La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 23 février 2011 | Mise en ligne à 11h14 | Commenter Commentaires (66)

    Féministe à cinq ans

    “Je ne veux pas me marier avant d’avoir un travail. Non, je ne veux pas me marier avant d’avoir un travail. Moi je veux avoir un travail. Et si un homme me quitte pour ça, tant pis, je vais trouver quelqu’un d’autre. Je ne veux pas épouser quelqu’un sans avoir un travail d’abord.”

    C’est une gamine de cinq ans, qui fait un tabac sur You Tube ces jours-ci, qui le dit. Évidemment, ça sent la mise en scène à plein nez. N’empêche que ça n’est pas inintéressant non plus. Pensez-y: il n’y a pas si longtemps, jamais on n’aurait entendu une gamine dire une chose pareille. Bien des petites filles rêvent d’ailleurs toujours de devenir des princesses, avoir des enfants, être une maman.
    Et chez vous? Transmettez-vous des valeurs féministes du genre à vos filles, à vos enfants? Comment?


    • Non, je ne discute pas de féminisme avec mes filles. Elles ont été élevées en assumant que gars ou fille, on a les mêmes droits – et pas de passe-droit. Bien entendu elles savent que ça n’a pas toujours été le cas (films, livres, cours d’histoire) mais elles seraient très surprises si moi (ou leur père) leur faisaient une faveur (ou les empêchaient quoi que ce soit) en laissant supposer que c’est relié d’une façon ou d’une autre à leur sexe.

    • Ajout : C’est clair (!!!!) que cette petite fille ne fait que répéter, comme un perroquet, ce qu’elle a entendu les grands dire… ;-(((

    • Horreur. Je vais conseiller à mon fils (3 ans) de fuir à toutes jambes quand il entendra une petite hystérique lui parler sur ce ton.

    • Un jour, lorsque j’avais environ 6 ou 7 ans, j’étais sur un traversier avec mes parents, deux de mes tantes et leur mari respectif. Les adultes parlaient entre eux lorsque je réalisai que les trois hommes avaient les mains libres alors que les femmes transportaient toujours des couvertures et des oreillers dans ce genre de situation.

      Je lancai alors de ma petite voix flutée “J’ai remarqué quelque chose!” alors que 6 paires d’yeux se tournaient vers moi. “Les hommes ont rien dans les mains pis les femmes elles…” Je ne complétai pas ma phrase, préférant faire un grand geste des deux bras vers ma mère et mes tantes. Ces dernières, avec un sourire amusé donnèrent leur fardeau aux trois hommes. Je me souviens combien j’étais déçue que ça n’ait duré qu’un moment. Je ne sais pas pour mes tantes mais ma mère continua à servir de mule chaque fois qu’il y avait des choses à porter…

      Au cours de mon enfance je ne me suis jamais demandé si les activités que je faisais, les émissions de télé que j’aimais de même que mes traits de personnalité étaient féminins ou masculins. C’était aussi très clair que si une personne a la formation et les capacités pour pratiquer un sport ou exercer un emploi, ce n’est pas une question de sexe. Malgré l’influence des contes de fée, je ne croyais pas non plus qu’une femme doivent absolument être en couple pour se réaliser.

      Je crois que si les petites filles d’aujourd’hui parviennent à grandir avec l’idée qu’elles ont les mêmes possibilités que les garçons et surtout qu’elles n’ont pas à atrophier leur esprit ou leur corps pour paraître moins “intimidante”, on aura déjà un grand pas de fait. Les valeurs que son l’estime de soi, une image corporelle saine et le goût de l’effort, sont des valeurs universelles bénéfique à tout les enfants, quel que soit leur sexe.

      Soit dit en passant, le désir d’avoir des enfants n’est pas du tout incompatible avec le féminisme, d’autant plus que le pré-requis pour transmettre des valeurs féministes à sa fille, c’est d’en avoir une!

    • Je ne dit pas ce genre de chose à ma fille. Par contre je lui dit qu’elle est capable de tout. Je lui dit que les filles sont capables de tout.

      Je lui ai acheté le film de Barbie et les 3 mousquetaires, ou une barbie se fait dire qu’elle ne peut pas devenir mousquetaire, parcequ’elle est une fille. Elle leur prouve le contraire et réussit.

      En fin du compte, moi je dis à ma fille qu’elle peut etre une maman de carrière ou une princesse-maman-de-carrière, mais pas toute en meme temps.

    • Oh mon Dieu…. et dire qu’on reproche à des parents d’endoctriner leurs enfants dans une religion et que certains trouvent ça bien effrayant. Ça, c’est pareil!

      Petite fille ayant très bien appris la leçon. Je suppose que papa marche les fesses bien serrées dans cette maison (de riches! ça semble évident).

      Come professeury, je vais conseiller à mes fils de fuire à toutes jambes ce genre de future frustrée!

    • Féminisme? Je ne crois pas. Je pencherais pour «réalisme».
      Cette jeune fille répète probablement ce qu’elle a entendu autour d’elle et elle est trop jeune pour en être arrivée toute seule à une telle décision. Il n’en demeure pas moins qu’il devrait être tout à fait normal qu’une femme n’ait pas à se placer en situation de dépendance face à un conjoint. Pour ce faire, bien sûr ça prend un emploi lequel devra être précédé d’études idoines.

      Alors, à part l’âge de la petite, où est le mal? Vive l’indépendance dans le couple.

    • Mon temps étant passé, ma fille a maintenant 27 ans….mon fils 32….
      Je me permets quand même un commentaire, j’espère que non…..

      J’espère sincèrement, que les jeunes femmes ne font pas cela.
      Je souhaite aussi, que pas un homme n’accepterait que la mère de ses
      enfants le fasse.

      Les valeurs féministes se transmettent par l’exemple, et non pas par
      des crises d’hystérie…..surtout pas à 5 ans…..

      J’aimerais tellement pouvoir parler avec l’adulte qui a produit ce vidéo….
      Louise April(Laloue)

    • Bravo la ptite.Un conseil aux jeunes hommes.Faites vous donc vaséctomisé au plus vite.

    • Ce qui me rassure c’est que toutes celles qui tiennent un tel discours finnissent….célibataires et se reproduisent peu…..

    • J’ai point besoin de montrer cela à mes enfants l’État dans lequel je vis présentement s’en occupe très bien avec leur annonce stupide et sexiste et politiques d’arrièrées.

      J’aimerais par contre rappeler à Guylaine101 que les droits en homme et femme au Québec ne sont pas du tout les mêmes vous êtes probablmenet du bon côté de la clôture pour dire des choses de la sorte….en tout cas mes enfants auront l’heure juste avec moi c’est à dire qu’au Québec si tu es un homme tu pars avec plusieurs prises d’avance (surtout en matière familiale) … En espèrant que les choses se réajusteront dans un avenir rapproché……

    • J’ai toujours tenté d’avoir une forme d’authenticité humaine exempte de propagande avec mes deux enfants.

    • Horreur (2). Je trouve aussi qu’elle ne fait que répéter la-leçon apprise d’un adulte. Triste.
      Valeurs féministes vous dites? Je ne vois pas cela.

      Comme @guylaine, je privilégie davantage l’égalité des sexes et l’acceptation des différences entre les personnalités.

      Et c’est quoi le problème de faire rêver les filles d’avoir des enfants? C’est merveilleux comme expérience, unique. Le problème réside dans le fait de limiter les options, soit pour les filles ou les garçons.

    • De ce genre non.

      Mais j’ai tenté d’inculquer à mes deux enfants (fille et garçon) des notions simples d’égalité, de partage et de respect.

      Également de les informer sur les inégalités sociales, politiques, juridiques, économiques et culturelles dont certains sont victimes dans le monde (malheureusement surtout des femmes) et de les combattre du mieux qu’ils peuvent tout au long de leur vie.

    • Dans les années 60, ma grand-mère me répétait sans cesse : tu peux bien te marier, mais n’aie jamais d’enfants !

    • Ah le féminisme….moi je me considère humaniste…je veut que tout le monde réussissent et non seulement une partie de la population…on est en 2011…wake up…dans la société quebecoise, pour chaque injustice faite envers les femmes, je peut vous en nommer une faite contre les hommes (surtout les papas) mais évidement, celle des hommes ne sont pas aussi importantes car les hommes sont forts et les femmes faibles…
      c’est pas intéressant mais plutôt pathétique.

      bonne journee @tous

    • J’ai des garçons, mais je les reprends TOUJOURS lorsqu’ils font des allusions selon quoi les filles sont moins bonnes, ne devraient pas faire çi ou ça… ou pire encore me répondent: “Ben là, je ne suis pas une fille pour essuyer de la vaisselle!!!”. Je leur ai déjà répondu : “À ce que je sache, la vaisselle, ça s’essuie avec les mains. T’en 2 toi aussi, t’es capable!”.

      Comme l’égalité n’est pas gagnée, je crois qu’il est important de continuer à en parler.

    • Quand mon fils de 2ans et demi me dis “Mamam parti” en voyant sa mère se préparer pour aller travailler, je lui reponds toujours “Mamam part travailler”.
      Il a de la misère encore avec le mot “travailler”, il le baraguine, mais je suis convencu qu’il comprend le sens et il trouve normale que leur mère part travailler de temsp en temps.

    • Quoi?? Il y a encore des jeunes femmes de nos jours qui decident de se marier simplement et de se laisser vivre par leur mari?? Le clip vient des USA for sure, eux seuls sont encore dans ces clichés complètement farfelus!

    • Des parents qui font faire des choses comme ca sur youtube.ca à un enfant de cinq ans c’est un peu dégoutant, ca devrait être interdit pour « les droits a l’enfance » qui prend tout sont sens.

      Laissons les enfants avoir le droit d’être des enfants et s’amuser le temps d’un moment. Les responsabilités et la vie d’adulte viennent bien assez rapidement. Carrément dégoutant et de mauvais gouts.

      C’est la même chose que de faire porter a une jeune musulmane de cinq ans a porter le voile en Afganistan.

      Daniel Olivier

    • @professeury
      “Horreur” parce qu’elle dit qu’elle ne veut pas se marier avant d’avoir un travail? Je cherche la misandrie dans cette affirmation et je ne la trouve pas… Pour moi c’est presque banal sauf pour le fait qu’il y a quelques décennies ça aurait été vu comme un affront aux rôles des sexes…
      Les stéréotypes et les attentes sociales sont encore très présents malgré une amélioration et je pense que c’est la raison pour laquelle certains “grands” lui répètent cette chanson.
      D’ailleurs, quand une petite fille parle de princesses, de mariage et de maison elle répète de la même façon ce qu’elle a entendu des grands, mais étant donné que ça va dans le sens des rôles sociaux selon le sexe, ça ne choque personne, les gens trouvent même ça “cute”.

    • Des parents qui font faire des choses comme ca sur youtube.ca à un enfant de cinq ans c’est un peu dégoutant, ca devrait être interdit pour « les droits a l’enfance » qui prend tout sont sens.

      Laissons les enfants avoir le droit d’être des enfants et s’amuser le temps d’un moment. Les responsabilités et la vie d’adulte viennent bien assez rapidement. Carrément dégoutant et de mauvais gouts.

      C’est comme faire porter une musulmane de cinq ans le voile en Afghanistan.

      Daniel Olivier

    • C’est assez drôle, à voir les commentaires ici, comment une petite fille qui s’affirme complètement, ca passe mal.

      Si on inversait cela et mettait un garcon, je me demande si cela serait aussi mal percue…je pense que le VRAI débat ici est sur ce point bien plus que sur les paroles de cette petite…

    • Pauvre chatoune… On ne lui laisse même pas la chance de se faire sa propre idée un jour: endoctrinée à 5 ans.

      Je ne me suis pas cassé la tête avec ça. J’ai appris à mes enfants que quand il y a une tâche à faire, on la fait, gars ou fille. Et j’ai donné aux deux à égalité les outils et les connaissances pour la faire. Les DEUX savent cuisiner, coudre un bouton, laver le plancher, faire la lessive, changer une crevaison, vérifier un niveau d’huile, scier une planche, clouer, passer la tondeuse etc.

      Je leur ai présenté ça comme étant des choses à savoir et non comme un exploit d’être capables de faire la job de l’autre sexe. Parce que ça n’existe pas, la job de l’autre sexe.

      Et pour les machos qui conseilleront à leur fils de fuir à toutes jambes, demandez-vous pourquoi vous êtes toujours déçus que vos relations avec les petites poupées nunuches et dépendantes de vous à 100% foirent toujours. Et tirez-en les conclusions qui s’imposent. Cessez d’avoir peur des femmes debout ou alors endurez vos échecs avec les femmes qui n’ont de valeur pour vous qu’à genoux en quémandant ou à l’horizontale.

      Les femmes fortes, contrairement à votre cliché, ne se ramassent pas automatiquement célibataires à vie: elles se trouvent des hommes suffisamment forts pour ne pas se sentir menacées par elles et leurs succès.

      Bonne journée!

    • @justicierduquebec
      “J’aimerais par contre rappeler à Guylaine101 que les droits en homme et femme au Québec ne sont pas du tout les mêmes vous êtes probablmenet du bon côté de la clôture pour dire des choses de la sorte….”

      Faites-vous en pas, je suis contre tout ce qui donne indûment un avantage à un sexe par rapport à l’autre, je trouve ça insultant – et infantilisant. Eh oui…

      Mais avouez que la couverture est souvent tirée du côté de l’homme, aussi…

    • @isadora

      Non, vous êtes dans le champ.

      Ce qui est débile c’est de mettre son enfant de 5 ans sur youtube.

      Point.

    • @isadora

      Ce n’est pas la petite fille qui s’affirme pour des propos d’adulte ou d’adolescente. Ce sont les affirmations des parents complètement irresponsables qui ne laissent pas la chance à un enfant de 5 ans d’être tout simplement un enfant.

      D’ailleurs est-ce réelement moral de mettre son enfant de 5 ans a la vue de tous comme ca avec des propos qui porte la contreverse selon ce contexte? Moi je protège ma fille et aucune photo d’elle ne sera sur le Web tant que je serais vivant pour la protéger avant l’adolescence. Ca c’est ma job de père. Ma femme est pire que moi a ce sujet…

      5 ans c’est l’âge des camions ou des poupées et des questions comment est fait la terre. Comment les arbres poussent… Comment ont fabrique le chocolat sur youtube.

      Je sent une extrémiste en vous qui vie dans le dénie et je serais sans aucune pitié a ceux qui toucheront la naïveté d’un enfant de cinq ans.

      Chaque chose en son temps.

      Daniel Olivier

    • @isadora

      Non, non, ce n’est pas la petite fille qui parle, c’est sa mère (ou tante ou gardienne ou peu importe) qui l’a prise comme porte-parole. Et si c’était un petit gars qui se mettait à énoncer la théorie de son père concernant le féminisme (ou le masculinisme) je sais très bien que je réagirais pareil.

    • @ loubia: Vous avez écrit le commentaire le plus sensé pour ce “post”. C’est exactement de cette façon que je veux éduquer mes enfants. Vous avez absolument raison: la job de l’autre sexe n’existe pas. J’ai une fille et un garçon et je compte bien leur montrer à faire les mêmes choses.

      À 5 ans, il me semble qu’on a le droit de rêver aux princesses. La réalité les rattrapera bien assez vite et je serai là pour les guider.

    • Oh, la, la, on dirait qu’elle récite des phrases apprises par coeur. Maman n’est pas loin derrière.

      Le féminisme revendicateur me fait baîller, c’est d’un ennui… Ce qui est effrayant, c’est de mettre un vidéo de son enfant sur Youtube.

    • Je ne savais pas que Denise Bombardier était mère d’une si jeune fillette….. Bilingue en
      plus!

    • @guylaine101, 13h42

      euh…” avouez que la couverture est souvent tirée du côté de l’homme…”. Ça doit être pour cela que lors d’une séparation, avec enfants, la garde est confiée à 80% du temps pour les femmes…

    • Comme père je m’assure que mes deux filles et mon fils comprennent l’importance des égalités hommes-femmes, des acquis durement gagnés par les femmes durant le dernier siècle. J’aime bien profiter des événements de la vie, des nouvelles à la télé, pour intervenir et demander à mes enfants ce qu’ils en pensent, leur point de vue sur le sujet, échanger. Cela développe leur sens critique et leur apprend à considérer d’autres points de vue. Je ne veux pas que mes enfants répètent bêtement mes propres idées comme si c’étaient leurs propres réflexions.

    • Quelle horreur ! L’équivalent en inversant les genres seraient les talibans qui endoctrinent leurs enfants pour leur faire croire aux vertus de l’Islam radical et le jihad… N’importe quel homme qui s’est vu contraint de comparaître devant nos tribunaux sous influence vous confirmera que le Québec contemporain, ce n’est rien d’autre que le Féministan avec tout le négatif que ce terme peut véhiculer.

    • @isadora

      “C’est assez drôle, à voir les commentaires ici, comment une petite fille qui s’affirme complètement, ca passe mal.”

      @natg

      “D’ailleurs, quand une petite fille parle de princesses, de mariage et de maison elle répète de la même façon ce qu’elle a entendu des grands, mais étant donné que ça va dans le sens des rôles sociaux selon le sexe, ça ne choque personne, les gens trouvent même ça “cute”.”

      @loubia

      “Les femmes fortes, contrairement à votre cliché, ne se ramassent pas automatiquement célibataires à vie: elles se trouvent des hommes suffisamment forts pour ne pas se sentir menacées par elles et leurs succès”

      Je suis tout à fait d’accord avec vous! On peut blâmer les parents d’exposer leur fillette sur You Tube ou de lui avoir possiblement fait répéter des phrases apprises par coeur (ce sont deux choses que je n’aurais pas faites personnellement) mais au-delà de ça, j’ai l’impression que c’est le discours lui-même qui dérange (encore) et pourquoi je vous le demande?

      Qu’est-ce cette enfant dit de si épouvantable au fond? Qu’elle ne veut pas être dépendante d’un homme. C’est toujours aux féministes qu’on reproche d’encourager les femmes à demander des pensions alimentaires pharaoniques. À force d’arguments contradictoires, plus personne ne prend au sérieux les discours victimisants, peu importe de quel bord on les trouve…

      Je crois que certaines personnes auraient préféré que la petite se complaise dans les stéréotypes parce même lorsque c’est insultant pour les hommes (par exemple dire qu’ils cuisinent mal ou font mal le ménage) ça ne les menace pas dans leur conception des deux sexes.

      C’est un peu comme lorsqu’on considère les femmes comme des êtres frivoles lorsqu’elle se maquillent, dépensent des fortunes en vêtement et tentent de séduire tout ce qui porte un pantalon, tout en ne se moquant ouvertement que de celles qui agissent autrement parce qu’elles ne sont pas “féminines”.

      Quant aux soins aux enfants, je suis la première heureuse que les pères s’impliquent plus qu’avant mais il fût un temps où les opposants au féminisme aurait été les premiers à dire que ce n’était pas une affaire d’homme.

    • @totof

      Les femmes ont un revenu moyen bien inférieur… c’est surtout à ça que je pensais.

    • Si il y a tant de femmes qui seront célibataires à vie, ce sera forcément la même chose pour plusieurs hommes aussi étant donné qu’il y aura moins de femmes “potables pour le mariage” disponibles… Mais c’est vrai, le célibat pour une femme c’est une tare, alors que pour un homme c’est une bénédiction…

    • feministe , non , j’eleve ma fille pour quelle soit humaniste , homme et femme blanc jaune noir vert tout le monde est egal et egalement capable

    • Les enfants apprennent par l’exemple et les parents sont les mieux placés pour le leur donner.
      Je me rappelle une amie qui se disait très féministe. Un jour qu’elle demandait à sa fille de 12 ans de sortir les déchets et à son fils de 16 ans de plier le linge pendant qu’elle-même faisait la vaisselle et que son mari écoutait la télé, le jeune garçon s’écria “j’ai tellement hâte d’être marié car je pourrai écouter mes émissions sans me faire déranger”.

    • C’est sympathique mais cela sonne le lavage de cerveau en partie…

      Et il y a des féministes qui semblent pas avoir connu des femmes qui défendaient leur intérêt bien mieux que cela… LOL… Qui sont peut-être allées sur le marché du travail mais qui savaient se défendre financièrement, notamment simplement par leur contrat de mariage…

      La princesse de petite fille ? C’est pas bien grave mais rendu plus grande il faut être plus réaliste. Votre Jules ne correspond probablement pas à l’image du prince charmant… Mais il faut bien le choisir pareil…

      Pour une petite fille militante… J’ai une grande cousine qui en a été une vraie elle a l’âge de six ans à une autre époque… Celle du début des années ‘60 et elle avait fait la grève pendant une semaine… Oui car les rétrogrades de son époque l’avait battue car elle écrivait de la main gauche… Heureusement, elle avait de bons parents dont sa mère – une femme au foyer à l’époque ayant eu 13 enfants… Et qui a demandé au papa d’accompagner sa fille à l’école… Plus jamais ils l’ont retouchée…

      Souvent le problème avec les féministes c’est qu’elles manquent d’esprit pratique et sont des idéalisme aussi niais que les valeurs véhiculées dans les romans Harlequin… Des valeurs opposées mais qui deviennent idéologiques. Oui, les revendications féministes se doivent d’être écoutées et elles sont toujours très pertinentes. Mais on ne doit pas toujours concevoir le monde de cette façon là revendicatrice et militante qui rappelle la métaphore de la domination de Morgan. Des rapports entre dominants et dominés. Oui cela existe, et représente un côté mauvais à dénoncer mais ce n’est qu’une vision des choses… La réalité se doit d’être vue à travers plusieurs prismes pour trouver la vie belle…

    • @totof

      23 février 2011
      14h33
      @guylaine101, 13h42

      euh…” avouez que la couverture est souvent tirée du côté de l’homme…”. Ça doit être pour cela que lors d’une séparation, avec enfants, la garde est confiée à 80% du temps pour les femmes…

      Ce chiffre de 80%, c’est quand le père ne réclame PAS la garde.

    • Chez moi, les sexes existent. Il y a des choses féminines, et il y a des choses masculines. Il y a des jobs de gars et il y a des jobs de femme. Il y a de grandes différences entre les sexes, et je transmets cette connaissance à mes enfants.

      Ce n’est pas parce qu’une génération s’est soudainement mis en tête que l’identité sexuelle c’était de la foutaise que cette mode-là, qui a pas plus de 50 ans, va changer une réalité biologique qui existe chez TOUTES les espèces animales depuis 350 millions d’années!!!

      jeanfrancoiscouture: l’interdépendance dans le couple, c’est un délice.

    • Elle est mignonne et véhémente! J’aime bien! Moi, quand j’étais petite, je rêvais du grand mariage en blanc, mais je ne voulais pas de bébés. J’ai eu mon mariage blanc et pas de bébé. Il y a des décisions qu’on prend comme ça dans la petite enfance et qui se concrétisent.

    • @ Loubia et Stephanie 2009

      Je suis d’accord avec vous

      Mes parents m’ont toujours encouragé à ne pas dépendre financièrement de personnes et c’est ce que j’ai fait et ça me convient parfaitement.

      J’ai un emploi que j’aime, très bien rénuméré qui me permet de ne pas dépendre de mon conjoint financièrement. Thank god!

    • vivianep

      23 février 2011
      12h10

      Oh mon Dieu…. et dire qu’on reproche à des parents d’endoctriner leurs enfants dans une religion et que certains trouvent ça bien effrayant. Ça, c’est pareil!

      Petite fille ayant très bien appris la leçon. Je suppose que papa marche les fesses bien serrées dans cette maison (de riches! ça semble évident).

      Come professeury, je vais conseiller à mes fils de fuire à toutes jambes ce genre de future frustrée!

      ___________

      J’ai une petite question pour vous madame.

      Comme vous parlez souvent de “religion” dans vos commentaires je me demandais si vous n’étiez pas vous même membre d’une communauté religieuse quelconque ?

      Si c’est le cas, cela aiderait peut-être les pauvres athées que nous sommes à mieux comprendre vos points de vues.

      Si c’est le cas, vous ne devriez pas avoir d’hésitation à nous mentionner laquelle.

      Si par contre, ce n’est pas le cas, je ne vois pas ce que l’adhésion à une religion peut avoir comme rapport avec cette vidéo ?

      Merci de répondre très précisément.

    • Les vraies féministes ne ressentent pas le besoin de se marier de toute facon, elles sont autonomes et n’auront pas besoin d’une pension alimentaire si elles se séparent un jour.

    • @limreh3@yahoo.ca

      “Quelle horreur ! L’équivalent en inversant les genres seraient les talibans qui endoctrinent leurs enfants pour leur faire croire aux vertus de l’Islam radical et le jihad…”

      Lorsque j’ai commencé à lire votre commentaire, je croyais que vous étiez sarcastique. C’est sérieux, vous considérez vraiment comme équivalent une fillette qui se fait dire qu’elle doit se trouver un travail avant de se marier et un garçon qui se fait dire qu’il doit se faire exploser dans un autobus bondé quand il sera grand? Eh ben…

      @totof

      “Ça doit être pour cela que lors d’une séparation, avec enfants, la garde est confiée à 80% du temps pour les femmes…”

      Cette statistique concerne l’ensemble des séparations et inclu à la fois celles qui donnent lieu à un procès et celles qui se font à l’amiable. Pour avoir un portrait plus réaliste de la situation, il faudrait savoir quel pourcentage de pères ayant fait une demande de garde partagée ont essuyé un refus sans raison valable.

    • @almax917

      Merci, mais où avez-vous pris cette statistique? Je connais plusieurs hommes qui ont divorcé et qui n’ont pas demandé la garde, d’autres qui ont quitté mère et enfants (et qui ne paient pas de pension alim.), mais ça serait intéressant de voir où vous prenez votre statistique… Je ne vis pas au Québec, alors je croyais que mes impressions étaient fausses, que ce n’était pas de même au Québec…

    • @danielolivier: oh là, on se calme le ponpon; moi, je ne fesais que poser une question voilà tout…pour répondre à votre questionnement ,moi, je me demande qui est l’extrémiste ici… quelqu’un qui soulève une question ou celui qui juge les autres et n’accepte pas les opinions qui ne corespondent pas à les siennes??

      Pour en revenir à nos moutons, donc, je me demandais que si on aurait vu un garçon, manipulé ou pas par ses parents, faire le même genre d’affirmation ( le ton employé) es-ce que cela aurait passé mieux? Car le ton que la petite emploie semble en déranger certains…l

    • re3e

      23 février 2011
      15h19

      feministe , non , j’eleve ma fille pour quelle soit humaniste , homme et femme blanc jaune noir vert tout le monde est egal et egalement capable
      _______

      Un des commentaires les plus intelligent et sympathique ici. :)

    • Les êtres humains en général sont interdépendants entre eux, à un certain degré, et c’est normal. Mais les rôles selon le sexe, tels que définis par la société, ce n’est pas “l’interdépendance dans le couple” mais plutôt chacune des femmes qui dépendent d’un seul homme ou qui se retrouve exagérément démunie si elle n’a pas un homme pour lui venir en aide.
      On cherche toujours à exagérer la faiblesse des femmes et à lui inventer des lacunes intellectuelles sous prétextes qu’il y a des différences biologiques entre les sexes.

    • Je viens de faire visionner la vidéo a ma fille qui a… 5 ans.

      Sans que je lui dise quoi que ce soit vous savez ce qu’elle a dit?

      “Pourquoi papa elle est pas gentille?”

      La vérité sort de la bouche des enfants: mais dans l’intimité.

    • @vivianep,23 février 2011,15h42: «l’interdépendance dans le couple, c’est un délice»
      ++++++++++++

      Tant que le couple dure, bien sûr que l’interdépendance, (ou la complémentarité)
      c’est bien.

      Ma remarque était surtout financière et se voulait une mise en garde à l’endroit de ce qui arrive si, par malheur, un couple se disloque et qu’un des deux se retrouve en mauvaise posture. Selon les statistiques, la majorité se retrouvant dans la dèche est constituée de femmes d’où l’importance de ne jamais se placer en situation de dépendance qu’elle soit affective ou financière. Je n’aurais jamais accepté d’épouser une femme qui aurait vu en moi une bouée à laquelle s’accrocher.

    • La vidéo est un montage avec des scènes en boucles. C’est juste (légèrement) drôle mais sans plus.

      Aux États-Unis (où me trouve en ce moment), les femmes suivent beaucoup le modèle: diplôme – mariage – enfant et ce, assez jeune (moins de 25 ans). Pas toutes bien sûr, mais c’est assez traditionaliste.

    • @vivianep

      “Chez moi, les sexes existent. Il y a des choses féminines, et il y a des choses masculines. Il y a des jobs de gars et il y a des jobs de femme.”

      Le discours en faveur de la division sexuelle des tâches contient malheureusement une certaine disparité quand au niveau de respect que l’on doit aux deux sexes. En gros, on dit aux filles (quoique moins de nos jours) que les occupations “de garçons” (tâches, loisirs, sports et métiers) ne sont pas fait pour elles parce qu’elles ne sont pas capables d’y exceller. Par contre, on ne met pas en doute chez les garçons qu’ils peuvent exceller dans les occupations “de filles”, on laisse simplement entendre que c’est indigne d’eux, parce que se sont des tâches méprisables, des sports “de tapette”, etc.

      L’admiration des filles pour la force et l’habileté masculine dans les occupations traditionnelles à leur sexe, n’a donc pas du tout son équivalent chez les garçons au sujet des occupations dites féminines. Là ou chaque sexe est brimé de façon égale par contre c’est que tout enfant s’éloignant un peu de la “track” qu’on lui impose risque de s’attirer des commentaires désobligeants sur son identité sexuelle, son orientation, etc. C’est d’autant plus étonnant qu’autrefois, les études supérieures, tout les sports, presque tout les métiers et même le droit de vote, le port du pantalon, étaient considérés comme du domaine masculin.

      Les hommes, comme les femmes, ont besoins de manger chaque jour et ils salissent la vaisselle, leurs vêtements, leur baignoire et leur maison. Un garçon peut-il réellement apprendre à respecter une femme si on lui apprend dès son plus jeune âge qu’il a le droit d’exiger qu’elle fasse tout pour lui à la maison, avec pour seul et unique mérite des organes sexuels externes? Ce n’est même pas une question de travail car beaucoup d’hommes ne font pas plus de tâches lorsqu’ils sont en vacances, retraités, au chômage ou sur l’aide sociale.

      Ce serait un peu comme d’apprendre à une fille qu’elle a le droit d’exiger que son conjoint fasse un gros salaire et paie tout les comptes pendant qu’elle refuse de changer une ampoule du fait de ses délicats organes internes! Je dois dire qu’il y a quelque chose d’assez ironique à ce que ce soit moi qui défende auprès d’une femme traditionnelle le droit des hommes de ne pas être exploités financièrement par une femme!

      C’est possiblement parce que tu es l’une des rares personne à dire que les féministes nient les difféfences entre les sexes alors que le discours anti-féministe dominant consiste plutôt à prétendre qu’elles les considèrent comme des brutes ou des agresseurs sexuels tout en considérant les femmes comme des anges de perfectioné Personnellement, je n’adhère à aucune de ces positions.

      Lorsque j’étais petite, ma mère faisait toutes les tâches ménagères à la maison (sortage de poubelles inclus) et mon père aucune. Elle supervisait mes devoirs, allait aux réunions parents-professeurs et s’occupait des rendez-vous médicaux pour nous trois. Je cuisinais parfois avec ma mère mais, jusqu’à l’âge de 12 ans, je ne foutais à peu près rien côté corvées. Tout comme mon père, je prenais ma mère pour la bonne de service et n’éprouvais aucune reconnaissance. Je regrette bien aujourd’hui cette attitude qui aurait été tout aussi blâmable si j’avais été un garçon.

    • L’ironie, c’est que celle qui a endoctriné sa fille ainsi va probablement recevoir le retour du balancier en pleine face lorsque celle-ci entrera dans l’adolescence et sa Grande Révolte, et se mettra à renier tout ça pour sortir avec un autoritaire ou un macho!

    • J’avoue que la vidéo me laisse perplexe. Une enfant de 5 ans n’a pas la maturité pour dire ce genre de chose. Toutefois, ce qui m’exaspère, c’est certains commentaires sur le féminisme. Le féminisme n’est pas un mouvement voulant émasculer les hommes, bien au contraire. Il s’agit d’un mouvement qui a pour but la reconnaissance de la femme comme l’égal de l’homme. J’ai été éduqué par une féministe qui a du se battre toute sa vie pour prouver à son père qu’elle valait autant que ses frères. C,est la raison pour laquelle, je crois, je suis indépendante, autonome et que ma relation de couple est basée sur le respect mutuel. Un homme vaut autant qu’une femme et vice versa. C’est ce que je vais montrer à mes futurs enfants garçon ou fille. De plus, le merveilleux dans tout ça que garçon et fille se complètent et que les forces de l’un comblent les faiblesses de l’autre, et ce , peu importe le sexe.

    • q.terreux, ça vous ferait tellement plaisir de me catégoriser ainsi, hein? “Voilà une cinglée de Dieu! Ah ouf! ça explique tout! Fiou…”

      Je vous laisse donc dans le doute, très précisément.

    • Stephanie2009, je n’ai aucun problème à ce que l’on considère certaines tâches comme plus féminines et d’autres plus masculines. Je trouve ça moins dommageable en fait que la tendance actuelle qui est de tout rendre uniforme, asexué.

      Je n’ai aucun problème à assumer des tâches masculines, et à voir mon mari assumer des tâches féminines. Mais l’ensemble de mon activité (familiale, sociale, au sein de notre couple, etc.) est majoritairement féminine et celle de mon mari… masculine!

      Ce que j’ai vécu enfant ressemble à ce que tu décris de ton enfance. Ma mère faisait tout, et tout cela était pris pour acquis par toute la famille. Ce n’est pas mon idéal, ce n’est pas ce que je reproduis. Mais les gars ne sont pas des filles, et les filles ne sont pas des gars, et il y avait une raison, un fondement à la façon de fonctionner dans les familles depuis des milliers d’années. On flushe tout ça avec mépris, se croyant telllllllement supérieurs à toutes les générations qui nous ont précédées. Que c’est prétentieux!

      Pour moi, il était nécessaire que les femmes brassent la cage pour faire reconnaître aux hommes que nous étions d’importance et de valeur égale à eux. Mais nous l’étions dans notre différence. Ce que je veux dire, c’est que ta mère, et la mienne, elles étaient aussi importantes et valables que leur mari. Mais ça n’était pas reconnu.

      Pourquoi fallait-il absolument tout chambouler? Il y a d’énormes conséquences à ce chamboulement, et je parle d’énormes conséquences fâcheuses. Est-ce que ça n’aurait pas suffit qu’on se fasse reconnaître pour notre valeur et notre importance? Je sais que vous allez me répondre “non”. J’ai mes réserves.

    • Bah.. il ne reste plus que quelques générations avant qu’ils n’y aient plus de descendant occidentaux. Encourager les a avoir des enfants vers 40 ans, même si la moitié sont stérile ca changera pas grand chose.

    • Je connais une femme ( eh! oui une féministe ) qui me racontait qu’un jour de retour de l’école, sa fille de six ans lui a dit que cette journée-là, les élèves ont discuté de ce qu’ils rêvaient de faire dans leur vie comme travail…La très très grosse majorité des filles de la classe avaient répondu: Princesse…La supposée propagande féministe dont parlent certains pourrait-elle tout simplement être un contre-poids au discours dominant ??

    • @stephanie2009 (19 h 02)

      Excellent commentaire! Merci! ;-)

    • @stephanie2009
      Très bien observé! Je suis d’accord à 100%.

      @danielolivier
      “Elle est pas gentille” parce qu’elle parle sur un ton décidé et elle gesticule d’une façon sûre d’elle-même. Les petites filles ne sont pas supposées agirs comme ça…

    • Une femme qui sait se défendre et qui revendique est forcément frustrée sexuellement… Quel cliché nono et éculé! Malheureusement, c’est encore une insulte fréquente de la part de ceux qui ne peuvent admettre que certains manifestent pour des droits.

    • @Vivianep

      « Ce n’est pas parce qu’une génération s’est soudainement mis en tête que l’identité sexuelle c’était de la foutaise que cette mode-là, qui a pas plus de 50 ans, va changer une réalité biologique qui existe chez TOUTES les espèces animales depuis 350 millions d’années!!! »

      Encore une fois, vous nous sortez des clichés digne du « gros bon sens », mais totalement faux sur le plan scientifique.

      Il n’y a pas une, mais des réalités pour l’espèce humaine. En fait, il y a des centaines et des centaines de réalités en ce qui concerne les relations hommes-femmes (polygamie, monogamie, polyandri, polygynie, etc.), les modes de division du travail) et la façon d’élever les enfants.

      La seule conclusion qu’on peut vraiment tirer de cette énorme diversité de réalités, c’est qu’elles ne proviennent pas d’une quelconque influence de la génétique mais plutôt de la culture, contrairement à ce que vous essayez de montrer avec vos comparaisons au royaume animal.

      Je vous conseille de laisser les animaux tranquilles et de vous intéresser sérieusement à l’histoire des humains (ailleurs que dans la Bible!)

    • @vivianep

      “Est-ce que ça n’aurait pas suffit qu’on se fasse reconnaître pour notre valeur et notre importance?”

      Comment faire reconnaître la valeur de quelque chose qui s’accompli comme par magie sans que personne n’ait à lever le petit doigt? Dans l’émission “Wife Swap”, même les maris les plus réactionnaires finissent généralement par reconnaître tout ce que leur conjointe fait pour eux. Comment? En se faisant mettre “le nez dedant” par l’autre épouse! Même chose pour les enfants-rois traitant leur mère comme une servante!

      On ne peut pas faire une symétrie entre un homme qui occupe un travail rémunéré et une mère au foyer. Une mère à la maison ne fait pas du 9 à 5, n’a pas de fin de semaine, de congé maladie, de vacances ou de retraite. Elle ne reçoit aucun salaire et son ancienneté ne sera pas reconnue sur le marché du travail. Autrefois, si un homme voulait économiser sur la femme de ménage, il n’avait qu’à l’épouser…

      Tu as déjà mentionné comme si c’était une sorte de problème le fait que les père envisagent leur congé parental avec joie! Pour espérer que les tâches traditionnellement féminines soient reconnues et appréciées, je crois qu’il faut commencer par ne pas manifester du mépris envers les hommes qui s’occupent de leurs enfants et participent aux tâches ménagères.

      Dans l’une des émissions de “Wife Swap”, une mère a dit que ses fils n’étaient pas des filles, que les garçons qui dansaient (comme les fils de l’autre femme) était des mauviettes, des homosexuels, etc. L’enseignement qu’elle donne à ses enfants se résume donc à: “Mon sexe est méprisable puisqu’un homme qui agit “comme une femme” est méprisable”.

      Je n’ai jamais été capable de considérer un trait de personnalité ou un goût personnel comme bon ou mauvais selon qu’il concerne mon sexe ou l’autre. Ça me semble totalement absurde, surtout que ça varie tellement selon les époques. Autrefois même le domaine de la musique, des arts et de la poésie étaient des chasses gardées masculines et que plusieurs costumes nationnaux masculins datant de plusieurs siècles comprennent une sorte de jupe (écossais, irlandais, grec).

      De toute façon, je crois que puisque chaque membre de la famille tire bénéfice de la nourriture, des vêtements propres et d’une maison bien rangée, tous doivent y participer lorsqu’ils ont l’âge, à moins d’un problème de santé. Je trouve qu’il y a une incompréhensible contradiction entre le fait de considérer le sexe masculin comme fort, courageux et viril et le fait d’encourager les femmes à devenir des mères de substitution pour des conjoints qui deviennent graduellement dépendant au point d’être complètement perdus si elles ne sont pas là pour les materner.

      Les “gros bébés” dont je parlais dans un autre sujet du blogue, ce ne sont pas tout les hommes mais uniquement ceux qui veulent être maternés ainsi tout en réclamant d’être considéré comme LE sexe fort. Mon père savait à peine faire chauffer de l’eau et ne prenait pas la peine de tirer la chasse mais il a crié “C’est moé qui est maître dans la maison!” tellement de fois que j’aurais pu en vomir de rage! Pour lui, il avait droit à ce titre puisqu’il payait la plus grande part des comptes, étant mieux payé que ma mère, même durant les périodes ou elle travaillait à temps plein. À la moindre contrariété, il nous menaçait de nous laisser nous débrouiller toutes seules (alors que j’aurais donner 5 ans de ma vie pour que mes parents divorcent). Au fond il argumentait comme un enfant.

      Toutes les femmes ne sont pas heureuses dans un modèle traditionnel, même lorsqu’elles sont mariées à des hommes qui les respectent. Je ne suis même pas certaine que tu le sois toi-même. Je suis vraiment désolée mais tu donnes l’impression (j’insiste sur le mot) de t’être imposée ce modèle uniquement par devoir. C’est tout à ton honneur d’avoir ainsi priorisé tes enfants mais ça doit forcément créer des frustrations et je ne suis pas sûre que tu t’autorises à les exprimer. C’est encore une impression mais on croirait parfois que c’est à toi que tu cherche à faire violence en t’en prenant pêle-mêle aux mères qui travaillent, aux mères modernes, etc. Tu les qualifie d’égoïstes et autre insultes mais je commence à me demander si tu ne leur envois pas les insultes que tu t’adresses à toi-même lorsque tu est tentée d’exprimer un regret face à ton choix (j’ai le coté “psychologue à 5 cennes” assez développé mais ça part d’une bonne intention! :)

      Il n’y a rien de mal à admettre qu’on en a marre parfois. Tu n’es pas une machine. J’ai une amie mère de deux enfants qui s’excuse toujours lorsqu’elle exprime une frustration au sujet de ses enfants. Elle dit qu’elle ne devrait pas dire ceci ou celà. Je lui dis qu’il vaut mieux faire sortir la vapeur de temps en temps. Elle travaille à temps plein mais aurait aimé être à la maison. Je n’essaie pas de l’infuencer.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « jan   oct »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité