La mère blogue

Archive, avril 2010

Vendredi 30 avril 2010 | Mise en ligne à 7h21 | Commenter Commentaires (24)

Estelle et sa ruelle

Notre père invité cette semaine: Patrick Sanfaçon, photographe à La Presse et père d’une fillette de 7 ans.

Patrick Sanfaçon

Qui a dit que les enfants ne jouaient plus dehors? Cette semaine, comme bien des lecteurs de La Presse, j’ai lu l’article de ma collègue Silvia Galipeau rapportant que les jeunes Canadiens ne bougent pas assez. Ça m’a fait sourire parce que de mon côté, parfois je dois dire à ma fille de 7 ans: “Estelle, arrête de bouger un peu, tu m’étourdis!”.

Pour ma fille, dont certains diraient qu’elle est hyperactive, gigoter, sautiller, pédaler, dribbler avec un ballon, c’est aussi normal que de respirer. Elle est une enfant du genre actif plutôt que contemplatif. C’est surtout dans notre ruelle qu’elle s’épanouit le plus. Une de ces ruelles typiques du Plateau Mont-Royal (eh oui! encore le Plateau…): étroite et calme, bordée d’arbres et de fleurs, bourdonnant d’enfants et de chats durant les beaux jours d’été, parfaite pour jouer au hockey ou se baigner avec l’arrosoir à pelouse.

estelle

Voici une petite vidéo que j’ai réalisée à la fin de l’hiver pour essayer un nouveau logiciel de montage. Je venais de sortir son vélo du cabanon pour la première fois depuis que la neige avait fini par fondre. C’était une belle journée chaude du mois de mars. Je n’avais même pas eu le temps de trouver son casque qu’elle partait déjà, excitée et heureuse de reconquérir sa ruelle…

Lire les commentaires (24)  |  Commenter cet article






Mercredi 28 avril 2010 | Mise en ligne à 22h18 | Commenter Commentaires (38)

Regard obligé vers l’autisme

Isabelle Audet

Demain, le Mois de l’autisme, tel que décrété par les Nations Unies, prendra fin. Et à la toute dernière minute, nous avons reçu un courriel, hier matin. Annie, une mère, nous signale gentiment que l’autisme reçoit bien peu d’attention médiatique. Elle en sait quelque chose: elle a trois enfants, dont deux ont un diagnostique de trouble envahissant du développement (TED). Sa grande fille présente elle aussi des traits similaires, mais le diagnostique demeure incertain. Au quotidien, elle vit avec TROIS enfants aux «besoins particuliers». Elle et son conjoint ont dû assimiler tout cela dans une très courte période.

Les vidéos dans cette page sont d’elle. Le but: expliquer ce que peut être la vie avec un enfant atteint d’un TED. Les traits sont variables d’un enfant à l’autre, mais elle met deux (ou trois) visages sur la question.

Depuis deux ans, elle tient ce blogue où elle raconte les progrès de ses enfants, où elle énonce les difficultés quotidiennes (même une simple promenade est une expédition), et où elle fait énormément de la sensibilisation. Oubliez le portrait-type d’un enfant qui se balance seul dans un coin: la réalité des enfants atteint d’un TED est toute autre dans la grande majorité des cas.

J’ai longuement lu les écrits d’Annie. Ils valent le détour.

Voici deux extraits de ses courriels:

«(…) En préparant le diner, après vous avoir écrit, une autre réflexion m’est venue.On parle de l’importance de l’alimentation, manger santé etc…  alors que je ne compte même plus le nombre de macaroni au fromage surgelé que mon garçon a mangé…. son alimentation principale se limitant à des croquettes de poulet, frites, macaroni au fromage et pâté à la viande. Présentement on travaille la diversification… tenez-vous bien… avec des craquelins, chips, galettes, biscuits au chocolat, barres tendres…

Les gens parlent de la télévision, qu’on doit réduire le nombre d’heures. Les orthophonistes recommandent parfois aux parents d’enfants “à besoins particuliers” d’utiliser la télévision si c’est ce à quoi ils sont plus réceptifs. Pour ma part, la télévision m’a permis de faire manger ma grande lorsqu’elle était bébé, sinon elle vomissait tous ses repas. La télévision m’a permis de calmer les crises inconsolables de mon garçon et aujourd’hui c’est un moyen efficace de l’empêcher de tourner autour de la table.

C’est comme si on nageait à contre-courant et ce n’est pas par choix.»

«(…) Une simple sortie en public peut amener différents commentaires. De la compassion, de la tristesse de la part d’étrangers qui pensent peut-être que c’est « la fin du monde » d’avoir un enfant atteint de TED, du « moi je sais tout et cet enfant me paraît tout à fait normal », du « ahhh ce n’est pas un cas sévère, ça parait en le regardant ».

L’autisme touche un enfant sur 450 au Canada, à différent niveaux.


11 minutes dans le monde de l’autisme
envoyé par mamaly04. – Plus de trucs et astuces en vidéo.

Lire les commentaires (38)  |  Commenter cet article






Mercredi 28 avril 2010 | Mise en ligne à 12h01 | Commenter Commentaires (31)

Bedon rond, un garçon?

Photo AP

Photo AP

Silvia Galipeau

Mesdames (scusez-la messieurs, mais ici, c’est vraiment aux dames que je m’adresse), avouez qu’enceintes, vous en avez entendu de toutes les couleurs. Un bedon bien rond? C’est un garçon! Des nausées le matin? Assurément encore un petit coquin.  Vous prenez beaucoup de poids? Probablement une fille. Vous avez des envies de glace au concombre? De nouveau un garçon.

Une journaliste scientifique du New Scientist s’est amusée à confronter les mythes de grands-mères aux faits. Et surprise: certains sont vrais (effectivement, les envies bizarres et démesurées de bouffe  sont plus fréquentes chez les mères qui portent un garçon), d’autres, complètement à côté de la plaque (les mères qui portent une fille ont davantage tendance à avoir des nausées).

De quoi vous donner des faits, des vrais, à rétorquer à toutes ces personnes bien-pensantes qui vous donneront leur avis sur le sexe de votre enfant. À moins que vous n’osiez, tout simplement, leur lancer un «de quoi je me mêle» bien placé …

Lire les commentaires (31)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2009
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité