La mère blogue

Archive, octobre 2009

Jeudi 29 octobre 2009 | Mise en ligne à 11h34 | Commenter Commentaires (87)

Un tutu, ou pas, pour fiston?

barbie.jpg

La poupée ballerine Cendrillon de Barbie, par Mattel.

Silvia Galipeau

Permettez qu’on délaisse, au moins deux minutes, la question de la grippe H1N1 … pour parler des (autres) vraies affaires: l’Halloween! (et de grâce, ne venez pas me dire que cette année, vous craignez qu’il soit trop dangereux de cogner à toutes ces  portes, à cause du risque de propagation du virus, ok? J’essaye de passer à un autre appel, là…)

Alors voici le topo: la mère blogueuse de New York Times a reçu une très délicate question de la part d’une lectrice: faut-il, ou non, laisser son fils de cinq ans se déguiser en ballerine pour l’Halloween à l’école?

A priori, pourquoi pas? Mais la question, qui ne sort pas de nulle part, est beaucoup plus complexe qu’elle n’en a l’air. Dans un texte très touchant, plein de sensibilité, la mère raconte l’histoire de son fils: un petit garçon sensible qui, depuis toujours, rêve en rose, préfère les brillants et les tutus aux camions et aux robots. Un fils pas tout à fait comme les autres, quoi. Elle le sait, et l’accepte comme il est.

Son témoignage me rappelle celui d’une autre mère, rencontrée l’an dernier,  pour me parler de son garçon, pardon, de sa fille, Samantha: un enfant transgenre.

Je ne suis pas en train de dire que c’est de cela qu’il s’agit. Mais je mesure la déchirure pour la mère: faut-il accepter son enfant tel qu’il est, et l’encourager dans cette différence, quitte à le mettre à risque de se faire ridiculiser à l’école? Et Dieu sait si les enfants peuvent être cruels. Ou bien faut-il le protéger coûte que coûte, niant du coup ce qu’il est? Déchirante question. Je n’ai pas de réponse.

Lire les commentaires (87)  |  Commenter cet article






Mercredi 28 octobre 2009 | Mise en ligne à 12h09 | Commenter Commentaires (65)

Écoles: H1N1 et seuil de tolérance

Isabelle Audet

 Ce matin, le président de la Centrale des syndicats du Québec se disait préoccupé que les plans d’action varient d’un établissement scolaire à l’autre en cas d’éclosion de plusieurs cas de grippe A (H1N1). Avis aux parents au sujets de cas révélés, désinfection des classes au-delà d’un pourcentage X de malades… le tout est à la discrétion des établissements, note Réjean Parent.

À Montréal, depuis la rentrée, 16 écoles ont rapporté à un moment ou à un autre un taux d’absentéisme plus élevé que 10% en raison de symptômes grippaux.

Pour la plupart des personnes infectées, la grippe n’entraînera pas de complications. «Il ne faut pas se faire des peurs», nuance M. Parent.

Mais compte tenu que le vaccin ne sera disponible qu’au début du mois de décembre pour la majorité des enfants d’âge scolaire, en plein coeur de la période de pointe prévue par la Santé publique, vous êtes-vous fixé un seuil de tolérance? À cinq, six, 10 camarades de classe malades, fiston reste à la maison? Suspension des cours de gym si la grippe s’étend trop?

Ou bien, on relaxe?

Lire les commentaires (65)  |  Commenter cet article






Mardi 27 octobre 2009 | Mise en ligne à 10h52 | Commenter Commentaires (36)

Les enfants et la télé: un sommet jamais vu

bb.jpg 

Silvia Galipeau

Du jamais vu: les enfants passent désormais l’équivalent de plus d’une journée par semaine devant l’écran, nous apprend la toute dernière enquête Nielsen sur la question: les jeunes de deux à cinq ans passent près de 32 heures (!) par semaine devant la télé, et ceux de 6 à 11 ans, 28 heures. Un sommet en huit ans d’enquêtes sur la question.

Pourquoi un tel sommet? Les analyses vont dans toute les directions: il y a certainement de plus en plus d’émissions destinées spécifiquement aux enfants; et ceux-ci ont accès à de plus en plus d’écrans (DVD, Internet, télé) ; et puis (surtout?), trop de parents croient encore, à tort, que certaines émission pour poupons sont éducatives. Erreur. Pensez au cas de Disney avec ses Baby Einstein, qui doit justement rembourser des millions de parents pour fausse publicité.

Qu’on se le dise: aussi prétendument éducatives soient-elles, les émissions de vos enfants ne leur apprendront jamais à parler l’espagnol, chanter en mandarin, ou quoi encore. Certes, elles vous permettront de faire autre chose pendant qu’ils sont devant la télé (comme préparer le souper ou dormir!) , elles les divertiront, les relaxeront, ou  vous permettront même de passer un bon moment en famille. Point. Mais rien qui justifie de les installer cinq heures (cinq heures!) , sept jours sur sept, devant la télé.

Lire les commentaires (36)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2010
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité