La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 29 octobre 2009 | Mise en ligne à 11h34 | Commenter Commentaires (87)

    Un tutu, ou pas, pour fiston?

    barbie.jpg

    La poupée ballerine Cendrillon de Barbie, par Mattel.

    Silvia Galipeau

    Permettez qu’on délaisse, au moins deux minutes, la question de la grippe H1N1 … pour parler des (autres) vraies affaires: l’Halloween! (et de grâce, ne venez pas me dire que cette année, vous craignez qu’il soit trop dangereux de cogner à toutes ces  portes, à cause du risque de propagation du virus, ok? J’essaye de passer à un autre appel, là…)

    Alors voici le topo: la mère blogueuse de New York Times a reçu une très délicate question de la part d’une lectrice: faut-il, ou non, laisser son fils de cinq ans se déguiser en ballerine pour l’Halloween à l’école?

    A priori, pourquoi pas? Mais la question, qui ne sort pas de nulle part, est beaucoup plus complexe qu’elle n’en a l’air. Dans un texte très touchant, plein de sensibilité, la mère raconte l’histoire de son fils: un petit garçon sensible qui, depuis toujours, rêve en rose, préfère les brillants et les tutus aux camions et aux robots. Un fils pas tout à fait comme les autres, quoi. Elle le sait, et l’accepte comme il est.

    Son témoignage me rappelle celui d’une autre mère, rencontrée l’an dernier,  pour me parler de son garçon, pardon, de sa fille, Samantha: un enfant transgenre.

    Je ne suis pas en train de dire que c’est de cela qu’il s’agit. Mais je mesure la déchirure pour la mère: faut-il accepter son enfant tel qu’il est, et l’encourager dans cette différence, quitte à le mettre à risque de se faire ridiculiser à l’école? Et Dieu sait si les enfants peuvent être cruels. Ou bien faut-il le protéger coûte que coûte, niant du coup ce qu’il est? Déchirante question. Je n’ai pas de réponse.


    • Ceci n’est qu’une autre preuve de la féminisation de la société.
      J’irais même qu’a dire qu’il y a imposition de ceci.
      Du moins en occident.

    • Personnellement, je ne crois pas qu’elle doivent interdire le costume comme tel… mais elle devrait expliquer à son garçon que s’il arrive à l’école avec son costume de ballerine, il est vraiment probable que ses petits amis se mettent à rire de lui… et j’utilise le terme amis avec des pincettes. De toutes façons, ses “amis” vont finir par rire de lui pareil… costume ou pas juste à cause de son attitude. Je crois que c’est vraiment une bonne occasion d’expliquer à son enfant qu’il existe des gens méchants qui vont s’attaquer aux autres pour n’importe quelle raisons.

    • Nier ce qu’il est non, mais, c,est aussi le role des parents de le proteger des autres enfants, qui eux, qu’on le veuillent ou pas, ont des préjugés, et sont tres méchants.
      L’enfant pourra assumer tout seul son homosexualité quand il aura l’age de combattre les préjugés, mais tant qu’il sera jeune et que tout l’école pourra rire de lui et lui tomber dessus, je crois qu’il faut eviter de trop en mettre.
      Cest plate mais c’est ca. Et ne venez pas me dire que c’est affreux, qu’on est rétrograde blablabla…..On est quand meme rendu a l’étape de l’acceptation immédiate des parents, ce qui est un bon pas en avant, une étape a la fois svp

    • Depuis qu’il a 2 ans, mon neveu joue à la princesse et à la poupée. Il préfère de loin le rose et n’a jamais voulu jouer avec un camion. Il a maintenant 7 ans et son orientation sexuelle est un secret de Polichinelle. Ses professeurs sont au courant et personne autour de lui ne fait ’semblant de rien’. Je crois que si fiston veut mettre un tutu, à quoi bon l’en enpêcher?
      Pendant ce temps, on fait des dons à l’organisme G.R.I.S.

    • Et si la réponse se trouvait quelque part entre les deux. On peut accepter et reconnaître la différence de notre enfant ET lui expliquer qu’en général, il y a des risques associés à montrer cette différence à n’importe qui et dans n’importe quel contexte. Si l’on croit qu’il serait préjudiciable à notre garçon de porter un tutu rose à l’école (dans ce cas çi, pas de doute, il fera rire de lui et se fera traiter de nom), il est de notre devoir de parent de le protéger. Il apprendra ainsi le discernement qui lui sera toujours utile toute sa vie.

    • Et pourquoi ne pas en parler avec lui ? Il est possible d’expliquer que c’est une bonne idée de costume mais que les camarades risquent de trouver ça bizarre. Certains enfants charismatiques vont très bien s’en tirer avec leur costume inusité, les autres (la majorité?) ne seront pas aussi chanceux. Moment privilégié pour parler de la différence?

      Je dis tout cela mais bien que je travaille parfois avec des enfants, je n’en ai pas moi-même. Je suis peut-être bien naïve…

    • Il manque un élément clef dans l’histoire. Que veut faire l’enfant? S’il le veut fermement, se fait prévenir des dangers possibles de vindicte, et maintient son option, le message venu de lui est clair : il est prêt. C’est la seule affaire à tirer au net. Encore difficile à cinq ans de bien distinguer la volonté enfantine de la volonté maternelle.

      En un mot, c’est le trip de qui? Même en tutu, il faut tenir son boutte… ici, reste à savoir face à qui, les croquants scolaires, maman, ou les deux de front?…
      Paul Laurendeau

    • Je comprends le dilemme des parents. En grandissant, c’est certain que ce petit gars-là va se faire niaiser par les autres enfants, Halloween ou pas. Il aura beau s’habiller “en garçon”, jouer au hockey et se déguiser en pompier, sa différence sera probablement remarquée, quoi que les parents fassent pour le protéger. Alors en plus de “jouer le jeu”, et d’être quand même mis à part des autres, il sera tout croche dans sa peau, parce qu’il ne peut pas être lui-même. Alors qu’est-ce qu’on fait? On le laisse faire à sa guise et on espère pour le mieux? Ou bien on fait ce qu’on peut pour retarder le moment où les autres enfants remarquerons sa différence? Comment est-ce qu’on le prépare à ça?

      Pas facile.

      Ce qui est bizarre, c’est que rendu à l’âge adulte, c’est juste comique un gars déguisé en fille. Je me souviens d’une année où un de mes amis c’était déguisé en une énorme schtroumphfette de 6′2″… Une autre année, un autre ami c’était déguisé en nageuse synchronisé. Je ne peux toujours pas croire qu’il soit sorti en public comme ça, mais ce qu’on avait rit ce soir là! Peut-être que c’est juste drôle justement parce que ça ne vient pas de cette différence profonde et dérangeante…

    • Dans tous mes cours sur la diversité, une chose est TRÈS claire, unanime: l’identité sexuelle est quelque chose d’interne et de fondamental, quelque chose d’innée qu’on ne peut pas changer. Cette maman pourra essayer tout ce qu’elle veut pour “changer” son enfant ou pour bloquer son identité personnelle, mais elle ne réussira qu’à le rendre plus malheureux. Le plus important au monde pour une personne dont l’identité sexuelle est à contre courant de la société est de se sentir supporté par sa famille et ses proches.

    • OK je tente une réponse: Peut-être expliquer à l’enfant que certains vêtements en société sont plus acceptables pour les filles et d’autres pour les garçons? (sans renier son orientation) Si l’enfant aime les ‘robes’ et textures, lui proposer un costume de sorcier ou autre du même genre pour l’école?
      Un enfant comprend à 5 ans, On peut lui montrer des images de ballerines et lui expliquer….surtout s’il fait rire de lui …., c’est plate mais les ‘yeux et jugements des autres’ sont impliqués dans la situation…tant qu’à moi, il se déguiserait en ballerine à la maison…Patrick Swayze aimait porter des collants, John Travolta aussi..so ?

    • Pourquoi ne pas suggérer un autre déguisement pour la fête d’école et de garder celui de ballerine pour la collecte des bonbons le soir de l’Halloween. La mère serait présente dans le second cas de sorte que l’enfant bénéficierait de sa protection.

      On pourra faire valoir à l’enfant que c’est plus amusant d’avoir deux déguisements différents, qu’on garde le plus beau pour le soir de l’Halloween.

      La mère n’éprouverait pas tant de “déchirure” si sa réflexion portait sur le bien-être de l’enfant plutôt que sur ce qu’elle ressent ou appréhende elle-même.

    • C’est un sujet délicat. Cependant, c’est difficile d’empêcher un petit homme d’être ce qu’il est. Je crois qu’en l’empêchant de se déguiser en ballerine, on ne fait que retarder le “problème”.

      Le garçon s’est bien adapté au niveau préscolaire avec sa différence. Peut-être qu’on devrait lui permettre de s’adapter à sa manière à la maternelle. Les enfants sont parfois très surprenants.

      De plus, je ne peux m’empêcher de penser que s’il ne se fait pas agacer pour ça, il se fera probablement agacer pour quelque chose d’autre. Être différent quand on est jeune, ça prédispose à la moquerie.

      Probablement qu’il y aura des jeunes qui vont en faire leur bête noire. Mais il y a de fortes chances pour qu’il se fasse aussi des amis sincères qui sauront l’apprécier tel qu’il est.

    • À 5 ans l’idée est surprenante de la part d’un garçon, mais les garçons ado adorent se déguiser en fille en fesant ressortir leur côté très caricaturale dans le but de faire rire.

    • Que faire dans un tel cas ? C’est très embêtant. Sa mère aime son garçon tel qu’il est et c’est tant mieux ! Mais 5 ans est un âge un peu tendre pour découvrir la cruauté du monde… Comment sa mère trouvera-t-elle les mots pour le consoler si, comme c’est à prévoir, il devient la risée de toute la classe ?

    • Oui il faut le laisser aller car il aura de la difficulté a l’ecole mais il s’acceptera beaucoup mieux plus tard grace a cela…

      Sinon l’enfant rendu adulte devra se battre contre lui meme n’ayant jamais appris a s’aimer comme il est… Et rendu la c’est beaucoup mais beaucoup plus difficile!!!

    • Ish… difficile question… c’est toujours facile de dire «moi je ferais ci, moi je ferais ça…» mais un coup plongé dans la vraie situation…

      En attendant que ça m’arrive, je pense que malgré le choc, j’opterais pour laisser mon jeune faire, tout en lui expliquant les réactions possibles des gens autour. Soit que ça le décourage et qu’il réalise que finalement, ce n’est pas ce qu’il veut, soit qu’il désire quand même vraiment porter le tutu, et là ben on ne peut que l’outiller pour l’aider à passer au travers des railleries…

      C’est ce que je ferais pour un ami ou une amie alors pourquoi pas un enfant? L’honnêteté, ça a toujours porté plus de fruits que de se mettre la tête dans le sable et faire comme si on avait rien vu…

      J’ai déjà lu des histoires d’enfants hermaphrodites qui reprochaient à leurs parents d’avoir voulu les élever en fille ou en gars alors qu’eux se sentaient justement plus de l’autre sexe… Qui se sont sentis opprimés et impuissants toute leur jeunesse, et je trouve ça triste… je crois que ça répond à la question en ce qui me concerne.

    • C’est dommage mais à cinq ans on ne peut pas tout comprendre. Je crois que je ferais l’effort d’expliquer à l’enfant comment les gens réagissent à ce genre de différence. Mais encore la je ne connais pas bien les capacités de compréhension d’un enfant de 5ans. Surement que je ne permettrais pas le tutu pour éviter la tornade d’évènements qui va lui tomber dessus.

    • La réponse est dans la relation des parents avec leur enfant

    • Les enfants cruels proviennent souvent de parents tout aussi cruels.

      Si les parents sont assez intelligents et ouverts pour voir l’individu au lieu de s’arrêter au squelette et appendices, les enfants vont s’épanouir dans un environnment qui accepte la différence.

    • Délicate question…

      Chose certaine, si cet enfant est différent et qu’il le restera, ce n’est pas en l’encourageant à se déguiser en pompier qu’on l’aidera… Il me semble qu’à cinq ans, on peut commencer à l’outiller pour faire face et défendre qui il est et ce dont il a envie. À la maternelle, les enfants commencent à devoir défendre leurs différences, peu importe ce qu’elles sont. Pour certains, c’est les oreilles décollées, les dents croches; certains préféreront jouer aux jeux de “filles”, d’autres se feront traiter de tous les noms car ils seront moins forts en sport, etc. C’est le début d’un grand apprentissage…

      Mon fils s’est déguisé en fille les deux derniers Halloween. Je me disais que c’était sans doute l’influence de ses grandes soeurs. Cette année, j’aurai un Superman (son choix). C’est bien correct comme cela, mais s’il avait voulu être une fille à nouveau, je l’aurais accepté en l’accompagnant pour faire face aux railleries ou, à tout le moins, aux questions et réactions suscitées.

    • La réponse est dans la relation des parents avec leur enfant et la façon de l’accompagner dans son cheminement.

    • Très difficile question. Je serais porté à dire, qu’elle le laisse s’habiller avec le tutu de ballerine, mais, il est bien vrai que les enfants sont cruels entre eux.
      Pour le protéger des autres enfants, c’est elle, sa maman, qui devra être un peu cruelle envers lui. Je m’explique: elle ne lui permettra pa de se vêtir comme il aimerait, c’est à dire en petite fille.
      Ce pauvre enfant devra vivre de refoulement pour une grande partie de sa vie. Une vie triste à mourrir.
      Pour les parents aussi, ce sera très triste de voir leur petit malheureux.

    • On permet aux petites filles de se déguiser en pirate, en femme chevalier ou en bandit mais la même liberté n’est pas accordée aux petits garçons. Même chose pour le look de tout les jours. Regardez tout les commentaires concernant la longueur des cheveux de René-Charles Dion-Angélil (alors qu’une fillette aux cheveux court n’aurait suscité aucun commentaire).

      Mon premier réflexe serait de dire “Laissez votre fils s’habiller comme il le veut, il le fera lorsqu’il sera grand de toute façon”. Cependant, je comprends les appréhensions d’une mère qui sait bien que notre société est encore très dure avec les garçons qui ont des goûts considérés comme féminins. Personne n’a envie que son fils subir des moqueries. Heureusement, il s’agit de très jeunes enfants, ça passera peut-être mieux.

      J’ai vu plusieurs garçons déguisés en filles ou en personnages féminins au cours de mes années d’écoles (même des ados en tutus longs à la Madonna) mais c’était fait dans le but de faire rire. Peut-être ce petit garçon passera-t-il pour le p’tit comique de la classe. Il y a des tenues d’initiation pire que ça au cégep. :)

      Il est préférable de laisser les enfants exprimer leurs goûts, même quand ceux-ci détonnent avec ceux des autres enfants du même sexe. Sinon, ils risquent de croire que leurs goûts ne sont pas “normaux” et qu’ils doivent apprendre à imiter les comportements des autres pour pouvoir être acceptés. Un enfant qui joue constamment un rôle est privé du droit à l’authenticité.

      Au moment où j’écris, il n’y en a encore aucun commentaire affiché, alors aussi bien être prévoyante, puisque fatalement tout les commentaires ne seront pas nuancés et respectueux.

      Avant d’accuser les mères, les femmes, les féministes ou les homosexuels, il importe de penser à tout les garçons qui, après une enfance passé à se faire “viriliser” de gré ou de force à la maison et dans les loisirs, ont tout de même conservé à l’âge adulte des goûts associés aux femmes.

      C’est quand même triste que certains hommes aient dû attendre l’adolescence ou même l’âge adulte pour oser enfin être eux-mêmes. Je me demande jusqu’à quel point une société peut dire qu’elle aime ses garçons si cet amour est aussi conditionnel (suffit de penser au suicide très élevé chez les jeunes homosexuels).

      Même si je crois que le nombre d’heure de cours d’éducation physiques devraient être augmenté à l’école et qu’on ne devrait pas être aussi sévère avec le moindre tiraillage, je crois que tout les goûts sont dans la nature, de façon naturelle c’est le cas de le dire, et qu’il ne faut pas s’acharner sur les garçons qu’on trouve trop différent pour nos “standards”. On fout bien la paix aux filles qui veulent jouer au hockey ou qui détestent les robes (du moins en principe!)

      La nature n’a pas inventé les tutus et elle se fiche bien de savoir quel vêtement ou parure les différentes cultures humaines associent à tel ou tel sexe. Pendant qu’on fait une fixation sur les cheveux de René-Chares, chez les Massaïs seuls les hommes ont les cheveux longs. Certains peuples vivent encore pratiquement nus, les hommes comme les femmes. En France, à l’époque de Louis XIV, même les hommes les plus virils portaient talons hauts, perruque bouclées, maquillage, dentelles et froufrous!

      Un garçon en tutu n’est un problème que si on décide que c’en est un.

    • Il va souffrir d’une façon ou d’une autre. Il reste à savoir si on préfère qu’il souffre parce qu’il ne peut être lui même ou que les autres le fasse souffrir pour ce qu’il est… Moi je choisis le 2 iem option en l’aidant du mieux que je peux, me disant quand vieillissent il pourra trouver ça place, si il ne ce suicide pas entre temps :-(.

    • Si vous écoutez La Galère, vous avez sûrement constaté que la question y est largement abordée. Le personne incarné par Anne Casabonne (Claude) essaie d’étouffer la réalité que vit son jeune garçon. Et Dieu seul sait combien de parents doivent composer avec cette situation délicate. Je crois personnellement qu’il faut accepter son enfant parce qu’il est né avec une identité sexuelle (dans ses gênes) qui lui est propre. Le rôle des parents est d’accompagner celui-ci dans ce qu’il vit et de s’adapter à cette réalité.

    • Mon garçon se déguisait souvent en filles de l’âge de 3 ans jusqu’à 6 ans…ça ne veut pas indiquer une orientation sexuelle, le bac de déguisements était là pour les autres enfants que je gardais aussi…puis maintenant il veut être un vampire et croquer les filles…une orientation sexuelle va plus loin que le tutu. Ce n’est pas parce qu’on dit ‘non’ à notre enfant pour le protéger de se faire blesser qu’on renie son orientation….mes amis gais ne s’habillent pas avec un tutu dans la vie de tous les jours et ils se portent tous très bien.

    • Non.

    • S’il s’habille comme ça à 5 ans il va faire rire c’est certain, mais ça ne veut pas dire qu’il va être efféminé toute sa vie. Les parents devraient lui laissé le choix, mais bien lui dire ce qui va se passé avec les autres enfants.

      Ce qui est beaucoup plus inquiétant, c’est un ado de 16 ans en secondaire 4 qui va à l’école toute la semaine (d’ailleurs depuis quand les écoles secondaires permettent de se déguiser une semaine entière avant l’halloween?) avec un costume de Naruto… C’est bien pire que se déguisé en fille à 5 ans. D’ailleurs, pour passé la semaine habillé comme ça, le gars de 16 ans devrait rapidement être vu par un professionnel compétent, à moins qu’il ne soit déjà irrécupérable :noel:

    • Je vous dirai qu’il est beaucoup plus facile pour une fille d’être “tomboy” que le contraire.
      Ça me rend triste que les adultes eux-même ne veulent pas comprendrent ce genre de situation, et qu’il empêche leur jeunes de se tenir avec “des enfants comme ca”
      Comme si le sexe, décidais de la façon de se comporter, de s’habiller, de se divertir! c’est ridicule, c’est pas parqu’on est une fille qu’on aime automatiquement le rose et le contraire est aussi vrai! je n’ai jamais voulu avoir de rose dans ma garde robe avant mes 18 ans, ou j’ai décider d’être plus féminine… en faite c’était noir et rouge presque complètement au secondaire, j’allais même acheter mes chaussures dans la section des gars… imaginez un gars faire le contraire? c’est presque impensable alors que pour moi ça passait inapercu.
      Si je me fis a moi, vaut mieux être soi-même on se sen toujours mieux, et le secondaire après tout ça ne dure que 5 ans, 5 ans d’enfer et ensuite c’est fini…habituellement c’est beaucoup plus facile en vieillissant mes ils restera toujours des “nièseus” partout sur la planète malheureusement.

      Et les filles un peu garçon ou même très? c’est aussi la faute de la féminisation?
      C’est drole parce que mon père n’est pas très “gars” et ma mère plutot féminine et nous sommes 3 filles qui ont été très tomboy dans leur jeunesse… donc rien ne peux vraiment expliquer…

      Le choix reste après tout a l’enfant, c’est lui qui sais le mieux si la situation lui déplait ou non.
      Pour le costume, j’obterai pour le laisser aller, a 5 ans, je ne croix pas que je sois aussi dure, par contre a 11-12 ans, je ne sais pas s,il le ferai encore. Il peut toujours dire qu’il se déguise en fille… il y en a beaucoup qui font ça a l’halloween!

    • À 5 ans, on n’est ni hétéro, ni homosexuel voyons donc! À cet âge, mon fils regardait sa grand-mère se maquiller avec des étoiles dans les yeux et lui aussi a toujours détesté les sports et les camions. Il est 100% aux femmes sans aucune intervention de qui que ce soit et il m’a rendue grand-mère avant mes 40 ans le bougre!

      Je suis une femme tout ce qu’il y a de plus hétéro et je préfère Canadian Tire aux boutiques de mode… les outils aux bijoux. Question de goûts mais quand je vois un beau mâle, je le remarque!

      Je trouve un peu triste que l’on veuille encarcaner les enfants dans un rôle et une couleur sinon… Le rose aux filles, le bleu aux gars. Pourtant un homme en chemise rose, ça a pas l’air “fif”! Une petite fille crottée en salopette qui se roule dans la boue avec les amis de ses frères, c’est pas mal non plus.

      Pourquoi est-ce que ça serait défendu à un gars d’aimer la fourrure, les tissus doux, ce qui brille et des couleurs “pas masculines”? Au fait, QUI a décidé que le rose, c’était pour les filles et interdit aux gars?

      Le monde n’est pas encore prêt à sortir de ces préjugés fondés sur strictement rien.

      Ce que je ferais à la place de la maman du petit bonhomme? Je lui demanderais mine de rien s’il n’a pas peur du ridicule. Et s’il est confortable avec ça, je considérerais que ce n’est pas pire que les nombreux Michael Jackson des deux sexes qu’on va voir. Il y a des filles en Darth Vador, en pirate et autres monstres masculins. Y’a pas de raison pour que se déguiser en fille soit acceptable à partir d’un certain âge seulement. Et si le petit continue d’aimer le clinquant une fois grand, so what? Vous avez déjà vu un très macho rajah? Maquillé, parfumé, croulant sous les bijoux, la soie et le clinquant. Vous allez le traiter de quoi lui?

      La société a bien admis les femmes ingénieurs, camionneurs de poids lourds, électriciennes, mécaniciennes et j’en passe et personne n’a l’idée saugrenue de remettre leur orientation sexuelle en doute. On pense encore largement que tous les décorateurs, coiffeurs, cuisiniers ou artistes sont gays. Pourquoi?

      Si une fille peut se déguiser en figure masculine sans subir de jugement, pourquoi faudrait-il en faire un plat si un petit bonhomme veut se déguiser en fée des étoiles?

      Il y a plusieurs sociétés au monde où les hommes, qui ne sont pas trop bas dans la liste des machos, se promènent en ROBE: les Écossais, le costume national des Grecs et une bonne partie du monde arabe en passant par pas mal de tribus africaines. Qui va les traiter de moumounes?

      Faudrait peut-être revoir nos façons de voir!

    • @MadMAf
      Vous dites: “Les enfants cruels proviennent souvent de parents tout aussi cruels.”

      Oui cela peut arriver, mais en général je peux vous affirmer qu’en tant qu’enseignant, j’ai rencontré pas mal plus de parents pas cruels du tout mais dont les enfants se comportaient de manière très cruelle à l’école. C’est un problème vieux comme le monde, les parents pensent que leur enfant se comporte à l’école comme à la maison… ce qui n’est pas vraiment le cas.

      J’ai beaucoup lu de commentaires… je ne suis pas rassuré du tout parce que je lis. C’est vrai qu’on ne nous dit pas si l’enfant a un goût prononcé pour les objets communéments attribués à la gent féminine. Il se peut que l’enfant ait des difficultés avec la genralité… mais il peut tout aussi s’agir d’un “one time shot” costumier, mais de là à affirmer que cet enfant deviendra nécessairement homosexuel, il y a une marge. Et quand bien même il le devienne… mais ça c’est le problème que bien des parents se font. La situation inverse existe aussi… vous savez des mères qui insistent pour déguisér leur garçon en petite fille à l’Halloween.

    • @stephanie2009

      Bien d’accord.

      L’enfant devrait choisir tout seul. Lui expliquer que les autres vont rire de lui ne ferait qu’empirer les choses! Cela contribuerait à stigmatiser son identité, à lui faire croire que son attitude n’est pas «normale». Les parents ne devraient pas se concentrer sur ce sentiment de honte; leur enfant est normal! La diversité, c’est la vraie normalité. Les parents devraient, au contraire, se concentrer sur la fierté de leur enfant pour l’aider à s’affirmer comme il est. Si les autres enfants rient de lui aujourd’hui, il se peut qu’il soit aussi victime de discrimination à l’âge adulte, et il sera plus outillé si ses proches l’ont toujours accepté. De plus, qui dit que les autres vont se moquer de lui? S’il a confiance en lui, se respecte et s’affirme, il a beaucoup plus de chance de s’intégrer auprès des autres.

      La normalité et la différence n’existent que dans des constructions sociales propres à chaque peuple. Déconstruire, ça aide à comprendre. Je crois que les craintes de la mère sont légitimes, mais qu’elles représentent les sentiments de celle-ci par rapport à la personnalité de son fils, et non ce que son fils pense. Si celui-ci croit (et avec raison!) avoir le droit d’être qui il est, il n’a rien à craindre.

      Finalement, une dernière chose: c’est l’Halloween!
      Enfant, j’aurais vraiment été malheureuse que mes parents m’interdisent un costume quel qu’il soit ou, pire, qu’ils m’avertissent que je serais la risée des autres enfants en le portant.

    • @senateur_dupont: si vous lisez le lien vers le texte de la mère, ça explique que ce n’est pas un “one time shot”. Le petit garçon aime le rose, les frousfrous et les brillants. Il aime “les affaires de filles”. Ce que les parents semblent accepter et respecter à la maison. D’où le fait que plusieurs ici (dont moi), parlent de différence. Parce que ce soit juste ou non, c’est quand même une minorité de petits garçons qui ont des trips princesses et ballerines.

      Et aussi, c’est important de noter que c’est la mère, dans ce cas, qui est inconfortable avec l’idée d’envoyer son petit à la maternelle déguisé en ballerine, pas le père (du moins si on en crois le texte présenté). Donc il ne s’agit pas d’un trip de maman, au contraire.

      Je suis d’accord avec vous pour dire qu’il est peut-être trop tôt pour parler de transgenre ou d’homosexualité. Il a quand même juste 5 ans. Mais je pense que c’est correct de parler de différence et de se préoccuper de préparer cet enfant-là à vivre avec cette différence en dehors du cocon famillial.

      Pour ceux dont l’argument principal est que “on laisse bien les petites filles se déguiser en pirate et en cow-boy à l’Halloween”… La grosse différence ici c’est qu’aucune petite fille ne va se faire ridiculiser par des camarades de classe et revenir à la maison en pleurant parce qu’elle s’est déguiser en gars. Le petit garçon de l’article, c’est un risque qu’il prend. Peut-être qu’il va être chanceux et qu’il ne va rien se passer du tout… mais peut-être qu’il va être la cible des moqueries des autres. C’est plate, c’est injuste, mais c’est ça. Alors comment est-ce qu’on le prépare ou qu’on le protège face à cette éventualité?

      J’aime bien la solution de rllemieux; un costume, un peu plus neutre, pour l’école, et un autre, la ballerine, pour le soir de l’Halloween. Ça vaudrait toujours la peine de le proposer au petit pour voir ce qu’il en pense…

    • Vous savez dans tout ce débat il faut faire une distinction entre un désir et la nature de l’être. Un désir peut être passager mais lorsque l’on parle de la nature de l’être ce n’est pas une chose que l’on peut combattre. S’il s’agit d’un simple désir il suffit de se demander si ce désir est justifiable et s’il comporte des dangers. Par contre lorsqu’une personne ressent un besoin qui passe profondément par son être on ne peut d’aucun manière s’en détourner. Vous savez une personne qui toute sa vie rêve de chanter ne peut être de tourner de se besoin primaire car c’est sa route.

      Je puis dire que je sais de quoi je parle. Je suis une transsexuelle qui vis plutôt bien, je travail pour un ONG mondial et j’enseigne le secourisme à travers la province. Je suis très respectée et ma vie aujourd’hui ne se compare en rien à ce qu’elle pouvais être auparavant. Ma jeunesse c’est passer très difficilement pkoi? Très simple on m’a vite fait comprendre que ce que j’étais intrinsèquement était mal. Alors je me suis employée à tout faire pour cacher cette état de fait. Pendant ce temps tout les gens autour de moi était conscient bien plus que moi même du problème et voyait bien ce profond malaise. Comme quelqu’un qui essaie un costume et que ce même costume ne lui fait pas.

      Alors j’ai passée ma jeunesse à vivre les railleries, les méchancetés, et tout le tra la la. Tout ça peut importe que j’essayais de me conformer à la supposé façon d’être correcte en société. Si vous saviez tout les ravage que peuvent faire que d’empêcher une personne d’être ce qu’elle est.

      Si je résume je mériter toute la railleries que l’on voulais m’éviter quand même et en plus j’ai dut réapprendre à avoir confiance en moi et ma propre valeur étant trop habituée à cacher tout ce qui provenait de mon intérieur.

      Alors s.v.p Oui il faut être prudent et ne pas encourager, mais non plus décourager. Un parent dirige et essaie de donner des balise en fonction de ce que son enfant sera et est. On détecte du mieux que l’on peut et par la suite l’on essaie de laisser être tout en supportant devant l’adversité qui viendras un jours ou l’autre.

      Ëtre unique implique son lot de combat, mais apporte une force que très peu possède.

    • Je n’ai pas de réponse non plus, mais à priori je ne crois pas qu’un gamin de 5 ans dispose des référents nécessaires pour évaluer les impacts d’une telle décision, avec ou sans conseils de Papa-Maman.

      Cet enfant va souffrir des quolibets sur le champs, mais risque aussi de subir un stigmatisation à plus long terme qui pourrait lui être très dommageable.

      Personnellement, j’opterai pour lui soumettre des alternatives rigolotes qui inclueraent d’uatres de ses gouts / préférences. Quitte à introduire un élément de costume sans y aller pour le full monty tutu rose. Si il tient mordicus à son tutut rose, je lui proposerai de faire halloween en 2 étapes : pirate a boucle d’oreille à l,écolem, tutu by night.

      :-)

      Bonne chance à la maman !

      @Stephanie2009

      Je partage votre constat sur la différence déplorable entre les libertés vestimentaires/identitaires des une et des autres, mais je ne crois pas que c’est aux enfants de 5 ans de faire évoluer les choses à leur préjudice.

      @ jeezaza

      “L’enfant devrait choisir tout seul” Je ne crois pas non ! Les enfants sont des enfants, ils ont besoin d’être guidés. Je crois qu’il est tres dommageable pur eux de les traiter en adultes qu’ils ne sont pas.

    • Je lui laisserais porter son costume de ballerine, lui expliquerais les conséquences possibles mais aussi qu’il n’as pas à se laisser faire et plaire à tout le monde.

      Bref être honnête et lui apprendre à se défendre.

      Pas parceque tu porte un tutu que tu doit être moumoune (faible).

    • Ouf! Quelle question!

      Disons qu’à cet âge, les enfants sont beaucoup plus axés sur la conformité qu’au respect de la différence – ou du “trip” de chacun. Pour ne pas laisser l’enfant se faire blesser inutilement, je serais porté à lui faire une proposition où il verrait un avantage à troquer son tutu contre un autre costume.

      Par exemple, ce serait dommage de salir ton beau costume pendant la journée à l’école et qu’il ne soit pas à son meilleur pour “courrir l’halloween”? T’as pas envie de mettre X à la place?

    • Je n’ai pas la réponse à la question car je n’ai pas asser de détails. Je veux juste amener un point, mes observations qui viennent d’un homme gai de 31 ans qui a travaillé pendant 5 ans dans une Maison des Jeunes.

      Dans mon temps (ouf!), l’homosexualité était très mal vue à l’école. Je ne me suis jamais affirmé ainsi et pourtant, tout mon secondaire j’ai eu droit aux moqueries quotidiennes. Ma génération et les générations passées étaient sans pitié pour de telles choses.

      mais qu’en est-il aujourd’hui? Oui l’homosexualité est encore mal vue dans nos écoles mais, pas plus que le fait d’être noir ou d’être musulman.
      Quelle fut ma surprise de voir, dans les écoles secondaires où j’animait des activités, des jeunes gais et lesbiennes s’affirmer, tenir leur conjoint-e par la main sans se faire crier de nom.

      De plus en plus de chercheurs se penchent sur la théorie de la victime qui attire la moquerie. Cette théorie dit que certains enfants, peut-importe leur apparence physique, ont des comportements qui attirent les moqueries des autres enfants. Le focus de l’intervention contre l’intimidation sort de la tradition de punition de l’agresseur pour se tourner vers la victime. Je ne dit pas que c’est la vérité, ce n’est qu’une nouvelle tendance qui est examinée par les différents intervenants.

      Ainsi, la solution serait-elle de s’assurer que son enfant a une bonne socialisation, de bonnes capacités d’agir en groupe?

      Une petite tranche de vie…
      Quelle ne fut pas ma surprise de voir, à la Maison des jeunes, un jeune sportif et très populaire, d’aller voir un jeune ouvertement gai pour lui demander s’il veut être dans son équipe pour une partie de basket! On est loin de mon temps où je restait toujours le dernier à être choisit…

    • Il faudrait se poser la question suivante: est-ce que ça dérange davantage les parents que l’enfant? je pense bien que ce sont nous les adultes avec nos valeurs et préjugés que ça dérange.

      Dans notre inconscient culturel est-ce que tout ce qui est féminin ne signifie pas inférieur. Combien de blagues sont faites sur les blondes. Et tout ce qui concerne le pouvoir est considéré comme viril. Alors c’est bien certain que se déguiser en ballerine ne fera pas de ce petit garçon une vedette auprès de ses camarades masculins. Tôt ou tard il faudra lui expliquer comment fonctionne la société, aussi bien lui parler des réactions que son costume pourra avoir auprès de ses camarades.

      La société est-elle prête à changer ses valeurs, difficile à répondre.

    • L’enfant a 5 ans. 5 ans ! Les parents doivent faire preuve de responsabilité/autorité parental et habiller son garçon en gars. Un enfant de 5 ans ne décide pas encore par lui même. Les parents doivent le respecter mais surtout le protéger contre tout et contre tous. Élever un enfant est-ce que ça dit quelque chose à quelqu’un ? Le diriger, li apprendre, l’aimer, lui inculque nos valeurs. Plus tard il décidera ce qu’il veut mais en attendant…

    • Euh,c’est drôle,mais d’emblé je me dis que le gars est soit un futur gai(ou il l’est déjà),soit un type qui va vouloir changer de sexe dans vingts ans.

      Je me rapelle avoir déjà entendu plein d’histoires,dans le genre d’un jeune qui préfère jouer à la poupée plutôt qu’avec son gros Tonka,ou des trucs du style.Tout cela semble très anodin au départ,mais avec le temps,les poupées de l’enfance font place à tout autre chose à l’adolescence.Mais le “patern”demeure,si vous voyez ce que je veux dire.

      Peut-être que le jeune à juste une petite passe “féminine”aussi,qui sait.Mais je crois pas.

      Paraîtrait que ce genre de trucs weirdos de vouloir s’habiller en ballerine pour un jeune garçon,ça a comme des sources plus profondes que la simple naiveté.

      Peu importe,moi je dis comme plusieurs que la mère doit accepter ça.

      Tant qu’à refouler son petit côté féminin,ou gai,aussi bien qu’il le vive au grand jour et qu’il s’habitu en bas âge à faire rire de lui et à recevoir des claques sur la gueule.À noter ici que je suis à peine ironique;la famille habite les states après tout,et les enfants peuvent être si méchants entre eux vous savez.

      La mère et le père devront se montrer très humains et très psychologues avec ce môme,que je crois.

      Tout de même,ne connaissant pas toute l’histoire dans son intégralité,y’a peut-être aussi l’hypothèse à prendre en considération que la mère n’est qu’une féministe aguerrie,légèrement fêlée et sans pitié,et que depuis l’âge du berceau du petit kid,elle le traite comme une gamine effrontée.De là les comportements étranges et dérangeants méritant un courrier au New York Times et tout le reste.

      En-t-cas.Dieu seul le sait.

      Bonne chance aux parents,tout de même!

    • rllemieux – votre opinion est très bien exprimée et très touchante dans la compréhension que vous démontrez. Si j’étais dans cette situation, c’est ce que je ferais.

    • Je suis tout à fait d’accord avec Punkulf. Certains enfants ont la capacité de faire à peu près n’importe quoi et de ne pas faire rire d’eux. D’autres par contre doivent se conformer à nos normes s’ils ne veulent pas être stigmatisés. Tout dépend de leur personnalité.
      Un gars qui porte du rose n’est pas nécessairement un enfant timide, effacé ou qui pleure pour rien. Probablement que ce n’est pas celui qui parle le plus fort mais il peut avoir quand même une place dans un groupe et s’affirmer. Avec toutes les différences de familles de nos jours, les enfants sont beaucoup plus ouverts qu’on pense.
      Mon fils de 12 ans à un ami un peu efféminé et ce depuia la première année. Il est très petit et maigre, a les cheveux très frisé et est toujours habillé de drôle de manière et en plus il est assez bébé. Des bas blancs dans ses sandales, des chemises Hawaiiennes, de grands chapeaux l’été,… Et c’est le seul gars qui l’année dernière a accepté de mettre des collant et un léotard pour la pièce de théâtre de l’école. Est-ce qu’il fait rire de lui? Non. Pourquoi? Je ne saurait dire mais il est bien dans sa tête et pour lui tout est correct comme ça. Il réussit alors à transmettre aux autres que c’est correct. C’est drôle mais lui, je peux l’imaginer mettre un tutu à l’Halloween et ne pas faire rire de lui!

    • Ben, c’est l’Halloween, non? N’est-ce pas justement le seul moment de l’année où on peut se déguiser en n’importe quoi, faire semblant d’être n’importe qui, sans faire rire de soi?

    • Cas numéro 1) fiston est clairement efféminé et sera peut-être homosexuel.
      Cas numéro 2) fiston est tout à fait standard dans son identité sexuel, mais veut s’amuser.

      Dans un cas comme dans l’autre, je ne le laisserais pas sortir en tutu rose… Mais s’amuser chez nous, ça va.

      Je lui expliquerais pourquoi, et, si je sens qu’il est le cas numéro 1, je lui dirais qu’il peut le faire tant qu’il veut, à la maison, entre nous, mais pas à l’extérieur. Et qu’il pourra le faire à l’extérieur, autant qu’il le voudra, quand il sera plus vieux et qu’il pourra en assumer les conséquences et le poids. Donc, pas avant 14 à 16 ans, je dirais.

    • Un bambin de 5 ans qui aime les tutus, le rose et les poupées n’est pas forcément un homosexuel en devenir. Le enfants n’ont pas encore tous ces préjugés qui nous affligent à l’âge adulte.

      Si les parents font tout un plat avec l’histoire du tutu, il vont marginaliser leur enfant tout autant que les commentaires des autres enfants. Vous en voyez beaucoup, vous, des enfants se traiter de “maudite tapette” en 1ere année?

    • ahbendisdonc : c’est malhonnête comme idée. Je suis allergique à ces méthodes où l’on ment à nos enfants “pour leur bien”.

      Loubia: fondé sur absolument rien? Je dirais: fondé sur des millions d’années d’évolution et sur les nécessités de la survie de l’espèce. C’est quand même pas rien.

      C’est le rose ici, ça pourrait être le jaune ailleurs, et le brun ailleurs encore. Ce qui reste, c’est qu’un homme, mâle reproducteur, protecteur, et pourvoyeur, ça ne doit pas être féminin. C’est moins menaçant pour le “clan” qu’une femme un peu masculine.

      Avec un texte pareil, vous allez vous faire applaudir par toute la clique des biens-pensants. Pourtant, c’est déconnecté de la réalité. Les hommes et les femmes sont fondamentalement différents, que vous trouviez ça gentil ou pas.

      Oui, à 5 ans, on est déjà un être sexué.

    • Tout d’abord, l’article mentionne que l’enfant a 7 ans et non 5 comme plusieurs le mentionnent.

      Le point qui me tiraille le plus dans toute cette histoire est le fait que l’enfant est « à penchants féminins» dans la vie de tous les jours, pas seulement pour le jour de l’halloween. Ses confrèsre et consoeurs de classe ont donc sans doute déjà remarqué cette orientation et ne devraient pas être plus méchants avec lui qu’à l’habitude, quelque soit le déguisement.

      Que faut-il vraiment expluiquer à un enfant de 7 ans qui a déjà vécu au moins 2 ans dans le milieu scolaire qu’il ne sache déjà??? La méchanceté des autres enfants, il y a sûrement déjà fait face à plusieurs reprises.

      De plus, il y a sûrement un enfant au grand coeur dans le groupe qui se porte régulièrement à sa défense, l’aime pour ce qu’il est et pour qui il est.

      Une de mes anciennes compagne de classe a eu à prendre des décisions beaucoup plus graves que celle du port d’un tutu un jour d’halloween, décisions qui auront un impact permanent sur la vie de son enfant et, lorsque je l’ai rencontrée à tout hasard en milieu hospitalier, je n’ai pa su réagir et ça me hante encore régulièrement, non pas que j’aie été bête ou déplacée, je n’ai simplement pas su lui témoigner mon affection et mon soutien.

      Qu’on laisse donc cet enfant vivre sa vie comme il se sent confortable de la vivre et qu’on cesse d’en faire tout un plat. Il est certainement capable d’assumer les «réactions» à venir, son désir de porter le fameux tutu a été réfléchi, croyez moi.

    • Si c’est garçon, il faut se comporter comme tel avec lui et lorsqu’il sera adulte, il saura prendre ses décisions. Un garçon à la pré-adolescense et à l’adolescense traverse des périodes sexuelles difficiles et même un peu mélangées mais le temps arrange tout excepté pour certaines exceptions. Une chose certaine, son environnement l’influence BEAUCOUP.

    • Un tutu… so what?

      Les enfants de 5 ans ont le droit de mettre ce qu’ils veulent. C’est aux parents de les soutenir.

      Je ne crois pas que la solution soit de leur mentir et de les truquer comme le propose ahbendisdonc.

    • Le psychanalyste Freud avait une réponse toute faite à propos de la non-conformité….”Soyez fous mais discrets”

      Pourquoi en fait vouloir attiser la controverse ? Ce principe même de Freud peut s’appliquer à peu près à tout. Pourquoi vouloir imposer sa vision aux autres alors qu.on peut la vivre plienement dans l’intimité ? A-t-on soif de reconnaissance à ce point ? Si oui, ce qui est visible n’est qu’un effet du véritable problème lui-même.

      Il ne faut pas non plus tomber dans le piège de faire vivre le fardeau de notre propre condition par des enfants.

      Problème complexe n’est-ce pas ?

    • vivianep, si je voulais me faire applaudir, je serais humoriste ou meneuse de claques. Je donne ici mon opinion, libre aux gens de la lire ou pas, et je me fiche pas mal qu’on soit d’accord avec moi ou pas. L’important est que JE sois d’accord avec mes principes.

      L’un de ceux-là, de principes, c’est que nous avons passé le temps d’être des animaux de reproduction et qu’à ce jour, la survie de l’espèce se porte tellement bien que la terre est surpeuplée. On peut se permettre un ou deux gais sans que la survie de l’Homme ne soit menacée. Et si on accepte ce fait, on évitera un ou deux suicides en chemin!

      Alors si un tout petit enfant préfère le rose et oh! horreur, finit par être une infâme “tapette” qui ne vous rendra pas grand-mère, ben moi, je serai tout de même capable de lui trouver de la valeur en tant qu’être humain. Plus que certaines personnes, droites comme la justice, qui s’arrogent le droit d’édicter les règles de ce qui est correct et de ce qui ne l’est pas chez les autres, quand ces mêmes règles varient d’un pays à l’autre, ce qui pourrait porter à croire que les “moumounes” en jupette ou en robe des pays que j’ai cités et que les “hommes” à perruques poudrées, jabot de dentelle et joli collant blanc d’une autre époque avaient tout de même assez de testostérone pour se reproduire malgré leurs habits considérés par nous comme féminins.

      Être gay, c’est dans la tête, le corps, la génétique. Pas dans un tutu. Je ne vous apprendrai rien si je vous dis qu’il y a des gros machos dans l’armée, la police, les gyms qui sont tout ce qu’il y a de plus “mâle” en apparence mais néanmoins gais à l’os.

      Un petit uniforme pour tous comme en Chine communiste, grisâtre, sans forme, sans personnalité, ça serait mieux? Ça empêcherait la “prolifération” de l’homosexualité peut-être?

      Madame, je vous souhaite qu’un de vos enfants vous annonce qu’il est gai un jour. S’il l’ose….Envoyez-le moi après que vous l’aurez renié. Si vous ne lui avez pas trop transmis de vos belles valeurs, je lui ouvrirai tout grand les bras.

      J’espère que le petit fera une cimonak de belle ballerine et que sa maman lui dira qu’il est beau et qu’elle l’aime tel qu’il est!

      Je le répète: on ne touche pas aux enfants. Et essayer de “redresser” un enfant qui semble avoir des tendances de ce que les bien-pensants qualifient de tare, c’est de la VIOLENCE ET DU REJET de son propre enfant.

      Je connais des gais qui ont plus de compassion et d’amour dans l’ongle de leur petit orteil que certaines personnes-bulldozer qui ont la VÉRITÉ. Et qui de ce fait peuvent se permettre de regarder de haut ceux qui ne sont pas comme eux.

    • Empêcher l’enfant de faire ce qu’il veut sous prétexte que les autres vont rire de lui c’est faire gagner les préjugés et la méchanceté.

      Ce n’est pas à l’enfant différent de changer, c’est aux autres d’apprendre à respecter la différence !

    • @loubia

      100% d’accord avec vous. Bravo!

    • Loubia, tu n’as strictement et absolument rien compris de ce que j’ai dit et en plus, tu me crois homophobe alors que ça n’est absolument pas le cas. Je peux comprendre que tu grimpes dans les rideaux comme ça parce que je n’ai pas été très douce envers toi. Mais bon, je sais pas, Loubia… un petit effort?

      Je ne suis pas homophobe. Pintoute. Mais toi, tu nies les différences fondamentales qui existent entre hommes et femmes. Oui, l’homosexualité existe, et c’est bien correct. Mais l’homosexualité n’efface pas les distinctions biologiques, sociales, de la majorité de la population mondiale. Et ces traits, ils existent, et ils ont leur raison d’être (la survie de l’espèce…), et il serait peut-être temps que les dégoulinants bien-pensants de ton genre le réalisent. Les gens ne sont pas tous des abrutis parce qu’ils préfèrent voir un homme masculin et une femme féminine.

      “La société a bien admis les femmes ingénieurs, camionneurs de poids lourds, électriciennes, mécaniciennes et j’en passe et personne n’a l’idée saugrenue de remettre leur orientation sexuelle en doute. On pense encore largement que tous les décorateurs, coiffeurs, cuisiniers ou artistes sont gays. Pourquoi?”

      Je sais pas moi, Loubia… je sais pas! Parce que tout le monde est con, et toi, tu es moralement supérieure? Ça doit être ça, hein?

      Si tu arrêtais de t’enfoncer la tête dans tes idées bien-pensantes, tu aurais sûrement la réponse à ces questions.

    • Voyon donc! C’est sur que ça parait très progressiste de dire qu’il est bien pour un parent de «laisser son petit garçon de 5 ans s’épanouir et de découvrir par lui même son côté féminin et qu’il n’a pas à subir l’oppression d’une société macho…»

      Mais imaginez-vous deux secondes le petit garçon de 5 ans aller à l’école
      ( primaire en plus! ) en maillot une pièce rose et en tutu!

      Alors que ses parents lui diront : «oui oui! c’est tout à fait normal et correct que tu te déguises en danseuse de ballerine à l’école, y a absolument aucun problème!» et le laisseront y aller en se disant : «nous avons fais notre travail de parents, nous l’encourageont dans ses passions!» hé bien, ce petit garçon se fera ridiculiser par toute l’école (et ce probablement jusqu’en 6e année ).

      Il regrètera longtemps d’avoir fait confiance à ses parents.

      Le travail d’un parent est aussi d’expliquer à son enfant les limites (parfois déplorables effectivement) de l’acceptation sociale et de le conseiller.

      J’ai un garçon de 4 ans. Peut-être sera-t-il un jour homosexuel, peu importe. Mais une chose est sure, je ne le laisserais jamais aller à l’école primaire habillé en ballerine!

    • Il faut le laisser faire et même le féliciter et lui dire qu’il est super dans son costume. Il faut prévenir l’éducatrice et lui faire part de nos craintes.

      Ma soeur a vécu cela avec son fils qui devait dans un oral présenté ses choses favorites et c’était son bébé bleu et son bébé rose (poupée) en 4 eme primaire. Cela s’est très bien passé car la maitresse a encadré le tout.
      Aujourd’hui il est au cegep, il est hétéro, il a plein d’ami et amies, écrit des poèmes et joue de la guitare heavy.

    • deksam
      Tu as raison et un de mes premiers chums qui a toujours tripé sur les fleurs et le tissus fleuris en cachette, revait d’avoir une blonde pour pouvoir lui en offrir. Malheureusement pour lui , je n’aimais pas. Il s’est quand meme servi de moi pour s’acheter un divan fleuri (en 1988) en disant que c’était pour sa nouvelle blonde.

      C’est un préjugé que les gars n’aiment pas le rose et les fleurs.

    • que la question se pose en 2009 et la vraie question! Pas qu’un jeune garçon rêve de tutu…
      ça prouve quoi anway?… sinon qu’il peut être un grand danseur, très hétéro..
      et s’il était homosexuel, who cares?
      Il est où le problème sinon dans la tête de ceux qui regardent? qui jugent? qui pointent du doigt?

      Que chacun fasse ce dont il a envoe et la planète ira subitement beaucoup mieux….

    • comme homme on a tous un degré feminin,,,,,,,j aime magasiner,faire la cuisine, coudre,faire l epicerie,mais j aime aussi demonté un auto,monté un patio,faire des travaux lourds,et etre tres macho,,,,,,,,,,,lui 5 ans en ballerine,ses parents peuvent lui suggerés autre deguisement,,,,,,,,,,,mais si c est ballerine ,bien ca serais ca,,,,,,,,un autre année ca seras ppetre x-man…..En faire un cas,parce qu il va se faire rire de lui,ca peut arrivé,comme lui peut rire des autres aussi,,,,,,on dirait que vous parler d un malade,,,,bizzare .

    • ben moi dans ce enre de situation (mais bon jamais eu a expliquer ca) , j’explique le choix a ma puce de 4 ans et je lui explique les concequences , des fois elle negocie une autre solution .

    • à 5 ans, la question n’est pas de savoir s’il va devenir homo ou hétéro.

      À 5 ans, la question est de savoir s’il va être rejeté par le groupe à cause de son choix et si ce rejet va avoir des conséquences sur son intégration à l’école.

      Selon moi, oui.

      Si c’était mon enfant, je me plierais à la pression sociale et le forcerais à faire de même si nécessaire.

      C’est beau les principes et la morale bien pensante de “tout est beau tout est correct, il faut ignorer les méchants et les jaloux, chacun fait ce qu’il veut, etc.”, mais dans la vie d’un enfant du primaire, l’intégration au groupe est la chose la plus importante et tant que nous ne vivrons dans une société qui valorise la virilité chez les garçons et la délicatesse chez les filles, je refuserai d’envoyer mon garçon de 5 ans dans la fosse aux lions (l’école) en tutu.

      Le problème n’est pas qu’il soit en tutu, mais qu’il le soit à l’école, face au jugement des autres. Certains parlent de suicide pour les gais refoulés et réprimés. Il y a aussi des suicides de jeunes rejetés par leur pairs…

      Au secondaire, il pourra faire face en toute conscience à ses pulsions s’il en a et les assumer pleinement.

    • Eh bien, Horsjeu, si je voyais un enfant souffrir et être victime de railleries parce qu’il a fait “ce qu’il voulait”, je dirais que ses parents sont de vrais cons et qu’ils sont responsables des souffrances de leur enfant. Toutes mes félicitations à l’excellent parentage.

      Être parent, c’est aussi être responsable de ne pas laisser son enfant se nuire à lui-même.

      Quant à votre petite morale finale. “Que chacun fasse ce dont il a envoe et la planète ira subitement beaucoup mieux….”, ça ne m’émeut pas. Les adultes consentants? d’accord. Mais laisser un enfant faire ce qu’il veut quitte à se nuire ce n’est certainement pas aider la planète. C’est tellement “pensée magique” ces histoires. Bande d’idéalistes déconnectés.

    • Une enfant nait avec la génétique qu’il a, point. S’il aime le rose, le mauve, le noir, le gris, les gars ou les filles, ce n’est pas le port d’un tutu à 5 ans qui en fera la différence. Oui, les parents ont la responsabilité de lui expliquer que certaines parents sont bornées et intolérants car elle croient (encore en 2009) que les garçons ne doivent pas porter le rose ou vouloir être une ballerine (mais pour eux, sans doute, être un vampire, un démon, une tortue, une araignée ou Darth Vader serait tout à fait acceptable) et c’est ça qu’ils apprendront à leurs enfants, peut-être même à certains de ces compagnons de classe.

      Par ailleurs, un enfant ne nait pas tolérant ou homophobe, c’est son environnement qui s’en occupe, et à lire certains commentaires sur ce blogue, bien des enfants sont à risque de grandir dans ces foyers bornés et intolérants où l’on préconise qu’un garçon “ça fait ci” et une fille “ça fait ça”, bleu/rose, camion/poupée, médecin/infirmière, plombier/secrétaire…

      Je connais bien un de ces petits garçons “à tutu”. Il a 12 ans aujourd’hui et oui, on a ri de lui, on l’a taquiné, mais non, il n’est pas malheureux, pas plus que celui qui porte des lunettes épaisses, qui a des grosses oreilles ou une tache de naissance sur le visage. Ses parents ont su lui expliquer que ce n’est pas tous les gens qui ont les capacités cognitives ou affectives pour accepter ce qui déroge de la norme. Il s’est fait une carapace pour ces gens qu’il qualifie d’”insignifiant dans ma vie”. Ah oui, et aussi une poignée de bons amis qui ont évidemment grandis dans des foyers où la tolérance prime.

    • Je suis completement révolté par c’est histoires de tit gars changé en fille. C’est completement irréaliste. Comment peu t’on laisser cet enfant a ces parents. Ont n’est vraiment rendu a une époque ou tout est permis. C’est ridicule, comment peu t’on laisser des adultes changer le sexe d’un enfant, en lui donnant des bloqueurs d’hormone, en l’habillant en fille, etc. Je suis désoé mais pour moi ce comportement est criminel. L’enfant ne peu pas décider d’une maniere rationel. Voyons c’est évident me semble…. il faut protéger les enfant contre toute les sortes d’abus et ce n’est pas des Psy qui vont me faire a croires que changer l’identité d’un ENFANT ,je vous le rapelle, est normale. Ont parle pas d’un adulte qui est conscient de son choix et qui est capable de l’assumer, ont parle d’ENFANT. Etk moi je suis vraiment décourager. Ont dirais quasiment que le Québec est rendu un grand labo d’expérience out tout est permis. Bravo cher concitoyen(ne) ont se laisse faire et c’est révoltant.

      Eric P.

    • Hey! On parle d’un enfant de 5 ans qui veut se déguiser en danseuse en tutu… Un déguisement pour l’Halloween. Et je viens de lire des thèses qui ne tiennent pas la route abordant l’homosexualité et tout le tralala… Laissez-le s’amuser rien d’autre!!! Un enfant de 5 anssssssssssssss… Wow!

      Qu’est-ce que ça va être si un peu plus tard il veut suivre des cours de danse classique? On va lui dire non parce que c’est un truc pour efféminé parce que les gars c’est supposé jouer au hockey, au fooball… avec des camions, etc. Et puis qu’est-ce qu’on fait des filles qui jouent au hockey, un jeu pour mâles avertis… des filles qui jouent au baseball, lancer des rondelles sur les bandes, etc.

      Du sexisme inversé tout ça à mon avis…

    • Un avis éclairé par ‘The Onion’

      How To Find A Masculine Halloween Costume For Your Effeminate Son
      http://www.theonion.com/content/video/how_to_find_a_masculine_halloween

    • J’ai grandi dans un pays tres macho. Jeune, j’étais également peu attiré par les trucs plus masculins; j’étais très attirer par les filles, mais je n’arriver pas à attirer leur attention. En 78, à la coupe du monde en Argentine, on voyais à la télé les jouers de foot porté de shorts très courts. Je me souvient très bien les commentaires de mes tantes à propos des cuisses des hollandais. Alors j’ai eu l’idée du siècle. A six ans je voulias porter des shorts à l’école, pour attirer l’attention des filles… mon père, pour minimiser le coup m’a avertir: Si tu reviens en pleurant, je vais te donner la râcler de ta vie, alors au premier petit futé qui se moque de toi, tu lui fou ton poing sur la gueule… disons que j’ai mangé une couple de volés, j’ai gangé le respect, mais le plus important, j’ai attiré l’attention des filles… aujourd’hui on va empêcher un garçon de porter un costume de ballerine à l’halloweene, mais on va acepter qu’il soit victime des moqueries; pour moi ça serai peut-être l’occasion rêver pour lui permettre de s’affirmer comme gars!

    • @ _cameleon_

      Mon Dieu…j’espère que vous étiez sarcastique!! Évidemment, c’est bcp mieux que notre garçon se déguise en soldat hyper protecteur-pourvoyeur-viril (clin d’oeil à vivianep) avec une mitraillette d’un mètre…Comme ça, nous n’aurons rien à craindre de son orentation sexuelle. Comme si l’un détermine l’autre…

      @ madisondaylee

      Effectivement, merci! : )

    • Moi j’ai une question pour vous. Pourquoi est-ce que le fait d’aimer les tutu et le rose fait de cela un probleme d’orientation sexuelle? Honnetement, c’est une question qu’on devrait se poser. Je connais des femmes qui font du surf, du ski, des arts martiaux, du scuba diving, de l’alpinisme, du hiking, de la mecanique automobile, de la chasse, de la peche, du parachutisme et j’en passe. Pourtant, toute ces femmes aiment aussi les hommes. Alors pourquoi cette relation directe lorsqu’il s’agit d’un garcon avec le rose et les poupees? D’accord, ses gouts ne sont pas vraiment commun, mais je n’irais pas jusqu’a dire que cela implique quoi que ce soit. Toutefois, l’avertir des risques de moquerie pourrait etre sage.

    • “Si c’était mon enfant, je me plierais à la pression sociale et le forcerais à faire de même si nécessaire. ” (veridik)

      Quand la pression sociale fera que votre fille vous reviendra enceinte à 14 ans, votre fils se mettra à fumer la cigarette à 10 ans, du pot à 12 et du crack à 16, la trouverez-vous toujours aussi intelligente, la pression sociale?

      On en voit, avec les accommodements raisonnables, des gens qui sont obligés de plier à la pression sociale. Je ne sais pas pour vous, mais moi je suis loin de trouver ça ou rigolo, ou intelligent! Surtout quand vous vous retrouvez dans votre véhicule dans 30 pieds d’eau parce que vous avez refusé de vous y plier, à la maudite pression sociale!

      Moi je suis pour qu’on arme les enfants contre les cons de la société. Qu’on leur donne la fierté de se tenir debout tous seuls comme des grands et d’envoyer balader les bornés. Être un mec et aimer les falbalas en plus d’aimer la bière et les filles.”

      Se tenir debout tout seul… un exercice de plus en plus rare au Québec!

      Je connais un gros macho qui préfère encore saigner des lèvres que de mettre du baume dessus: eille! c’est pour les filles ça! On peut pas se montrer en public de même voyons donc! Toujours habillé de marine ou de gris: il n’aime pas le noir ni le brun et toutes les autres couleurs font “tapette”. Totalement invisible le gars! Aucune personnalité. Il “fitte” parfaitement dans le moule, pas un cheveu ne dépasse…

      Bien faire et laisser braire dit le dicton. Que les ânes qui se reconnaissent en prennent de la graine.

    • @Perigny

      Je crois que vous vous méprenez sur “l’affaire”. Il ne s’agit que d’une mère qui se demande si elle doit laisser son fiston de 5 ans se déguiser en ballerine pour Halloween, pas d’une mère qui veut obliger son fils à vivre en fille, à grand renfort d’hormonne et de torture psychologique.

      J’espère que vous n’enlèveriez pas un enfant à ses parents parce que ceux-ci se demandent comment agir au mieux avec un petit garçon qui manifeste de façon naturelle un goût pour les poupées et le rose!

      Imposer à un enfant les goûts qui “doivent” supposément être les siens parce qu’il appartient à tel sexe, voilà qui correspondrait plus à une expérimentation, selon moi.

    • @roxiebel Bien sur que oui. ;-) Cette vidéo provient the ‘The Onion’ un journal américain (fondé en 1896 !) à l’humour sarcastique et parfois même plutôt corrosif.

      http://theonion.com

    • “Quand la pression sociale fera que votre fille vous reviendra enceinte à 14 ans, votre fils se mettra à fumer la cigarette à 10 ans, du pot à 12 et du crack à 16, la trouverez-vous toujours aussi intelligente, la pression sociale?”

      Je ne sais pas dans quelle fiction vous vivez, mais je n’ai jamais constaté une pression sociale pour ces excès que vous mentionnez. Vous semblez confondre pression sociale et influence des pairs.

      Quand au lien que vous faites entre les accomodements raisonnables, le meurtre de quatre femmes et le tutu à l’école, j’avoue qu’il me semble au minimum très douteux, voire complètement impertinent. Il me montre que vous ne maîtrisez pas vraiment la notion de pression sociale.

      Refuser le divorce au point de tuer, fumer du crack, avoir un enfant à 14 ans: tout cela est au contraire DÉCOURAGÉ dans notre société, alors que la virilité chez le garçon et l’intégration au groupe est VALORISÉE par la majorité.

      De plus, je fais une distinction entre la petite enfance et l’adolescence, ce que vous ne faites visiblement pas. Il y a une différence entre la capacité de résistance ou de résilience d’un enfant de 5 ans et de 12-14 ans.

      Je ne dis pas qu’il faut suivre le troupeau en tout temps, mais à 5 ans, tu as peu de moyens de défense contre un groupe d’enfants. Dire à ses enfants de se tenir debout c’est bien, mais c’est stupide et déconnecté de le faire s’ils n’ont pas les moyens de suivre ce beau conseil.

      Donc, au primaire, c’est à moi de prendre les décisions pour le bien-être de mon enfant et au secondaire ou un peu avant selon sa maturité, il pourra faire ses choix et défendre son intégrité.

    • Je lis certains parents et je les crois capable de laisser leurs enfants souffrir sans jamais revenir sur leurs maudits principes bien-pensants.

      Ils croient vraiment que la priorité pour eux, ce sont leurs enfants. En réalité, la priorité, ce sont leurs principes.

      Et en plus, ça se croit supérieurs comme parent et comme humain. Ce serait drôle si c’était pas pathétique.

    • Seigneur, Loubia. Je pourrais te répondre que le type dont tu parles se “tient debout” et assume sa différence, avec son refus du lipstick, du rose, et sa prédilection pour le brun. Mais de nos jours, grâce aux biens-pensants dans ton genre, le vrai moule, c’est le vôtre. Il faut être délicat poru être un homme valabe, et triper sur le rose. T’es supposée représenter la tolérance, et tu écris: “Totalement invisible le gars! Aucune personnalité. Il “fitte” parfaitement dans le moule, pas un cheveu ne dépasse… Bien faire et laisser braire dit le dicton. Que les ânes qui se reconnaissent en prennent de la graine.”

      Et en plus, tu n’y vois que du feu.

    • Je vais me tenir debout pour une chose moi:

      vivianep, quand je m’adresse à VOUS, VOUS remarquerez que je VOUS VOUVOIE. C’est la vision du savoir-vivre “généralement” acceptée de la société dont VOUS aimez tellement suivre aveuglément les règles.

      Veridik, c’est pas la pression sociale qui fera fumer ou se doper un jeune? C’est quoi la différence entre “pression sociale” et la pression des pairs? La société est composée de qui à votre avis, si ce n’est de nos pairs?

      Dans le cas que j’ai cité, on parle de crime d’honneur parce que la “pression sociale” veut que le mâle, le “cheuf” se fasse respecter de ses femelles ou qu’il prenne tous les moyens possibles et imaginables de se faire respecter s’il ne veut pas que sa société le voie comme un mou qui se fait mener par le bout du nez par les femmes. Être amoureux de sa femme et aimer ses filles n’entrera pas en ligne de compte, la société dit que t’es déshonoré, tu l’es! Répare ton honneur pis fais ça vite! Opinion de cette société oblige (de kossé qu’les wésins vont dire???) Vous les fréquentez pour avoir une opinion aussi tranchée? Non? Moi oui. Agissements découragés dans notre société? Vous en êtes certain? Je pourrais vous citer quelques cas de jurisprudence où AU CONTRAIRE on a cautionné de ces actes inacceptables.

      Allez voir affaire Verreault ici: http://www.canoe.com/infos/chroniques/richardmartineau/archives/2008/04/20080430-092200.html

      Pression de la société ou des pairs:

      -Fume sinon t’es pas un homme/une femme.
      -Enweye, dis oui sinon tu m’aimes pas pis t’es une petite fille, pas une femme pis je vais demander à Natasha: elle dit oui ELLE!
      -Pas de dope jamais? T’es pas cool!
      -Même à 40 ans: enweye donc une bonne bière, un p’tit verre ça va pas te tuer (ben oui des fois justement)
      -Les voisins ont une piscine chéri: on s’achète un jacuzzi?

      Porter du rouge indique qu’on se sent en pleine capacité de ses moyens. Du noir qu’on veut le pouvoir. Du marine, c’est propre et indique qu’on est efficace. Du brun…tut! tut! Pas au bureau, c’est signe de mollesse! Ben oui tsé!

      Pas de blanc après la Fête du Travail woyons donc! Ça se fait pas! (pourquoi au fait???) Pas trop d’accessoires, t’as l’air d’un arbre de Noël (oui et puis???)

      Pas de fleurs avec du rayé et du paisley. C’est laid j’en conviens mais ça dérange qui si je manque de goût?

      Pas de blanc à un mariage, on laisse cet “honneur” à la mariée. Pas de couleurs vives au salon mortuaire, c’est de mauvais goût. Bon, le party est pogné au fumoir et monconc Théo est saoul comme une botte, mais si on est tous habillés convenablement, l’honneur est sauf! Dieu merci, on a laissé tomber la ridicule tradition du noir pendant un certain nombre de mois donné, dépendant de notre relation avec le mort.

      Stéphanie 2009, vous avez raison. On parle d’un fichu COSTUME. Si on associe efféminé avec un gars en tutu, est-ce qu’il faut enfermer ceux qui se sont promené avec une hache sanglante en travers de la tête ou une arme bidon à la main en tant que tueurs en série? Tous les fantômes, tous les sorciers sont des suppôts de Satan? Tous les autres, peu importe le costume, ce sont des malades mentaux, des mégalomanes, des déconnectés de la réalité? On ne verrait aucun problème à ce qu’un enfant se déguise en extra-terrestre, en tueur, en ninja ou en monstre, mais quelque chose de paisible comme une ballerine… hoooon! faut pas! Des fois que ça te déteindrait dessus!

      En autant que le petit ne met pas une jupe pour aller à l’école la semaine suivante, ça dérange quoi qu’il tripe en tutu pour une soirée? Parce que à date, les gars ne mettent pas de robes pour aller à l’école au Québec. Les filles par contre, peuvent mettre le pantalon. Tiens… pourquoi cette discrimination? Et essayez de me trouver quelque chose de plus intelligent que “c’est parce que c’est d’même”! Début des années 60, les femmes portaient RAREMENT le pantalon et encore, fallait que ce soit pour faire du vélo ou des “jobs sales” normalement réservées aux gars. Aujourd’hui, les femmes en jupe sont une rareté.

      Moi, ce que je remets en question, ce sont les ridicules conventions sociales venant d’on ne sait où et coulées dans le béton pour on ne sait quelle raison. Au moins, faites l’effort intellectuel de trouver une raison VALABLE à ces conventions sociales. Les jupes et les flaflas sont mal vus chez les gars ici et ont largement cours ailleurs. Ici les hommes se touchent juste pour se taper dessus, que ce soit à coups de poings sur la gueule ou la grande claque dans le dos qui se veut amicale. Faudrait surtout pas avoir un vrai geste de tendresse comme les Européens et les Arabes qui s’embrassent ouvertement sans la moindre gêne!

      Je remets en questions les “règles établies”. Le mouton québécois, pas pour moi merci!

    • L’identité sexuelle , pas plus que les comportements, sont inscrits dans les gênes. Les enfants apprennent et son influencé par leur milieu, cette influence est au moins aussi importante que l’influence biologique. Les comportements et préférences sexuelles sont fortement influencée par le milieu.

      Je ne crois pas qu’il soit bon pour un si jeune enfant de se déguiser ainsi. C’est le soumettre aux railleries des autres qu’ils ne comprendraient probablement pas. Il ne s’agit de réprimer son identité sexuelle supposément déterminée à la naissance, mais plutôt lui apprendre qu’on ne fait pas tout ce qu’on veut quand on veut et que certaines actions peuvent provoquées certaines réactions. Je ne crois que ça soit intelligent de vouloir changer tout le monde pour que pareille excentricité devienne normalisée, c’est plutôt le contraire même. Il ne s’agit pas de vouloir conformé l’enfant à un moule, mais à l’opposer, le laisser faire n’est pas mieux. Le parent à un rôle, celui de guider son enfant et le protêger et particulièrement à cette âge ou l’enfant ne peut prendre toute la mesure des conséquences de ses actes.

    • Drek2, il y a des contradictions dans ton texte, et même si je suis en bonne partie d’accord avec ton 2e paragraphe, je suis complètement en désaccord avec ta première phrase.

      L’identité sexuelle EST inscrite dans les gênes. Ce n’est pas une opinion, mais un fait. Mais oui, c’est vrai, le milieu influe.

    • “vivianep, quand je m’adresse à VOUS, VOUS remarquerez que je VOUS VOUVOIE. C’est la vision du savoir-vivre “généralement” acceptée de la société dont VOUS aimez tellement suivre aveuglément les règles. ”

      ahahahaha elle est bonne, Loubia! Tu veux m’attaquer, mais en même temps, tu dis n’importe quoi. C’est vrai, je suis tellement soumise aveuglément aux diktats sociaux… elle est bonne.

    • “Moi, ce que je remets en question, ce sont les ridicules conventions sociales venant d’on ne sait où et coulées dans le béton pour on ne sait quelle raison.”

      Ridicule, dites-vous. Je trouve vos pressions sociales tout aussi ridicules, Loubia. C’est ça que vous ne voyez pas. Vous. Pour être valable à vos yeux, faut trouver aussi érotiquement attirant un homme vêtu de rose, rouleau à pâte à la main en train de pleurer en écoutant Oprah à 16h, que l’autre version de l’homme. Si c’est pas une pression, ça…

      Ces pressions, vous ne savez pas d’où elles viennent? Vous êtes bouchées. Elles viennent de l’instinct de survie de l’espèce. Les hommes, mâles, forts, protecteurs, et pas trop sensibles, c’est une nécessité de survie de l’espèce. C’est très loin d’être ridicule. Oui, nous évoluons. Mais ce n’est pas, dans mon esprit, une évolution, que de ridiculiser ce modèle qui a sa raison d’être, et qui est très noble.

    • @vivianep

      Je ne suis plus d’accord depuis longtemps avec l’idée que tout est acquis dans le comportement humain mais je ne suis pas davantage d’accord avec le “tout est inné”. Il faut faire la distinction entre ce qui est “naturel” et ce qui culturel.

      Comme je l’ai déjà dit, la nature n’a pas inventé les tutus ainsi que les autres vêtements et accessoires associés au féminin. Dans les années 50 les femmes ne portaient pas de pantalons, dans 100 ans il sera peut-être mal vu qu’une femme ait les cheveux longs ou qu’un homme porte une cravate.

      Oublions les tutus quelques instants. Nous devons nous demander qui a décidé que de porter tel vêtement ne convient pas à tel sexe. Si aucun humain n’avait jamais décidé de s’habiller autrement que ses pairs, nous serions encore habillés de peaux d’animaux.

      Il est normal que les normes vestimentaires changent en fonction du lieu et de l’époque mais surtout en fonction des goûts individuels. Je ne crois pas qu’un look entrave jamais la survie de l’espèce…

    • Stephanie2009: “Oublions les tutus quelques instants. Nous devons nous demander qui a décidé que de porter tel vêtement ne convient pas à tel sexe. ”

      Ce n’est pas important, Stéphanie, qui a décidé ou pas de ces choses-là. Ce qui est important, c’est qu’ici, maintenant, ça a un impact, et qu’ici et maintenant, ces affreux-méchants diktats ont leur raison d’être. Et cette raison, à toutes les époques, ont TOUJOURS été la survie de l’espèce, et de sa propre descendance. Les mâles veulent avoir l’air mâle pour être choisi pour la reproduction.

      Je ne dis pas que tout cela est parfait, mais que ça EST. Et que si c’est ainsi, c’est qu’il y a une raison plus profonde que la bêtise de se soumettre à une mode comme veulent nous le faire avaler tous les bien-pensants comme Loubia.

      C’est bien, et même très bien, que notre société accepte les gens différents et les garçons qui aiment les tutus. Mais pour les accepter, avons-nous tous besoin de devenir comme eux? Certainement pas. Si on doit, comme société, favoriser l’acceptation des différences, il faudrait quand même pas tomber dans l’excès inverse qui est de démoniser le modèle habituel! Pour moi, comme conjoint et comme père de mes enfants, je préfèrerai toujours les mâles vraiment mâles, et je ne suis pas une dégénérée pour ça.

      De nos jours, la dictature est chez les Loubia de ce monde.

    • vivianep, aucun comportement ou préférence est innée, vous savez que c’est la thèse que soutienne les eugénistes, les partisans de la peine de mort et de la stérilisation de ceux qui sont jugés psychopates?

      Au plus on a des prédéterminations.

    • “les eugénistes, les partisans de la peine de mort et de la stérilisation de ceux qui sont jugés psychopates” sont aussi des gens qui devaient aimer manger. Ça ne rend pas la bouffe détestable et mauvaise pour autant…

      C’est tellement prévisible ces faciles accusations d’être un monstre si on ne pense pas comme il est moralement acceptable de le faire de nos jours… Les références à Hitler sont à la veille de tomber, je le sens!…

      Il y a de très nombreux comportements qui sont innés. Le nier est ridicule. Accepter la différence est très bien, mais tomber dans l’excès qui est de croire qu’il n’y a rien qui soit naturel, normal, ou biologiquement déterminé, est stupide.

    • Drek2, si rien n’est inné, est-ce à dire que l’homosexualité est systématiquement acquise?… que l’hétérosexualité est le résultat de pression sociale? …

    • Bon. Oublions pour un instant le vrai sujet de la conversation (un simple costume d’Halloween, tout de même!)

      @vivianep

      «Drek2, si rien n’est inné, est-ce à dire que l’homosexualité est systématiquement acquise?… que l’hétérosexualité est le résultat de pression sociale? …»

      Je sens une pointe d’ironie. C’est malheureux, car j’étais presque en accord avec votre deuxième phrase. Je crois que notre société associe encore beaucoup trop procréation et plaisir sexuel. Pensons au règne de la monogamie et de l’hétéronormativité. Cela n’a absolument rien à voir avec la survie de l’espèce! Les êtres humains ne sont pas prets d’être une espèce en voie d’extinction!

      Si vous tenez tant à parler des humains comme d’une race animale, pensez alors aux singes bonobos, les primates qui nous ressemblent le plus. Ils ont, comme nous, la faculté de ressentir du plaisir pendant l’acte sexuel. Cependant, ils n’ont évidemment pas les mêmes structures sociales que nous et ils vivent donc leur sexualité de façon bien différente. Les bonobos ont toutes sortes d’activités sexuelles avec tous les sexes, ce qui ne les empêche pas de se reproduire au même rythme que les autres chimpanzés. Bon, je vais vous épargner un laïus zoologique, mais je vous suggère de chercher là-dessus.
      http://songweaver.com/info/bonobos.html

      Je peux aussi vous ressortir la charte d’Alfred Kinsey, chercheur très connu du XXe siècle qui a su prouver, d’après d’ambitieux et exhaustifs sondages, que l’identité sexuelle des gens de reflètent pas toujours leur comportement ou leurs fantasmes. En d’autres mots, il existe beaucoup plus de bisexualité (et de sortes de bisexualités) que ce que la société ne laisse croire.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_Kinsey

      Cela dit, le but ici n’est pas, comme vous avez l’air de croire, de faire en sorte que tout le monde «devienne» homosexuel ou que tous les petits garçons s’habillent en tutu rose. Le but de cette déconstruction des idées préétablies n’est pas d’endoctriner les gens avec des idées «bien-pensantes», comme vous aimez dire. Kinsey lui-même était marié à une femme et avait des enfants. Le but d’un tel exercice est plutôt de tenter de décortiquer et de comprendre la société dans laquelle nous vivons, pour ainsi laisser plus de place à une diversité tout à fait normale. Il est important de comprendre que l’identité et le comportement sexuels se vivent de façon différente pour chaque individu.

      Je ne crois pas que ce que je viens de dire définisse ce qui soit «moralement acceptable» de penser de nos jours. En fait, je crois qu’il est difficile pour la plupart des gens de remettre en question les fondements de monde dans lequel on vit, surtout lorsqu’il est question de sexualité. Par conséquent, vous pouvez baisser votre garde, je n’ai pas l’intention de conquérir le monde à coups de rubans, de fleurs et de crinolines. Vous pouvez continuer à apprécier les hommes que vous trouvez virils, c’est votre droit et votre goût et la remise en question des paramètres de la «normalité» n’a rien à voir avec cela.

      Si vous avez encore un peu d’humour, je vous suggère cette mignonne bande dessinée, dont le propos est tout à fait pertinent dans l’optique de ce débat:
      http://modan.blogs.nytimes.com/2007/09/04/queen-of-the-scottish-fairies/

      Bonne journée à tous!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2014
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  
  • Archives

  • publicité