Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Kayak de rivière’

Vendredi 27 mars 2015 | Mise en ligne à 13h15 | Commenter Aucun commentaire

Une remorque à traîner… derrière un kayak!

C’est à vous de juger.

Conception originale et farfelue… ou coup de génie qui changera la vie des pagayeurs?

Le Kayak Kaddy. Photo Kayakkaddy.com

Le Kayak Kaddy. Photo Kayakkaddy.com

Toujours est-il que le Kayak Kaddy est une petite «remorque» flottante que les kayakistes et les amateurs de surf à pagaie peuvent tirer derrière eux sur l’eau.

Ni plus ni moins qu’un caisson supplémentaire qui permet de transporter jusqu’à 35 litres — l’équivalent d’un bon sac à dos de jour — pour un total de 50 lb de matériel.

On peut voir le côté pratique pour les pagayeurs sur lacs qui ont un kayak récréatif de petit volume.

Pour les expéditions en mer, on repassera. En tout cas dans mon cas.

Des preneurs?


Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Samedi 6 septembre 2014 | Mise en ligne à 12h00 | Commenter Aucun commentaire

Descendre la rivière Colorado… sans la voir

Imaginez votre pire cauchemar.

Se retrouver plongé dans le noir, à la merci des pièges d’un torrent démentiel qui ne veut faire qu’une bouchée de vous.

Un combat de tous les instants tandis que vous ne pouvez que réagir d’instinct à la puissante force du courant qui cherche à vous renverser.

Par défi, c’est ce que souhaitent les kayakistes Erik Weihenmayer et Lonnie Bedwell, qui s’apprêtent à descendre la rivière Colorado à travers le Grand Canyon sur plus de 445 km.

Car aussi difficile que cela puisse paraître, l’aventure sera réalisée par… deux aveugles!

Une périple peu ordinaire qui se préparait depuis un moment déjà et dont je vous avais parlé il y a presque deux ans.

Weihenmayer est devenu complètement aveugle à l’âge de 13 ans, à la suite d’une maladie congénitale dégénérative qui a attaqué sa rétine.

Bien qu’il admette que le kayak soit la chose la plus effrayante qu’il ait faite, Weihenmayer n’en est pas à son premier exploit.

Il n’y a pas grand-chose qui peut l’arrêter.

Il est notamment le seul non-voyant à ce jour à avoir atteint la cime de l’Everest (en 2001), en plus d’avoir complété la quête des Sept sommets.

Quant à Bedwell, il est un vétéran de la Navy, blessé dans un accident de chasse qui l’a rendu aveugle.

Dès lundi, les deux kayakistes seront à l’eau pour amorcer avec leur équipe la descente entre Lee’s Ferry et Pierce Ferry, en Arizona. Une expédition prévue pour 21 jours.

Évidemment, pour s’attaquer à pareil défi sans y voir, Weihenmayer et Bedwell pourront compter sur l’aide d’une équipe de talent, notamment 10 kayakistes, 5 guides de raft et 3 cinéastes/photographes.

Sur l’eau, les deux pagayeurs seront guidés auditivement par des accompagnateurs qui dicteront les lignes à suivre et aviseront des dangers à venir.

Un système de communication sophistiqué à l’épreuve de l’eau permettra aux équipiers de s’entendre à travers le bruit fracassant de la Colorado.

En organisant le No Barriers Grand Canyon Kayaking Expedition, Weihenmayer et Cie souhaitent encourager plus d’un million de personnes à prendre l’engagement de dépasser leurs propres limites, quelles qu’elles soient.

Pour réaliser pleinement la difficulté du kayak pour un non-voyant, le court film Sensory Overload, réalisé par Rob Raker sur Weihenmayer, est à voir.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 9 juillet 2014 | Mise en ligne à 14h52 | Commenter Aucun commentaire

Une folle nuit nautique et électro

Certains cinéastes sont plus entêtés que d’autres.

Pour son film FUSE (ci-dessus), Dave Wortley a décidé de mélanger des éléments qui normalement ne font pas bon ménage: de l’eau vive en rivière, l’obscurité de la nuit, des acrobaties en kayak… et des lumières électriques!

À voir le résultat qui aurait pris des années en mettre en action, on constate que le mariage est particulièrement heureux!

Dans FUSE, Wortley offre un spectacle électro unique tandis que le kayakiste Dave Ward s’exécute de nuit, en rivière, simplement éclairé par différentes lumières qui tracent le contour du sportif et de ses équipements.

Les mouvements acrobatiques de Ward semblent alors amplifiés dans un ballet qui paraît provenir du futur.

C’est certain, durant les années que Wortley a imaginé ce mariage improbable, des scènes du film Tron ont dû lui passer dans la tête.

Outre le fait de pagayer dans l’obscurité, la difficulté de FUSE résidait notamment dans la possibilité d’utiliser dans l’eau l’éclairage sur le kayakiste, sa pagaie et son embarcation.

Pour arriver à ses fins, Wortley a utilisé du câblage électroluminescent de couleurs variées, en collaboration avec le fabricant anglais EL Wirecraft.

Un succès lumineux qui va au-delà des spectaculaires images obtenues… alors que personne n’a été électrocuté!

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2013
    D L Ma Me J V S
    « sept   nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité