La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 29 juillet 2010 | Mise en ligne à 16h30 | Commenter Commentaires (70)

    Un homme, un vrai, en 2010

    Silvia Galipeau

    Comment ai-je pu rater cette nouvelle? Le tout dernier sondage de Askmen.com, portant sur la mâlitude en 2010 est révélateur à plusieurs égards.

    Mesdames et messieurs, qu’est-ce qui fait un homme, un vrai, en 2010? Une majorité de répondants (100 000 Américains, Canadiens, Australiens et Britanniques) affirment que c’est être un bon père et un bon conjoint, et bien s’occuper de sa famille. Devant la richesse, la popularité, et le pouvoir de séduction.

    Quand même!

    Quelques clichés, évidemment: la boisson préférée de ces hommes demeure la bière, une majorité quitterait leur blonde si elle prenait du poids (pff) et plusieurs affirment que ce sont les Italiens qui, de tous les hommes, ont le plus de style.

    N’empêche. Entre autres stéréotypes, on apprend qu’une majorité de gars cuisinent et aiment ça. Et qu’un vrai gars, ça pleure. Oui madame!

    Pensez-y, les filles: si on vous demandait le symbole ultime de la féminité, ce qui fait de vous une femme moderne, une vraie, en 2010, diriez-vous la maternité? Pas sûre.


    • Moi j’essais d’être un vrai mâle dominant mais ma conjointe m’en empêche dès que j’entre dans la maison::::::))))) Bon il me reste toujours la tondeuse et dévisser les pots pour m’affirmer mais bon!!!!

    • Je suis fatiguée de voir toujours revenir cette question concernant ce qui fait “les vrais hommes”. Comme s’il y avait des faux hommes et des vrais. Où que ceux qui n’auraient pas les qualités faisant consensus, ou encore stéréotypé, ne seraient pas des vrais.

    • je ne comprends pas… Sérieusement, je ne comprends pas. Je suis un homme. Mais quand même.
      Alors allez-y, les femmes. Qu’est-ce qui pourrait être un meilleur symbole de la féminité que la maternité? Sérieusement, je me questionne. Je ne vois absolument rien.
      On parle de symbole ici, pas de SEULE VOIE D’ETRE HEUREUSE. vous faites ce que vous voulez de votre vie…
      Mais comme symbole de la féminité?

    • Moi aussi je crois que c’est un homme qui peut s’occuper de ses enfants et de sa famille, un bon conjoint. Une personne vraie, qui ne joue pas de jeux.

    • Ayoye. Une majorité des hommes quitterait leur blonde si elle prenait du poids ? Vraiment ? J’imagine qu’eux, ils n’en prendront jamais, hien ? ;-)

    • Punaise ! On est rendu loin dans la décadence !

    • Non mais, un homme peut s’occuper de sa famille et être aussi sexy, non? Comme quoi une femme peut être mère et encore bien paraitre, et être sexy! Un empêche pas l’autre.

    • Moi aussi je suis fatiguée de toutes ces listes de critères (parfois contradictoires) pour savoir ce qu’est un vrai homme, une vraie femme. Cessons de nous rendre malheureux et malheureuses parce que nous ne correspondons pas à des critères qui changent selon les époques et les pays!

      On ne peut pas plaire à tout le monde et il y aura toujours des gens pour chialer et prétendre que leur vision de l’homme et de la femme sont les seuls valides! Qui veut vivre dans un monde rempli de clones? Nous ne sommes pas des produits manufacturés mais des êtres vivants avec nos personnalités et nos goûts.

    • Ouch ouch j’me sens “sale” après avoir lû ça. Vite une p’tite douche de vrai masculinité!

      http://www.youtube.com/watch?v=NNwIFJGdlTw

      http://www.youtube.com/watch?v=J8FRBYOFu2w

      http://www.youtube.com/watch?v=A7CBKT0PWFA

      ;-P

    • En tout cas ça va être dur de trouver des vraies hommes dans le future car présentement on les élèvent comme des filles et par dessus tout on les bourrent de ritalins.
      Ça risque d’être beau tantôt.

      Aujourd’hui être un vrai gars c’est quasiment obligatoire de penser comme une femme car sinon t’est soit traité de pédophile ou de misogyne.

      Belle société de gars mous.

    • Le vrai mâle est celui qui ne cherche pas à être d’autre chose que ce qu’il est. Un Mâle. Même en 2010.

      Suit ton instinct mon gars

    • Pour ce qui est des filles. Une fille ou femme sportive, anti-avorteuse à l’extrême, évidemment avec un corps bien taillé, ni gras, ni cellulite. La fille/femme doit donc avoir une dimension spirituelle développée. Le gars aussi doit pratiquer des sports afin de garder un corps musclé. Il doit chercher à développer sa dimension spirituelle, mais, sans la présence d’une femme, c’est très difficile à réaliser.
      La fille, consciente de son corps et de son âme, désirera naturellement avoir un enfant de l’homme qu’elle aime. De même pour l’homme.

    • Le vrai homme, c’est le mien ! ;)

    • J’avoue qu’une mère de famille risque plus de correspondre au symbole de ce qu’est une vraie femme qu’une femme d’affaire sans enfant, même si un n’empèche pas l’autre. On parle de symboles ici.

      Et oui le gain de poids peut ètre une cause de séparation mais c’est souvent parce qu’il y a souvent d’autres problèmes qui viennent avec: baisse de la libido, manque d’énergie, jalousie …

    • Personnellement je trouvais ce blog intéressant quand il portait bien son nom… c’est à dire quand c’était un lieu d’échange entre mère sur les alléas de la vie de mère. Non seulement on a ouvert la porte aux pères, hommes et nos défis commun mais comme il fallait s’y attendre ils sont devenus le sujet non pas de conversation mais comme si on n’avait pas le droit de ne pas s’en préoccupper, de ne pas les mettre au centre de notre intérets. Les hommes d’aujourd’hui je parle de ceux de la génération sanwich monopolise l’intérêt depuis leur création. Les hommes de la quarantaine et cinquantaine on toujours besoin d’^tre les enfants chéris de leur femmes, famille et société. Il sont déternelles ados qui refusent bien des responsabilités et veulent que tout le monde se sacrifie pour leurs petits besoins. Ils n’ont pas voulu d’enfant, puis ont changé d’idée et dans bien des cas de conjointe car l’horaire biologique était passé pour l’autre. Ils ont envie de changé de style, de femme, d,orientation, de char, de job et de pays comme si rien d’autre ne comptait plus que leur besoins presonnels. Vous leur fermé la porte a un site, une discussion, une job, ou un commité et c’est la guerre. Plus que leur prédécesseur et leur successeur être admiré, contrôler et écouté partout il n’y en a que pour eux. On doit constament les remettre sur terre et leur rappeler que d’autres choses ont de l’importance comme leurs enfants, leurs parents, la société les autres eux n,en n’ont jamais eu ben ben a foute. Ils ont été rose, métro et maintenant qu’ils refusent de viellir ils vont demander d’être performant, beau, intellectuellement au sommet non pas de la piramide humaine mais ils voudront régner sur l’univers. La question est est-ce que les femmes, les jeunes et les retraités pourront assumer les beau dollards que ça coutera que les garder jeune, fort et libre de toutes obligations (retraite jeune, paiement d’auto les locations racourcissent, opérations de toutes sortes laser yeux, reconstitutions de genoux, hanches, recherches pour les garder performants, sabbatique etc). Ils veulent que leurs parents, leurs conjointes, leurs enfants assument non seulement leur dépenses mais aussi les responsabilités qui leurs revenaient avant. Est-il encore concevable de partager une vie commune avec un conjoint mâle si on a à coeur un soucis d’équité et d’autenticité? Est-il encore réaliste de construire une vie à 2, 4, 6 en ayant pour objectif de finir a 2 ce long périple qu’est la vie. Avons nous raison de s’inquiéter de risquer la détérioration de notre propre santé de nos ressources seront-ils aussi fort que nos pères ou baisseront-ils les bras et touneront-ils les talons à la première embuche?
      Pour en revenir au blog ne devrions-nous pas nous attendre àpouvoir y échanger sur des points de vue féminin? Sur la vie de mère… et je ne parle pas de maternage de mari, conjoints, voisins, collègues etc. ?

    • Pour le poid, est-ce que je quitterais ma femme si elle en prenais?

      -non, mais j’aurais moins envie d’elle, c’est certains
      -Si elle n’en prendrait vraiment trop , genre 100 livre de plus, c’est parce qu’elle passe ses soirée a s’empifrer de chips et alors oui je la quitte.

      Heureusement, ma femme est une vrai MILF et j’ai envie de la baiser comme au premier soir…

    • ya des tous pour tous les gouts…
      l’apparence ce comme un buffet…tu prends ce que tu aimes pis le reste tu le laisse la pour les autres…tous les gouts sont ds la nature….
      ya des stereotypes pour ceux qui veulent les suivrent…
      ceux qui ne veulent pas suivre la parade SONT DES VRAIS qui sont capable de
      s’affirmer seul…VOILA ce que sais un vrai homme ou une vrai femme…
      vivre pour ces principes et ces valeurs et non pour le autres…

    • “si on vous demandait le symbole ultime de la féminité, ce qui fait de vous une femme moderne, une vraie, en 2010, diriez-vous la maternité?”

      Une personne avec une mauvais opinion d’elle-meme qui se plastique ;)

      Blague a part, c’est une evolution evidente des choses. Si on remonte au debut du siecle ou l’homme travaillait et la femme restait a la maison, il est normal que, a cette epoque, le “male ideal” soit decrit comme travaillant, pourvoyeur etc alors que la “femme ideale” etait decrite comme attentionnee, s’occupant de son mari et de sa famille etc.

      Avec l’arrive massive des femmes sur le marche du travaille, il est moins important que l’homme gagne beaucoup (puisque certaine femme gagne autant sinon plus), mais bien qu’il aide aux taches menageres et a s’occuper de sa famille.

      Toutefois, si ma femme decidait de rester a la maison pour s’occuper de la famille, c’est sur et certain que je m’attendrais a avoir une maison rangee et a ne pas avoir a passer l’aspirateur lorsque j’arrive du travaille. Tout comme si les roles etaient inverses, elle ne s’attendrait pas a devoir tondre la pelouse en arrivant.

      Il n’y a pas “d’ideal”. Il suffit de trouver la bonne combinaison entre homme et femme. D’ailleurs, la seule bonne reponse que j’ai trouve a “quelle est la femme ideale” est “Celle dont les defauts me sont les moins irritants et qui est capable de m’endurer”!

      Pour ce qui est de la cuisine: la majorite des grands chefs sont… masculins selon cet article.
      http://living.oneindia.in/men/best-chefs.html Comme je disais toujours a mes exs: “MA salle d’orid, MA cuisine, les autres salles sont a toi.”

    • Diante! Je pensais que tappé sa femme avec une massue et l’amener en poche de patate sur son épaule pour l’acouplement cé ça qui était mâle :(. J’ai du rattrapage a faire, je dois être trop “old school”!

    • Un vrai mâle, c’est celui qui prend soin de ceux qu’il aime, qui est prêt
      à les défendre peu importe les conséquences.

      C’est celui qui assume ses gestes et qui sait comprendre et gérer ses émotions.

      C’est celui qui tente constamment de s’améliorer.

      Et c’est celui qui sait s’affirmer — celui-là devient de plus en plus difficile dans notre société qui devient une sorte de petite dictature féminine.

      Le reste, ce sont des détails. Que vous sachiez construire un cabanon ou non, on s’en fout.

    • Un homme vrai comme une femme vraie ce sont des spécialistes en humanité…
      Ce petit clip donne une idée de cette spécialisation:
      http://www.youtube.com/watch?v=FjAP16tUkA0&feature=player_embedded

    • Évidemment que je dirais la maternité! hahahahaha vous attendiez-vous à autre chose?

      Quant aux réponses données par ces messieurs, j’en prends et j’en laisse. Beaucoup ont bien appris la leçon: pour avoir les faveurs de madame, mieux vaut dire ce qu’elle veut entendre! “oui oui chérie, j’adore m’occuper du ménage”.

      (NB: mon mari m’a toujours désirée même avec les fluctuations de mon poids… par contre, en effet, ses bons copains qui paraissent si “modernes”, eux…)

    • Hahaha elle est bien bonne. J’ai toujours considéré la virilité comme étant la capacité de s’affirmer comme homme sans avoir à se plier au stéréotype (gros char, sport de salon, capacité d’ingurgité de la bière).

      Pour moi le summum de la masculinité est d’être père et d’en être fier tout en étant soi-même sans jouer de rôle.

      Pour moi, ce qui est du symbole ultime de la féminité, c’est la sensualité des femmes.

      @stephanie2009 : On a pas à se conformer à aucune liste ou norme de ce qu’est une vrai femme ou un vrai homme. On a qu’à être nous-même, le reste étant superflue.

    • Plus de guerre à mener, plus de chasse à faire, la virilité est désuète, l’homme parfait est une lavette parfaite et là toutes les matantes peuvent enfin gloser et trop souvent «sous-fantasmer»publiquement…lorsqu’on sait très bien leurs profondes souffrances et leur solitude intimes…misère!

    • Je seconde Angerouquine74.

      Jamais compris cette habitude d’ajouter “un vrai”, “une vraie”, pour décrire un homme ou une femme. Y a-t-il des faux hommes et des fausses femmes en ce monde? (et non, un/une trans ne compte pas comme un “faux”)

      Biologiquement, ce qui défini un homme: un chromosome XY. Une femme: un chormosome XX.

      Pour le reste, c’est dans la tête, et c’est selon l’individu. Ces sondages à la noix, j’en ai rien à cirer.

    • C’est quoi, un homme-pas-vrai ?
      Ou une femme-pas-vraie ?
      Inversez la question, vous verrez que ça ne sert à rien de répondre…

    • @Lagenteféminine
      Plein d’affirmations gratuites dans votre intervention. Toujours, tous, ils, les hommes … tous dans le même panier. La généralisation à outrance, c’est une forme de paresse intellectuelle. Ca, au moins, c’est commun aux hommes et aux femmes.

      Si vos généralisations découlent de votre conjoint, vous avez visiblement pas trouvé le “vrai” homme pour vous. C’est dommage que ça vous donne une image aussi fausse des hommes.

      Vous dites : “Pour en revenir au blog ne devrions-nous pas nous attendre àpouvoir y échanger sur des points de vue féminin?” Bon. Vous l’avez fait et j’espère que vous n’êtes pas trop représentative du point de vue féminin.

    • @Lagenteféminine

      Pauvre de vous. Je vous souhaite de changer de camp et de devenir lesbienne. Mais malheureusement, vous ne pourrez pas participer à ce blogue car il est nommé “La mère blogue” et comme vous serez lesbienne, vous ne pourrez pas être mère. Dommage.

    • Le vrai hommme, c’est celui qui, la première fois qu’on l’a vu, ne faisait rien pour nous séduire, mais nous as fait craquer.

      C’est aussi celui qu’on a essayé, avec succès ou non, de changer au fil des ans pour qu’il répondent à nos critères plus rationnels.

      Mon dieu que je suis rabat-joie aujourd’hui!

    • @bananajoe
      Je ne vais pas défendre lagenteféminine, ses propos m’horripilent. Par contre, d’affirmer que l’on ne peut pas être mère quand on est lesbienne, euh… Je vais vous laisser le bénéfice du doute: vous n’avez pas trop pris le temps d’y penser avant d’appuyer sur “envoyer”, c’est ça ?

    • @Auburn
      J’aime votre franchise. Mon épouse s’est essayée de me changer. Il y a bien eu des petits changements mais je suis resté le même et elle est resté avec moi. Donc tout est ok.

      Moi, j’essaie juste de changer son élan au golf. Elle swinge comme au baseball. Elle pourrait frapper 30 verges plus loin.

    • Bien moi, j’en connais des gars qui ne semblent pas être des vrais gars…celui qui, dénaturé, fait tout pour acheter la paix avec sa germaine, en autre. Ou l’autre, vraiment lâche qui s’en prends aux femmes en leur offrants des claques sur la guelle! Ou ceux qui passent plus de temps que les femmes à s’épiler ou se crémer ( métrosexuel), moi je sais pas, mais, ca m’allume pas trop…

      Un vrai homme, selon moi:

      A le courage de ses opinions
      Sais prendre soin de ceux qu’ils aiment
      Respecte sa famille, la protège.
      Est honnête, responsable at autonome
      Est capable de tendresse, et prêt à évoluer.

      Et s’il est capable de construire un cabanon, ben là, je suis séduite! C’est tellement beau et sexy à voir, un homme qui travaille!

    • @ cjulie

      Je sais Julie. Mais ce que je voulaire faire ressortir comme point, c’est que si pour participer à ce blogue il faut être mère, c’est alors qu’il y a eu un spermatozoïde à quelque part. C’est qui fait que son commentaire est insipide. Oui, c’est rendu possible de faire des enfants avec 2 ovules, mais à part Julie Snyder, je doute que ce soit à la porter de tout le monde.

      De plus, lagenteféminine pourrait lire la définition/mission de ce blogue tout juste àsous les photos de nos blogueuses, ci-haut, et elle pourra voir qu’elle est dans le champs. Finalement, ça en prend du culot pour oser donner une mission à un blogue qui n’est même pas le sien.

      Merci

    • @bananajoe
      Je sais bien ce que vous vouliez dire ! Et je vous assure, la très grande majorité des femmes ne veulent pas d’un blogue “juste pour elles”. Qu’est-ce qu’on s’ennuierait ! Et pour ce qui est du culot, vous avez totalement raison, d’autant plus que les “mères” qui bloguent encouragent souvent la participation des hommes !

    • @cjulie
      Si j’ai bien compris le texte, on n’y dit pas qu’une majorité d’hommes quitteraient leurs femmes si elles prenaient du poids… On y dit que plusieurs femmes sondées CROIENT qu’ils les quitteraient.

      @lagentefeminine
      Un homme qui parle des femmes comme vous le faites des hommes est un misogyne alors il ne faut pas vous étonner si on vous croit misandre. Votre texte est plein d’idées reçues et fausses. Vous vous plaignez qu’on a « ouvert ce blogue » aux hommes mais je suis persuadé que vous êtes la première à dénoncer ce qui n’est pas accessible aux femmes. On a fermé les tavernes mais la Commission des droits de la personne permet qu’on ouvre des centres sportifs qui n’accueillent que les femmes sous prétexte que les femmes qui y vont sont dérangées par la présence masculine (on part du principe qu’un homme peut déranger mais pas une femme).

      Pour ce qui est de la question posée ici, elle est fallacieuse. Pénis = homme, vagin = femme. Il ne faut pas chercher plus loin. Pour le reste, chaque individu est unique.

    • Une chose est certaine, la définition de ce qu’est un “vrai homme” a bien changé en cent ans.

      Et ce changement ne vient malheureusement pas des hommes eux-mêmes mais est apparu en réponse aux attentes féminines.

      Des attentes féminines trop souvent idéologiques (féminisme) et trop souvent irréalistes.

      Je ne pense pas que les hommes en général soient plus heureux d’avoir perdu l’importance qu’ils avaient au sein de la famille comme seul pourvoyeur obligé, comme protecteur de sa femme et de ses enfants, comme leader, comme exemple positif.

      Ce rôle a été remplacé, en accord avec les attentes féminbistes et féminines, en rôle de ménagères épilées, pleurnichards, culpabilisés et désemparés.

      Les hommes ont été encouragés dans cette chute par un bombardement publicitaire et médiatique qui les décrit comme des êtres violents, menteurs, alcooliques, dépressifs, maladroits et lâches.

      Comparativement aux femmes qui sont décrites par les mêmes publicités et les mêmes médias comme étant en contrôle, responsables, courageuses, travaillantes et altruistes.

      Dites-vous bien une chose: si les entreprises dépensent des milliards de dollars en publicité, c’est parce que ça fait passer le message.

      Que ce message soit d’acheter un produit ou que ce message soit que les hommes sont des êtres inférieurs et des citoyens de seconde classe.

      Ce message est aussi véhiculé par le système d’éducation où on fait “place aux femmes” et on encourage les hommes “à se tasser”.

      À tel point qu’un gars qui a trop d’énergie à dépenser comparativement à une fille est mis sur le Ritalin pour “qu’il se calme”, qu’il se féminise quoi.

      À tel point qu’on fait des programmes d’encouragement financier pour filles seulement (campagnes “chapeau les filles” et “excELLES science”) pendant qu’on laisse les gars décrocher du secondaire en masse.

      Au final, cette féminisation de l’éducation fait en sorte que ce sont majoritairement des filles qui accèdent à l’université et donc aux jobs payantes, il s’ensuit que c’est toute la société qui se féminise.

      De la garderie au secondaire, en passant par la maternelle, le primaire, les directrices, les surveillantes, les psychologues et les conseillères en orientation, il est théoriquement possible qu’un gars ne voit aucune homme comme exemple de masculinité, de la garderie jusqu’au CÉGEP.

      Si on ajoute à ça un père expulsé de la cellule familiale parce que maman n’avait plus besoin de lui, juste de la pension alimentaire, ben on se retrouve avec des garçons qui sont devenus une génération d’hommes roses, de métrosexuels épilés, de moumounes sans colonne éduqués en cela par la télévision et le système d’éducation.

      Personellement je ne regarde plus la télé depuis des années, c’est trop révoltant les messages qui y sont véhiculés contre les hommes.

      Si on me demande ce qui définit un vrai homme, je dirais que c’est quelqu’un qui ne se laisse pas définir par une femme, ou par une société féminisée.

      On peut se faire conseiller par ses amis à la rigueur, mais on se doit de garder le verdict final. Notre vie et ce que nous en faisons nous appartient à NOUS et à personne d’autre.

      Un vrai homme c’est quelqu’un qui est capable, par ses propres moyens, de se définir lui-même.

    • @ cjulie

      C’est un plaisir de vous lire.

    • Un vrai homme c’est quelqu’un qui reste lui même dans cette société féminisée à l’os.Qui refuse de se faire changer par sa femme.Qui dénonce la discrimination “positive” et tous les programmes qui favorisent un sexe (toujours féminin) plutôt qu’un autre.Un vrai homme envoie chier le gouvernement qui veut de plus en plus le contrôler avec des lois infantilisantes.
      Hélas au Québec il n’y a plus d’hommes…

    • @math77 : Votre commentaire est l’un des plus intelligents qu’il m’ait été donné de lire depuis très longtemps. Merci.

      @lagentefeminine : Votre commentaire est l’un de ceux qui m’a le plus conforté quant au bon sens, à la raison et à la modernité que je reconnais chez ma copine depuis très longtemps. Merci.

    • Non mais, jusque le titre de ce blogue Un homme, un vrai, en 2010 me désole. Donc j’imagine que les femmes s’attendent à ce que leurs hommes, comme une automobile, se présentent sous différentes formes et couleurs pour répondre à nos exigences évolutives.

      Sincèrement, je crois que les femmes n’ont pas toujours acquis la compétence d’utiliser ce nouveau pouvoir. C’est comme si on considérait les hommes comme des objets. Parfois, on dirait qu’on a tout écrasé sur notre passage. Nos conjoints et nos fils ont la vie dure ces temps-ci. A quand le juste équilibre?

    • @ fredvincent 29 juillet 2010 23h49

      C’est peut-être plus d’information que nécéssaire…

    • jim777

      100 % d’accord!

    • Être soi est parfois la chose la plus difficile qui soit. C’est tellement plus facile se conformer et de ne pas faire de vague. On sacrifier notre authenticité parce qu’on s’imagine qu’on sera mieux accepté de cette façon mais tout ce qu’on réussi à faire c’est de se coller un masque sur le visage. Ça prend du courage pour oser être soi car, croyez-moi, il y a effectivement moins de gens qui nous aime mais au moins comme ça, c’est notre véritable visage que les gens voient lorsqu’ils nous regardent.

      Et si les hommes et les femmes refusaient d’être définis par des stéréotypes et décidaient de lutter ensembles plutôt que les uns contre les autres pour que les enfants puissent grandir sans subir l’angoisse perpétuelle de ne pas correspondre à des standards? Il faudra certes renoncer aux stéréotypes qui nous avantagent et pas seulement à ceux que nous n’aimons pas mais nous y gagnerons en montrant aux enfants de quoi peuvent avoir l’air des adultes authentiques.

      Foutons la paix aux enfants au lieu de les obliger à se rendre malade du regard des autres tout en prétendant leur donner de la confiance en eux! Laissons-les exprimer leurs goûts et leur personnalité même lorsque ça ne correspond pas à l’idée qu’on se fait d’un homme ou d’une femme. Les adultes les plus épanouis sont ceux qu’on a laissé être eux-mêmes lorsqu’ils étaient enfants.

    • @ lagentefeminine

      On dit la GENT féminine, pas la GENTE féminine.

      La gent trotte-menu (souris)
      La gent masculine
      La gent ailée (oiseaux)
      La gent canine

      ..Gent est un nom féminin qui signifie un groupe d’individus ayant des caractéristiques communes.
      ..Gente est un adjectif. On peut donc dire comme autrefois “une gente dame”

      Signé: une vraie femme qui gère et qui mène.

    • Que de réactions agressives à mes opinions personnelles. Il ne sagit pas ici de produire un rapport scientifique et de démontrer statistiquement ce que la majorité des gens… femmes ou mères pensent. Mais comme pour tous les autres interlocuteurs exprimer mon opinion personnelle.
      Bien sur chacun peux exprimer sont accord ou désaccord face aux opinions d’autrui mais de la à blasfémer contre les personnes qui osent de bonne foi les exprimer. C’est comme dire si on est pas d’accord avec la majorité (ici je n’ai pas fait de statistique mais je pense qu’au nombre de mots la majorité proviennent d’hommes) et sans êtes en guerre d’emblé de s’exprimer contre la place de hommes dans ce blogue même les femmes prennent la parole … comme toujours pour leur laisser la parole et défendre le droit des hommes a tout controler.
      C’est intéressant de relire les comm. et mon comm et de voir que c’était plus que lucide de ma part d’avoir anticipé ce genre de réaction. L’avenir fini tpoujours par donné raison. C’est pourquoi les écrits sont toujours plus valable que les paroles car elles ne s,effacent pas aussi vite. Encore moins aujourd’hui qu’hier puisqu’on peut en evoyer des tonnes de copies d’un simple clique. Écho, écho, échos ça fini toujours par revenir comme un boomrang derrière la tête.
      Je pense souvent qu’un bon scénario de film serait de montrer ce qui se passent la nuit dans les chaumières. Évidement je parle de la vie des femmes. Pas des ronfleux qui n’ont pas de vaissies a vider, d’eau à boire pour combattre la déshydratation que cause les chaleurs et de listes de choses à faire à noter durant la nuit. Les hommes sont de plus en plus mysogynes… du moins ils s,en cachent de moins en moins et leurs réactions sont clairement décrites ici. Si on est pas yes men vous avez raison par tout pour vous on devrait vous donner raison et je jamais oser dire quoi que ce soit contre vos attitudes égoistes sans risquer la condamnation ou passer pour une mal baisée. Alors qu’une femme qui prend la parole sur un site d’autos n’a a peu près pas de crédibilité sauf si elle se limite a parler de couleur.

    • En passant pour ne pas être mal interprétée je tiens a préciser que j’empathise avec les mal baisées, je n’ai rien contre les lesbiennes même si je n’en suis pas une et que je ne déteste pas tout les hommes seulement ceux qui on qui ont un égo démesuré ou qui sont violents. (malheureusement je n’ai pas de statistiques sur le poucentage de la population total d’homme que ça peut représenté;ç)

    • @ lagentefeminine

      Vous dites et je cite:

      “Alors qu’une femme qui prend la parole sur un site d’autos n’a a peu près pas de crédibilité sauf si elle se limite a parler de couleur.”

      Réponse:

      Je vous signale qu’ici même sur cyberpresse, Ddamali Kalibbala, une femme, propriétaire du garage “La Shope” à Mascouche, est mécanicienne depuis presque 10 ans et a son propre blogue sur la mécanique automobile.

      La très grande majorité des commentaires y sont respectueux et intéressants, voire même admiratifs.

      Vous pouvez aller faire un tour et le constater par vous-même ici: http://blogues.cyberpresse.ca/monvolant/kalibbala/2010/07/21/nettoyer-les-injecteurs/

      Vous dites aussi:

      “Que de réactions agressives à mes opinions personnelles.”

      Réponse:

      Selon vos commentaires précédents, les voici vos opinions personelles;

      Citations:

      -”les hommes sont d’éternels ados qui refusent bien des responsabilités et veulent que tout le monde se sacrifie pour leurs petits besoins”

      -”On doit constament les remettre sur terre et leur rappeler que d’autres choses ont de l’importance comme leurs enfants, leurs parents, la société les autres eux n,en n’ont jamais eu ben ben a foute.”

      -”un bon scénario de film serait de montrer ce qui se passent la nuit dans les chaumières. Évidement je parle de la vie des femmes. Pas des ronfleux qui n’ont pas de vaissies a vider”

      -”Pour en revenir au blog ne devrions-nous pas nous attendre àpouvoir y échanger sur des points de vue féminin? Sur la vie de mère… et je ne parle pas de maternage de mari, conjoints, voisins, collègues etc. ?”

      Fin de la citation.

      Vous préférez qu’on parle de votre rôle de mère ?
      Parlons-en de votre rôle de mère.

      C’est ça que vous enseignez à votre fils ou aux fils de vos amies ?
      C’est ça que vous pensez de votre conjoint ?
      Des conjoints de vos amies ? De leurs frères ? De leurs pères ?

      Vous êtes pas contente des réactions et vous voulez qu’on vous applaudisse parce que vous êtes bourrée de mépris envers les hommes ?

      Vous dites en terminant et je cite:

      “je ne déteste pas tout les hommes seulement ceux qui on qui ont un égo démesuré ou qui sont violents. (malheureusement je n’ai pas de statistiques sur le poucentage de la population total d’homme que ça peut représenté)

      fin de la citation.

      Ben vous nous prenez (en plus) pour des imbéciles, parce qu’en relisant vos commentaires, on voit bien que selon vous, TOUS les hommes sont des minables, et ceux qui osent vous contredire là-dessus sont “des hommes à l’égo démesuré” ou qui sont “violents.”

      On voit bien là une tactique féministe classique.

      Une petite anecdote:

      Une fois, lors d’un souper au resto dans les années 80, une femme s’est allumée une cigarette en plein repas en déclarant: “les hommes qui nous empêchent de fumer sont violents”.

      Personne n’a osé protester. Pas même moi.
      C’est bizarre à l’époque on nous disait que c’étaient les hommes qui avaient tout le pouvoir et faisaient tous les règlements.
      On a été obligé d’endurer la boucane de cette féministe par peur de se faire juger par elle.
      Et on a fini notre repas avec des airs de petits chiens battus.

      Maintenant c’est fini ce temps-là, le temps du chantage émotionnel et du féminisme misandre dont vous êtes vous même un fossile vivant.

      De plus en plus d’hommes et de femmes en ont marre de votre idéologie à la con et de vos tactiques déloyales pour les faire imposer.

      Va falloir vous adapter à un monde qui accepte de moins en moins les mensonges, les fausses accusations, le mépris, les insultes, l’infantilisation du mâle, la manipulation, le chantage émotionnel, la violence verbale et psychologique, les claques, les larmes de crocodiles et le male-bashing dont vous et vos copines féministes nous ont gavés honteusement durant les quatre dernières décennies.

    • @Montréalaise
      On peut voir son nom comme ” l’agente féminine “. Elle essaie de faire la police !!!

      @lagentefeminine
      Tout ce qu’on vous reproche, c’est de faire de la généralisation à outrance (comme Jim777 d’ailleurs). Vos décrivez le comportement de “certains” hommes. Pas “tous” les hommes. Soyez assez honnète pour l’admettre.
      Votre discours perd en crédibilité quand vous faites ça.

    • Une petite leçon de française pour la gére méne mon réal aise…
      je dit l’agente féminine. À votre aise gente dame de Montréal. Ce fut un plaisir d’échanger ce point de vu d’agente de moult qualificatifiants et disqualifiants.

    • @lagentefeminine et @jim777
      Oulala… même s’il y a quelques points qui effectivement méritent réflexion, vos commentaires sont en général assez extrémistes. D’un bord comme de l’autre. On ne peut pas rester dans l’équilibre?

      C’est drôle, je parlais justement des hommes et des femmes avec un collègue et il me disait qu’effectivement, dans les médias, il trouve les hommes sont souvent représentés de façon péjorative et que leur seul rôle qui leur reste est d’être procréateur. Mais en même temps, les femmes n’ont pas encore atteint l’égalité, il y a encore beaucoup de travail à faire. Toutefois, ne pourrait-on pas le faire sans taper sur la tête des hommes? À part les féministes extrémistes, les femmes veulent l’égalité, pas la supériorité. :)

      Pour en revenir au sujet, moi aussi je n’aime pas trop le titre. Un vrai homme, une vraie femme? C’est négatif, d’un bord comme de l’autre. On est des êtres humains, tous différents, avec tous des goûts différents. Oui, le sondage montre la tendance générale, mais ce n’est pas la ligne de conduite.

      En bout de ligne, je crois que ce qui compte, c’est le respect car c’est ce qui amène tout le reste.

    • @ ladyt

      Bonjour.

      Vous dites:

      “Mais en même temps, les femmes n’ont pas encore atteint l’égalité, il y a encore beaucoup de travail à faire.”

      ——————-

      Moi je suis bien d’accord avec l’égalité, mais il faudrait d’abord définir ce que c’est.

      Et définir l’égalité ça prendra l’éternité.

      On entend tout le temps dire, “on veut l’égalité, on veut l’égalité” mais très rarement on se fait concrètement dire ce qu’on entend par là.

      On sous-entend par contre que c’est la faute des hommes si les femmes n’ont pas “l’égalité” et que nos taxes à tous, hommes et femmes, doivent payer le financement d’une myriade d’organismes et de salaires à des fonctionnaires féministes pour y remédier.

      Ça va du Conseil du Statut de la Femme à la Fédération des Femmes du Québec en passant par la “Table de concertation des groupes de femmes de la Gaspésie et des Îles” (???)

      Leur dernier coup d’éclat ? Monter aux barricades et ameuter les journalistes pour dénoncer une pub avec Georges Laraque ou quelques pitounes ont montré leurs jambes un petit peu trop.

      Le gros drame quoi.

      Pourtant des gars dont on ridiculise la masculinité il y en a en masse dans les publicités et là il n’y a pas un mot de la part des mêmes organismes féministes.
      C’est ça l’égalité peut-être?

      Et puis au fait qu’en est-il de l’égalité pour les hommes ?
      Est-ce qu’ils y ont droit eux aussi ?
      Comment ça se fait qu’il y a 19 sans-abris masculins pour une femme et qu’on ne fait rien ?
      Comment ça se fait qu’il y a plus de détresse et de suicides chez les hommes et qu’on ne fait rien ?
      Pourquoi on aide pas davantage les jeunes décrocheurs qui sont en majorité des garçons ?
      Pourquoi si un gars va sur le site de “s.o.s.violence conjugale” parce qu’il se fait violenter verbalement, psychologiquement et physiquement par sa conjointe tout est conjugué au masculin comme si la violence envers les hommes n’existait tout simplement pas ?
      Pourquoi fait-on des campagnes publicitaires pour les cancers spécifiquement féminins en demandant de l’argent aux deux sexes?
      Pourtant le cancer frappe tout le monde non ?
      Pourquoi on nous dit que les hommes font de plus gros salaires à travail égal alors qu’ils travaillent généralement davantage, font plus d’heures supplémentaires et font des métiers plus risqués ou qui demandent des études plus poussées.
      Pourquoi on n’a pas un Secrétariat à la Condition Masculine au gouvernement pour se pencher là-dessus et y remédier ?

      Voyez-vous comme la vie est injuste ?
      Voyez-vous comment ça devient compliqué de définir “l’égalité ?”

      Le problême avec “l’égalité”, peu importe comment on la définit, c’est qu’elle ne règlera jamais le fait qu’on naît tous différents, avec des avantages et des désavantages.

      Non seulement les hommes vis-à-vis les femmes, mais les femmes entre elles et les hommes entre eux.

      Moi par exemple, je ne serai jamais bon en mathématiques et à cause de ça je ne serai jamais ingénieur.
      C’est pas juste mais c’est comme ça.
      J’ai fait autre chose c’est tout.

      Je vais quand même pas faire une plainte à la comission des droits de la personne ?
      Ça serait absurde.

      Mais une féministe dans la même situation et face au même problême par contre elle va dire qu’une coiffeuse devrait être payée autant qu’un ingénieur pour qu’on ait enfin “l’égalité”.

      Et qu’en attendant, ben il faut financer les organismes féministes et blâmer les hommes ad vitam aeternam pour remédier à ce faux-problême.

      Vous saisissez la nuance ?

    • @ Ladyt de vrais hommes et de vraies femmes devraient a tout le moin avoir droit a des opinions personnelles même si elles ne rejoingne la nécessairement l’idéologie des politicly correct. Une personne autentique devrait pouvoir remettre en question les idées véhiculées dans les médias et malgré que certaines idées puissent paraitre aujourd’hui vraisemblables et meilleures… l’histoire nous a démontré que bien souvent les idées du discours dominant était à côté de la track et n’amenait nécessairement de meilleures résultats ou la paix. De temps en temps il ne faut pas essayer de se faire aimer en répétant le discours officiel et en disant tout haut ce que bien des gens pensent tout bas. Ce sont les idées réactionaires, révolutionaires et visionaires qui ont fait évoluer le monde pas toujours dans le bon sens j’en convient mais le disours male qui accusent toutes femmes réclamant le droit a certains endroits d’échanger entre elles, qui les percoivent toujours comme une menace et s’en sentent automatiquement victime j’en ai raz le bol. C’est quoi cette paranoia ou plutot se besoin de venir se m^ler aux disussions pour faut bien le constater toujours chanter la complainte du phoque en alaska. Un homme un vrai pour moi àa n’est pas une grande guele qui veut toujours prendre le plancher et passer pour un spécialiste de tout les sujets. Au contraire il sait écouter, prendre une distance quand il n’est pas concerné et respecte les opinions des autres même s’il n’est pas d’accord il n’a pas a essayer de dénigrer ceux qui ne partagent pas sont avis. Parlant de généralisation. Quand on essaie de me faire porter le blame des actions de toutes les femmes et endosser les sarcasmes qui haineux sous prétexte que monsieur le psychanaliste a un besoin inéluctable d,utiliser un mot dont il ne semble même pas connaitre la signification réelle j’ai l’impression que le petit monsieur a besoin d’une théralie ou d’un cours de français. En passant le petit monsieur ma déjà servi ces sarcasme sur un site de science et un autre d’actualité parce qu’il cherche toujours a mettre au pilori les femmes qui prennent la parole.

    • “Les adultes les plus épanouis sont ceux qu’on a laissé être eux-mêmes lorsqu’ils étaient enfants”

      Preuves et études scientifiques à l’appui?

      Non mais sérieusement là, ça veut tellement pas dire grand chose! mais oh comme ça fait môderne…

      J’aimerais bien savoir ce qu’on entend par “être soi-même” quand on parle d’un bébé, d’un tout-petit!! Si on les laisse seulement être “eux-mêmes”, ils deviendront “rien”! parce que c’est par le contact avec nous et par leur désir de s’identifier à d’autres qu’ils finissent par devenir quelqu’un! mais on a tellement peur, à cause des biens-pensants de tout acabit, de réellement diriger le traffic! encore une fois un exemple de ce que devient le parent québécois: une lavette mollassonne sans identité.

    • La masculinité, pour moi, c’est prendre en charge, protéger, prendre ses responsabilités, pourvoir…

      La féminité, pour moi, c’est donner naissance, protéger, donner de l’affection, soigner, séduire, materner, entretenir…

    • Lagenteféminine: “mais le disours male qui accusent toutes femmes réclamant le droit a certains endroits d’échanger entre elles, qui les percoivent toujours comme une menace et s’en sentent automatiquement victime j’en ai raz le bol”

      C’est pourtant ce qu’on n’a pas arrêté de faire aux hommes depuis 50 ans! Envahir tous leurs “endroits” pour échanger entre eux! Envahir tout le territoire masculin! Et pas seulement des endroits au sens physique du terme (on n’a qu’à penser aux tavernes! bienvenue aux dames…), mais aussi leurs rôles (pourvoyeurs, protecteurs, dominants), leurs forces (l’armée, les sports, etc.), leurs passe-temps (la chasse, la pêche, le hockey, prendre une brosse, roter…)… les femmes ont envahi tous les territoires autrefois occupés surtout par des hommes! Et maintenant, vous voudriez que les hommes n’aient pas le droit de venir de notre bord? Eille… Avant de vouloir des lieux pour échanger “entre femmes”, fallait y penser avant d’aller faire ***&(*) les hommes partout où ils étaient “entre eux”!

      Quant à “se sentir victime”, c’est la grande spécialité des femmes depuis des décennies! Même pas capable de voir ce qu’elles ont et que les hommes pourraient envier… Non! surtout pas! Il ne faut pas être contente de ce qu’on a comme femme! Il faut vouloir et obtenir tout ce que les hommes ONT!

      Venez pas faire la leçon, madame l’agente féminine…

      Ceci dit, je constate que beaucoup sont mal à l’aise avec l’expression “vrai homme” et “vraie femme”, parce que de nos jours, on a plus le droit… La féminité n’a plus de caractéristique identifiable. La masculinité non plus. On n’a plus le droit de laisser entendre que telle ou telle qualité est plus féminine ou plus masculine. Eh bien moi, je m’arroge le droit de dire “vrai homme”! J’entend par là homme virile, un homme masculin, un homme fondamentalement mâle. Ça existe. Et l’homme rose n’est pas cet homme “vrai”. Point.

    • Les principes masculins et féminins, si bien définis autrefois et maintenant malgré les % de progestérones et de testostérones selon les personnes et selon les âges, sont aujourd’hui dans des zones grises tout simplement parce que les moeurs ont changées et il est devenu acceptable pour chacun de vivre et de démontrer d’une manière authenque ce qu’ils vivent et ressentent.
      D’aucun diront que c’est pire car ils ont perdus leurs repéres sur qui devraient et pourraient faire quoi et a quel moment. Moi je pense qu’évidement il faut évoluer plus vite en maturité pour pouvoir bien assumer nos états physiques, psychiques et psychologiques, moi je pense que cette liberté donnera à ceux qui oseront s’écouter un équilibre et une harmonie qui autrefois n’étais pas possible à cause de tous ces masques et violences faites à eux même (et je présume retransmises aux autres car ne pouvant vivre d’une manière intègre ils finissaaient par se rendre malade).
      Si chacun a le droit d’exprimer ce qu’il est (on s’entend du moment que ça respect les autres et ne leur fait pas violence), nous atteidrons un niveau d’évolution et d’harmonie jamais atteint dans toute l’histoire de l’humainté. S’accepter soi-même et accepter son prochain dans son intégrilité va nous permettre de faire des pas de géants vers la paix et la reconnaissance de l’importance de protéger la vie de tout être vivant sur cette palnète.

    • @jim777 pour je ne sais quelle raison vous ne voyez et ne voulez comprendre le bien fndé des groupes féministes. Il existe et ce malgré bien de autruche des inégalité entre parité de salaire pour même fonction mêmes études, de même pour même niveau d,étude juste par ce que traditionnellement c’est métiers étaient masculin et qu’il devaient assumer les charges financières de la famille. Aujourd’hui il n’y a pas que la famille qui a éclaté, les responsabilités financières se sont accrues et malheureusement se sont la pluspart du temps des femmes qui doivent en assumé les frais ce qui augmente le nombre d’enfants vivant dans la pauvreté et ce malgré qu’on paient des impôts (hommes et femmes) astronomiques. La facture augmente mais les services diminuent. Il faut travailler plus d’heures finallement àa n’est plus juste une clé au cou qui pent dans le coup de jeunes enfants mais les échecs scolaires et le manque de soutient psychologique car ou bien les enfants sont élevées des femmes seules… absentes bien malgré elles ou bien ils sont élevés par des femmes peut scolarisées et illétrées malgré leur bon vouloir et leur disponibilité ne peuvent pas grand chose pour les aider. Et comme le système scolaire est syndiqué à l’os ils n’ont que faire de ceux qui ne peuvent suivrent le rhytme.
      Un chauffeur de camion de vidange, un soudeur, un apprenti de la construction n’a pas plus d’éducation et de responsabilités dans sont travail qu’une coiffeuse, une préposée aux personnes aées ou une travailleuse en service de garde pourtant ils sont lieux payés. Pourquoi il y a moins d’hommes dans ces emplois parce qu’ils leur faudrait envisager une vie sans responsabilités familiale. Àa n’est pas le cas de ces femmes qui choisissent elles pensent que si elles décident d’avoir des enfants àa sera avec quelqu’un qui partagera avec elles ces responsabilités. ERREUR, la pluspart prennent la poudre d,escampette et ne paient pas leur pension alimentaire en plus. Arrêter de croire au père noel et ne faites plus d’enfant? Je pense que le besoin biologique de se reproduire se ressent plus fort chez les femmes et elles finissent par croire aux belles paroles des grandes gueles qui n’ayant pas encore été semoncé des coup de fusils du démond du midi sont sincére.
      Il faut évidement trouver une autre façon de faire assumer équitablement et ce pour le bien des enfants le partage non seulement mais tâches mais des responsabilités. Moi j’imposerais par la loi l’obligation de maintenir le foyer dans lequel les enfants ont été élevé et donc garder leur environnement social (ce qui obligerait les gens a s’établir dans un quartier qu’ils peuvent se payer considérant les probabilités d’échecs) et obliger les parents a y vivre une semaine sur 2 pour assumer leur responsabilités. Donc ça limite automatiquement a 2 famille reconstituées avec enfants). On va leur couper la zigotte. Fini de repartir leur vie a zéro en effaçant leur vie d,avant. Selon moi c’est un minimum que chaque parents doit a sa progéniture une semaine sur 2. Avec tout les moyens de contraception qui existent il y a des limites a imposer et ça doit se faire en égart é l’équilibre de vie dont ont droit les enfants. Les enfantillages c’est assez. Les responsabilités c’est pour les grands et c’est a eux de se promener avec leur valise.

    • @ jim777

      Je suis d’accord, l’égalité, ça peut être très vague comme concept. C’est comme la littérature, faut pas trop essayer de le définir, sinon on va se ramasser avec la 3e guerre mondiale. :)

      Mais plus sérieusement, vous avez amener des points intéressants, quoique j’avoue encore un peu extrêmes. Peut-être qu’il existe trop de groupes de femmes (certains dont je ne soupçonnais même pas l’existence!) et je ne suis vraiment pas contre qu’il existe un jour un groupe pour les hommes. Pourquoi pas? Si effectivement les hommes se sentent maintenant exclus de cette ascension féminine, ils devraient se créer une association masculine, non pas contre les femmes, mais pour travailler avec elles et les ramener à l’ordre (avec respect, cela va sans dire) lorsqu’elles vont trop dans une direction disons extrême.

      Pour ce qui est de tous les points que vous avez soulevés, je me dois de les contredire presque tous. :) J’ai vu beaucoup de soutien pour les jeunes hommes et la prévention du suicide, de même que les jeunes décrocheurs (mais j’avoue que j’aimerais bien voir plus d’hommes professeurs). Je n’ai aucune information sur la violence conjugale faite par les femmes (mais je sais très bien qu’elle existe) et j’habite une petite ville où il n’y a pas beaucoup de sans-abri, donc je ne me prononcerai pas là-dessus.

      En ce qui concerne les pubs sur les cancers, j’en vois surtout quand LA journée approche. Lucémie? Surtout des enfants. Le sein? Ah, ça c’est sûr, c’est plus les femmes, le cancer du sein chez l’homme étant beaucoup moins courant. Et pourquoi demander de l’argent aux 2 sexes? Parce que ça ne concerne pas seulement la femme atteinte, mais aussi son mari et ses enfants. Ils s’inquiètent tous pour elle et si elle meure, c’est tout le monde qui est affecté.

      Tout comme un enfant qui meure de leucémie ou un homme qui meure du cancer de la prostate.

      Pour ce qui est de l’égalité du salaire, là je tombe des nues. Je suis pour le “à travail égal, salaire égal” mais jamais pour qu’une (ou un!) coiffeuse gagne plus qu’un (ou une!) ingénieur! Il y a vraiment quelqu’un qui a demandé ça? lol

      Mais oui, je suis d’accord que la vie est injuste et qu’il y a certains faits qu’on ne peut pas changer. Là où j’ai de la difficulté à avaler la pilule, c’est lorsque la personne a tout à fait les qualités (et la passion!) requises pour faire un travail mais qu’on lui dise non à cause de son sexe. Ou alors qu’on lui dise oui mais avec un salaire bien en-dessous de ce qu’il devrait être.

      Que ce soit une femme dans un mileu d’hommes, ou un homme dans un milieu de femmes.

    • @ lagentefeminine

      Je suis d’accord que tout le monde a le droit de dire son opinion même si, comme vous dites, elle ne rejoint pas la norme. Et on se doit d’être honnête envers soi-même et les autres et si pour ça, il faut déranger les biens-pensants, ben tant pis!

      Mais où j’ai un problème, c’est quand on commence à s’oublier et à finalement devenir ce que contre quoi on combattait au début. Le discours mâle dominant s’est effectivement trompé à maintes reprises, a voulu clouer le bec à bien des femmes, etc. Et si dans bien des pays, c’est encore ce discours qui a le dessus, ce n’est pas le cas au Québec. On n’a qu’à regarder ce que le Mgr Ouellette a suscité comme réactions, autant des femmes que des hommes!!!

      Comme je disais, il y a encore du travail à faire, mais pas comme dans le passé. Dans ce temps-là, les femmes se devaient de crier, de révolutionner pour pouvoir se faire respecter. Mais maintenant, on se doit de revoir notre approche, plus dialoguer avec les hommes que de s’imposer. Car la société écoute les femmes, peut-être même un peu trop, dans certains domaines.

      Pour ce qui des hommes qui ne se mêlent pas de leurs affaires, j’ai le regret de vous dire que ce n’est pas toujours le cas. :) Je travaille dans un milieu de femmes et ce sont souvent les femmes qui parlent le plus. :)

      Mais je suis d’accord sur un point: homme ou femme se doit d’apprendre à écouter et à respecter les opinions des autres, tout en gardant les siennes, évidemment.

    • @ vivianep

      Je ne crois pas que la personne (je ne sais plus qui, désolée!) parlait d’un tout petit bébé lorsqu’elle parlait de laisser l’enfant être lui-même. :) Je crois plus que, si la petite fille veut jouer avec un camion et non avec une poupée, on devrait la laisser faire, de même qu’un gamin qui veut jouer à la dinette. Combien de jeunes filles “tomboy” on a voulu rendre plus “féminines” et qui pour faire plaisir, ont accepté et ont des problèmes psychologiques? Combien de jeunes garçons ont voulu devenir artiste, mais ont à la place repris le garage de papa et qui sont tombés en dépression?

      Pour moi aussi, la masculinité, c’est protéger, c’est une certaine autorité, c’est être direct…

      La féminité, c’est donner naissance ou du moins, être maternelle, être diplomate, être ratoureuse (dans le bon sens!), être séduisante… (On se rejoint là-dessus. :)

      Mais pour les autres points, je les vois autant du côté masculin que du côté féminin.

    • @jim777
      Je dirais qu’un « homme, un vrai en 2010 », c’est celui qui est capable de se redéfinir une virilité dans une société où les femmes prennent graduellement la place qui leur revient.
      Ce n’est visiblement pas votre cas… peut-être pourrez vous un jour compter sur un « Secrétariat à la Condition Masculine » pour vous aider dans votre épanouissement… moi, je n’en ai pas besoin !
      Je connais bien votre rhétorique vaseuse pour en voir déjà pris connaissance sur un autre blogue. (certains passages de votre texte sont du copié-collé de vos commentaires précédents)…il est inutile de me répondre, je ne vous lirai pas.

    • @lagentefeminine
      Pourriez-vous s’il vous plait abréger vos commentaires?…c’est un peu touffu !
      On apprécierait que votre texte soit plus court… à la mesure de vos idées.

    • J’espère sincèrement que L’agente féminine n’a aucun enfant… Ses garçons, élevés dans la certitude qu’ils ont le Mal inscrit dans leurs gènes, et ses filles, dans la méfiance constante des méchants mâles qui rôdent tout partout. Si vous remplaciez “mâles” et “hommes” par “Juifs” dans ses textes, elle pourrait succéder à Heinrich Himmler, le second d’Adolf.

      Pauvre individu, surement abusée dans sa jeunesse. Personnellement, j’ai été voisin d’un homme battu par sa femme (elle faisait au moins 40 lbs de plus que lui, et on a dû intervenir à qqs reprises. Il a tjrs refusé de porter plainte). Comme de quoi, l’abus n’est l’apannage d’aucun sexe. Par contre, l’agente feminine me reconforte dans mon opinion: le meilleur moyen de préserver notre santé mentale et financière au Québec: le célibat.

    • @ rysen24

      100% d’accord.

      J’ajouterais que si des gens comme lagenteféminine ne représentaient qu’un cas isolé, ça serait encore rigolo.

      Mais le drame c’est que ce sont des gens qui pensent comme ça qui sont confortablement installés au sein du secrétariat à la condition féminine et aux autres organismes féministes gouvernementaux.

      Ni plus ni moins que des groupes de pression non-élus, financés par nos taxes, qui influencent nos lois et nos gouvernements élections après élections au mépris des souhaits de l’électorat, hommes et femmes.

      Je ne pense pas que la majorité des femmes du Québec se sentent représentées par des gens non-élus qui se situent à l’extrême-gauche du spectre politique.

      La preuve ? Mme David, de Québec Solidaire, a milité pour l’organisation marxiste-léniniste “En lutte!” de 1977 à 1982. C’est dans sa bio de Wikipédia.

      Elle a ensuite assumé la présidence de la Fédération des femmes du Québec avant de faire partie, comme candidate, de Québec Solidaire.

      C’est très bien, bravo, mais comment ça se fait que Québec Solidaire, un parti ouvertement féministe n’a fait élire qu’un seul candidat: Amir Khadir ?
      Un homme en plus?

      Pourtant on n’a pas empêché les femmes de voter dans le comté de Mme David il me semble ?

      Bizarre autant qu’étrange…

      J’ai aussi un copain qui a fait un bac et qui a pris un cours en études féministes, ne me demandez pas pourquoi.

      Il en est ressorti pas mal plus conscientisé qu’avant sur la haine que certaines femmes portent aux hommes.

      Au moins ça aura servi à ça.

      Peut-etre que le féminisme était justifié à une certaine époque pour faire la transition entre la femme au foyer et la femme au travail.

      Aujourd’hui c’est le véhicule idéologique idéal pour certaines femmes qui ont un mépris et parfois même une haine à peine voilée pour le sexe masculin.

      Comme Mme Lagenteféminine le prouve si magistralement d’ailleurs aujourd’hui.

      Quand au célibat, je suis d’accord on n’a quasiment pas le choix.

      Une blonde de temps en temps ça va, mais si ça commence à sentir le brûlé, il faut changer de partenaire et changer le baril de la serrure.

      Au Québec l’homme a perdu toute présomption d’innocence en cas de conflit conjugal avec la publication de “la politique d’intervention en matière de violence conjugale” en 1986 sous la pression des groupes féministes.

      La présomprion d’innocence est un droit juridique fondamental dans toute véritable démocratie.

      Comme vous le savez, les Juifs non plus ne l’avaient pas cette présomption d’innocence à partir de 1933 en Allemagne et les ennemis politiques de Staline non plus.
      Ils se faisaient arrêter systématiquement.

      On peut consulter la “politique d’intervention en matière de violence conjugale” ici: http://www.justice.gouv.qc.ca/francais/publications/rapports/violence.htm

      Tout les organismes financés par le gouvernement et ayant affaire au public Québécois doivent en tenir compte, et ça veut dire la police aussi.

      Tout dans ce document est conjugué au masculin quand on parle de “l’agresseur” et au féminin quand on parle de “la victime”.

      Ça veut dire qu’en cas de conflit conjugal, même si c’est le gars qui se fait taper dessus, c’est lui que la police embarque.

      Ce qui expliquerait peut-être pourquoi votre voisin qui se faisait battre par sa femme ne se plaignait pas à la police.

      Ça expliquerait peut-être aussi pourquoi le Québec subit en ce moment tant de drames conjugaux qui se terminent en meurtres-suicide aux mains d’un père ou d’un conjoint apparemment sans histoires mais qui se retrouve soudainement vidé de tout espoir de justice et pète une coche.

      C’est rien pour rendre service aux hommes, aux femmes et aux enfants tout ça.

      En terminant, dans plus de 275 enquêtes universitaires, 214 études empiriques et 61 analyses, il est démontré que les femmes sont aussi, sinon plus agressives physiquement que leur maris ou conjoints.

      Des recherches qui ont été faites sur plus de 365,000 personnes.

      On peut consulter le document ici: http://www.csulb.edu/~mfiebert/assault.htm

    • @rysen24 (2 août 2010 – 10h56)
      Vous dites :« Personnellement, j’ai été voisin d’un homme battu par sa femme (elle faisait au moins 40 lbs de plus que lui, et on a dû intervenir à qqs (quelques, j’imagine) reprises. Il a tjrs (toujours, j’imagine) refusé de porter plainte. »

      Pas vraiment candidat à « l’Homme de l’année 2010 » votre voisin ! … lui aussi aurait besoin urgent d’un « Secrétariat à la Condition Masculine » pour l’aider à régler ses problèmes conjugaux !

      …vous poursuivez :« le meilleur moyen de préserver notre santé mentale et financière au Québec: le célibat. »

      Excellente idée… au moins comme ça vous ne vous reproduirez pas… rassurant de voir « jim77 » vous seconder sur ce point !

    • @ ladyt

      Rebonjour.

      Vous dites:

      “Mais oui, je suis d’accord que la vie est injuste et qu’il y a certains faits qu’on ne peut pas changer. Là où j’ai de la difficulté à avaler la pilule, c’est lorsque la personne a tout à fait les qualités (et la passion!) requises pour faire un travail mais qu’on lui dise non à cause de son sexe. Ou alors qu’on lui dise oui mais avec un salaire bien en-dessous de ce qu’il devrait être.”

      Moi non plus je ne suis pas d’accord avec le fait qu’on paye quelqu’un moins qu’un autre à compétences égales.

      Mais des situations comme celles-là sont extrêmement rares au Québec.

      En fait à quand remonte la dernière fois où un tel scandale aurait pu éclater au Québec ? Moi je n’en ai noté aucun.

      J’ai travaillé à bien des endroits et avec bien du monde et jamais je n’ai entendu dire qu’on payait moins quelqu’un parce que c’était une femme.

      La loi sur les normes du travail contient aussi des dispositions sur les disparités dans les conditions de travail qui touchent la majorité des salariés québécois, qu’ils soient à temps plein ou à temps partiel.
      Et faire une plainte est aussi facile que que de décrocher le téléphone et prendre rendez-vous avec un enquêteur. Je le sais parce que je l’ai déjà fait.

      De toutes façons les entreprises cherchent constemment à produire davantage en payant moins.

      Si véritablement on payait moins les femmes que les hommes à compétences et travail égal au Québec, les patrons se garocheraient sur cette main-d’oeuvre qualifiée et bon marché.

      Et les hommes se retrouveraient par le fait même massivement au chômage parce qu’ils coûtent plus cher à employer.

      Simple question de logique.

      Alors d’où il vien ce mythe féministe qu’on paye les femmes moins cher que les hommes et qu’il faut contrer ce pseudo-fléau ?

      La vérité c’est que les femmes font des choix de carrières différents de ceux des hommes, il y a davantage d’infirmières, de coiffeuses, de secrétaires, de serveuses etc. parce que les femmes ne veulent pas du stress, des 60 heures/semaines, des longues études et de la compétitivité associées aux emplois plus payants et que les hommes choisissent davantage.
      Elles veulent plus de temps libres, quitte à faire moins d’argent.

      Au contraire, les hommes sont davantage sujets aux maladies cardiovasculaires et meurent plus tôt que les femmes pour les raisons inverses.

      Et je ne suis pas le seul à le dire, la psychologue Susan Pinker le dit aussi, a fait des recherches sur le sujet et a fait l’objet d’un récent article de cyberpresse qu’on peut lire ici: http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/quebec/200904/20/01-848259-le-plafond-de-verre-existe-t-il-encore-pour-les-femmes.php

      C’est pour ça que quand on compile les salaires de toutes les travailleuses et tous les travailleurs du Québec, les travailleuses représentent une plus petite masse salariale.

      Et non parce qu’on paye les femmes moins que les hommes comme le prétendent les féministes qui sont toujours à la recherche de fausses-victimes pour justifier leurs salaires en blâmant une fois de plus les hommes.

      Un exemple concret ? Le métier de pompier.

      Proportion des hommes qui choisissent le métier de pompier: 96,4 %

      Proportion des femmes qui choisissent le métier de pompier: 3,6 %

      Pourtant ça paye: 77,3 % des candidat(e)s font 50 000 $ et plus

      Source: http://www.servicecanada.gc.ca/fra/qc/emploi_avenir/statistiques/6262.shtml

      Si les femmes ne choisissent pas ce genre de métier ce n’est pas parce qu’on les en empêche ou qu’on les paye moins, les normes du travail, la charte des droits et libertés et les lois contre la dicrimination basée sur le sexe veillent à tout ça.

      Elles n’en veulent pas parce qu’ils sont trop durs, trop dangereux ou trop difficiles.

      C’est un choix.

      On ne va quand même pas modifier les critères d’embauche pour les femmes qui veulent devenir pompier quand même !

      Qu’est-ce que la victime va dire quand la femme pompier qui viendra la sauver des flammes ne pourra pas la transporter sur son dos parce qu’elle fait 4 pieds 9 pouces et qu’on l’a engagée même si elle ne peut pas porter plus de 50 livres pendant 30 secondes ?

      Est-ce qu’on doit laisser les victimes d’incendies brûler vifs pour le féminisme ou demander d’appeler un gars en renfort?

      Il y en a des femmes pompiers, mais il n’y en a pas beaucoup parce que les critères sont les mêmes pour les hommes et pour les femmes.

      Et puis on ne va pas payer quelqu’un qui risque sa vie toutes les semaines le même montant qu’une scrétaire ou une coiffeuse quand même !

      Ça, ça s’appelle du nivellement par le bas.

      Plus personne de compétent ne voudra devenir pompier et on va se ramasser en plein désastre Marxiste-Léniniste.

      Pourtant l’idéologie féministe considère que les différences salariales entre un pompier et une secrétaire font partie de ce qui fait qu’on ne vit pas en “égalité” au Québec.

      Une idéologie dont les premières protagonistes (Simone de Beauvoir par exemple) étaient justement issues de la mouvance Marxiste-Léniniste du milieu du XXe siècle.

      Mais aussi et surtout, une idéologie qui n’est plus de son époque et qui a prouvé maintes fois que ses rêves utopiques et irréalistes menaient au désastre social et économique.

    • À Rysen et Jim777: j’aimerais qu’on fasse attention de ne pas croire que la seule façon d’abuser d’un homme quand on est une femme, c’est de le battre de la même façon que les hommes battent parfois les femmes.

      Si les femmes n’ont pas toujours la force physique pour battre les hommes de la même façon qu’eux peuvent le faire, ça ne les empêche pas d’abuser, de brutaliser, de violenter, mais ça laisse moins de marques extérieures. Les hommes n’ont pas besoin d’être battus pour être victimes des femmes. Vous en avez sûrement croisés, vous aussi, des hommes qui n’ont plus d’essence masculine, plus de drive, des hommes vidés d’eux-mêmes, un peu mort, apathiques? Moi oui. Les agressions féminines sont différentes. Moins spectaculaires, moins brutales, mais…

      Je ne cherche pas l’égalité au sens où on l’entend généralement, et c’est à dire en cherchant à effacer toutes les différences. Et ce n’est pas parce que les hommes battent plus les femmes que l’inverse que ça fait des femmes des êtres supérieurs.

    • Zippo: “Je dirais qu’un « homme, un vrai en 2010 », c’est celui qui est capable de se redéfinir une virilité dans une société où les femmes prennent graduellement la place qui leur revient.”

      N’importe quoi… mais comme ça fait “songé”! comme ça fait “moderne”!

      Comme si un éléphant, un vrai, n’en était un qu’à partir du moment où il était capable de se redéfinir dans un monde changeant.

      En quoi un homme devient plus “vrai” parce qu’il se redéfinit?

      Et c’est quoi, la place qui revient aux femmes? Elles en avaient une, non? D’ailleurs, cette place est laissée vacante de plus en plus. Et ça fait partie des conséquences très fâcheuses de ces changements de la modernité. Merci!

    • Jim “Tout dans ce document est conjugué au masculin quand on parle de “l’agresseur” et au féminin quand on parle de “la victime”.”

      La langue française est ainsi faite, on conjugue en accord avec le genre du sujet. Si on parle d’un groupe sujet au genre mixte, on conjugue au masculin par tradition, par égard de la règle et quand à moi c’est tant mieux pour des raisons de simplicité.

      Agresseur est un nom masculin, victime est un nom féminin. On y peut rien! L’académie française a t-elle voulu souligner des caractéristiques masculine et féminine? Permettez-moi d’en douter.

      Si toutefois, dans la rédaction d’un texte, l’auteur ou plutôt l’auteure utilise le pervers procédé d’utiliser la langue pour servir un agenda tordu, genre éliminé un mot féminin pour le remplacer par un synonyme masculin lorsqu’il s’agit définir un concept négatif, criminel ou simplement laid, je pense que la population ne restera pas dupe.

      Vos propos, comme ceux de la genteféminine sont tristes à lire en ce qu’ils recèlent d’amertume, de frustration et d’expérience visiblement désagréable.

      Il me plaît de penser que je ne suis pas le seul à vivre différement la dynamique homme femme.

    • Quand est-ce que l’on va trop loin, J-A-M-A-I-S.

      Parlez-en au roi du triathlon Pierre Lavoie. Il vous répondra quelque chose comme l’être humain est une machine merveilleuse qui ne connaît aucune limite.

      Donc, pratiquez votre ou vos activités favorites et prenez-les pour vous surpasser (on fait que ce l’on aime). Ça peut être un sport, une aventure, ou même le fait de se lancer en affaires, mais… Mon Dieu que ça fait du bien y aller si fort ! Dans mon cas, mes souvenirs de mes triathlons Ironman que j’ai finis en 2002 et 2003 sont résolument indélébiles. Faut que je recommence…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité