Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Sports nautiques’

Lui-même prédisait qu’il allait devoir réussir l’impossible pour réaliser son exploit.

Et bien c’est fait, Chris Bertish a touché terre vendredi matin après avoir traversé l’Atlantique en solitaire, sur un surf à pagaie.

L’aventurier de 42 ans est débarqué à Antigua, dans les Caraïbes, après un séjour en mer de 93 jours.

Il était parti du Maroc le 6 décembre dernier.

Le Sud-Africain aura parcouru 7500 km à la seule forte de sa pagaie et sans aucune assistance, à bord de son embarcation unique, conçue spécialement pour l’occasion.

Famille, amis et curieux l’ont accueilli à son arrivée à English Harbour.

La barbe très longue et amaigri, Bertish retrouvait la terre ferme pour la première fois depuis son départ, après un dernier sprint de 110 km.


Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Chris Bertish dans l'action sur l'océan Atlantique — Photo tirée de Facebook

Chris Bertish dans l'action sur l'océan Atlantique — Photo tirée de Facebook

D’ordinaire, il ne faudrait pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tuée…

Mais après tout ce temps en mer — 78 jours! — et les kilomètres parcourus, Chris Bertish peut bien dire que c’est dans la poche.

En effet, à moins d’un revers de situation incroyable, Bertish deviendra bientôt le premier à avoir traversé l’Atlantique en surf à pagaie, en solitaire et sans assistance.

Aux dernières nouvelles, le surfeur professionnel parti le 6 décembre du Maroc était sous la barre des 750 milles nautiques (1390 km), à environ deux semaines de toucher terre à Antigua, dans les Caraïbes.

Malgré les tempêtes, la solitude et les bris d’équipements qu’il doit gérer, l’aventurier sud-africain de 42 ans progresse de manière impressionnante.

La semaine dernière, il s’est en effet offert deux fois plutôt qu’une le record du monde de distance en SUP dans l’océan, en 24h sans assistance.

Après avoir avancé de 92,66 km en une journée le 16 février, Bertish a remis ça le lendemain avec 115,82 km à bord de son embarcation unique, croisement entre un surf à pagaie et une chaloupe océanique.

Outre pour le défi extrême que représente cette première traversée de 7500 km, Bertish pagaie notamment pour la cause des enfants dans le besoin en Afrique.

Pour ne rien rater de son odyssée historique, suivez sa page Facebook ou encore visitez son site Web.


Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Jeudi 26 janvier 2017 | Mise en ligne à 13h39 | Commenter Un commentaire

Odyssée NorAm: retour à l’eau et autres nouvelles

Après une bonne partie de l’hiver en «vacances» dans le froid du Yukon, les aventuriers Pierre Pépin et Jennifer Gosselin reprennent ces jours-ci du nord de la Colombie-Britannique leur périple en canot à travers le pays.

Au téléphone en direct de Kitimat, où ils sont depuis trois semaines, Pierre affiche toujours le même enthousiasme qu’avant le départ de ce que le couple a baptisé l’Odyssée NorAm. Un long voyage au fil de l’eau; d’abord une grande boucle aux États-Unis amorcée à l’été 2014, puis une autre à travers le Canada lancée en mars 2016 au Manitoba.

Encore une dizaine de mois et ils seront de retour au Québec, après des milliers de kilomètres à pagayer à l’unisson. «On va essayer de ne pas trop y penser!» appréhende déjà l’ancien militaire tourné formateur en plein air, en faisant référence à «l’après» du voyage, à la possibilité de reprendre l’éventuelle routine de la vie en ville. «Je pense que je ne serai plus capable!»

Car leur vie dans la dernière année a été tout, sauf routinière. Parti de l’immense lac Winnipeg en mars, le couple de Québec a progressé vers le nord ouest, souvent dans les traces des Voyageurs, dans un exigeant parcours qui passait notamment par le nord de l’Alberta.

De la glace jusqu’au feu, raconte Pierre. Car dès le départ, le duo et leur chienne Jasmine ont fait du véritable canot à glace le temps que le lac Winnipeg ne dégèle. Les photos qu’ils ont prises durant cette portion parlent d’elles-mêmes…

Puis, pendant qu’ils continuaient à monter vers le nord-ouest, la région de Fort McMurray brûlait…

«Au Manitoba, on sentait la fumée!» raconte Pierre. Les canoteurs ont finalement atteint la région ravagée par les immenses feux de forêt deux mois après le passage de ceux-ci.

Paradoxalement, le canoteur a été frappé par la beauté qui se dégageait de ces forêts fantômes ou la verdure avait déjà réapparue au sol.

Mais le moment fort, ce sont vraiment les gens du coin qui l’ont donné aux aventuriers. «Fort McMurray, ç’a vraiment été spécial», se souvient Pierre Pépin, qui avec sa femme a côtoyé de nombreuses personnes ayant tout perdu.

«Ça m’a vraiment impressionné. La solidarité, l’entraide. En tout cas, les Albertains, ils savent se retrousser les manches!»

Car il faut le mentionner, depuis le début de l’Odyssée NorAm, Pierre et Jennifer mettent l’accent sur les rencontres, sur le contact avec les gens. Et comme ils ne suivent qu’un itinéraire général flexible, ils n’hésitent pas à changer leurs plans.

«Dans le Nord, les gens sont très, très accueillants!»

Durant la conversation téléphonique, Pierre Pépin revient tout de même sur un triste constat qu’il a fait ces derniers mois. À quel point il y «beaucoup d’ouvrage à faire» du côté des réserves autochtones qu’il a trouvées sur sa route. Jennifer et lui ont été témoins à maintes reprises d’injustices, d’inégalités frappantes.

Ils ont pu constater que l’argent est souvent mal distribué au sein des communautés visitées. «Il y en a qui travaillent fort!» insiste Pierre. Mais il désole que ces efforts de la part de certains autochtones restent souvent vains, bousillés par l’appât du gain de compatriotes mieux placés au sein de la réserve.

Une réflexion qui se poursuit visiblement dans la tête de Pierre. Une préoccupation que le couple aborde notamment en conférence.

Cet hiver, le couple a en effet commencé à partager sur la route son voyage d’aventure avec un public de tout âge. La générosité et la bonté humaine sont au menu, de même qu’une réflexion sur les changements climatiques, la découverte du pays et sa grande beauté, et notre lien avec les Premières nations.

Vedette incontestée de ces présentations, Jasmine, la chienne d’ours de Carélie.

Partout où Pierre et Jennifer la présentent, elle fait fondre le coeur du public. Au point que Jennifer lui a récemment créé une page Facebook juste pour elle, où elle partage sa vie de chienne aventurière. Un compte Instagram serait en préparation.

Pierre, Jennifer et Jasmine amorcent désormais leur descente vers l’île de Vancouver par l’Inside Passage. Après, ce sera direction est vers le Québec.

Pour suivre leurs rencontres et leurs péripéties, visitez leur page Web à www.wildravenadventure.com.


Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2017
    D L Ma Me J V S
    « avr    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives