sexuels font quand même parti de la sexualité. Ex: plusieurs jeunes vont avoir expérimenté les relations buccogénitales et se considéré comme vierges/puceau, puisqu’il n’y a pas eu pénétration. Toutefois, ces comportement font parti de ce qu’on appelle être sexuellement actif!

      Il est donc possible que l’étude soit biaisée et donner l’impression que de moins en moins de jeunes sont sexuellement actifs alors que la définition d’être actif sexuellement change…

      Mais les chiffres ne me surprennent pas non plus. Beaucoup de jeunes affirment avoir eu des relations sexuelles (publiquement/rumeurs, pour avoir l’air cool) alors que ce n’est pas le cas. On a donc l’impression que tous les jeunes de 14 ans et plus on déjà eu leur première relation sexuelle alors que dans le fond c’est loin d’être le cas. Beaucoup auront leur première relation sexuelle dans la vingtaine!

      L’entourage et l’éducation sexuelle ont aussi leur importance. Les relations sexuelles sont souvent plus tôt lorsque qu’il n’y a pas d’éducation sexuelle. Et, on ne peut nier l’aspect de la sexualité virtuelle qui augmente étant donné son accessibilité.

      Mais pour répondre aux questions de la mère blogue. Non je ne les crois pas ou du moins je reste sceptique face à leurs “arguments”, puis qu’à mon avis c’est surtout le concept de sexualité et des tabous qui change. Oui il est possible que les valeurs changent, il y a toujours un effet de balancier mais en si peu de temps???

    • Moi je viens de Verdun et 13 c’est mon chiffre!!

    • Ça m’aurait rassuré de lire cela lorsque j’avais 18 ans.

      Merci rg8487, intéressante analyse.

    • A voir mon beau-fils aller. Je le crois.

    • Mon oeil qu’ils sont minoritaires !
      Pour avoir travailler avec eux (les jeunes et je dis jeune 10-14 ans) ils sont très renseignés et actifs. Renseignés c’est un super bon point. Actif ! C’est selon les cas. Des jeunes filles qui le “font” pour ceci et pour cela ! C’est moins positif ! Elles en souffrent plus souvent que les “mecs”. ! Dommage !

    • La vrai raison, c’est plutôt: “pas trouvé personne”!!

      Les nerd devant leur PC à WOW, ça sort pas fort, et quand ça le fait, ce n’est pas attreillant!

      D’ailleur, faudrait faire la corrélation avec l’obésité, il y a fort probablement un lien!

    • je n ai pas de difficulté à croire qu ils sont minorotaires

      mais j ai une question les plus de 18 ans eux… le3 sont ils…

      je suis sur que oui

      bonne baise et merci de déconstruire des mythes

    • On s’inquiète de la sexualité précoce mais on devrait surtout le faire avec le déclenchement précoce de la puberté. J’ai zapé hier soir sur un reportage de TV5 sur un médecin qui s’occupe de fillettes présentant une activité œstrogénique anormale ayant une origine extérieure à leur corps. Il accuse les perturbateurs endocriniens comme les Phtalates et le Bisphénol A. Ces substances toxiques, que l’hypophyse confond avec des œstrogène, ont également des conséquences chez les garçons (altération de la fertilité par exemple).

      L’âge des premières expériences sexuelles pourrait éventuellement baisser chez les filles à mesure que se multiplient les cas de puberté précoce, d’autant plus que l’éducation sexuelle aborde rarement le chapitre du désir, surtout chez les pré-adolescents. De plus, l’apparition des règles interrompt la croissance alors une fillette qui est menstruée à 8 ans n’atteindra jamais une taille adulte, à moins de se faire infecter des hormones de croissance (ces dernières doivent être d’origine synthétique afin d’éviter la transmission de la maladie de Creutzfeldt-Jakob qui a fait des centaines de victimes en France chez des enfants à croissance anormale).

      En ce moment la mode est de ridiculiser ceux qui s’inquiètent de la prolifération des substances toxiques dans notre environnement domestique. Il ne faut vraiment pas connaître leurs effets cumulatifs sur la santé animale et humaine pour traiter la question aussi légèrement…

    • Tout ceci est normal surtout avec la croissance exponentielle des nouveaux loisirs, les jeunes filles n’ont presque pas d’intérêt pour le sexe et les jeunes gars en auraient bien un peu, mais ça impliquerait une trop grosse perte de temps et d’énergie pour quelque chose dont la probabilité de succès est trop basse quand c’est beaucoup plus simple d’aller jouer au basketball, rien à voir avec la religion ou autres valeurs morales.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives