La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 22 novembre 2010 | Mise en ligne à 14h17 | Commenter Commentaires (45)

    Photos de classe photoshoppées

    Photo tirée du film The Moth Diaries, CNW.

    Photo tirée du film The Moth Diaries, CNW.

    Soyons francs: les photos de classe ne sont pas toujours les plus flatteuses. C’est un euphémisme. Il suffit de jeter un coup d’oeil sur nos vieux albums scolaires (les avez-vous gardé? ) pour en être convaincus: cet air bête, c’était moi? Heu … oui. Le flash du photographe ne pardonne résolument pas.

    Cela étant dit, est-ce que ce ne sont pas ces photos ratées qui témoignent parfois le mieux de qui nous étions, au fond? Mille fois mieux que nos meilleurs portraits? Oui, je faisais souvent tout le temps, la gueule au secondaire. Oui, la voisine a eu un solide problème d’acné. La pauvre. Et que dire de l’appareil dentaire du voisin, pas terrible, hein? Fort heureusement, tout ça, c’est du passé.

    En fait, tout cela est probablement encore davantage du passé qu’il n’y paraît, nous apprend le New York Times. Il semble en effet  que la pratique du Photoshop soit de plus en plus répandue au sein de la profession … des photographes scolaires!

    Incroyable, mais vrai: des parents, moyennant une petite somme, font effacer une mèche rebelle ici, une cicatrice là. Une dent jaune, ou carrément des broches. On peut même réinsérer digitalement un enfant absent, dans la photo de classe. Et tenez-vous bien, une mère a carrément fait effacer une tache de naissance sur le visage de son enfant. Une tache de naissance!

    Apparemment, ces retouches sont de plus populaires et désormais, entre 5 et 10% de toutes les photos scolaires sont modifiées. Au secondaire, cela grimpe à 50%!

    Je ne sais pas si cette pratique existe ici.  Je n’en ai jamais entendu parler. Mais reste qu’elle soulève une foule de questions d’acceptation, mais aussi d’estime de soi. Qu’en pensez-vous? Feriez-vous retoucher la photo de votre enfant?


    • Jamais.

      Sauf si il ressemble à Stephen Harper!

      Ok je —>[]

    • Cette pratique est assez courante ici chez les photographes professionnels qui font des photos de famille. Et, c’est à la demande du client (lisez des parents).

      Quand un parent est prêt à débourser plusieurs centaines de dollars pour avoir l’illusion d’avoir la famille parfaite sur son mur de salon, imaginez ce que peut être la demande pour une photo scolaire…

      Pathétique… mon Dieu qu’on s’aime pas….

    • Touchez pas à ça. J’avais des cheveux dans le temps (;-)

      Mon épouse ferait rajouter des cornes de démons à certains par-contre !!

    • Oui oui ici on pouvait demander de faire des retouches mineures… Je voyais pas trop le mal ? C’est sur que je suis trop cheap pour payer pour ça lol Mais qu’ils l’offrent bah… De toute façon de nos jours n’importe quel ti-clin un tantinet soit peu autodidacte est capable d’utiliser photoshop et de modifier les photos avant de les publier ou les imprimer. Alors qu’on modifie les photos de classe… C’est une suite logique de l’avancement de la technologie !

    • Juste comme ça, c’était offert cette année dans le menu SPEQ photo de l’école de quartier cette année, entre les dominos et les tasses personnalisées. Feuille de bébelles qui prend le bord du recyclage chez-nous, mais je dois avouer que j’en étais assez abasourdie moi aussi à l’idée de retoucher une photo si représentative de l’enfance!

    • Hi hi hi! Quel sujet original!

      Étant photographe amateure à mes heures, j’ai évidemment pris un tas de photo de mon enfant, née il y a 2 ans. Et oui, grâce aux éditeurs comme Photoshop, je les ai modifiées pour corriger quelques imperfections comme une trace de bave ou un morceau de nourriture sur le visage qu’on distingue en gros plan. Je modifiait parfois les contrastes pour donner un plus bel effet. Mais bon, ça s’arrête là.

      Par contre, je n’ai rien contre la pratique qu’on constate aux États-Unis pour les photos scolaires: soyons francs, tout le monde aime bien paraître sur une photo officielle! Et avec la multiplication des prises de photos en toutes circonstances durant une fête ou une activité (avec les cellulaires, mini-appareil photo numérique, webcam) il existera toujours des portraits de nous qui nous rapelleront notre véritable physique non-retouché ;-)

    • @gl00001

      Ne paniquez pas, il est maintenant possible de s’en faire ajouter sur une photo, mon ex beau-frère la fait pour sa photo de famille… Vous serez la cible de moqueries mais au moins votre honneur sera sauf… ;-)

    • j’ai longtemps travaillé dans le domaine de la photographie. Nous faisions du photoshop, mais c’était plus pour des photos de funérailles.

      Je ne voudrais jamais que l’on retouche les photos de mes enfants. Je m’amuse sur mes photos, mais je garde toujours l’originale. C’est juste pour m’amuser et voir ce que j’aurais l’air avec un ventre plat ou une peau lisse.

      Je dois avoir un côté extrement traditionnelle parce que les photos de classe pour moi, c’est tel quel et rien d’autre.

    • pour la photo de 5ième secondaire, ça va peut-être la peine…. faire dur éternellement dans son album de finissant, c’est pas très amusant.

      Je n’ai rien contre un peu de photoshop (ex.:enlever un gros bouton sur le nez ou corriger des ombres dans les lunettes). par contre, il faut être attentif pour ne pas tomber dans l’extreme et ne plus se ressembler ou avoir l’air aussi vivant qu’un mannequin dans une vitrine

    • MA photo de finissante a été retouchée… en 1992! (Pour de beaux souvenirs SANS acnée. Je n’avais rien demandé, mais j’étais ravie.)

    • Ça existe en Ontario. Et la réponse à la dernière question : Non! Il faut s’accepter tel qu’on est.

    • Mon fils fréquente la commission scolaire de Laval (sec I) et j’ai eu effectivement la grande surprise cette année de me voir proposer sur le formulaire de commande la possibilité de faire des retouches pour enlever d’éventuelles traces d’acné, broches ou autres disgrâces! Il y avait même 3 niveaux de retouches proposés, selon l’ampleur de ce qu’il y avait à modifier! J’ai dit un beau “Ben voyons donc!” et ça c’est arrêté là. Je peux comprendre à la rigueur pour une photo de finissant, mais je trouve que ce n’est pas un bon message à envoyer à nos jeunes dès 12 ans. Qu’est ce que je fais si ma fille dans quelques années se trouve grosse sur sa photo, je lui dit “pas de problème ma belle, on va photoshoper ça!” !!!

    • Belle image que l’on renvoie à ces pauvres enfants: t’es trop laid tel quel, on va faire effacer ça!

    • aussi, j’y repense, j’aurais aimé avoir un peu de photoshop en secondaire 2 et 3. j’avais la peau très grasse à l’adolescence. ma peau est huileuse dans mes photos de ces années-là. je ne suis pas ultra complexée ou pathétique ou désespérée, mais un petit coup de pouce digital aurait été apprécié durant l’adolescence.

    • @nemo
      Mon honneur ne serait pas sauf, car ce serait un mensonge.
      “La réalité est un standard avec lequel il vaut mieux être compatible” à dit un sage.

    • Et si ça dérange personne d’autre…

      Où est le problème??

    • J’abonde dans le sens de La mère blogue: ne touchons pas aux photos, point. Il s’agit d’une représentation d’un morceau de présent qui peut avoir été joyeux, dégoûtant, salissant, peu reluisant mais il s’agit de la RÉALITÉ! Dans notre monde propre, synthétique, aseptisé, retouché pour être parfait, peut-on avoir un peu d’authenticité SVP! En fait, à l’ère de l’instantanéité, il est fou de voir le temps qu’il se perd à «arranger» la réalité pour la mettre à notre goût et non pour ce qu’elle est réellement…

    • Il est impossible de me photoshopper assez pour que je paraisse décente sur mes photos du secondaire (broches, lunettes et boutons = effacer la face au complet ?).

      D’ailleurs, je ne sais même plus où sont ces photos, tellement elles sont importantes.

    • la difference entre eux et nous
      nous, 15 ans plus tard on ce regarde et ont rie ….pis maudit qu’ont est rendu beau
      eux,dans 15 ans vont ce trouver laid car ils etaient beau…

      et nous que de bons souvenir quand ont regarde notre album de finissant et que 15 ans plus tard on voit les pitounes du temps rendu bof !!! et les bof rendu belles (meme choses pour les garcons)
      et que de souvenir de voir tous ces beau boutons ds mon visage en secondaire 2

    • Je connais une mère qui a fait effacer son fils de la photo de groupe et depuis, on ne l’a plus jamais revu…

    • Vous dites: «Et tenez-vous bien, une mère a carrément fait effacer une tache de naissance sur le visage de son enfant. Une tache de naissance!»
      +++++++++++++++

      Ben oui. C’est en attendant d’avoir les moyens de payer pour l’enlever définitivement par chirurgie esthétique. Ainsi, on fait correspondre le passé au futur après ravalement de façade.

      Et perso, j’aurais bien fait disparaître les boutons d’acné et replacer cette satanée mèche rebelle que j’arrivais mal à contrôler surtout que le /$%?& de photographe se pointait toujours quand j’avais oublié mon peigne.

      Heureusement, en ces temps et lieux reculés, les photos étaient en noir et blanc. C’était moins pire que la couleur qui nous fait une face de pizza all-dessed quand on fait de l’acné grand format.

    • Les traitements photoshop de base sont rendus très simples et peu coûteux, pourquoi s’en passer? Éliminer les yeux rouges et les reflets dans les lunettes, gommer un peu les imperfections du visage, ajuster les couleurs lorsqu’on a un teint hivernal ou des poches sous les yeux, escamoter discrètement la mèche rebelle, etc. Ce sont des étudiants et non des “supermodels”, donc ils ont parfois l’air un peu poché, surtout en période d’examen et à la fin de l’hiver… pourquoi pas, donc, quelques petites retouches pour qu’ils soient à leur meilleur (sans toutefois dénaturer leur look).

    • Cette tendance, qui est dans l’air depuis un moment, devient aussi de plus en plus risquée.

      http://ysengrimus.wordpress.com/2008/05/11/les-retouches-photographiques-sont-en-train-de-devenir-un-enjeu-sur-lequel-on-nous-juge/

      Le temps de la retouche tous azimuts est proche de sa fin. Il va falloir devenir plus insidieux, plus discret, plus subtil.
      Paul Laurendeau

    • À l’école de mes filles, les photos peuvent être retouchées moyennant un surplus. Par principe ou souci d’économie, je n’adhère pas à l’ère du refait photoshop. De toutes façon mes filles sont adorables juste comme ça…mais que l’option existe, ça ne me dérange pas du tout…pour d’autres qui y touvent leur compte.

    • @hdufort
      Au primaire, les photos sont prises à l’automne pour pouvoir les donner aux matantes à Noël. Ma nièce en sec. 5 a déja pris sa photo avec la toge et le mortier.

      Les photographes que je connais font les tournois de hockey et de ringuette à l’hiver. Donc les écoles, ça se fait à l’automne. Au printemps, il est trop tard pour leur donner avant la fin de l’année.

    • Non, quand même, je préfère la réalité à la perfection. Et les beaux trous dans la dentition au début du primaire, on les fait disparaître par de fausses dents? Jamais! J’adore voir ses photos, année après année, qui me montre que mes enfants grandissent et et se transforment. Ben oui l’adolescence est cruelle, mais c’est égal pour tout le monde. Alors non, pas de photoshop pour mes petits pas parfaits, merci!

    • Cette pratique élimine à mon avis l’objet de la photographie : un souvenir. Si on ajoute les gens qui n’étaient pas là sur une photo de groupe, alors la situation que l’on cherchait à graver pour la postérité devient pratiquement fictive (genre : c’est ainsi que ça aurait dû se passer, mais Untel n’y était pas pour cause de maladie, etc.). À quoi bon vouloir immortaliser la première année d’école de notre enfant si on fait gommer son sourire édenté (si mignon, d’ailleurs!)? Je ne sais pas à quoi certains pensent, mais, moi, je refuserais qu’on m’ajoute dans une photo si je n’y étais pas quand elle a été prise. J’étais ailleurs, et je n’ai pas le don d’ubiquité. Par ailleurs, mon acné (hélas), ma tignasse indomptée, mon sourire gêné, c’était moi à l’adolescence. La femme épanouie que je suis maintenant témoigne d’une évolution. J’ai fait du chemin, et j’en suis fière. Pourquoi toujours viser la perfection, l’idéal? Je sens que le culte de l’apparence amène des tendances que l’on regrettera.

    • C’est arrivé il y a deux ans à la garderie!!! Je n’en revenais pas. Primo, je ne reconnaissais plus ma fille tant ils avaient gommé le contour du visage et du nez. Secundo, j’étais vraiment insultée qu’on n’ait pas trouvé ma fille assez belle pour laisser la photo telle quelle! Comme si on avait besoin de retouches à 2 ans et demie… Ceci dit, c’était l’initiative du photographe, non de la garderie…

    • Je ne voudrais aucunement ressemblé, à J.J. Charest, je veux pas qu’on me lance des enveloppes brunes.

    • Il faut bien amincir la graisse de bébé des jeunes filles, les préparer pour le futur !
      ahahah le ridicule ne tue pas.

    • Bien certainement qu’on peu faire la même chose ici.
      Personnellement il faudrait vraiment une catastrophe sur la photo pour que je la fasse retoucher…

    • Si ma mère ou mon père avait demandé que je sois retouchée sur mes photos – lire et comprendre: me rendre plus jolie ou moins laide qu’en vrai – j’aurais eu le coeur en miettes.

      Je parle pas d’effacer un reflet de flash dans les lunettes ou des “yeux rouges”.

      Je ne vois vraiment pas l’idée de faire ça. Y’a un parent ici qui peut expliquer en quoi ça peut être bon pour son enfant?

    • Je dis OUI sans aucun doutes!

      à l’époque où j’étais adolescente ça n’existait pas encore, mais ça fait partie des nouvelles technologies qui auraient pu changer ma vie dans ce temps là, tout comme les fers plats en céramique, les Ipod, mp3 et caméras photos numériques!

    • @zazzie, 23 novembre 2010,08h59. Vous dites: «Si ma mère ou mon père avait demandé que je sois retouchée sur mes photos – lire et comprendre: me rendre plus jolie ou moins laide qu’en vrai – j’aurais eu le coeur en miettes.»
      +++

      Et je suis bien d’accord avec vous. Je ne crois pas que ce soit le rôle du parent de se mêler de «l’image» de ses jeunes sur une photo de groupe. Par contre, si je me base sur mon expérience dont j’ai fait état (22 novembre 2010,16h12), les ados, et celui que je fus, fonctionnent dans l’immédiat. Ils n’ont pas envie d’avoir «l’air fou» sur la photo et ils prendraient bien quelques retouches.

      Par contre, le passage du temps édulcore passablement ce que nous ressentions comme un outrage. Quand je ressors ces vieilles photos en noir et blanc, je n’ai aucune gêne à les montrer à quiconque et nous rions ensemble des bizarreries que nous y trouvons, fussent-elles personnelles ou relatives à d’autres confrères de classe. Bien entendu, si les mêmes remarques vaient été proférées trois jours après l’impression des photos en question, le moindre sourire en coin aurait justifié rien de moins qu’une mise en demeure d’aller «régler ça dehors si t’es un homme».

      Finalement, il vaut bien mieux écouter Éva nous parler des rêves que de se photoshopper.

      http://www.musikiwi.com/paroles/eva-s-vont,mourir-reves,34211.html

    • Wow je suis impressionné du nombre de blogueurs qui le feraient ou qui n’en sont pas offusqués.

      Mais bon chacun ses choix. On ne peut pas militer pour la liberté de choix et ensuite critiquer le choix qui a été fait.

      N’empêche, il n’y a pas si longtemps, pas mal de blogueurs s’insurgeaient contre les retouches des magazines et l’illusion de la perfection. Donc c’est correct pour votre fille mais pas pour les top modèles? C’est ok d’inculquer comme valeur à votre enfant que l’apparence c’est très important. Tellement important qu’il faut retoucher la photo d’école? Et vous êtes le même parent qui lui dit qu’il ne faut pas se fier aux photos de magazines parce qu’elles ont été retouchées?

      Il y a comme une contradiction ici non?

    • @gl000001,
      À l’université, nos photos de finissants étaient prises au début du printemps, et je peux vous garantir que presque tout le monde aurait eu besoin d’un virtuose de Photoshop pour nous enlever notre air de cadavre.

    • Bonjour,

      personnellement non.

      Mon enfant était belle, et elle est toujours belle inutile de la «photoshpée». À mes yeux elle est parfaite et aux yeux des autres, je m’ens fous.

      Moi pas ben belle, non pas vraiment, ou vraiment pas, peu importe. Au mieux, une fois coiffée, maquillée et habillée je me considère «jolie» ou pas pire dirais-je, mais vous devriez me voir le matin en me levant !!! Mais c’est moi.

      Et si je suis incapable de me regarder en pleine face et de me dire, ben c’est ça qui est moi, qu’est-ce que je vais devenir ?

      Vais-je devoir me cacher toute ma vie? Vais devoir me rendre invisible parce que je ne réponds pas aux critères de beauté actuels? Vais-je devoir renoncer à ma recherche du bonheur ?

      Eh ben non.

      Je regrette mais non.

      Je suis qui je suis, et je n’ai qu’une vie à vivre et personne ne m’empêchera de la vivre telle quel ! Tant pis pour le look, je suis en bonne santé, en forme et ma fille aussi et c’est ce qui compte. Peut-être n’avons nous pas des critères de satisfaction très élevés mais nous nous en passons fort bien !!

      Et quand on regarde les photos (les siennes et les miennes) d’antan on rit et s’amuse. Et c’est ça le but des photos de jeunesse, de nous rapeler des bons souvenirs des copains et de nous-mêmes, pas de s’admirer !

    • legorf
      23 novembre 2010
      10h47

      Tellement d’accord avec vous…

    • complètement ridicule…

    • @hdufort
      L’université est un cas spécial bien sur. Ca marche par session.

      C’est drôle. Moi, je faisais beaucoup du ski de fond et j’étais pas mal bronzé du visage au printemps. J’avais perdu 10 livres à la fin de la session à cause des nuits blanches par-contre.

    • Un bon photographe va trouver le moyen d’adoucir l’éclairage pour gommer les défauts. Photoshop ? Pour changer les paramètres de luminosité, contraste, balance des blancs comme en chambre noire, oui. Pour effacer des broches ? Alors là non. Pour les raisons exposées par legorf à 10h47 et gofrankiego à 11h13.

    • Je viens de recevoir les épreuves des photos de finissantes de ma fille. 8$ pour une légère retouche. Pour ma part, je crois que c’est un attrape-nigaud qui montre bien dans quelle folie de perfectionnisme nous sommes rendu. J’ai comparée l’épreuve en question à toutes mes photos de finissantes et à celle de mon conjoint, question de mettre en perspective. C’est la plus jolie du lot et de loin. Si on veut rigoler dans le futur, faut conserver le souvenir de ses défauts aujourd’hui. Sinon, où sera le plaisir ?

    • Ce n’est pas très surprenant à moi d’entendre que maintenant les élèves ont le choix d’utiliser Photoshop pour des photographes scolaires. C’est vraiment triste parce que (comme les autres déjà disaient) les photographes scolaires les plus gênantes sont les meilleures à regarder après quelques années. Cependant, je comprends pourquoi le choix existe. D’abord, nous vivons dans un monde où la beauté est importante, surtout pour des adolescents (à cause de l’influence des médias). Alors, le fait qu’on peut effacer l’acné ou une cicatrice est attirant ; donc, on profitera de cette technologie. De plus, des compagnies de photographes scolaires tirent profit de ce nouveau choix.
      Je demande à ma petite sœur si le choix existe à son lycée. Elle dit « oui bien sûr ! » Et apparemment c’est même plus sophistiqué : on peut changer la couleur des yeux ou l’apparence de la peau (par exemple, plus bronzée, moins luisante). Il semble être la même procédure que les vedettes de cinéma utilisent ! Bref, à mon avis, l’idée des photos des classes photoshopées est un petit peu superficiel, mais en même temps, elle est lucrative.

    • Je trouve que faire retoucher une photo d’un jeune de 15 ans, c’est assez ridicule. À mon avis, les jeunes se concentrent trop sur ce qui leur déplait. Cela fait déjà quelques années que je ne suis plus au secondaire et de temps en temps j’aime bien passer à travers mes annuaires scolaires et rigoler. Je suis encore jeune et je ne peux qu’imaginer à quel point je vais rire dans 10, 20, 30 ans. Lorsqu’on est adolescent, on croit que la vie est tellement difficile. Par contre, après l’école on se rend compte qu’honnêtement le secondaire c’était la vie en rose. Une mèche rebelle, des broches ou un bouton ici et là, cela faisait partie de la vie adolescente. On n’y peut rien! Le photoshoppe peut tout effacer cependant c’est comme utiliser du liquide correcteur, superficiellement on ne voit plus les « défauts » mais ils sont quand même écrits sur le papier!

    • J’ai fait photoshopper l’immense bouton qui se trouvait sur le menton de mon fils. Pourquoi pas? Si le photographe était venu une semaine plus tard ou plus tôt, ledit bouton n’aurait pas été là!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2013
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité