Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Kayak de mer’

Guillaume Normandin et Déreck Pigeon terminent aujourd'hui à Québec leur traversée du Canada à la rame et à la pagaie. Photo Facebook.com/canot2013

Guillaume Normandin et Déreck Pigeon terminent aujourd'hui à Québec leur traversée du Canada à la rame et à la pagaie. Photo Facebook.com/canot2013

Déreck Pigeon et Guillaume Normandin arrivent de loin. Très loin.

Ils complèteront en tout début d’après-midi leur parcours de près de 1900 km en kayak de mer — en 51 jours — entre Thunder Bay et Québec.

Mais ceci n’est pourtant qu’une portion de leur aventure!

Les deux coureurs des bois des temps modernes avaient en effet amorcé leur traversée du Canada — en canot au départ — l’an passé. Près de 5500 km en 179 jours en partance de Prince-Rupert.

Stoppés à Thunder Bay par le froid automnal, Déreck et Guillaume avaient dû suspendre leur expédition avec l’espoir de repartir cet été.

De retour à l’action le 1er juillet, le duo a maintenu une excellente cadence pour rentrer à la maison. «Ç’a super bien été. On était super bien rodés», a raconté Déreck, le temps d’une conversation téléphonique hier soir.

«L’objectif était Montréal, le reste c’était du boni», a-t-il poursuivi, alors que les deux kayakistes en étaient à leur dernière soirée d’expédition.

Comme Déreck vient de la région de Trois-Rivières et Guillaume de Lévis, dépasser Montréal allait de soi.

Hier, ils étaient accueillis par un ami à Donnacona. «Comme on se fait inviter, on pousse alors un peu plus…»

Et comment. Après une journée de 95 km plus tôt cette semaine, les gars étaient pas mal brûlés avec un 75 km hier. «On fait deux à trois fois nos journées habituelles.»

Heureusement, le vent leur a été particulièrement favorable jusqu’ici. Mais quand même, ça fait de très longues journées à pagayer.

Une envie de rentrer enfin à bon port qui se comprend donc bien après tous ces kilomètres. Sans compter un épisode d’herbe à puce plutôt inconfortable…

«Je pensais continuer encore une autre semaine, mais là, c’est assez», a dit Déreck. «Je pense qu’il va falloir des antibiotiques…»

Car malgré leurs précautions, les gars ont été en contact avec la terrible plante dans le coin de Montebello. Et après une semaine, ça ne semble pas s’estomper.

«Je pense que l’eau salé, ce n’est pas trop bon», arrivait pourtant encore à rigoler Déreck.

Ce qui fait qu’après plus de 7300 km en 230 jours au total, les gars débarquent aujourd’hui à Québec aux alentours de 13h. Ils toucheront terre pour de bon à proximité des ponts, au Quai des Cageux.

À vous de venir les rencontrer!

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Sarah Outen durant l'une des délicates traversées à travers les îles Aléoutiennes, en route vers Homer, en Alaska. Photo Twitter.com/sarahouten

Sarah Outen durant l'une des délicates traversées à travers les îles Aléoutiennes, en route vers Homer, en Alaska. Photo Twitter.com/sarahouten

Après 101 jours à dompter en kayak le vent et les marées du Pacifique nord dans l’un des secteurs les plus reculés et difficiles à naviquer au monde, l’aventurière Sarah Outen vient de compléter une autre importante étape de son tour du monde non-motorisé.

L’Anglaise de 29 ans — qui prévoit rentrer à la maison en septembre 2015 dans le cadre de son expédition London2London: via the world — a en effet touché terre pour de bon vendredi à Homer, en Alaska.

Elle et sa partenaire d’aventure venait de compléter une délicate traversée d’environ 50 km pour rejoindre la civilisation.

Sarah Outen et sa partenaire d'expédition Justin Curgenven en Alaska. Photo Twitter.com/cackleTV

Sarah Outen et sa partenaire d'expédition Justin Curgenven en Alaska. Photo Twitter.com/cackleTV

Partie d’Adak le 5 mai, Outen pagayait en effet en compagnie de son amie et mentor en kayak, sa compatriote Justine Curgenven.

Au total, c’est un voyage de plus de 2180 km que le duo aura effectué dans une région très isolée, peu peuplé, aux conditions climatiques extrêmes et où la navigation est très peu documentée.

L’enchaînement d’un bout à l’autre des îles Aléoutiennes réalisé par les deux kayakistes serait d’ailleurs le premier connu.

Désormais, Outen poursuivra seule son aventure à vélo. Après l’Alaska, une traversée du Canada jusque dans l’Est est au programme.

Puis, de New York, Outen retrouvera la rame océanique pour rentrer en Angleterre.

Pour suivre l’aventure: www.sarahouten.com

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Vendredi 4 avril 2014 | Mise en ligne à 14h01 | Commenter Un commentaire

L’incroyable tour du monde de Sarah Outen

L’Anglaise Sarah Outen ne manque pas de cran. Ni d’énergie.

L’aventurière de 28 ans reprend ce mois-ci son tour du monde non-motorisé (rame océanique, kayak de mer et vélo), entrepris au printemps 2011.

Baptisée London2London Via the World, l’expédition de la jeune femme se poursuit à partir de l’Alaska.

Après avoir déjà traversé l’Europe et l’Asie en kayak et en vélo, elle a atteint le continent américain cet automne après une longue traversée — partielle — de l’océan Pacifique.

Amie de la rameuse Mylène Paquette, Sarah Outen bataillait contre les flots en même temps que la Québécoise cet été. Chacune sur leur océan, elles gardaient contact grâce à la magie de la technologie.

Après un bateau perdu en mer à sa première tentative de traverser le Pacifique en 2012, Outen ne s’est pas laissé abattre pour remettre ça en 2013.

Remise de ses émotions et reposée après une pause bien méritée, elle est repartie du Japon au printemps dernier. Elle a mis 150 jours (plus de 6000 km en mer) pour atteindre l’île Adak, en Alaska, le 23 septembre 2013 (vidéo ci-dessus).

Elle devenait du coup la première femme à compléter la traversée entre le Japon et l’Alaska. Le Canada était sa première destination, mais les conditions difficiles en mer ont forcé l’aventurière à revoir ses plans.

En compagnie de la réputée kayakiste Justine Curgenven, Outen complètera maintenant sa traversée du Pacifique en longeant les îles Aléoutiennes jusqu’à la côte. Un périple en kayak de mer qui devrait prendre environ quatre mois aux deux aventurières.

De là, Sarah Outen enfourchera de nouveau son vélo pour traverser le Canada. Gageons qu’elle prévoit déjà faire un arrêt au Québec, question de renouer avec Mylène Paquette.

Décidée à poursuivre son voyage sans pause désormais, Outen espère atteindre Londres avant septembre 2015.

www.sarahouten.com

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2012
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité