Le blogue de Mélanie

Le blogue de Mélanie - Auteur
  • Mélanie Côté

    Mélanie Côté est journaliste au Quotidien et au Progrès-Dimanche depuis 2006. Elle a obtenu un DEC en Art et technologie des médias en 2005 et elle vient de terminer un baccalauréat par cumul à l'Université du Québec à Chicoutimi. Dans son blogue, elle nous livre ses impressions sur tous les sujets qui touchent le quotidien.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 6 juin 2012 | Mise en ligne à 9h53 | Commenter Commentaires (16)

    Sentence incompréhensible

    Brandon Pardi, ce jeune qui a happé à mort la petite Bianca Leduc, en 2007, évite la prison. Un bref rappel des faits. La petite fille s’amusait à l’extérieur, avec sa gardienne, quand Pardi, qui roulait à toute vitesse, l’a frappée de plein fouet après avoir perdu le contrôle de son véhicule. Il venait d’avoir 18 ans, il ne possédait qu’un permis d’apprenti conducteur. Il n’aurait pas dû conduire son véhicule seul. Il aurait dû être avec un détenteur de permis.

    Hier, il a eu sa sentence. Deux ans moins un jour à purger dans la communauté, assortie d’une assignation d’un an à résidence. La Couronne demandait quatre ans de pénitencier.

    C’est incompréhensible qu’une personne puisse recevoir une telle peine après avoir été reconnue coupable, en décembre, de conduite dangereuse ayant causé la mort. Quel message cette sentence envoie? Ce n’est pas grave, les jeunes, amusez-vous! Vous n’avez qu’une jeunesse à vivre, après tout! Pendant ce temps, une autre jeunesse, celle de la petite Bianca, est finie à jamais. Et ses parents auront à vivre avec cette perte toute leur vie.

    Sur Twitter, on raconte que Pardi et sa famille ont accueilli cette sentence telle une victoire, avec arrogance même. Et ce, devant la famille et les parents de la victime.

    Avec cette sentence, et celle du docteur Guy Turcotte, qui a été reconnu non criminellement responsable du meurtre de ses deux jeunes enfants, je me demande ce que vaut la vie d’un enfant aux yeux de la justice.


    • J’ai été tout aussi attristée d’apprendre la sentence du jeune Pardi. Le décès de cette fillette est d’une tristesse infinie…

      Cela dit, si on met un peu son émotiveté de côté, la question à se poser est: à quoi cela servirait de détruire la vie d’une jeune de 18 ans (maintenant agé de 23 ans) et celle de ses proches? Le mettre en prison serait la pire chose à mon avis. La prison, à cet âge, n’apporte rien de bon (pour une personne qui n’a pas d’antécédent criminel). Cotôyer des criminels aguerris et vivre dans des situations de détention et éventuellement d’abus ne feraient que nourrir chez ce jeune une rage qu’il dirigerait vers quelqu’un d’autre plus tard.

      La réhabilitation est le mieux dans ce cas-ci. Je crois que ce qu’il devrait être infligé comme sentence, c’est d’obliger Pardi à donner des conférences à travers les écoles du Québec sur la prévention des accidents et la promotion d’un comportement routier sécuritaire. Qu’il les organise, les donne et parle de son expérience. Le message sera plus percutant ainsi chez des jeunes. Obliger Pardi à faire du bénévolat auprès d’accidentés de la route, fauchés par des chauffards comme lui.

      Ça, c’est une sentence. Car chaque jour il sera confronté directement aux répercussions de son geste, il ne pourra pas y échapper. Chaque jour, il comprendra ce que c’est que d’être une personne qui ne peut plus travailler, marcher, réfléchir (…) à la suite d’un accident. Ça le hantera tellement qu’il y pensera à chaque fois qu’il prendra le volant.

      Un jour, Pardi aura sûrement des enfants. Et vous verrez qu’il réalisera à ce moment la douleur immense qu’il a causée en 2007 aux parents et proches de la petite Bianca.

      Repose en paix, Bianca.

    • Bien que je sois favorable à la réinsertion et à la réhabilitation des gens qui commentent des erreurs, je pense que ce juge a manqué de jugement. La loi doit avoir un effet dissuasif et personnellement je doute de l’efficacité des peines dans la communauté surtout quand la responsabilité de l’application et de la surveillance de la peine est remise en grande partie à des parents trop conciliants envers leur progéniture.

      L’attitude des parents (à condition que les commentaires sur Twitter soient vrais), c’est le point qui est le plus choquant. On peut comprendre une part de soulagement face à la peine légère qu’à reçu leur fils. Mais leur enthousiasme devrait être pondéré en imaginant l’image de leur propre enfant sur une table d’autopsie et le traumatisme effrayant que ces parents ont subi. En attendant, cette famille pourrait au minimum réfléchir sur leur part de responsabilité dans l’encadrement de leur jeune. Espérons que la peine de ce jeune homme comprend une interdiction de conduire pour au moins 10 ans, étonnamment cette sentence sera jugée beaucoup plus sévère par les jeunes qu’une sentence de prison ferme.

      Beaucoup trop de gens considèrent le fait de conduire un véhicule comme un droit. Si on possède un permis de conduire, c’est un privilège que l’on nous accorde, un permis comme dans permission.

      Alain Boulet

    • Hummmmm, citer Twitter comme source…….pas très sérieux, ni objectif!

    • @larousse_estdouce
      Comme dit Alain Boulet, et la dissuasion ?
      Les jeunes, si jamais il leur viendrait à l’idée qu’ils ne sont pas invincibles et pourraient perdre le controle, vont se dire “Bof, je resterai 2 ans à la maison et je pourrais aller travailler quand même. C’est mieux ça que d’aller se faire dilater l’anus en prison”.
      Désolé pour la vulgarité, mais c’est comme ça que beaucoup vont penser (si ils pensent).

      @alainboulet57
      Moi je lui enlèverais son permis à vie.
      “You’ve lost your driving privileges” pour paraphraser le bandit dans Pulp Fiction.

    • L’exercice de la justice (j’omets volontairement le j majuscule) est une farce au Québec. Y a qu’à voir Pardi plaider qu’il devait être jugé comme mineur parce qu’il a eu 18 ans le jour même où il tuait la petite Bianca. Résultat? Deux ans moins un jour. Guy Turcotte a bu du lave-vitre? Non criminellement responsable (il a TUÉ ses enfants, bordel! 46 coups de couteau!!!) Et Magnotta, lui? Non criminellement responsable aussi pour cause d’aliénation mentale? Il veut revenir au Québec pour quoi? être jugé comme Turcotte? La justice au Québec est une foutaise. Les coupables sont traités en victime. Et puis quoi encore?

    • on aurait du le retirer son permis de conduire qu il n avait pas encore, à vie

    • Je ne crois pas qu’il faille mettre ce Pardi en tôle. Ce serait effectivement contre-productif pour la société. La prison et la notion de sentences exemplaires ne sont pas nécéssairement une panacée. Je sais bien qu’on voudrait donner l’exemple et je sais bien qu’il y a aussi toujours une légère notion de vengeance face à des événements atrocements choquants comme celui-ci. Mais la prison n’est vraiment pas une solution dans le cas de ce jeune homme.

      Cependant je serais éminement faché si j’apprenais qu’il a retrouvé ce permis de conduire qu’il n’a en fait jamais eu.

      Le gros problème dans tous les cas de “méga-conneries” au volant, ce n’est pas l’évitement de peines de prison sévères, mais bien le fait que les protagonistes retrouvent trop facilement le prévilège de conduire.

    • Sur Twitter, on raconte que…

      Pas fort.

    • @omni-tag
      Pas d’accord. Ce jeune est aussi coupable que s’il s’était servi d’une arme à feu. Son crime est grave et il devrait être en taule, ne serait-ce que pour l’exemple. En sortant, il aurait peut-être acquis un peu d’humilité et assez de maturité pour mettre les autres ti-culs comme lui en garde. Maintenant, il pavoise. Bel exemple qu’au Québec, c’est facile de tuer quelqu’un et de s’en tirer avec une réprimande qui n’a aucun autre effet que de donner confiance au coupable.

    • .
      Bon sujet Mme Coté,
      C’est vraiment un sujet de société à propos duquel les avis peuvent être partagés et sur lequel tout le monde a propbablement raison dans son argumentation, sa réflexion.
      Pour ma part, j’ai l’impreesion que l’on fait face à la situation suivante :
      - auparavant il y avait plus de décès par les automobiles et le ratio citoyens/autos était beaucoup plus élevé qu’aujourd’hui
      - Maintenant, le nombre d’autos dépasse le nombre de citoyens, les rsiques sont vraisemblablement plus grands, mais il y a moins de décès reliés aux autos qu’auparavant mais les “cas” de décès sont souvent des cas extrèmes de sorte qu’ils attirent plus l’attention.
      - En plus, comme ma mère disait, j’ai cinq enfants parce que je dois m’attendre à en perdre un qui me sera enlevé par la société, la volonté de l’haut delà !
      Maintenant que les couples ont 1 ou 2 enfants, en perdre 1 c’est vraiment une catastrophe !
      Imaginez quand c’est dans une situation comme les excès de ce Pardi !
      On est en face d’un dilemne, les impacts émotifs/familiaux d’un décès sont beaucoup plus importants, les risques d’accidents sont beaucoup plus importants, les jeunes prennent plus de risques que les autres conducteurs, mais on ne peut toujours bien pas mettre ces jeunes en prison pour toutes leurs gaffes !
      Avouons qu’on est dans un dilemne …. mais j’admets que tout le monde a raison !

    • À toutes les réactions, de surprise et d’incompréhension, auxquelles je me joins, j’ajoute la question suivante.
      Est-ce exact que le jugement a été écrit seulement en anglais (langue de l’accusé) et donc que la famille de Bianca Leduc n’aurait pas eu l’équivalent en français?
      Si c’est exact, ça prouverait, une fois de plus, que notre système judiciaire a plus de considération pour les accusés que pour les victimes.
      J’espère que ce n’est pas vrai.
      Quelqu’un peut-il confimer ou infirmer cette info?
      Avec des références ce serait encore mieux.

    • Sur Twitter, on raconte que Pardi et sa famille ont accueilli cette sentence telle une victoire, avec arrogance même. Et ce, devant la famille et les parents de la victime.

      Comment pouvez vous accorder de l importance a ce commentaire…on raconte,sur Twitter…franchement,ca me stupéfie

    • @ bobof

      Ce n’est pas la famille de Bianca Leduc qui passait en cour mais le jeune Pardi. Ce dernier avait le droit d’être jugé dans sa langue. Plus encore, il aurait été injuste qu’il ne soit pas jugé dans sa langue maternelle. Il lui faut comprendre, lui, l’accusé, tous les tenants et aboutissants de ce procès.

      Maintenant, est-ce que la famille de Bianca Leduc pouvait demander d’avoir la traduction? Probablement. L’a-t-elle fait? À vérifier.

    • @ixe-13
      Merci pour votre réponse.
      Tout à fait sensée dans un système légaliste et peu préoccupé des volontés de ses victimes.
      Qu’un tribunal dépasse ses obligations minimales, par respect des parents de la victime, eut été malvenu, je suppose.
      Après le crime ignoble, ajouter l’injure. Pardi! vous avez affreusement raison: c’est normal. Je ne l’avais pas compris.

    • @ bobof

      Pas certain que vous avez décortiqué les 2 paragraphes de mon message.

      Le 1er paragraphe dit que c’est Pardi qui passe en Cour. Il demande à être jugé dans sa langue, c’est légitime. Peu importe qui assiste au procès, il est jugé dans sa langue. Jusque là, c’est normal.

      Le 2e paragraphe: je me demande si la famille de la petite Bianca avait le droit de demander la traduction, et si oui, l’a-t-elle demandé?

      Il n’est nulle part écrit que je trouve normal que la famille n’ait pas reçu la traduction. Si quelqu’un connaît les lois de fonctionnement de la Cour, il pourrait nous en informer sinon on risque de se perdre en supputant dans le vide. Il faut retourner aux FAITS et aux écrits de loi.

    • Je donne un blâme sévère au juge et au Ministère de la foire qui porte le nom de justice.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « juil    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité