Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Raquette’

Lundi 28 octobre 2013 | Mise en ligne à 13h26 | Commenter Aucun commentaire

Avalanches: ces «apps» qui ne vous sauveront pas

Surfant sur l’intérêt grandissant des amateurs de sports de glisse pour le hors-piste et sa poudreuse, des fabricants d’applications pour téléphones intelligents ont créé des logiciels de localisation de personnes qui prétendent pouvoir sauver des vies en montagne. À moins que tout cela ne soit qu’illusion…

C’est en tout cas ce que dénonce le Centre canadien des avalanches (CAC) dans un récent communiqué.

Le CAC s’est intéressé à trois applications mobiles en provenance de l’Europe, qui doivent servir d’alternatives plus accessibles aux réels détecteurs de victimes d’avalanche (DVA).

L’organisme qui voit à la sécurité des sportifs en montagne observe de nombreuses lacunes avec ces «apps». Des limitations qui pourraient mettre en danger la vie des utilisateurs advenant une tentative de sauvetage après une avalanche.

Pour le CAC, la compatibilité des fréquences utilisées est un point majeur qui cause problème. Également, la portée du signal émis est un autre obstacle qui rend inadéquate l’utilisation de téléphones intelligents comme DVA.

Car tandis que les vrais détecteurs fonctionnent tous sur une fréquence universelle de 457 kHz, qui traverse bien la neige et peut «rayonner» à plusieurs dizaines de mètres, les applications comme iSis Intelligent (Mountain) Rescue System, Snøg Avalanche Buddy et SnoWhere comptent sur les ondes Wi-Fi et Bluetooth, beaucoup plus limitées.

Sans compter que les sauveteurs doivent nécessairement utiliser la même application que les sportifs pour espérer retrouver ceux qui se fient à leur iPhone ou à leur téléphone Android pour leur sécurité.

La précision du signal GPS est également insuffisant selon le CAC, comparativement au signal radio des DVA, qui a fait ses preuves depuis longtemps et qui a déjà sauvé des vies.

La fiabilité des appareils téléphoniques est aussi à considérer, sans compter la durée de vie des piles.

Autant de raisons qui font que le Centre canadien des avalanches demande aux skieurs et planchistes de ne pas utiliser ces applications pour téléphones intelligents en remplacement des DVA.

Quant aux fabricants des applications en question, ils précisent tous à un certain degré dans leurs mises en garde, que l’utilisation de leur logiciel ne remplace pas un DVA.

Mais avouons qu’à voir le matériel promotionnel utilisé, notamment la vidéo pour le logiciel mobile iSis (ci-dessus), l’impression donnée sur l’efficacité du nouveau système pour téléphone intelligent fait croire autrement!

À vous de juger…

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Au bout du fil, la voix de Mathieu Brunet avait le ton d’un gars soulagé et satisfait. C’est que le directeur du parc national de la Jacques-Cartier attendait depuis un long moment de pouvoir enfin annoncer l’ouverture de son domaine skiable hors-piste. Ça commence demain matin, vendredi.

Les récentes chutes de neige ont finalement été suffisantes pour donner le couvert minimum. Sans s’avancer dans les chiffres, Brunet a assuré qu’il y avait au moins un mètre au sol partout — parfois plus! — lors des derniers relevés effectués par son équipe sur le terrain.

Le feu vert est donc donné pour les skieurs, les planchistes, les adeptes du télémark et les raquetteurs!

Et ce sera le temps d’en profiter, car avec les caprices qu’on connaît de Dame Nature, on ne sait jamais. «On a ce qu’il faut pour ouvrir… mais pour combien de temps?» a d’ailleurs souligné Brunet, qui garde à l’oeil sa mission première de préservation de la faune et de la flore.

Le territoire de 100 hectares, balisé mais non patrouillé, est donc accessible dès le lever du soleil, demain. La fermeture se fait à la tombée du jour.

Pour les chasseurs de poudreuse qui seront sur les pentes aussitôt que possible, Brunet rappelle qu’il est obligatoire de s’acquitter des droits d’accès. Comme le Centre de découverte et de services n’est ouvert qu’à partir de 9h (jusqu’à 16h), ceux qui se lèveront très tôt devront utiliser la borne d’autoperception (argent comptant seulement), à l’entrée du parc.

En particulier en ce début de l’utilisation du secteur hors-piste, Brunet rappelle que des contrôles plus fréquents seront effectués.

Pour ma part, après avoir tant attendu pour pouvoir aller y skier, je devrai malheureusement patienter encore, alors que je me dirige vers les Chic-Chocs pour quelques jours d’exploration.

Mais bon, il n’y a pas de quoi être trop triste quand même! Sans compter que ça vous laisse plus de neige… Alors profitez-en!

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Vendredi 22 février 2013 | Mise en ligne à 14h11 | Commenter Aucun commentaire

Chic-Chocs: sécurité et prévention en vedette

Les responsables du Centre d'avalanche de la Haute-Gaspésie feront différentes simulations et démonstrations pour le bénéfice des sportifs présents aux journées de sensibilisation. Photo Centre d'avalanche de la Haute-Gaspésie

Les responsables du Centre d'avalanche de la Haute-Gaspésie feront différentes simulations et démonstrations pour le bénéfice des sportifs présents aux journées de sensibilisation. Photo Centre d'avalanche de la Haute-Gaspésie

Tandis que la neige tardait à s’accumuler pour la peine depuis le début de la saison, elle ne manque désormais plus du côté des Chic-Chocs. Une intense tempête qui ne pouvait mieux tomber pour le Centre d’avalanche de la Haute-Gaspésie, qui tiendra ses journées de sensibilisation les 2 et 3 mars prochains.

Encore une fois cette année, le rendez-vous sera l’occasion de fraterniser entre amoureux de la montagne. Un moment privilégié aussi pour rencontrer les membres de l’équipe du Centre d’avalanche et les voir à l’oeuvre.

Au programme de cette neuvième présentation: notamment des simulations et des démonstrations, des essais d’équipements et des compétitions amicales.

Initiative du Centre canadien des avalanches, l’activité se veut une occasion de sensibiliser et d’informer les adeptes et le public des risques des sports d’hiver en montagne.

Au fil de la fin de semaine, l’événement se déroulera tour à tour au Centre de découverte et de services du parc national de la Gaspésie, au Gîte du Mont-Albert, de même qu’en montagne dans les secteurs des Champs-de-Mars et du mont Hog’s Back.

Pour connaître l’horaire détaillé du week-end et tous les détails de la programmation, visitez la page Facebook ou encore le site Web officiel du Centre d’avalanche de la Haute-Gaspésie.

Une pensée pour Bertrand Marcotte et ses proches

Évidemment, il est actuellement impossible de parler des montagnes de la Gaspésie et de ne pas avoir une pensée pour Bertrand Marcotte, 36 ans, le skieurs disparu il y a déjà cinq jours dans le secteur des Mines Madeleine.

Tandis que le mystère reste entier au moment d’écrire ces lignes, on ne peut que se croiser les doigts et espérer pour le mieux tandis que les heures passent.

Comme le rapportait ce matin ma collègue Johanne Fournier, la Sûreté du Québec a multiplié les efforts et les moyens techniques spécialisés pour tenter de localiser le résidant de Pont-Rouge.

Mais malheureusement, les conditions météorologiques des derniers jours ont compliqué les opérations et les autorités pensent à arrêter les recherches.

Bon courage à la famille et aux proches du skieur disparu, durant ces jours difficiles.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2012
    D L Ma Me J V S
    « mai   juil »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité