Le blogue de Mélanie

Le blogue de Mélanie - Auteur
  • Mélanie Côté

    Mélanie Côté est journaliste au Quotidien et au Progrès-Dimanche depuis 2006. Elle a obtenu un DEC en Art et technologie des médias en 2005 et elle vient de terminer un baccalauréat par cumul à l'Université du Québec à Chicoutimi. Dans son blogue, elle nous livre ses impressions sur tous les sujets qui touchent le quotidien.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 29 mars 2013 | Mise en ligne à 11h54 | Commenter Commentaires (14)

    Obliger le casque à vélo pour les enfants?

    Le coroner Sylvain Truchon recommande le port du casque obligatoire pour les cyclistes de moins de 14 ans. Selon lui, cette pratique aurait probablement pu sauver la vie du jeune Gabriel Villeneuve, 13 ans, décédé en mai 2012 à Jonquière. Il avait été happé de plein fouet par une camionnette. Il ne portait pas de casque et il a succombé à un traumatisme crânien.

    L’obliger est une mesure drastique, mais est-elle nécessaire?

    Il y a encore beaucoup de jeunes qui s’entêtent à ne pas le mettre. Ce n’est pas beau, ça dépeigne les cheveux et ça donne chaud. C’est un peu comme nous, quand on était jeunes : on ne prenait pas de parapluie et on ne mettait pas de tuque. Ce n’était pas esthétique. C’était mieux d’arriver à l’école les cheveux mouillés et les oreilles gelées. Quand nos parents nous demandaient de mettre notre casque, on le mettait… mais on l’enlevait au coin de la rue.

    Selon l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), les traumatismes crâniens liés au cyclisme ont baissé de 27% au cours de la dernière décennie au pays. En 2009-2010, ils sont passés de 907 à 665. Toujours selon l’ICIS, le port du casque a un rôle à jouer dans la diminution du nombre de traumatismes. Près de 80% des cyclistes canadiens hospitalisés pour un traumatisme ne portaient pas de casque lors de l’accident. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le casque diminue les risques.

    La recommandation touche les enfants de moins de 14 ans. Ils doivent donc être sensibilisés très jeunes aux risques encourus en vélo. Le travail de sensibilisation appartient-il donc aux parents, à la maison? Pas de casque, pas de vélo. Je te prends à l’enlever? Une semaine pas de vélo.

    Je pense que c’est la base. Une recommandation en bonne et due forme du gouvernement appuyée par des parents qui serrent la vis. Pas nécessairement une loi, mais un gros travail de sensibilisation.


    • Suis pas certain qu`il y ait moyen d`appliquer une regle en tout temps et à tous les âges. Si c`est le cas, les adultes devraient être compris dans le tas. Il s`en trouvera toujours pour mentionner qu`ils ont fait bien pire dans le temps et avec raison il ne leur est rien arrivé.

      Effectivement qu`il ne faut pas non plus penser qu`on peut obliger les jeunes à… Quand ils sont avec des amis les regles prennent souvent le bord…Et puis rendu a un certain âge tu as de la misere à leur faire porter une tuque l `hiver et à l`enlever l`été…

      C`est cliché je sais mais à illustre bien la complexité du dossier.

      Dans le fond le casque,les genoux,les coudes sont presqu`indispensables mais de là à penser devoir légiférer il y a une marge.

      Je crois toutefois que le parent doit montrer l`exemple et que le port du casque c`est un peu comme le port de la ceinture de sécurité en auto. Au début ca rouspettait mais maintenant on ne part plus sans elle.

    • Je suis d’accord avec noirod, il faut montrer l’exemple. Si on utilise la pratique ”Fais ce que je dis et non ce que je fais”, les jeunes n’écouteront pas car ils se croient mature et responsable en oubliant que c’est souvent des autres qu’on se protège…

    • Les chiffres sont trop peu pour justifier d’achaler tout le monde.

    • Les enfants ne voient pas le danger ou le risque de chute. Plusieurs ont le tempérament rêveur, ou encore hyperactif. Il y a plein de négligences privées ou publiques: trottoirs, nids de poule, broche de clôture d’un 3e voisin, etc. et pleins de garçons qui font le saut de la mort au dessus de n’importe quoi.

      Pour ce que ça coûte un casque, ( il y en a partout, dans les ressourceries, marchés, puces et friperies,) comparé aux coûts économiques et sociaux, sans compter le primordial, éviter des commotions cérébrales ou lésions graves à ce qui est le plus cher aux parents, leurs jeunes enfants, il n’y a, à mon humble avis de parent qui a rasé proche de perdre son fils ..because, aucune circonstance raisonnable ou argument de commodité pour ne pas avancer avec courage et conviction vers le port du casque obligatoire pour tous à vélo, dès avant la sortie de l’espace privé, à l’âge considéré comme minimal pour le bien-être des jeunes.

    • “Obliger le casque à vélo pour les enfants?” S’rait temps!

    • Ce sont les mêmes arguments que pour la ceinture de sécurité il y 40 ans ou pour les pneus d’hiver. C’est les mêmes niaiseries que l’on entend pour obliger les gens à mettre leurs équipements de protections dans les usines et les chantiers. Et c’est toujours le même rengaine, vaut mieux sensibiliser, il y a trop de règlements… J’aurais bien le goût de dire à ceux qui ne veulent pas se protéger qu’on va les laisser faire, qu’ils peuvent scraper leur vie et leur santé, mais les coûts de soin de santé, de CSST, de réadaptation, d’assurance collective, etc. sont répercutés sur tout le monde. Alors, il faut protéger les inconscients d’eux-mêmes un peu comme un adulte protège un enfant.

    • Un lien et allez en voir d,autres, c,est le jeune qui est entré dans la camionnette sur son côté…

      Il n’a pas regardé des deux côtés de la rue avant de traverser, il était proche du passage pour piéton mais pas direct dessus, son vélo n’avait pas de freins non plus…

      Et on parle du casque comme une priorité ?

      Désolé, le jeune savait pas conduire un vélo de manière prudente. Un vélo pas de freins en plus. Avec un casque ? Il aurait peut-être été encore vivant et handicapé à vie…

      Apprenez aux jeunes à conduire de manière plus prudente et il aurait alors traverser à pied en marchant avec son vélo plutôt que de jouer les cascadeurs.

      Les ”accidents” arriveraient pareil dans des cas de témérité comme cela…

    • Le coroner a beau parler du casque cela ne semble rien avoir à faire avec l’accident bien vu la blessure aurait été moins grave mais jusqu’à quel point ?

      Le problème est bien plus de dessendre la petite côte sur un vélo pas de freins et en ayant pas bien regarder que le chemin était complètement dégagé, il doit sauter la chaîne de trottoir rendu en bas et bang avec son swing et élan et zéro frein il rentre dans le côté de la camionnette…

      Rendons le port du casque obligatoire mais laissons les jeunes faire des manoeuvres dangereuses…

      C’est pas aussi son vélo qui aurait dû être confisqué ?

      Mais il était bien eune et la témérité fait partie de bien des expériences que des jeunes veulent tenter…

      Des plus vieux eux font du car surfing… On devrait permettre cela si les jeunes portent un casque ?

      Rendez obligatoire le casque pour les jeunes si vous voulez mais cela empêchera pas les accidents… Le manque d’expérience aussi et de vigileance en plus de la témérité en sont d,autres causes comme les angles morts avec les poids lourds, camions et autobus.

      Le coroner c,est bien beau mais on aimerait voir son rapport plus en détail plutôt que cette recommandation qui semble faire de la politique plutôt que d’expliquer l’accident.

    • Nous sommes vraiment écoeurées de constater que notre “gouvernemaman” veut sans-cesse
      éduquer nos enfants. Peut-on laisser cette “job” aux parents.

      Ceux-ci me semble mieux positionnés pour éduquer nos enfants, que le gouv-man. D’ailleurs, ce qu’il touche tourne souvent tout croche. Éduquer les politiciens corrompus serait la priorité.

    • .
      Pas de règlement pour les casques !
      Laissons cela au jugement des parents … de toute façon, si les parents ont un jugement déficient pour le casque en vélo, ils l’ont aussi pour plusieurs autres activités.
      Un règlement nécessite des normes sur les casques et en augmentera le prix …. mieux vaut un casque moins performant que le jeune aime qu’un casque à toute épreuve que l’enfant cherche à ne pas mettre.

    • Je suis pour, même si ma fille l’enlève parfois des le coin de rue tourner, même si je n’ai pas le,contrôle sur tout ce qu’elle fait. Au moins on lui envoi un message clair et cohérent. Le casque ce n’est pas “des fois” c’est toujours, même dans la cour!! Désolée, une commotion cérébrale c’est du sérieux, je sais de quoi je parle, mon plus vieux en à eu une, avec des conséquences à vie. Pas en vélo, même pas en pratiquant un sport, n’empêche, les statistiques nous rappelle que c’est en vélo que ça risque le plus d’arriver. On ne peut pas éliminer tous les risques, c’est vrai, on peut faire un effort pour les limiter par exemple.

    • Le casque, c’est bon pour tout le monde, pas juste pour les moins de 14 ans!

      Et encore là, il faut bien le mettre. J’en vois combien d’enfants qui ont le casque vers le haut, pas attaché ou attaché lousse. Quand ce n’est pas attaché sur le guidon.

      Un moment donné, il faut cessé de faire des lois et laisser les gens utiliser leur gros bon sens. Sinon, on pourrait bien mettre une loi pour forcer les cyclistes (et les piétons…) a être en file indienne et non côte-à-côte et prendre la moitié de la rue.

    • “Près de 80% des cyclistes canadiens hospitalisés pour un traumatisme ne portaient pas de casque lors de l’accident.”

      Peut-être que la plupart des cyclistes imprudents sont aussi ceux qui généralement ne portent pas de casque?

      De toute façon. Tant que ce sera mon argent qui paiera pour ces hospitalisations, on peut bien enrouler les “pistocyclants” dans du papier-bulle; ça fait mon affaire.

    • Pourquoi ne pas s’inspirer plutôt des pays qui ont le taux le plus haut de pratique du cyclisme quotidien, et le plus bas taux (et de loin) de mortalité et d’accidents graves chez les cyclistes? Si le port du casque n’est pas tout à fait inconnu chez les enfants en bas âge aux Pays-bas et au Danemark, ce n’est pas du tout au coeur des mesures pour favoriser la sécurité au vélo. Les parents, cyclistes eux-mêmes, montrent aux petits comment faire du vélo de façon sécuritaire, et l’apprentissage du cyclisme fait partie des cours d’éducation physique à l’école.

      Une bonne infrastructures (pistes cyclables, signalisation etc.) et un cadre judiciaire qui favorise les modes de transport les plus vulnérables face aux voitures et camions, et des années de pratique, voilà ce qu’il faut pour favoriser la sécurité à vélo.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mars 2013
    D L Ma Me J V S
    « jan   avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité