La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 18 décembre 2008 | Mise en ligne à 15h30 | Commenter Commentaires (3)

    Je ne savais pas que j’étais enceinte

    Silvia Galipeau

    Des histoires de filles qui accouchent dans les toilettes, affirmant ne jamais s’être doutées qu’elles étaient enceintes, font régulièrement les manchettes. Des cas isolés de pauvres filles, pensez-vous?

    Erreur. Les experts évaluent plutôt que ce phénoméne (baptisé «déni de grossesse») touche deux grossesses sur mille par année.

    C’est énorme. Et surprise: il ne touche pas que les milieux défavorisés. Toutes les femmes sont visées, avec ou sans enfant, riches ou pauvre, jeunes et vieilles.

    Toujours méconnu (d’où la mise sur pied d’un organisme en France: l’Association française pour la reconnaissance du déni de grossesse), il pose aussi un sérieux défi pour les médecins. Pensez-y: aucun signe extérieur, pas de ventre, parfois encore des menstruations (si la mère prend toujours la pillule, par exemple), et un déni psychologique total de la part de la principale intéressée.

    Comment est-ce possible? Voici comment Gaëlle Guernalec-Lévy, une journaliste au magazine français Parents qui enquête depuis trois ans sur le déni de grossesses, explique le phénomène: «Ces bébés sont comme de petits passagers clandestins qui, ne se sentant pas les bienvenus, joueraient à cache-cache entre les organes de la mère, s’allongeraient le long de la colonne ou se rouleraient en boule, très haut dans la cavité abdominale. »

    Troublant. Le corps humain est décidément troublant.


    • J’ai connus depuis 1998 plusieurs filles qui ont accouchées et qui ne savaient même pas qui était le père; c’est pathétique. Elles se font remplir et sont trop connes pour voir clair dans leurs vies. Comme Jésus disait; “remplissez ces cruches”. Ma blonde est incapable de comprendre ces filles.

    • Je connais une personne qui a su être enceinte quelques semaines avant l’accouchement. La première chose que je me suis dit, c’est qu’elle n’était pas vite, vite pour ne pas s’en être rendu compte ou qu’elle faisait, justement un déni de grossesse… erreur! Elle n’avait eu aucun symptôme visible pendant toute sa grossesse, pas de nausées, menstruations présentes et comme elle a un surplus de poids, la bédaine n’avait pas vraiment changée. Pendant sa grossesse, elle sentait quand même que quelque chose n’allait pas, elle a même subi plusieurs tests de grossesse, chez elle et à l’hôpital, tous négatifs! Le corps humain est effectivement assez troublant… Il n’y a que des modèles uniques, quoi! ;)

    • Je crois que ces femmes sont trop souvent victimes du jugement des autres, alors qu’elles ont besoin de soutien: avoir un enfant, même s’il est désiré et attendu, bouleverse considérablement une vie. Or, lorsque cet enfant est inattendu, la femme et le couple, s’il y a lieu, auront besoin de tout le soutien -psychologique, financier, matériel – possible. En aidant à ce que cette pathologie soit reconnue (autant dans la société que dans le milieu médical), les préjugés concernant ce phénomène tomberont peu à peu.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité