Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Raquette’

Vendredi 20 février 2015 | Mise en ligne à 12h17 | Commenter Aucun commentaire

Festival hors-piste au Parc national de la Jacques-Cartier

Ski dans le secteur Belleau du Parc national de la Jacques-Cartier. Photo Jean-Sébastien Massicotte

Ski dans le secteur Belleau du Parc national de la Jacques-Cartier. Photo Jean-Sébastien Massicotte

La neige des dernières heures était tout ce qu’il manquait pour compléter les préparatifs du tout premier Festival hors-piste du Parc national de la Jacques-Cartier.

Skieurs et planchistes en terrain d’aventure sont en effet attendus en fin de semaine au parc situé au nord de Québec, à une trentaine de minutes de voiture de la capitale.

Ce sera une belle occasion pour les sportifs de découvrir l’endroit et ses pentes sauvages en forêt.

Pour les néophytes qui rêvent de jouer eux aussi dans la poudreuse, il sera facile d’essayer du matériel et de se familiariser avec l’activité.

Des exposants seront sur place et une programmation spéciale a été préparée pour ces deux jours à jouer dans la neige. Des prix de présence seront distribués.

Dynafit, Black Diamond et le fabricant québécois Xalibu Skis Conception seront notamment du rendez-vous.

Il y aura une compétition amicale et des entraînements de recherche avec la bande d’Avalanche Québec.

Un concours vidéo avec des images du jour est également au programme. Amenez vos GoPro!

À l’occasion du 5 à 7 d’après-ski, il sera ainsi possible de revivre les grands moments de la journée.

Sur place tout le week-end, le directeur du parc Mathieu Brunet espère accueillir le plus grand nombre d’amoureux du plein air et des sports de glisse pour cette première festive.

Brunet s’enthousiasme toujours autant de l’attrait grandissant dans son parc pour le ski d’aventure, la planche à neige et le télémark, depuis l’ouverture de secteurs hors-pistes dédiés à ces disciplines il y a trois hivers.

À part l’accès au parc, les activités du Festival hors-piste sont gratuites.

Le tout débute à 9h à proximité du Centre de découverte et de services, samedi et dimanche.


Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 9 février 2015 | Mise en ligne à 15h07 | Commenter Aucun commentaire

Avalanches: le gadget qui pourrait vous sauver la vie

Adoptés depuis déjà un bon moment par les sportifs qui s’amusent en terrains avalancheux, les sacs à dos gonflables ont fait leurs preuves et sauvé des vies.

Encore faut-il en avoir un et le porter!

Question de rendre cette technologie plus accessible, le fabricant The North Face vient d’annoncer la sortie pour l’automne prochain du système Modulator.

En gris, le système Modulator de The North Face. Photo The North Face

En gris, le système Modulator de The North Face. Photo The North Face

Grâce à cet ensemble, il sera désormais possible d’utiliser n’importe quel sac à dos pour le rendre gonflable.

Du coup, le concept reste le même sur les pentes. Si une coulée de neige survient, en activant le gonflement des deux sacs latéraux, l’utilisateur augmente son volume en plus de créer un «coussin» qui peut le protéger des chocs.

Ce faisant, il risque de demeurer davantage à la surface de la neige, par le phénomène que l’on appelle la «convection granulaire».

En résumé, c’est le principe d’une boîte de céréales qui est brassée, où les gros morceaux se retrouvent sur le dessus tandis que les plus petits migrent au fond.

Dans une avalanche, vous voulez être le plus gros flocons d’avoine de la boîte…

Les sacs gonflables vous aident à y parvenir.

Bref, grâce au Modulator, les mordus n’auront plus à s’acheter deux ou trois sacs, selon les volumes qu’ils ont besoin.

C’est là la petite révolution et l’économie. Parce qu’autrement, à 1000 $US, le système The North Face est aussi dispendieux qu’un sac complet.

Notez bien que l’usage d’un pareil dispositif demeure un outil de survie. L’éducation et la prévention en terrains avalancheux restent nécessaires, de même que l’utilisation d’un détecteur de victimes d’avalanche, d’une sonde et d’une pelle.

Et pour ceux qui doutent encore des risques d’avalanches par ici, parlez-en aux raquetteurs du Saguenay qui ont connu une randonnée mouvementée récemment.

Pas de quoi paniquer soudainement dans l’Est, mais tout de même.

On est jamais trop prudent…

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 12 novembre 2014 | Mise en ligne à 16h36 | Commenter Commentaires (12)

Encore plus de ski au parc national de la Jacques-Cartier

Journée à jouer dans la neige, l'hiver dernier au secteur Belleau. Photo Jean-Sébastien Massicotte

Journée à jouer dans la neige, l'hiver dernier au secteur Belleau. Photo Jean-Sébastien Massicotte

Décidément, la popularité du ski d’aventure et de la planche à neige hors-piste ne se dément pas.

Après deux saisons à tester le produit, le parc national de la Jacques-Cartier, près de Québec, poursuit sur sa lancée et ouvrira dès que le couvert de neige le permettra — un mètre au sol — un tout nouveau secteur pour les sportifs en quête de poudreuse.

Baptisée le Matteucie, la nouvelle zone de ski, de planche à neige et de raquette hors-piste est située un peu après le populaire sentier Les Loups, juste avant le kilomètre 17 sur la route de la vallée.

La zone présentera un dénivelé de près de 300 mètres et des pentes inclinées entre 25 et 28 degrés. La superficie du nouveau terrain de jeu est de 0,5 kilomètre carré (50 hectares).

En comparaison, le secteur Belleau, ouvert depuis deux hivers et situé à proximité du Centre de découverte et de services (CDS), est deux fois plus vaste.

Cependant, d’après René-Martin Trudel, employé du parc qui a exploré et évalué le potentiel de la zone l’hiver dernier, le secteur Matteucie est plus ouvert et l’inclinaison est plus régulière tout au long de la pente, quoique un peu moins prononcée qu’au Belleau, où ça va jusqu’à 34 degrés.

«C’est un beau pan de mur», s’est enthousiasmé Trudel, un amoureux du télémark, qui avait dans l’oeil le potentiel du secteur depuis déjà un moment. C’est finalement l’an passé qu’il s’est donné la peine d’aller l’explorer.

Le directeur Mathieu Brunet en action au secteur Belleau. Photo Sépaq, Steve Deschênes

Le directeur Mathieu Brunet en action au secteur Belleau. Photo Sépaq, Steve Deschênes

En terme de difficulté, les deux zones se ressemblent. L’engagement sera cependant plus important au Matteucie. En effet, skieurs, planchistes et raquetteurs se retrouveront à plus de sept kilomètres du CDS.

Pour se rendre au point de départ de la zone skiable, un service de navette a donc été pensé. La fin de semaine, quatre départs seront programmés. Sur semaine, l’offre sera ajustée à la demande.

Chaque demi-heure, sept sportifs à la fois pourront ainsi prendre place dans un des traîneaux qui seront utilisés pour le trajet d’une vingtaine de minutes.

Deux motoneiges seront utilisées en alternance — une au départ pendant que l’autre est à l’arrivée —, question de raccourcir les délais et de disperser les visiteurs pour une expérience nature plus agréable, a souligné le directeur du parc, Mathieu Brunet, lui aussi un passionné de télémark.

L’arrivée se fera au stationnement du sentier Les Loups, où un refuge chauffé sera accessible. De là, l’approche à ski pourra commencer. La zone du Matteucie se trouve à environ 800 m (une vingtaine de minutes) plus loin, par un sentier hivernal.

Il ne restera plus qu’à monter la pente ensuite à la force des mollets, avant de pouvoir se délecter de poudreuse fraîche.

Une fois l’accès au parc réglé, il en coûtera 25$ (plus taxes) pour le transport en motoneige, aller-retour. Chaque sortie durera environ six heures, le temps de faire trois ou quatre descentes, selon le niveau de forme de chacun.

Pour ceux qui cherchent à économiser ou encore qui veulent davantage de défi, l’approche à ski est aussi permise, mais ajoute 14 km à l’effort de la journée.

Votre humble serviteur dans le secteur Belleau. Photo Marika Wheeler

Votre humble serviteur dans le secteur Belleau. Photo Marika Wheeler

À noter, comme pour le secteur Belleau, la nouvelle zone sera non balisée et non patrouillée. Sans être extrême, l’endroit n’est donc pas un lieu pour apprendre à skier.

L’an passé, sur les 60 jours d’ouverture de la zone, plus de 1000 entrées ont été enregistrées pour la pratique du ski au secteur Belleau.

Brunet parle d’un véritable engouement pour le sport et s’enthousiasme à l’idée de pouvoir en offrir encore plus cet hiver. Tout ça à un jet de pierre de Québec!

Un festival pour fêter ça

Question de faire connaître et apprécier le potentiel de la vallée, le premier Festival hors-piste du parc national de la Jacques-Cartier est prévu pour le 21-22 février.

Une course de ski d’aventure sera organisée (skimo ou rando race), de même qu’une foule d’activités pour rassembler les gens et célébrer les plaisirs du hors-piste.

Les fabricants d’équipements Black Diamond, Xalibu Skis Conception et Dynafit seront notamment sur place pour présenter et faire essayer leurs produits.

Une fête en l’honneur des sports de montagne qu’il ne faudrait pas manquer.

Évidemment, la neige est déjà invitée!


Lire les commentaires (12)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité