Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Survie’

Mercredi 14 décembre 2016 | Mise en ligne à 12h49 | Commenter Un commentaire

VIDÉO: le cycliste de montagne… à un seul bras

Quiconque a déjà enfourché un vélo de montagne dans un sentier étroit comprend que le sport demande des réflexes de chat et un contrôle impeccable quand vient le temps de filer entre les arbres, tout en évitant souches, roches et bosses.

Difficile d’imaginer alors comment quelqu’un peut arriver à pratiquer le sport en n’utilisant qu’un seul bras!

Et pas seulement par moment. Mais bien en permanence.

C’est le cas de Thomas Bannister, qui après un accident a perdu l’usage de son bras gauche, désormais paralysé.

Sur un vélo adapté au niveau des commandes de freinage, Bannister arrive cependant à piloter pratiquement comme si de rien n’était.

Impressionnant!

Le bras immobile sanglé et sous son maillot, Bannister roule ainsi depuis son accident, il y a huit ans.

Un système d’amortissement installé à la potence enlève une partie du mouvement dans la direction pour faciliter un peu la tâche au cycliste.

Mais il faut voir Bannister en action dans la vidéo ci-dessus pour constater à quel point il est agile et s’est adapté à sa nouvelle condition.

À noter, la vidéo est une production de l’organisme anglais Not Broken, qui favorise le retour à l’action des sportifs qui ont été blessés et qui traînent désormais des limitations.

Inspirant!


Un commentaire  |  Commenter cet article






Vendredi 25 novembre 2016 | Mise en ligne à 12h32 | Commenter Commentaires (6)

Un casque de vélo… fait de papier

Ce n’est certainement pas le look qui aura permis au casque EcoHelmet de remporter le prix international James Dyson.

Mais côté pratico-pratique, le concept pour le moins original du casque est intéressant.

Question de répondre aux besoins des gens qui utilisent les vélos en libre service de type Bixi et qui n’ont pas de casque sous la main, la designer anglaise Isis Shiffer a eu l’idée de concevoir en papier un couvre-chef protecteur.

L’EcoHelmet se plie sur lui-même pour le transport et est enduit d’une matière qui lui permet de résister à l’eau pendant quelques heures.

Pour cet usage bien particulier des voyageurs et cyclistes occasionnels, le prix était aussi un enjeu important.

Selon Shiffer, les matériaux qui constituent l’EcoHelmet coûtent moins de 5 $.

Côté sécurité, le casque a été testé en laboratoire et serait étonnamment rigide.

Grâce à sa conception en alvéoles, il absorberait bien les impacts.

Consciente qu’un casque de vélo en papier n’est pas une «vente facile» pour les consommateurs, Isis Shiffer croit que son idée a suffisamment de potentiel pour la présenter à New York au printemps, possiblement gratuitement aux utilisateurs de vélos en libre-service.

Reste le look à s’habituer.

Mais bon, la sécurité n’est pas toujours super sexy…


Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






Vendredi 28 octobre 2016 | Mise en ligne à 15h34 | Commenter Commentaires (6)

VIDÉO: Il s’écrase en wingsuit… et survit!

Après avoir découvert le BASE jump et le vol de proximité en wingsuit dans des vidéos sur YouTube, l’Américain Eric Dossantos a su que c’était pour lui.

En l’espace de quatre ans, Dossantos est passé de débutant à un parachutiste qui cumule… 900 sauts!

Du nombre, il a réalisé 550 vols en wingsuit, en plus de faire du BASE jump depuis deux ans.

Bref, au moment de réaliser le saut de ses rêves à un point de lancement réputé près de Chamonix, fin septembre, Dossantos croyait qu’il était en contrôle, en relative sécurité.

Qu’il savait suffisamment ce qu’il faisait pour exécuter ce vol risqué, baptisé la «rape à fromage» (cheese grater), sur pratiquement toute sa longueur pour la première fois.

Mais les erreurs en BASE jump et de vol en wingsuit ne pardonnent pas, quand tout se passe en une fraction de seconde.

Et Dossantos, 30 ans, a payé cher son surplus de confiance qui a culminé en un manque de vitesse et d’altitude au moment d’emprunter un corridor boisé vers la vallée.

Résultat, une collision avec des arbres. Et c’est filmé!

C’est véritablement hallucinant de revivre pareil accident comme si on y était.

Car il faut dire que l’issue de cet accident est malgré tout heureux.

Le récit que Dossantos a donné au site spécialisé Topgunbase est à peine croyable.

Modeste et secoué, il reconnaît qu’il n’avait finalement pas le bagage nécessaire pour réaliser pareil exploit, qui sur le Web semble presque facile…

Chanceux comme pas un, Dossantos s’est réveillé trois heures plus tard à l’hôpital.

Il n’avait plus de souvenir de son écrasement dans des arbres à 145 km/h, avait des fractures un peu partout sur le corps et un traumatisme cranien… mais il était vivant!

Il devrait ne pas garder de séquelle.

Un billet de 6/49 avec ça?


Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2017
    D L Ma Me J V S
    « déc    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives