Le blogue de Mélanie

Le blogue de Mélanie - Auteur
  • Mélanie Côté

    Mélanie Côté est journaliste au Quotidien et au Progrès-Dimanche depuis 2006. Elle a obtenu un DEC en Art et technologie des médias en 2005 et elle vient de terminer un baccalauréat par cumul à l'Université du Québec à Chicoutimi. Dans son blogue, elle nous livre ses impressions sur tous les sujets qui touchent le quotidien.
  • Lire la suite »

    Archive, avril 2012

    Dimanche 22 avril 2012 | Mise en ligne à 22h56 | Commenter Commentaires (7)

    Mots d’enfants, mots gênants

    Ma fille a deux ans et deux mois et elle parle beaucoup. Elle est capable de se faire comprendre et elle trouve toujours le bon mot pour s’exprimer… même quand ça peut être un peu gênant pour ses parents!

    Oh oui !Il y a des jours où je ressens un profond malaise et, si je le pouvais, je m’enfoncerais dans le plancher. Ça m’est arrivé en fin de semaine. Nous avons croisé une madame au centre d’achats qui souffrait quelque peu d’embonpoint. Et ma fille, en pointant la dame en question, a dit (très fort) : «Maman, la madame a mangé trop de bonbons.» Une fois, ça passe. Mais le fait est qu’elle a répété plusieurs fois.

    Un autre jour, à la piscine. Après un cours de natation. Nous étions dans le vestiaire et, à côté de nous, il y avait un petit bébé. Un garçon. Elle pointe ses «parties» et dit, encore une fois très fort : «Le bébé a une grosse crotte sur ses fesses…» Elle est encore un peu jeune pour comprendre les différences entre les sexes.

    Toujours à la piscine, dans l’eau cette fois. «J’ai envie de crottes. – Attends, il reste 10 minutes. – J’ai envie de crottes. – Ça achève. – J’ai fait une crotte. – Oups, vive les couches de piscine.»

    Oui, c’est drôle venant d’un enfant de deux ans. Mais ça crée quand même un certain malaise.

    C’est sans compter le petit garçon noir qui est sale… Pour ça, elle n’est pas trop jeune et elle a eu droit à un cours!

    C’est certain que je ne suis pas la seule dans cette situation. Dites-moi de quelle façon vos enfants vous ont déjà fait honte joué un tour !

    Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






    Vendredi 13 avril 2012 | Mise en ligne à 20h22 | Commenter Un commentaire

    Belle leçon

    Florence Boucher est entournée de son père Jean-François, sa mère Catherine Munger et son frère Antoine. (Photo Rocket Lavoie)

    Florence Boucher est entourée de son père Jean-François, sa mère Catherine Munger et son frère Antoine. (Photo Rocket Lavoie)

    Jeudi soir, j’attendais patiemment le retour des 27 étudiants du Séminaire de Chicoutimi qui ont parcouru 135 kilomètres sur le Chemin de Compostelle. Déjà, j’étais impressionnée par ce qu’ils avaient fait. Mais quelques minutes avant leur arrivée, une petite fille qui attendait son frère m’a donné toute une leçon.

    Cette jeune fille, c’est Florence Boucher, celle qui a été violemment happée par un autobus de la STS, au mois d’octobre. Depuis, elle a passé de longs mois à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal et elle a eu à traverser de difficiles épreuves. Elle a dû réapprendre à marcher et subir plusieurs opérations. Sa longue route n’est pas terminée, mais elle a un sacré beau bout de chemin de fait.

    Son regard m’a totalement charmée. Sa détermination m’a impressionnée. La voir marcher et jouer avec son petit chien Cachou ne peut faire autrement qu’inciter à la réflexion. En fait, Florence nous sert toute une leçon. Elle montre à quel point la détermination peut amener de grandes choses. Elle prouve qu’il ne faut pas s’avouer vaincus devant les épreuves que la vie met sur notre chemin.

    Quand nous vivrons des difficultés, pensons à Florence. Pensons à tous les efforts qu’elle a mis pour arriver là où elle est aujourd’hui.

    C’est un petit rayon soleil qui a failli me tirer une larme, hier, tant elle est rayonnante.

    Un commentaire  |  Commenter cet article






    Mercredi 4 avril 2012 | Mise en ligne à 10h30 | Commenter Un commentaire

    Retour sur les CPE

    Le dossier des centres de la petite enfance a retenu beaucoup l’attention au cours des derniers mois. Aujourd’hui, je fais un petit retour en arrière sur le sujet.

    Je ne parlerai pas des vacances, des salaires ou des congés personnels, etc. Le dossier est en partie réglé.

    Ce qui m’a irritée, pendant les négociations et les journées de grève, ce sont les commentaires qui ont circulé sur les éducatrices et les éducateurs. Je dis bien éducatrices et éducateurs et non gardiennes et gardiens.

    Pour avoir moi-même une place dans un CPE pour ma fille, je dois dire que c’est un milieu extraordinaire et stimulant pour les enfants. J’ai eu mal aux oreilles chaque fois que j’ai entendu les gens dire qu’ils ne font que garder des enfants, moucher des nez et changer des couches. C’est faux sur toute la ligne.

    Ce sont des personnes formées qui connaissent le développement de l’enfant. Ils sont en mesure de nous guider et nous accompagner. Ils connaissent les stades de développement de l’enfant et ils sont capables de déceler des retards de motricité, de langage, etc.

    Jamais, quand je suis allée chercher ma fille au CPE, je l’ai vue assise toute seule dans un coin à attendre mon arrivée. Au contraire. Elle est toujours stimulée, elle apprend de nouvelles choses chaque jour et son éducateur (oui, elle a la chance d’avoir un des rares hommes dans le milieu) prévoit toujours des activités différentes. Que ce soit pour apprendre les couleurs, reconnaître les animaux ou mémoriser des comptines, les idées ne manquent pas et, surtout, fonctionnent.

    J’ai donc beaucoup de mal à accepter les commentaires qui dénigrent le travail de ceux qui accompagnent nos enfants quand nous devons travailler. Les CPE sont des milieux éducatifs et nécessaires. Mettons de côté nos idéologies, oublions quelques instants le cadre administratif et politique des CPE et reconnaissons, au moins, le travail des éducateurs et éducatrices.

    Un commentaire  |  Commenter cet article






    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2012
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité