La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 27 juillet 2009 | Mise en ligne à 10h18 | Commenter Commentaires (49)

    Remboursé pour sperme défectueux?

    Silvia Galipeau

    Une femme peut-elle poursuivre une banque de sperme pour produit défectueux? Apparemment, oui.

    Cette nouvelle, du collègue Mathieu Perreault, me trouble profondément. D’un côté, je partage le sentiment d’injustice de la mère, qui a choisi, consciencieusement, une banque qui vantait son «rigoureux contrôle de la qualité». Or à peine un an après la naissance de son enfant, le diagnostic est tombé: «retard mental».

    Résultat: la dame a le sentiment d’avoir été flouée. Elle se retrouve avec un enfant pas tout à fait normal sur les bras. Le contrôle de qualité n’était pas optimal. Où est-ce plutôt la banque de sperme qui a fait de la fausse publicité? Peut-on vraiment faire de telles garanties sur une vie?

    Car c’est de cela dont on parle, finalement : de la vie d’un enfant. D’un enfant pas tout à fait à la hauteur des promesses d’une banque de sperme. D’un enfant pas tout à fait à la hauteur des attentes d’une mère.

    Misère…


    • Misère, vous avez bien raison. Pauvre monde.

      Comme si on pouvait garantir à 100 % la qualité du sperme. On peut faire de notre mieux, seulement obtenir du sperme d’hommes “de qualité” – hé hé hé… mais même à ça, les accidents, ça arrive…

      Et si le problème vient du côté de la femme? Comment peut-on savoir?

    • Était-ce la qualité du sperme ou l’incompatibilité possible entre le donneur et le receveur? Deux personnes peuvent très bien avoir des gènes sains, mais leurs enfants peuvent hériter d’une maladie ou d’un handicap en raison d’un mauvais “match” génétique. La procréation assistée est bien plus complexe qu’on veut bien le laisser entendre. Les personnes qui y ont recours devraient mieux s’informer.

    • Comment peut elle prouver que ce n’est pas de sa faute si le bébé est défectueux ?

    • Apres avoir lu l’article je réalise que ce retard mental est transmis par le male et devait ètre apparent chez le donneur. Cela change tout…

      Finalement pourquoi le femmes qui se font inséminer ne demandent elles pas un don a une personne qu’elles connaissent ? Il est comme évident que ce sont surtout des sans-abris et des toxicomanes qui doivent faire des “dons” a ces banques moyennant rémunération.

    • Le syndrome du X fragile présente des symptômes très variables d’une personne à l’autre, parce qu’il dépend de la longueur d’une suite de répétitions de bases “CGG” dans un chromosome (trop de répétitions et le chromosome devient fragile). Une suite “CGG-CGG-CGG-CGG…” dans le chromosome est donc un site fragile, un peu comme si la colle était plus faible à cet emplacement-là. Un chromosome fragile a tendance à se briser spontanément lors de divisions cellulaires, ce qui empêche ou perturbe la synthèse de certaines protéines dans les cellules affectées.

      Si l’enfant est une fille, cette faiblesse génétique peut être héritée du père ou de la mère (puisqu’elle a 2 chromosomes 23-X). Toutefois, il arrive qu’un parent sain transmette un X fragile, parce que son chromosome comportait un nombre déjà élevé de répétitions et le nombre de répétitions a augmenté dans la cellule fille (les erreurs de ce type ont tendance à s’accumuler à chaque nouvelle génération). Un chromosome sain comporte de 29 à 32 répétitions CGG; un chromosome commence à être fragile; s’il comporte de 55 à 200 répétitions; au-delà 200 répétitions, le syndrome du X fragile s’exprimera avec une grande sévérité. L’on comprendra qu’il y a une gradation de la sévérité de la maladie; plus le X est fragile et plus grande sera la proportion de cellules affectées chez la personne porteuse.

      Notons que les symptômes de cette maladie sont moins graves chez les filles, qui sont porteuses d’un X sain et d’un X fragile en parallèle (ce qui modère les problèmes); les garçons ont quant à eux un X et un Y, ce qui n’assure pas de redondance dans les gênes du chromosome 23.

      Enfin, certaines familles ont de véritables bombes à retardement car elles portent des chromosomes avec répétitions, qui vont inévitablement amener une maladie génétique dans les générations suivantes. Par exemple, les répétitions cumulées dans certains chromosomes amènent aussi une susceptibilité accrue de développer une leucémie ou d’avoir un enfant souffrant du syndrome de Down.

      Dans le cas actuel, on suppose que la mère a fait séquencer son ADN pour vérifier si elle est elle-même porteuse d’une faiblesse sur son X.

    • Si le contrat signé garantissait que la mère serait remboursée en cas de problème grave du bébé à la naissance, alors elle devrait recevoir l’argent qu’elle demande.
      Si la banque de sperme était assez dingue pour faire une promesse intenable comme celle-la, elle doit en assumer les conséquences et les coûts. Si l’origine du problème est la mère: c’était à eux de vérifier d’abord l’état des gènes de madame avant d’émettre de telles garanties.
      Si rien de ce genre n’est spécifié dans le contrat, madame n’a pas plus droit à ce dédommagement qu’une femme qui accouche d’un bébé handicapé ou malade après une conception régulière.

    • @bobof

      Oui, ça serait intéressant de voir. Mais de toute façon, la banque de sperme ne devrait pas faire de telles garanties… elle ne devrait pas garantir ce qu’elle ne peut garantir.

    • Qui a déjà vu le film “Gattaca”? On dirait bien qu’on se rapproche de cet univers futuriste!

    • Allons!!! qui va donner son sperme a ce genre de banque qui paie un certain montant pour si peu d’effort? des acteurs hollywoodiens? des professeurs universitaires de renoms? des astronautes? des athletes olympiques? des millionnaires? des bons peres de familles stables et genereux? de beaux jeunes hommes philanthropes de bonnes familles?
      Quand meme! il ne faut pas s’étonner que des personnes avec des troubles mentaux doivent former une bonne part des donneurs. A moins de rever avoir une descendance sans s’en occuper du tout, il faut bien constater que les donneurs le font principalement par necessité economique.
      J’imagine tristement comment un enfant de 10-12 ans concu de cette facon peut s’imaginer un tel pere et les circonstances de sa ”fabrication”. Je trouve ca un peu horrible. Mais bon, la mere a tous les droits de nos jours… et ce qui arrive a cette dame en montre bien l’ironie: l’enfant devient un produit qu’on achete, et celui-ci possede un vice-caché, vite, poursuivons!
      Ce genre d’evenement nous dit aussi comment ces enfants de laboratoire vont de plus en plus causer des problemes sociaux et medicaux…qui est le pere? y’a-t-il maladie genetique? comment retrouver le pere? pourra-t-on poursuivre les donneurs qui se savent atteint de maladies? que faire quand L,enfnat voudra un jour connaitre le pere!!! Toutes les personnes que J,ai connu dans ma vie qui sont nes de parents inconnus sont obsédés par l’idee de ces parents biologiques qu’ils n’ont jamais connus!
      Le plus grave: bientot les geneticiens joueront dans les genes de ces ”produits de laboratoires” afin que le produit final soit bel et bien parfaitement propre, en santé, parfait, mieux que l’original peut-etre…je crois sincerement que d’ici un a deux siecles il n’y aura que des enfants créés en laboratoire et genetiquement modifiés, pour eviter les vices cachés. Et avec le clonage et tout, le concept meme de pere aura bel et bien disparu totalement. Aldous Huxley doit se retourner dans sa tombe en rigolant…!
      Comme on dit, dans ce cas particulier, la nature se venge un peu de notre arrogance!

    • Je me demande si une femme mariée peut, après le divorce, poursuivre le père s’il a fourni un sperme de mauvaise qualité.

    • Misère oui… La quête du plus-que-parfait…
      Ceci dit, pour répondre à certains, la femme n’est pas en cause puisqu’elle a subi tous les tests afin de déterminer si le problème venait d’elle et cela a pris un certain temps. C’est pour cette raison d’ailleurs qu’elle ne peut poursuivre en son nom, le délai étant dépassé. La poursuite se fait au nom de sa fille.

    • Cette mère pourrait avoir raison de poursuivre pour autant qu’elle puisse démontrer hors de tout doute que le problème provient bien du sperme en question. Je suis sûr que les avocats s’en donneront à coeur joie avec la complcité de généticiens en mal de publicité et j’ai bien hâte d’en apprendre le résultat. À tout événementm, un enfant handicapé coûte cher en temps et en argent.

    • Vous aimez ça vous énerver pour des riens. La banque de sperme a le devoir de faire des tests sur le sperme pour éliminer premièrement les porteurs de maladies génétiques et deuxièmement pour les maladies que le sperme pourrait transmettre à la mère. La clinique ne peut prévoir tout mais si on a la capacité médicale de prévoir telle maladie et qu’on ne le fait pas, c’est pas compliqué, la clinique se doit d’indemniser si l’enfant ou la mère subit des préjudices. Y a-t-il quelque chose de dur à comprendre là-dedans ?

    • On ne parle pas ici d’une dame qui souhaite avoir un “modèle plus performant” d’enfant mais bien de quelqu’un qui croyait que TOUS les tests disponibles avaient été fait.

      La poursuite est recevable justement parce que le test pour déterminer si le donneur était porteur était disponible au moment du don et que la banque n’a apparemment pas fait son travail.

      Selon l’article, le doneur devait avoir lui-même un retard mental (donc facile à déceler)… Il y a une marge entre désirer un bébé parfait conçu avec le sperme d’un grand universitaire et demander que certains tests soient faits, quand disponibles.

    • Non, en effet, vu sous l’angle du cas de jurisprudence.

      Je crois comprendre que le malaise diffus qui ressort ici découle de la notion de ‘vie humaine’, liée avec ‘gène défectueux’, avec la notion d’obligation, de ‘contrat’, d’argent’. Comme si on traitait d’une marchandise défectueuse.
      Je paie, donc, je dois recevoir mon dû, soit un être humain conforme à certains standards, sans tare ou défectuosité.

    • Le probleme avec ce que pense ordureblanchie est simple: si on commence a permettre a des enfants de labos de poursuivre pour les tares issus de problemes genetiques d’un ou des deux parents, on ouvre la porte aux poursuites eventuelles contre les parents qui ont procréé de facon ”naturelle” egalement. Un des deux parents pourrait poursuivre l’autre au nom de l’enfant.
      Une clinique doit verifier d,accord! mais un aoprnet quis e sait atteint d’une maladie hereditaire pourrait aussi se faire ”déclarer” responsable.
      On sait fort bien par exemple que dans certaines familles le cancer du sein est hereditaire a un taux tres eleve. Ce genre de maladie coute tres cher a l’etat, donc les prejudices sont faciles a prouver. Maintenant, si le parent se sait atteint et sait que sa maladie est hautement transmissible, on pourrait parler de responsabilité. Il y a 20 ans, jamais on aurait pensé interdire de fumer dans les bars et dans les voitures avec des enfants…pourtant, de nos jours, le fumeur se voit octroyer une ”responsabilité” pour la santé des tiers. Et personne n,ira critiquer cela alors qu,il y a 20 ans on vous aurait eclater de rire en pleine face.
      Seule une certaine moralité retarde encore cette responsabilisation à outrance.
      En effet, dans une societe ou l’etat veut de plus en plus sortir de son role ”providentiel”, l’état pourrait alors décider de poursuivre des parents qui ont concus des enfants en se sachant atteint de maladies (sida, hepatite, etc…) ou de genes ”defectueux”, ou simplement faire payer les frais medicaux aux parents fautifs…puisque de tels enfants vont couter de l’argent à l’état. On peut aussi prévoir que certaines compagnies d’assurances exigeront des tests avant la naissance pour savoir si vous etes un géniteur sain. Si ce n’est pas le cas, il faudra débourser plus…
      Une simple question de temps.

    • J’ai effectivement ressenti un malaise en lisant la nouvelle. Sans trop mettre le doigt dessus, sans trop comprendre oû devrait être la liberté des unes…
      Misère oui…
      Je suis content de voir que mon malaise était -normal-…

    • Eh bien, voilà le résultat quand l’humain veut jouer au bon dieu.

      Cette femme a fait le choix d’avoir un enfant sans avoir un homme dans les pattes et sans avoir recours à…la pension alimentaire!

      Elle a fait un choix et, comme tous les choix que nous faisons dans la vie, il y a des conséquences.

      Le laboratoire a une part de responsabilités, ça semble évident, mais qui dans ce monde peut tout prévenir. Les scientifiques poussent un peu plus loin chaque jour et des horreurs sont à prévoir dans un avenir rapproché.

      Si cette femme avait eu un enfant de la façon «traditionnelle», aurait-elle poursuivi le père pour défaut génétique, qu’il soit à 100% ou pas responsable de la tache génétique ou que le résultat soit obtenu par effet combiné? Car si on se réfère à l’explication de hdufort, il y a aussi une cause à effet qui n’est pas simple et les combinaisons possibles sont quasi infinies.

      Merci à hdufort qui a fait en sorte, par son intervention documentée, que plusieurs d’entre nous se coucheront plus avertis sur les risques que nous courrons à chaque fois que nous prenons la décision de faire un enfant.

      Dans ce monde avare de perfection, il faut être de plus en plus prudents. Qui nous assure que nous ne serons pas un jour poursuivis par la société quand nous mettrons au monde un enfant génétiquement défectueux??? Allez hop, futurs parents, tests génétiques obligatoires pour tous avant de vous reproduire… Et tant qu’à y être, prenez aussi le temps de vérifier les combinaisons possibles et par le temps où les résultats seront prêts, vous aurez tous atteint l’âge de ne plus vouloir d’enfants, et aucun risque n’aura été courru. Mettons fin tout de suite aux risques de l’imperfection, cessons de nous reproduire et nous n’aurons plus à nous poser la question sur l’utilité des hommes et des femmes. Mettons de l’avant les processus de reproduction parfaite et tant qu’à y être, faisons en sorte que les enfants viennent au monde éduqués, instruits et autosuffisants.

      Non mais, c’est grotesque. Encore une fois, cette enfant représente une façon de faire de l’argent. Quel est le préjudice subit par cette femme? Cette enfant l’a-t-elle privée de l’amour qu’en enfant donne à sa mère??? Qui a pris la décision d’avoir un enfant??? De telles poursuites ne devraient pas avoir lieu, si le système permet d’aller de l’avant dans un tel cas, la porte sera ouverte à tout.

      Messieurs, cessez de donner ou de vendre votre semence, vous vous exposez à de trop grands risques.

      Il faut se réveiller et réaliser que les chances de mettre un enfant au monde parfait, avec tout ce qui peut se produire en cours de développement foetal, tient du miracle. Il y a certes des enfants qui naissent si lourdement handicapés qu’ils n’ont aucune chance à l’autonomie une fois adultes et sont en besoin de soins constants, mais il y a une marge entre un être humain complètement végétatif et un handicap léger.

      Si cette femme gagne contre la compagnie qui a fourni le précieux sperme, va-t-elle par la suite exiger qu’on retrouve le donneur par l’empreinte d’adn et le poursuivre à son tour pour ne pas avoir répondu à la garantie de qualité promise par la compagnie qui a acheté en toute bonne foi sa précieuse semence? La compagnie va-t-elle poursuivre sn fournisseur??? Où la chaîne s’arrêtera-t-elle???

      Come on, cessons de poursuivre tout le monde pour tout tout le temps. Si elle avait choisi elle même le père de son enfant, quelle garantie de qualité aurait-elle eue, quels recours judiciaires se seraient appliqués à son cas??? Monsieur, vous avez fourni à ma cliente de la semence défectueuse, nous exigeons remboursement ou remplacement… Tragique et insencé.

      Même si cette enfant est légèrement handicapée, elle a des sentiments. Quelqu’un a-t-il déjà pensé à comment elle se sent dans tout ça??? Je ne répond pas aux attentes de perfection de ma mère, elle m’aime moins qu’elle m’aurait aimée si j’avais été parfaite, elle veut peut-être me retourner à la compagnie comme une grotesque marchandise………. Si j’ai le sentiment de ne pas avoir été aimée autant que j’aurais dû m’y attendre de la part de ma mère, pourrais-je la poursuivre à mon tour pour avoir été victime d’un manque d’amour maternel??? La poursuivre pour m’avoir privée de la présence d’un père, puisque dans un article précédent, on a mis tellement d’importance sur le fait d’avoir deux parents??? Les questions vont se multiplier à l’infini et les motifs de poursuites aussi…

    • Tester le X fragile demande beaucoup plus de travail que tester la trisomie ou d’autres maladies de chromosomes brisés ou croisés. Il ne s’agit pas simplement de faire le caryotype et de mesurer les chromosomes (les bras “p” et “q” de chacun). Il faut faire des analyses poussées, un séquençage sélectif des sites chromosomiques en cause.

    • Et si c’était la faute de l’ovule …!

    • et si ça ouvre la porte aux parents consentants de se poursuivre pour vice caché?
      Si une femme peut poursuivre une banque de sperme, qu’est-ce qui empêcherait une femme de poursuivre son mari, conjoint ou amant pour fabrication de sperme de mauvaise qualité??
      Le contraire serait difficilement imaginable à cause des nombreux groupes de défenses des droits des femmes….
      voilà une avenue plein de fric! Actionner les pères d’enfants difficiles ou non performants ou handicapés, ou un peu simplet…. la porte est ouverte…

      déroutant les humains….

    • Faudrait peut être le faire goûter avant par la fécondée pour savoir s’il est bon,pour être sur.

    • Qui nous dit que ca ne vient pas plutot de la mère? Et combien de verre de rouge prennait-elle par semaine? Personne ne souhaite avoir un enfant malade, mais lorsqu’on à le désire d’être parent, il faut aussi accepter que parfois, on peut avoir des surprises. C’est ca la vie!

    • hdufort: Vous semblez assez callé en la matière. Si ce n’est pas indiscret, et sans entrer dans les détails, êtes-vous chercheur? Généticien? Biologiste?

    • Parallèle bête et méchant: je vous DONNE un objet quelconque. S’il s’avère défectueux, vous seriez mal venus de venir réclamer non? Je vous VENDS le même objet le gros prix et il ne fonctionne pas: On parie que vous allez me ramasser et avec raison? Pareil pour un enfant conçu de la manière la plus traditionnelle (et agréable). Le sperme est donné. Il peut être sans défaut, et il peut ne pas l’être. Tout comme l’ovule. Est-ce qu’on peut poursuivre un/e conjoint/e pour enfant “imparfait”?

      Par contre, la madame en question va dans une clinique supposément responsable. Qui est sensée avoir fait des tests. Madame paye le gros prix, souffre de s’être fait booster aux hormones, a peut-être payé 2-3 essais infructueux et Dieu sait si ça coûte cher. Elle se retrouve avec une enfant qui aura des problèmes toute sa vie parce que quelqu’un quelque part n’a pas fait sa job. La petite fille sera la cible de moqueries, connaîtra diverses difficultés et dépendant du degré de sa maladie, elle ne sera peut-être jamais autonome.

      La poursuite devrait être gagnée et hériter d’une amende exemplaire. À cause de leur incurie, une petite fille qui mérite d’être aimée et d’avoir une vie bien remplie, part avec un handicap. Ça n’empêchera probablement pas sa mère de l’aimer vu qu’elle était prête à tout pour l’avoir. Mais que la clinique soit condamnée à aider financièrement cette maman et sa mignonne, ce ne serait que justice. Parions qu’ils feront leurs tests la prochaine fois!

    • @ jesus @ sodium ~

      Coudon! Avez-vous lu l’article cité ou au moins quelques commentaires avant d’y aller de vos aneries pleines de préjugés??

      C’est le sperme du donneur qui est en cause ici et le fait que la clinique qui garantissait la qualité du sperme a failli à sa promesse…

      Avant de dire n’importe quoi, vous devriez avoir l’intelligence de lire l’information qu’on vous livre tout cuit dans le bec!!

    • Ça lui apprendra à jouer les eugénistes.

    • T’es pas capable de faire un ptit ? adopte c’est toute

    • @phazon,
      J’ai suivi un cours de génétique à l’université. Et ma mère a eu la leucémie myéloïde. Deux raisons pour bien connaître les anomalies chromosomiques.

    • “T’es pas capable de faire un ptit ? adopte c’est toute”

      Ben voyons! Des enfants pour adoption, il en traîne à tous les coins de rue!

      C’est pas comme aller à la SPA pour acheter un chien abandonné!!

      “Ça lui apprendra à jouer les eugénistes.”

      Faut pas savoir ce que veut dire l’eugénisme pour y aller d’un commentaire aussi taré!!

    • @hdufort

      Merci de partager vos connaissances.

    • @rogiroux

      Oh là, il faudrait peut-être ce calmer un peu. Je n’ai pas accusé la mère, je n’ai émis que des hypothèses, parce que justement, je me méfi de ce que l’on veut bien me mettre tout cuit dans le bec…

    • Effectivement pasfollelamouche, c’est apprécié. Si j’ai demandé ceci à hdufort, c’est que j’ai trouvé très intéressante sa petite explication plus haut

    • @ rogiroux :

      Eugénisme —> Eugénique

      Eugénique : Science qui étudie et met en oeuvre les moyens d’améliorer l’espèce humaine, en cherchant soit à favoriser l’apparition de certains caractères (eugénique positive), soit à éliminer les maladies héréditaires (eugénique négative), fondée sur les progrès de la génétique.

      - Le petit Robert 1996

      Si la dame a pigé dans une banque qui avait des catégories de caractéristiques du donneur (ce qui n’est pas nécessairement le cas, j’en conviens), elle fait dans l’eugénique positive.

      Si elle s’attend à ce que la banque ait rayé les spermatozoïdes qui présentent des risques de maladies ou de déformations, elle fait de l’eugénique négative.

      J’ai la vague impression d’être le seul des deux à m’être donné la peine d’au moins regarder la définition du mot avant de le mentionner…

    • @phazon

      J’étais consciente dès les premières lignes du commentaire de hdufort qu’il s’y connaissait beaucoup mieux que la plupart d’entre nous dans le cheminement génétique. J’apprécie que quelqu’un de son calibre prenne le temps de partager ses connaissances et fasse en sorte que les individus intéressés par des commentaires constructifs puissent avoir accès à une explication à saveur plus scientifique qui fait tellement de sens qu’on puisse enfin comprendre le processus. L’aspect scientifique de son commentaire fait vraiment changement du chialage pur et simple qu’on retrouve souvent sur ce genre de blogue. Et c’est plus que bienvenu. Merci.

    • @ rogiroux

      J’ai relu l’article de Silvia Galipeau et rien n’indique que seul le sperme est responsable. Avant de traîter les autres d’âne vous devriez plutôt utiliser un miroir.

    • @ sodium ~ L’article qui est à la base de celui de madame Galipeau indique, lui, que c’est le sperme qui est en cause! Cliquez sur le *oui* à la fin du 1er paragraphe.

      “”En 1994, Donna Donovan a décidé d’avoir un enfant seule, par insémination. Elle a choisi la banque de sperme new-yorkaise Idant, qui se vantait de son rigoureux contrôle de la qualité. Après l’accouchement, en 1996, son bébé, Brittany, a rapidement eu des comportements anormaux. En 1997, le diagnostic est tombé: elle était atteinte du syndrome du «X fragile», une forme de retard mental qui touche une personne sur 5000.

      Au printemps dernier, Brittany a reçu d’un tribunal new-yorkais l’autorisation de poursuivre la banque de sperme pour n’avoir pas fait de test susceptible de détecter la mutation génétique responsable du syndrome du X fragile. Selon le juge, ce test était offert dès 1992. Qui plus est, les hommes qui ont la mutation sont tous atteints de retard mental. Le comportement du donneur de sperme aurait donc dû alerter Idant.“”

      Alors… le bonnet… il vous fait bien?

      Quand vous en aurez terminé, passez-le à jésus…!

    • @ allah ~ Il existe une énorme différence entre une femme qui s’adresse à une banque de sperme en pensant que le *produit* qu’elle va recevoir a subi tous les contrôles possibles et/ou raisonnables de qualité et une science qui étudie et met en oeuvre les moyens d’améliorer l’espèce humaine

      Entre un rigoureux contrôle de la qualité et l’eugénisme… Il y a un monde!!

    • @ rogiroux :

      Je n’ai pas dit que c’était à grande échelle. Je n’ai pas besoin d’avoir un Ph.D et d’être dans un centre de recherche pour faire de la chmie ; j’en fais en contrôlant le pH de ma piscine.

    • @ allah ~ Et pourtant… La grande échelle est une caractéristique fondamentale de l’eugénisme!

      Difficile d’améliorer la *race* un individu à la fois…ÔÔ…

      Et moi aussi je fais de la chimie quand je fais cuire un gâteau…

      Ça ne veut pas dire que je tente de créer *la pâtisserie supérieure* à chaque occasion!

      D’ailleurs, suivre les instructions du fabricant, j’appelle pas cela faire de la chimie!!

    • @ rogiroux :

      “D’ailleurs, suivre les instructions du fabricant, j’appelle pas cela faire de la chimie!!”

      Pourtant, c’est que que vous allez faire jusqu’au doc !

    • Bon… Une dernière question concernant cette triste histoire…

      La madame en question… C’était quoi sa motivation première quand elle s’est adressée à la banque de sperme…

      Améliorer la race ou avoir un bébé en santé??

    • @rogiroux,
      Contrairement à votre interprétation de l’article, il n’est pas exclus que la mère ait été porteuse. Certaines femmes sont porteuses et peuvent même souffrir d’une forme très légère de la maladie; chez la femme, l’un des deux chromosomes 23 est en effet désactivé; cela se produit au hasard, dans chaque cellule. En effet, il faut que seulement l’une des deux copies du chromosomes soit active dans chaque cellule; on nomme ce processus “inactivation du chromosome X, ou lyonisation” et il est fortement influencé par les conditions initiales dans le foetus. Si elle est chanceuse, c’est son X malade qui sera inhibé dans presque toutes ses cellules et donc elle sera apparemment en santé, tout en portant en elle un chromosome X fragile (qu’elle pourra donc transmettre à sa descendance dans 50% des cas).

      Notons qu’il ne s’agit pas ici de génétique mendélienne, le “X fragile” n’entrant pas dans les catégories de “gènes” récessifs ou dominants. Il ne s’agit pas de gènes, mais de défauts structurels dans le chromosome; un peu comme s’il y avait une corde effilochée pour retenir l’échafaudage. Quand s’écroulera-t-il?

      Ce qui complique les choses, comme je le mentionnais plus tôt, c’est lorsque le taux de fragilité du X est limite, donc si le nombre de répétitions CGG est élevé mais pas catastrophique; par exemple, si la mère (ou le père donneur de sperme) a un X limite (50 à 200 répétitions environ), une situation que l’on appelle “pré-mutation” (un terme assez mal choisi). Dans ce cas, la mère ou le père pourrait avoir légué le X fragile à son enfant, sans pourtant avoir souffert du syndrome.

      Wikipedia résume assez bien la situation:
      Pour la transmission et la sévérité de la maladie chez la femme:
      “Females carrying one copy of the fragile X can transmit it to their sons or daughters; in this case each child has a 50% chance of inheriting the fragile X. Sons who receive the fragile X are at high risk of intellectual disability. Daughters who receive the fragile X may appear normal or they may be intellectually disabled, usually to a lesser degree than boys with the syndrome. The transmission of fragile X often increases with each passing generation. This seemingly anomalous pattern of inheritance is referred to as the Sherman paradox.”

      Pour la gradation des symptômes en fonction du nombre de répétitions CGG:
      “Current evidence shows that individuals with premutation have difficulties with math, anxiety, attention, and/or executive functions. Premutation is the stage where the CGG sequence in the FMR-1 gene expands to contain between 54 and 230 repeats. There is also a decrease in measures of executive cognitive functioning, working memory and information processing speed.”

    • @ rogiroux

      Moi je commente le texte que je vois. si ce texte est un résumé, je prends pour acquis qu’il mentionne tous les points importants. Rien ne nous oblige à ouvrir tous les hyperliens pour commenter un article.

      Reprends ton chapeau il te va bien mieux

    • “Contrairement à votre interprétation de l’article, il n’est pas exclus que la mère ait été porteuse.”

      C’est en effet une possibilité. Pour le moment par contre, un juge a estimé qu’il y avait des éléments qui permettaient à cette dame d’intenter une poursuite contre la banque de sperme.

      Et là où j’accroche, c’est quand des petits malins profitent de l’occasion pour y aller de commentaires mesquins et insignifiants tels que:

      “Ça lui apprendra à jouer les eugénistes.”(allah)

      “T’es pas capable de faire un ptit ? adopte c’est toute[sic]“(teddybear)

      “Et combien de verre de rouge prennait-elle par semaine?”(jésus…)

    • @ sodium ~ Gardez-le! Vous pourrez continuer à parler à travers de celui-ci!

    • @ rogiroux :

      Quelle est votre interprétation d’un bébé en bonne santé ? Un bébé qui a cinq doigts à chaque membre ? Un bébé hétérosexuel ? Un bébé avec un QI à l’intérieur de la plage d’écart-type ?

    • @rogiroux

      tout en portant en elle un chromosome X fragile (qu’elle pourra donc transmettre à sa descendance dans 50% des cas).

      C’est pas moi qui le dis, reprend ton bonnet.

    • Merci Hdufort de votre éclairement! vous mettez un peu de lumière dans ce blogue où les attaques surgissent de partout..

      Je suis loin d’être une spécialiste du sujet mais j’ai pris quelques cours en bio et micro-bio.. Ce que j’ai retenu? Quand on fait un bébé, on joue au 6/49! Certains gagnent la lotterie génétique, d’autre la perdent. La transmission des gênes et ses résultats est assez aléatoire. Il me semble que même si la banque “assure une qualité du sperme” elle ne pourra jamais réellement prévoir les résultats du cocktail génétique entre la mêre et le père. Poursuivre la banque est pratiquement suréaliste…

      Mais bon. Ca m’a donné le goût de prendre un cours de génétique à la prochaine session! hihi

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité