La mère blogue

Archive, août 2008

Jeudi 28 août 2008 | Mise en ligne à 10h56 | Commenter Commentaires (3)

Et maintenant, la rentrée des parents

spa.JPG

Photo fournie par Relais santé.

Silvia Galipeau

Ouf. Ça y est. C’est fait. La rentrée est passée. Maintenant quoi? Après avoir pensé aux fournitures scolaires, aux vêtements d’automne, aux tabliers et aux nouvelles boîtes à lunch de toute votre marmaille, à votre tour. Pensez à vous, chers parents, maintenant.

Ce judicieux conseil (avouez, ça se prend plutôt bien), nous vient de Lise Ravary, directrice de rédaction des titres féminins des Éditions Rogers.

Je cherchais des trucs pour vivre une rentrée zen, et j’ai pensé écrire à la dame, une femme archi active qui a bien des rentrées à son actif (sa cadette, à 24 ans, vit ces jours-ci une de ses dernières rentrées, avant de compléter son Bac en décembre). Je m’attendais aux conseils classiques, du genre : pense à tes soupers à l’avance, prépare les vêtements et les sacs à dos la veille, etc. Mais c’était bien mal la connaître. Tout de go, elle me répond (et je cite): «un massage au bout de la première semaine, de préférence par le conjoint».

Un massage? «C’est une autre manifestation de prendre soin de soi. Parce que les mères s’oublient complètement pendant cette période de l’année. Moi je suis pro-mères dans la folie de la rentrée.»

J’adore. J’adopte. Et j’ajoute un massage pour les pères, souvent également pris par le tourbillon de la rentrée. Enjoy! Et bonne année.

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






Mercredi 27 août 2008 | Mise en ligne à 16h14 | Commenter Un commentaire

Parce que parfois, le couvercle saute

bouilloire.JPG 

Isabelle Audet

Les livres sur l’éducation des enfants abondent et rares sont les semaines sans que nous n’en recevions au journal. L’estime de soi, la discipline, le sommeil, les difficultés d’apprentissage, les mères et pères idéaux… tout y passe.

L’enfant y est scruté sous toutes ses coutures. Pour chaque problème son bouquin et pour chaque moment de crise son chapitre. Voilà qui est rassurant à l’occasion, mais parfois inutile tant les avis divergents angoissent plus que n’aident les parents. Alors, la nuit, on ferme sa porte de chambre et on le laisse hurler comme le suggère tel expert ou encore on le réconforte et on attend qu’il décide de s’endormir seul comme le préconise son collègue?

La solution se situe souvent à mi-chemin, entre les lignes si je peux dire. Aussi, une surconsommation d’avis d’experts mine la spontanéité et l’instinct, transformant les dialogues parents-enfants en un mauvais scénario de Caillou.

N’empêche, parfois on a besoin d’aide. Parfois, on a besoin de se faire rassurer surtout. On est fatigué, et on a besoin qu’un de ces experts nous disent qu’on est dans le droit chemin. Ou nous ramène à l’ordre.

En ce sens, je dirais que les Éditions du CHU Sainte-Justine s’avèrent une valeur sûre. Simples et modérés, les avis des professionnels retenus par l’éditeur en appellent généralement au gros bon sens.

Un gros bon sens difficile à trouver quand Junior hurle et se tortille sur le sol.

Ainsi, voici un tuyau pour ceux que ça intéresse. Le programme des Soirées Parents des Éditions du CHU Sainte-Justine vient d’être dévoilé. Cette année, quatre conférenciers chevronnés s’entretiendront avec le public. Ils traiteront tour à tour de la discipline, puis de l’avenir de nos enfants dans une société en mutation, d’asthme et enfin de l’agressivité.

Parce qu’on ne peut pas tout savoir.

Un commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 27 août 2008 | Mise en ligne à 11h03 | Commenter Commentaires (6)

Les bisbilles de la boîte à lunch – la suite

lunch1.JPG

Silvia Galipeau

La crise de la listériose et la panique entourant les viandes froides et autres charcuteries arrive certes à un bien mauvais moment (nous en parlions ici), mais peut-être est-ce enfin temps de repenser les lunchs de nos enfants. C’est du moins ce que suggère un article fort intéressant du Globe & Mail. Oui, le jambon et le salami sont archi pratiques, mais pas des plus santés.

Bourrés de sodium et de nitrites, ces agents de conservation augmenteraient l’incidence de certains cancers, à tel point que le American Institute for Cancer Research a sonné l’alarme l’an dernier, signalant qu’il n’y avait «pas de consommation minimale sans danger», rappelle le Globe. Aï. Pensez-y: quand la date de péremption dépasse parfois les 12 mois, c’est que bien des cochonneries ont été ajoutées à votre tranche de salami.

Alors quoi faire? Que reste-t-il à mettre dans le lunch de nos enfants? Une diététiste interrogée par le Globe propose des trucs très simples, et surtout plus sains: cuire une cuisse de poulet ou un filet de saumon de plus au souper, et servir les restes le lendemain midi. Miser sur le saumon ou le thon en conserve (sans dépasser une portion par semaine dans le cas du thon), ou encore retrouver les vertus du bon vieil oeuf dur.

Après tout, les enfants ont appris à se passer de beurre de cacahouètes à l’école. Ils devraient être capables d’en faire autant avec le jambon. Et ils ne s’en porteront que mieux.

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2008
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité