La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 29 septembre 2010 | Mise en ligne à 9h55 | Commenter Commentaires (79)

    Les enfants et le bruit, la suite

    Décidément, on ne s’en sort pas. Les histoires entourant les enfants et le bruit ne manquent pas ces jours-ci. Voilà que la mère blogueuse du New YorkTimes nous rapporte une autre histoire du genre, avec une twist toute particulière. Comme quoi la situation est souvent beaucoup plus complexe qu’elle n’en a l’air.

    Voilà l’histoire. Un resto aux États-Unis a carrément affiché sur sa porte: «les enfants qui hurlent ne seront pas tolérés». On s’en doute, la pancarte fait bien jaser. N’est-ce pas discriminatoire? Comment les enfants pourront-ils apprendre à bien se tenir au resto, si on leur interdit d’y aller? D’un autre côté, ont-ils réellement leur place dans tous les restos? Et les adultes qui parlent fort, eux, on les tolère? Le débat fait rage.

    Or voilà que l’affaire se complique: la mère d’un enfant tout particulier a directement confronté la proprio du resto en question. Selon elle, la pancarte la vise elle particulièrement, elle et son enfant .. autiste. Et du coup, la pancarte est doublement discriminatoire, dit-elle, en ce sens qu’elle discrimine tout particulièrement les enfants autistes! En effet, ceux-ci, comme son fils, ne peuvent tout simplement pas contrôler leurs cris, dit-elle.

    Deux sujets délicats (tabous?) sont ici en cause: quelle place accorde-t-on aux enfants en général dans notre société? Et quelle place pour les enfants différents, en particulier?


    • Un commercant n’a t’il pas le droit de choisir avec qui il veut faire affaire, pour le meilleur et pour le pire?

      Que les parents boycottent cette place s’il le veulent. Moi, au contraire, manger en paix, je trouve ca intéressant.

      Et s’il ne fait pas assez d’argent et doit fermer, c’est p-e que son modèle d’affaires n’était pas bon après tout…

    • D’accord avec le proprio. Un enfant qui hurle, j’aurais le goût de l’étrangler.
      Si vous avez un enfant qui a une tendance à piquer des crises:

      1. Laissez-le chez la grand-mère ou la gardienne le temps d’un souper au restaurant.
      2. Apprenez-lui à ne plus crier.

      C’est vrai que c’est dommage pour les enfants autistes, mais ce n’est pas une raison pour embêter tout le monde au restaurant à mon avis.

      PS: Un enfant de 1-2 ans en a rien è foutre d’aller au restaurant

      PPS: Il y a des endroits qui ne sont pas faits pour les jeunes enfants. Pensons à des restos autres que les chaînes telles St-Hubert, Scores, etc. Même chose pour le cinéma, et les party chez des amis.

    • Ce que je lis es «les enfants qui hurlent ne seront pas tolérés» et non « les enfants ne sont pas tolérés ». La différence est énorme, même pas subtil. N’en tient qu’aux parents de se servir de leur bon jugement.

    • Voilà à quoi servent les chartes des droits et libertés: protéger les minorités contre la tyrannie de la majorité. C’est pas de moi, c’est de la Cour suprême du Canada.

      Interdire un lieu public à une personne en raison de son âge (enfant), son sexe (femme qui allaite), ou de son handicap (autisme) est prohibé par les chartes. Personnellement, je ferais exprès d’y aller à cet os… de resto. Tu te fais foutre dehors et tu poursuis pour violation de tes droits et libertés.

      LEs gros caves qui gueullent au cellulaire, ils y vont au resto eux!

    • Je suis plutôt d’accord avec rightman.
      Certains restaurants ne sont pas appropriés pour les enfants, de par leur ambiance feutrée et/ou romantique… J’adore aller au resto avec ma petite famille, mais certains types de resto, je me le réserve pour des sorties en amoureux. Et dans tous les cas, si mon enfant fait une crise, je sors illico ou je vais dans les toilettes. C’est une question de respect.

    • J’adore le jugement nombrilisme de ceux qui n’ont pas d’enfant… très divertissant a lire et pitoyable en même temps. Bon débat!

    • il y en aura pas de facile :op

      Mon fils à 19 mois. Nous sortons avec lui au resto pour deux raisons. Un parce qu’on aime aller au resto et deux parce qu’il faut qu’il apprenne comment agir dans un resto. Nous y allons pour les déjeuners. C’est un moment plus familial et fiston n’est pas fatigué donc moins impatient. Il sait déjà qu’il faut être tranquille. Nous apportons des crayons et des livres pour l’occuper quand sa patience commence à flancher. Est-ce qu’il agit toujours parfaitement… non évidemment. S’il devient difficile, je sors du resto avec lui ou on va au toilette et on se parle un peu de comment agir en public.

      Je suis la fille d’un restaurateur, j’ai grandit dans cet environnement. J’ai souvent souper à une table toute seule avec mon frère pendant que notre père faisait la cuisine et ma mère le service. On devait être tranquille, voir invisible. Si on montait le ton ou qu’on niaisait trop on se retrouvait dans le backstore avec un notre assiette sur une boîte. Les enfants peuvent apprendre à se tenir. Bien sûr ils peuvent s’échapper à l’occasion, mais ils sont capables.

      Pour ce qui est des enfants différents, ils sont aussi capables s’ils connaissent l’environnement, les bruits, les odeurs. Ils risquent plus facilement de déranger, mais c’est par l’habitude qu’ils deviennent plus confiant et moins en risque de crise.

      Personnellement, j’aurais pas de problème avec un type d’enfant ou un autre dans un resto, une crise reste une crise et la tolérance reste de la tolérance. Je n’y vois pas vraiment de différence.

    • je seconde cjulie.

    • MrJinx:

      On peut dire la même chose de ceux qui ont des enfants… que je trouve souvent nombrilistes ici.

      D’ou le débat d’aujourd’hui :)

    • @kainfury

      Et pourquoi un enfant de 1-2 ans n’a rien à faire au resto ?
      Comme ça les familles devraient se contenter des chaînes ?
      Que de préjugés.

    • Quand j’étais jeune et que mes parents sortaient, ils appelaient une gardienne. Aujourd’hui, les parents trimballent leur bébé braillard dans le restaurant. Manque de respect total. Juste pour sauver quelques dollars.

    • Il devrait mettre une affiche, interdit au Noir et Asiatique aussi!! quand a y être! Si les restos ont “vraiment” le droit de choisir leur clientèle.

    • gasston,

      eeeeee a ce que je sache trimballer ma fille a resto est plus dispendieux qu’avoir une gardienne pour 2h. alors ton argument de sauver quelques dollars est complètement dans le champs.

    • @cjulie

      Je prenais un exemple facile.
      Mais vous comprenez tout de même qu’un resto avec une ambiance plus calme ou plus feutrée
      n’est pas exactement adapté pour un si jeune enfant.

      Il y a des restos familiaux plus adaptés…
      Et ne venez pas me dire qu’un enfant de 1-2 ans s’amuse au resto.

    • Cette femme peut faire ce que n’importe quel client peut faire: aller donner son argent à un autre restaurant, c,est la meilleure chose qu’elle peut faire pour contrer les politiques de cet établissmeent qu’elle juge diffamatoires.

      Pour ma part, je trouve que le restaurant est dans son droit d’avertir les parents dont les enfants font trop de bruit. Si un parent manque de discernement dans où il amène ses enfants pour manger, le restaurant doit faire quelque chose.

      Plein de restos offrent des menus pour enfant, des crayons à colorier, des tables à dessin, des jouets, etc… que les parents qui ne veulent pas se faire reprocher que leurs enfants font trop de bruits aillent dans ces endroits.

      Que l’enfant soit autiste ou non n,a rien à voir. C’Est le bruit qui compte ici…. la cliente invoque simplement l’autisme pour plaider sa cause et espérer avoir une meilleure compensation financière si elle gagne en cour.

    • Un restaurateur peut mettre à la porte les clients adultes qui dérangent. Mais pour les enfants, il doit d’abord s’en remettre aux parents… La pancarte aurait été beaucoup plus juste si elle avait indiquée que les clients qui dérangent ne seront pas tolérés, incluant les enfants. Insister uniquement sur les enfants, je suis d’accord que c’est plutôt louche. Cela dit, personne n’a l’obligation d’aller dans ce restaurant. Que les parents donnent leur argent ailleurs, c’est tout.

    • @frankdieloudelou

      faux, plein de commerces sont interdits aux enfants ou à d’autres clientèles pour plein de raisons:

      bars aux mineurs, cigar lounge aux mineurs, clubs de golf aux non membres, etc…

      lieux de travail aux non employés… etc. il faut distinguer entre lieu public et lieu privé

    • Sans nécessairement dire que les familles ont juste les St-Hubert pour aller au resto, y’a des places pour les enfants, d’autres pas…Je n’amènerais pas mes enfants au Toqué, parce que ce n’est pas la place. Y’a plein de bons petits endroits agréables et confortables pour y amener la marmaille, sans penser que nous allons déranger. Et j’ai de la difficulté à comprendre aussi comment certains parents veulent absolument traîner leurs enfants partout où ils vont….J’ai trois petits bonhommes, tous en bas de 10 ans et parfois, de sortir en tant qu’adulte, ça fait du bien! Il y a la tolérance, oui, mais il y a le bon sens aussi.

    • Enfant, j’eus hurlé au restaurant je peux vous dire que mes parents m’auraient corrigé immédiatement et sévèrement. Ayant eu le privilège d’enseigner pendant quelques années et d’avoir quelques amis qui oeuvrent encore dans ce domaine, je dois malheureusement constater qu’il existe un relâchement généralisé de la discipline. Et qu’on arrête de nous brandir la maudite charte des droits à chaque fois qu’on tente d’imposer un minimum d’ordre à quelque part. La liberté de l’un s’arrête où commence celle de l’autre. Un peu de respect de part et d’autre, que diable !
      Pierre Denis

    • @ thegipper

      Ce que je dis est des plus vrai, mais je ne ferai pas ici un cours de droit constitutionnel 101. Pour votre exemple de bar ou de cigar lounge, disons simplement que c’est l’accès à l’alcool et au tabac qui rend possible l’interdiction aux mineurs. Rien ne permet de restreindre l’accès à un resto.

    • thegipper,

      Vous faite erreur, les bar, cigar lounge sont tout simplement interdit car le permis d’alcool et de “cigar” est provincial et exige que ceci soit 18ans et plus ces une loie rien avoir avec les restorants.

      Pour ce qui est du golf, ces tout simplement car vous devez payer un abonnement que vous êtes interdit. Ceci encore a rien a voir avec un restorant.

      Si le restorant demanderais de payer pour un abonnement, ils auraient alors le droit de restreindre les gens qui y vont.

    • Bien sûr que sortir entre adultes ça fait du bien! Mais sortir en famille est le fun aussi et important pour tout le monde, sinon comment voulez-vous que les enfants apprennent à bien se tenir?
      Ceci dit, je suis d’accord que certains endroits plutôt calmes ne sont pas faits pour les enfants. Un resto qui est déjà bruyant d’avance cependant, je ne vois pas le problème. Là où je vois un problème, c’est toutes les personnes qui semblent croire que les enfants sont une nuisance publique, que les parents qui les traînent au resto sont égoistes et gratteux, etc. Franchement! Ils font partie de la vie! Et personnellement, la crise d’un bébé à la table d’à côté au restaurant ne me dérange pas le moins du monde, ce n’est pas le mien, je n’ai pas à m’en occuper!!

      Et kainfury, pourquoi ne devrait-on pas amener de jeunes enfants au cinéma et dans une soirée chez des amis, dites moi donc?

    • Disons qu’entre St-Hubert et Toqué!, y’a comme une grande marge de restos où les parents peuvent amener leurs enfants sans avoir trop peur de déranger. Je pense que la discussion tourne un peu en rond, il est selon moi évident que je n’amènerai pas mes enfants dans le resto ultra chic à 80$ le couvert, pas parce que je me dis que le monde qui est là n’aime pas les enfants, mais simplement parce que je sais que moi et mes enfants ne passeront pas du bon temps si je dois constamment leur dire “chuttt” ou “ne fait pas ça” ou “attention”. Ceci dit, mes enfants se tiennent généralement bien au resto car ils savent que c’est un luxe. Et ils savent que s’ils font la crisette ou qu’ils crient ou n’écoutent pas, ben on s’en va et c’est bye-bye le resto pour un méchant bout.

      Mais personnellement, devant un resto qui met une affiche “les enfants qui hurlent ne seront pas tolérés”, je serais portée à aller ailleurs… Oui c’est discriminatoire et en plus, je sais pas pour vous, mais un enfant qui “hurle” dans un resto, j’ai jamais vu ça… Moi, si mon enfant hurlait dans un resto, c’est ÉVIDENT que je partirais.

    • Euh…

      À quand un resto chinois qui interdit l’accès aux personnes allergique au cashew?

      Le resto qui souhaite pas voir d’enfant n’a qu’à pas avoir de menu pour enfants.

      Lorsqu’on a affaire à des gens sans jugement, faut faire preuve d’astuce.
      Des plats à $40.00 dans un resto feutré est une astuce dissuasive pour la famille moyenne avec enfant de 3 ans sans grand appétit.

    • Pour les restos familliaux, me semble que l’ensemble de la clientèle doit se montrer aussi tolérante que les familles devraient se montrer courtoise.

    • Pourquoi est-ce qu’un enfant autiste devrait être accepté partout? Pourquoi? Pourquoi est-il nécessaire de leur ouvrir toutes les portes? Et si c’était dans une salle de spectacle, comme ça m’est déjà arrivé? On paie parfois très cher pour aller voir un spectacle et dans la rangée derrière soi, on a un enfant hurlant qui ne devrait simplement PAS être là! Autiste OU pas.

      Si un enfant autiste ne peut pas se contrôler et qu’ainsi faisant, il gâche la soirée aux gens venus manger au restaurant ou regarder un spectacle, alors le problème, c’est ENCORE le parent. Point.

    • frankidou, quel citoyen vous faites.

    • @quuneideecommeca :
      «Nous sortons avec lui au resto pour deux raisons. Un parce qu’on aime aller au resto et deux parce qu’il faut qu’il apprenne comment agir dans un resto»

      Votre enfant de 19 mois va avoir besoin de savoir conduire une voiture un jour, allez-vous commencer dès maintenant à l’entraîner ? Je pense qu’il est pas mal plus judicieux d’amener les enfants au resto quand ils sont en âge de comprendre ces paroles : «tu te la fermes immédiatement ou tu vas te souvenir de cette sortie au resto ta vie entière»

      Et puis désolée pour ceux qui se drapent de la Charte des droits et libertés, mais non, un enfant qui ne peut contrôler ses cris n’a pas sa place dans tous les restos…

    • Je pouvais et j’ai toujours pu emmener mes enfants n’importe où ou presque. Parce qu’ils savaient se tenir, et parce que s’ils s’échappaient, je n’avais aucune crainte de ne pas avoir la capacité d’imposer ma discipline de fer. Je ne tolère pas les petits emmerdeurs qui se croient le centre de l’univers, et encore moins quand ce sont les miens. Alors j’entrerais la tête haute dans ce restaurant, sans problème, avec mes enfants même à 2 ou 3 ans.

      Comme je comprends les gens qui ne veulent plus voir d’enfants! Il y en a tellement de mal élevés.

    • Nous on a une règle de base quant aux restaurants.

      S’il n’y a pas de menu pour enfants on n’y va pas avec notre garçon de presque 2 ans.

      that’s it!

    • Dernièrement, mon mari et moi sommes allés célébrer notre 5e anniversaire de mariage dans un beau petit resto. Comme j’allaitais notre petit dernier (3 mois), nous l’avons ammené avec nous et avons fait garder le plus vieux (3 ans). Quelle soirée bébé nous a fait passer. Il a pleuré de l’entrée au dessert. J’étais morte de honte de gâcher ainsi la soirée des gens assis dans le resto. Pour le calmer, mon mari allait dehors avec tandis que je mangeais et ensuite nous alternions afin qu’il puisse manger. Quelle soirée !

      Lorsque nous avons quitté le resto, je me suis excusée plusieurs fois aux autres clients. Une dame est venue me voir et m’a dit en me mettant une main sur l’épaule, qu’elle avait déjà eu des enfants elle aussi et qu’elle comprenait… C’est excactement ce que m’a répété mon mari tout le long du souper !

      Tout ça pour dire que d’habitude, nous fréquentons des restos plus familiaux (genre St-Hubert) où je ne suis pas mal à l’aise si mon bébé pleure pendant le repas et que mon grand veuille se dégourdir les jambes après son repas. Mais pour cette occasion spéciale, nous voulions souligner cela en allant dans un resto plus chic, question de sortir de la maison et de manger autre chose que des frites et une animalerie (ceux qui fréquentent St-Hubert vont comprendre).

      Avant d’avoir des enfants, j’étais hyper intolérante et je jugeait les parents dont les enfants faisaient des crises au resro ou dans les magasins. Maintenant que je suis de l’autre côté de la clôture, je vois les choses différemment, bien sûr. Mais je devient quand même stressée rapidement lorsque mes garçons ne se comportent pas bien en public ; je ne veux pas importuner les autres

    • J’ai jamais été dans un resto ou les enfants criait comme des défoncer! C’est drole mais les gens réagiste souvent uniquement parce qu’il y a eu 1 SEUL CAS dans leur entourage. Et ceci arrive souvent, a ma job a chaque fois que je parle a un employé, il me dit toujours, ” aaaaa ca prend beaucoup de temps faire ceci, faire cela blablabla , il en a beaucoup a faire blablabla” quand je fait un sondage interne pour savoir a quelle fréquence cette tâche doit êtes faite, ces drole mais la réalité change, soudainement il n’ont qua la faire 1 fois par mois.

      C’est pas pareil avec les gens qui se plein de enfants. Souvent ils ont eu UNE seul mauvais expérience et soudainement TOUT les enfants sont des montres, TOUT les parents n’éduque pas leur enfant correctement!!

      Nous notre fille de 2ans va au resto avec nous et jamais eu de problème et j’ai jamais eu de problème avec d’autre famille.

      Aussi comme plusieurs personne le mentione je crois pas qu’un parent va aporter leur enfant dans un resto a 80$ le couvert. NORMALEMENT surment a 99% du temps les enfants vont dans des resto dit “familiale” qui dit famille dit possible enfant. Je crois que c’est St-Hubert qui on une journée enfant et un clown vien les amuser. Si un adulte chiale au resto ces jour la je m’excuse mais ces lui le cave!! C’est afiché JOURNÉE ENFANTS!!! ces claire qu’il va avoir plus de bruit que la normale.

    • Bonjour,

      encore le même sujet !! C’est ben correct pour moi !

      J’ai tellement de troubles avec les enfants de mes voisins (entre 7 et 13 ans) que j’ai même mis mon propriétaire en demeure pas plus tard que le 22 septembre !! Et croyez-moi je suis vraiment désolée de faire ça à mon propriétaire qui ne m’a JAMAIS dérangée.

      Mais je ne peux rien faire d’autre, mon aocat me dit que c’est la marche à suivre, la police dit qu’elle ne peut rien et les voisins sont tous motus et bouche cousus ben content que ces charmants enfants ne soient plus cheux eux mais chez-moi, sur MA terasse, qu’ils garochent ler ballon sur MON auto, et sur MES fenêtres, qu’ils hurlent dans MES fenêtres de 16 à 20 heures presque chaque jour que Dieu fait (s’il ne pleut pas averse pour être juste), on entend pas la télé assis juste devant !

      Ah, je vous entends dire :«Mais elle a du les écoeurer pas à peu près pour qu’ils fassent ça .»

      Eh, peut-être que c’est ça… je leur ai demandé de ne pas jouer au baseball sur mon parking et autour de mon auto!

      Quant au resto ! Les enfants qui reçoivent à la maison une éducation sur comment se tenir à table vont au restaurant et se tiennent bien à table, ils ne crient pas, ne hurlent pas, ils ferment leur bouche pour mastiquer, demandent pour se lever de table, se servent de leur serviette et de leurs ustensiles de manièreconvenable, ils attendent pour parler qu’on les y invitent comem dan une famille normale. Comment obtenir cela ? Commencer par les faire s’assoir à la table pas devant la télé pour manger à la maison ensuite c’est pas sorcier, RÉPÉTER gentiment les instructions ; ferme ta bouche quand tu mastiques, tiens ta fourchette de la main droite, non tu te lèveras de table quand nous aurons terminé, oui parle nous de ta journée à l’école on t’écoute…

      Conbien de parent le font ? Mon avis ? 20%.

      Y a-t-il quelqu’un qui s’est déjà arrêter pour regarder les enfants manger ? le coeurt manque des fois.

      Alors les enfants au restaurant non, déjà que les adultes on de la misère à s’exprimer sans hurler. Samedi dernier 18h au Bâton Rouge boul. Laurier à sainte-Foy, nous avons manger le plat principal et on s’est sauver juste après on en pouvait plus. on a pris le café et le digestif chez moi.

      Pour les enfants autistes je pense qu’on ne parle plus de la même chose.

    • @ minotte

      Je pourrais comprendre votre point de vue, mais comparer le tout avec conduire une voiture ne démontre rien et n’a aucun rapport avec l’instruction du respect dans les lieux public que je lui fais. Je ne parle pas non plus de Tous les restos. Je précise que c’est au déjeuner dans des resto familial. Comme disait l,autre je l’amène pas au Toqué.

      Je pourrais vous dire, qu’en une bonne dizaine de sortie au resto nous n’avons jamais eu de vraie crise et que les impatiences ou les montées de ton on été corrigé rapidement. Si jamais il faisait une grosse crise je partirais sur le champs. Comme je le disais je connais bien ce milieu et j’ai appris à respecter les clients avant tout. Un enfant c’est un être sortable dans plusieurs situations même tout jeune. Plutôt ils comprennent qu’ils ne sont pas seul, plutôt ils réagissent bien en société.

      Et juste pour rendre la chose encore pire…. nous allons souvent à la bibliothèque où l’on demande à tous de respecter le silence… mon fils agit très bien même là !!!! et je ne crois sincèrement pas qu’il est une exception.

    • Encore une fois le restaurant ne vise pas les bonnes personnes. Ce n’est pas les enfants qu’il faut interdire mais bien les parents trop innocents qui les laissent hurler?? J’ai une fille de 6 ans et jamais nous nous sommes empechés d’aller au restos et ce peu importe le genre de restos et de clientèle. Bien sur, nous avons eu droit à des gros yeux en entrant à certains endroit mais ils ont tôt fait de constater que nous sommes présent et que ma fille sait se tenir en public. Elle nous a fait une crise une fois dans un resto chic dont j’oubli le nom et ca n’a pas prit 2 minutes que la crise à été réglée avec fermeté, autorité et calme. Comme on dit, y’a des coups de pieds au c** qui se perdent avec les parents d’aujourd’hui.

    • @minotte
      “Votre enfant de 19 mois va avoir besoin de savoir conduire une voiture un jour, allez-vous commencer dès maintenant à l’entraîner ?”

      Pouvez-vous faire la liste des activités qui selon vous sont acceptables de faire avec des jeunes enfants ? J’imagine qu’en plus des restos, on doit aussi exclure les musées, le cinoche, les transports en commun, le vélo, les sports en général… Cossé ça donne amener un enfant en vélo ? Y sait même pas pédaler ?

    • Quand les enfants sont petits, on les amène aux resto rapides et aux resto familiaux. Quand ils savent comment agir dans un lieu public, on les amène dans un resto où on peut prendre un peu plus de temps et ainsi de suite.

      Si Les enfants sont tannants dans un resto familial, on évite de les amener dans un plus grand resto point final. Par respect pour les autres clients qui eux veulent avoir une soirée tranquille en tête-à-tête ou entre amis.Quand on sort en amoureux, la dernière chose qu’on a envi d’entendre est un béb qui pleure! Certains enfants sont prêts à 1 an d’autres à 10 ans.

      J’ai traîné mes enfants dans de très très grands resto dès l’âge de 2 ans. Que voulez-vous, ma belle-mère adore les grands resto 5 étoiles et il faut aller manger au resto pour sa fête, toute toute la famille… Croyez-moi on ne profite pas de la bonne bouffe car il faut s’occuper des enfants. Les enfants ne profitent pas non plus de la bonne bouffe parce qu’à un jeune âge, on ne reconnait pas la bonne bouffe. Du spaghetti, c’est du spaghetti même s’il est cuisiné au Michalangelo! (pour eux) Je ne vois pas quel est le trip de toujours traîner ses enfants partout…

    • Bagel etc…sur St-Laurent avait une affiche “Interdit aux poussettes” il y a quelques années. Le local était minuscule et tout en longueur, on comprend donc le but de l’affiche. Si je me souviens bien, ils ont dût l’enlever parce que plusieurs lisaient, interdit aux enfants…
      Je suis d’accord avec isacyb, un peu de subtilité ne ferait pas de tord dans la rédaction de l’avis.
      Quant à moi, quand les enfants étaient plus jeunes, déjeuner au restaurant, maintenant on peux aller n’importe ou, ils connaissent le principe. Nous avons déjà reçu des félicitations d’une cliente dans un restaurant. Nous étions arrivé avec trois enfants et la dame nous dit que quand elle nous a vu nous installer, elle a tout de suite pensé, Oh non, ça va être l’enfer, mais finalement qu’elle a été impressionnée de ne pas les entendre. Wow! nos enfants l’ont retenu celle-là, ils étaient fiers d’eux et la serveuse, qui a entendu la dame, leur a donné une double portion de dessert!!

    • Dernièrement je suis allé déjeûner dans un resto et il y avait une cliente tellement bruyante qu’elle dérangeait tout le monde. ELLE voulait être vue et entendue.

      Une autre fois, à une autre table, c’était un homme qui hurlait dans son cellulaire.

      Sans compter cette dame qui a fait une scène car elle ne voulait pas attendre en ligne pour une place au resto; elle n’avait pas à attendre elle car elle est une personne plus importante que les morons qui ont le temps d’attendre en ligne.

      Il n’y a pas que les enfants qui peuvent être bruyant et désagréable. Je tolère un enfant bruyant, car souvent il est jeune et a à apprendre à vivre en société. Un adulte bruyant, c’est intolérable car il devrait déjà avoir appris à vivre en société.

    • Si les enfants savent déjà bien se tenir et qu’ils ne piquent pas une crise au resto et n’embêtent pas les autres clients, ok. Mais ils doivent déjà savoir bien se tenir. Le problème, c’est que les parents ne montrent pas aux enfants à se tenir à table à la maison. Ils préfèrent faire l’entraînement au resto avec le chaos qui en découle. Voilà ce que les autres clients, souvent des parents qui ont eu la décence de faire garder leur marmaille, leur reprochent. Les enfants n’ont pas leur place partout. C’est parce que les parents ne veulent rien changer à leur mode de vie d’avant les enfants qu’ils les imposent partout, dans n’importe quelle situation et à n’importe quelle heure (hint hint aux parents qui apportent leur bébé au cinéma à 22 h…).
      J’ai suivi l’histoire du resto en question, et son chiffre d’affaire a triplé depuis l’entrée en vigueur du règlement. Moi, aussi, j’irais dépenser mon argent dans un établissement qui interdit les enfants hurleurs.

    • @isacyb, vous avez de bons arguments. Quelle bonne idée d’ajouter cette subtilité, ça aurait empêché beaucoup de quiproquo et d’indignation.

      En effet, si on estime que le restaurant auquel on veut aller nous discrimine, on s’en va, et on ne revient pas, je crois… Quant au nombrilisme de ceux qui n’ont pas d’enfant, je dois vous dire que je suis pas mal saturée de me faire cracher cela au visage. C’est comme si c’était une tare de ne pas avoir de progéniture, et une abomination de ne pas apprécier les désavantages de la petite enfance. Je crois qu’en toute lucidité, PERSONNE n’aime les crises, le ”ouignage”, le lançage d’objets ou de nourriture, etc. Parent ou pas. Et il est vrai que parfois c’est pas mal plus le comportement des parents qui est aberrant (Laisser l’enfant courir partout au risque de se faire accrocher par les serveurs ou renverser de la nourriture dessus, ne pas avertir l’enfant qui mange et sape la bouche grande ouverte et s’essuie les doigts sur leurs culottes, etc) Personnellement, mes parents m’ont appris à ne pas faire de bruit au restaurant, et mon frère aussi (et il a une particularité). Ils nous amenaient dans des places où l’ambiance permettait d’être tolérant et de nous éduquer dans un milieu non répressif, ouvert aux essais-erreurs. (restos familiaux, séances de lecture parent-enfant, séances de ciné maman-enfant, puis plus tard dans des événements réguliers mais pas trop officiels, etc.) Je ne vois pas le point d’insister sur le fait d’amener des enfants dans des ambiances feutrées, ou des lieux ou la tranquilité ou le silence sont de rigueur, avant que ceux-ci aient atteint l’âge de comprendre qu’il faut être tranquille. Cela devient une guerre de nerfs avec le parent, et c’est là que les remarques désagréables commencent, etc. Je ne pense pas que c’est de l’intolérance de demander à ce que les lieux prévus pour le calme demeurent comme tels. Apprendre à se tenir en société, nos enfants auront tout le temps de le faire au cours de leur vie… oui, il faut leur apprendre le civisme, mais ce n’est pas obligatoire de faire cela en allant dans des lieux ou le bruit n’est pas apprécié avant l’âge de deux ans! Si on tient ABSOLUMENT à les amener dans des endroits ”de grands” (musée, exposition, etc) plusieurs endroits ont des super périodes planifiées ou l’on peut amener nos enfants sans craintes, et en toute liberté, tout en les préparant aux impératifs des prochaines sorties en contexte général. Pour ce qui est des transports en commun, eh bien tout le monde s’attend à ce que ce soit bruyant, mais je ferais remarquer que c’est davantage des bandes d’adolescentes criardes et hilares qui dérangent que des bébés. J’ai été élevée comme ça, et ça a toujours très bien fonctionné. Beaucoup de gens que je connais font ça aussi. À mes yeux, c’est la bonne façon, et il faut aussi respecter l’enfant (peut-être qu’il n’est pas prêt. À ce moment là ça ne donne rien de le faire hurler. Une chose à la fois.) je connais des petits de deux ans trèes capables de le faire, et des grands de huit ans qui sont de vraies pestes. Pour avoir travaillé dans un magasin de jouets, j’en ai vu de toutes les couleurs, et je crois que c’est vraiment inhérent à chaque enfant et l’éducation qu’il reçoit.

      Mais pour en revenir au resto… eh bien, qu’il indique que le bruit, les cris ou la malséance ne seront pas tolérés, tel que mentionné par isacyb.

    • @mamandedeuxgarcons, la moindre des choses aurait été d’offrir l’appéro aux gens incommodés dans le resto. Il y en a sûrement dont vous avez gâché la soirée et qui ont payé cher leur repas. Ils ne méritaient pas d’en profiter, eux?

    • Comme plusieurs d’entre vous, je crois que le message vise principalement certains parents qui n’exercent aucun contrôle sur leurs enfants. Peu importe leur âge, mon mari et moi avons régulièrement amené nos enfants au resto. Quand ils étaient bébés, l’un de nous sortait à l’extérieur s’il leur arrivait d’être dérangeants. Lorsqu’ils ont été en âge de comprendre, nous leur avons expliqué qu’une sortie au restaurant était une activité de plaisir et de détente, pour eux comme pour toutes les autres personnes et qu’ils devaient donc être calmes. Un jour, mon fils de trois ans a enfreint la règle malgré 2 avertissements de notre part. Comme la voiture était stationnée devant la fenêtre du resto, je suis allée l’installer dans son siège d’auto le temps que nous finissions de manger. On pouvait ainsi le voir et surtout, lui pouvait nous voir manger. Je vous jure que le problème ne s’est jamais reproduit et nous avons toujours pu passer des moments très agréables, même dans les plus grands restaurants.
      Jadis comme maintenant, je ne me suis jamais empêchée d’intervenir auprès d’enfants ou de parents qui considèrent les restaurants comme des salles de jeux. Toujours très poliment et avec mon plus beau sourire, je leur dis essentiellement ce que je disais à mes enfants à l’époque. La plupart du temps, ça fonctionne, même que certains parents me remercient. Oh il y en a bien quelques uns qui ont été froissés, mais aucun n’a eu le front de m’engueuler car mon action a souvent un effet d’entrainement auprès des autres voisins de table.

    • @ traducta

      effectivement, cela aurait été une bonne idée. Certains l’auraient sûrement apprécié, même si personne dans le resto nous a fait sentir leur mécontentement. Ce geste m’aurait aussi peut être fait me sentir plus à l’aise.
      Mais, de toute façon, on ne m’y reprendra plus !

    • Les bonnes manières à table à la maison et au resto, c’est deux choses. À la maison oui on peut apprendre à se tenir droit, à manger comme il faut, mais un repas à la maison dure rarement aussi longtemps qu’un repas au restaurant, c’est ça qui est difficile pour les jeunes enfants, l’attente avant et après le repas. Et ça, oui, il faut y aller au resto pour se “pratiquer”, et pour voir si nos enfants sont prêts ou pas… pas dans n’importe quel resto toutefois, ça je vous l’accorde entièrement!

      Et traducta, pour ce qui est d’offrir l’apéro, j’espère que vous blaguez.

    • djodrylapointe je pense bien que la promotion de l’éducation au civisme, ne passe pas par un comportement antisocial.

      Il me semble un peu hypocrite de prétendre faire l’éducation au civisme en imposant les hurlements d’enfants hors contrôle dans des endroits ou il est inaproprié des les emmener.

      Mais de ma vie je n’ai jamais été témoin de ce genre d’excès au restaurant.

    • @ mamandedeuxgarcons > Un mot à dire : Tire-lait.
      @ traducta > Tout à fait daccord.

    • Tant qu’à vouloir manger des repas qu’on a pas préparé…vive la livraison! C’est pas les choix qui manquent en ville (pour ceux qui y habitent) et pique-nique dans le salon avec les enfants. Tout le monde est content! Et tu déranges personne à faire du bruit.

    • @ vivianep

      “Pourquoi est-ce qu’un enfant autiste devrait être accepté partout? Pourquoi? Pourquoi est-il nécessaire de leur ouvrir toutes les portes? Et si c’était dans une salle de spectacle, comme ça m’est déjà arrivé? On paie parfois très cher pour aller voir un spectacle et dans la rangée derrière soi, on a un enfant hurlant qui ne devrait simplement PAS être là! Autiste OU pas.”.

      Et pourquoi pas interdire aux gens qui sentent la sueur, ceux qui “piaquent”, ceux qui sucent des bonbons bruyamment, qui se râclent la gorge en tout temps, qui cognent sur le derrière de votre siège à toute les fos qu’ils se croisent les jambent… et j’en passe…

      Désolée, mais il a longtemps, j’ai décidé d’ouvrir “la porte” à mon fils autiste et lui faire découvrir le théâtre, la musique, les restos… le garder enfermé dans un garde-robe pour ne pas qu’il dérange personne allait à l’encontre de mes valeurs de mère. Et savez-vous quoi? Mon fils sent bon, se tient bien, ne piaque pas en mangeant, ne se râcle pas la gorge en tout temps, ne suce pas des bonbons bruyamment, et surtout, tolère tous ces tics agaçant que des personnes “normales” lui font subir (étant autiste, il est très sensible aux sons). Il a la civilité de nous tolérer sans dire un mot. C’est pas mal plus que vous ne le faites. Et il n’a que 8 ans. Quel âge avez-vous?

    • On y reviens toujours sur ce blogue, le problème de certains parents à éduquer leurs enfants. La peur de sévir, la peur du jugement des autres, la peur que nos enfants nous aiment moins parce que nous les punissons. Beaucoup trop de parents oublient que punir c’est aussi éduquer. Je vais faire une Vivianep de moi même et dire que j’ai toujours pu amener ma fille partout avec moi, pourquoi, parce que je l’ai éduquée, j’ai été très sévère avec elle en lui inculquant des bases solides de respect et de savoir vivre. Faut dire que j’ai pris le temps, ben oui ça prend du temps et de l’énergie et faut pas lacher une minute et ne rien laisser passer les premières années le temps que toutes ces bases soient solidement implantées dans l’esprit de l’enfant.

    • Avec les jumeaux, maintenant âgés de 14 mois, on choisi des restaurants familiaux et on y va assez tôt. De toute façon on sort rarement avec deux bébés. Vraiment trop de troubles.

      Quand les petits se font garder, ma superbe épouse et moi-même allons dans un resto plus chic et on y va plus tard.

      Devinez quoi ? On n’a pas de problèmes et on n’en cause pas.

      Simple la vie, hein ?

    • Traducta, je suis d’accord avec votre message à “mamandedeuxgarçons”. En effet, en lisant son histoire, je n’ai pas été envahie d’empathie pour elle et son mari, mais pour tous les gens autour. C’est quoi l’idée d’aller dans un restau chic en couple avec un nourrisson au sein! et franchement, la moindre des choses aurait été de carrément quitter après l’entrée!

      Mon Dieu que les gens se croient tout permis sous prétexte qu’ils sont des Parents! Je le mets avec une majuscule parce que parfois, ça donne l’impression que c’est devenu un titre de noblesse et qu’il faut faire une génuflexion devant eux…

    • Normal qu’un restaurateur ne veuille pas accepter les enfants qui crient: il est tout à fait légitime de vouloir conserver sa clientèle et de rester sain d’esprit. Je suis moi-même maman, et si je vais dans un resto – mettons autre que St-Hub – entre amis ou en couple, je n’ai pas non plus envie d’endurer des enfants qui crient.

      Quant à notre fille de 2 ans, nous l’avons amenés dans beaucoup de restos, dès sa naissance, au Québec comme en Europe, sans problème. Il y a juste une courte période (24-28 mois) où on a cesser de l’amener car elle devenait plus agitée et difficile à contrôler. Mais après ça s’est arrangé et elle reste tranquille.

      Mais endurer un enfant qui hurle dans un resto, même familial, c’est non.

    • Ils ne sont pas légion les parents qui amènent leurs enfants dans un resto très chic, alors je ne vois pas pourquoi on s’énerverait le pompon pour un ou deux cas occasionnels…

      Pour les autres restos (ex. resto de quartier), pourquoi pas ? Si on enseigne aux enfants à bien se tenir et qu’on prend le soin d’apporter des livres et jouets, en général, tout va bien. Je serais curieuse de lire un commentaire de Marie-Claude Lortie à ce sujet. Elle amène parfois ses enfants dans des restaurants, et pas des St-Hubert, non, des restos cools avec des menus pour adultes. Je crois qu’il faut commencer l’éducation sociale (et alimentaire!) à un jeune âge. Comment apprendre à un enfant à bien se comporter en société sans l’exposer justement, à des situations sociales diverses ?

      Si les enfants ne savent pas se tenir en société (dit-on), n’est-ce justement pas parce qu’on les écarte de la sphère publique, en se limitant à des activités et lieux strictement pour les familles, les privant ainsi d’une éducation sociale ?

    • @tangomamma Merci pour votre témoignage, que je trouve plus que rafraichissant, surtout  qu’il est entouré de commentaires qui dénotent des esprits plutôt obtus.

    • @tangomamma

      Je suis entièrement d’accord avec vous. Ne vous laissez jamais brimer par l’intolérance de ceux qui n’ont jamais eu d’enfants, ou encore pire, par ceux qui en ont eu des “normaux” sans jamais mesurer leur chance.

    • Ma conjointe et moi aimons la paix et nous avions toujours tenu pour acquis que les autres préféraient ne pas être dérangés.
      Nous n’avons donc jamais imposé la présence de notre bambin dans des endroits où nous estimions que ce n’était pas la place d’un bébé. Si nous ne pouvions trouver de gardienne, ce qui était rare, nous préférions rester à la maison plutôt que de risquer d’enquiquiner d’autres clients d’un établissement.
      Nous avons amené fiston avec nous quand il a été capable d’apprécier. Cela a valu aussi pour les longs voyages. Heureusement, nous n’avons pas eu affaire à un enfant difficile. Le plaisir a donc été présent plus souvent qu’autrement.

      Quant aux malpolis qui parlent pour la galerie, qui utilisent leur cellulaire, qui interpellent les copains d’un bord à l’autre de la salle, au lieu de leur chercher noise, nous préférons quitter la place. Et tant pis pour le resto ou autre commerce où nous ne remettrons plus les pieds.

    • Je pense que larousse_estdouce résume bien tout ce débat : “…pas envie d’endurer…”. On est tous le malendurant et l’intolérant de quelqu’un.

      Tant qu’à contenter tout un chacun dans sa petite bulle, pourquoi pas des trottoirs réservés aux marcheurs rapides, d’autres aux marcheurs moyens et des heures dédiées aux marcheurs lents? Pourquoi pas des heures de lieux d’aisance réservées aux p’tits pipis nerveux et d’autres réservées aux plus grosses besognes? Pourquoi ne pas interdire les groupes de plus de trois au resto? Hmmm?? Parce que tout le monde sait qu’à partir de quatre à table, le fun pogne c’est pas long!!

      Et quant à ce resto où on abhorre les enfants hurlants, je veux bien faire mon bout d’éducation, mais l’aubergiste pourrait faire le sien en servant plus rapidement la tablée parentale. On le fait bien au CLSC pour les prélèvements sanguins.

      Pour ceux qui ne comprennent pas que le resto est un endroit où il y a une mixité de tempéraments, éducations et personnalités, voici votre solution idéale : le traiteur à la maison.

    • …Mais endurer un enfant qui hurle dans un resto, même familial, c’est non…

      Moi je dirais plutôt : Mais endurer une personne qui hurle dans un resto, même familial, c’est non…

      Toutefois, sans être un grand amateur de resto, combien ici ont déjà eu a subir ou endurer ou entendu un enfant, un ado ou un adulte hurler dans un resto????

      Car il est bien question ici de ne pas tolérer des gens (enfants à adultes) qui HURLENT dnsa un resto. Moi pour ma part jamais je n’ai entendu de personens HURLER dans un resto.

    • ma fille a actuellement 6 ans et me suis partout depuis tres longtemps. Les restos, les musees, les cinemas, etc. Elle est toujours tres tranquille et vous savez quoi… ellle aime aller au resto, elle adore les musees depuis qu’elle a 3-4 ans (je ne parle pas de musee des enfants mais de “vrais” musees). Et elle aime aussi le cine et pas pour le popcorn. Oui il faut eduquer les enfants leur apprendre a bien se tenir mais aussi a savoir apprecier ces choses que l’on fait. Quand on aime tout est mieux. Elle a appris a voyager sur de longues distances autant auto, qu”autobus, train ou avion et non…. je ne l’occupais pas en apportant sa chambre de jouets… on discute, on regarde le paysage, on s’occupe, on commente ce qu’on a fait, visite, etc.. Et je peux ajouter que je ne tolere pas les enfants qui hurlent ou qui se tiennent mal, je ne tolere pas les bebes dans les lieux publics surtout s’ils pleurent, etc.

    • @flavie26, je ne blague pas. Même mamandedeuxgarcons trouve ma suggestion raisonnable. La moindre des choses quand on incommode autant de gens autour pour la durée d’un repas et que cela aurait pu être évité, est de faire amende honorable.

    • Je n’ai pas d’enfants, ce qui fait que je ne connais, ni ne comprend pas grand-chose à la vie, mais je vais quand même y aller d’un commentaire:

      Il me semble que c’est assez clair que les enfants n’ont pas leur place dans tous les restaurants. C’est le gros bon sens. Ce n’est pas un manque d’empathie ou de la discrimination.

      Je ne sais pas qui a dit ça, mais il/elle a raison:

      Entre Toqué et St-Hubert, la marge est pas mal grande, il me semble…

    • elise123

      30 septembre 2010
      08h32

      Je n’ai pas d’enfants, ce qui fait que je ne connais, ni ne comprend pas grand-chose à la vie

      C’est pas vrai que vous ne connaissez ou ne comprennez pas grand-chose à la vie. Vous avez juste des expériences différentes, mais toutes aussi valides et valables. Avoir des enfants donne un nouveau sens à notre vie, mais ce n’est pas le seul sens que la vie peut et devrait avoir.

      Votre opinion est non seulement importante, mais de plus, dans un sujet comme celui-ci vous êtes concernée, car vous êtes cliente de resto tout comme les familles et ce genre d’affiche vise « souvent » à satisfaire la clientèle qui n’a pas d’enfant, plus que celle qui en a et donc à risque d’avoir un hurleur en puissance ;o)

    • @doumguy, je me demande bien ou vous avez vu dans mon message une promotion d’un comportement antisocial… cela est faux. Je ne comprends pas vraiment votre commentaire, à vrai dire. C’est justement dans un but de bonne socialisation progressive que j’ai proposé ce que j’ai proposé. Si vous pouviez clarifier votre commentaire, cela serait apprécié.

      Je n’ai jamais dit qu’imposer les hurlements aux gens était une éducation au civisme, je vous prie de vous rétracter à ce sujet, à moins que ce ne soit pas ce que vous ayez voulu dire. Je n’irais pas, non plus, jusqu’à dire qu’il est hypocrite d’utiliser le prétexte de l’éducation au civisme pour justifier des hurlements, même que cela ne me viendrait jamais à l’esprit; je pense que quand ça arrive, c’était la plupart du temps une tentative de passer un bon moment, et que les parents de ces enfants doivent être très mal a l’aise…Si je me fie à cette définition: «L’hypocrisie est le caractère d’une personne qui dissimule sa véritable personnalité et affecte, le plus souvent par intérêt, des opinions, des sentiments ou des qualités qu’elle ne possède pas.», je ne vois pas le lien entre l’hypocrisie et le désir peut-être mal encadré de rompre sa progéniture aux bonnes manières.

      Peut-être dois-je clarifier cette ligne que j’ai eu.

      Ce que je voulais dire était: il est important que les enfants développent un comportement social adapté et que leurs parents fassent preuve de civisme et, par la même occasion, leur inculquent cela. Par contre, je ne crois pas que ce soit une bonne idée d’essayer de faire ce genre d’éducation en tolérant des comportements très inappropriés dans les lieux publics pour montrer à l’enfant qu’il ne ”gagnera” pas.

      Au delà de tout ça, on pourrait même relancer le débat sur l’apprentissage de la politesse à table, mais on déborde du sujet.

    • Les autres clients qui vont au restaurant ont aussi des droits, il me semble. Pour ma part, quand mes enfants étaient plus jeunes, il était important de respecter certaines règles : toujours leur apporter de quoi les occuper comme un cahier à colorier (ça peut être très plate de rester assis sagement en écoutant les adultes parler), choisir un resto qui sait que les enfants qui ont faim sont moins patients (donc servir leur commande en premier), et enfin se limiter à 1h sinon ça commence à bouger. C’est normal.

      Maintenant qu’elles sont plus vieilles, et donc que nous avons davantage de choix de restos (le sushi est notre préféré!), je prends la peine de leur rappeler qu’elles doivent se tenir, car ces sorties sont spéciales. Après tout, nous ne sommes pas à la maison. Si elles n’en sont pas capables, nous ne pourrons plus sortir au resto, c’est aussi simple que ça.

      Rien de pire à mes yeux que des parents qui ne gèrent pas leurs enfants, que ce soit au resto, dans l’avion, ou dans tout autre endroit public. Des enfants “loud” vont devenir des adultes “loud”. Savoir prendre sa place sans prendre TOUTE la place, ça s’enseigne.

      De plus, il y a des enfants à leur école qui sont des autistes “légers”, et ils ne crient pas tout le temps. Seulement en temps de crise, et là aussi il y a une manière de les gérer. Souvent en leur donnant des responsabilités ou en les occupant.

    • @ frankel : ce que vous dites dans votre message de 22h47 n’est pas tout à faux.

      Mais il faut bien comprendre que c’est aux COMMERÇANTS de décider, et que c’est aux CLIENTS POTENTIELS de vérifier si leur politique leur convienne ou pas. Il y a tellement de restaurants dans ce pays que j’ai du mal à comprendre qu’il n’y en ait pas quelques uns qui soient accomodants pour les familles. L’article parle d’UN resto aux États-Unis (sur plusieurs milliers dans tout le pays). L’affiche est peut-être choquante pour certains, mais il me semble que c’est extrêmement simple de signifier son désaccord en dépensant son argent ailleurs. Si ce resto veut se priver de l’argent d’une clientèle familiale, c’est son droit. Il y a aura d’autres restarateurs heureux de recevoir cette clientèle et heureux de faire en sorte qu’ils aient envie de revenir.

      C’est du commerce, c’est tout.

    • Si les poussettes sont interdites, est-ce que les chaises roulantes le sont aussi? Et les marchettes pour ceux qui ont de la difficulté à se déplacer ? Et les obèses ? Quelle est la grosseur maximale admise? Les enfants qui hurlent (quel décibel ?) non, mais les gens qui parlent fort toute la soirée et qui sont malpolis ok ?

      Si j’ai un autiste dans ma famille, tout le monde va au resto, mais pas lui ? Ou personne ne sort parce que l’enfant autiste et ses parents risquent de se faire juger ?

      Il me semble que ce n’est pas parce qu’on se paie une soirée au resto qu’il faut manquer de compassion ou de tolérance pour ceux et celles et leurs entourages qui n’ont pas la vie (aussi) facile. Et c’est une excellente occasion pour ceux qui ont des enfants dits « normaux » de leur enseigner de ne pas mépriser les autres et leur offrir notre aide si requise ou du moins de ne pas juger, non?

    • @domper
      “…je ne tolere pas les bebes dans les lieux publics…”
      À quel âge avez-vous sortie votre fille de la maison? J’espère que c’est une erreur cette phrase??

    • L’éducation des enfants est sensée commencer à la maison. J’opère une garderie en milieu familial et je constate qu’il arrive que les enfants qui viennent avec moi au resto en se conduisant bien, sont différents lorsqu’ils font la même sortie avec leurs parents. La permissivité excessive des parents qui tolèrent qu’un enfant crie ou courre partout dans un lieu public est responsable du fait que les propriétaires d’établissements mettent certaines restrictions à la fréquentation des familles dans leur établissement.
      Ce restaurateur ne peut pas être accusé de discrimination, il prend simplement ses responsabilités en assurant à sa clientèle la quiétude à laquelle elle a droit.
      Aux Parents de retrouver ce que signifie “le sens des responsabilités” et à éduquer leurs enfants avant de les amener dans les lieux publics. Au resto, à l’épicerie ou ailleurs, lorsqu’un enfant se conduit en sauvage dans un lieu public sans que le parent ne réagisse, je considère comme une obligation sociale de lui rappeler que c’est lui le responsable. Bien entendu, il m’est arrivé de me faire répondre de façon très cavalière mais, c’est notre tolérance à nous qui encourage les parents au laisser-aller.

    • Ce n’est qu’une idée comme ça, mais j’ai l’impression qu’a 8h32 elise faisait ou de l’ironie ou du sarcasme…

    • @ doumguy

      Bah, que ce soit de l’ironie ou pas, je n’aime pas quand on dit que ceux qui n’ont pas d’enfants manque quelque chose. À chacun ses expériences et ses raisons d’être. On me dira que je suis naïve, mais bon j’assume.

      Certain sont fait pour être parents, certain ne sont définitivement pas fait pour ça et certain se plaindront avec ou sans enfants. Moi, je m’accomode comme je peux et que je pense correct au travers.

    • Toute cette histoire me rappelle un billet que j’ai écris sur mon blogue à propos d’une chanson de Cayouche qui s’intitule “On peut pu élever nos enfants à coups de bottes”. Je réplique en disant que certaines personnes diraient peut-être qu’on les “élèves pu pan toute”. La discipline semble être une valeur qui n’existe plus pour les enfants.

      Allez voir si ça vous tente…

      http://bernardcormier.blogspot.com/2009/11/elever-nos-enfants-coups-de-bottes.html

    • Désolé pour l’erreur dans le message précédent…
      http://www.bernardcormier.blogspot.com/2009/11/elever-nos-enfants-coups-de-bottes.html

    • Djodrylapointe, faut pas porter le chapeau, il ne vous fait pas.

      Je voulais simplement exprimer un léger soupçon face non pas à votre commentaire, mais face à certains commentaires ou il me semble lire la revendication au droit sacré, inaliénable et total à se comporter soi-même et sa famille avec comme une bande de gorille.

      Je compatis avec les parents d’enfants autiste, trisomique, hyperactif ou turbulent. Cela dit, il m’est arrivé de décommander une sortie parce que j’avais observé des signaux inquiétant pour la suite. Il m’est arrivé d’abréger une sortie mal engagé. C’est à chacun de gérer sa réalité. Lorsqu’on impose aux autres un désagrément hors-norme, il faut savoir prendre ses responsabilités et remédier à la situation.

      J’essaie juste d’imaginer l’impact socialisant d’un parent à qui un commerçant demande de calmer un enfant hurleur qui répond au commerçant que c’est son droit d’être là et que si le reste de la clientèle n’aime pas ça, elle n’aura qu’à s’en aller!

      Je me demande s’il n’y a pas une dérive mais je ne tiens pas les enfants pour responsable.

      Par ailleurs tout cela me semble assez théorique, car comme je le disais plus tôt, je n’ai jamais été confronté à de tel excès.

    • Premièrement, si son enfant est autiste et va hurler n’importe quand, il n’a tout simplement aucune maudite affaire dans un restaurant. Le respect d’autrui, c’est pas juste pour les autres.
      Si ton enfant se met à hurler, soi tu va dehors jusqu’à ce qu’il se calme ou tu ne vas pas au restaurant avec lui. Le restaurant est une entreprise privée, le propriétaire a complètement droit de sortir les clients qui dérangent. Il n’y a aucune raison pourquoi les autres devraient endurer un enfant hurlant.

      Et dans le fond, c’est fort probablement seulement pour sauver l’argent d’une gardienne. Que les parents s’arrangent eux-mêmes avec leur enfant au lieu de rejeter le problème sur les autres. Théoriquement, si j’avais un enfant qui pique une crise dans un restaurant, ça serait fini les restaurants pour lui jusqu’à ce qu’il prouve qu’il peut être raisonnable avec des étrangers autour.

      C’est certain que ça ne s’applique pas pour un enfant autiste mais un enfant autiste est particulier. Les parents doivent faire des concessions à la maison et s’ajuster à lui et son comportement. À l’extérieur, le monde ne va pas se conformer à un enfant autiste alors cette mère devra s’ajuster au monde extérieur.

    • @aniani : j’approuve votre opinion.

      Le gros bon sens est qu’il y a des endroits pour tout, qui se prêtent davantage à une circonstance précise. Toutefois, le gros bon sens n’est pas le même pour tous, étant donné nos différentes cultures et éducations. Alors un truc qui m’aide est de me mettre à la place des autres. Cela me permet de définir une ligne d’harmonie entre ce qui leur convient et ce qui me convient et je deviens aussi plus tolérante à une situation désagréable.

    • blablablabla, ce n’est pas parce qu’on a l’excuse d’être malade qu’on peut faire n’importe quoi n’importe où. Alors je répète qu’à mon avis, il ne faut pas amener un enfant au restaurant si celui-ci ne peut pas s’empêcher de péter des crises. Si on est cardiaque, on saute pas en parachute. Si on est diabétique, on ne va pas chez Kilos sur St-Laurent se plaindre du menu! Si mon enfant hurle régulièrement, je n’irai pas au restaurant ni au cinéma ni au théâtre avec lui. Respecter son enfant, c’est peut-être, aussi, respecter SES limites.

    • On discute beaucoup sur le fait que certains parents amènent leurs enfants partout; resto, cinéma, etc… Certains sont d’accord, d’autres pas.
      Mais sincèrement, combien de fois dans votre vie avez-vous été réellement incommodé par un enfant turbulent dans un endroit où vous jugiez que le parent avait manqué de respect en l’emmenant avec lui ? (exemple : resto chic, concert pour adultes, etc… ?)
      Moi, jamais. Certes, chez St-Hubert ou autres restos familiaux, il y a toujours des enfants plus turbulents mais considérant que c’est un resto familial, je n’y vois aucun inconvénient; après tout, il faut bien montrer à nos enfants à se tenir en public.

      Bref, j’ai l’impression qu’on s’énerve le pompon pour des cas rares, pour certains parents qui manquent de jugement. La majorité des parents désirent eux aussi profiter de temps sans enfant et savent majoritairement reconnaître les endroits où leur progéniture ne sont pas bienvenues.

    • Tout d’abord, merci Silvia pour votre article. En effet, le bruit est devenu un phénomène incontournable dans notre société. Les victimes sont les gens qui habitent dans des villes. De même, les gens qui habitent dans des appartements en bois qui sont très vieux. Néanmoins, ce serait injuste de critiquer notre voisin qui habite au-dessus de nous ou à côté comme étant la cause majeure du bruit. Le problème est complexe, je suis d’avis que c’est la faute de l’administration privée et aussi le gouvernement qui sont très lents en action pour réduire le bruit dans notre société.
      Par exemple, analysons une personne qui habite dans un appartement en bois près d’une l’autoroute. En premier lieu, les appartements en bois sont gérés par les élites qui ont pour objectif prioritaire le profit. Pensez-y, combien d’argent couteraient aux élites pour changer toutes les vitres qui ne sont pas acoustiques dans leur vieux bâtiment en bois ? La solution pour réduire les bruits venant de l’extérieur serait inévitablement l’isolation acoustique d’une surface vitrée qui peut fortement atténuer l’intensité du bruit. De plus, des murs adéquats qui réduisent le bruit.
      Disons que la personne écrit à la compagnie et demande que les vitres soient changées pour réduire les bruits venant de l’autoroute. Pensez-vous que la voix d’une seule personne serait prise en considération ? Je m’en doute ! Blâmer le voisin à côté ne résoudra point le problème. Au contraire, les voisins doivent s’unir et protester contre l’administration concernée pour qu’ils changent les vitres en premier et renforcent leur mur. Au cas contraire, s’ils refusent, il faut écrire aux gouvernements et leur demander de passer des lois pour que les nouveaux bâtiments aussi bien que les vieux soient construits de façon que le bruit ne puisse déranger leurs occupants. Sur ceux, je laisse nos lecteurs réfléchir et j’attends vos opinions sur ce thème très intéressant.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2010
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité