Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Printemps’

Vendredi 25 avril 2014 | Mise en ligne à 13h39 | Commenter Commentaires (4)

Des bandits au Marathon de Boston

La sécurité au Marathon de Boston lundi dernier avait peut-être été renforcée après l’attentat de l’an passé. Mais comme dans la plupart des marathons à travers le monde, des bandits se sont inflitrés dans la course.

C’est un phénomène connu. Des coureurs qui ne se sont pas inscrits — pour économiser, parce qu’il n’y avait plus de place, ou encore parce qu’il n’arrivent pas à faire le temps de qualification — «volent» le parcours en se mêlant au peloton de dizaine de milliers de participants.

Ça peut sembler anodin, mais quand il y a 36000 personnes sur un parcours qui ont payé pour les services en course, même un faible pourcentage de «bandits» peut faire des dégâts et causer des insatisfactions.

La situation des voleurs de parcours a fait la manchette cette semaine après qu’une participante qui avait obtenu en bonne et due forme son précieux dossard pour Boston se soit aperçue que quatre autres coureurs avaient le numéro 14285.

En effet, Kara Bonneau, 34 ans, de Durham en Caroline du Nord, a eu la surprise de découvrir des visages différents du sien quand elle a regardé les photos associées à son dossard, prises durant la course par MarathonFoto.

Parmi les images, deux hommes et deux femmes éprouvés par l’effort portaient le 14285 sur le parcours, à la ligne d’arrivée… et même avec leur médaille de finissant!

Bonneau ignore comment des copies de son dossard se sont retrouvées entre les mains des quatre marathoniens sans scrupule. Elle croit cependant que le fait d’avoir publié une photo de son numéro 14285 sur Instagram y est pour quelque chose. Elle tente maintenant d’identifier les faussaires grâce à Facebook.

En entrevue avec Runner’s World, la coureuse s’est montrée inquiète que n’importe qui puisse être dans la course, sans autre forme d’identification. Elle croit qu’il aurait été facile pour les organisateurs de vérifier par lecteur numérique le dossard des participants au moment où ils allaient se placer dans leur zone de vitesse respective — les corrals —, au départ.

Pour les organisateurs, il ne s’agit pas là d’un problème de sécurité. Le geste est connu et est fortement déconseillé par le Boston Athletic Association. On promet cependant de s’y attarder davantage dans le futur.

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






Lundi 11 novembre 2013 | Mise en ligne à 17h36 | Commenter Commentaires (3)

Wings for Life World Run: l’étrange course sans arrivée

De plus en plus populaires et diversifiées, les épreuves de course à pied grand public se multiplient à vitesse grand V. Après les courses colorées et les tests d’endurance de type Spartan Race, voici l’apparition d’une nouvelle idée qui risque de faire du chemin. Au propre comme au figuré…

Le concept du Wings for Life World Run est relativement simple: les coureurs se mettent en chemin à une heure précise, puis 30 minutes après, une voiture part en chasse à 15 km/h. Le dernier qui est rattrapé est déclaré gagnant.

Ni plus ni moins qu’une version remaniée — et absolument moins cruelle — du Marche ou crève écrit par Stephen King!

Ce qu’il faut comprendre, c’est que comme la course n’a pas de fil d’arrivée, elle peut s’étirer passablement. Le retard de la voiture sur les participants et sa vitesse relativement lente (les meilleurs marathoniens courent à plus de 20 km/h) laisse croire que la distance qui sera parcourue par le gagnant (ou la gagnante) sera impressionnante.

Trente-cinq courses du genre à travers le monde, sur six continents, seront tenues au même moment pour la première présentation du World Run. Le départ sera donné à précisément 10h UTM (5h au Québec) le 4 mai prochain. Certains auront à courir de jour, d’autres de nuit, mais qu’importe, il n’y aura qu’un seul grand vainqueur sur la planète.

Liée discrètement à cette épreuve originale se trouve, faut-il s’en surprendre, la compagnie Red Bull. En effet, l’événement mondial qui s’adresse autant aux athlètes professionnels qu’aux sportifs amateurs est organisé pour le bénéfice de la fondation Wings for Life, cofondée par Dietrich Mateschitz — l’inventeur de la boisson énergisante à la canette au taureau rouge — et Heinz Kinigadner.

La fondation a pour mission d’amasser des fonds pour la recherche afin de trouver une solution aux blessures de la moëlle épinière, dont souffre le fils de Kinigadner.

Plus de 150 000 coureurs sont espérés aux différentes courses du 4 mai. Notamment, plusieurs athlètes commandités par Red Bull tenteront de tenir les voitures de chasse à distance le plus longtemps possible. La totalité des frais d’inscription seront remis à la fondation.

Au Canada, une course est prévue à Saskatoon, en Saskatchewan. Sinon, le World Run le plus près pour les Québécois sera à Atlantic City, au New Jersey.

Là ou ailleurs, au-delà de la bonne cause, le déplacement peut en valoir la peine. Car si vous avez de bonnes jambes, la course pourrait être longue. Très longue!

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






Lundi 12 août 2013 | Mise en ligne à 15h17 | Commenter Aucun commentaire

Surveillance accrue à l’Everest

Vous vous souvenez de la bagarre qui a éclaté ce printemps à plus de 7000 mètres entre des grimpeurs occidentaux et des Sherpas, sur l’Everest? Et bien, le gouvernement népalais s’en souvient un peu trop bien et il a décidé d’agir pour éviter que cela se reproduise.

En effet, d’après ce que rapportait la BBC récemment, une équipe de représentants du gouvernement sera sur place dès l’an prochain, au camp de base.

Il s’agit là d’une première. Le gouvernement népalais souhaite ainsi surveiller de plus près les activités de son côté de la montagne. L’équipe en place viendra aussi en aide aux membres des expéditions, pourra coordonner les sauvetages et cherchera à protéger l’environnement.

Le nouveau Centre intégré de services sera en fonction dès la prochaine saison de grimpe, au printemps 2014. Par cette présence terrain, le Népal espère assurer plus de sécurité et d’harmonie sur la montagne. «Quand il y a la présence du gouvernement sur le terrain, le message comme quoi “violer la loi est punissable” devient plus clair», a expliqué à la BBC Purna Chandra Bhattarai, du ministère du Tourisme, qui est responsable de l’alpinisme.

Pour plusieurs observateurs, habitués aux expéditions sur le toit du monde, cette annonce est cependant à prendre avec un grain de sel. Car il est certain que le travail de la nouvelle équipe sera limité sur les périlleux flancs de la célèbre montagne.

«Si les grimpeurs violent des règles, l’administration ne sera pas capable de les arrêter parce que les responsables au camp de base ne seront sur la montagne que de temps à autre», a fait remarquer à la BBC Zimba Jangbu, président de la Nepal Mountaineering Association.

Malgré la nouvelle façon de faire, il ne devrait pas y avoir d’impact sur le coût des permis, selon Zimba Jangbu. Du moins pour l’instant…

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité