La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 31 mars 2009 | Mise en ligne à 10h12 | Commenter Commentaires (10)

    Une école interdit tous les contacts physiques

    Silvia Galipeau

    Après la tag et le ballon chasseur, voilà que tous les contacts physiques sont maintenant interdits dans une école du Connecticut. Exit les accolades, les poignées de main, même les câlins.

    Motif? Un coup de poing qui a nécessité l’hospitalisation d’un élève le mois dernier.

    En guise de protestation, devant un règlement jugé, heu, excessif (débile?) par plusieurs, un enfant prévoit se rendre en classe les mains scotchées le long du corps.

    La prochaine fois qu’un enfant va se faire insulter, ils vont faire quoi? Interdire à tous de se parler? Belle pédagogie, vraiment.


    • On en est rendu la… que dire…

      Un belle société de lopet….

    • Complètement débile. Les mots me manquent. Vous parlez d’une éducation à vivre en société.

    • Sur marianne2:

      VIVE LA JUPE!
      http://www.marianne2.fr/Vive-la-jupe-!_a177496.html

      Le film «La journée de la jupe» – à aller voir d’urgence – est peut-être le signe que Bégaudeau et Cantet (du film «Entre les murs») n’ont peut-être pas encore gagné.

      «Le «come-back» d’Adjani, deuxième : après avoir déchaîné les connexions sur YouTube pour une vidéo où on la découvre le visage recouvert d’un henné géant, l’actrice revient au cinéma dans le rôle d’une prof malmenée qui va prendre ses élèves en otage. La Journée de la jupe associe le thème en vogue de l’éducation à un catastrophisme très anglo-saxon. En surface, le film fait la chasse aux idées reçues, renvoyant dos à dos les discours sur l’école – ou trop laxiste, ou trop vieux chnoque. Mais derrière les caricatures d’un prof qui lit le Coran pour se rapprocher de ses élèves, ou d’un proviseur taxé de lâcheté parce que pas assez restrictif, c’est un retour aux bonnes vieilles méthodes répressives qui est finalement défendu. En réalité, la posture anti-langue de bois n’est qu’un écran de fumée dissimulant (mal) une pensée plutôt réac. Un autre genre de maquillage celui-là, moins drôle.»

      Voilà ce qu’écrivent les Inrocks sur le film de Jean-Paul Lilienfeld, la journée de la Jupe. Disons le sans ambage : une telle critique de la part des Inrockuptibles, cela ne peut être qu’un brevet de qualité. Isabelle Adjani, qui fait dans ce film une prestation hors du commun, a épousé le côté réac’ en déclarant sur le plateau du JT de France 2 dimanche :” L’Ecole, c’est un lieu de Culture, pas un lieu de libre-expression”. On respire. On croyait que plus personne n’oserait l’affirmer dans à une heure de grande écoute, à part Finkielkraut ou Zemmour. J’ai beaucoup de respect pour ces derniers mais, franchement, Adjani, pour faire passer ce message, c’est plus sexy. Tout n’est pas perdu. Cantet et Bégaudeau1 n’ont peut-être pas encore gagné la partie. Et Sarkozy, l’assassin de la Princesse de Clèves, non plus. Les IUFM n’ont pas réussi à formater tous les enseignants. Partout, dans notre pays, des professeurs ne baissent pas la garde. Si on ne devait en citer qu’une, ce serait Cécile Ladjali 2 qui abreuve ses élèves de culture classique dans un lycée ZEP. Il y a quelques années, L’esquive d’Abdellatif Kechiche avait été saluée par la critique. Ces élèves qui jouaient Marivaux en banlieue, c’était déjà un coup de canif à la théorie de “l’élève au centre”. Mais peu l’avaient fait remarquer. Les commentaires flatteurs n’allaient qu’à la meilleure image que le film donnait de la banlieue. Avec Adjani et Lilienfield, on fait passer le même message à travers un thriller. C’est la démagogie, les compromis, les compromissions qui génèrent le désordre, la violence et l’inculture. A moins que cela ne soit l’inverse3. Le film est violent, Adjani est sublime et les messages sont clairs et s’adressent à tous, petits caïds de banlieue compris : la Laïcité n’est pas négociable4, le communautarisme ne doit pas passer.
      Ce film n’est diffusé que dans 53 salles 5. Trop politiquement incorrect, sans doute. Frilosité de la part des pontes du ciné français ? Ou volonté délibérée de faire échec au message ? Grâce à Arte, qui a battu son record d’audience vendredi dernier en diffusant “La journée de la jupe” en avant-première, c’est raté. Le message est passé. Merci Adjani, Merci Lilienfeld, Merci Jérôme Clément. Le Printemps arrive. Les jupes, je l’espère, seront bientôt de sortie.

      Retrouvez les billets d’Antidote sur le site causeur.fr

      1. Il se murmure que “le plus mauvais prof de France devenu star” aurait l’idée de reprendre le FC Nantes avec l’objectif de retrouver les racines sportives de ce club, que ce dernier recouvre ses valeurs ainsi que son “jeu à la nantaise”. Bégaudeau, réactionnaire du foot ? Vous avez dit “paradoxe” ? ↑
      2. Mauvaise Langue, Seuil 2007 ↑
      3. Qui est la poule ? Qui est l’oeuf ? En tous le cas, c’est un modèle de cercle vicieux. ↑
      4. Ce message s’adresse à un autre caïd, logé au Palais de l’Elysée ↑
      5. Pour mémoire, le film de Gad Edmaleh est sorti le même jour dans….800 salles. ↑

    • Il y a déjà quelques années de cela, notre école primaire avait reçu une classe de 6e qui venait de Boston et les jeunes américains n’en revenaient pas de voir nos élèves jouer avec des ballons et courir. Il y avait longtemps que ces jeux étaient interdits dans leur cour de récréation car les autorités ne voulaient pas se ramasser avec des poursuites au civil par des parents d’enfants qui auraient pu se blesser…

      Dites-vous bien que cette école n’est pas la seule du genre aux États!!

    • Dans un pays où on peu poursuivre les autres pour sa propre imbécilité, faut-il être surpris?

      On pèse 600 lbs pour avoir bouffé tous les jours chez McDo? On poursuit et ON GAGNE.

      On a fumé toute sa vie et on meurt du cancer du poumon? La veuve poursuit les compagnies de tabac ET GAGNE.

      Un voleur se casse la figure en trébuchant sur un objet dans la maison de celui qu’il voulait voler? Il poursuit et il GAGNE.

      Ici à l’école, il faut laisser un enfant pleurer s’il vient de tomber et se faire mal si on ne veut pas tout de suite être accusé de pédophilie.

      Il faut faire attention à ce qu’on dit et fait, à qui on le dit et fait sinon les poursuites ridicules pleuvent et gagnent en Cour.

      Faut pas être étonné que les gens prennent les moyens qu’il faut pour parer à toutes les imbécilités des autres, par crainte que ce soit NOUS qui devions payer pour.

      Et ça fait un monde horriblement triste et froid. Merci aux Juges qui donnent raison aux crétins. Plus besoin de se responsabiliser. Juste de se tenir loin des irresponsables.

    • Cette école est une exception… mais il faut la dénoncer pour pas qu’elle devienne la règle.

      Les média jouent ce superbe rôle de chien de garde pour faire appel à la population pour demander leur avis et le retransmettre via les réseaux de la radio//papier//télévision et interpeller les gens en cause par la suite…

      Ne pas en parler guettoriserait cette école, et sans personne pour leur donner tord, ils vont penser avoir raison au bout du compte… Le pouvoir de média est fort au Québec et notre gouvernement est presque trop à l’écoute de ceux-ci pour leur décision… en fin de compte il faut s’en réjouir…. mais mon dieu que c’est plate parfois!

    • Eh, je connais un pays qui, à cause d’un drame au 10 ans dans une école, justifie des lois stupides, coûteuses et sans résultat pour les propriétaires légaux d’armes à feu. C’est fou non?

      Eh bien ce que vous critiquez suis la même logique.

    • “suit” la même logique

    • Silvia Galipeau, vous décrivez brièvement une situation mais vous N’en faites aucune analyse poussée. Trop facile de sortir une phrase-bidon genre

      ” Belle pédagogie, vraiment.”

      Et si la “journaliste” en vous creusait un peu le comment et le pourquoi? Refaites vos devoirs, élève Galipeau! Vraiment!

    • Solutions possibles:

      *Sortir l’état/les syndicats de nos vies et de nos écoles.

      *Enlever l’obligation d’aller à l’école (eh oui, aussi paradoxal que cela puisse paraître, lorsqu’il n’y avait pas d’obligation d’aller à l’école, l’école/l’éducation ETAIENT valorisée/désirée avec ardeur et ce, autant par les parents, que les enfants ou les profs…

      *Faire signer aux parents un contrat qui ‘décharge’ l’école contre toutes poursuites s’il arrive qq chose à leur chérubin. S’ils ne veulent pas? Ben, SEULEMENT ces enfants seront restreints de jouer ‘ruff’… ou même d’aller jouer dehors…

      Mais à part ma dernière proposition, je ne vois pas grand monde pour adopter ce genre d’idées libertariennes… donc moins d’interventions de l’état dans nos vies…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2010
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité