Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Trucs et conseils’

Mercredi 21 octobre 2015 | Mise en ligne à 18h47 | Commenter Un commentaire

Un premier Salon du backcountry à Québec

Le Salon du backcountry de Québec se tiendra les samedi 24 et dimanche 25 octobre à la Baie de Beauport, de 10h à 17h.

Le Salon du backcountry de Québec se tiendra les samedi 24 et dimanche 25 octobre à la Baie de Beauport, de 10h à 17h.

Preuve que l’intérêt ces derniers hivers pour le ski d’aventure et la planche à neige en hors-piste ne s’essouffle pas, la ville de Québec aura son premier Salon du backcountry cette fin de semaine.

En attendant la neige, le rendez-vous des amoureux de la montagne et des sports de glisse est à la Baie de Beauport, ce samedi 24 et dimanche 25 octobre.

Initiative de trois passionnés de Québec, le Salon s’adresse aux fanatiques, bien sûr, mais se donne également la mission de faire connaître les différentes disciplines du backcountry au grand public.

Durant les deux journées, de 10h à 17h, plusieurs conférences seront donc présentées. Destinations, équipements, techniques et sécurité seront notamment au programme de cette première présentation de l’événement, qui regroupera un grand nombre d’experts et de spécialistes québécois des sports de glisse dans l’arrière-pays.

Plusieurs gros joueurs du ski d’aventure et de la planche à neige hors-piste seront de la fête, dont les équipementiers Salomon, Armada, Burton et Black Diamond, pour ne nommer que ceux-là.

Des partenaires comme la Sépaq, la Fédération québécois de la montagne et de l’escalade, de même qu’Avalanche Québec sont aussi impliqués.

Plus de 10000$ en prix de présence doivent être attribués.

Le coût d’entrée est de 10$.

Pour tout savoir, visitez la page Facebook du Salon du backcountry.


Un commentaire  |  Commenter cet article






Mardi 26 mai 2015 | Mise en ligne à 16h41 | Commenter Un commentaire

Des lampes pour vos… souliers de course

Une autre idée lumineuse pourrait bien débarquer prochainement sur les tablettes de votre magasin de course à pied favori: les lampes de chaussures Night Runner 270.

Concept lumineux? Certes.

Brillant? Ça reste à voir.

Mais l’idée derrière ces «lampes de pieds» est intéressante à tout le moins.

Les Night Runner s’installent sur les souliers de course et de vélo et remplissent deux missions: la première est d’éclairer vos pas, tandis que l’autre est de vous rendre plus visible des autres autour.

Les lampes de souliers pour la course Night Runner 270. Photo Nightrunner270.com

Les lampes de souliers pour la course Night Runner 270. Photo Nightrunner270.com

Dans le premier cas, c’est là que le concept ne m’apparaît pas si éblouissant.

Je suppose qu’une lampe frontale de bonne qualité fera le travail de manière plus efficace et sans sautillement à chaque enjambée.

Mais bon, il faudra voir à l’usage…

Dans le deuxième cas, l’éclairage à 270º est un plus pour les coureurs et cyclistes qui s’activent dans la noirceur.

Mieux encore, le fait de bouger la source lumineuse ne pourra qu’attirer davantage l’attention.

Puis, il y a ce feu rouge dirigé vers l’arrière qui ajoute à la visibilité des sportifs.

Le fabricant annonce que le Night Runner projette un faisceau sur 30 mètres grâce à son ampoule DEL de 75 lumens.

La pile rechargeable doit durer de 4 à 8 heures, selon l’utilisation de l’accessoire, qui se veut ultraléger et solide aux pieds.

Financée grâce à une campagne réussie sur Kickstarter, la lampe Night Runner est disponible en précommande au prix de 70 $US et devrait être livrée à compter d’août prochain.


Un commentaire  |  Commenter cet article






Vendredi 8 mai 2015 | Mise en ligne à 12h48 | Commenter Commentaires (3)

Vélo de montagne: gare à votre sac à dos

Alors que la saison de vélo de montagne reprend, le magazine américain Bicycling a récemment mis en lumière l’importance de se méfier de ce qu’on transporte — et comment on le fait — dans le sac à dos.

À défaut de quoi, de graves blessures peuvent survenir.

La blessure à la colonne du cycliste Eddy King aurait été causée par la pompe à suspension qu'il transportait dans son sac. Photo Eddy King

La blessure à la colonne du cycliste Eddy King aurait été causée par la pompe à suspension qu'il transportait dans son sac. Photo Eddy King

Bicycling raconte l’histoire d’une ancienne gloire du BMX, Eddy King, qui s’est retrouvé paralysé à partir de la taille après une chute en descente.

Le cycliste croit fermement que c’est la pompe pour sa suspension, qu’il transportait dans son dos près de sa colonne, qui à blâmer.

«Quand on regarde les photos, on voit que le manche de la pompe, qui a plié durant la chute, est exactement là où la blessure à la moëlle a eu lieu», a raconté King. «Je suis convaincu que si j’avais eu le réservoir d’eau seulement, j’aurais eu le souffle coupé. Mais je m’en serait sorti sur mes deux jambes.»

Sac K.U.D.U. 12 avec protection dorsale intégrée de Camelbak. Photo Camelbak.com

Sac K.U.D.U. 12 avec protection dorsale intégrée de Camelbak. Photo Camelbak.com

Du même élan, Bicycling met en garde contre ce qui est transporté aussi dans les poches de maillot. Un outil, une bouteille… Là-encore, une blessure est vite arrivée dans une chute.

La menace est suffisamment sérieuse pour que des compagnies se lancent dans la conception de sacs à dos qui offrent une protection dorsale.

Le géant Camelbak s’est notamment penché sur la question avec la gamme K.U.D.U., qui est dédié à l’enduro.

Alors la prochaine fois, avant d’enfourcher votre vélo, pensez à votre dos!


Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2016
    D L Ma Me J V S
    « jan    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    2829  
  • Archives

  • publicité