La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 26 avril 2009 | Mise en ligne à 6h00 | Commenter Commentaires (12)

    Pour ou contre le camp de vacances?

    camps.JPG

    Silvia Galipeau

    Trop cher, le camp de vacances? C’est ce que je croyais. 1000 $ pour deux semaines en moyenne, ça ne me semblait pas à la portée de tous les budgets.

    Mais c’était avant d’avoir fait une recherche sur la question (publiée dans La Presse ici et ici). En creusant un peu, je me suis rendue compte que ça n’est pas si vrai: d’abord parce que certains camps de jour spécialisés coûtent presque aussi cher, parce qu’ailleurs (en Ontario, aux États-Unis), la facture est encore plus salée, parce que la plupart des camps ont des politiques de financement pour les familles en difficulté, et aussi parce que certaines expériences n’ont peut-être pas de prix.

    C’est d’ailleurs le message, archi moralisateur, j’en conviens, que veut faire passer l’Association des camps certifiés du Québec, dans son magazine publicitaire:

    «En effet, la situation économique actuelle met tout le monde sur le qui-vive. On a tendance à vouloir couper nos dépenses et revoir nos investissements. Mais ne perdons pas de vue notre priorité numéro un, nos enfants! Revoyons nos valeurs et investissons pour eux (…) Préférons le camp de vacances certifié à la télévision plasma dernier cri, par exemple, et donnons ainsi une expérience de vie à notre enfant.»

    Le côté prêchi prêcha m’irrite profondément. Mais je dois avouer qu’il y a du vrai.


    • De nos jours, la morale est tabou. Et pourtant, on en a maladivement besoin.

    • C’est vrai, il y a peut-être un côté prêchi prêcha dans le discours, mais au delà de l’argent (de moins en moins vrai car beaucoup de camps offre une accessibilité financière en fonction des revenus de chaque ménage) Il y a beaucoup d’inquiétude des parents. Les enfants, n’ont plus le droit d’avoir leurs propres expériences. Les enfants, sont dans une bulle où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Les enfants ne peuvent plus vivre une vie d’enfant, déjà dans un moule 9 à 5 dès la pouponnière. Et le jeu ? jouer pour jouer. Jouer pour apprendre finalement c’est quoi la vie. Pas apprendre l’anglais sous de faux prétexte de jeux. Les Camps de vacances c’est ça. C’est permettre aux enfants de se bâtir une personnalité, d’avoir des expérience, et d’être loin des parents… N’oubliez pas que c’est bon de couper le cordon de temps en temps, pour le bonheur de nos petits et grands.

      Juste comme ça, quels parents font vérifier leur menu par un diététicien(ne) ? pourtant les camps certifiés le font. Quels parents ont des experts en premiers soins sous la mains 24h/24h ? pourtant les camps certifiés les ont. Quels parents jouent “sans arrêt” un minimum de 12 heures par jour ? Les animateurs de camps certifiés le font. Quels parents s’assure avant chaque semaine de répondre à un programmation diversifié regroupant des activités cognitives et motrices pour leur enfants ? Les camps certifiés le font. Les ratios scolaires sont même plus élevé que les ratios dans les camps certifiés.

      Faudrait peut-être en tant que parent arrêter d’être “moumoune” et permettre à nos enfants de vivre de beaux moments sans nous

    • Je suis impliqué dans le scoutisme depuis plusieurs années, et pour un camp d’été de 10 jours, le montant que nous chargeons aux parents se situe autour de 100$.

      Évidemment, nous avons une un deux campagnes de financement pas année, mais n’en demeure pas moins qu’au total, on parle d’environ 200$ par jeune pour un séjour d’une dizaine de jours, tout compris.

      Et comment en arriver à un tel coût ? Nous n’avons pas de cafétéria, pas de moniteurs d’escalade ou de canot, ni de dortoir. Les jeunes dorment sous la tente, se font à manger par eux-mêmes, apprennent à se débrouiller en forêt avec une scie, de la corde et un canif.

      De plus, tous les moniteurs sont bénévoles. Et avec un coin de forêt, de la corde, quelques foulards de jeu et beaucoup d’imagination, font vivre un séjour inoubliable aux jeunes.

      Je fais du scoutisme depuis l’âge de neuf ans, et quatorze camps d’été plus tard, je constate que l’expérience d’un séjour en nature apporte beaucoup aux jeunes.

    • Pour, surtout pour vous, au Québec, vous ne payez vraiment pas cher! Profitez-en!

      J’envoie mes filles au camp tous les ans depuis plusieurs années… En Ontario, je paie 700 $ par semaine pour 3 enfants, j’ai le prix “familial”. Laissez-moi vous dire qu’on ne les envoie pas au camp tout l’été… une semaine à la semaine 2, et une semaine à la semaine 7, après cela il y a une semaine pour se préparer pour la rentrée des classes…

      C’est une expérience inoubliable et il me fait plaisir de payer cela. Ma dernière rêve d’ailleurs d’être monitrice dans ce même camp quand elle sera plus vieille.

    • Quadrivecteur, j’ai été animateur scout aussi. Est-ce que les choses ont changé ou si se sont les parents qui fournissent encore les marmites de ragoût de boulettes et de sauce à spaghetti?

      J’ai envoyé mes enfants en camp de vacances quand ils étaient petits et la rusticité d’un camp scout ne se compare nullement au confort relatif d’un camp de vacances. Les activités non plus. Mais je trouve que le fait que les enfants sortent de sous les jupes de leurs parents et s’amusent sans crainte, c’est une drôle de bonne chose quel que soit le choix. Et qu’ils apprennent quelque chose de la nature loin du béton et de l’air vicié de la ville.

      Vivianep vous avez parfaitement raison. Merci de l’avoir mentionné. Un peu de sens commun ne ferait pas de mal. Hier j’ai eu l’air de faire la morale à 5 idiots qui faisaient du canot en compagnie d’un jeune garçon dans les rapides d’Hydro Québec au Parc de la Visitation. Ils m’ont envoyée promener. Pas même 5 minutes plus tard, il y en avait deux qui avaient chaviré et qui se battaient désespérément contre les entonnoirs bouillonnants. Dieu merci, ils s’en sont sortis mouillés, gelés, épuisés mais indemnes.

      J’aurais étranglé les survivants s’il avait fallu que l’un d’entre eux se noie. Faire la morale peut vouloir dire qu’on essaye de protéger, pour ceux qui ne l’auraient pas compris. Et comme le monde aujourd’hui a des valeurs un peu à de drôles d’endroits, il faut leur faire un petit rappel. Je pense à un jeune papa de ma connaissance qui s’est équipé de tous les gadgets informatiques imaginables et chers, mais dont le bébé n’avait pas de siège d’auto: pas d’argent pour ça…..

    • Je vois pas qui peut être contre les camps de vacances… Oui, il est vrai que c’est cher mais sa dépend des priorités et des valeurs de chacun… 1000$ c’est une nouvelle télévision, une voiture un peu plus gros, un nouveau divan OU un trip ou le jeune aura la chance de s’épanouir… L’intérêt de la vie réside dans les nouvelles expériences, pas dans une un nouvel écran plat…

    • Nous sommes allées au camp Jouvence en famille l’an dernier : approx 2200 $ pour une semaine (vous avez bien lu), tout compris, bouffe etc. 2 parents, 2 enfants préscolaires. Ce fut une semaine inoubliable. On veut y retourner cet été. Quand on y pense, c’est le même prix qu’un voyage dans le sud je pense ?

      C’est le fun même pour les grands un camp de vacance! Et avant que j’oublie, malheureusement, on n’a pas de télé HD 42 pouces… on aura ça plus tard…

    • Encore faut-il que les enfants en aient envie. Nous avons envoyé nos plus vieux 2 ans au camp des trois saumons (super bien organisé) et l’an dernier ils n’avaient plus le goût de ”faire” un camp. Pourtant son expérience avait été très positive. Les vacances d’été sont aussi là pour que les enfants décrochent d’une routine planifiée avec des activités décidées par des adultes… qu’ils développent leur imagination pour se trouver des jeux à leur goût et surtout qu’ils redécouvrent l’art de ne rien faire! Et, je vous rassure, mes 3 garçons ne passent pas l’été devant écrans de télé, d’ordi ou de jeux vidéos… et je n’ai pas, non plus, utilisé les fonds du camp pour m’acheter la dernière bébelle techno de l’heure! On bonifie les vacances en famille par un détour dans une nouvelle ville inconnue, une nuitée de plus, un long weekend dans une région différente… ça aussi, ça ouvre l’esprit!

    • mon fils a fait 6 camps d’été avec les scouts au Domaine scout de St louis de France et il a adoré. Il a mangé à volonté de bons repas et participé à toutes sortes d’activités de plein air pour un coût minime. C’était avant que les humoristes se mettent à dénigrer les les scouts , quand mon jeune s’est mis à faire rire de lui et recevoir des émails de joke ridiculisant le mouvement il a quitté et niaise maintenant devant son ordi.

    • Absolument pour!
      Pour le simple fait que les camps de vacances m’ont apporté dans ma jeunesse d’incroyable expérience enrichissante. Chaque été cela me donnait l’occasion de me dégêner, de me faire des nouveaux ami(e)s, de vivre des expériences différentes du quotidien, de m’amuser et d’apprendre! J’y suis aller entre 7 et 14 ans, ensuite j’ai été moniteur a 14-15 ans.
      Il y a des camps moins cher que d’autre, à mes souvenir 1 semaine coutait entre 200 et 400$ a mes parents. Mes soeurs aussi avec des activités diverses pendant l’été, ce qui donnais le temps à tout le monde d’apprécier le soleil et surtout un répit pour mes parents où il pouvait planifier des projets à eu seul!
      Si il y a quelque chose que je ne regrette pas, c’est bien les camps de vacances… Canot camping dans mon adolescence ça été le plus lfun!
      De plus j’ai eu de belles expériences de travaille avec les jeunes!
      Il faut cependant regarder les goûts de l’enfants, les activités offerte, et si vous avez un(e) difficile, les repas offerts (quelque fois ça peut gâcher une semaine lorsqu’on n’aime pas beaucoup la nourriture). Par contre j’ai été rarement déçu!

    • Plusieurs parents ont gardés des mauvais souvenirs des camps de vacances de leur jeunesse: mauvaise nourriture, bibites ou camping sous la pluie. Nous on préfère garder notre argent pour prendre des vacances plusieurs familles ensemble, ca risque de moins ressembler à la vie organisée que les enfants endurent toute l’année à l’école.

    • Si tu n’est pas capable de payer 2 semains de vacance a tes enfants, tu ne devrais pas en avoir a mon avis.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité