Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Trucs et conseils’

Lundi 30 juin 2014 | Mise en ligne à 13h30 | Commenter Commentaires (2)

Deux apps pour cyclistes branchés

Deux applications pour téléphones intelligents et tablettes, destinées à l’usage des cyclistes, sont apparues récemment sur mon radar. Deux ajouts à votre appareil mobile préféré qui valent le détour.

L'application First Aid for Cyclists de la St John Ambulance.

L'application First Aid for Cyclists de la St John Ambulance.

1- First Aid for Cyclists

La première application est celle créée par la St John Ambulance, la branche anglaise de l’Ambulance Saint-Jean.

Conscients que bien souvent les premiers répondants à l’occasion d’un accident de vélo sont d’autres cyclistes, les créateurs de l’app First Aid for Cyclists ont imaginé un outil de référence pratique.

Rapidement et intuitivement, il est ainsi possible de naviguer à travers des listes des blessures et des traumatismes qui peuvent survenir en vélo.

Des éraflures aux fractures, il y en a pour tous les types d’incidents. Des conseils brefs et simples permettent d’agir ensuite en attendant l’arrivée des renforts.

Fait intéressant, des soins sont suggérés en tenant compte de l’équipement que l’on risque fort d’avoir sous la main comme cycliste. Par exemple, une chambre à air peut très bien faire comme attelle d’urgence.

Évidemment, puisque l’application a été conçue au départ pour les sportifs du Royaume-Uni, elle est en anglais uniquement. Cependant, le moindrement que l’on lit la langue de Shakespeare, on s’y retrouvera aisément.

Et bien sûr, il faudra se souvenir qu’il ne faut pas signaler le 999/112 pour l’ambulance, mais bien le 911…

L'application québécoise CycleMap de Ratomic Lab

L'application québécoise CycleMap de Ratomic Lab

2- CycleMap

L’autre découverte du moment est CycleMap, une application réalisée par deux jeunes entrepreneurs et cyclistes de Québec, David Boudreault et Olivier Carbonneau.

Grâce à CycleMap, il est désormais possible d’avoir au bout du doigt tous les itinéraires cyclables à proximité de soi… et même d’ailleurs!

En effet, Boudreault et Carbonneau ne se sont pas arrêtés à la ville de Québec dans leur recension détaillée des pistes et autres parcours cyclables officiels.

Résultat: plus de 1 346 200 kilomètres à pédaler à travers le monde sont accessibles grâce à CycleMap. Parfait pour le voyageur qui aime rouler!

L’équipe de Ratomic Lab a aussi compilé l’offre de vélos en libre-service, comme les BIXI. Il est ainsi possible avec CycleMap d’obtenir la disponibilité des bicyclettes publiques dans 176 villes à travers le monde. Au total, ce sont 9300 stations qui sont répertoriées, pour quelques 85 000 vélos à emprunter!

CycleMap est constamment mis à jour, au fur et à mesure que de nouvelles informations sont rendues disponibles.

L’application made in Québec est offerte en version gratuite et Pro (4,99$).

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Vendredi 28 février 2014 | Mise en ligne à 16h29 | Commenter Commentaires (6)

Caméras de casque: dangereuses ou pas?

La question se pose: est-ce que l’ajout d’une caméra de style GoPro ou Contour sur un casque de protection présente un danger supplémentaire de blessures?

Je pense ici notamment aux couvre-chefs plus légers des skieurs et des cyclistes.

Le magazine Velo News s’est intéressé à la question récemment.

Une interrogation qui prend encore plus de sens alors que dans l’enquête sur l’accident de ski du pilote Michael Schumacher, qui s’est heurté la tête sur une roche et s’est retrouvé plongé dans le coma, les enquêteurs se sont penchés sur une défaillance possible du casque où une caméra avait été installée.

Le spécialiste technique pour Velo News, Lennard Zinn, s’est donc adressé à différents manufacturiers pour connaître les risques réels de l’ajout d’une caméra sur un casque.

Ce qu’il faut savoir? C’est que de façon générale, les fabricants de caméras comme GoPro, Contour ou Sony, ont conçu les systèmes de fixation de leurs populaires appareils pour qu’ils se brisent lors d’un impact.

Questionnés par Zinn, les responsables de Giro et de Specialized ont assuré qu’il n’y avait pas de risques supplémentaires à ajouter de telles appareils sur leurs casques. En autant que la caméra soit fixée comme il se doit sur un support fait pour se briser.

Preuve de l’assurance de Giro, le géant américain a même intégré à sa gamme de casques pour le vélo et le ski des modèles avec ancrage pour GoPro (vidéo ci-dessus du Edit).

De son côté, le manufacturier Troy Lee Designs se montre plus prudent dans l’intégration de tels supports. Après des tests sur des prototypes, le fabricant a indiqué à Velo News qu’il demeure incertain quant à l’avenir d’une telle idée dans sa ligne de casques.

En résumé, la prudence et le bon sens doivent primer. Tandis que l’usage des caméras personnelles se répand, les accessoires pour les fixer de manières originales se multiplient. Ce qui ne veut pas dire pour autant que tous sont sécuritaires dans toutes les occasions.

Lennard Zinn fait notamment allusion aux systèmes de fixation en aluminium comme le Sumomoto. Encore plus quand il s’agit de percer le casque pour l’installer.

On peut aussi s’interroger sur les risques de certains systèmes plus encombrants, bien qu’ils donnent des points de vue spectaculaires, comme le GoSpin360 et les autres supports à pivot rotatif.

Alors prudence dans vos tournages!

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






Lundi 2 décembre 2013 | Mise en ligne à 16h29 | Commenter Aucun commentaire

Des réparations exemplaires grâce à iFixit.com et Patagonia

ifixit

Reconnu pour ses nombreux et variés guides de réparation étape par étape sur le Web, le site iFixit.com vient de conclure un partenariat avec le fabricant californien de vêtements et d’accessoires de plein air, Patagonia.

Du coup, il est désormais possible pour ceux qui le veulent d’effectuer des réparations comme les pros le font.

Bien sûr, Patagonia possède toujours ce qui est certainement l’une des meilleures garanties de l’industrie, mais parfois pour une déchirure mineure ou encore un fermoir qui fait problème, la possibilité de pouvoir le faire soi-même est précieuse.

Vêtements, sacs… les produits présentés sont variés. Des conseils d’entretien jusqu’à ceux de couture, c’est une petite mine d’informations qui se trouve-là.

Évidemment, voilà autant de trucs pour des réparations sur des produits Patagonia, mais qui s’appliquent aisément à d’autres marques.

Grâce à ces guides détaillés en photos et en vidéos, le fabricant réputé pour sa conscience environnementale poussée souhaite impliquer les consommateurs dans sa démarche. Ceux-ci sont notamment invités à prendre l’engagement du partenariat Common Treads.

Une entente sur l’honneur qui vise à promouvoir des comportements exemplaires pour réduire notre consommation, et du coup avoir un impact positif sur l’environnement. Les grands objectifs en résumé? Réduire, réparer, réutiliser, recycler et réimaginer.

L’initiative conjointe de iFixit.com et de Patagonia est ainsi directement inspirée de la philosophie du fabricant, qui souhaite donner la plus longue vie possible à ses produits, question de faire consommer le moins possible. Peu de manufacturiers ont cette approche exemplaire… mais inversée des modèles d’affaires!

La semaine dernière, Patagonia a d’ailleurs présenté le documentaire Worn Wear (voir ci-dessous), qui retrace l’histoire de certains vêtements fabriqués par l’entreprise et souligne l’affection qu’ont pour eux leur propriétaire.

Sans détour, le film est présenté comme un remède à la frénésie de la surconsommation, en cette période de Black Friday et de Cyber Monday

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    D L Ma Me J V S
    « juin    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité