Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Survie’

Vendredi 25 novembre 2016 | Mise en ligne à 12h32 | Commenter Commentaires (6)

Un casque de vélo… fait de papier

Ce n’est certainement pas le look qui aura permis au casque EcoHelmet de remporter le prix international James Dyson.

Mais côté pratico-pratique, le concept pour le moins original du casque est intéressant.

Question de répondre aux besoins des gens qui utilisent les vélos en libre service de type Bixi et qui n’ont pas de casque sous la main, la designer anglaise Isis Shiffer a eu l’idée de concevoir en papier un couvre-chef protecteur.

L’EcoHelmet se plie sur lui-même pour le transport et est enduit d’une matière qui lui permet de résister à l’eau pendant quelques heures.

Pour cet usage bien particulier des voyageurs et cyclistes occasionnels, le prix était aussi un enjeu important.

Selon Shiffer, les matériaux qui constituent l’EcoHelmet coûtent moins de 5 $.

Côté sécurité, le casque a été testé en laboratoire et serait étonnamment rigide.

Grâce à sa conception en alvéoles, il absorberait bien les impacts.

Consciente qu’un casque de vélo en papier n’est pas une «vente facile» pour les consommateurs, Isis Shiffer croit que son idée a suffisamment de potentiel pour la présenter à New York au printemps, possiblement gratuitement aux utilisateurs de vélos en libre-service.

Reste le look à s’habituer.

Mais bon, la sécurité n’est pas toujours super sexy…


Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






Vendredi 28 octobre 2016 | Mise en ligne à 15h34 | Commenter Commentaires (6)

VIDÉO: Il s’écrase en wingsuit… et survit!

Après avoir découvert le BASE jump et le vol de proximité en wingsuit dans des vidéos sur YouTube, l’Américain Eric Dossantos a su que c’était pour lui.

En l’espace de quatre ans, Dossantos est passé de débutant à un parachutiste qui cumule… 900 sauts!

Du nombre, il a réalisé 550 vols en wingsuit, en plus de faire du BASE jump depuis deux ans.

Bref, au moment de réaliser le saut de ses rêves à un point de lancement réputé près de Chamonix, fin septembre, Dossantos croyait qu’il était en contrôle, en relative sécurité.

Qu’il savait suffisamment ce qu’il faisait pour exécuter ce vol risqué, baptisé la «rape à fromage» (cheese grater), sur pratiquement toute sa longueur pour la première fois.

Mais les erreurs en BASE jump et de vol en wingsuit ne pardonnent pas, quand tout se passe en une fraction de seconde.

Et Dossantos, 30 ans, a payé cher son surplus de confiance qui a culminé en un manque de vitesse et d’altitude au moment d’emprunter un corridor boisé vers la vallée.

Résultat, une collision avec des arbres. Et c’est filmé!

C’est véritablement hallucinant de revivre pareil accident comme si on y était.

Car il faut dire que l’issue de cet accident est malgré tout heureux.

Le récit que Dossantos a donné au site spécialisé Topgunbase est à peine croyable.

Modeste et secoué, il reconnaît qu’il n’avait finalement pas le bagage nécessaire pour réaliser pareil exploit, qui sur le Web semble presque facile…

Chanceux comme pas un, Dossantos s’est réveillé trois heures plus tard à l’hôpital.

Il n’avait plus de souvenir de son écrasement dans des arbres à 145 km/h, avait des fractures un peu partout sur le corps et un traumatisme cranien… mais il était vivant!

Il devrait ne pas garder de séquelle.

Un billet de 6/49 avec ça?


Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






Mercredi 26 octobre 2016 | Mise en ligne à 8h45 | Commenter Commentaires (3)

Une solution pour donner à boire à tous, signée MSR

Chez Mountain Safety Research (MSR) on est particulièrement fier: on vient de créer la pièce d’équipement la plus importante jamais produite par le fabricant américain.

Et ce n’est pas peu dire quand on connaît la réputation de MSR.

Reconnu à travers le monde notamment pour ses réchauds légendaires et autres équipements de cuisine d’aventure, le fabricant possède l’une des plus vaste gamme de produits de plein air.

Sans trop fouiller, vous avez probablement du MSR chez vous, chers aventuriers…

Et si tout va comme l’espère le fabricant, des gens parmi les plus pauvres du globe pourront aussi profiter de l’expertise et de la qualité des produits MSR.

Pour avoir une meilleure vie. Pour avoir la vie sauve.

L'ensemble SE200 — Photo MSR

L'ensemble SE200 — Photo MSR

C’est que MSR veut offrir à diverses communautés un accès à de l’eau potable grâce au SE200 Community Chlorine Maker.

Un simple appareillage qui fonctionne en combinant un peu d’eau, de sel et un courant électrique, pour donner du chlore.

Ensuite, ce chlore servira à purifier l’eau.

En cinq minutes, l’appareil en fabrique assez pour faire 200 litres d’eau potable.

Assez pour qu’un simple kit permette de répondre aux besoins de 200 personnes, pendant cinq ans.

Pas mal!

Une technologie qui a fait ses preuves récemment en Haïti, où 100 ensembles ont été déployés pour venir en aide à la population après les ouragans.

MSR espère distribuer dans le monde 2500 ensembles SE200 d’ici la fin de 2017.

Un objectif qui donnerait donc de l’eau potable à 500 000 personnes.

Le projet est une initiative faite en collaboration avec notamment Vision Mondiale.

Pour contribuer, visitez le site de sociofinancement indiegogo, où MSR tente de récolter 50 000$ pour son projet.


Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2016
    D L Ma Me J V S
    « nov    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives