La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 19 juillet 2011 | Mise en ligne à 11h37 | Commenter Commentaires (130)

    L’art de critiquer une femme enceinte

    Photo AP

    Photo AP

    Cette blogueuse raconte qu’enceinte, elle se souvient avoir lu les confidences d’une employée de Starbucks sur Twitter: “je travaille chez Starbucks et oui, je juge les femmes enceintes. Même si elles me demandent un café caféiné, je leur fais un déca.”
    Surpris? Choqués?
    Pas la blogueuse, qui ajoute avoir entendu des tonnes de commentaires et autres jugements du genre sur toutes sortes de ses habitudes de consommation, tout au long de sa grossesse: les regards suspects quand elle mangeait un sandwich au jambon, au thon, etc.
    Demandez à n’importe quelle femme enceinte, écrit-elle, et toutes vous diront avoir entendu et vécu des expériences similaires.
    Et vous? Avez-vous aussi été victimes du jugement des autres? Pour quel genre de comportement “délinquant”? (parce que vous étiez sportives, ou au contraire pas du tout, partiez en voyage ou demeuriez sédentaire, mangiez pour deux, ou pas assez? Quoi que vous fassiez, il y a souvent matière à critiquer…)
    La question que je me pose, surtout, est la suivante: pourquoi? Pourquoi, en effet, juger ainsi une femme enceinte? De quel droit? Pour son bien, vraiment? En quoi sa consommation de sandwichs au thon, d’un verre de vin occasionnel, ou pire, d’une cigarette grillée en douce nous regarde-t-elle, finalement? Ou est-ce au contraire les femmes enceintes qui ont ici l’épiderme un poil trop sensible?
    Hâte de vous entendre…


    • Chere Mere-Blogue

      En tant que papa et mari, chaque fois je vous lis, ma premiere pensee est : MODERATION !!! Ben oui ma femme a pris un peu de vin, oui elle a bien du mange parfois du jambon, elle a skie jusqu’a 6 mois de grossesse, mais avec moderation et precaution !

      COudonc, la societe est elle rendue extreme a ce point qu’on place chaque situation particuliere au point de caracteriser les gens ?? Est ce typiquement quebecois, canadien, nord americain ? Et si on faisait un juste millieu, je pense que tout le monde vivrait bien pareil :)

    • Le sacro-saint droit à disposer de son corps vs l’intégrité physique d’une être humain en devenir, voilà une maniere subtile de réveiller des démons très virulent dans le meme débat, finalement que celui sur l’avortement…

      Je suis de ceux qui considèrent le foetus comme un être humain en devenir et qu’à ce titre, son intégrité physique doit être protégée autant que possible. Évitons les comportements dont on sait tres bien qu’ils sont carrément nuisibles : cigarette et alcool et drogues. La notion du petit verre de temps en temps es t tres subjective et est laissée à la discrétion de la parutente, mais il n’est pas mauvais que la société. jette un oeil critique sur ces pratiques. C,est l’autre côté de la médaille de se faire céder sa place dans les transports ou d’être sanctifiée pour son état de mère en devenir.

      Les suscpetibilités sont déplacées et révélatrices d’une pensée absolutiste sur l’indépendance de la femme, comme si ses comportements n’affectainet qu’elle…

      Bien certainement, toutes ne seront pas d’accord.

      Bonne journée.

    • Commentaire aux mamans enceintes plus de deux fois: “Vous ne savez pas que la pilule existe?”
      Réponse de la maman qui a des enfants: “Oh oui. Je prends régulièrement des aspirines.”

    • Hypothèse: on critique les femmes, enceintes ou pas.

      Bien que les critiques venant des hommes puisse nous sembler plus douloureuses, les plus dures nous viennent de nos consoeurs.

    • Effectivement il faut continuer de vivre un peu.

      Pensez-vous vraiment que les français et italiens par exemple cessent complètement de prendre du vin pendant 1 an ½ (grosesse + allaitement) à chaque enfant?
      À ce que je sache les bébés européens ne sont pas plus atteints que les nôtres.
      Pensez-vous que nos parents prenaient autant de précautions?

      Comme YvonMontana l’a si bien dit, tout est une question de modération. Le médecin de ma femme lui a permise un café par jour, un repas de suchis par semaine, un verre de vin par repas la fin de semaine… et nos enfants se portent à merveille.

      Les gens virent fous avec toutes ces précautions. J’étais allé cueuillir des pommes avec ma blonde, une très belle activitée relaxe par un beau dimanche après-midi. L’on raconte ça au beau-frère et sa première réaction fût « et tu l’as laissé monter dans l’échelle? » Bon dieu, ça nous avait jamais traversé l’esprit.
      Tu peux mourir en traversant la rue. Elle n’était quand même pas pour rester enfermer pendant 9 mois?

    • J’ai jugé moi itou pas plus tard qu’en fin de semaine au restaurant.

      J’étais donc à la table près de la fenêtre grande ouverte lorsqu’une femme enceinte d’environ 7-8 mois sort du restaurant pour d’allumer une cigarette. Normalement, c’est le fait de fumer à moins d’un mètre de nous qui m’aurait dérangé mais dans ce cas, j’éprouvais de la pitié pour le bébé… et sa vie a venir avec une telle mère!

    • Je suis présentement enceinte de 5 mois et je n’ai pas encore vraiment senti que les gens jugeaient. Mais je dois admettre que moi-même, avant d’être enceinte, il m’est arrivé de me questionner et de juger une femme parce qu’elle prenait du café ou qu’elle me confiait avoir fumé un petit joint de pot enceinte.

      Maintenant que je suis enceinte, je réalise que la pression vient de partout. De la surinformation, de la désinformation et des vieilles croyances qui persistent toujours. Je bois environ 4-5 tasses de café par semaine, j’ai mangé du jambon et même du sushi (cuit, mais ô misère! il aurait peut-être pu être en contact avec un morceau de poisson cru) et l,autre soir, je me suis permise un demi verre de vin. Des fois je me juge moi-même et c’est pourquoi je ne peux pas trop blâmer les gens qui jugent les autres. En même temps, je crois que ces gens devraient garder leurs commentaires pour eux-mêmes. Je crois qu’il faut y aller avec modération et suivre son gros bon sens.

      Mais c’est un sujet délicat, je l’avoue et j’aurai peut-être même une opinion d’ici quelques mois!

    • Étrangement, le pire dans ces situations sont les femmes. Pourquoi constamment regarder de haut une femme enceinte qui décide d’en griller une, de boire un peu d’alcool, etc.?

      Les médecins et le gouvernement ont largement exagéré avec les innombrables interdits durant la grossesse: il faut se bourrer de suppléments, ne pas prendre d’alcool, 1 cigarette=enfant débile garanti, éviter le poisson, éviter tout finalement.

      Que le femmes (et hommes, des fois) qui jugent commencent par se regarder elles-même, et constater qu’elle ne sont certainement pas parfaite comme mère (qui l’est de toute façon?).

    • Le problème, c’est que certaines personnes font d’aussi gros yeux devant la consommation de poisson ou la pratique d’un sport que devant une cigarette ou une bière!

      On ne sait pas si le sandwich au thon que mange une femme enceinte n’est pas le seul et unique qu’elle mangera au cour du mois. On ne peut pas juger de son alimentation complète en la regardant un gros 5 minutes. C’est drôle, on ne s’inquiète pas des deux trois verres de laits qu’elle est susceptible de boire avec notre bénédiction malgré toutes les hormones qu’il contient! J’ai plus de difficulté avec l’alcool, puisqu’il passe directement au cerveau du bébé via la circulation sanguine…

      Au chapitre de l’activité physique, elle est très saine pour les femmes enceintes. On ne parle par de faire du rodéo! Si elle cesse totalement toute activité physique de peur de faire mal au fœtus, ses muscles vont s’atrophier. Il faut de la force pour accoucher, surtout maintenant qu’on culpabilise aussi les femmes qui accouchent sous péridurale (pour les puristes, la série “Les filles de Caleb” est rediffusée à ArtV et si mes calculs sont bons, Émilie devrait accoucher dans la neige d’un épisode à l’autre…)

    • Je viens de voir, sur Artv, un docu où il était dit que beaucoup de crèmes et maquillages sont très nocifs pour les foetus. Faudra-t-il interdire les femmes enceintes maquillées?

      J’avoue que je tique quand je vois une femme enceinte fumer, mais je tique encore plus quand je vois quelqu’un faire la leçon à un autre. Le problème c’est qu’il y a deux sortes de monde: les curés donneurs de leçon, engeance qui a le vent dans les voiles ces temps-ci, et ceux, tout aussi nombreux, qui n’aiment pas les curés et qui cherchent à désobéir, en cachette s’il le faut, eux aussi promis à un bel avenir…

    • Selon Santé Canada, une seule portion de café de 20 onces contient plus de caféine que la dose maximale recommandée chez les femmes enceintes.
      Au-delà de cette dose, le risque d’avortements spontanés et de naissances prématurées augmentent, avec tous les frais afférents pour la société.

      Alors en quoi votre consommation de café (ou alcool, surpoids, sédentarité, etc) me concerne-t-elle si vous êtes enceinte et en quoi ai-je le droit de vous juger? En un mot: RAMQ. Si vous ne prenez pas soin de votre santé et de celle de votre foetus, à qui est-ce que vous allez tout bonnement refiler la facture? À tous les contribuables.

      Est-ce qu’on va trop loin dans nos jugements? Je ne sais pas. Mais est-ce que les femmes enceintes vont trop loin dans leurs comportements qui nuisent à la santé de l’enfant à venir? Assurément.

    • Pourquoi les gens jugent-ils une femme enceinte? Parce qu’ils ne connaissent pas le contexte (le geste ‘nocif’ est-il répété ou isolé), parce qu’ils ne connaissent pas le niveau d’éducation de la future mère (en terme de maternité, s’entend), carrément par manque de confiance envers les futures mères, ou bien parce qu’ils se sentent héroĩques d’avoir peut-être sauvé la vie d’un bébé en ayant troqué le café régulier d’une inconnue enceinte par du décaféiné…
      Les gens qui jugent trop rapidement les gens le font pour se conforter dans leurs propres principes, alors quand un bébé est impliqué, ça soulève encore plus les passions, c’est prévisible.

    • Oui, ça m’est arrivé… La journée de ma fête, j’étais au restaurant avec mon conjoint et je commande un verre de vin avec mon repas, en sachant très bien que j’allais boire quelque gorgées et laisser le reste à mon conjoint. Le serveur, en voyant que j’étais enceinte, a refusé de me servir un verre de vin… On croyais qu’il blaguait!!! Mais non. Alors, j’ai bu quelques gorgées dans le verre de mon conjoint! J’étais vraiment surprise et choquée de cette réaction. Ce n’était vraiment pas dans mes habitudes de boire du vin pendant ma grosesse, mais ce soir là, avec ma viande rouge, j’en avait envie. Nous ne sommes jamais retourné à ce restaurant.

    • Oui, j’ai reçu quelques commentaires de mon entourage durant ma première grossesse. Cette fois-ci (j’en suis à ma deuxième), l’entourage se fait plus discret. Les commentaires reçus durant la grossesse sont une pratique pour ce qui est à venir : après la naissance du bébé, on n’en finit plus de recevoir des commentaires et conseils non sollicités. Il faut s’y faire en haussant les épaules.

      Les trois irritants dont je me souviens de ma 1ère grossesse : On a osé me ridiculiser car je ne voulais pas manger de jambon. Duh, c’est grave ça, ne pas manger de jambon, quelle horreur. Et on s’est offusqué que j’accepte que mon conjoint s’absente durant 3 jours, quelques semaines avant mon accouchement, avec l’accord de mon médecin. Et une parente qui trouvait que je mangeais trop peu et une autre qui trouvait que je prenais trop de poids! Trop prudente pour certains, pas assez pour d’autres… Comme quoi, il ne faut pas s’en faire avec ce que pensent les gens, même s’ils sont bien intentionnés. Dans tous les cas, j’en ai fait à ma tête et ai gentiment dit aux gens de se mêler de leurs affaires.

      Par contre, s’il y avait une femme de mon entourage qui buvait beaucoup d’alcool (pas un verre ici et là, mais une consommation élevée), fumait comme une cheminée ou consommait de la drogue, je crois que je me sentirais dans l’obligation de lui parler pour éviter des dommages au bébé. Mais passer un commentaire pour un petit verre occasionnel ou une tranche de jambon ? De nos jours, les femmes sont bien informées des risques et je me dis qu’elles se comportent en toute connaissance de cause.

    • Ma femme est coréenne. Et là-bas, généralement, de tels histoire n’arrive tout simplement pas. La femme est perçu comme “sacré” lorsqu’enceinte et les personnes autour d’elles (surtout le mari) à la mission morale d’exhaussé tout ses désirs et besoins.

      Ma belle mère à mangé une TONNE de poisson cru lors de ces 4 grossesses. C’est drôle, ma femme est plus en santé que moi, qui est été élevé dans un la mousse !!!

      Guillaume

    • J’ajouterais que de tout temps, l’entourage s’est mêlé de la vie des femmes enceintes et des jeunes mères. C’est sans doute accentué maintenant en raison du lot incroyable d’informations médicales disponibles au grand public. Au départ, les commentaires sont bien intentionnés mais ne reposent pas toujours sur une compréhension éclairée des informations médicales. Vous donnez l’exemple de la serveuse chez Starbucks qui refuse de donner un café caféiné à une femme enceinte. Qui est-elle pour juger du niveau de caféine que peut consommer une femme enceinte ?

    • Pendant 9 mois, la future maman a en dedans d’elle un autre être humain en devenir. C’est long, 9 mois, mais très court à la fois. Est-ce un si gros sacrifice que de laisser tomber sa cigarette, son verre de vin, pendant 9 mois? ”C’est pas grave, y’a rien là”… 9 mois non plus, y’a rien là. Et puis quand je vois la vie d’un petit garçon carrément détruite car sa mère a pris ”un petit verre de temps en temps” urant sa grossesse, je me demande comment peut-on ne pas choisir de mettre les mauvaises habitudes sur Pause quelque temps. Le petit garçon en question ne sait ni lire ni écrire, est cardiaque, hyperactif, de (très) petite taille (il ne fera jamais 5pieds), déficient intellectuel, problèmes de comportement, problèmes hormonaux. Mais c’est vrai que c’est si bon, un verre de vin de temps en temps!

    • La grossesse n’est pas une maladie: c’est un état qui s’inscrit dans l’ordre des choses pour la très grande majorité des femmes. D’ailleurs, à moins d’être un cas de GAR, tous les médecins diront que la femme peut continuer à mener normalement toutes ses activités. Ces mêmes médecins vous diront aussi que ce sont les excès qui sont néfastes. Alors, à moins d’être un proche ou en mesure d’observer quotidiennement les comportements ou habitudes de consommation d’une parturiente, on devrait s’abstenir de tout commentaire.

    • La grossesse dure neuf mois. Est-ce si difficile de mettre de côté ses mauvaises habitudes pendant une période de 9 mois! Si la réponse est oui alors il faudrait y penser à 2 fois avant d’avoir des enfants car ca change une vie! Mais ca vaut la peine:)

    • Dans une société qui fait de moins en moins d’enfants, les femmes sont considérées comme les réceptacles sacrés de l’Objet Divin.

      À ma première grossesse, le Doc me disait qu’une consommation modérée d’alcool (une demi-once de vin une fois/semaine) était acceptable. Je n’ai jamais bu d’alcool, mais c’étaient les recommandations d’usage que le médecin donnait à l’époque. À ma quatrième grossesse, 8 ans plus tard, la consigne c’était plus d’alcool, plus de sushis, plus de fromage au lait cru, plus de thon, plus de cutex, plus de teinture à cheveux, plus de shampoing non bio. Wôôôôô ! Je ne connais pas une femme qui essaie sciemment de faire du mal au bébé qu’elle porte! Pourtant, enceintes, les femmes sont considérées comm un objet public que tout un chacun peut toucher (ha! le flattage de bedaine par des inconnus) ou infantiliser (par le biais de conseils non sollicités et d’expression telle “ma p’tite maman” pour s’adresser à une femme enceinte).

      Enceinte de ma troisième, j’étais sur une terrasse avec ma soeur. Je buvais un “Shirley Temple”, drink innofensif s’il y en est un. La serveuse était une de mes étudiantes à l’université alors elle s’amusait à mettre des parapluies et autre gogosse sur mon verre si bien que cela donnait l’impression que je buvais un drink alcoolisé. La dame assise à côté de nous, m’a jetté un coup d’oeil réprobateur à mon premier “Shirley”, croyant que je buvais de l’alcool. Elle parlait à voix haute avec la personne qui l’accompagnait sur les dangers de la consommation d’alcool durant la grossesse. À mon deuxième “Shirley”, elle s’est directement adresssée à moi en me disant, d’un ton prêchiprêcha : “Maman, l’alcool c’est dangeureux pour ton petit bébé. Il faut faire attention à ton petit bébé maman !” Complètement exaspérée j’ai rétorqué : “M’en fout. Je le met en adoption de toute façon”. Bon. pas très mature comme réponse mais Ô combien jouissif de lui voir la face !!!

      Les femmes savent ce qu’elles doivent faire pour assurer de la santé de leurs enfants. Elles ont en tête cette préoccupation de faire en sorte que leur bébé se développe de façon optimale. De grâce, fichons leur la paix si elles décident de prendre un café, de manger un sandwich au thon ou de prendre UN verre de vin durant toute leur grossesse pour célébrer quelque chose d’important (ok, j’avoue avoir pris UN verre de vin lors de ma dernière grossesse pour fêter la soutenance de mon doctorat. Mère indigne que je suis :-)

    • Je ne saurais dire comment cela se passait avant d’avoir moi-même des enfants. Mais je dirais que cette manière d’aborder la maternité n’est pas différente de notre rapport à divers aspects de notre vie, soit le contrôle.

      En effet, nous sommes passé d’une société où il était “permi”, par exemple, de boire de l’alcool en conduisant, avec les enfants sommairement attachés sur la banquette arrière, à une autre où les sièges d’appoints ont une date d’expiration et où il faut mettre sa bière dans la valise de l’auto pour faire 3 coins de rue.

      Hier encore, on parlait de la sécurité autour des piscine privée. On énumérait tous les critères d’une bonne clôture. Ça se tient : si on peut éviter que quelqu’un meure bêtement, soit. Jusqu’à ce qu’on apprenne que, l’an dernier, il y avait eu, pour tout le Québec, 9 décès dans des piscines privées… Je ne dis pas que c’est déplacé ou hors proportion (ce n’est pas du moins mon propos). C’est simplement une manière d’illustrer à quel point on veut tout contrôler.

      Lorsque ma conjointe était enceinte, j’ai cherché à la protéger contre toute cette attention. Nous avons convenu ensemble des choses qu’elle était prête à faire (fruits de mer, caféine, alcool, etc.) et nous avons laissé les choses évoluer avec le temps. Il nous semblait que l’essentiel, c’était d’être raisonnable, de faire appel au gros bon sens.

      Et lorsque quelqu’un passait un commentaire, on s’en remettait au gros bon sens ou on ignorait. Et lorsqu’elle se sentait perdu, c’était mon rôle de nous ramener vers le plan, en revoir les points avec elle et voir avec elle sentait que son approche avait changé, pourquoi, et dans quel sens aller pour la suite.

      Je pense qu’il est de notre devoir, comme société, d’intervenir là où il y a abus (et l’enjeu pourrait être de définir ce qui est abusif – un café ou un joint?). Mais il ne faudrait pas que ce sens du devoir devienne un abus à rebourd…

    • @syncope,
      j’ai failli faire une syncope en vous lisant. Surtout cet extrait! Un bijou: «…il n’est pas mauvais que la société. jette un œil critique sur ces pratiques.»
      De quelle société parlez-vous?
      Est-ce la femme qui a fait un excès de vitesse? Cet homme qui parle avec son cellulaire au volant? Cette autre personne qui n’a pas cédé sa place dans l’autobus à la personne âgée? L’autre qui ne déclare pas tout aux douanes; l’autre encore qui vole une serviette à l’hôtel? L’autre qui achète des choses sur le marché noir (pour éviter de payer des taxes)? Ou encore celui-ci qui place son argent dans un offshore (abri fiscal)? Vous, peut-être??
      De quel société parlez-vous? Qui peut se permettre de juger les autres? Des donneuses (donneurs) de leçon qui se cachent derrière un certain anonymat et qui prétendent être au-dessus de tout le monde. Voilà ce que c’est. En somme, ce sont toutes et tous des fanatiques qui font la moral (et que je soupçonne de ne pas être très équilibrés) dont j’aimerais bien qu’ils s’exposent plus ouvertement pour voir jusqu’à quel point ils ont les mains blanches.
      Amen!

    • Je suis enceinte de 6 mois ½, et je dirais que, pour le moment, je me fais surtout juger parce que je fais attention à ce que je mange. Oui, j’essaie d’éviter le poisson cru, les viandes froides, les œufs coulants, le fromage de lait cru, les tisanes, etc. Je ne suis pas obsédée par ça, mais si j’ai le choix, je prends le choix plus recommandé et c’est ce qui me vaut le plus de jugement.

      Je sais qu’il y a 40 ans, les femmes enceintes mangeaient ce qu’elles voulaient et patati et patata, que ma grand-mère avait une ferme et que rien n’était pasteurisé. Mais s’il y a ces recommandations, ce n’est quand même pas pour rien.

      Les risques sont minces, mais est-ce que je veux vraiment vivre avec le doute que c’est peut-être le sushi dont je ne voulais pas me priver qui a causé un problème? Ce n’est quand même que neuf mois dans une vie…

    • Je crois qu’il y a un peu des deux. Les femmes enceintes sont plus susceptibles… mais les gens en général se permettent plus de commentaires parce que la grossesse en elle-même est un déclencheur de conversation. Et une fois la conversation lancée, eh bien certains n’ont plus de filtre.

      Le meilleur exemple, c’est celui du touchage de bedaine. Jamais dans ma vie de femme pas enceinte on ne m’a demandé de toucher à mon ventre. Jamais. Enceinte, les deux fois, ça m’est arrivé à de nombreuses reprises qu’une collègue, une connaissance, un membre de ma famille élargie ou un parfait inconnu me demande de toucher à mon bedon. Ça ne m’offusquait pas et je m’y prêtais de bonne grâce… mais il reste que ça illustre bien le fait que tout un chacun « s’approprie » un peu notre grossesse.

      Des commentaires aussi j’en ai entendu de toutes les sortes. Une collègue a carrément explosée quand j’ai avoué avoir mangé quelques huîtres crues alors que j’étais enceinte d’une vingtaine de semaine. Quand je lui ai répondu que les huîtres étaient fraîches et que de toutes façons je n’avais pas été malade, elle m’a répondu sèchement que ça ne changeait rien… que rendu-là, aussi bien fumer et boire de l’alcool, ce qui n’a fait que me prouver son ignorance. Tiens donc, la même collègue, quelques années plus tard, se vantait d’avoir continué à prendre un petit verre de temps en temps tout au long de sa grossesse…

      D’un côté, un collègue de travail qui trouvait complètement exagéré que je lui demande de ne pas fumer dans l’auto alors que j’étais avec lui, enceinte jusqu’aux yeux. D’un autre, des copines me trouvaient carrément irresponsable de boire un café de temps à autre…

      Comme je travaille en Ontario et que je ne suis pas mariée, j’ai eu aussi droit à plusieurs questions et commentaires en ce sens. Genre « est-ce que le père est dans le décor? », « est-ce que c’était un accident? », « Avez-vous l’intention de vous marier après la naissance? » et, ma préférée « comment allez vous expliquer à vos enfants que vous vivez dans le péché? ».

      Les commentaires ne m’ont jamais trop bouleversé. De toute façon, il faut s’y faire parce que ça continue quand l’enfant est au monde, au sujet de l’allaitement, des aliments solides, du dodo, de la discipline, etc.

      Moi, ce qui m’embêtait le plus, c’était les questions trop personnelles. On aurait dit que la grossesse enlevait toutes les barrières et que tout un chacun se croyait permis d’entrer dans les confidences. Ex : une collègue que je connaissais à peine qui me demande, devant mon équipe de travail, avant le début d’une réunion, si j’ai été beaucoup constipée pendant ma grossesse… parce que elle oui… avec les détails svp! Ce genre de situation m’est arrivée à plusieurs reprises et me laissait toujours bouche bée. Je suis peut-être un peu prude, mais je n’aime pas discuter de mon caca devant mes employés. Enceinte ou pas.

      Ah oui, il y avait aussi la réceptioniste du bureau qui me lançait un “hey prego!” chaque matin à mon arrivée au bureau et qui se moquait de ma démarche en disant “waddle-waddle-waddle-waddle” chaque fois qu’elle me voyait marcher. Tsé, la première fois c’est un petit peu drôle… mais une grossesse ça dure 9 mois! Je le sais que j’ai l’air d’un pingoin… on pourrais-tu au moins varier les moqueries?!

    • Les gens ne jugent pas que les femmes enceintes. L’obèse qui mange un chip aussi, etc. En fait c’est non débat. C’est même carrément futile, on peut pas empêcher les gens de nous juger, il faut simplement ne pas s’en soucier.

      Et non Mère-Blogue, ce n’est pas plus scandaleux lorsqu’il s’agit d’une mère enceinte.

    • Qui sommes-nous pour juger? Enceinte, c’est à la femme de déterminer ce qui est bon ou mauvais pour elle. Et cela varie de femme en femme.

      J’adore le vin. Enceinte, je me sentais mal après une demie-coupe de vin. Je n’en ai pas pris durant mes 2 grossesses. Par contre, arrêter le café aurait été un enfer pour moi. Je me limitais à 2 cafés par jour.

      J’ai un travail très physique. J’ai travaillé jusqu’à la toute fin de mes grossesses et repris le travail assez tôt après. Plusieurs personnes m’ont jugées sur ces faits. De nature assez sportive aussi, je n’ai pas cessé mes activités durant mes grossesses. Je les ai pratiquées avec modération et un peu plus de prudence c’est tout. L’inactivité ou même une petite marche m’aurait tuée moralement, mis au bord de la dépression. Pire encore, je le sens j’aurais fait vivre un véritable enfer à mon chum et à mon entourage par ma mauvaise humeur. Ce qui convenez-en n’est pas très bon pour le bébé… J’aime bouger. Quand j’étais fatiguée, je me reposais.

      On juge les femmes qui prennent du vin, mais on accepte plus une femme qui mange gras, sucré à outrance ou qui dort toute la journée… Bizarre, qu’est-ce que vous pensez est mieux?

    • Ok, si je comprends bien, nous avons passé la loi interdisant de fumer dans les endroits publics et restaurants à cause de la fumée secondaire car “on fout de la fumée dans les poumons des autres gens” sans leur concentement.

      Or, ici, dans le cas d’une femme enseinte, il serait OK que la mère s’en grille une tranquille.

      hmmmm, double standard ?

    • De quel droit juger ainsi une femme enceinte?

      Du droit souverain de se mêler de se qui ne nous regarde pas évidemment!

      Il y a aussi le droit de se faire moralisateur afin de se donner bonne conscience pour nos actions ou habitudes moins morales qu’on aimerait se le faire croire…

      Il y a aussi le syndrome de “moi c’est pas pareil”…, le faites ce que je dis, pas ce que je fais…

      C’est peut-être un vestige des punaises de sacristies de l’époque de ma grand-mère… S’autoproclamant pieuse et pratiquante, plus chrétienne que le christ à l’entendre mais la première à bavasser sur la robe d’une telle, sur la façon que l’autre a d’éduquer ses enfants, etc…

      Ne jugez pas afin de ne pas être vous même jugé… La sagesse se perd, remplacé par un puritanisme intrusif…

      Misère…

    • Et pourquoi ca ne se ferait pas? Notre responsabilité en tant que société est d’alerter, prevenir. A chacun de prendre sa décision. Je me permets d’alerter une dame enceinte entrain de fumer, mourra t-elle parce que je l’ai interpellée? De meme si je vois un gamin de 9 ans entrain de fumer, je le ferai. C’est aussi simple que ca!

    • Le bébé est un être à part entière et il mérite d’être protégé en tant que tel. S’il y a de mauvaises habitudes à proscrire alors proscrivons les pour la période de grossesse. Si quelqu’un voit que vous êtes enceinte et ne veut pas vous donner de vin alors pourquoi ne pas dire merci? Non cela ne vous regarde pas. Cela regarde le bébé. Il faut tout une société pour élever un enfant et pas seulement les parents. Le gars qui refuse de donner du vin ne sait pas si vous ne videz pas des bouteilles. Il voit uniquement une mère qui porte un enfant et qui manque de respect à celui-ci. Je ne vois pas de raison pour attendre après l’accouchement et constater “ah, j’ai trop pris de vin ou ah mon bébé est trop petit car j’ai trop fumé”

      Pour mon épouse, j’ai toujours empêché celle-ci de consommer de l’alcool alors qu’elle était enceinte et mes enfants sont merveilleux!

      François Racine

    • @alexnado
      “Mais est-ce que les femmes enceintes vont trop loin dans leurs comportements qui nuisent à la santé de l’enfant à venir? Assurément.”

      Heu… Vous avez pris ça où vous là ? Vous avez vu une femme fumer ou une autre prendre un verre de vin et bingo ! Voilà toutes les femmes enceintes transformées en assassin potentiel ?

      De plus, faites-vous au moins une heure d’exercice tous les jours ? Mangez-vous (même occasionnellement) de la viande rouge, des charcuteries, des chips, de la junk food? Vous arrive-t-il de boire trop (même très rarement)? Vivez-vous en ville dans une athmosphère polluée par le smog ? Avez-vous un foyer au bois chez vous ? Voilà toutes sortes de choses associées de près ou de loin au cancer. Alors si vous répondez non à la première question et oui aux autres, je vous réponds un mot : RAMQ. C’est assez stupide comme argument non ?!?

      @Weeza : En effet, comment allez-vous expliquer à vos enfants que vous vivez dans le péché ? hahahahahahahaha! Watch out la question qui tue. Je ne peux pas croire que vous vous êtes fait demander cela…

    • @ Julietrudeau

      “Les femmes savent ce qu’elles doivent faire pour assurer de la santé de leurs enfants. Elles ont en tête cette préoccupation de faire en sorte que leur bébé se développe de façon optimale. ”

      Enfin… les sages doctorantes comme vous peut-être, mais certainement pas cette femme rencontrée à la maternité, qu’on avait transporté du Nord en avion ambulance jusqu’au Children pcq son foetus de 8 mois avait une masse de la taille d’une mandarine dans l’estomac, mais qui quétait des cigarettes devant l’hopital.

      Un triste cas, bien sur, mais qui discrédite, par l’absurde cette prétention de la femme déeesse-bienveillante-qui-sait-mieux-que-quiconque-et-qui-jamais-n’erre… Des mamans qui boivent “un petit verre de temps en temps” 4 fois par semaine, on en croise de temps à autres.

    • Patrick Huard avait raison. “C’t'un piège, farme ta gueule!”.

    • @jeanchretien

      Votre “amen” ponctue bien votre sermon du style “que celui qui n’a jamais pêché…” bla bla bla.

      Votre argumentation me semble problématique. La personne qui ne cède pas sa place dans l’autobus ne menace pas l’intégrité physique d’une autre personne. Pas si difficile à comprendre ! Et puis franchement, Est-ce que vous êtes vous-même si tolérant que vous éviteriez de juger une personne fumant dans une pouponnière ? J’en doute… Arrêtez donc de faire le preux.

    • @alexnado: le site de santé canada ne parle ni d’avortement spontanné ni de naissance prématurée. Il recommande simplement au femmes enceintes de diminuer leur consommation de caféine à moins de 300 mg par jour.

      Mon médecin m’a toujours assuré qu’une tasse de café par jour ne causait pas de risque. Par contre, il me mettait en garde contre trop de jus de fruits. Plusieurs de ses patientes, ne buvant ni alcool, ni café, ni boissons diète (à cause de l’asparthame), buvaient de grandes quantités de jus de fruit et de lait, avec pour conséquences une prise de poids importante et des risques de diabète de grossesse.

      Quand même la chamomille t’es interdite parce que tu attends un enfant, à un moment donné tu te tannes de ne boire que de l’eau!

      Modération, qu’ils disent!

    • On ne peut pas manger de jambon quand on est enceinte? Eh ben!

      Quant à moi, après deux grossesses, je ne crois pas avoir vécu de jugement de la part des gens autour de moi. Il y a même un serveur une fois qui s’était indigné que je refuse de boire du vin! À bien y penser, il y a quelqu’un qui pensait que j’avais le diabète de grossesse parce que j’avais mangé trop de pâtes alimentaires (donc trop de sucre) et trop de sucreries. Faut avoir été enceinte et avoir eu le diabète de grossesse pour comprendre que ça ne vient pas de ce qu’on mange, mais que c’est plutôt la faute du placenta.

      @callstal: J’ai du mal à croire que tous ces maux viennent exclusivement d’un petit verre de temps en temps ou d’une cigarette ici et là. Beaucoup de nos mères ont fumé enceinte (la mienne incluse) et ont bu de l’alcool aussi (la mienne incluse) et on est pas mal tous en santé. En même temps, des enfants qui ont des troubles de comportement et de développement, il y en a aussi nés de mères qui n’ont rien consommé de leur grossesse.

    • @alexnado :

      “Pour respecter les lignes directrices, une femme enceinte pourrait boire un peu plus de deux tasses de café de 8 onces par jour, pourvu qu’elle ne consomme aucun autre produit contenant de la caféine.”

      source santé Canada : http://www.hc-sc.gc.ca/hl-vs/iyh-vsv/food-aliment/caffeine-fra.php

      Selon notre médecin à la première grossesse, la caféine ne serait pas dommageable pour le foetus après 3 mois, trop de café produirait de plus petit bébé.

    • … et je ne prétends pas être au dessus de quiconque. Je repond simplement à la question posée. é

    • Qu’une personne juge une femme enceinte, on n’en a rien à foutre, il y aura toujours des gens pour tout critiquer.

      Mais qu’une employée se permet carrément de servir du café à une cliente en lui donnant du décaf à la place, ça c’est de l’intrusion de la vie privée. Elle n’a aucun droit de le faire! C’est comme si la caissière refusait de servir un trop Big Mac à un obèse sous prétexte qu’elle juge qu’une salade est mieux pour lui…Pour qui se prend-elle?

      Je trouve que dans notre société, les femmes enceintes ne sont plus aussi “banales” qu’autrefois. Avant, une femme enceinte, c’était juste normal. Aujourd’hui, une femme enceinte attire inévitablement l’attention et la curiosité. On dirait qu’on n’a plus l’habitude de les cotoyer.

      J’ai voyagé enceinte de 6 mois en Europe. Là-bas, on ne pose jamais la question à savoir si c’est un gars ou une fille, ou le prénom choisi, etc. car ce n’est pas dans la mentalité de poser des questions sur un être qui n’est pas encore au monde. La femme enceinte n’est pas un sujet de conversation ni de curiosité.

    • @ weeza:

      Nos propos se rejoignent un peu. Dans quelle partie de l’Ontario vivez-vous?

    • J’tiens juste a dire que je ne suis pas maman, je suis dans la mi-vingtaine, et j’adore suivre ce blog.

      Plus je le lis, moins j’ai envie d’être mère. =P

    • 15 mois après la naissance de notre premier, j’ai annoncé à ma “gang de gars” qu’on attendait un deuxième enfant. La réaction générale fut un joyeux “félicitation”, sauf un qui a lancé “encore? tsé ya d’autres trous pour fourrer…”. Il y a eu comme un p’tit malaise dans la salle…

    • Je suis présentement enceinte de 5 mois et demi.

      Je me rappelle avoir lu un article de Marie-Claude Lortie il y a quelques mois (avant ma grossesse) qui résume assez bien ma pensée à ce sujet: http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/marie-claude-lortie/201010/08/01-4330660-alcool-grossesse-et-gros-bon-sens.php .

      Ainsi, grosso modo, la grossesse des autres ne vous regarde pas. La seule personne qui a son mot à dire et dont l’opinion compte autant que le mien est le père. Nous nous sommes donc entendu en début de grossesse et les deux, nous y allons de notre bon jugement. Oui, j’ai bu des demi-verres d’alcool, je bois mon café tous les matins, j’ai mangé des sushis cuits et des viandes froides, etc… le tout, avec jugement et modération (qui sont, je pense, les mots-clés à retenir quand on est enceinte)

      Il est clair que le gouvernement ne va pas commencer à faire la promotion de ces comportements ou à dire qu’ils sont acceptables, tout simplement parce que certain(e)s sont incapables de faire preuve de cette modération.

      Le fait d’être enceinte ne fait pas de nous une propriété publique, qu’on se le tienne pour dit!

    • Je pense qu’on juge tout le monde en général… On juge la personne obèse lorsqu’elle mange. On juge la personne diabétique lorsqu’elle mange du dessert. On juge tout le temps. On juge une femme enceinte qui va à l’encontre des recommandations de base vu sa situation. C’est comme ça! La différence, c’est peut-être que son état est temporaire et ces jugements sont nouveaux, donc plus agressants. Mais pensez-vous que c’est plus amusant de se faire dévisager pour la personne obèse qui mange une crème glacée? Non!
      De plus, aussi bien s’y faire, car après, on jugera la façon qu’elle agit avec ses enfants et la façon dont elle les élève.
      Je ne dis pas que c’est correct. Mais la vie est comme ça. Il faut donc apprendre à vivre sa vie peu importe ce que les autres en pensent. C’est comme ça qu’on s’en sort…

    • Une femme enceinte a droit à son plein libre arbitre.

      J’aurais bien voulu que quelqu’un se permette de me dire quoi faire quand je l’étais ! Surtout la petite serveuse de café qui se même de servir du déca au lieu d’un café quand on sait que le déca est très nocif considérant les solvants utilisés pour enlever la caféine ! Une belle petite ignorante que celle-là. Moi, j’ai bu du vin à l’occasion, mangé du poisson cru et cuit , du fromage au lait cru, j’ai travaillé 14 heures par jour souvent, je suis montée dans des échelles, j’ai respiré l’air de la ville avec sa pollution, et mes enfants s’en sont apparemment très bien portés, beaux, bons caractères, jamais malades et excellentes études.

      Les femmes savent très bien ce qu’elles doivent faire pour la santé de leur bébé.
      Que les punaises de sacristie (bien trouvé comme expression, patafouin) qui voient une femme une fois “commettre un péché” se mêlent de leurs affaires et aillent faire leurs prêchi-prêcha ailleurs. Non mais… quelle arrogance !

    • “Alors en quoi votre consommation de café (ou alcool, surpoids, sédentarité, etc) me concerne-t-elle si vous êtes enceinte et en quoi ai-je le droit de vous juger? En un mot: RAMQ. Si vous ne prenez pas soin de votre santé et de celle de votre foetus, à qui est-ce que vous allez tout bonnement refiler la facture? À tous les contribuables.”

      Pour la simple raison que le système de santé est universel, votre corps appartient maintenant à tout le monde sauf vous. Tous les imbécile dans le genre de celui que je vien de citer vont se faire un plaisir de répandre leur savoir partout! Ça serait pas pire si ils voulaient juste faire des commentaires et non pas agir…

    • Les temps ont bien changé, Enceinte en 1968, je suivais des cours prénataux. Un jour, l’infirmière en charge nous dit que la cigarette et l’alcool sont très nocifs pour l’enfant. Fumeuse et buveuse, je me précipite en pleurs chez mon obstétricien. Il me répond : “Mais non. Rassurez-vous. La seule chose qui peut arriver est que le bébé sera un peu plus petit et, donc, plus facile à passer”. Idem pour l’alcool. “Il ne passe pas dans le placenta”, me dit mon savant obstétricien. Que pensez-vous que j’ai fait?… 

      Je regarde aujourd’hui des photos de famille où on me voit prendre un verre allègrement avec le paquet de cigarettes sur le coin de la table. Dois-je détruire ces photos? J’en ai souvent envie et je ne les montre pas à tout venant. Par contre, je me dis qu’elles sont les témoins d’une époque. En passant, j’ai accouché d’un bébé de 7lb 9oz en parfaite santé. J’ai sûrement été bien chanceuse comme la très grande majorité des femmes qui ont enfanté la génération “X”.

      Qu’on ne s’y trompe pas. Si c’était à refaire aujourd’hui, je suivrais religieusement les conseils de mon infirmière au lieu de m’en remettre à son savant confrère. Mais je plains les femmes enceintes d’aujourd’hui qui doivent constamment tout surveiller sous le regard réprobateur de tout-un-chacun, avant de passer à la moulinette des ayatollahs de l’allaitement.

    • Enceinte, je ne me souviens pas de m’être sentie jugée.
      De mon côté, je ne porte pas attention à ce que font les femmes enceinte.

      Quel en est l’intérêt ?

    • @ nemo: merci de votre commentaire, ça me rassure… moi aussi je suis très sportive et je ne me voit pas arrêter tout pour 1 an… J’ai eu à le faire dans le passé pour d’autres raisons, ça m’a détruite…

      Je ne suis ni mère ni enceinte, mais je redoute ce moment en partie à cause des commentaires que pourrait se permettre des étrangers ou connaissances sur ma façon de comprendre les choses et les appliquer à ma vie (ce qui ne regarde que moi et mon chum en fait). J’ai retenu quelques suggestions bien avisées de certains commentaires, merci à tous et toutes!

      Le stress que vous pouvez engendrer chez ces femmes lorsque vous vous obligez à les critiquer ouvertement, est d’autant plus néfaste que leur prétendues actions non-publiquement-correctes (comme prendre UN verre ou UN café…). Faut vraiment manquer d’esprit critique et scientifique pour donner son opinion ici et là et croire qu’un verre de vin par semaine va générer plein de petits débiles…hé misère…

      Une scientifique de 28 ans…

    • Je juge la consommation d’alcool lorsqu’elle est régulière et excessive (pas le demi verre de vin pris à Noël), la cigarette (je juge TOUS les fumeurs, mais surtout les femmes enceintes, je l’avoue…) et surtout la drogue.

      Pour le reste, ça ne m’importe peu. Moi-même, je n’ai pas arrêté de manger du jambon ou du thon et dans le cas du dernier, il n’est pas interdit, il faut seulement choisir la bonne sorte. Idem pour le café: une tasse pour jour, c’est permis. Ce n’est pas moi qui va s’offusquer devant une femme enceinte qui mange des sushis.

      Enceinte, le seul point sur lequel je ne suis sentie jugé c’est sur mon entraînement que j’ai poursuivi, jusqu’à la fin. J’avais le sentiment que pcq les autres femmes de mon entourage n’étaient en grande forme physique, qu’elles ne pouvaient comprendre comment je faisais… Certaines ont même gentiment demandé à mon mari de me laisser savoir que ce n’était sûrement pas bon pour le bébé………………. Rien de plus faux! De toute façon, enceinte, le seul avis qui compte, selon moi, c’est celui de mon docteur et s’il dit que c’est correct, alors ça doit l’être ;-)

    • J’ai un handicap physique et je me déplace en triporteur la majorité du temps. J’ai eu plusieurs regards désapprobateurs et commentaires du genre “ne sais-tu pas que la pilule existe?”. Ma grossesse était planifiée et suivie du début par un médecin pour nous assurer que tout se passe bien et nous savions dans quoi nous nous embarquions mon conjoint et moi mais les gens pensent bien ce qu’ils veulent. À un moment donné, il faut passer par dessus.

      Ma fille a maintenant 6 ans et je me fais encore regarder tout croche par certaines personnes quand elle m’appelle maman. J’ai appris à vivre avec ça quoique des fois, j’aurais le goût de les envoyer faire une ballade!

      Personnellement, j’essaie de ne pas faire de commentaires du genre cité dans ce blogue mais j’avoue qu’en dedans, je me sens mal à la vue d’une femme enceinte (ou qui allaite) qui fume ou qui boit de l’alcool. Ça parraît peut-être dans mon expression mais j’essaie de ne pas le dire à voix haute.

    • Ca tombe bien ce billet juste ce matin je lisais une femme sur son blogue, qui racontait que durant un vol elle a commandé un Bloody Mary et que l’agente de bord lui a regardé le ventre et demandé si elle était enceinte (elle ne l’était pas…) parce que sinon elle aurait refusé de lui servir son verre.

      C’est un pente glissante que de commencer a policer ce que les femmes enceintes mettent dans leur corps. On dirait qu’on perd le sens du gros bon sens, c’est rendu qu’un café est une raison de traiter une femme enceinte comme une nunuche qui sait pas ce qu’elle fait? Elle n’est pas un incubateur! Une femme enceinte c’est d’abors une femme, ensuite un foetus. Foutez leur la paix.

      (et les gens sont rapides a sortir les études, mais ont l’air d’ignorer facilement celle faite sur 11 500 femmes enceintes en Angleterre qui a démontré que la consommation d’alcool occasionnelle n’avait pas de conséquence sur le bébé. C’est drôle hein?)

    • Je suis nouvelle maman depuis 6 mois. A en lire certains témoignages, au cours de ma grossesse, j’aurais donc commis plus d’un “impair” : boire du café tous les jours, manger un peu de charcuterie, danser la salsa jusqu’à 7 mois, etc. Mais ouf, j’ai posé une action salvatrice : j’ai éliminé complètement l’alcool, et pourtant je travaille dans le milieu du vin ! J’utilise le sarcasme volontairement car quoi qu’il en soit, ces choix restent ceux du couple.
      Pourtant, la société nous envoie une pression de tout bord, tout côté. Pas de ci, pas de ça, une dose de ceci, une dose de cela… à l’époque de nos parents, il n’y avait pas toutes ces interdictions et pourtant nous sommes bel et bien là !!!
      Une de mes connaissances m’a un jour mentionné “En devenant enceinte, on a l’impression de tomber dans le “domaine du bien public”. Et elle a complètement raison… Il ne faudrait pas oublier qu’une future maman en général connaît ses limites et ce qui est bon ou non pour le petit être qu’elle porte en elle. Bien sûr, il y a toujours des situations qui nous font sauter au plafond… moi, je ne peux pas supporter de voir une maman enceinte fumer, car elle met réellement en danger la vie de son poupon. Mais de là à aller lui faire une remarque, je pense qu’il ne faut pas exagérer, c’est à elle de juger et d’être responsable de ses actes.

    • Oufffff !!! Certains commentaires me font grincer des dents. Qui êtes-vous pour vous permettre de critiquer les habitudes alimentaires et de vie de QUI QUE CE SOIT ?!? Qu’il s’agisse d’une femme enceinte ou pas, la règle me semble, ne devrait-elle pas encore et toujours de vous mêler de vos affaires ?

      Je suis enceinte de 6 mois et heummm 9 mois, oui, c’est long. Je n’ai pris que quelques gorgées d’alcool depuis le début de ma grossesse mais seulement parce que je n’en avais pas envie. Si j’avais voulu prendre un verre de temps en temps, je l’aurais pris. Je mange du jambon, du thon, des sushis à l’occasion aussi ! HORREUR direz-vous ?!?! Non, les produits que je choisis de manger sont frais, le steak que je mange rosé l’est aussi.

      Est-ce qu’on pourrait, s’il-vous-plaît se calmer le ponpon! J’ai été soulagée de le lire un peu plus haut et je le redis, (Parce que certaines personnes ont l’air de penser que toute femme enceinte qui se respecte devrait s’enfermer pendant 9 mois dans une bulle asceptisée et attendre que le temps passe en mangeant des fruits et légumes bio) la clé se trouve dans la modération.

      Je fumais avant de devenir enceinte 1 paquet complet de cigarettes par jour. Aujourd’hui, j’ai envie de faire le plus gros doigt d’honneur de l’histoire au gens qui me regardent de travers pendant que j’en grille une en douce, alors qu’ils ne savent pas que c’est l’une des rares que je fumerai dans la journée et que c’est un choix conscient que j’ai fait, en sachant très bien que moins de 7 cigarettes par jour ne sont pas nuisibles pour le bébé. J’ai choisi de ne pas me mettre cette pression là et de conserver ma santé mentale.

      Non, je ne doucherai pas mes enfants au Purell avant de les laisser rentrer dans la maison, ils vont surement manger une ou deux poignées de sable du carré de sable et probablement aussi manger leurs crottes de nez quand je vais avoir le dos tourné. On peut tu se calmer ?!?

      La prochaine fois que vous aurez envie de juger une femme enceinte, des jeunes parents, peu importe. Rappelez-vous donc de vous mêler de vos affaires. «Vivre et laisser vivre» ça vous dit quelque chose ?

    • À toutes celles qui crient “liberté” sur les toîts et revendique la liberté individuelle de s’autodétruire ou de détruire son foetus en buvant du café et de l’alcool: dans un pays civilisé comme le Canada, on a des tonnes d’assurances collectives, à commencer par l’assurance-maladie et l’assurance-médicaments. Si vous souhaitez ruiner votre santé et celle de votre enfant, c’est forcément les autres qui vont payer la note. Donc, ça nous regarde.

      Si je vous ai bien compris, vous aimez bien le “tous pour un” (soins de santé gratuits, congé parental généreux, garderies, etc) mais vous vous foutez bien du “un pour tous”.

      Vouer un tel culte aux “libertés individuelles” tout en se foutant de nos “responsabilités individuelles et collectives”, c’est crasse et c’est honteux.

    • Hé les cocos! Certains, comme Simon Mathieu, tirent sur la mère blogue comme si c’était elle la coupable… Savez pas lire? Elle pose simplement la question:
      “Pourquoi juger une femme enceinte?” Je vois aucunement dans son texte un jugement quelconque.
      Ceci dit, enceinte, je n’ai pas eu à faire face à de tels préjugés. Par contre, à 8 mois de grossesse, un camionneur qui trouvait que je traversais un peu trop lentement pour lui, m’a crié “Envoye, dépêche la baleine!”

    • @alexnado: pourquoi s’arrêter à simplement critiquer les femmes enceintes dont on suspecte les comportements alors qu’on pourrait agir concrètement! Dérapage garanti en suivant votre argument, puisqu’il pave la voie à toutes les horreurs imaginables – c’est en suivant ce type de raisonnement que certains pronent d’euthanasier les faibles, qui coûtent trop cher au système public …

      @calistal: sérieusement, l’enfant dont vous parler n’est surement pas victime d’un petit verre de temps en temps, comme vous le dîtes, mais plus probablement d’une bonne bouteille régulièrement, ou alors ses problèmes de santé ont une autre source, qu’elle soit liée ou non au comportement de la mère. De tout ce que j’ai lu pendant mes 2 grossesses, je n’ai jamais vu un seul cas rapporté aussi lourd que celui que vous décrivez qui soit attribuable à une consommation d’alcool modérée pendant la grossesse (1 -2 verres par semaine). Faut pas charrier et faut pas tout confondre non plus.

    • Je ne critique jamais une femme enceinte qui fume ou qui prend un verre mais bizarrement, à l’épicerie, lorsque je vois une maman (accompagnée de ses enfants) emplir son panier de cochonneries (plats congelés, boissons gazeuses, chips et autres), il m’arrive de faire des gros yeux….

    • @Alexnado: ‘À toutes celles qui crient “liberté” sur les toîts et revendique la liberté individuelle de s’autodétruire ou de détruire son foetus en buvant du café et de l’alcool: ‘

      Exactement ce que je voulais dire quand je parlais de ‘perte totale de gros bon sens’. Merci de fournir un si vibrant exemple! J’espère que vous voulez aussi fermer tous les McDos, interdire la vente d’alcool, mettre toutes les pilules dont on peut abuser sous clé a la pharmacie, forcer tout le monde a mettre de la crème solaire…sinon vous êtes un bel hypocrite!

    • @alexnado 15h59

      Donc si je vous comprends bien, si ce n’était pas de l’aspect pécuniaire des assurances collectives, vous vous mêleriez de vos affaires, mais parce-que “ça coûte” quelque chose, vous vous trouvez justifié de vous mêler des affaires des autres? (c’est forcément les autres qui vont payer la note. Donc, ça nous regarde. )

      Une morale de dollorama ça non? Sous une couverture de “responsabilités collectives”, il n’y a en fait que quelqu’un près de ses sous?

      Éliminez l’aspect $$, que vous reste-t-il comme arguments?

    • Très simplement, je dirais qu’on juge les femmes enceintes parce qu’elles sont en train de créer une vie et c’est comme si elles ont une obligation de bien le faire. Pas le droit à l’erreur! Bizarre…

      Je ne juge pas les femmes enceintes et je ne leur dis pas quoi faire : C’est leur corps, elles font ce qu’elles veulent. Elles ont l’autonomie de leur propre corps. Si une femme enceinte fume, je vais désapprouver, mais c’est pas à moi de lui dire quoi faire. Pas de « Fœtus police ». Ce même principe s’applique pour le droit à l’avortement. C’est la femme qui est enceinte, c’est elle qui décide.

      Il faut réellement que les gens respirent par le nez. Les théories de ce que les femmes enceintes (ne) doivent (pas) faire changent constamment. Quand ma mère était enceinte de moi (dans les années 80), un médecin de Ste-Justine lui avait dit de prendre une bière pour calmer des contractions très prématurées. Le café et le poisson n’étaient pas interdits non plus. Et si vous regardez attentivement, les règles ne sont pas toutes les mêmes partout. Gwyneth Paltrow aurait bu une Guinness pendant une de ces grossesses, apparemment pour la riche concentration en fer. Aussi, voyez-vous une méditerranéenne ne pas manger de poissons/fruits de mer pendant 9 mois?

      Ma conclusion : C’est pas parce qu’une femme est en train de créer une vie qu’elle doit s’empêcher de vivre!!

    • @syncope : heu… à partir d’un seul cas, il faudrait mettre toutes les femmes enceintes sous verre ? À partir d’un seul cas on peut généraliser à toutes les femmes enceintes des mauvaises habitudes de vie ? À partir de ce seul cas, toutes les femmes qui boiront un verre de vin ou qui mangeront un plat de suschi se retrouveront dans une telle condition ? Wow ! tout un raccourci qui dénote une certaine paresse intellectuelle…

      Sur l’ensemble des bébés qui naissent annuellement, combien de bébés naissent handicapés pensez-vous syncope ? Et sur ces enfants handicapés, combien le sont à cause de la négligence spécifique de leur mère ? Démontrez-moi cela et après, on pourra commencer à jaser.

      Je serais surprise de savoir combien d’hommes, par solidarité avec leur compagne enceinte, maintienne le même régime alimentaire qu’elle. Juste par curiosité.

    • Cibole que certains commentaires sont décourageants. Mettre dans le même panier une femme enceinte qui prend un café par jour (ce q

    • pardon

      (ce qui est en dessous de la dose maximale recommandée) et des femmes enceintes alcooliques et fumeuses, faut le faire en ta.

      En tout cas, la capacité de nuancer une problématique complexe n’est pas donnée à tous.

    • @alexnado:

      Je vous cite: “Si vous souhaitez ruiner votre santé et celle de votre enfant, c’est forcément les autres qui vont payer la note. Donc, ça nous regarde.

      Si je vous ai bien compris, vous aimez bien le “tous pour un” (soins de santé gratuits, congé parental généreux, garderies, etc) mais vous vous foutez bien du “un pour tous”.

      Vouer un tel culte aux “libertés individuelles” tout en se foutant de nos “responsabilités individuelles et collectives”, c’est crasse et c’est honteux.”

      Si l’état de notre système de santé vous préoccupe tant que ça, commencez dont par vous attaquez aux personnes qui s’empiffrent de junk food… en fait, mieux encore: je vous recommande fortement d’aller vous poster devant les caisses d’un Maxi et d’y faire la leçon aux gens dont les paniers d’épicerie ne contiennent pas des éléments frais et variés… Aussi, peut-être faudrait-il songer à faire le suivi du nombre d’heures d’activité physique pratiquée par tous et chacun quotidiennement… Vous voyez où ce genre de raisonnement nous mène?

      La santé d’une enfant et le fait qu’il nécessite ou non des soins de santé tout au long de sa vie dépendent beaucoup plus des habitudes de vie qu’on lui inculque dès son plus jeune âge que du 3 onces d’alcool que la mère a bu pendant sa grossesse. Je le répète (au cas où je n’aurais pas été assez claire): la modération et le jugement sont la clés, comme dans n’importe quoi!

      Je vous invite à penser à l’état de notre système de santé et à son engorgement la prochaine fois que vous mangerez votre trio de prédilection dans votre succursale de restauration rapide préférée…

    • @ alexnado

      Quand vous aurez été ”enceint” et que l’équivalent d’une boule de bowling vous sera passé entre les jambes pendant vingt heures, vous reviendrez nous dire d’arrêter de gaspiller votre impôt parce qu’on sirote un café..

    • @McDoux: Donc sans même connaitre le petit, vous remettez maintenant en question le médecin qui a posé le diagnostic? Prenez-le votre petit verre, c’est vrai que c’est pas des affaires de personnes si maman prends un drink, surtout pas du petit à naître… Dans le fond, le syndrome d’alcoolisation foetal, c’est comme les extra-terrestres, ça existe pas pour vrai hein? Chin!

      Je me souviens d’un colloque où une mère avait confié qu’à l’époque de sa grossesse, son m.decin lui avait recommandé de prendre 1 oz de gin avec un oeuf quand elle ne se sentait pas bien. C’était il y a une quarantaine d’années. Fiston est né avec un syndrome d’alcoolisation foetal modéré, mais assez présent pour changer sa vie. Ce n’était pourtant qu’un once, de temps en temps.

      @datura1712: Quand je vous lis, je me dis que vous êtes ignorante d’une réalité qui existe et qui est vécue par plus de gens que vous ne le croyez. Mais c’est certain que c’est pas facile d’avouer que l’on préfère son verre de temps en temps à ”ne pas prendre de chance du tout pour son bébé”.

    • By the way, pour avoir vu le comportement de la mère et pour être très proche dans la vie du petit, je ne parle pas à travers mon chapeau. Ce cas existe, d’autres également. Présentez-vous aux colloques sur le SAF, vous en verrez. Non, un verre de vin en 9 mois n’amène pas les conséquences que le petit garçon subit aujourd’hui. Mais c’est quoi, une consommation modérée, pour vous, madame? Une fois par semaine? Par deux semaines? Par mois? Eh bien pour la mère, c’était aux deux semaines. Rien là!

    • Impossible de fumer enceinte…ça dérange. Pour le reste, bien pas d’abus!

    • @alexnado:
      une seule portion de 20 oz de café?!?!?
      My gosh, on ne boit pas tous des formats géants de café!
      Au dernières nouvelles, 1 portion de lait, 1 portion de café, 1 portion de jus d’orange, c’est plutôt de l’ordre de 8 oz…
      20 oz de café, crime, la femme enceinte va passer son avant-midi à uriner!

    • On critique plus les femmes enceintes parce que le bien-être d’un futur être humain dépend principalement de leurs actions. Cependant, il ne me serait jamais venu à l’idée de juger ouvertement une femme enceinte qui mange du jambon ou du poisson. J’avoue par contre avoir un certain jugement pour la cigarette et l’alcool pendant la grossesse, mais je suis non-fumeuse et ce sera mon choix lorsque je serai enceinte de ne plus boire un petit drink entre amis ou un verre de vin au resto.

      J’ai vu une très jeune femme enceinte dans un bar il y a quelques années caler 3 bières d’affilée et j’avoue que je lui ai fait les gros yeux. On ne parle pas d’une demi-once de vin au souper mais on parle de 3 bouteilles de bière calées dans un bar enfumé (avant la loi évidemment). Une autre situation où mon regard disait tout : ma demi-soeur qui est obèse (par ses gènes et par ses très mauvaises habitudes alimentaires, elle mange pour 2 en temps normal) manger pour 3 pendant sa grossesse “parce qu’elle a le droit vu qu’elle est enceinte”!

      Par contre, il faut se rappeler aussi qu’il y a quelques années ces comportements étaient jugés normaux. Je suis née en 83 et ma mère a fumé tout au long de sa grossesse, et n’a pas pu m’allaiter vu qu’elle fumait. Je ne suis pas très grande (mais ma mère mesure 4 et 10) mais en excellente santé (touche du bois).

      Tout est une question de modération comme qui disent!

    • @chouettemaman: pour le jambon, moi, pas de problème. Durant mes deux grossesses, il y a deux aliments qui me donnaient des hauts-le-coeur; le jambon et les olives noires. Deux aliments que je mange avec plaisirs habituellement. Alors quand on se moquait de moi parce que je ne mangeais pas de jambon, je pouvais répliquer sereinement “veux-tu me voir vomir ici et maintenant??! Garanti que j’avais la paix après!

      @larousse_estdouce: j’habite Gatineau. Je travaille à Ottawa. Sont fous ces Ontariens… ;)

    • Qui critiquera les fabricants d’OGM ?
      Qui critiquera l’élevage aux hormones et l’agriculture aux pesticides ?
      Qui critiquera la quantité d’antibiotiques et de médicaments (dont des contraceptifs) rejetés dans les cours d’eau par le biais des égoux, eau que nous buvons ?
      Qui critiquera les fabricants de produits hygiéniques qui utilisent des substances cancérigènes ?
      Qui critiquera l’omni présence du wifi, des ondes cellulaires, du pvc, du plomb, du bisphénol A, des micro-ondes, de l’aluminium dans le déodorant, de la malbouffe, du téflon, du cuivre ? Et des produits chimiques qu’on fait entrer à la pelle dans nos maisons sous prétexte de les rendre propres, de tuer les germes à 99,9 % et de les parfumer agréablement ?

      On nous empoisonne systématiquement. Avec notre bénédiction.

      Mais au lieu de demander des comptes à ces machines à faire du fric, on préfère fermer les yeux, payer toujours moins cher et critiquer les individus, surtout si ce sont des femmes. On fait le jeu des compagnies d’assurance, qui n’ont pas besoin de se payer de la pub tant on est prompt à faire leur promo gratuitement.

      Si on accepte le fait que l’individu est responsable de lui-même et de sa progéniture, à se titre, il aurait intérêt à questionner les industries qu’il fait vivre et qui, pour le remercier, l’empoisonnent.

      Lâchez les femmes.

    • Étonnament, dans mon cas, on me jugeait car je tenais mordicus à ne pas consommer de vin, voire une seule goutte. On insistait souvent en disant “Allez, un seul verre, ça ne fera pas de mal…c’est maintenant prouvé…” Et je sentais que je passais pour une intégriste, mais je tenais mon bout à ne prendre aucune goutte d’alcool enceinte. C’était mon choix. Je me suis bien reprise une fois mes enfants allaités ! ;-)

    • @siocanrf
      “Pour mon épouse, j’ai toujours empêché celle-ci de consommer de l’alcool alors qu’elle était enceinte et mes enfants sont merveilleux! »

      Comment l’avez-vous empêché ? Heureusement que mon époux ne me parle pas sur ce ton infantilisant là … Arrêtez de vous féliciter, il n’y a probablement aucun lien entre le fait que vos enfants soient merveilleux (si c’est vous qui le dites …) et le fait que vous contrôlez votre épouse.

      On croit à tort que si on fait x,y,z ou si on ne fait pas a,b,c, on peut contrôler ce qui nous arrive. Ou encore que si quelque chose ne s’est pas bien passé, c’est forcément la faute d’une action ou d’une personne. Lisez les études et notez la quantité des produits « toxiques » consommées. Ce n’est pas une quantité modérée, normale qui cause des problèmes, ce sont les excès. Ce n’est pas parce que vous roulez à 55 dans une zone de 50 que forcément, il y aura un accident. Par contre, si vous roulez à 100, les risques sont nettement plus élevés.

      Il y aura toujours du monde pour critiquer. Mais ne pas me servir, à mon insu, ce que j’ai demandé et payé pour, c’est du vol. Est-ce acceptable de servir du tofu à un client un peu gros qui a commandé un burger? Ou servir un verre d’eau au lieu d’un verre de jus tel que commandé et payé, à un diabétique?

      Si vraiment cette employée a des valeurs aussi pures, elle aurait dû démissionner ou clairement indiquer à sa cliente qui semble enceinte qu’elle ne peut pas la servir et de demander à quelqu’un d’autre plutôt que de la frauder et s’en vanter dans l’anonymat. Juger un client en silence, soit. Frauder un client mérite une mise à la porte immédiate. Les clients ne viennent pas au Starbucks pour se faire donner une leçon (erronée en plus) en nutrition ou se faire juger. Qu’elle aille travailler dans le domaine de la santé si elle tient tant que ça a modifier les consommations des gens.

    • @alexnado, une seul portion de 20 oz de café…c’est parce que 20oz, ça contient à peu près 4 cafés ça,ç’est sûr que 20oz c’est trop….Habituellement, les recomandation pour les femmes enceintes sont de 3 consommations de caféine(café, boisson gazeuse, chocolat…) maximum par jour, et pour le vin il a été publié dans la Presse dernièrement que1/4 de verre de vin par jour était correct voir mieux que pas du tout…on y va avec le gros bon sens pour le reste et la modération…

    • Oui, les femmes enceintes se font juger. Il y en aura toujours pour critiquer ce qu’elles font ou ne font pas. Mais c’est un bon entraînement, parce qu’en tant que parent, on se fait critiquer et juger encore plus. Alors, habituez-vous, ne soyez pas trop “soupe au lait” et faites de votre mieux. Les femmes entre elles ne sont pas très solidaires, du moins c’est mon expérience: elles sont les premières à se faire compétition pour être la meilleure mère, avoir la plus belle maison, les enfants les plus merveilleux, meilleurs dans tout, etc…

      Mes enfants sont grands maintenant et je suis très fière de ce qu’ils sont devenus…mon plus vieux s’en va à l’université en septembre, et mon plus jeune réussit bien après des années difficiles. Mais les pires commentaires que j’ai eus, pendant leur enfance, sont venus de membres de la famille, et le plus souvent d’autres femmes. Celles qui me critiquaient quand j’étais enceinte, ont été les mêmes qui trouvaient à redire sur ma façon de les élever, qui me blâmaient pour leurs problêmes de santé, etc…
      Aujourd’hui, j’en ris, et je vois bien que j’ai dû faire une “job” quand même convenable. Mais c’est quand même blessant lorsque ça nous arrive.
      Solidarité: mon oeil. Je dirais plutôt: compétition.

    • Étant présentement enceinte, j’ai soulevé tout une indignation alors que je disais manger du beurre d’arachides à l’occasion: “Mais ton enfant va être allergique!” “Tous les allergènes des arachides que tu manges s’accumulent dans son petit corps” “Tu prends vraiment une chance avec bébé” etc. Je me référais au petit livre du gouvernement donné à toutes les femmes enceintes qui dit que – à moins d’un avis spécifique de médecin – de ne pas limiter la prise d’un aliment donné. J’ai même revérifié avec mon médecin qui me dit que c’est une excellente source de protéine! Et ceux qui croient que je suis en train de créer un enfant allergique par négligence n’en démordent pas!

      Le pire, c’est que je joue pas mal tout “by the book” sans trop de mal: pas de café, d’alcool, de cigarette, je fais du yoga, etc.

    • zazzie a raison:

      12h03
      Hypothèse: on critique les femmes, enceintes ou pas.

      Bien que les critiques venant des hommes puisse nous sembler plus douloureuses, les plus dures nous viennent de nos consoeurs.

    • Il est si facile de juger, je le fais souvent, mais de passer à l’action en ne connaissant pas tout le contexte me semble plutôt inconsidéré. Je suis d’accord qu’il faut dénoncer les abus, mais encore faut-il être certain qu’il s’agit d’abus. Ça me fait mal au ventre de voir une femme enceinte griller une cigarette, mais si c’est une inconnue j’ignore si c’est sa première de la semaine ou sa vingtième de la journée. Je ne suis pas fumeuse, mais je sais que la nicotine est une drogue qui cause de la dépendance, aussi bien physique que psychologique, ce qui fait qu’arrêter de fumer est sûrement loin d’être facile et entraîne des bouleversements à l’intérieur du corps. J’ai déjà entendu que certains médecins préféraient que leur patiente diminue leur consommation de cigarette plutôt que de l’arrêter brusquement et de soumettre le bébé à un stress énorme. Les situations de départ ne sont pas toujours idéales et les médecins vont souvent privilégier l’option la moins dommageable. Dans les cas de femmes qui prennent des anti-dépresseurs le fait d’arrêter du jour au lendemain serait catastrophique, il est préférable qu’elles poursuivent leur médication pendant la grossesse, même si ce n’est pas idéal. Devrait-on pour autant les empêcher de procréer? Devrait-on leur refuser ce qui deviendrait peut-être la plus belle chose qui leur soit arrivée?

      Je suis moi même enceinte de 5 mois et j’en convient, neuf mois à l’échelle d’une vie c’est peu. J’aime la bière et le vin, j’adore les tartares et les sushis me manquent. Faites l’exercice, juste pour voir, de faire une liste de quatre items de nourriture ou de boisson que vous affectionnez particulièrement et imaginez vous en priver pendant neuf mois. Est-ce vraiment si facile? Les gens en général sont bien intentionnés, mais les commentaires ne se limitent pas seulement à l’alcool et au tabac, ils sont parfois plus invasifs. Pendant ma grossesse je dois absolument me mettre de la crème solaire, mais celle-ci ne devrait pas contenir d’oxybenzone ni de parabènes (faites au tour à la pharmacie et essayez de trouver ça pour le fun) et je devrais aussi m’abstenir de consommer des allergènes. « Mange pas des noix, ton bébé va être allergique! » Je suis désolée, mais depuis que je suis enceinte, j’ai moins envie de manger de la viande, alors je dois trouver mes protéines autrement. Dieu sait qu’il en faut des protéines pour construire un petit être, et du fer, et des vitamines, et des bons gras, plus de fruits, moins de ça et plus de ceci…. Ce n’est pas toujours facile de naviguer entre ce que nous devons manger, ce que nous ne pouvons pas et ce dont nous avons envie. Alors quand je reçois des commentaires sur mes portions et sur la fréquence à laquelle je mange, je finis par trouver ça plutôt lassant.

    • J’ai détesté être enceinte. J’avais l’impression que la société me considérait comme un bocal de verre contenant un bébé. Je ne me suis privée de rien, ni de café, ni de viandes froides, ni oh ! horreur ! de cigarettes ! Je suis certaine qu’à l’instant même, vous considérez que je suis un monstre. Pourtant, mon enfant est en pleine santé et il est rayonnant de bonheur. J’ai même déménagé à la campagne pour lui, pour qu’il respire de l’air pure et s’amuse avec les grenouilles.

      Je suis certaine que ces personnes qui jugent sont les mêmes qui ne cèdent pas leur siège dans le métro.

    • De toute façon, en lisant régulièrement votre blogue on ne peut que faire un constat : enceinte ou pas les femmes sont ici jugées dans 100% des cas.

      Soit à cause :

      de leur grossesse
      de leur apparence
      de leur poids
      de leur grandeur
      de leur habillement
      de leur comportement en tant que femme
      de leur comportement en tant que mère
      de leur comportement en tant que conjointe (non-mariée)
      de leur comportement en tant qu’épouse
      de leur comportemetn en tant que tante (genre “matante” avec mépris)
      de leur travail
      de leur non-travail (femme au foyer)
      de leur sexe
      etc, etc, etc, etc.

      Je crois que les jugements de valeur, tout azimut, que j’ai lu dans les blogues de cyberpresse sont, de loin comme de près, les jugements les plus durs et les plus méprisants que j’ai lu de toute ma vie.

      Je ne crois pas que ce soit à cause de l’auteur du blogue ou à cause des sujets traités, je crois que ces jugments de valeur reflètent avec extrêmement de fidélité la pensée de tout groupe de personnes particulières, (un genre de pan social) de la société dans laquelle on vit et le fait qu’ils soient emprunts de tant de mépris, sinon de haine, cela reflète, quand à moi, l’atmosphère sociale et générale dans laquelle baigne notre société.

      Tout un chacun estime avoir le droit de critiquer haut et fort le gros et la grosse puisque lui-même n’est pas affliger de ce défaut de constitution, tout un chacun estime être dans son bon droit pour critiquer la future maman pour tout ce que lui-même ne se permettrait pas (ou se permettrait), etc, mais pire :

      Tout un chacun n’a strictement aucune barrière psychologique qui lui dirait :”Aie, bonhomme, retiens-toi un peu, c’est un être humain que tu écrases par tes commentaires et tes critiques dégueulasses.”

    • Je pense qu’il y a de l’exagération dans ce qu’une femme enceinte ne peut pas prendre….Je n’ai rien changé à mon alimentation, café inclus(modéré quand même), ainsi que 3 ou 4 verres de vins pendant mes grossesses, et j’ai 5 enfants en parfaite santé, intelligents en plus! Oui j’ai ressenti des jugements, mais ce que je faisais ne concernait personne d’autre que moi-même et mon conjoint!

    • Juste pour info, les charcuteries et le poisson cru (et les fromages à pâtes molles et les produits laitiers non pasteurisés) ne sont pas nocifs comme tels. C’est seulement que leur risque de contamination à la listériose est plus élevé que celui de d’autres aliments.

      Donc, on peut bien manger des tonnes de poisson cru sans problème, ça n’affectera pas le bébé, tant que le poisson n’est pas contaminé. Mais en cas de contamination, les risques de fausse couche, d’avortement prématuré ou de contaminer un nouveau-né qui lui pourrait être gravement malade, sont élevés. Suffit juste d’une fois où l’aliment serait contaminé et les conséquences peuvent être dramatiques.

      Pour ce qui est du thon, disons en conserve, seul le thon blanc est à consommer avec modération, pour le thon pâle il n’y a pas de contre-indications.

    • Je sui déçue de lire certains commentaires. Oui, l’alcool, les drogues et la cigarettes sont complètement prohibés pendant la grossesse et c’est normal. Mais aucune recherche ne lie avec certitude des problèmes de grossesse et café. La plupart des femmes diminuent leur consommation. J’avais trop mal au coeur et je n’en ai pas bu pendant les trois premiers mois de ma grossesse. Maintenant, à même pas une tasse par jour, je ne devrais pas avoir à me sentir coupable. Même chose pour les aliments dits “à risque”. Disons que de manger du sushi ou du jambon ou du fromage cru quelques fois dans la grossesse n’est vraiment pas dramatique. Arrêtez de nous lancer l’argument de l,argent des contribuables, c’est pathétique! Et les gros qui mangent trop, et les fumeurs, et les sédentaires, et pourquoi pas ceux qui font des sports extrêmes et qui ont de gros risques de se blesser??? Ils ne représentent pas des coûts pour la socitété? Lâchez-moi cet argument bidon. En fait, ça répond très bien à la question de la mère blogue: beaucoup de monde jugent les femmes enceintes. J’ajoute, sans savoir de quoi ils parlent. Je suis enceinte et je suis hyper informée et responsable, mais laissez-moi tranquille quand je veux boire mon petit café le matin en lisant mon journal!

    • La grande majorité du temps ce qu’une femme enceinte fait je m’en fou. C’est son corps et je donne assez de crédit aux gens pour croire qu’ils font des choix responsables.

      La seule fois où j’ai vraiment eu du mal à me contenir (dans le sens où j’ai vraiment eu de la peine), c’est quand j’ai vue une femme enceinte de 7 mois qui quêtait au coin de la rue Ste-Catherine, en tenant à la main un beigne et une canette de coca-cola. Il lui manquait des dents (comme une personne toxicomane). Mon garçon était dans son siège d’auto à l’arrière et elle l’avait vu… Elle m’avait engueulée parce que je n’avais rien à lui offrir. (c’est comme ça que j’ai su qu’elle était enceinte de 7 mois) Comment peut-on se rendre là?? enceinte de 7mois et quêter dans la rue, probablement encore dans la drogue. J’ai trouvé ça très triste.

    • @weezaweeza

      19 juillet 2011
      20h10
      @chouettemaman: pour le jambon, moi, pas de problème. Durant mes deux grossesses, il y a deux aliments qui me donnaient des hauts-le-coeur; le jambon et les olives noires. Deux aliments que je mange avec plaisirs habituellement. Alors quand on se moquait de moi parce que je ne mangeais pas de jambon, je pouvais répliquer sereinement “veux-tu me voir vomir ici et maintenant??! Garanti que j’avais la paix après!

      ______

      Merci, je me souviendrai de cet argument si jamais on me ridiculise à nouveau quoique cette fois-ci, vraiment, les gens me laissent plutôt tranquille. Comme si j’avais fait mes preuves avec le BB1!

      Vous avez raison pour l’Ontario. J’y ai de la famille et je constate que la femme enceinte est une curiosité encore plus qu’ici. Et le shower de bébé c’est quelque chose.

    • ma femme est enceinte de 3 mois maintenant et je me refuse a lui accorder un statut particulier autre que mon amour inconditionnel et mon support, alors pour se qui est de ces habitudes de consommation je ne voie pas pourquoi je lui enlèverais sa capacité a juger par elle-meme se qui est bon pour elle et notre enfant.

      la société n’a pas sa place dans nos raisonnements , je suis responsable de ma vie, je prend mes décisions en fonction de mes valeurs pas en fonction de se qui est accepter par la société et je m’attend a la meme intégrité de la part de la femme que j’aime et que je respecte.

      soyez fort et rester fidelle a vous meme Mme. vous n’etes pas un ecran blanc ou le film y est progeter ,vous etes le projecteur.

    • Moi qui croyais être au courant de tout ce qui est toxique-cancérigène-contaminé, je ne suis pas au courant pour le jambon. Est-ce à cause de la listériose? Les antibiotiques cancérigène qu’on donne au porcs?

      Par ailleurs, avant de lorgner avec désapprobation sur le panier d’épicerie d’une femme enceinte, on devrais penser qu’elle fait peut-être l’épicerie pour plusieurs personnes qui ne sont pas nécessairement enceintes! :)

      Je crois aussi que plus une remarque ou un conseil est fait sur un ton blessant ou infantilisant et plus grands sont les risques que la dame qui les reçoit persiste dans sa mauvaise habitude. Si c’est vraiment le bien-être de l’enfant à naître qui vous motive, ayez au moins l’obligeance d’adopter un ton respectueux.

      Au fait, c’est plutôt sur Historia qu’est diffusé la série “Les filles de Caleb”…

    • @julietrudeau

      SVP ne pas me faire duire ce que je ne dis pas. Bien au contraire, j’admet qu’il s’agit d’un cas aburde. Je ne généralise pas plus à partir d’un cas que vous ne le faite à partir du votre en déclarant que toutes les femmes agissent de maniere optimale pour le bien-être de leur enfant à venir. C’est faux et archi faux. Toute la gamme des comportements est observable. La question est , je crois, dans quelle mesure avons-nous le droit de juger certains comportements que d’aucuns considèrent comme pouvant porter atteinte à la santé du foetus, et donc de l’être humain en devenir, une fois que le choix est fait de porter la grossesse à son terme.

      Je suis père de plusieurs enfants et je n’ai jamais capoté si d’aventure ma femme a pris un verre occasionnel, mangé du thon ou caressé un chat par inadvertance. Ce sont des risques statistiquement documentés, mais qui demeurent assez faibles. En revanche, d’autres risques bien dcumentés sont plus considérables , voir même non pas des risques mais des atteintes directes à l’organisme . Je pense notamment aux drogues dures. S,abstenir de ces consommations me semble une obligation éthique pour la femme enceinte. Ce n’est pas un crime que de le penser, ni de le dire. Je m’excuse, mais voir une femme enceinte sniffer une ligne de coke, elle peut bien me dire que son corps c’est son corps et de me mèler de mes affaires et que c’est juste une petite ligne de temps à autres, moi je te l’enverrai en désintox vite fait pour un petit 9 mois avec une accusation de possession, consommation et atteinte à la vie d’autrui.

      Bien entendu on ne peut être aussi radical avec les drogues “douces” comme l’alcool et le tabac. Mais encore ici, les risques sont trop élevés pour que la société n’adopte pas une attitude jugeante sur ces consommations. Vous avez prix un verre et un seul : super ! Moi quand je vous vois le boire, je ne le sais pas et le principe de prudence m’empêche de présumer que vous ne répétez pas l’expérience régulièrement. Je comprends que cela vous agace, mais , désolé, j’en ai pas grand chose à cirer de l’attitude vierge offensée de mon corps m’appartient et je fait tout ce que je veux. Une attitude adolescente narcissi

    • narcissique et complaisante qu’une personne qui va donner la vie ferait mieux de relativiser en témoignage de maturité. Bref : vous buvez : on vous fait les gros yeux. Revenez-en ce n’est pas un drame. Si le chapeau vous fait reflechissez, sinon ne le portez pas !

      Les prespritions sont sans doute trop nombreues et contraignantes pour al femme enceinte, mais pour l’alcool et le tabac, ce n’est pas la fin du monde me semble-t-il. Ma femme n’est pas plus ni moins un sainte que l’ensemble de ses amies. Toutes ont cessé de boire et de fumer. Je les admire pour cela. (désolé pour les coquilles j’ai pesé enter par mégarde avant de me relire.)

    • “L’enfer c’est les autres” Jean-Paul Sartre

      Est-ce que la femme enceinte a un statut particulier dans l’univers des jugements? Ce n’est pas certain? Discutons-en. La chose la plus difficile à vivre est de se mêler de ses affaires. Il n’est pas simple de savoir quand se taire et quand s’affirmer. De plus, les motivations sous jacentes des accusateurs sont très nombreuses et pas faciles à déterminer.

      Si le feu est pris dans un logement, en général, même si on ne fait que passer dans la rue, on appellera le 911, le plus tôt possible. De même, s’il y a un accident de voiture. Par ailleurs, si on voit un adulte maltraité un enfant, il y en a qui vont intervenir et d’autres passer leur chemin. Dans ces cas extrêmes, le comportement à adopter est assez clair.

      Pour les « obèses » et les fumeurs, le comportement est aussi très clair. Ne perdez pas votre temps. Aucune personne en surpoids n’aime sa situation et tous les fumeurs, à moins d’avoir vécu dans le fond de l’Amazonie, savent qu’il y a risque important pour la santé.

      Maintenant pour les cas entre ces deux extrêmes, telle la femme enceinte, qui disons-le est une affaire de société. Contrairement à ce que je lie « c’est l’affaire de moi et de mon époux », mettre un enfant au monde est un geste de société.

      Certains parleront de RAMQ, je les trouve mesquin (pour ne pas dire autre chose) et ce sont probablement les mêmes qui veulent punir tous les gens qui ont besoin des services de santé. Les mêmes qui pensent que tous les BS sont des minables, des paresseux et des fraudeurs que l’on devrait laisser à eux-mêmes. Ces émetteurs de jugements sont des individus ignares (vient d’ignorant et arrogant). Dans un monde idéal, ils disparaitraient sans laisser de traces.

      Pour ma part, je soutiens que mettre un enfant au monde est un geste social plus que tout autre geste disponible à l’humain. Beaucoup plus important que la RAMQ.

      Ce que les parents souvent ne comprennent pas est que le fruit de leurs entrailles sera avec nous pendant les 80 prochaines années : 18 à 24 ans sous leur responsabilité et le reste à aider la société ou à lui nuire. C’est nous, les autres, qui devons vivre le succès ou l’insuccès du couple à donner à la société un élément positif ou négatif et cela beaucoup plus longtemps que le couple.

      Que la société se préoccupe du bien-être et de la bonne éducation de l’enfant est logique, souhaitable et inévitable. Lorsqu’enceintes ce que les femmes ont dans le ventre, nous, les autres, l’auront dans les dents pour des générations à venir. Il y va de notre intérêt de nous en préoccuper.

      Que la société qui entoure la femme enceinte soit bien ou mal renseigné n’est pas mon discours car on sait tous qu’il y a plus de désinformation qui circule que de bonne information. Par ailleurs, il y a des conditions qui sont bien connues. Je pense aux bébés de petits poids en particulier, les bébés du HIV et de la drogue, aux bébés des alcolos.

      Que l’on exagère de la part des accusateurs soit. Que la femme enceinte s’offusque de la participation de la société à sa grossesse, elle manque de vision et de compréhension face au miracle qui se produit dans son utérus. Elle oublie que son geste est un geste social de la plus grande importance et avec d’énormes conséquences pour nous, les autres. Cet enfant à naître qu’elle le veuille ou non, appartient à toute la société que la société le veuille ou non.

      Voyons cela d’un autre angle. Si votre grossesse n’était qu’un petit chiot que vous allez garder dans votre cours de façon responsable pour toute sa vie. À part les jappements interminables, les autres n’ont pas grand-chose à dire. Mais l’enfantement n’est pas un chiot mais un être humain qui fera parti de la société. Cet être prendra et donnera à la société ce qu’il pourra pendant 80 ans (chiffre arbitraire). Ce qu’il pourra dépend en partie de ce que les parents feront et de la société qui l’entoure.

      Est-ce que cette réalité donne le droit aux accusateurs de faire ce qu’ils font. Cela dépend de ce qu’ils font et comment ils le font. En tout cas, cela explique en partie pourquoi ils le font.

      Je pense ici que la femme ou le couple enceinte doit mieux comprendre sa responsabilité sociale lorsqu’il s’agit de l’enfantement.

      Je sais, penser qu’un peu de sperme livré dans l’intimité d’une relation sexuelle un beau soir d’été, devienne un geste social de grande importance, n’est pas facile à digérer. Pour tout vous dire, je trouve que de réaliser qu’un geste anodin en 2011 de deux personnes puisse devenir un des gestes les plus importants pour notre société est ironique.

      Message aux accusateurs : agresser une femme enceinte avec des conneries n’est pas constructifs et ce n’est pas votre rôle. Si vous êtes vraiment préoccupé par ce que vous constatez, approcher le sujet avec délicatesse et gentillesse. Que vous soyez préoccupés, cela se comprend mais cela ne vous donne pas une licence pour ennuyer (ou plus) une femme enceinte.

      Message aux femmes ou couples enceintes : d’abord un gros merci pour la très grande responsabilité que vous prenez pour notre société. Sans vous, notre extermination serait rapide et sans appel. Vous avez choisi ou accepté le rôle le plus important dans notre société. Cette responsabilité a beaucoup évolué depuis le temps où vos parents on prit la leur. C’est plus compliqué qu’avant et cela fait de vous des individus encore plus dignes de respect que vos parents. Soyez prévenus, les gens qui vous entourent auront le don de se mêler de votre grossesse. Certains seront positifs et d’autre moins. Dans les deux cas, comprenez à chaque fois que leur intérêt est une confirmation de l’importance de votre grossesse. Positif ou négatif, vous demeurez la reine (abeille).

      Message à tous : Que ce soit la femme enceinte, la femme qui allaite ou une femme qui essaye de survivre le comportement de ses enfants sur la place publique, elle mérite votre respect et votre considération. Sans elles, nous n’existerions pas.

    • @stephanie2009

      En effet, le jambon tranché et autres charcuteries du même type peuvent potentiellement être contaminés à la listériose. Tout comme le fromage au lait cru (non pasteurisé). C’est rare, le risque est minime mais quand une femme enceinte est intoxiquée à la listériose, les conséquences peuvent être terribles. Elle peut perdre son bébé. Alors malgré le risque minime, on conseille aux femmes enceinte d’éviter certaines charcuteries. Un jambon entier cuit à la maison est sécuritaire par contre.

    • chouettemaman le 19 juillet 2011 @ 12h52
      “Qui est-elle pour juger du niveau de caféine que peut consommer une femme enceinte ?”

      Hummm… Peut-être sait-elle quelque chose que le public ignore… ;-)

      Après tout de nombreuses personnes ont longtemps ignoré et refusé de croire que les compagnie de tabac ajoutaient mille substances pour initier une irrepressible accoutumance.

      Hier j’étais dans un stationnement à étages (donc à l’ombre) et j’ai entendu des pleurs de bébé assez intense. J’ai laissé mon téléphone et j’ai levé les yeux cherchant du regard ou était ce bébé. Ne le voyant pas, je suis sorti de voiture et suis tombé face à face avec la voiture, le bébé et sa maman qui attendait. La maman s’est sans doute senti jugé, pourtant, je ne cherchait qu’a m’assurer qu’un bébé n’était pas resté seul dans une voiture.

      Bref, si faire des reproches sur un ton moralisateur n’est jamais bienvenue, est-il possible que la volonté de simplement suggérer une réflexion ou une introspection soit également mal reçu souvent?

      Il y a sans doute des moralisateur indigeste, mais il y a peut-être aussi des gens manquant d’humilité qui sont incapable d’accepter le moindre commentaire si résolument bienveillant fut-il.

      Et ce que je remarque, c’est que souvent, les moralisateur indigeste et les gens incapable de recevoir ne serait-ce qu’un petit conseil ou une amicale remarque sont souvent les mêmes personnes.

    • @julietrudeau

      En fait , quand je dis “toutes on cessé” je devrais dire “la plupart”…

      @michel602

      Intéressant comme commentaire. Votre catégorie de référence est la société. On pourrait aussi parler de l’espèce et d’une problématique plus biologique que sociale. Réalisez enfin, que sans votre contribution, nous n’existerions pas non plus.

      Bonne journée !

    • @michel602

      Votre théorie est séduisante et elle a le mérite d’être respectueuse. Toutefois, je n’adhère pas du tout. En quoi manger un bon repas de sushis affecte-t-il l’avenir de la société ? Que la société veule intervenir dans le cas d’une héroïnomane enceinte qui quête sur la Ste-Catherine, je peux le concevoir, mais qu’elle veule intervenir dans le cas d’une femme (tout ce qu’il y a de plus ordinaire) enceinte qui boit un bloody cesar sur une terrasse de la même rue, ça me dépasse ! Tout et son contraire est “interdit” à la femme enceinte. C’est la même chose lorsque le bébé est né et lorsqu’il grandit. Tout ce que fait un parent, plus particulièrement une mère, est scruté à la loupe. Mais qui est là lorsqu’elle n’arrive plus à nourrir convenablement ses enfants ? Lorsqu’en plus d’éduquer ses enfants, elle doit travailler 40 heures par semaine et s’occuper de la maison ? Où est cette société qui se sent responsable du sort des enfants ? La société n’est même pas capable de porter le sac d’une femme enceinte ! J’ai déjà dit à un de mes amis : “Si tu veux participer à l’éducation de mon enfant, commence par me verser une pension.” Il ne m’a plus jamais critiqué, bien au contraire.

    • J’étais enceinte il y a “seulement” 10 ans, ouf… je ne savais pas qu’on devait éviter de manger du jambon, des huitres, des noix, du beurre d’arachides, de caresser un chat??? Vraiment???

    • Vivre et laissez vivre. Je trouve pire d’inculquer une religion à son enfant que de fumer pendant sa grossese. C’est cent fois plus toxique.

      Allez au gym, prenez vos vitamines, faites-vous bronzer et lorsque vous serez enceinte, soyez parfaites et demeurez le jusqu’à la majorié de vos enfants. Sinon vous n’êtes pas gigne d’être mère. Franchement!!!

      Je suis un gars et je me fait juger car j’ai 5 enfant et que je fume. (pas dans la maison évidemment). Les femmes enceintes doivent trouver ça très pénible. Lorsque les enfants sont petits, les gens nous arrêtent dans la rue pour vérifier si les petits sont bien vêtus et passent des commentaires sur l’âge, la crème solaire, l’hydratation. Ils touchent même aux enfants sans demander au parents comme s’il pouvait d’emblée, comme s’il caressait un chien.

      Nous vivons dans une société hyper-individualiste mais nous voudrions que tous pensent et agissent comme nous le ferions. FAIL
      Pour ceux qui veulent contrôler l’alimentation des parturientes pour de supposées questions de coûts sociaux, faudrait-il aussi, dans la même logique, vérifier l’éducation, le niveau de langage, l’exercice fait par les enfants? Quelqu’un de mal outillé dans la vie coûte aussi très cher à la société.

      Le problème avec ces jugments est qu’ils sont souvent basée sur des croyances, légendes urbaines et rumeurs. Même les faits sicentifiques ne constitue pas une vérité absolue car ils tendent souvent à être contredits lors de nouvelles découvertes.

      Prenez les sushis par exemple, le problème n’est pas que le poisson soit crû mais la quantitié de mercure dans le thon. Si vous mangez se sushis au saumon, il n’y a aucun risque. Le poisson cru est dangereux s’il sent mauvais. Facile de le reconnaître alors. Ne privez pas vos enfants de ces vrais oméga3 (pas de pilules) qui aident à la croissance du cerveau.

      Pis si vous n’aimez pas le poisson, ben c’est pas grave! C’est aimez ses enfants qui compte, même avec nos défauts.

    • L’avenir de la médecine passe par la recherche médicale, s’il y a des mamans qui boivent et qui fument et qui mangent des sushis ou autres psychotropes, au moins nous pouvons nous dire en tant que société que ça nous permettra d’avoir des foetus ou des enfants malades à étudier et disséquer dans le cas de leur décès, ceci pour faire progresser la science et la santé de mes enfants par le fait même. Sans ces mères ou parents irresponsables, bien des maladies existeraient encore !!!

    • @johnmatrix : “…qui mangent des sushis ou autres psychotropes” On se calme… comparer des sushis à des psychotropes, c’est fort.

    • La drogue, la cigarette et l’alcool pendant la grossesse sont tous des facteurs de risques pour le bébé, il faut en être conscient. Est-ce que ça regarde les autres? Peut-être pas, mais vous ne pouvez pas sortir l’argument de “un verre de temps en temps ne peut pas déranger” car vous ne le savez pas. Même les études à ce sujet ne sont pas capables d’établir la quantié nécessaire à consommer pour qu’il y ait risque mais on sait qu’il y en a un.

      Pour ce qui est de juger une femme enceinte qui fume, par exemple, je ne vais pas la juger plus ou moins que je jugerais une personne faisant de l’emphisème et qui a une cigarette à la main. Selon moi ça ne se fait pas, et j’admet que ne pourrais pas m’empêcher d’avoir la réflexion, désolé.

    • Oups – j’en suis à ma 38e semaine de grossesse et je viens de manger du jambon…je ne savais pas que le jambon était néfaste pour bébé….

      Bon, je ne crois pas que le jambon ou le café caféiné que je bois chaque matin depuis quelques mois (j’ai attendu dire que la céféine était seulement dangeureuse pour les fausses couches avant 3 mois), et les quelques toutes petites gorgées de bière/vin que j’ai prises dans le verre de mon amoureux feront des dommages à ma fille (mon gynéco m’a dit pas plus d’un verre par semaine après 6 mois de grossess. Je suis loin d’un verre!). Cependant, le dois avouer que la cigarette ne fait plus partie de ma vie depuis 10 ans et c’est la meilleure chose que j’ai faite. Jamais je n’ôserais faire respirer volontairement de la fumée directe ou secondaire à mes enfants. Come on! On est en 2011. Tout le monde sait que la cigarette est à proscrire pour tous, pas seulement pour les futures mamans. Pourtant, on voit encore des mamans/papas en auto avec les fenêtres fermées qui pompent. Est-ce que ça vous choque ça aussi? Moi ça me met en furie. Les cigarettes que mes voisins fument dehors pour ne pas empester leur condo et qui aboutie dans ma chambre ou celle de mes enfants me rend folle!

      Pour ce qui est des sushis….je compte les jours où je pourrai enfin dévorrer mon maki au thon rouge. On dit que ça pourrait causer un avortement instantanné, alors je me dis que 9 mois, ce n’est pas si long que ça.

      Alors, oui, je juge moi aussi.

    • @toutes: effectivement, on pourrait pointer du doigt l’homme sédentaire qui mange du junk, tout autant que la femme enceinte qui boit de l’alcool et du café. Et je le fais régulièrement. Je ne dis pas que c’est un crime et qu’on devrait empêcher la vente de café aux femmes enceintes ou interdire le McDo aux obèses (quoi qu…) , je dis seulement qu’on a le droit de porter un regard sur les habitudes de vie malsaines des gens parce qu’en définitive, c’est le contribuable qui paie pour celui ou celle qui abuse. Les soins de santé, c’est un gros pot d’argent à la RAMQ, et je trouve ça dommage que ça soit toujours les mêmes qui déposent dans le pot commun et toujours les mêmes qui pigent dans le pot commun (quand bien sûr il s’agit de problèmes de santé évitables).

      @stevetrahan: Non… le problème avec les sushis, ce n’est pas (seulement) le mercure. Le poisson cru qui a été mal conservé peut contenir des microorganismes pathogènes et le poisson cru, même s’il a été très bien conservé, peut contenir des parasites et ça inclut le saumon. En fait, le seul poisson qui est considéré exempt de parasites par le MAPAQ, c’est le thon! C’est probablement le sushi le plus sécuritaire pour les femmes enceintes! Si vous faites des sushis, vous NE devez PAS utiliser de poisson frais. Les parasites doivent être détruits par une congélation d’au moins 7 jours à -20°C.

      http://www.mapaq.gouv.qc.ca/fr/Restauration/Qualitedesaliments/securitealiments/Pages/risquesparasitairespoissonscrus.aspx

    • @syncope 20 juillet 10h55

      Toute la gamme des comportements est observable, mais la grande majorité des comportements de femmes enceintes sont des comportements d’auto-protection. Sinon, ça fait longtemps que la race humaine se serait éteinte. Par ailleurs, si on regarde les statistiques de naissance d’enfants handicapés au Québec, je suis certaine que les handicaps résultants des comportements des mères sont infimes.

      Vous ne me ferez pas croire qu’il n’y a pas exagération sur ce qui est jugé dangereux dans les comportements des mères. J’ai 4 enfants. De ma première grossesse en 1998 à ma quatrième en 2006, les éléments de consommation jugés dangeureux avaient augmenté de façon exponentielle. À un moment donné, ça va faire.

      Comparer la consommation d’un seul verre de vin ou de deux cafés par jour durant la grossesse avec une ligne de coke, disons que c’est un raccourci malhonnête. Et cela même à des abus.

      Deux histoires :
      La première, épouvantable : les services d’aide à albertain l’enfance ont exigé qu’une femme, enceinte pour la 6e fois, soit obligée, par le Tribunal, de se faire désintoxiquer. Elle était dépendante au solvant et ses 5 enfants précédents étaient tous nés avec de graves malformations. Les services d’aide à l’enfance ont été débouté. Je le répète. C’est épouvantable. Cette femme était complètement à côté de ses pompes, elle-même devant avoir le cerveau brûlé par sa consommation. Mettre au monde des enfants aussi hypothéqué, c’est affreux.

      L’autre situation, tout aussi épouvantable par les dérives potentielles qu’elle entraîne : Une femme dans les maritimes (je crois que c’est le NB) a été poursuivie par son beau-père, au nom de l’enfant, parce qu’elle avait eu un accident de voiture alors qu’elle était enceinte de 7 mois. Le bébé est né prématurément à cause de cet accident et il était fortement handicapé. Le grand-père espérait que, si la mère était reconnue coupable de négligence, son petit-fils pourrait avoir un dédommagement de la part des assurances. Le grand-père a été débouté. Imaginez les conséquences s’il avait gagné ! Même conduire aurait été jugé dangereux !!!!

      Alors voilà. Quand on amalgame tout et n’importe quoi : café (comme c’est le cas dans l’histoire dont parle La mère blogue), thon, charcuterie, litière de chat, jardinage (oui oui, je ne pouvais plus jouer dans mon jardin enceinte de ma dernière à moins de mettre des gants jusqu’aux COUDES !!! dixit, mon dr.), conduite automobile, consommation de deux-trois verre d’alcool durant la grossesse, ligne de coke et solvant, ça fait en sorte que les femmes sont fichtrement entravées durant leurs grossesses. Et ça fait qu’on en vient à considérer le risque zéro comme un absolu : un enfant nait handicapé, c’est sûrement la faute de sa mère qui a refusé de se faire mettre sous cloche pendant sa grossesse…

    • @isallende

      “Mais qui est là lorsqu’elle n’arrive plus à nourrir convenablement ses enfants ? Lorsqu’en plus d’éduquer ses enfants, elle doit travailler 40 heures par semaine et s’occuper de la maison ? Où est cette société qui se sent responsable du sort des enfants ? ”

      C’est que donner des conseils et des avertissements permet à une personne de faire étalage de ses connaissances et d’afficher une sorte de supériorité intellectuelle. Si ce sont ces seules motivations, elle n’aura pas nécessairement envie d’aider une autre personne de façon plus concrète puisque cette aide ferait davantage appel à l’altruisme et à l’empathie, des qualités dont on peut très bien être dépourvu même lorsqu’on est très savant! :)

    • @Weeza, mon chum est militaire et était poster a Petawawa quand je suis devenue enceinte et non mariée!! quel drame!! Et les potinnages sont allé bon train. J’ai bien, mangé, dormi, bu aucun alcool, pas fumer, marché tous les jours et vous savez quoi, j’ai eu deux bébés très prematuré 26 et 30 semaines 628 grammes et 785 grammes a la naissance, donc Cesser de juger et mêler vous de vos affaires. On fait ce que l’on pense bien pour nous et nos enfants. J’ai tellement vomit enceinte que les gars qui fesait du PT sur la base ici a Ottawa arrêter pres de lal cabine du bus pour me demander si je voulais qu’il aille chercher mon chum.

      Donc juger ne sert a rien, vous en voyer ces femmes que pour quelques instant. Vous voudriez surement pas que les gens critiques, votre coiffure, vos ongles sale et vos chaussure usé!! Pour ce qui est des enfants, les miens étant né très petits a 3 ans et un an, ils le sont encores, ils mangent bien, sont actifs et intelligent amis vu qu’ils sont petit on m’a demander si je les nourrissait… Les gens juge facilement mais appel pas CAS quand le voisine varge sur sur jeune en avant de al maison, on a le jugement vraiment mal placé!!

      Avant de râler devant al madame qui fume peut-être qu’une seule cigarette par jour parce qu’elle est enceinte ou parce qu’elle veut une beurré au beurre de pinotte, regarder vos propres comportements sont-ils si parfait?? La est la question. LA critique ouvre la porte a la critique selon moi :) Bonne journée

    • Le plus insultant que j’aie vécu durant mes grossesse, c’est le regard vissé sur mon ventre de celui qui me parle de ce qu’il y a dans mon ventre. Je n’existe plus. Je n’ai plus de personnalité, je ne suis plus quelqu’un qui réfléchit, je suis un ventre.

      Pour ce qui est des remarques, j’en ai vécu aussi. Parce que je prenais une bière dans un bistrot.

      Bon, aujourd’hui, passe encore pour la bière, le vin, les cigarettes (quoi que nos mères aient bu et fumé dans les années 50 – 60, et qu’on ne s’en porte pas vraiment plus mal); mais j’ignorais que les curés s’attaquaient maintenant aux mangeuses de jambon, ou aux buveuses de café.

      Bon, ben alors il reste à les enfermer chez elles (les gaz d’échappement, pensez-y !), à leur interdire l’eau chaude, l’eau froide, le maquillage, les produits ménagers, les teintures, le coiffeur, le cellulaire, la wifi, la musique, la conduite automobile, …

      Les femmes sont des machines reproductrices, tout compte fait. Ça n’a pas vraiment changé depuis quelques millénaires.

    • @ stevetrahan : Lorsque les enfants sont petits, les gens nous arrêtent dans la rue pour vérifier si les petits sont bien vêtus et passent des commentaires sur l’âge, la crème solaire, l’hydratation. Ils touchent même aux enfants sans demander au parents comme s’il pouvait d’emblée, comme s’il caressait un chien.

      ——————-

      Dites-leur qu’ils mordent, vos enfants :-D

      ===========

      @ Minipuce : C’est vrai, j’avais oublié le chat.
      À lire, à propos de la toxoplasmose. C’est très rigolo ;
      http://www.boulesdefourrure.fr/index.php?q=toxoplasmose

      =========

      @ tous : c’est quoi, cette manie de s’adresser à des inconnus pour leur dire votre façon de penser ? Est-ce que je vous dis, moi, que votre moumoute vous donne l’air con, que vos chaussures ont été cousues par des enfants du Pakistan, que votre char pollue, que vous mangez des fruits provenant d’une dictature, que votre bronzage vous donne l’air d’une vielle peau, que le prix de votre vélo permettrait à un Somalien de vivre pendant un an ?

      Mêlez-vous de vos affaires, et appelez la police si vous croyez qu’un enfant est réellement en danger. Pour le reste, apprenez donc à vous la fermer avant que, moi, je commence à vous sortir mes 4 vérités.

    • J’ai oublié le sel.
      Est-ce que les serveurs de restaurant retirent aussi le sel de la table des femmes enceintes après avoir pris leur tension artérielle ?

      Juste pour savoir…

    • Je me souviens d’une fois, très très enceinte, je suis allée au dépanneur avec mon fils de 8 ans à l’époque. J’allais chercher des chips et de la liqueur pour notre soirée cinéma à lui, son père et moi. J’étais en ligne pour payer au couche-tard et en avant de nous, deux jeunes filles et un jeune homme de 20 ans environ, de la bière plein les mains. Une de filles dit à l’autre; entk moi si j’étais enceinte je boirais pas de la liqueur et je mangerais pas de chips…

      Moi j’ai trouvé ça drôle. Je bois pas de café, je fume pas, jamais pris de drogue et si je bois 2 verres d’alcool par an, c’est bon… pis elle, à vient me juger parce que une fois par semaine je me tappe un thrill de chips avec mon verre de liqueur pour passer ma soirée ciné avec ma famille.. je l’ai trouvé bien bonne! Faut en prendre et en laisser.

    • @julietrudeau

      Vous avez bien raison de dire qu’on fait dans l’amalgame et que cela complique la réflexion.

      Vous avez sans-doute raison aussi pour dire qu’une partie importante des femmes sont très consciencieuses durant leur grossesse et elles méritent pour cela le respect de leur conjoint et de la société, ainsi, bien sur, que l’amour et la reconnaissance de leurs enfants.

      Ceci étant, il existe une proportion non négligeable de parturientes qui réclament à grands cris offusqués un sacro-saint droit de fumer et boire modérément si bon leur semble et elles se plaignent de la désapprobation sociale dont elles sont les victimes. J,estime au contraire que cette désapprobation sociale, bien que possiblement irritante, est salutaire en tant qu’hygiene publique dans la mesure ou elle contribue à la diminution de comportement réellement problématiques (telles la drogue, la cigarette et l’alcool).

      La discussion à propos de notre tolérance aux risques (sushis, jambon, sport…) est un autre discussion et je suis partisan de tolérance plus que pour le délire asceptique ultra sécuritaire.

      Sur un plan plus philosophique, le débat est le même au fond que celui sur l’avortement : une question de compromis entre les droits de la femme et ceux d’un être humain en devenir. Certaines estiment que l’être humain en devenir ne devrait avoir aucun droit. Je ne suis pas de ceux-là.

      Comme un contributeur l’a judicieusement fait remarquer, la procréation n’est pas seulement un trip individuel, elle est aussi une aventure de couple, une entreprise sociale et une stratégie de survie de l’espèce entière. De réduire une problématique aussi vaste à des arguments de liberté individuelle me semble un peu pueril.

      Bonne fin de journée.

    • Je suis à ma 25ième semaine de grossesse, et il y a juste une chose qui me fait perdre les pédales (sûrement que les hormones n’aident pas)! C’est que je prends le transport en commun tous les jours, et je suis souvent une des dernières à arriver à la ligne d’attente parce que surement j’ai trop mal au dos pour me mettre à courir, et la je suis évidement debout dans l’autobus devant les sièges réservés aux personnes âgés, femmes enceintes… mais bien sûr les personnes assises sur ces places sont loin de ressembler aux derniers mentionnés. Et la, c’est là que je perds les pédales, les gens s’en rendent évidement compte et font en semblant de dormir ou bien ils tournent la tête… Moi-même étant enceinte, si je vois que quelqu’un est plus dans le besoin que moi, je lui cède ma place… IL FAUT BIEN QUE QUELQU’UN DONNE L’EXEMPLE. Je ne veux pas généraliser, et c’est souvent des femmes qui cèdent leur place, mais souvent je suis juste restée debout ! La dernière fois, le chauffeur a carrément arrêté l’autobus et a demandé à quelqu’un de se lever.
      Je veux juste que vous sachiez que quand vous voyez une femme enceinte dans les transports en commun… imaginez votre mère, femme… Nous avons beaucoup de surpoids à tenir et nous sommes aussi fatiguées que vous après le travail, soyez compréhensifs et cèdez votre place.

    • À tous ceux qui justifie le jugement envers les femmes enceintes en parlant de la RAMQ et des coûts rattachés à des complications ou autres problèmes je dis ceci: Jetez le même regard sur TOUS les gens qui font de l’embonpoint, ceux qui fument, ceux qui boivent un verre devant vous (sans savoir combien de verres et à quelle fréquence ils consomment), ceux qui achètent des tonnes de produits alimentaires préparés contenant des quantités de sodium impossibles… Je connais des gens qui fument mais qui s’entraînent et courent des marathon, qui sont en meilleure santé que d’autres qui sont maigres et ne peuvent monter les escaliers de deux étages.

      Sur quels critères se baser pour juger efficacement? Il y a énormément de nuances, de modes, de messages. Même les médecins ne s’entendent pas. Tout avec modération semble être le mot d’ordre ces jours-ci. Qu’une jeune fille travaillant chez Starbucks prennent des décisions pour les autres basées sur ses valeurs est inacceptable.

      Est-ce que l’on devrait se mêler de comment les gens éduquent leurs enfants? Comment ils entretiennent leurs maisons, leurs terrains? … la ligne est mince.

      Ma réponse: Mêlez-vous de vos affaires. Et soyez tolérants.

    • À lire ce qui s’écrit je suis contente d’avoir eu mes enfants il y a 30 ans,on était moins un phénomène de foire qu’aujourd’hui.On se cassait pas la tête avec quoi manger,quoi boire et on avait aussi du bon sens.J’ai bu du café avec mes amies et belle-soeurs enceintes,j’ai fumé quelques cigarettes et j’ai manger tout ce que je voulait et j’ai eu 3 beaux enfant de 9,8t7 livres en santé et eux-même parents
      de très beaux enfants,alors les ayatollahsdu jugement passez par dessus.

    • Parce que lorsque nous sommes enceinte on devient une propriété publique. Combien de fois de purs étrangers que je croise au magasin ou ailleurs en public viennent me toucher la bedaine parfois même sans me le demander pour ensuite y aller du commentaire: “Vous portez bas” “Votre bedaine est vraiment grosse ou pas assez grosse” etc.
      Et ça se poursuit lors de la naissance avec tous les regards qui jugent et analysent et toutes ces personnes qui se permettent de toucher à notre enfant sans nous aviser et nous le demander.
      Une personne ordinaire n’accepterait jamais subir tous ces touchers et commentaires qu’un nouveau-né vit ou encore la femme enceinte vit mais lorsqu’il s’agit du bébé ou de la bedaine enceinte c’est ben correct à voir les gens se comporter….

    • Le pire c’est que maintenant qu’il est légal au Canada (comme aux États-Unis) d’ajouter de la caféine aux boissons gazeuses non brunes, sans même en mentionner la teneur, les femmes enceintes vont se faire reprocher d’en boire! :)

      On devrait plutôt consacrer nos énergies à dénoncer cette tactique malhonnête de l’industrie d’ajouter un ingrédient inutile qui ne vise qu’à rendre les consommateurs dépendants. Beaucoup de jeunes sont dépendants aux boissons gazeuses ou énergisantes. Le pire c’est que l’acide phosphorique (rien à voir avec la caféine cette fois) des boissons brunes empêche les os d’absorber le calcium mais ça c’est une autre histoire.

    • Nos grand-mères et arrières grand-mères ont vécu la persécution des curés qui, pour LE BIEN COMMUN, se mêlaient de leur dicter leur conduite en matière de maternité. La religion ayant heureusement disparue de notre horizons, les curés sont quand même restés ont dirait. Ils ne portent plus de cols romains, mais ça ne change rien à leur comportement envahissant.

      Sous prétexte que la mère porte un futur payeur de taxes on veut gérer sa bédaine et sa vie. Sous le faux prétexte du BIEN COMMUN, on pense pouvoir se permettre de commenter la bedaine, ce qu’il y a dedans et celle qui porte le bébé.

      On se croirait revenu 50 ans en arrière!

      Bien d’accord avec an_guille, mêlez-vous de vos oignons les petits curés. Avant d’être une bedaine qui donnera naissance à vos payeurs de pension, nous sommes des êtres humains et de ce fait, parfaitement capable de prendre nos propres décisions, même si elles ne vous plaisent pas, ça ne vous regarde pas LA SOCIÉTÉ…..

    • @tipapout
      Comme tout le monde, vous pouvez vous faire les réflexions que vous voulez. On voit des choses des fois qui nous choque (pas juste pour les femmes enceintes) et c’est normal de porter un jugement “dans sa tête” mais de là à jouer au petit curé de paroisse, il y a une marge à ne pas franchir.

      Si ceux qui bloguent ici sont vraiment intervenus auprès de pures étrangères, ils n’ont pas eu affaire à moi. Ils auraient fait un méchant “u-turn”.

    • je trouve ça ridicule que les gens se permette de juger les femmes enceintes. toutes les fois que je me suis fait juger, c’était par qqun qui n’avait même pas eu d’enfant. c’est facile de pointer les défauts des autres du doigt, mais beaucoup moins de s’avouer les siens.
      Qqun ici a dit qu’il/elle était désolée pour un bébé de voir sa maman fumer enceinte…
      c’est vraiment fou de lire qqch comme ça (et ce n’est pas la première fois que je le lis) surtout en sachant que certains parents battent leurs enfants, les maltraitent, ou tout simplement, n’en prenne pas soin du temps (car l’indifférence est aussi grave).
      Moi j’ai fumé enceinte. et tous les gens que je connais disent que je suis une excellente maman et qu’ils prennent exemple sur moi sur la façon dont j’élève mes enfants.

      savez vous que les docteurs disent aux femmes enceintes qu’elle peuvent prendre jusqu’à 3 consommations de chocolat/café/thé/boisson gazeuse par jour? vous pensez savoir mieux qu’eux?

      alors à tout ceux qui jugent sans savoir, je vous souhaite d’acquérir de la sagesse et de la compassion… et ça presse!

    • Aux biens-pensants qui critiquent à tout vent: MÊLEZ-VOUS DE VOS AFFAIRES!!!!!!!

    • C’est quand même fascinant, beaucoup de blogueurs estiment être en droit de contrôler l’alimentation et les habitudes de vie des femmes enceinte pendant qu’un aussi grand nombre (les mêmes?) sont offusqué de voir les autorités réprimer les automobilistes délinquants…

      Hellesépa mais…

      Un étranger qui aborde une maman en lui tombant dans la face parce qu’elle a goûté le drink de son Roméo c’est grossier.
      Un étranger qui met des gants blanc pour attirer l’attention de cette même maman sur les méfaits de l’alccol pour l’enfant à naître, c’est peut-être pas trop habile, probablement pas ses affaires, mais si c’est fait avec tact et délicatesse, avec une intention positive, c’est aussi une manifestation d’humanité.
      L’idéal est bien sûr que l’entourage accompagne la maman et que cet entourage (conjoint, parents proches et compétents) lorsqu’il observe une dérive ou un excès, soutienne et assiste la maman avec amour.

      Les jugements lapidaires ne sont jamais productifs selon moi.

    • LiviLove par curiosité, combien de cigarette votre médecin recommande t-il?

    • @an_guille: “…à leur interdire l’eau chaude…”

      Ça me fait penser à une autre annecdote que j’avais oublié! Chaque année, mes copines et moi on s’organise une journée spa. Enceinte de ma 2e, on avait booké dans un spa avec un hammam. Donc, ça nous permettait de profiter du sauna et du bain tourbillon en attendant nos soins. J’arrive-là, enceinte de 20-quelques semaines, et le préposé à la reception m’apprend qu’ils ne peuvent me laisser l’accès au spa, vu mon état. Il faut donc que j’attende mes soins toute seule dans la salle de repos pendant que mes copines placotent dans le spa. Non mais! En plus qu’on était arriver un bon 2 heures d’avances pour avoir le temps de jaser et de relaxer avant nos soins.

      Je lui promets de ne pas utiliser le sauna et de ne mettre que mes jambes dans l’eau chaude du bain. Sa réponse: non. Je dois aller à la salle de repos. Finalement, il a fallu que je parle au gérant (et qu’on menace d’annuler tous nos soins de la journée toute la gang!) pour avoir la permission de tremper mes mollets dans l’eau chaude!!! Pis le pire, c’est que je me suis sentie surveillée tout le long; le gérant, qu’on ne voit jamais habituellement, tout d’un coup passait et repassait à interval régulier… Quelle connerie!

    • Moi je crois que tout dépend du passé en quelque sorte, moi j’ai vécu la perte d’un foetus et je l’ai perdu chez moi. Ca m’a prit du temps à l’accepter parce qu’une connaissance était en train de menée une grossesse à terme alors qu’elle fumait et fumait à l’occasion un ptit joint. Je me demandais pourquoi, moi, mon bébé était mort alors que je ne bois pas, ne fume pas.
      La grossesse suivante j’ai quand même tout fait ce qui est prescrit, et non je n’aurais même pas osé prendre une gorgé d’alcool, la vie de mon bébé était plus importante que ce verre là, j’ai été capable de penser à une autre personne qu’à moi même pour 9 mois. C’est propre à chaque personne.
      mais oui j’ai jugé et je juge parfois malheureusement, pas plus loin que ma belle soeur. lol

      Les gens jugent et jugeront toujours d’après moi, que ce doit pour l’âge, ce qu’ils font ou ne font pas, les tatouages, homosexualité….
      On ne devrait pas!

      Les quatres accords toltèque

    • Wow! Tellement de commentaires… Mais je me demande si les gens qui jugent du sandwich au jambon ou servent du decaf au lieu d’un bon café matinal sont aussi ceux qui regardent par terre, dans le métro, au lieu de céder leur place?

    • Je viens de prendre connaissance d’un commentaire citant la supposé facture à payer pour les mauvais comportements des gens. Ouf… Je propose à cette personne de donner son nom, de se faire enquêter comme il faut sur l’ensemble de ses pratiques propres, incluant ses habitudes de consommation, ses habitudes d’élimination des déchets, ses habitudes de tout finalement. Et si, comme je le pense (ironie) cette personne est au-dessus de tout soupçon, va travailler en vélo, composte ses déchets, recycle tout, ne va jamais dans les fast food bref, s’il est parfait, alors oui, je lui donne le droit de juger les autres. Si ce n’est pas le cas, je pense qu’il a beaucoup de boulot avec lui. Alors les autres, ben… c’est pas ses oignons!

    • Si au moins les gens s’arrêtaient de juger après la grossesse, mais après c’est l’allaitement, la stimulation du bébé, la télévision, l’alimentation du bébé, l’éducation, le choix de la garderie, les performances que les tout petits peuvent ou ne peuvent pas accomplir, allouette!
      Enceinte on ne m’a pas vraiment jugé, mais on a jugé le nom que j’allais donner à l’enfant, nous avons changé d’idée tellement souvent parce que nous écoutions les commentaires des gens n’ayant aucune gêne. De plus on s’est souvent permis de me dire que j’étais grosse, alors qu’en réalité j’avais pris un poids normal et pratiquement uniquement dans la bedaine.
      Si j’ai la chance de porter un autre enfant, je tenterai de me blinder de tous ces commentaires inutiles.
      Quant à écouter les recommandations de base pour un bébé en santé je suis totalement d’accord, mais dire tout ce qui nous passe par la tête à quelqu’un sous pretexte qu’elle porte un enfant, plutôt ordinaire comme attitude.

    • Il reste de ma responsibilite de me judger. Par contre, votre actions, votre judgement. De l’autre côté, quand la police frappe à la porte, il faut expliquer les choses…j’imagine, en realité, effectivement, c’est comme ça.

    • Les commentaires pendant la grossesse, j’ai pu vivre avec, même si des fois, les gens commentaient devant moi ma prise de poids (dans les normes, en passant)! Heu… c’est pas poli!?!
      Même après la naissance, j’ai découvert que ce qui était dans mon bedon continue d’être un bien commun. Tout plein de gens touchent mon nouveau-né partout, partout: à l’épicerie, à la pharmacie, au centre d’achats, en pleine crise de grippe H1N1. Allô, si vous mouchez, gardez vos mains et vos microbes chez vous!!!

    • Je travaille dans le service a la clientèles depuis toujours et vue mon emploie je me doit d’être extrêmement patiente et d’écouté passivement les stupidité (et aussi commentaire constructif) des clients avec le sourire. Ayant pris mon congé préventif il n’y a pas longtemps (10h debout chaque jours a courir d’une table à l’autre et a écouté des pauvres travailleur de bureau ce plaindre de leurs vie difficile…hé oui on juges tous et toutes…mais on est pas obligé de vous emmerder avec ça!) je peut dire que maintenant rendu a 8 mois de grossesse ma patience à atteint sa limite…alors les gens qui me disent des choses qui me déplaisent et qui ce mêlent de ma vie alors que ça ne les regardent tout simplement pas je ne me gêne plus pour leurs renvoyer la pareille et franchement ce n’est surement pas l’attitude la plus mature mais on a toutes nos limites et puis ça me fait un bien fou! haha…Alors quand les gens s’approchent et me disent un commentaire déplacé je leurs répond :Vous-êtes vous laver les dents ce matin? pcq votre haleine sent la mort!…généralement en quelque seconde ces personnes s’éclipsent…et bon débarras! j’imagine qu’il y penserons 2 fois avant de retourner voir des étranger pour leurs raconter leur conneries…et non je ne fait pas de coke j’ai bus 2 verres d’alcools (1 lors de mon retour de voyage d’un ans en Amérique central et 1 lors de la fête de mon meilleur ami) depuis le début de ma grossesse, je ne fume pas et je bois très peu de café…Alors avis au grandes gueules qui pensent tout savoir…à moins d’avoir un commentaire constructif ou gentil à dire à quelqu’un taisez-vous! Et tout le monde s’en porteras mieux!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2014
    L Ma Me J V S D
    « mai    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité