Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Rafting’

Mercredi 16 avril 2014 | Mise en ligne à 16h15 | Commenter Aucun commentaire

Record pour un saut de chute en canot ouvert (vidéo)

Pendant que la surveillance des rivières en crue est devenue un sport national à travers la province, je vous propose un petit intermède nautique, question de penser à autre chose un instant.

Mais dans l’histoire du canoteur Jim Coffey, le niveau de la rivière a là-aussi son importance.

Et pour cause, le résidant de Davidson, au Québec, a complété en novembre dernier le plus haut saut de chute en canot ouvert, sur la rivière Alseseca, au Mexique.

Le saut de 18 mètres a évidemment été filmé et la vidéo (ci-dessus) vient d’être mise en ligne.

Preuve du sérieux de l’affaire, l’ancien record (17 m) détenu par l’Américain Steve Frazier tenait depuis… 20 ans (1994)!

Coffey, qui est le fondateur et le directeur de l’entreprise de rafting Esprit, sur la rivière des Outaouais, pensait à ce record depuis quatre ans, a-t-il indiqué à Canoe & Kayak.

Au-delà du courage — ou de la folie! — qu’il faut pour tenter pareil exploit, il faut être réellement déterminé pour s’attaquer à la casade Truchas.

C’est que pour y accéder, après une marche d’approche d’environ un kilomètre, les pagayeurs doivent faire un rappel dans un canyon pour rejoindre la rivière.

Au moment de se jeter dans la partie verticale de la chute, Coffey devait aussi avoir l’angle parfait pour minimiser les risques. Sur ses genoux dans son bateau, le canoteur de l’extrême risquait de sérieuses blessures à la colonne vertébrale à la moindre erreur. Il devait absolument éviter d’atterrir à plat.

Les angles de vue à bord du canot donnent un aperçu vertigineux de ce qui a finalement été parfaitement exécuté.

Dans le bassin au pied de la chute, à sa deuxième tentative d’esquimautage, Jim Coffey a redressé son embarcation pour réaliser son rêve et établir la nouvelle marque.

À noter, un autre élément québécois à ce record, le canot utilisé par Coffey est un Esquif L’Edge Lite, un bateau conçu à Frampton, dans la région de Chaudière-Appalaches.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 19 septembre 2012 | Mise en ligne à 11h58 | Commenter Aucun commentaire

L’action de la Coupe du monde de rafting en sol québécois

Les amateurs d’eau vive auront droit à un spectacle de haut niveau à compter d’aujourd’hui (le mercredi 19 septembre) sur des rivières de la région de Québec et de Saguenay, alors que se met en branle la Coupe du monde de rafting.

L’événement se tient pour la toute première fois en sol québécois. La compétition regroupera certains des meilleurs équipages au monde. Environ 300 athlètes sont attendus pour l’occasion.

Outre le Canada et les États-Unis, le Costa Rica, la Slovaquie et le Brésil auront notamment des pagayeurs à l’oeuvre jusqu’à lundi, le 24 septembre.

Du lot, le Québec sera bien représenté avec des athlètes expérimentés autant chez les hommes que chez les femmes. Des amoureux de l’eau vive qui connaissent très bien les plans d’eau où l’action se tiendra.

Les épreuves de descente auront lieu sur la Jacques-Cartier, dans la municipalité de Stoneham-Tewkesbury, tandis que les compétitions de slalom, de contre-la-montre et de sprint en confrontation seront présentées au centre nature Cepal, à Jonquière (Ville de Saguenay), sur la Rivière aux Sables.

La vidéo ci-dessus présente un bon aperçu à quoi ressemblent les compétitions de slalom. Les images ont été tournées à la fin de l’été en République tchèque sur un parcours artificiel. Imaginez maintenant l’action sur nos rivières!

Pour connaître tous les détails de cette Coupe du monde, visitez le site Web de l’événement: coupedumonderaftingquebec.com

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2012
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    26272829  
  • Archives

  • publicité