La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Archive, août 2010

    Mardi 31 août 2010 | Mise en ligne à 10h02 | Commenter Commentaires (40)

    L’art de rester zen, malgré la rentrée

    Silvia Galipeau

    C’est LE sujet de préoccupation du moment: pis, la rentrée, comment ça se passe? Soyons francs: les enfants sont parfois angoissés (des trucs pour les calmer ici), fatigués (des trucs pour les remettre dans le rythme de la routine ), et puis les  parents pas nécessairement archi organisés …

    En un mot: tous les ingrédients pour que ça pète, malheureusement, sont présents: un enfant qui pleure, un parent exténué qui craque…

    C’est justement dans ce climat de fébrilité qu’a atterri sur mon bureau ce livre: Rester zen, malgré ses enfants, tout récemment traduit de l’anglais.  Et c’est aussi dans cette perspective je-ne-suis-pas-zen-du-tout-ces-jours-ci que je l’ai dévoré…

    L’auteure, Hollie Smith, une journaliste anglaise, possède cet humour très British qui donne à la lecture une légèreté, un détachement, juste ce qu’il faut pour dédramatiser des situations par ailleurs potentiellement dramatiques. Bref, juste ce qu’il faut pour en rire.

    Elle rappelle une foule de trucs pour garder son calme, des astuces que l’on connaît tous, mais qu’il ne fait jamais de tort de répéter: identifier les situations explosives (ex: la couleur de l’assiette qui n’est pas la bonne), se préparer pour les désamorcer (ex: changer l’assiette), se simplifier la vie (ex: n’avoir que des assiettes blanches, pour tout le monde), etc…

    Si vraiment, vous êtes au bout du rouleau (votre enfant se roule par terre, parce que, du haut de ses sept ans, il VEUT l’assiette bleue, situation purement fictive, il va sans dire), comptez jusqu’à 10 avant de réagir. Respirez, expirez, prenez-vous un «temps mort», mettez-vous dans sa peau. Et quand vous prenez enfin la parole, prenez soin de parler doucement, lentement, en vous concentrant sur le sujet présent (l’assiette, et non le comportement de toute la dernière semaine, disons).

    Autre truc pratique: songez à ce que ferait votre ami, ce parent modèle (s’il n’existe pas, inventez-le!) dans cette situation. L’auteure rappelle aussi qu’il n’est jamais mauvais de faire quelques entorses aux règles, de temps en temps. Enfin, conseil à garder en tête dans ces matins de course folle: rappelez-vous que les enfants n’ont pas vraiment d’horloge interne. De sens du temps. Rien ne sert donc de répéter: on va être en retard. Pourquoi pas, par contre, vous donner le droit de «glandouiller» (dans la limite du raisonnable) comme eux?

    À noter: le livre est truffé d’anecdotes de parents, qui tous, racontent ce qui les fait monter aux rideaux, comment ils se calment, bref, leurs trucs pour rester zen. Non, vous n’êtes certainement pas seuls à vous servir un petit verre de vin, certains soirs de haute tension …

    Et vous, comment gardez-vous votre zenitude ces jours-ci?

    Lire les commentaires (40)  |  Commenter cet article






    Lundi 30 août 2010 | Mise en ligne à 10h30 | Commenter Commentaires (102)

    Grandir sans Dora, Barney, ni Mickey

    Dora

    Silvia Galipeau

    On le sait, on l’entend et on se le fait répéter quotidiennement: les enfants regardent trop de télé. Consomment trop de médias de toutes sortes. Tous les enfants? Probablement pas.

    Ici, un père de famille (dont les enfants, des jumeaux de cinq ans, font l’école à la maison, ses textes sur le sujet sont ici et ici) déclare que ses enfants grandissent dans un univers où Dora et son cousin Diego n’existent pas. Nada. Pourtant, ils connaissent très bien Sesame Street et Cars.

    Pourquoi? Parce que le couple a fait des choix. Tout d’abord, ils ont suivi la recommandation des pédiatres: leurs enfants n’ont pas été mis devant un écran avant deux ans. Ils ont ensuite décidé que la télé ne serait pas disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Oui, la famille va au cinéma, regarde quelques émissions, loue même des films, mais pas n’importe quoi.

    Vous l’aurez deviné, ils n’ont pas le câble (et certainement pas d’abonnement à Télétoon et autres Yoopa). Mais cela ne veut pas dire qu’ils vivent en marge de la société pour autant. Les gamins, qui commencent à lire, ont déchiffré les publicités de Toy Story 3 et Détestable moi dans le journal. Avant même que leur père ne propose d’aller les voir au cinéma.  Les parents se promettent aussi de leur montrer, un jour de pluie, par exemple,  Star Wars. L’original de 1977, il va sans dire.

    Qu’en pensez-vous? Utopie? Radicalisme parental? Ou gros bon sens? L’auteur ne dit pas ce qui se passe quand ses enfants vont chez des amis … Font-ils par ailleurs une overdose de télé chez leurs grands-parents?

    Et vous, comment contrôlez-vous la consommation télévisuelle de vos enfants?

    Lire les commentaires (102)  |  Commenter cet article






    Jeudi 26 août 2010 | Mise en ligne à 9h54 | Commenter Commentaires (27)

    Stressante, la rentrée?

    Isabelle Audet

    C’est la rentrée ce matin pour beaucoup de petits montréalais. Et qui dit rentrée, dit retour à la routine, nouveauté, et stress. Notre collègue Marie-Claude parle ce matin à juste titre du paradoxe de la rentrée. On retourne au travail, mais on n’a rarement autant de raison de s’absenter. Il y a la rentrée progressive de l’un, il y a les courses à faire, les rencontres des enseignants… Autant de raisons, donc, de prendre congé.

    C’est stressant, oui. Mais j’y vais cette année avec la charte des (Z)imparfaites en tête. On relaxe, on achète les vêtements d’automne à l’automne, on ne se prend pas la tête avec l’horaire du dodo les premiers jours (on vaincra le décalage horaire estival bien assez vite). Aussi, on délègue et on fait comme Mamamiiia et on se tourne vers le surgelé.

    Ou, nec plus ultra des copines, on organise un cocktail d’amies avec comme prix d’entrée, un plat divisé en portions familiales pour toutes les amies présentes. Un plat à cuisiner en grande quantité, et on revient à la maison avec cinq ou six plats différents. Soirée agréable en prime.

    Non, ce n’est pas une surprise. La fin août revient chaque année. Et chaque année, on se réajuste en catastrophe (soupir). Alors, est-ce si stressant chez vous, la rentrée? Des trucs, quelqu’un?

    Lire les commentaires (27)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « jan   oct »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité