La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 31 août 2010 | Mise en ligne à 10h02 | Commenter Commentaires (40)

    L’art de rester zen, malgré la rentrée

    Silvia Galipeau

    C’est LE sujet de préoccupation du moment: pis, la rentrée, comment ça se passe? Soyons francs: les enfants sont parfois angoissés (des trucs pour les calmer ici), fatigués (des trucs pour les remettre dans le rythme de la routine ), et puis les  parents pas nécessairement archi organisés …

    En un mot: tous les ingrédients pour que ça pète, malheureusement, sont présents: un enfant qui pleure, un parent exténué qui craque…

    C’est justement dans ce climat de fébrilité qu’a atterri sur mon bureau ce livre: Rester zen, malgré ses enfants, tout récemment traduit de l’anglais.  Et c’est aussi dans cette perspective je-ne-suis-pas-zen-du-tout-ces-jours-ci que je l’ai dévoré…

    L’auteure, Hollie Smith, une journaliste anglaise, possède cet humour très British qui donne à la lecture une légèreté, un détachement, juste ce qu’il faut pour dédramatiser des situations par ailleurs potentiellement dramatiques. Bref, juste ce qu’il faut pour en rire.

    Elle rappelle une foule de trucs pour garder son calme, des astuces que l’on connaît tous, mais qu’il ne fait jamais de tort de répéter: identifier les situations explosives (ex: la couleur de l’assiette qui n’est pas la bonne), se préparer pour les désamorcer (ex: changer l’assiette), se simplifier la vie (ex: n’avoir que des assiettes blanches, pour tout le monde), etc…

    Si vraiment, vous êtes au bout du rouleau (votre enfant se roule par terre, parce que, du haut de ses sept ans, il VEUT l’assiette bleue, situation purement fictive, il va sans dire), comptez jusqu’à 10 avant de réagir. Respirez, expirez, prenez-vous un «temps mort», mettez-vous dans sa peau. Et quand vous prenez enfin la parole, prenez soin de parler doucement, lentement, en vous concentrant sur le sujet présent (l’assiette, et non le comportement de toute la dernière semaine, disons).

    Autre truc pratique: songez à ce que ferait votre ami, ce parent modèle (s’il n’existe pas, inventez-le!) dans cette situation. L’auteure rappelle aussi qu’il n’est jamais mauvais de faire quelques entorses aux règles, de temps en temps. Enfin, conseil à garder en tête dans ces matins de course folle: rappelez-vous que les enfants n’ont pas vraiment d’horloge interne. De sens du temps. Rien ne sert donc de répéter: on va être en retard. Pourquoi pas, par contre, vous donner le droit de «glandouiller» (dans la limite du raisonnable) comme eux?

    À noter: le livre est truffé d’anecdotes de parents, qui tous, racontent ce qui les fait monter aux rideaux, comment ils se calment, bref, leurs trucs pour rester zen. Non, vous n’êtes certainement pas seuls à vous servir un petit verre de vin, certains soirs de haute tension …

    Et vous, comment gardez-vous votre zenitude ces jours-ci?


    • “votre enfant se roule par terre, parce que, du haut de ses sept ans, il VEUT l’assiette bleu, situation purement fictive, il va sans dire), compter jusqu’à 10 avant de réagir. Respirez, expirez, prenez-vous un «temps mort», mettez-vous dans sa peau. Et quand vous prenez enfin la parole, prenez soin de parler doucement, lentement, en vous concentrant sur le sujet présent (l’assiette, et non le comportement de toute la dernière semaine, disons).”

      Rester calme et parler doucement? Certainement pas! Une colère pour une couleur d’assiette, je vais t’en faire moi des caprices de bébé lala. Je serais bien plus portée à lui donner l’assiette la plus moche de la pile, avec un vert tout aussi moche et la faire manger dans sa chambre.

      Non mais vraiment!!!!

    • Moi ce ne sont pas mes enfants qui me font perdre ma “zénitude”… C’est plutôt l’organisation de l’école.

      1- Enfants de maternelle ne sont pas acceptés au service de garde avant 10:30 pour les deux premières journées. ET pourquoi? Je fais quoi moi?

      2- La date pour la rencontre parent -prof était erronée. Résultat: la réunion avait lieu la veille. Grrr!!!

      3- Les petits de maternelle ont besoin de 2 boîtes à lunch. Une pour les collations et une pour le dîner. Au cas où ils mangeaint leur dîner au lieu des collations. Vraiment? C’est peut-être trop leur en demander que de comprendre ce qu’est une collation et faire le tour de la boîte le matin avec eux avant de partir.

      Je ne sais pas… Ça faisait 9 ans que ma plus vieille avait passé par là. Je peux vous dire que ça a changé. Avant on faisait confiance à nos petits, maintenant on les prend tous pour des handicapés mentaux (sans vouloir blesser personne). Le nivellement par le bas.

      Hummm…. Hummmm Méditation pour pouvoir relaxer et refaire mes forces pour être capable de passer à travers les 6 ans de primaire qu’il me reste…

    • ce livre semble très intéressant.

      Ce matin j’ai eu droit à une crise de fiston parce qu’il voulait ma toast et pas la sienne. Quand il a vu que j’ai tout mangé il a fait revoler les Rice Crispy partout. De toute beauté. Il a filé dans le coin, pendant que je ramassais le beau dégât en chialant un peu (moins que lui ;o) Je l’ai regardé dans les yeux « On ne fait pas ça… tu le sais… » Je suis montée, j’ai tranquillement fini de me préparer, une grande respiration et de retour devant fiston qui regardait par la fenêtre. Il m’a fait un gros câlin et un bisou avec un « pa cha maman ». C’est dans ses bras que je retrouve ma zénitude. Ah oui et je vais me faire masser ce soir pour retrouver le reste de ma patience ;o)

      Je pense que je vais aller me chercher ce livre… des petits trucs et des anecdotes ça aident toujours. On les adaptes à notre réalité et à notre façon de voir les choses et souvent ça donne des bons résultats et bébé gagne les bienfaits en bout de ligne

    • @ Vivianep

      Je ne pensais jamais dire ça sur le blogue mais je suis presque totalement d’accord avec vous.

      Je ne peux pas croire que certain trouve normale ou acceptable une colère pour une couleur d’assiette. Vive les enfants-Roi.

      Je veux bien croire qu’il faut expliquer calmement mais certainement pas doucement pour ce genre de situation.

      Expliquer doucement….. Ben voyons, au cas ou on pourrais blesser le coté émotif de fiston vis-à-vis de ses choix personnels.

      Allez-y!!! Aprenez à vos enfants qu’ils ont raison de crier haut et fort l’injustice d’avoir une assiette qui n’est pas de sa couleur préféré! Encouragez les frustrations injustifiées de vos marmots. Pourquoi pas? C’est vrai que dans la vie, on finit toujours par avoir ce que l’on veut!

    • Je trouve que le zen n’est pas fait pour ce genre de chose ou d’événement. Et, c’est très difficile le Zen, d’ailleurs, ça nécessite la présence d’un maître. Posture stable et précise, respiration spécialisée, en fait, on essaie par tous les moyens de s’approprier des mots classiques ou célèbres pour épater la galerie. Je ne le pratique pas, car c’est un apprentissage de longue durée.
      De même pour le yoga, le Reiki dont je suis un expert, le Qi-Gong… Alors, il faut être prudent avant d’utiliser ces termes comme mode d’emploi à toutes les sauces. Si je vous disais que je peux guérir à distance, me croieriez-vous? Je dirais que non, car vous avez une opinion à partir d’une émission de TV ou de oui-dire d’une madame qui s’est fait avoir de $10.00 par un vendeur de pillules. De toute façon, je ne vous le demanderais pas, car moi, je sais que je peux le faire et cela est suffisant.
      On parle ici du contrôle de la colère et je vois qu’il y en a qui aurait besoin de faire du cheminement personnel (cf Vivianep) avec psychologue ou autrement.
      L’humour naturel peut être un bon moyen. Il y a l’approche paradoxal, mais encore ici, il faut avoir une formation de base:”Tu veux l’assiette rouge, mon ti-criss, hé bien, tu vas avoir la bleue.” Vous voyez, je ne suis pas meilleur que vous, c’est vraiment pas facile l’éducation des enfants et beaucoup de parents abandonnent et laissent la job aux garderies, aux écoles et/ou aux éducateurs.

    • Samsuffi, la colère est saine et l’impatience aussi. Ceux qui, comme vous, déïfie le calme et démonise son contraire ne sont déjà plus vraiment des êtres humains.

      La colère est bonne, mais pas en tout temps. Comme le calme est bon, mais certainement pas en toutes circonstances.

      Et je crois que de laisser son enfant faire un caprice totalement insignifiant est manquer à son devoir et à ses responsabilités parentales.

      Quand on est un parent responsable, on devrait accepter l’inconfort occasionel de sa propre colère parentale parce que c’est notre devoir. Mais de nos jours, on n’accepte plus les inconvénients, les inconforts, les tracas, alors on ne les assume plus. Et en plus, on trouve des façons de rendre cela noble! C’est rigolo.

      Non, je ne crois pas que vous puissiez guérir qui que ce soit à distance. Je pense que vous êtes un charlatan comme tant d’autres, mais je commence à croire que vous vous croyez vous-même dans vos mensonges.

    • @samsuffi
      Selon le dictionnaire, le terme «zen» s’emploie a aussi un sens figuré et signifie «serein».
      Juste comme ça!

    • Désolée… le terme «zen» a aussi un sens figuré…

    • Je pensais que l’exemple de la couleur de l’assiette était plus que fictif mais à lire le cas de quuneideecommeca, je me rends compte que c’est possible. Une crise pour une toast!!

      Heureusement comme je dis que mes enfants ne me font pas perdre ma “zénitude”, des crises comme ça je n’ai jamais connu et j’espère ne jamais en connaître!!!

      Avez-vous essayé de serrer les dents comme contrôle de la colère? Question de ne pas l’étouffer le p’tit…

    • 5 commentaires et déjà des attaques personnelles… pauvre “mère blogue”, vous devez en voir de toutes les couleurs en modérant ce blogue.

    • @ Vivianep… on est sur la même longueur d’onde et s’il prenait l’envie à mon grande de presque 8 ans de me faire une scène pour une couleur, il mangerait sur le plancher. Mère indigne, mais je m’assume.

      Ceux qui vivent la rentrée comme une expérience dramatique ont un problème. La rentrée, c’est excitant. Mes deux enfants étaient super contents de reprendre le chemin de l’école, de revoir leurs amis et de jouer dans la cour.
      Et non, je n’avais pas encore finie toutes les commissions hier pm et je suis monparentale… Mais tout s’est passé dans le calme puisque je contrôle mes humeurs. Une mère stressée, ca fait des enfants nerveux.
      Et ce matin… la joie dans la cour d’école…
      Melf

    • @vivianep
      Vous fixez sur un incident: un enfant qui fait une crise parce qu’il veut l’assiette bleue. Mais pourquoi ce désir anodin déclenche-t-il une crise? Si pour cet enfant la rentrée des classes représente une période de stress, cette histoire d’assiette n’est sans doute que le catalyseur qui précipite une crise dont les causes réelles sont tout autres. Il me semble qu’un parent un tant soit peu sensé doit commencer par essayer de comprendre le comportement de l’enfant avant de lui tomber dessus en vertu de principes inflexibles.

    • @mrjinx : Je me faisais pratiquement la même réflexion.

      Pour ce qui est de rester zen, comme la rentrée est un passage obligé, aussi bien le faire de façon le plus calme possible.

    • Vous pensez vraiment qu’un parent devrait rester zen devant des caprices de bébés gâtés? Il y a des règles de base à enseigner aux enfants. On ne court pas dans un resto (c’est dangeureux avec les serveurs et les plateaux), on ne hurle pas dans un avion (il y a une autre catégorie de gens qu’on appelle passagers, tu n’es pas seul au monde), on se tient à table (alors on t’écoutera et on sera intéressé), on tient la main à papa-maman quand on traverse la rue, on ne parle pas au cinéma et une foule d’autres règles non-écrites vraiment de base qui permettent à notre enfant de vivre en société. Et je ne parle pas de la couleur d’une assiette, c’est tellement insignifiant de pleurer pour ça!

      Moi, si mes enfants font une crise sur les règles de base, je me réserve le droit de perdre ma ”zénitude” aussitôt! Jamais ils en ont fait parce qu’ ils n’ont pas besoin de ça pour avoir notre attention. Attention! je ne dis pas qu’ils ne se fâchent jamais et sont parfaits! Mais franchement sur quelque chose aussi gnan-gnan que la couleur d’une assiette! J,aurais probablement la même réaction que vivianep, il aurait l’assiette la plus laide.

      Par contre, il y a des occasions où il faut réfléchir au profond de nous même pour rester zen. Il faut vraiment chercher d’autes solutions pour ne pas que ça se reproduise. Nos enfants ne sont pas des robots, ils sont de petits êtres humains.

      Je suis entièrement d’accord avec melf, souvent c’est notre attitude qui stresse les enfants. Parents stressés = enfants stressés, parent stressant = enfants pas du monde…

      J’ai grandit dans les années 1970. Mon père était très très zen. Jamais un mot plus haut que l’autre, toujours le sourire. Mais, quand il disait non, c’était non et il ne changeait pas d’avis. Ça n’arrivait pas souvent mais on respectait toujours sa décision. Des chicanes de frères-soeurs ont en a eu comme tout le monde. Mon père restait calme dans ces moments. Mais, crier pour des pécadilles, personne n’a jamais osé essayer…

    • @viviannep
      “la colère est saine”. Ben voyons. C’est destructeur et ca crée toujours des situations perdants-perdants. C’est un perte d’énergie. Ca augmente le chaos. C’est souvent un instrument de manipulation.

      Dire que c’est “normal” qu’un enfant se mette en colère, ça je peux l’accepter. Mais c’est tout sauf sain.

      Il faut simplement lui montrer la futilité de se mettre en colère en n’embarquant pas dans son jeu. C’est un “time out” de 5 minutes et on s’explique après. Les conséquences augmentent avec la répétition du caprice.

    • Donc, selon Auburn, le livre que suggère Silvia Galipeau est soit un livre de recettes pour ne pas péter les plombs, soit un livre de poésie, mais ça n’a rien à voir avec le Zen, mais, on y emprunte le nom car celui-ci n’est pas breveté et brevetable.

      Donc, le Zen, c’est la sérénité (Auburn)? Essayer de le pratiquer pour voir, le dos bien droit, assis dans la position du Bouddha, le menton horizontal, pis contrôle de la respiration. Et cela pendant des heures…vous allez apprendre à contrôler votre petit caractère toujours prêt à exploser
      Les maîtres Yogi ont déterminé que la colère est un phénomène humain à peu près incontrôlable, et une des façons qu’ils utilisent pour ne pas tomber dans le piège de celle-ci est de lever les yeux au ciel et de souffler par la bouche (un grand souffle) la colère qui nous envahis. Le Grand Maître Mikao Usui a fait de la maîtrise de la colère un des 5 principes du Reiki: “Aujourd’hui, je ne me mets pas en colère”.
      Difficile à comprendre le phénomène de la colère, car il y a une grande part de celle-ci qui nous vient de nos vies antérieures. De même, j’aide parfois des parents qui ont des jeunes enfants plus “difficiles”. Leur dire que leur incarnation est souffrante ne sert à rien. Plutôt, je m’enquiers auprès d’une spécialiste en “FengShui” et je leur transmets des informations pertinentes. Les résultats sont rapides et les gens sont contents. Enfin, ils peuvent dormir eux aussi.

    • gl000001,

      Je réitère: la colère est saine. Elle a du bon. La colère a une utilité. La colère, la violence, la force, l’intimidation, toutes ces choses si laides et si négatives et honnies et bannies et rejetées, ont TOUTES leur raison d’être et ont TOUTES leur utilité.

      “C’est destructeur et ca crée toujours des situations perdants-perdants. C’est un perte d’énergie. Ca augmente le chaos. C’est souvent un instrument de manipulation.”

      Eh voilà! On s’est débarrassé des prêtres pour les remplacer par de tous nouveaux. Des pasteurs modernes. Au goût du jour. La morale du jour. Si c’est désagréable, c’est pas bon.

      J’ai des tas d’exemples en tête ou la colère a effectivement eu les impacts que vous mentionnez. J’en ai aussi des tas qui ont fait le contraire. Des colères qui ont créé et pas détruit. Qui ont fait gagner les deux parties. Qui ont donné de la force. Qui ont créé l’harmonie et le calme.

      Je crois que votre façon de présenter la colère cause beaucoup de détresse chez les gens plus sensibles qui essaient d’être à la hauteur de votre morale et ceux qui étouffent en eux leurs élans normaux et nécessaires de colère et de violence. Je crois que ces gens là souffrent plus longtemps et plus profondément d’être pognés dans ce monde qui rend tabou leur colère et leur agressivité normale.

    • @ sebacote

      Je suis d’accords avec ce que vous dites. Fiston a commencé une nouvelle garderie hier et c’est aujourd’hui qu’il fait le petit monstre au déjeuner. Nous nous sommes parés à ce que cette semaine soit un peu plus difficile. La fille d’une copine refusait de manger pendant une semaine quand elle est entrée en garderie. Souvent ce sont des catalyseurs comme vous dites. On en profite pour faire l’éducation des bonnes manières. ;o)

    • Nemo, je suis bien d’accord avec vous.

    • @samsuffi

      Ouvrez un dictionnaire quelconque et vous verrez que Auburn a raison:

      zen, adjectif

      Sens 1 Relatif au zen [Religion]. Anglais zen
      Sens 2 Serein [Figuré].

      À défaut de modération de vos messages, je me permet de vous dire que ce blogue n’est nullement l’endroit indiqué pour nous étaler vos croyances spirituelles ou religieuses ou les deux.

      Imaginez si certains commençaient à nous raconter qu’ils récitent 2 “Je vous salue Marie” et 3 “Notre père” pour contrôler leur colère. Qu’en diriez-vous?

      Vos interventions sont tout à fait équivalentes. Le mot Zen vous dérange? Utilisez zénitude qui n’existe pas dans le dicco!

    • Sebacote,

      C’est très possible qu’un autre stress occasionne le caprice de bébé-lala pour l’assiette. Mais ça ne rend pas le caprice plus légitime et il ne l’aura pas son assiette bleue. Si le problème est ailleurs, on va fouiller. Mais le problème est pas la maudite assiette. À la limite, je préfèrerais la détruire que de céder à ça. Alors ma réaction serait aussi ferme que ce que j’ai dit.

      Mais comme vous dites, il faudrait investiguer plus profondément. Mais APRÈS. Une fois la crise ravalée. Tu viendras pas me faire &*(&* pour une assiette, si le problème est autre chose.

      Ca leur permet de finir par réaliser que parfois, nos réactions et nos colères ne sont pas ce qu’elles semblent être à prime abord!

    • @samsuffi
      Sté, des fois, c’est juste pas grave…. c’est comme Frigidaire, tout le monde sais que c’est un réfrigérateur mais tout le monde comprend quand on dit Frigidaire… même chose pour Zen.

      Y’en a qui aime vraiment çà enculer des mouches… ( désolé, c’est grossier mais j’aime bien utiliser cette expression quand on perd notre temps sur un détail aussi insipide, c’est comme ceux qui corrige les fautes d’orthographes des autres )

      Voilà, dossier régler, on peut continuer le vrai débat…

    • Ce qu ‘ il faut surtout retenir c’est que si l ‘enfant fait une scène pour une couleur a 7 ans, ce n’est surement pas la première. Le parent a sa grosse part de responsabilités dans la façon d’etre de son enfant. D’où l’importance de garder son calme, afin de ne pas punir un enfant qui ne fait qu’agir comme on lui a montré….L ‘enfant n’apprend pas ce genre de comportement de lui-même, il l’apprend de son entourage, donc en premier lieu de ses parents. Comme melf le dit parents stressés enfants nerveux. Et ça vaut pour tous les comportements Cependant chaque parent élève son enfant de façon différente et il faudrait bien être parfait pour les juger. Mes enfants agissent très souvent en grands mais ils leur arrivent aussi d’agir en enfants et honnêtemment qui leur en voudraient ? ce ne sont que des enfants.

    • @vivianep
      Je crois que ce que vous appelez de la colère n’est que du théatre. Monter le ton pour intimider, pour faire passer un point, ce n’est pas de la colère. C’est de la manipulation. Du chantage émotif.

      A moins que votre définition ne soit trop large et que vous y incluez d’autres émotions négatives plus bénignes comme être contrarié par exemple.

      La colère fait perdre la tête. Absolument rien de bon peut en sortir. Vous n’avez probablement jamais vu quelqu’un réellement en colère. Vos exemples ou la colère a été positives se seraient surement mieux passé si les partis en présence avaient été adultes et avaient réglé les problèmes calmement.

      Et ce n’est même pas une question de morale. C’est une question d’énergie ! De l’énergie gaspillée pendant qu’elle se produit. De l’énergie perdue à réparer la situation. Comme énergie égale temps, on perd un temps fou à brasser les émotions de tout le monde. Il y a bien des façons de régler des problèmes. Utiliser la colère c’est comme passer par Québec pour aller à Ottawa.

      Si ça cause de la détresse à certaines personnes, c’est juste parce qu’ils ont pas l’intelligence pour comprendre leurs émotions. “Connais-toi toi-même” disait Socrate.

      Vous dites à Sebacote “Ca leur permet de finir par réaliser que parfois, nos réactions et nos colères ne sont pas ce qu’elles semblent être à prime abord!

      Exactement, vos colères ne sont pas ce qu’elles semblent être: pas de la colère.

    • Pour ceux et celles qui veulent encore poussez plus loin, sauf mrjinx qui se complaît à demeurer à la surface des choses, et qui semble ne pas avoir dépassé sa phase anale ( là, yen a de la colère, plutôt de la rage d’enfant qui n’a pas été reçu adéquatement lorsqu’il déféquait pour faire plaisir à maman), les travaux et ateliers pratiques du Dr Jean-Charles Crombez sont aussi très efficace.
      J’ai déjà suivi une session de 8 semaines alors que j’avais des problèmes cardiaques. Il a écrit plusieurs livre sur “la méthode en Écho”. À l’heure actuelle, les cardiologues disent que les colères font un tort considérable à la santé, en particulier au coeur.
      Comme quoi, de plus en plus la science moderne se rapproche des sciences anciennes ou antiques.

    • Je ne comprends pas tous ces articles sur le “stress” de la rentrée. J’ai deux enfants, je travaille à temps plein et nous sommes tous sereins et heureux de reprendre la routine cette semaine. De plus, je suis bien contente de ne pas avoir acheté les vêtements d’automne à l’avance…il fait tellement beau et chaud en cette première semaine! Des parents calmes rendent les enfants calmes qui sont capables d’apprécier la rentrée pour ce qu’elle est: nouveauté et joie de revoir les amis.

    • Gl00001, oh non, je sais très bien ce qu’est la colère. Je l’ai vécue, je l’ai subie, et je l’ai fait subir.

      Et je persiste à dire qu’elle a du positif. La colère ne fait nécessairement pas perdre la tête non plus.

      “Vos exemples ou la colère a été positives se seraient surement mieux passé si les partis en présence avaient été adultes et avaient réglé les problèmes calmement.”

      Non­. Justement. Etes-vous entrés en religion les apôtres démonisant la colère? Votre foi vous aveugle?

    • Je crois que l’auteure du livre confond “zénitude” avec renoncement à élever ses enfants! Je ne demeurerais certainement pas zen devant un enfant qui fait une crise pour un sujet aussi ridicule que la couleur de son assiette!

      Rester calme c’est très bien mais les parents ne devraient pas avoir à “désamorcer” (terme révélateur!) des situations explosives hypothétiques en allant au devant des caprices de l’enfant. Quand on en arrive là c’est qu’il y a un problème qui ne se règlera pas en changeant la couleur de la vaisselle.

      Il faut se demander pourquoi un détail insignifiant déclenche une crise. Si la raison est ailleurs il faut s’efforcer de la trouver mais si l’enfant veut juste tester son pouvoir, il doit apprendre que ce n’est pas lui qui décide.

      C’est la même chose pour la nouriture. On peut toujours demander à un enfant de choisir entre 2 légumes s’il prétend les détester tous mais certains parents font 2-3 soupers pour accomoder les goûts de chacun et ça devient une surenchère de demandes spéciales.

    • @Viviannep
      Je parle d’énergie et de temps, donc de science, et vous revenez encore à la religion. Peut-être, est-ce vous qui avez un problème de foi ? Vous projetez votre problème sur les autres ?

      Votre position ressemble à quelqu’un qui auto-justifie un comportement néfaste pour elle-même (et les autres) plutot que de le corriger. C’est plus facile ainsi mais c’est un mensonge à soi-même et ultimement, c’est un profond irrespect pour les autres

      Et c’est facile à prouver: vous refusez d’en parler. Vous répondez par des railleries. Vous évitez le débat. Mais ça semble être votre façon de faire habituelle sur ce blogue.

      “Prenez la parole sous le coup de la colère… et vous prononcerez le meilleur discours que vous puissiez regretter.” – Citations de Jean Delacour

      @samsuffi
      “les colères font un tort considérable à la santé” Lisez aussi sur ce que dit le Docteur Serge Marquis sur la colère, le stress et autres émotions négatives. Il axe ses conférences sur le stress au travail mais on peut appliquer ce qu’il dit sur toutes les situations de la vie. C’est incroyable que des gens carburent à ça.

    • Je ne crois pas non plus que la colère soit une réponse. La colère détruit. Après son passage, il faut s’affairer à reconstruire (reconstruire son calme, reconstruire la confiance de notre enfant, en nous et en lui, et j’en passe). Perte d’énergie inutile s’il en est.

      De la fermeté, oui. Ne pas lacher son bout pour éviter de donner un caprice à son enfant, OK. Tout ça peut se faire, sinon de façon zen, à tout le moins sans créer de scène. Je suis d’avis que ça crée un climat plus propice au développement, et aussi moins stressant, autant pour les parents que pour les enfants.

    • Est-ce moi, ou certains confondent rester zen et ne rien faire?

      Pour le dit exemple de l’assiette.

      Le parent peut:
      - Ceder au caprice (probablement la pire situation)
      - Se choquer et réagir avec colère. Crier “Tu l’auras pas ta c**** d’assiette, prend la laide à la place” n’est vraiment pas l’idéal. Mieux que de céder au caprice à mon avis (au moins on montre qu’il y a des limites à respecter), mais est-ce qu’on veut montrer à nos enfants à se choquer tout le temps?

      - Rester calme (zen) TOUT EN INTERVENANT. A mon avis, le mieux, mais surement pas le plus facile!
      – On peut dire calmement non à l’assiette. Elle est sale, c’est le frère/la soeur qu’il l’a, etc. Demander au jeune de se calmer. S’il se calme, l’assiette bleue pourra lui être réservée pour le prochain repas (montrer au jeune qu’en ayant un bon comportement, on peut obtenir plus qu’avec un mauvais). Le jeune refuse de se calmer? Retrait, jusqu’à ce qu’il se calme. Le reste de la famille continue ses activités.

      Le 3/4 du temps, le jeune va se calmer, car il n’a pas l’attention ET sa crise ne lui rapporte rien.

      Difficile à faire. D’ou l’importance de rester zen (respirer par le nez).

    • Comment je garde ma zénitude…pas bien difficile, oui les enfants sont parfois inquiets, excités, stressés(à la limite), mais pas moi! Ce n’est pas moi qui change d’école, qui aura un nouveau prof, de nouveau amis. Je les écoute, je questionne et je remet ça dans le contexte: ” Je te comprend ma puce, d’avoir hâte de connaître ta prof, mais ça va bien aller…” Je veux bien les accompagner, les soutenir mais je ne suis pas en symbiose avec eux. Ce sont leurs émotions, pas les miennes. Qu’est-ce que c’est que cette histoire de grand stress à la rentrés…on sait tous comment ça va finir, ils vont s’adapter et dans 15 jours ce sera déjà la routine totale.
      Je préfère profiter des dernières belles journées pour les accueillir avec de la crème glacés et poursuivre avec les dernières baignades de l’été. L’automne arrivera bien assez vite, la sacro-sainte routine aussi (devoirs et parascolaire), là je stresserai peut-être un peu avec mon horaire de maman taxi…d’ici là je profite!!!

    • @ Simemma : ENFIN, quelqu’un pense exactement comme moi. Et comme vous, et j’ai aussi deux enfants, et j’ai une carrière prenante.

      Des parents calmes = enfants calmes.

      Parfois, je me sens dans un autre monde lorsqu’on parle du fameux “stress” de la rentrée. Je ne vis tellement pas ça !!! Et mes enfants s’adaptent très facilement aux changements : rentrée, voyage, visite, cours, etc. etc.

    • Et j’ajouterais au sujet de la colère…J’ai un spécialiste ici de 16 ans, c’est diagnostiqué comme un trouble(dans le chapelet de ses nombreux diagnostiques).
      Bref, mon fils faisait des colères injustifiés (enfin c’est ce qu’on est tenté de croire au début) très souvent. Jusqu’à ce que je fasse preuve de gros bons sens moi-même. Comme lui faire remarquer que sa colère me semblait injustifiée, que je ne comprenais pas…etc…jusqu’à ce qu’il identifie enfin le vrai objet de sa colère (je me suis fait écoeurer à l’école). Et alors, oh miracle, nous pouvions en discuter beaucoup plus calmement.
      Pourtant c’est un vrai colérique, mais on en vient à bout parce qu’il sait que je peux l’entendre mais pas la subir. J’ai l’air ben fine comme ça, mais il m’en a fallut du temps et du détachement. Il aurait été plus facile de me fâcher, de l’envoyer en punition et de me débarrasser de lui. Pas certaine que j’aurais été gagnante à long terme par exemple. Et à ceux qui se le demande, j’applique la même attitude à ma fille, pas colérique mais des fois elle déborde aussi comme nous tous…et ça fonctionne.

    • Bah il y a plein de gens qui ne stressent à rien, mes parents lors des rentrées scolaires, je ne les sentais pas stressés. Mais plutôt contents pour nous, présents et encourageants.

      Cessez de vous énerver pour tout et cela va paraitre sur le comportement de vos enfants.

    • Totalement d’accord avec linele (8h11). Il ne faut pas confondre colère et fermeté. Apprendre à gérer sa colère en la transformant en quelque chose de positif, ça se fait à partir du plus jeune âge. La fermeté n’a pas besoin de cris, de pleurs, de perte de contrôle, de boudage pour être efficace…

    • Stresser pour la rentrée? Bof, je suppose que c’est l’apanage des gens qui n’ont pas de grosse préoccupations dans leurs vies.

      Un cancer, une allergie alimentaire, un accident, un tremblement de terre, une inondations d’envergure, quelque chose qui met sa vie ou son confort en danger, d’accord, on peut stresser? Mais stresser pour une pacotille comme la rentrée? Voyons donc…

    • @Linele
      Merci. C’est exactement ce que j’essayais de faire comprendre à Viviannep.

    • @viviannep
      Vous êtes un cas spécial selon les dernières recherches :

      “5. Les femmes ne recherchent pas l’agression, …”

      Mais le deuxième bout de phrase prouve mon point :

      “… et pensent de façon stratégique en cas de menace.”

      Plus détaillé en anglais “they skirt physical responses in favor of forming strategic, even manipulative, alliances”

      C’est-à-dire que vous faites des alliances manipulatives. Exactement ce que je disais sur vos fausses colères qui ne sont que du chantage émotif.

      http://www.cyberpresse.ca/vivre/societe/201009/01/01-4311700-le-cerveau-des-femmes-fonctionne-differemment-de-celui-des-hommes.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_vivre_259_accueil_POS1

    • Pourquoi tous ces articles sur la rentrée? Est-ce si compliquée? On avait oublié que c’était la rentré dès lundi. On a fait une virée au magasin en 1 heure (et on a pas d’auto) pour les fournitures, on a identifié tous ça avec le kid et puis c’est tout.

      À peu près aussi stressant que passer le balai ou faire son lit. Sérieusement, il y en a qui ont des routines vraiment plattes si la rentrée leur cause du stress.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2010
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité