La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 29 juin 2009 | Mise en ligne à 16h39 | Commenter Commentaires (26)

    Se séparer pour le bien des enfants

    Silvia Galipeau

    Non, parfois, rester en couple pour le bien des enfants ne suffit pas. Oui, dans certains cas, mieux vaudrait se séparer. Se séparer pour le bien des enfants, finalement.

    C’est la conclusion à laquelle sont arrivés des chercheurs de l’université du Minnesota (un résumé dans le Globe & Mail ici, et l’article scientifique complet ici) , après avoir analysé le niveau de conflit dans 2000 familles avec des enfants de 10 à 18 ans. Les chercheurs ont ensuite observé le comportement des jeunes en question, dix ans plus tard.

    Conclusion? Vrai, mieux vaut grandir avec ses deux parents. Mais quand ceux-ci se disputent continuellement, les avantages d’avoir ses deux parents sinon disparaissent, du moins diminuent considérablement. Les chercheurs ont noté dans ces cas précis des risques accrus de dépression et de comportements à risque de toutes sortes (en termes de consommation d’alcool et de drogues).

    «Sometimes there are costs associated with not breaking up», conclut le chercheur principal.

    Le hic, c’est que la séparation ne met pas nécessairement un terme aux conflits entre les parents. Le défi, et il est de taille, est ensuite de s’entendre suffisamment pour (permettez que je paraphrase un travailleur social interrogé dans le Globe) «co-élever les enfants de manière co-opérative».


    • J’imagine que si la situation est vraiment intenable, si les parents sont toujours en train de se chicaner, à se crier après, qu’ils prennent leurs enfants à partie (la pire des choses!), il vaut mieux se séparer et rétablir la paix, un semblant de vie normale. Mais alors là, il faut vraiment s’entendre pour ne plus se chicaner et s’y tenir, réussir son divorce au moins…

    • Excellente problématique. J’ai déjà lu un livre écrit par une dame, dont j’oublie le nom, et qui plaidoyait en faveur de la séparation “pour le bien des enfants”.

      Plusieurs années après, elle a écrit un autre livre mettant des points d’interrogation à son premier livre.

      Bien sûr qu’il y a des familles reconstituées où ce fut pour le mieux, pour le bien des enfants…

      Mais mon expérience, en éducation, m’inciterait à formuler l’hypothèse que, dans un nombre important de cas, cela a eu des répercussions négatives chez les enfants….

      En résumé:tout n’est pas évident là-dessus!

    • J’ai une fille de 6 ans et je suis separe depuis 4 ans (garde partagee 50-50). Nous avons reussi a ne jamais nous disputer devant notre fille alors que nous etions encore en couple.

      Aujourd’hui, nous reussissons encore a ne pas nous chicaner, mais le plus difficile est de faire comprendre a notre fille qu’il y a certaines regles chez papa (ca c’est moi) qui n’existent pas chez maman (elle est plus “easy going”…) sans bitcher mon ex. C’est ca le plus difficile, ne pas faire sentir a ma fille que sa mere qu’elle aime enormement, et avec qui elle passe la moitie de son temps, est une idiote,(genre “maman n’a pas de tete, c’est pour cela qu’elle t’achete toujours des souliers trop grands dans des ventes de garage, ou qu’elle te trimballe chez toutes ses amies sans tenir compte de tes limites de fatigue et c’est pour ca que tu es si irritable quand tu reviens chez papa, ou que ecouter assiduement des clips de Britney Spears n’est pas approprie pour un enfant de 6 ans, non plus que de danser comme une stripteaseuse)

      Dans les deux, c’est moi qui infailliblement arrive toujours avec un reproche envers mon ex. Vous allez dire que je suis trop ci ou trop ca. Mais disons que j’ai raison d’avoir des reproches, et bien je crois qu’il n’y a pas de solution possible si vous n’etes pas pret a vous chicaner. La communication c’est un mythe. Personne n’aime se faire dire quoi faire pour eduquer son enfant.

    • Rester ou partir pour le bien des enfants… bon sujet, sujet important et surtout tres complexe. J’ai deux enfants et mon mariage est moins que parfait. Pour tout dire, ca fait 9 ans que je me demande si je devrais partir ou non. Mon hesitation… le bien etre de mes enfants. Mes parents ont divorce lorsque j’avais 13 ans, un age difficile d’autant plus que j’ai toujours eu l’impression que c’etait ma faute. Avoir eu le choix, j’aurais prefere que mes parents restent ensemble. Mais a bien y penser, je crois que ma vie serait completement differente si mes parents n’avaient pas divorce. On devient plus fort mais aussi tout brise a l’interieur… financierement ca ete difficile aussi. Plusieurs choses font en sorte que je suis encore avec mon mari malgre le fait qu’on ne s’entend pas vraiment. On essaye de faire avec et de respecter l’autre du mieux qu’on peut… malheureusement je ne suis pas heureuse la dedans… difficile a dire si mes enfants le sont… C’est plus complique qu’on le pense.

    • C’est exactement ce que nous avons fait, le père de ma fille et moi. On ne s’entendait plus et on se tapait royalement sur les nerfs. Après maintes discussions (car ce n’est pas un choix facile, tout de même !), nous en sommes venus à la conclusion qu’il valait mieux, pour notre fille, de se séparer. Bien sûr, cette dernière a eu énormément de peine mais après quelques mois, et avec l’aide du père, tout s’est relativement bien passé et, je crois, que tous trois en sommes sortis gagnants. En désirant la même chose pour notre enfant, en ayant les mêmes valeurs à transmettre et avec beaucoup de communication, je dirais que c’est ce qui a aidé à faire la transition en douceur.

    • Tout à fait d’accord. Et c’est encore plus vrai dans le cas de relations abusives.

      Nos enfants nous regardent. Ils nous observent et nous imitent. Quel exemple donne un couple qui se déteste? Qui se crie des bêtises? Qui se boude? Quand la tension est palpable dans une maison, les enfants en souffrent. Soyons des modèles de bonheur pour nos enfants!

    • Une enquête du USA Today d’il y a quelques années (7-8) ans concluait qu’il valait mieux rester ensemble jusqu’à ce que les enfants soient grands, sauf évidemment si la vie est complètement insupportable pour tout le monde.

      D’ailleurs, je note que dans la phrase «Sometimes there are costs associated with not breaking up», il y a le mot «Sometimes», qui qualifie sérieusement la phrase.

    • Tout dépend de ce que l’on entend par “disputes” entre parents. J’ai vu plusieurs couples d’amis se séparer et dans la plupart des cas, il n’y avait pas vraiment de “disputes” ou de “conflits” entre les parents. Seulement un peu d’ennui et un éloignement causé par le train-train quotidien. Quelques années plus tard, la plupart admettent que la sépartion n’a pas répondu à toutes leurs attentes et que leur nouvelle vie n’est pas vraiment meilleure que l’ancienne. Alors pouquoi imposer un tel chambardement aux enfants?

    • L’important ça demeure les enfants et selon les conflits qui existent entre les parents, il est parfois souhaitable qu’il ait une séparation… L’important c’est de saisir la possibilité de penser aux enfants… pour nous autres adultes, nous sommes capable de faire le dueil de notre conjoint(e), mais les enfants ont réellement besoin de leurs 2 parents car de leurs différences tant sexuelles que morales et éducatives, ils apprendront…. et seulement à la condition que les parents fassent des efforts pour s’entendre sur l’éducation de leurs enfants… si non c’est la catastrophe pour tous qu’ils soient ensemble ou séparés et les enfants en paieront chèrement le prix et ce à long terme…. L’important c’est de regarder en couple ce qui est faisable pour le bien être de tous et sans dans une vie de couple la plus saine possible… et c’est possible à la condition de mettre de l’eau dans son vin pour chaque membre du couple…. pas facile mais réaliste et pourquoi ne pas profiter d’une théapie de couple… si ça profite à tout le monde…

    • Je pense qu’il est préférable de ne pas faire d’enfants. Ca règle le problème.

    • Bravo à blitz. Effectivement, ça serait préférable dans bien des cas…

      Toujours est-il que comme J Chamberland, je crois qu’il y a beaucoup de couples qui se séparent avec beaucoup trop de facilité. L’ennui, une usure du temps, le désir endormi… ce sont des choses remédiables. En ce moment, j’observe un couple se déchirer: le couple de Jon & Kate Plus 8. C’est pathétique à voir. Vraiment, je trouve ça dur.

      Oui, parfois, il vaut mieux se séparer, pour les enfants. Moi, j’aurais aimé que mes parents se séparent pour moi… Mais par contre, je crois que la solution “garde partagée 50-50″ est loin d’être idéale pour les enfants. Je crois qu’elle convient aux adultes bien plus qu’aux enfants. J’ai hâte qu’on la remette sérieusement en question. C’est pas une vie pour des enfants, ça. Les pères qui croient faire ça dans l’intérêt de leurs enfants se trompent, à mon avis. Souvent, je crois qu’ils devraient les aimer au point d’accepter de moins les voir. Pour le bien des enfants.

    • “Je pense qu’il est préférable de ne pas faire d’enfants. Ca règle le problème.”

      Avant d’être papa, probablement qu’en tant qu’authentique cynique j’aurais avancé une opinion semblable, afin d’éviter la problématique… ;)

      Dans quelques jours mon fils va avoir 6 ans, il est rigolo, sociable, en santé et semble s’épanouir à son rythme, il semble vivre une belle enfance mémorable (du moins de mon point de vue)!

      Avec la maman, nous sommes en garde partagée 50-50 depuis la séparation il y a deux ans. Je ne sais pas comment mon fils serait aujourd’hui si nous ne nous étions pas séparés. D’ailleurs, je doute que dans un contexte de couple la maman ait pu faire le cheminement qu’elle a fait. Et moi non plus d’ailleurs, je ne pense pas que je serais tout à fait la même personne… Sur le coup, la décision de se séparer fut très déchirante à prendre, car nous avions tous les deux ancré en nous, cette idée reçu, que c’est dans un contexte de couple (de famille) que l’enfant se développe le mieux, etc.

      Aujourd’hui, la maman est pétillante avec son amoureux, et papa aussi avec son amoureuse… Entretemps, notre fistounet semble traverser son enfance de façon plutôt rigolote!

      En tant que “parents”, nous avons encore des désaccords, mais nous gérons ces désaccords dans le cadre d’une relation strictement “parentale”… Bref, la vie de couple et la vie parentale ne sont pas toujours conjugables…

    • @pierrelanaudiere

      «Mais mon expérience, en éducation, m’inciterait à formuler l’hypothèse que, dans un nombre important de cas, cela a eu des répercussions négatives chez les enfants…»

      Tout n’est pas noir ou blanc, mais en général, j’aurais tendance à dire que de nos jours les parents se séparent trop facilement.

      Lorsque j’ai commencé à enseigner, sur une classe de 25 élèves de 1re année, à peine 2 ou 3 enfants avaient «deux maisons». Ces quelques enfants étaient souvent totalement désemparés, mais les autres élèves n’arrivaient pas à comprendre cette réalité trop loin de ce qu’ils connaissaient. Les enseignantes non plus d’ailleurs…

      Cette année, plus de la moitié de mes élèves de 1re année ont «deux maisons». Non seulement leurs parents sont séparés, mais en plus 6 d’entre eux ont un «nouveau bébé» i.e. leur père ou mère a eu un bébé avec le nouveau conjoint en cour d’année.

      Je m’interroge de plus en plus devant ce phénomène grandissant. En effet, les séparations se produisent souvent lors de l’entrée à la maternelle ou pendant la 1re année; les enfants ont donc 5 ou 6 ans… Comment deux adultes qui s’aimaient suffisamment pour avoir un enfant ensemble peuvent-ils arriver à se détester au point de se séparer, en moins en 5 ans???

      Je dois avouer que je doute de plus en plus du sérieux des engagements des parents. Cinq ans, pour moi, c’est bien court pour avoir tout tenté… Chaque parent a-t-il vraiment agit en adulte i.e. a-t-il vraiment fait passer le BIEN-ÊTRE DE SON ENFANT avant le sien? A-t-il vraiment évalué le tort qui sera causé par la séparation? A-t-il vraiment tenté de trouver des compromis? A-t-il vraiment consulté, cherché de l’aide, tenté plusieurs avenues AVANT de décider que la séparation est INCONTOURNABLE???

      J’ai des doutes… Encore une fois, cinq années ça me parait bien court pour passer à travers une telle démarche… Surtout quand dans ce laps de temps, on a EN PLUS déjà trouvé un NOUVEAU conjoint avec qui on a DÉJÀ un NOUVEL enfant!

      Le fait d’être en couple, puis surtout la décision de devenir un parent, est une décision importante qui devrait être mûrement réfléchie. Un véritable adulte, une personne responsable, devrait réfléchir à tout ce qui pourrait arriver et au diverses solutions possibles AVANT de prendre la décision de s’engager. Non?!

      Peut-être sommes-nous maintenant pris dans un engrenage… Les parents d’aujourd’hui ont subi le divorce de leurs parents lorsqu’ils étaient ados ou jeunes adultes. Ils ont compris que la solution à un conflit entre parents est la séparation. Donc lorsqu’ils vivent leurs premiers conflits en tant que conjoint, la solution à leur problème est évidente: se séparer comme leurs parents l’ont fait!

      Si JE ne suis pas heureux, mon enfant ne pourra pas être heureux. Donc je divorce et suis à nouveau heureux avec quelqu’un d’autre… jusqu’à ce que les prochains conflits arrivent! Car immanquablement ils arriveront éventuellement. Quelle sera la solution alors? Encore la séparation???

      Je ne veux pas juger les parents d’aujourd’hui, mais j’espère assister à un retour du balancier avant la fin de ma carrière. J’espère voir de moins en moins d’enfants avec «deux maisons», avec des frères et soeurs, grand-parents, oncles et tantes qu’ils ne voient plus parce que ce ne sont pas les «vrais»… Mais surtout, ne plus voir dans les yeux de mes petits l’incompréhension, l’inquiétude et la tristesse… Qu’ils n’aient plus à changer d’école en cour d’année, changer d’amis, de professeurs. Pour les élèves, leur école est une partie importante de leur vie. Alors en attendant un retour à une vie plus «normale», je demanderais aux parents d’aujourd’hui de faire l’effort d’acheter la deuxième, troisième, quatrième maison autour de la MÊME école. Ainsi, même si tout change autour d’eux, s’il n’y a plus de stabilité dans leur vie personnelle, les enfants pourront au moins rester dans LEUR école et revoir chaque année LEURS anciens professeurs et garder LEURS amis de la maternelle à la 6e année… ou du secondaire I au secondaire V!

      Et, MERCI à tous les parents qui RESTENT ENSEMBLE! [Car il y en a encore!] Votre influence est bénéfique!!! Vous enseignez à vos enfants, par l’exemple, que lorsqu’on a un problème il faut PERSÉVÉRER, chercher de L’AIDE, tenter des COMPROMIS… Vous enseignez que la vie N’EST PAS parfaite, mais qu’on fait des choix pour l’améliorer, qu’on réfléchit, qu’on se réajuste, que tout n’est pas noir ou blanc…

    • En tant qu’enfant de parents non séparés… j’étais adolescentes lorsqu’ils ont commencés à avoir des problèmes entre eux (env. 12 ans). Je me souvien la première fois je suis arriver en pleurant dans les bras de mon amis a l’école…. quelques mois plus tard j’en avait marre, j’arrivais à l’école toujours frustrer, en faite c’est comme si les enfants on vivaient toujours dans la bulle de nos parents, le climat à la maison était de plus en plus insuportable, moins j’y passait de temps, mieux j’étais.
      Je me souvien qu’on a failli faire leur valise et prendre les décisions à leur place tellement c’étais devenu plate à la maison, d’avoir toujours à faire face à des bougons, des chicanes à table, on essayait de faire comme si on savait pas.
      Je suis partie de la maison assez jeune, je venais de fêter mes 17 ans et je suis partie étudier à l’extérieur, il n’était pas question que je reste (c’était prévu depuis plusieurs années déjà). Vue de l’extérieur les choses avait l’air plus calme, mais mes soeurs étaient toujours là, elles m’envoyaient des messages (surtout la plus jeune). Finalement après 5 ans ils se sont parlé de divorce, j’ai même reçu un message de ma mère comme de quoi ils faisaient des démarches (et comme je ne suis pas proche de ma mère, elle se sentait peut-être coupable…).
      Et puis… presque 10 ans plus tard ils sont encore ensemble, mais les choses vont beaucoup mieux, je n’ai jamais vraiment su ce qui a pu se passé. Mon père ne voulait pas trop divorcer “j’aime encore ta mère tu sais”. La famille est maintenant beaucoup plus facile à vivre, l’atmosphère est beaucoup plus sain, mais il faut dire que j’y vais 1 fois au 1-2 mois.
      Je reste sur l’opinion qu’ils auraient peut-être du se séparer malgré l’âge, je trouve qu’ils ne vont plus très bien ensemble, ils n’ont pas les même envis et les même goûts. Je voie mal en quoi rester ensemble nous à aidé les 3 filles! Sortir au milieu de la crise m’a fait prendre conscience de l’image d’une famille (pas nécessairement 2 parents biologique avec les enfants on peut le vivre de façon tout à fait différent et être heureux), mais on est rester toute trois assez distantes de nos parents, on est bc plus proche entre nous parce qu’on c’est serrer les coudes pour ne pas péter les plombs en cours de route (surtout à l’adolescence c’est pas facile).
      Malgré le calme, des traces restes, et des mots aussi. On a entendu beaucoup de chose qu’on aurait aimé oublié, surtout quand le sujet venait à nous : les enfants.
      Je suis rester fâcher longtemps de les voir agir devant nous, il aurait pu régler leur problème d’une autre façon sans qu’on sois toujours impliqué…

    • @ vivianep

      Je crois personnellement que la garde partagée à 50-50 est la meilleure solution lorsque possible et souhaitée. Dans mon cas j’étais beaucoup plus responsable et stable que la mère de ma fille qui a maintenant 22 ans. Même si en général les mères sont plus responsable, ce n’est pas toujours le cas. Pourtant, il est de notoriété publique que les enfants ont besoin de leurs deux parents.

      @ myzmyz

      Bravo pour le message inspirant. Malgré un premier divorce que je ne regrette pas en raison du climat extrêmement malsain qui existait, je suis de nouveau en couple depuis bientôt 20 ans. Si ce n’est pas toujours facile, je suis convaincu qu’il vaut mieux chercher les solutions et les compromis. Surtout, il faut bien doser les attentes, ce qui est très problématique de nos jours, à mon avis. Pour faire une surenchère à vos propos, je dirais que plusieurs personnes savent que nos animaux domestiques ont besoin d’un environnement stable. J’ose croire que nos enfants valent beaucoup plus à nos yeux que nos chiens et chats.

    • Quel plaisir que de voir ses enfants se promener avec leurs sacs de guenilles d’une maison à l’autre, de voir leurs notes scolaires et leur comportement changés. Et quel plaisir d’aller visiter son plus jeune au centre d’accueil par ce que celui ci est dans la drogue et dans les problèmes par dessus la tête. Pendant ce temps le plus vieux double son secondaire 5 car il n’est pas facile de vivre dans l’instabilité pendant l’adolescence. Le plus jeune pour sa part a décroché avec un secondaire 3. C’est bien plaisant les familles de nos jours. Les profs peuvent bien être en burn out et le décrochage des jeunes garcons rendus une véritable épidémie….

    • Beaubas1: Je ne crois pas que les touts petits ont BESOIN d’être trimballés d’un milieu à un autre, d’un foyer à un autre, d’une chambre à une autre, d’un couple à un autre, semaine après semaine pendant toute leur enfance. Je ne crois pas que ça soit à l’avantage des enfants mais surtout à celui des parents. Je crois que la garde partagée est un choix égoiste.

      Les enfants ont certe besoin de leurs deux parents, mais idéalement, ils auraient besoin de leurs deux parents dans la même maison. Si ça, ce n’est pas possible, je ne pense pas que la garde partagée soit l’idéal. Je pense qu’un des deux parents doit accepter de s’effacer, au nom de son amour pour son enfant. Et jouer un rôle de “soutien”.

      Mais accepter de s’effacer, ça, c’est très dur à envisager, de nos jours.

    • Je crois que bien peu d’adultes accepteraient de vivre 50% du temps dans un environnement et 50% du temps dans un autre. Je me demande comment on peut imposer cela à des enfants…

      Je sais que les deux parents sont importants mais je crois que lorsqu’on se met à la place des enfants, il est évident que d’avoir deux maisons n’est pas la solution.

      Avoir la garde conjointe (contrairement à partagée) cela veut dire trouver des moyens pour que les deux parents continuer à jouer leur rôle de parent, peu importe les circonstances.

    • Les enfants sont pas des “caves”, ils le sentent très bien lorsque les parents ne s’aiment plus. Ils sont beaucoup plus intelligents qu’on pense. C’est souvent par et pour notre propre lâcheté qu’on ne se sépare pas et ont met ¸ça sur le dos des enfants. C’est un climat plus mal sain que de se séparer.

    • @myzmyz
      Un seul mot à vous dire… BRAVO!

      Je suis entièrement d’accord avec vous. Tout ce que les enfants veulent c’est de voir les 2 parents ensemble. On fait des enfants mais on pense à nous avant. Erreur fondamentale. Cest enfants de couples divorcés seront hypothèqués une bonne partie de leur vie et tout ca à cause de leurs parents.

    • @J. Chamberland

      Je connais des gens qui font cela différemment, justement. Les enfants restent dans l’appartement et ce sont les parents qui déménagent leurs affaires toutes les semaines. Ça peut marcher, il faut que la situation s’y prête et qu’il y ait une entente encore meilleure entre les parents (entretien domestique, bouffe, etc.).

    • se séparer…à quel moment???
      ben moi dans mon couple il y a des moment ou on s’engeule et vi!!!! et aussi devant les enfants!!!! mon dieu!!!!`^^^…..ben non!!!!
      moi je trouve qu’il doivent apprendre à se déffendre…plus tard!!! et c’est a nous de monter l’exemple et en tout temps!!!!…attention s’engeuler à cause des enfants devant eux c’est autre chose…pas besoin de cupabiliser l’enfant…
      on ne peut pas etre d’accord avec tout, et la dépressions vient aussi avec se qu’on arrive pas à dire!!!! alors mieux vaux une bonne discution que pas s’engeuler….qui est aussi un maletre
      et vu que les désaccords sont la questions…etes-vous tous en parfaite entente avec vos enfants???…vous ne vous disputer jamais avec eux???? …et apres c’est la réconciliation non????….quel exemple aux enfants…si vous n’arriver plus a vous entendre…vous vous séparer pour ne plus vous engeuler….
      donc l’enfant ne vas-t-il pas un moment se poser la question de couper les ponts avec ses parents pour eviter le dialogues….insuportable????
      moi je suis pour que la famille reste unis avec le bon et le pire!!!! et une famille reste un clan à ne rien cacher….mais à expliquer….et affronter, surmonter,…c’est important à leurs apprendre¨….
      si l’on trouve des excuse au divorcé pour étouffer les fautes et le mal etre…pour les générations avenir…il n’y aura plus d’exemple!!!!…..

    • j’etais au secondaire quand mes parents se sont séparés. Je n’ai ni pleurer ni bouder qui que ce soit. L’essentielle pour moi, c’était de savoir que je n’étais pas la source de leur séparation. à partir de là il y a toujours possibilité de grandir sainement.

    • Parfaitement d’accord avec Dododo, c’est de l’égoïsme pur et simple que de rester dans une relation malsaine “pour les enfants”. Les enfants ne sont pas stupides, et s’ils grandissent avec comme perception que c’est ce qui est “le mieux” que de rester dans une relation malheureuse, ça hypothèque beaucoup plus leur avenir et leur donne une perception erronée de ce qu’est l’amour.

      On n’a qu’une vie à vivre, et c’est terrible de montrer à nos enfants qu’il faut la vivre dans une bulle rose en prétendant que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, quand ça saute aux yeux qu’on serait mieux ailleurs.

      Des couples qui durent et qui sont heureux, ça existe. Et félicitations à tous ceux-là. Mais quand un couple se déchire et reste ensemble “pour les enfants”, je crois que c’est beaucoup plus par peur des conséquences du divorce pour eux-même que pour leur progéniture.

      A mon avis, vaut mieux montrer à nos enfants que l’important dans la vie c’est d’être HEUREUX, et pas en couple.

    • moi quand je dit de rester une famille , c’est trouver les compromis…evoluer…et pas se détruire…comme dit plus haut il y a des couples qui dure et pourquoi d’apres vous???? L’amour—l’amour???? vous etes sur qu’il a que ca qui crée une famille …moi je parle de famille donc les enfants et le couple= famille …que ceux qui se nomme famille et parle de leur couple seulement…beuh se poser la question …c’est quoi une famillle…
      des qu’une famille se crée …il faut apprendre à prendre des décisions de famille et ne plus etre égoiste…et c’est clair que savoir parler de soit fait qu’on oublie tout simplement les résponsabilités du groupe….de la famille
      je pense que l’exemple que j’ai de mes parents…ce sont des gens qui avait appris à surmonter les situations….l’amour n’est pas éternel….et il y en a qui passent leur temps à chercher cet amour eternel…sans se résponsabiliser de leur acts…on a décidé de créer une famille…on la creer et on la protége…on doit apprendre à évoluer ensemble…et ce n’est pas par ce qu’il y a dispute qu’on doit remettre en doute les sentiments….les sentiments cela s’entretient…et chercher son bonheur….certe…. mais l’idéale n’existe pas!!! et ne plus se rendre compte de la chance qu’on a …de ne plus voir se qu’on a crée…c’est triste…….
      biensur qu’il y a des conséquence à un divorce…comme dans chaque famille il y a des conséquences…rien qu’avec l’éducation qu’on a choisi pour son enfant…et que plus tard il va nous repprocher …..
      les belles parole pour justifier un act…qu’on a pas su tenir….penser au bonheur…mais le bonheur il existe à travers soit si on sait le reconnaitre….. plus tot que toujours chercher mieux!!!!…..

    • @jayb : “j’etais au secondaire quand mes parents se sont séparés. Je n’ai ni pleurer ni bouder qui que ce soit. L’essentielle pour moi, c’était de savoir que je n’étais pas la source de leur séparation. à partir de là il y a toujours possibilité de grandir sainement.”

      Exactement… même chose pour moi…
      Je crois qu’à un certain point, la séparation est la meilleure chose qui puisse arriver, aux enfants, aux parents…

      J’ai le souvenir d’une amie qui ne voulait même plus rentrer chez elle le soir… ses parents ne s’entendaient plus et chaque soir, c’était des cris à n’en plus finir… ou ce qu’elle trouvait pire encore, une indifférence totale…

      Quand l’entente et le dialogue sont devenus impossibles, il ne sert à rien de persister pour sauver les apparences… Comme le dis Dododo, les enfants ne sont pas idiots… un couple qui reste ensemble “pour les enfants” (et bien plus souvent, pour les apparences) ce n’est pas un climat sain pour un enfant (et pour les parents non plus… tu ne peux pas construire quelque chose d’équilibré si tu n’es pas heureux dans ce que tu vis !)

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2014
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité