La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 23 novembre 2010 | Mise en ligne à 15h35 | Commenter Commentaires (89)

    Le respect du calendrier scolaire (ou pas)

    Photo Alain Roberge

    Photo Alain Roberge, LA PRESSE.

    Vous l’avez deviné: je vous quitte une semaine. Oui, je pars, avec ma famille, une petite semaine en vacances. Là, tout de suite. Dans le Sud.

    Moi aussi, je vous aime (!)

    Je sais que ce ne sont pas officiellement les vacances. Nous avons longuement pesé le pour et le contre. Et je vous rassure, l’école est au courant, nous partons avec livres et crayons, histoire de ne pas prendre de retard.

    Je sais aussi que je ne suis pas seule. J’ai déjà interrogé plusieurs personnes sur la question, et les prix étant ce qu’ils sont aux Fêtes et à la relâche, de plus en plus de familles partent comme ça, à des dates variées du calendrier.

    Alors voilà, histoire de me culpabiliser (mais pas trop, quand même), dites-moi si vous, vous  respectez scrupuleusement le calendrier scolaire. Et sinon, pourquoi pas?

    Sur ce, à la semaine prochaine!


    • L’an passé, le même professeur qui nous avait dit de respecter le calendrier lors de la rencontre des parents est parti 1 semaine à la pèche en plein milieu du dit calendrier. Je ne l’aurais pas su s’il ne serais pas aussi mon voisin …

      Ceci étant dit, je préfère quand même partir avec les enfants durant les fêtes, sinon ils risquent d’être les seuls enfants de leur age sur la plage. C’est aussi plus simple pour mon travail.

    • Bonjour, je vous souhaite d’agréables vacances.

      Par contre, je trouve un peu spécial de pouvoir ainsi court-circuiter le calendrier scolaire public (car je suppose que votre progéniture n’est pas au privé). Remarquez bien, je n,ai rien contre votre décision personnelle et je ne vous connais pas personnellement.

      Trop souvent, on se plaint des professeurs, du réseau public et de ses travers. Croyez-moi, je ne me gène pas pour critiquer le système moi non plus.

      Par contre, je trouve que l’école publique en a assez à faire pour ne pas avoir à gérer les demandes de dérogations et d’absence de chacun.

      Je n’ai rien contre les absences pour voyage et autres mais il faut que les enfants, si le cas se présente, fassent face aux conséquences (mauvaises notes à cause d’examens manqués, faire les devoirs, etc.).

      Plusieurs élèves manquent les examens de fin d’années pour ce type de voyages et passent leur année quand même. Cela ne devrait pas être le cas.

      Je suis allé au privé et les dispenses pouvaient se donner mais c’était loin, loin d’être commun. Les parents étaient bien avertis des conséquences des absences prolongées. Il n’y avait que peu de dérogations pour vacances ou voyages d’agrément. Une absebce était une absence et ses les conséquences étaient appliquées.

      D’où notre respect et celui de nos parents pour l’institution que nous fréquentions.

    • Ajout: c’est votre décision mais après cela, vous pourrez difficilement défendre l’importance du respect de l’institution scolaire de leur part. La décision de sauver quelques dollars peut être attrayante aujourd’hui mais elle est peut être qu’une victoire à court terme.

      Faites attention de bien leur présenter comme un cas d’exception et faites les travailler !

      Y’a comme en toile de fond que, au fond, l’école n’est pas si importante que cela.

    • Quand les enfants sont encore jeunes et que les devoirs et leçons ne sont pas trop accaparants, je ne vois pas d’incovénients. Par contre, quand les jeunes sont plus agés et qu’il y a beaucoup de travail, je ne vois pas comment je pourrais partir en vacances en famille sans leur donner un message contradictoire. “L’école, c’est important, mais les vacances le sont plus?” Nous devons leur apprendre à respecter l’effort, les échéanciers, etc… Les enfants ont déjà un paquet de jours pédagogiques (voir: congé), en plus des deux semaines de Noel, la semaine de relâche, le congé pascal, et l’été. Et demandez aux profs qui doivent composer avec les nombreux absences de ces élèves qui partent en vacances. Plusieurs n’apprécient pas. Je suis certaine que vous, Mme Galipeau, va s’assurer que vos enfants vont faire leurs leçons sur la plage, mais plusieurs ne le font pas.
      cookeryandwivery.blog.ca

    • Si on part en vacances c’est pour se fair plaisir et faire plaisir à sa famille.
      Est-ce que la culpabitilté a une utilité quelconque dans ce contexte-là ?
      Bonnes vacances !

    • Je l’ai déjà fait avec mon fils, quand il était en 4e année, vers la mi-octobre. Une occassion à ne pas manquer : 5 jours à Disney avec seulement mes billets d’avion et mes repas à payer. Nous y sommes allés, avec l’accord de son prof et une pile de travaux à faire.

      Je suis contente de l’avoir fait à ce moment là, car dès sa 6e année et maintenant son secondaire, je ne le referais plus. Il est maintenant en secondaire 4 (linguistique, math sn et science forte) et je crois que ça serait un désastre pour lui de manquer une semaine pour mon bon plaisir, même s’il réussit bien. Ça va trop vite, il aurait trop à perdre.

      Aussi, je trouve que c’est enlever l’importance d’une présence assidue à l’école que de favoriser et permettre des absences en raison de voyage, tournoi de hockey, cours de conduite ou autres du genre. Au travail, il y a des périodes ou nous sommes autorisés à prendre des vacances, et d’autre où on ne peut pas. On a pas le choix, faut respecter ça. Même chose avec l’école….

    • Trois membres de ma famille sont professeurs au secondaire. Je peux vous assurer que toutes ces vacances prisent en dehors du calendrier scolaire les mettent souvent en colère. Certains enfants partent une semaine avec papa, puis une semaine avec maman, familles reconstituées obligent.

      Quand les enfants réussisent bien, c’est un moindre mal, mais ce n’est pas toujours le cas. Dans tous les cas, si vous partez en vacances en dehors du calendrier, ne vous surprenez pas si certains professeurs refusent de collaborer et qu’ils manquent d’enthousiasme pour les aider à leur retour.

    • bravo pour l’éducation de vos enfants. On doit avoir des priorités dans la vie et vous venez de dire à vos enfants que l’argent est plus important que l’éducation. Encore une fois bravo. Je suis enseignant et je suis totalement ecoeuré que cette situation se reproduise semaine après semaine.En plus vous me demander de cautionner votre choix en me demandant de vous dire quoi faire avec votre en fant pendant cette semaine.

    • Je suis dure mais je suis contre.

      Je n’aime pas l’idée que ça donne aux enfants. On peut partir n’importe quand, l’école ce n’est pas important. Comme dirait bien des parents, l’école nivelle tellement vers le bas et mon enfant est tellement bon…. Une semaine de vacances, il n’y a rien là, ça ne parraîtra pas dans ses notes! En plus vous apportez de petits travaux pour faire le matin en se levant!

      Mais l’idée qu’on peut partir n’importe quand commence déjà à germer dans leur tête… Les enfants sont en congé plus de la moitié de l’année, on peut donc faire autrement et leur apprendre que pendant les jours d’école, ben il faut y aller on n’a pas le choix c’est comme leur travail.

      Ceci dit, j’ai fait manquer à mes enfants à l’occasion une journée pour des voyages. Les billets sont toujours moins chers le jeudi et souvent on s’arrange pour prendre l’avion en soirée le jeudi. Ils ne manquent qu’une journée. Mais, j’ai cette pratique en horreur. Comme celle de faire manquer une journée pour les tournois de hockey.

      L’an dernier, le prof de 5ème année de mon fils paniquait parce qu’il manquait toujours 2-3 élèves lors de ses évaluations importantes: voyages, tournoi de hockey, de patinage artistique ou autres… Elle devait s’adapter. Moi, je pense que c’est le contraire, c’est nous qui devons nous adapter à l’école même si c’est difficile souvent…

      Je vous souhaite de bonnes vacances tout de même… J’ai l’habitude (sauf cette année malheureusement et je suis jalouse de vous ;-)) de partir dans le sud à cette période. C’est toujours plaisant parce qu’il fait beau et il n’y a pas grand monde. Revenez reposée et pleins de souvenirs!

    • Mon fils a déjà manqué 1 mois d’école suite à une petite opération et y est retourné après les fêtes et n’avait rien manqué … l’école primaire c’est comme un ’soap opera’ alors partez en paix, votre enfant va apprendre beaucoup même sur une plage, tout est mathématiques!! Perso je partirais sans enfant…mais ça on en a déjà parlé sur le blog,oh! Que Dieu sauve mon âme et que le Diable vous amuse sur la plage! :))

    • Autant que possible oui.

      Cette année, les écoles de Montréal sont fermées la 1ere semaine de janvier (les voyages sont très abordables durant cette semaine là).

      Il y a aussi les journées pédagogiques et les 2-jours-pédagogiques-collés qui peuvent devenir un weekend de 4 jours (assez pour un petit voyage au Québec ou en Nouvelle-Angleterre)

      Mais je ne vois aucun problème dans votre cas.
      Bonnes vacances !
      Profitez-en !

    • Réponse: non. Parce qu’ils ne s’en souviendront plus le jour de leurs noces qu’ils avaient apportés des crayons à la plage Lambda. Mais LambdaResort sera encore en eux comme merveilleux souvenir, vif ou diffus. Et le jour où ils vous diront qu’ils n’y vont plus avec vous, c’est vous qui vous direz que vous avez bien fait de sauvegarder ce qu’il fallait sauvegarder au bon moment, qui file si vite… Amusez-vous bien.
      Paul Laurendeau

    • Bonjour,
      Comme je suis enseignante, il me sera toujours impossible de profiter de ce genre de vacances. Malgré ce que tout le monde pense de mes trois mois de vacances, je n’aurai jamais la chance de choisir le moment pour les prendre… Cela dit, quand j’ai un élève qui part en vacances, je ne lui prépare jamais de travail et je ne le reprends pas non plus au retour. Désolée, je ne travaille pas en temps supplémentaire pour les gens qui choisissent de se prendre des vacances!

    • Petite, je partais souvent en voyage avec mes parents à ce temps-ci de l’année. La maîtresse nous donnait les devoirs et les leçons à faire pour la semaine. À raison d’une heure par jour, en après-midi, après une journée à la plage, je peux vous dire que ça rentrait très bien. Même que je revenais souvent en avance sur ce que mes compagnons de classe avaient réussi à couvrir durant mon absence. Ça faisait comme prolonger les vacances :-)

    • Mon mari est enseignant et jamais il accepterait que nos enfants manque l’école à part si ils sont malades!

      Moi je suis p-e plus du type plus ”lousse”…. en même temps je comprend le point de vu de mon mari qui est: que si commence à banaliser les absences pour des vacances alors ont perd de la crédibilité quand vient le temps de dire que l’école c’est important et qu’il faut se forcer pour réussir….

      Mais bon… faut pas non plus virer fou! ;O)

    • Si on est assez respectueux pour ne pas “écoeurer” les professeurs en exigeant qu’ils reprennent la matière avec les petits chérubins qui se sont absentés… Ma voisine un peu crinquée à aussi été à Disney en september avec ses deux enfants et elle a exigée la liste des leçons une semaine avant de partir… et elle était fière de dire qu’elle allait l’avoir même si il fallait qu’elle grimpe sur le bureau du directeur ! Au retour, a a demandée que ses enfants soit exempt des controles hebdomadaires… Malheureusement ce sont souvent les gens de peu de jugement qui profitent des gros, gros rabais des vacances hors saison…

    • Étant enseignant, cette pratique est un manque de jugement de la part du parent. Non seulement on banalise l’école, on vient embêter l’enseignant afin qu’il s’adapte. Personnellement, un élève qui me fait ça en classe devra tout simplement reprendre le travail une fois à son retour et sans avoir de mon aide, puisque de toute façon, le parent ne jugeait pas mon travail important.

    • Même si elle n’aura probablement pas de conséquences négatives sur le parcours scolaire de vos enfants, une telle décision envoie, selon moi, un drôle de message aux enfants.

      Ce ne sera en effet pas facile de leur dire après coup que l’école est plus importante que tout…

    • il est clair qu’ils comprendront que le loisir a la priorité et que l’éducation est facultative.

    • Une fois, pas plus. Pour ne pas qu’il pense qu’il a le droit d’enfreindre les rêgles à tout bout de champ. Parce que c’est ça: enfreindre la rêgle qui dit qu’on ne manque pas l’école pour se faire plaisir.

    • Je trouve cela épouvantable, un manque de discernement de la part des parents. Lors de la journée d’accueil de ma plus jeune, trois parents négociaient avec la prof pour les dates d’examen, car ils prévoyaient aller dans le sud! Pas la dernière de novembre, pas l’avant-dernière, pas la première de décembre. Incroyable!

      En plus, amener ses enfants en vacances, mais leur amener des devoirs. Franchement! Allez-vous dans le sud avec du travail vous?!? On amène les enfants en vacances, on leur envoie le message que l’école c’est pas si important que ça, en tout cas, moins important que les sous qu’on épargne en partant en dehors des vacances, mais on leur amène des devoirs… Belle contradiction!

      On voit cela de plus en plus à l’université ou j’enseigne : des étudiants qui négocient la date des examens en fonction de leur semaine dans le Sud! Ils ne peuvent partir en vacances à la relâche, trop cher. Pis c’est pas mal moins le fun en mai après la session…

      Lorsque je refuse de changer la date des examens, il y a des parents qui m’appellent pour me faire changer d’avis. Il faut comprendre : la petite chérie ou le petit loup est si fatigué(e) d’être en classe! Il ou elle a besoin de repos pour éviter le burn-out. Ça ne sera pas facile quand le ti-pit ou la tite-chouette sera pogné au travail et aura des enfants!

      Comme employé, on ne peut pas prendre des vacances n’importe quand. C’est la même chose pour les enfants à l’école. C’est ça aussi avoir des enfants : comprendre que la vie est fait d’impondérable dont celui de prendre les vacances quand les enfants sont en congé. On a beaucoup voyagé avec nos 4 enfants : Europe, USA, Ouest canadien. Oui ça coûte cher la relâche ou l’été. Mais c’est ça la vie ! On économise ailleurs et c’est tout. Après tout, les voyages, ce sont des choix que l’on fait et comme tout choix, on doit assumer les conséquences !conséquemment, payer plus cher.

    • Oh! que les gens sont rigides sur ce blogue!
      Lorsque j’avais 11 ans (5e année), mes parents m’ont amenée à Paris une semaine. L’hôtesse de l’air, surprise, avait demandé s’il y avait un congé scolaire et ma mère avait répondu «Non, mais je crois qu’elle en apprendra encore plus là bas.» Et c’est vrai, le Louvre, le Grand Opéra et l’architecture de la ville m’ont marquée à vie! Ça m’a même influencée dans mon choix de carrière. Je ne dis pas qu’aujourd’hui je ferais manquer l’école à mon fils n’importe quand, mais si l’occasion se présente de l’ouvrir à une autre culture durant une petite semaine, je ne crois pas que cela fera tant de mal… Plus tard, il se rappellera beaucoup plus de ces voyages que du reste! Et allez-y, traitez-moi de mère irresponsable, j’assume pleinement!

    • I-R-R-E-S-P-O-N-S-A-B-L-E, c’est le seul mot qui me vient en tête ! Comment peut-on se foutre du système scolaire comme cela ? Je suis enseignant et jamais je ne cautionnerai ce type d’égarement de la part des parents. L’année scolaire se répartit sur dix mois parsemée de période de vacances allant de un à quatre jours en plus de la semaine de relâche et de la période des Fêtes. Autrement dit, si les parents sont incapables de contrôler leurs hormones ou leurs désirs instinctifs pour prendre des vacances en pleine période scolaire, alors là, on a un sérieux problème de société.

    • C’est un sujet d’actualité chez nous. Mon mari est totalement contre, pour les raisons citées par tout le monde sur ce blog. Pour ma part, peut-être parce que j’avais beaucoup de facilité à l’école et que je prenais néanmoins mes cours au sérieux, je ne vois pas de gros drame à manquer une semaine d’école si l’apprentissage est bien encadré par les parents, surtout au primaire… À condition que ce soit vraiment une exception et qu’on explique bien aux enfants que c’est un cas spécial et que l’école, c’est important !

      Je ne le ferais pas tous les ans (et probablement pas plus d’une fois), mais je ne les priverai pas d’un voyage à Disney, une expérience inoubliable pour les petits, sous prétexte que ça leur ferait manquer quelques jours d’école. Ça restera LA fois où ils ont pu manquer l’école ! Et comme on dit, l’exception confirme la règle…

    • Je suis d’accord avec Ysengrimus.

      Je ne me souviens pas vraiment de mon primaire, à part peut-être le ballon chasseur et le kick ball. Mais je peux vous raconter la première fois que j’ai vu un crabe de roche, que mes premiers mots anglais tournaient autour de “Ice cream cone please” (et que j’avais donc été mêlée pcq la madame m’avait demandé à quelle saveur) et comment j’ai appris qu’au Québec on était extrêmement privilégié: voir des bidonvilles à 9 ans, un mois avant Noël, ça remet les perspectives en place.

      De la maternelle à la 6e année, au système public, j’ai manqué une semaine d’école en novembre. J’ai un bacc ès Sc. Santé et je suis retournée faire un certificat pour le fun (on dit pour culture personnelle) dans la trentaine. À lire la majorité des billets publiés ici, je devrais voir l’école comme qq chose d’insignifiant? D’inutile?

      On ne disait pas que les voyages forment la jeunesse? Vous m’enverrez le mémo qui affirme le contraire, j’ai dû le manquer.

    • Je suis enseignante et si je “profite” des rabais pour passer du temps avec ma famille, je dois présenter un billet médical à ma 3e journée d’absence. Au moins de novembre, (fin d’étape) j’ai dû “m’adapter avec 3 élèves qui ont profité du soleil, bien sûr, pas la même semaine! Les parents crient lorsque leur jeune recoit son bulletin mais il/elle était absent lors des évaluations et dès leur retour, JE dois prendre TOUS mes dîners pour les aider à reprendre… Nous avons des dates limites à respecter afin d’imprimer le dit bulletin…J’en ai soupé de me faire dire que j’ai des congé…Et bien chers parents j’en ai besoin car pour récupérer de certains d’entre vous à qui tout leur ai dû …imaginé vos enfants! Et bien cette année je prends 2 jours soit le 20-21 décembre….si je peux m’adapter…ils peuvent aussi s’adapter pendant 2 jours!

    • c’est une bonne idee cela va leur apprendre qu’il y a des regles que l’on doit suivre et que d’autre que l’on peut violler.

    • Enseignante, j’ai toujours refusé de préparer du travail pour les élèves qui partaient en voyage durant le temps de classe. Je conseillais plutôt aux parents de leur faire rédiger un journal de vacances pendant leur séjour. Je suis certaine que vous connaissez les matières qui sont enseignées à l’école. Un petit reportage sur le pays visité, les moeurs et coutumes du pays, l’histoire de sa fondation, les dimensions de l’endroit, les noms de ville, illustré par des dessins, des photos, des cartes postales, etc..(j’en réfère à votre imagination) pourrait être une activité intéressante pour vos mousses comme pour vous-même. Ça crée des liens, ça vous en apprend sur les compétences de vos enfants, ça permet d’acquérir et d’enrichir des connaissances, qu’en aucun temps, les enfants ne feraient à l’école et j’en passe, la liste d’avantages serait trop longue. Alors, troquez donc livres de classe et cahiers d’exercices pour des petits romans, un carnet vierge et des crayons. Prenez entente avec vos enfants. Les leçons et les devoirs de classe, ils les feront au retour. Une de vos voisines pourra toujours vous indiquer ce que ses propres enfants ont fait pendant la semaine. Et soyez claire dans votre message; l’école est et demeure une priorité pour vous et vous vous attendez à ce qu’ils en fassent un peu plus (carnet de voyage + travaux au retour) pour avoir le “privilège” de profiter de ce voyage.
      Peut-être étais-je du type “conscience élastique”, mais, tout en choisissant une période du calendrier scolaire où il y avait au moins deux journées pédagogiques dans la semaine et qu’aucune évaluation importante n’était prévue, je suis déjà, ainsi, partie en voyage avec mes enfants lorsqu’ils étaient jeunes. Comme le dit miss_maman, faut pas non plus virer fou.
      Litchi
      p.s. Bonnes vacances!

    • Il faut croire que cette pratique est assez commune… Au collège privé que ma fille aînée fréquente ( la plus jeune est au primaire publique), ils ont cru bon de mettre une mention à cet effet dans les règlements:

      “Toute absence pour vacances à d’autres moments que ceux prévus au calendrier scolaire sont considérés comme des absences non motivées, tout devoir, contrôle ou examen ayant lieu pendant cette absence recevra la note 0 (zéro) et ne pourra être repris”

      Il faut dire que ledit collège prévoit que les vacances peuvent être prises à Noël, à la semaine de relâche de mars et pendant la semaine sainte (une série de journées pédagogiques ont été placées de façon à prolonger le congé de Pâques).

      L’économie sur le prix du billet ne vaut pas la peine. Le message est trop contradictoire: l’école c’est important mais tu peux manquer pareil pour aller en vacances pas cher…

      Profitez bien de vos vacances, après lecture de tous les commentaires ci-haut, pas sure que vous ferez le même choix à l’avenir…

    • Bonjour,
      Il y a quelques années, nous partis en vacances au début octobre avec les enfants. Une semaine à se promener en Gaspésie, à faire le tour des plages pour ramasser différents coquillages, roches et fossiles. À visiter des musées et apprendre l’histoire de cet région et aussi creuser le sol de différentes carrières pour trouver des agathes. Bref, nous nous sommes promener un peu partout dans la région.

      Au retour en classe des enfants, ils ont suggérer à leur professeur de monter une exposition de roches et fossiles. Cette exposition à été un succès à l’école et même le président de la commission scolaire est venu voir le travail de deux enfants partis en vacances en octobre. De plus, mon plus vieux a trouvé une côte de baleine qu’il garde précieusement comme souvenir.

      Donc, des vacances peuvent aussi être une sources de connaissances et d’aprentissage. Bonne vacances.

    • J’imagine que c’est du cas par cas selon les enfants. Personnellement, j’ai manqué plusieurs semaines pour des voyages lorsque j’étais jeune, dont des trois semaines pour aller en Europe en 6e année et secondaire 3. Cela n’a nullement paru dans mes résultats et aucune aide supplémentaire n’avait été demandée aux professeurs.
      Je suis prête à refaire la même chose avec mes enfants, s’ils ont de la facilité à l’école. Les connaissances acquises lors de ces voyages dépassaient largement ce que j’aurais pu apprendre à l’école.
      Bien sûr, pour des vacances dans le Sud, je ne partirais pas aussi longtemps.

    • Si j’étais prof, et qu’il y avait un examen durant la semaine où vous partez en vacances, j’aurais accordé un beau gros zéro à votre enfant. Votre enfant a 2 mois de vacances l’été. Ce n’est pas assez?

    • Comme Lavio, j’ai aussi un problème avec le concept. “Bien sûr que l’école est importante, chéri, maintenant va faire ta valise parce que tu vas manquer une semaine pour accomoder le budget de maman.” Ça ne fonctionne tout simplement pas. Je ne parle même pas du problème au niveau de la gestion de la classe, ce ne doit pas être simple d’aider à rattraper le retard d’un élève à plusieurs reprises au cours de l’année.

      Mais le comble, c’est d’avoir à apporter les crayons et les livres en vacances. A quoi bon? On leur fait un lunch le matin aussi, un coup parti?

    • Je n’ai aucun problèmes avec les parents (et les enfants) qui prennent leur responsabilité au sérieux.

      Quand j’enseignais, ca voulait dire:
      - Une semaine où il n’y a aucun examen important. Après tout, un voyage devrait être une absence non motivée (donc pas de reprise).
      - Les élèves (ou parents, selon l’âge) se renseignent à l’avance des travaux et études à effectuer durant les vacances (ou après, en rattrapage)
      - Le rattrapage se fait à la maison.

      Les parents peuvent mettre l’emphase sur l’importance de l’école en instituant une période d’études chaque jour (par exemple: le matin, c’est de l’école, l’après-midi, la plage!)

      Dans ces conditions, j’ai rarement vu un gros impact sur la réussite de mes élèves. Il faut dire que généralement, les parents qui s’assurent des éléments ci-dessus prennent aussi le temps d’évaluer l’impact que ça peut avoir pour leur enfant…

      Le problème, c’est que trop souvent les parents (ou élèves) ne se préoccupent pas de l’école du tout durant les vacances et s’attendent par la suite que l’école s’ajuste pour aider les élèves, en faisant cours de rattrapage, donnant des examens de reprise. Ca va juste qu’aux jeunes qui sont absent une semaine et à leur retour, apporte un billet d’absence disant qu’ils étaient en vacances et s’attendent à ce que l’enseignant lui fournisse les notes de cours! (Et des reprises d’examens, évidemment)

      C’est non seulement incorrect pour les enseignants, mais surtout injuste pour les autres élèves.

    • Je suis contre. C’est vraiment donner le message que l’école, ce n’est pas important. Je trouve ça plutôt irrespectueux pour l’enseignant, aussi.

      Surtout pour aller dans le Sud, comme si c’était obligatoire.

    • Seigneur. Allez en paix, Mme Galipeau.
      J’ai passé mon primaire et mon secondaire à manquer des grands pans de l’année pour cause de voyages prolongés à l’étranger. J’en ai retenu plusieurs choses: ce temps passé hors de l’école m’incitait à me forcer encore plus quand j’étais à l’école, j’apprenais beaucoup plus rapidement en voyage qu’à l’école (je m’emmerdais royalement à l’école en fait), les meilleurs souvenirs de mon enfance sont ces voyages et s’ouvrir aux autres cultures ou découvrir la nature, ça vaut bien des heures passées en classe. J’enseigne maintenant au niveau universitaire, et quand j’ai des étudiants qui partent en voyage pendant le semestre, je fais ce que je peux pour m’assurer qu’ils ne manquent pas de matière et qu’ils apprennent de leurs expériences en leur proposant des travaux adaptés à leur destination de voyage (mais je ne les dispenserais jamais des évaluations par contre). Mais à lire les commentaires, je dois être une exception.

    • @joseemontreal
      Avec vos journées pédagogiques qui prolongent les week-ends, les congés des fêtes, la semaine de relâche, les jours flottants entre la fin du camp de jour et la reprise des classes, et toutes les autres contraintes que notre système scolaire nous impose, vous imaginez-vous que nous autres parents avons vraiment une latitude avec nos vacances?

    • Ma fille ne va pas encore à l’école, mais moi-même, à l’âge de 15 ans, mes parents m’ont fait manquer une semaine d’école pour un voyage dans le Sud. Nous venions de vivre des moments difficiles (maladie, apparition surprise d’un membre de la famille après 20 ans, problèmes d’argent pour mes parents, etc.). Mes parents avaient jugé que nous avions besoin de nous ressourcer ailleurs, la Floride en avril ça coûte presque rien, alors let’s go! J’étais une bonne élève, je me suis débrouillée au retour pour rattraper mon retard et c’est tout. 15 ans plus tard, pas de problèmes de mon côté.

      Quant au message lancé aux enfants…cela dépend comment on le présente. Il faut expliquer son point de vue comme il faut. Les études, c’est important, mais quelques jours dans une année nuisent rarement.

      Aujourd’hui, mon conjoint et moi serions prêts à le faire plus tard si une occasion se présenterait, mais disons qu’on ne chercherait pas à tout prix à faire manquer l’école à notre fille.

    • qui a inventé la phrase: l’école c’est important…
      @ tous les professeurs

      vous dites que ca vous dérange et que vous ne voulez pas mettre de temps et efforts sur ces enfants (ceux qui partent en vacances avec leurs parents)
      sauf que a regardé les resultats scolaire vous ne faite pas grand choses meme quand y sont la…donc pour vous ces des genres de vacances surtout si ce sont des éleve qui dérange en classe.
      arreter de chialer pis faites ce que vous avez a faire c’est pour ca que vous etes payer me semble pour le reste ca vous regarde en rien,ces les parents qui sont responsable de ces choix et qui devront vivre avec…

      pour ma part et celle de certains l’école n’a ete rien de bon pour moi,ce que j’ai aujourdhui je l’ai travailler et j’ai rouler ma bosse pour l’avoir et rien de cela est grace a l’école,car si ont regarde mon orthographe mais prof de francais ont pas trop perdu de temps avec moi et je voulais pas en perdre non plus sauf que maintenant je fait beaucoup plus que eux et ca ces grace a eux car j’ai quitter l’école et que ma compagnie roule a merveilles….

      @ tous les jeunes …suivez votre instinct et surtout faite ce qui vous semble le mieux pour vous et non ce que vos profs vous disent car vous aller finir comme eux
      vieux et plate

    • Eh bien c’est raté si vous comptiez sur les posts de ce blogue pour vous déculpabiliser ! Je suis d’accord avec la majorité des réponses : les profs sont débordés par des cas de plus en plus difficiles dans les classes et en plus on leur demande de planifier les vacances de tous et chacun. Ça n’a aucun sens et ça envoit le message aux enfants que l’école est bien secondaire.

      Un jour, quand tous les patrons seront asiatiques (pour eux l’école est importante), on se réveillera peut-être !

    • Moi je dis que la vie est trop courte et qu’il faut en profiter! Manquer les cours ne devrait pas être une habitude, mais une fois de temps en temps n’est pas coutume. Allez, bonnes vacances… sans culpabilité!!! ;)

    • Question d’être cohérents, que tout ceux qui approuvent ce genre de vacances, approuvent aussi que certains s’absentent une journée pour une fête religieuse.

    • Y’a des profs et des élèves qui ne se pointent pas à l’école pour aller prier.
      Je trouve que de manquer l’école pour aller se faire bronzer la couènne est aussi sinon plus valable comme argument.
      Et puis ça devrait aller en empirant, example la commission scolaire de Montréal, invite et suggère ouvertement à tous ceux qui veulent s’absenter pour raison religieuses, que l’on va tout faire pour vous accommoder.
      Donc, bientot, dans un quartier près de chez-vous, vous aurez encore plus de temps pour aller dans le sud et vous la faire toaster, et avec vos enfants, et sans cela qu’ils manquent quoi que ce soit. Votre commission scolaire pourrait même vous suggérer des dates.
      Quelle belle société que l’on sait montée !

    • Voyager et en apprendre un peu plus sur des pays différents, des modes de vie différents, des qualités de vie différentes… c’est l’école de la vie! J’ai toujours été une élève modèle étant enfant mais comme j’aurais aimé voyager et avoir de merveilleux souvenirs de voyages en famille! Qui peut se souvenir des moindres détails de nos années d’enseignement et prétendre que tout, absolument tout ce qu’on a appris était indispensable? Pas moi en tout cas. Désolée de choquer les professeurs sur ce forum… Si ça peut les consoler, oui moi aussi j’amènerais la liste des leçons et devoirs à faire pendant cette semaine mais je ne me sentirais pas coupable outre mesure.

      Je vous souhaite un bon voyage, je vous encourage à profiter pleinement de ce temps passé en famille et je suis convaincue que vos enfants en tireront profit.

    • nous on fait ca moitié moitié, ie qu’on part toujours 2 semaines (ou 11 jours, dépendant), mais on fait correspondre 1 semaine avec des congés scolaires, pour l’année 2011 ca sera la semaine de relache. faut dire que mes enfants sont jeunes (en maternelle et au cpe), on en profite avant qu’ils soient trop grands et que ca soit plus difficile de partir dans les dates qui nous conviennent…

    • J’imagine que ca dépends surtout de vos enfants et de leur capacité à ratrapper le (court, disons le) retard

    • Il y a à peine une semaine, on parlait du décrochage scolaire lors de la déclaration de Jean Charest que les parents devraient en faire plus …

      Peu importe que l’enfant fera ses devoirs et ses leçons durant les vacances ou non, peu importe que ses notes en souffrent ou non, peu importe que votre progéniture est premier de classe ou dernier, peu importe que l’école est ouverte à l’idée ou non … absolument rien de tout cela importe.

      Car le mal est déjà fait. Le message est clair: au diable les responsabilités! Voilà la leçon la plus importante que gardera fille et fiston au retour des vacances.

      La maladie grave est la seule raison valable de manquer l’école. Mais, bon, nous en sommes tous conscients, l’éducation n’est pas importante pour les Québécois et on se demande pourquoi le taux de décrochage scolaire est si élevé.

    • Je suis sidérée de lire tous ces commentaires négatifs. Je n’ai pas encore d’enfant (mais un en devenir!) mais je peux vous assurer que je vais prendre des semaines de vacances hors calendrier, prof d’accord ou pas. Évidemment qu’ils vont faire ce qu’ils peuvent pour continuer d’étudier pendant les vacances, mais ils vivront avec les conséquences, comme tous les adultes dans la vie de tous les jours. Comme moi quand je quitte le travail pour voyager. Ce n’est pas une marque de manque de respect envers l’école, les prof ou l’éducation mais plutôt une pratique à l’adaptation de la vie. On fait des choix, on vit avec.

      Il n’y a pas que les profs qui peuvent aider, mais aussi les amis qui peuvent prêter les notes, le plan de cours supposément établi au début de l’année…

      Professeurs de ce monde, je vous respecte au plus haut point et sachez que vos élèves peuvent s’adapter à toutes les situations.

    • Mon Dieu que les profs sont susceptibles! On se calme! ;-) L’école est TRÈS importante, mais elle n’est pas toute la vie!
      À titre de parents responsables, majeurs et vaccinés, on est capables de demander les leçons/devoirs à la copine, comme lorsque les enfants sont malades, sans vous em*erder, pôvres de petits vous! Et on est aussi capables d’assumer les conséquences de passer un bon moment en famille… La conciliation travail/famille, ça vous dit quelque chose?!?
      À vous croire, les parents ne sont pas foutus d’apprendre aux enfants à se lacer les bottines, mais vous savez , ce sont quand même NOS enfants… Vous faites votre bout, et on fait le nôtre!
      Et puis vous, vous ne prenez bien sûr JAMAIS congé sans être hospitalisé ou alité, n’est-ce pas?!? ;-)

    • Je suis enseignante et je pars en voyage quand je suis en vacances. C’est plus cher aller dans le sud pendant la relâche et même si je corrige pratiquement toute la semaine de toute façon, je ne prends pas une semaine de vacances à un autre moment.

      Partir en vacances pendant qu’il y a de l’école, comme on dit, c’est dire à nos enfants que l’école, ça peut passer en 2e.

    • L’éducation des enfants est avant tout la responsabilité des parents. Si des parents jugent bon de partir une semaine en voyage avec leurs enfants, je ne vois pas ce que l’école aurait à redire là-dessus. En autant que les parents connaissent et assument les éventuelles conséquences de ce choix, bien entendu.
      Cela dit, j’irais même un peu plus loin en affirmant que l’école devrait avoir une certaine obligation morale d’accommoder ces parents, autant que faire se peut. Après tout, ce sont ces mêmes parents qui payent, par l’entremise de leurs taxes et impôt, pour faire fonctionner l’école et tout le système qui l’entoure.
      L’éducation au service de l’individu, pas le contraire!

    • Je respecte pour ne pas envoyer un message contradictoire à ma fille. Lorsqu’on a du travail, on s’est engagé et on le fait. Ensuite, il y aura les vacances et on en profitera. Au premier cycle du primaire, il n’y a pas de conséquences. Mais au troisième cycle et au secondaire, il y a des conséquences. Sur les co-équipiers lorsqu’il y a des labos, des travaux d’équipe… Et manquer huit séances de mathématique en sec 2, ça peut avoir des conséquences. Les profs ont-ils à “payer” de leur temps en offrant de la récup aux jeunes qui sont partis alors qu’il y avait des cours ?

      Ceci étant dit, bonne semaine et enjoy!

    • Je seconde les professeurs qui n’aiment pas cette pratique. Si les gens veulent choisir leurs vacances, ils choisissent de vivre avec les conséquences. Les profs n’ont pas à gruger sur leur temps personnel pour ce comportement d’enfants gâtés. Il y a des limites à exiger et encore exiger. Il faut assumer.

    • Totalement contre et d’accord avec les propos de thegipper et Nemo.

    • Moé ge suis pourre. Mès parants à moé i mont tojourrs ammene en vakanssse pendent lannée d’ékole pis jai jamès éthé en retart sûre lait ôtres!!!

      Bonne vacances!!!!

    • @joseemontreal et vinny53
      Wow! Vous capoteriez m’avoir comme parent d’un élève dans vos classes! Je vais recevoir des tomates mais j’y vais; On part 3 mois cette année, d’habitude c’est 6 semaines! Je n’ai jamais, jamais eu la moindre résistance d’un professeur (j’ai deux enfants), au contraire! Ils embarquent et on skype avec la classe. Les professeurs, en principe, ont leur plan de cours dès septembre. Ils me le transmettent et je m’arrange avec le reste. Un ami nous envoie un mail avec les devoir de la semaine, comme ça on suit la classe. Habituellement, on est en avance sur le groupe à notre retour. On s’entend que je fais la classe tous les matins du calendrier scolaire, que je fais la recherche de matériel ( mais les profs m’en donnent toujours avec grand plaisir), je m’assure que la direction est d’accord et je n’achale personne pour avoir un passe-droit. Je me trouverais ben épaisse d’exiger un surplus de travail au prof mais jusqu’à maintenant, les professeurs sont hyper gentils et comprennent notre projet. Mes enfants parlent espagnol, il connaissent leur chance de vivre ici et sont sensibles aux différentes cultures. On ne fréquente pas les tout inclus. Pour l’instant on voyage toujours dans le même village mais en grandissant, j’espère les emmener en Afrique et en Asie aussi! Si j’en avais les moyen, ce serait un voilier et un an ou deux de navigation. Quand nous sommes ici, je m’occupe de l’OPP, je m’implique dans les comités et mes enfants ne manquent pas l’école. Ils étudient tous les soirs, font du sport SI leur notes sont à la hauteur de leur capacité. Il n’existe pas une seule façon d’apprendre et je considère que ce n’est pas pire que l’école à la maison à l’année! Vos commentaires sentent le gros jugement, la frustration et l’esprit de vengeance. N’attendez pas la retraite pour vous amuser un peu, si non le temps va être long et vos élèves, de pauvres victimes de votre hargne!!

    • Et, vlan. Où est l’importance de l’éducation? Où est l’importance de mon job?
      Tout le monde est libre de faire ce qu’il veut. Une petite semaine en vacances avant les fêtes n’a jamais tué personne. Votre enfant apprendra davantage en voyage que derrière son bureau. Le voyage en avion: problème de physique. Comment se fait-il qu’un appareil plus lourd que l’air puisse voler? L’observation de la nature… la formation des vagues, les différents vents et que dire de l’apprentissage d’une langue dans un contexte signifiant. L’ouverture à une autre culture… Il existe plusieurs possibilités d’apprendre en voyage.
      Il faut arrêter de se culpabiliser. On doit investir où ça rapportera vraiment.

      Une fois une maman est venue me voir pour me demander si sa fille pouvait participer à une tournée de chorale en Europe. Elle n’a pas été contente de ma réponse quand je lui ai répondu certainement. J’ai vu sa figure puis sa mâchoire s’étirer et son teint pâlir. Je venais de lui imposer une dépense substantielle. Je lui avais répondu que ce serait une expérience sensationnelle, extraordinaire… Cette petite fille de 6e chante encore dans l’Ensemble vocal de Laval. Après tout, les voyages forment la jeunesse.
      Je m’oppose rarement à ce genre de situation mais je rappelle aux parents qu’ils seront responsables des retards possibles de leur enfant et je les assure que je ne ferai pas de récupération avec eux, ni préparerai les leçons, les devoirs à faire durant le séjour… Après tout ce sont des vacances.
      Il y a même un article de la loi scolaire qui oblige la fréquentation scolaire. Une absence non-motivée de trois jours, nous permet de mettre la DPJ à vos trousses. Mais cet article c’est comme tout le reste…
      Mais étant donné que vous êtes journaliste et que vous pouvez critiquer… je me serais fait juste un petit peu plus discrète. J’aurais filé à l’anglaise vers la chaleur et à moindre de coût.
      Moi, j’attendrai en juillet pour partir. Ça dérangera moins certains parents qui nos prennent pour des gardiens d’enfant.

    • Je suis contre. Je suis enseignante au secondaire(dans une école privée) et nous en avons assez souvent pour que la direction émette un règlement clair là-dessus il y a quelques années. Les enseignants n’ont pas à reprendre les cours/devoirs/travaux pour les élèves absents pour cause de voyage d’agrément.
      Je reçois toujours assez poliment mais froidement les élèves qui font ce genre de voyage. Ce qui me trouble c’est le message qu’on lance: bof! l’école c’est secondaire, tu peux la manquer. Je ne vois pas pourquoi je devrais être sympathique(quel message je leur donnerais!?).

    • Tout est dans la façon…

    • Je suis enclin à pencher du côté des enseignants qui ici sont contre cette pratique. J’ajouterais de plus que cela envoi un message que les règles peuvent être contournées à souhait. Rendu au secondaire, cet élève qui année après année a été habitué à manquer une ou deux semaines d’école gardera-t-il cette habitude??? Et rendu sur le marché du travail, décidera-t-il que fera-t-il devant son impossibilité de choisir ses vacances le premier (ancienneté oblige souvent) ou lorsque l’entreprise a une politique de congés plus stricte???
      L’enfant Roi peut facilement amener à l’adolescent Roi et le jeune adulte à la mentalité du moi, moi, moi en premier. Comment réagira cet enfant une fois qu’il sera un jeune adulte confronté à la réalité du marché du travail???

      Selon moi, ce n’est pas sain d’envoyer le message suivant aux enfants : Les règles de la société s’appliquent aux autres et en autant que vous vous convainquiez du bien fondé de voter contournement des règles votre conscience sera préservée à preuve :

      …Et je vous rassure, l’école est au courant, nous partons avec livres et crayons, histoire de ne pas prendre de retard…
      Je sais aussi que je ne suis pas seule. J’ai déjà interrogé plusieurs personnes sur la question, et les prix étant ce qu’ils sont aux Fêtes et à la relâche, de plus en plus de familles partent comme ça, à des dates variées du calendrier……
      dites-moi si vous, vous respectez scrupuleusement le calendrier scolaire. Et sinon, pourquoi pas?
      Par vos écrits, vous essayez de vous justifier à vous même (vous et votre conjoint) le fait d’amener votre progéniture en vacance durant l’année scolaire ce par deux arguments si facile :
      1-La progéniture continuera à étudier nous nous en chargeront soyez assuré.
      2-Les autres le font pourquoi pas nous. Ben oui, voici l’argument si facile pour se convaincre du bien fondé de notre démarche.
      3-Vous demandez par l’entremise de votre blogue que les autres approuvent votre démarche. (…dites-moi si vous, vous respectez scrupuleusement le calendrier scolaire. Et sinon, pourquoi pas?) Histoire de vous déculpabiliser encore une fois.

      Bonne vacances Mme Gallipeau

      Gilbert Duquette
      Cabano

    • Les voyages forment la jeunesse.
      Étant jeune, j’ai manqué une année complète. Le boulot de mon père m’a obligé à le suivre dans ses périples diplomatiques lors d’un conflit que je ne nommerai pas.

      Je suis revenu riche d’une expérience “humaine” hors du commun pour un enfant de 12 ans et l’année suivante, on m’a fait sauté une année parce que j’étais en avance sur tous les autres enfants.

      Comme quoi !

    • Il y a quelques années, un quotidien avait fait une série de reportages sur les “parents-rois”. On pouvait y lire, notamment, que les parents étaient de plus en plus nombreux à écrire des notes de retard à l’école de leur enfant, car “en ce beau mercredi matin, toute la famille avait envie de manger des crêpes”.
      Absurde ou triste réalité…?
      Mme Galipeau, avec cette image je tente de démontrer que le simple fait de poser la question dans votre blogue indique que vous avez un certain “malaise” d’avoir planifié ces vacances. Je crois sincèrement que le non-respect du calendrier scolaire pour des raisons mercantiles n’est pas valable.

    • Totalement pour! Mais comme on dit la modération a bien meilleurs goût :P

      Voici pourquoi:
      Je présume que les parents vont faire les devoirs et leçons pendant la période de vacances. Tout ce qui est appris à la maison pendant cette période est pas mal mieux compris que ce qui est appris pendant les heures de classes (nombre élevé d’élèves, sources de distractions, etc…).

      2: On part 1 mois (admettons) dans un autre pays (exemple l’afrique, l’inde). Les enfants vivent un concentré d’expériences et peuvent mettre en pratique leur fameux cours d’Éthique et Culture religieuse (petit sourire en coin), les maths (conversion en monnaie étrangère) le français (rigolate et correction des traductions boboches dans les hôtels) et l’anglais (where are the toilets?).

      Blague à part, aucun problème avec ça. Voir avec le/la prof s’il y a une ouverture, on achète les billets d’avions et on part. Ciao bye!

    • @vinny53 : Votre travail est super important et la plupart des profs que je connais mettent vraiment beaucoup d’énergie et s’investissent tellement dans leur travail.

      Ce qui est parfois embêtant, c’est de composer avec les vacances données par notre employeur/CPE/Camp d’été/Semaine de relâche/vacances de Noël/name it et les prix offert pendant les vacances dîtes “traditionnelles”. Parfois ça donne ce que ça donne.

      Je connais un enfant qui a dû faire un exposé sur son voyage aux autres élève. J’avais trouvé ça intéressant :) C’est pas grand chose mais c’est un petit plus.

    • Une des grandes problématiques dans les écoles aujourd’hui est celle des retards et des absences… Partir en vacances durant le calendrier scolaire envoie un très mauvais message aux enfants. C’est comme dire que les vacances sont plus importantes que l’éducation, que les jours de classes et les horaires à respecter sont des choses secondaires…. Bonnes vacances tout de même à vous et à vos enfants.

    • je suis contre l’idée. Ce ne sont pas des bonnes valeurs à transmettre à nos enfants. On doit leur apprendre l’importance de l’école plutôt que le non respect des règles établies. Ils devront apprendre tôt ou tard qu’on a des obligations dans la vie. La transmission des valeurs se passe tout d’abord et avant tout à la maison. Partir en vacances pendant le calendrier scolaire est un manque de jugement et de bon sens.

    • C’est du cas par cas selon moi, comme toujours. Évidemment, ce n’est pas au professeurs de faire plus de travail et évidemment également que l’enfant devra en subir les conséquence. Par contre, un prof doit surement savoir la matière qu’il couvrira pendant la semaine. Je ne parle pas de devoirs, juste de sujet (chapitre de livres, etc…)

      Au secondaire, j’avais une amie qui était toujours parties pour des compétitions d’envergure mondiales. Pourtant, elle avait également les meilleures notes à l’école. Son père était très présent pour la motiver avec l’école.

      Un grand-père qui est malade et qui veut emmener ses petits-enfants à Disney avant qu’il n’ai plus beaucoup de force devrait se faire regarder croche et subir les préjugés?? L’école est très important, et nous suivons de près l’évolution de nos enfants. Mais il ne faut pas charier non plus

    • Lorsque nos enfants étaient plus jeunes, disons jusqu’au secondaire nous prenions systématiquement une journée par mois durant la semaine que nous passions à faire des activités avec eux. Nous allions au musée, voir une autre ville, se promener et prendre le temps de se voir et de se parler durant 24 heures. Mon mari et moi prenions congé et nos enfants, évidemment n’allaient pas à l’école cette journée-là.
      Plus vieux il arrivait eu nous étirions la semaine de relâche, ou les vacances de Noël ou de Pâques de quelques jours.
      Est-ce que nos enfants ont décroché ? non, est-ce que cela les a marqué, non, notre fils maintenant papa fait la même chose avec ses enfants.
      Il est vrai que ce temps on pourrait le passer durant la fin de semaine mais je ne sais pas pourquoi ce n’est pas pareil, comme goûter le plaisir (défendu ?) ça rend la chose encore meilleure.
      Enfin, tout cela est bien personnel, chacun gère sa vie comme il le veut et de toute façon pour ce qui se passe dans les écoles … une semaine, 10 jours, bof, pas grand chose à perdre. Et non, je ne respecte pas les enseignants comme des personnes au dessus de tout le monde, certains font leur job correctement d’autres (la plupart) choisissent encore ce travail pour les avantages qui s’y rattachent, je sais que ça fait folklore mais essayez donc de donner 4 semaines de vacances à tous ces enseignants si motivés et dévoués, il y en a une bonne gang qui vont changer d’emploi.

    • J’ai envie d’aller présenter la dernière née de la famille à ses grands-parents en Gaspésie, je ne le fais pas parce que je ne veux pas que mon aîné manque 1 ou 2 jours de classe… alors mon opinion est claire je crois.

    • J’ai pris la responsabilité et l’initiative de donné une couple de congés de tempêtes à mes enfants malgré que l’école était ouverte jugeant que les conditions n’étaient pas assez bonnes pour mettre leur vie en péril pour une journée d’école. Et prolongé quelques congés calendrier pour congés familiales. Éviement ils devaient faire leurs travaux et études quand même et étaient bien averti qu’il sagissait d’activité récompense justement pour leurs bon efforts à maintenir. Il faut apprendre a se gratifier soi-même pour le travail accomplit et e dans le regard des autres etêtre moins dépendant du regard des autres. Les règles c’est bon pour maintenir l’ordre et assurer un bon fonctionnement mais il faut savoir aussi se satisfaire et combler nos besoin sans attendre après les autres. La reconnaissance de nos efforts et du dépassement de nos limites si on apprend pas à le faire soit même on laisse aux autres le pouvoir de déterminer notre valeur. Et la vrai valeur qu’on a est celle qui en fonction de nos aptitudes et de nos compétences dans l’accomplissement de NOS objectifs.

    • Je respecte le calendrier scolaire même si cela nous coûte beaucoup de $ en plus pour visiter la famille à l’extérieur du pays à la fin des classes. Si nous partions 2 semaines plus tôt en juin, nous sauverions 300$ par personne en vol d’avion.

      Il est important pour nous de se présenter à l’école ou au travail lorsque le calendrier nous le demande. C’est une question de fidélité au poste et de respect d’un engagement tacite.

    • Nous prenons nos vancances quand nous le pouvons et quand nous en avons les moyens. Souvent, après la cohue pour avoir la paix et de meilleurs prix. Les enfants sont capables, à mon avis, de faire la différence entre un voyage prévu avec le matériel scolaire dans les bagages que de manquer l’école sans raison valable. Je sais très bien que mes enfants savent faire cette différence. D’autant plus que voyager, c’est aussi apprendre.

    • Je trouve cette décision plutôt irresponsable. Désolé. Les enseignants ont déjà assez de “situations” spéciales à gérer, sans les parents qui décident de prendre congé quand bon leur semble.
      En espérant que les enfants soient jeunes, car sinon ceci leur donne un message que l’école n’est pas si importante que ça.
      Discutable.

    • Tout dépend. Après le primaire, je n’oserais jamais partir, ce serait injuste pour l’enfant qui aurait beaucoup à rattraper. Au primaire, si l’enfant va bien, p-ê. Les différences de prix sont un fort argument pour les familles n’ayant pas de gros moyens.
      Cette année, les classes terminent le 22 déc. Je trouve ça très tard. Je me questionne sur ces 3 jours… Je vais vérifier si ces jours sont importants ou si ce ne sera que la fête…

    • Je pense que je ne m’empecherai pas de voyager avec mes enfants (quand ils seront au primaire) en dehors des congés scolaires. Ce n’est pas que je trouve le primaire pas important, mais c’est souvent plus facile pour les enfants de reprendre une semaine que si ils sont au secondaire (et pour nous de les aider). Et je pense que le message que je vais envoyer a mes enfants ne sera pas que les vacances sont plus importantes que l’ecole, mais que la famille passe en premier! Je vous souhaite une tres beau voyage sur la plage!! :)

    • À tout les gens qui stipulent qu’il faut respecter le calendrier scolaire, car c’est tellement important, avez-vous oublié l’école de la vie ? Celle qui permet de nous identifier, de découvrir, de s’ouvrir à d’autres cultures, et de SE découvrir ? Peut être que oui, c’est frustrant pour les enseignants, mais si l’enfant suit bien, qu’il est bien préparé et qu’il consacre du temps à ses études, même en voyage, son voyage ne lui nuira pas, au contraire, il lui sera très utile ! N’oublions pas l’école de la vie ;)

    • Il y a de cela 7 ans, en secondaire 4, je suis moi-même parti en vacances avec mes parents à Cuba. Cette semaine fait parti de mes plus beaux souvenirs de famille jusqu’à ce jour. A ma demande, mes professeurs m’ont donné les travaux à faire durant cette semaine afin de ne pas prendre du retard (chimie, physique, maths forte pour ma part). Personnellement, je ne comprend la colère des profs dans leurs commentaires sur cette page. Vous ne me ferez pas à croire que votre planification pour la semaine suivante n’est pas disponible la journée du départ d’un enfant. On demande les devoir justement pour ne pas vous retarder à notre retour!

      Je remercie encore mes parents pour cette semaine inoubliable. Profitez pleinement de cette semaine pour passer du temps de qualité avec vos enfants, ils s’en souviendront pour le reste de leur vie!

    • Ouf, à lire les commentaires de la plupart des enseignants, je n’aurais pas aimé être votre élève. Que de rigidité! Avec un petit fond de jalousie, en plus. “Les règles, les règles, les règles! La vie c’est comme ça, y a des règles!”

      Non mais, quel délire inutile.

      Qui a dit que ces enfants rateront un examen? Qui a dit qu’ils auront besoin d’aide particulière à leur retour? Qui a dit que leur enseignant devra forcément s’adapter et faire des efforts supplémentaires?

      Revenez-en, de votre calendrier scolaire. Des obligations, vos élèves en auront bien assez tôt.

    • Je connais 3 jeunes a qui on a fait sauter la 4 iéme, la 7iéme et la 11ième année sans support particulier en les laissant au régulier… et ils ont très bien réussi. Alors une semaine ne devrait pas mettre en péril une année d’étude.
      C’est drôle ces réactions et vous ne trouvez normal que les enseignants aient le droit de grève? J’en ai perdu des jours de classes a cause des gréves, et il a fallu continuer les années après malgré qu’on ait pas couvert tous les programmes. Et ça pour tout les étudiants incluant ceux qui ont des difficultés. 2 poids 2 mesures. Si c’est bon pour pitou c’est bon pour minou aussi.

    • D’abord, je comprends l’opinion démontrée par la plupart des enseignantes ci-dessus; l’année scolaire offre deux mois consécutifs de vacances, ce qui est supplémenté par les fins de semaines et les vacances des fêtes tels que Noël et Pâques. Les parents ont du temps copieux pour apporter leurs enfants autour du monde sans déranger le système établi. En outre, les professeurs se trouvent face à assez de problèmes sans devoir garder une trace sur leurs enfants qui quittent leur salle de classe et anticipe de l’aide à rester maître de leurs études.

      Cela dit, la vie ne fonctionne pas toujours parfaitement comme nous aimerons ; la plupart des parents ne peuvent pas prendre leurs vacances pendant les temps commodes à cause de cette même commodité que les autres employés désirent. Comme tel, s’ils veulent voyager avec leurs enfants, il est parfois nécessaire de les enlever de l’école; cependant, ils doivent être préparer pour les conséquences : le professeur n’est pas responsable pour le travail de l’enfant et les parents doivent ainsi mettre les pieds dans le plat. Personnellement, j’ai manqué environ quatre semaines d’école à cause des vacances au cours de mes quinze années d’études; j’étais toujours capable suivre mes travaux et je suis très gracieux de ce que j’ai appris en voyage. J’encourage donc les voyages pendant l’année scolaire, à moins qu’elles ne soient pas fréquentes et que l’enfant continue à apprendre.

    • Je comprends que certaines personnes trouvent ceci irresponsable. Par contre, je crois qu’il est nécessaire de faire du cas par cas puisque chaque élève est différent. Lorsque j’étais à l’élémentaire, ma mère et moi sommes retournées en Allemagne afin de rendre visite à notre famille. Ce n’était pas un cas urgent, par contre nous sommes parties quand même. D’habitude ma mère ne me permettait jamais de sécher l’école. Néanmoins, en tant que bonne élève j’ai eu la permission de partir de ma mère et de mes professeurs. Les devoirs ont tous été faits et ont tous été rendus à temps. Cependant, je ne suis pas du tout d’accord avec les parents qui font ceci à reprises. Beaucoup se passe pendant les cours à l’école. Le plus que les élèves manquent des heures de cours, le rattrapage devient difficile.

    • Dans le même sens que gentefeminine, je pense effectivement qu’il serait irresponsable pour des parents sachant que leur enfant a des problèmes à l’école de leur faire perdre une semaine de cours pour aller en vacances. Mais quand on sait que notre enfant réussit bien, qu’il n’a pas de problème particulier et qu’il pourra reprendre à son retour (sans nécessairement avoir besoin de rattrapage), je ne pense pas que ce soit stupide et irréfléchi. Je ne pense pas qu’en manquant une semaine d’école, les enfants seront complètement “largués” et perdus. Mais j’ajouterai le bémol qu’il ne faudrait pas que ces vacances hors-calendrier scolaire deviennent une habitude, car effectivement cela pourrait envoyer un message ambigüe à l’enfant.

    • @tipoporapido et q.terreux

      Il y a une grande différence entre partir en vacances et partir en voyage.

      On part en voyage pour découvrir autre chose, s’ouvrir sur le monde et c’est très didactique ça.

      On part en vacances pour se reposer, point. Ce sont contre les vacances pendant le calendrier scolaire que je suis contre.

    • Message reçu nemo!

    • L’an dernier, dans une école secondaire du coin, les profs se sont tous organisés pour donner des examens les dernières journées avant Noël. C’était pour contrer le phénomène de l’absentéisme des dernières journées de classe.

      Des parents se sont objectés avec comme argument que c’était des journées perdues de toute façon. Les profs ont répliqué, avec justesse selon moi, que c’était respectueux pour les enfants qui se présentent à l’école. Ils, les enfants, ne vont pas à l’école pour rien.

    • @simon_c
      Ca me rappelle mon (plus) jeune temps ou justement, je trouvais ça plate de niaiser à l’école, le dernier jour avant Noël.

    • Je n’aurais pas vraiment pensé faire manquer l’école aux enfants pendant l’année scolaire. Mais l’an dernier, une fête de famille très importante était organisée début spectembre en Gaspésie. J’ai donc fait manquer 4 jours d’école aux enfants. Mes enfants sont encore au primaire, les premiers jours d’école ils n’avaient pas de devoir. Ils n’ont donc pas eu de rattrapage à faire.

      Avoir à le refaire, ma décision dépendrait des circonstances. Tout d’abord, est-ce que cela dérange les profs concernés? Si oui, tant pis pour le voyage, je chercherais à m’arranger autrement. Je crois que l’important est de faire preuve de discernement et de ne pas prendre pour un dû que les enseignants soient accommodants.

    • Certaines gens ont pu voir mon commentaire comme étant rigide et ne démontrant pas de flexibilité, mais il faut aussi voir ce que les parents imposent à l’enseignant. Si la planification pour la semaine est prête, je n’ai aucun problème à donner les trucs pour que l’élève travaille par lui-même. J’en ai beaucoup plus contre les parents qui croient que je dois faire en sorte de faire rattraper le retard de leur enfant parce qu’ils voulaient aller s’amuser dans le sud. S’il y avait un examen à faire dans la semaine, l’élève le reprendra durant son heure de dîner à son premier jour de retour. Je ne crois pas que je dois faire de faveur à cet enfant.

      Je ne suis tout de même pas insensible aux difficultés des élèves. Si les parents d’un enfant qui a de la misère l’amènent avec eux en voyage, je vais tout de même faire un effort pour aider l’enfant à son retour puisque ses parents n’ont clairement pas assez de jugement pour comprendre que manquer une semaine d’école pourrait lui nuire. Mais autrement, je ne vois pas pourquoi je devrais apporter plus d’attention en classe à l’élève qui a manqué une semaine au détriment de tous les autres qui étaient présents quand je donnais mes explications.

    • bonjour à tous, je recherche des informations sur une dérogation pour mon enfant de 9 ans, je vais travailler en Floride de janvier à juin.
      comment obtenir les leçons et devoirs poucette periode ou le programme?
      est ce possible que l enfant revient passer les examens?

      peut etre je peux l inscrire à une ecole anglophone de la floride si je trouve que la matière est identique?

      si vous avez des suggestions, merci
      ecrivez moi sur sam_3ds@hotmail.com

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « nov    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité