Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Films d'aventure’

Mardi 30 septembre 2014 | Mise en ligne à 18h44 | Commenter Commentaires (2)

Le skieur JP Auclair décédé dans une avalanche en Patagonie

JP Auclair mène ses amis suédois Bjarne Salén et Daniel Rönnbäck durant une sortie d'entraînement en vue de leur aventure en Patagonie baptisée #apogeeskiing. Photo tirée du fil Instagram d'Andreas Fransson

JP Auclair mène ses amis suédois Bjarne Salén et Daniel Rönnbäck durant une sortie d'entraînement sur un sommet en Norvège, en vue de leur aventure en Patagonie baptisée #apogeeskiing. Photo tirée du fil Instagram d'Andreas Fransson

Bien triste nouvelle qui arrive de l’autre bout du monde ce mardi, alors que des informations en provenance du Chili indiquent que les skieurs d’aventure JP Auclair et Andreas Fransson sont décédés dans une avalanche dans une région éloignée de la Patagonie.

Le Québécois et le Suédois comptaient parmi les skieurs les plus talentueux et créatifs de leur génération.

Selon des journaux locaux cités par le site spécialisé Skipass, Auclair et Fransson étaient portés disparus depuis lundi après-midi. Ils auraient été emportés durant l’ascension du mont San Lorenzo, un sommet de 3706 mètres à la frontière du Chili et de l’Argentine.

La tragédie seraient survenue dans une région reculée, apparemment à plus de 18h de la ville la plus proche. C’est cela qui expliquerait que les nouvelles de la tragédie soient arrivées au compte-goutte et sur le tard, après une alerte par téléphone satellite.

L’avalanche aurait entraîné les skieurs sur 700 mètres.

JP Auclair (au centre) était à l'entraînement récemment du côté de la Norvège en compagnie de Bjarne Salén et de Daniel Rönnbäck. Photo tirée du fil Instagram d'Andreas Fransson

JP Auclair (au centre) était à l'entraînement récemment du côté de la Norvège en compagnie de Bjarne Salén et de Daniel Rönnbäck. Photo tirée du fil Instagram d'Andreas Fransson

Les deux amis était là-bas pour un projet de film en compagnie des skieurs suédois Bjarne Salén et Daniel Rönnbäck.

Salén et Rönnbäck, respectivement un cinéaste et un photographe, ont été épargnés dans l’accident.

Sous le mot-clic #apogeeskiing, le quatuor partageait sur les médias sociaux l’aventure de deux semaines dans les Andes, de même que les préparatifs.

Les dernières publications datent d’il y a quatre jours, au moment où les aventuriers s’apprêtaient à partir en montagne dans l’arrière-pays.

Auclair, 37 ans, un natif de Cap-Rouge, était considéré par plusieurs comme l’un des pères du freeski, ou si vous préférez, le ski libre. Il était notamment le cofondateur de la populaire marque de skis Armada.

L’automne dernier, Auclair avait reçu l’immense honneur de faire partie de la prestigieuse liste du National Geographic comme Aventurier de l’année.

Le skieur et guide en montagne suédois Andreas Fransson. Photo tirée du fil Instagram d'Andreas Fransson

Le skieur et guide en montagne suédois Andreas Fransson. Photo tirée du fil Instagram d'Andreas Fransson

Quant à Fransson, il s’était fait une renommée internationale en défiant les pentes les plus insensées de la planète.

À quel point? Disons qu’il avait dépassé la frontière entre ce qui se descend en ski et ce qui se grimpe…

Il faut visionner le court film Reaching my Limit – Episode 2, tourné en Patagonie par Salén, pour constater le courage et le talent de Fransson dans la zone verticale extrême.

Tandis que Fransson, 31 ans, était reconnu comme skieur-alpiniste d’expérience, Auclair s’était tourné plus récemment vers cette spécialité de son sport. Depuis quelques saisons, il faisait son apprentissage, notamment avec Fransson.

Dans une vidéo sur la chaîne YouTube du fabricant Haglöfs, Auclair et Fransson parlaient justement de leur passion pour le ski en montagne et de leur collaboration, tandis que le Québécois faisait ses classes avec le Suédois.

Tous les deux précisaient l’importance d’être prudents en montagne.

Ils n’ont malheureusement pas eu de chance.

Nos plus sincères condoléances aux proches et aux nombreux amis des deux disparus.

Souvenir de JP dans le populaire segment du film All.I.Can, présentant le Québécois dans toute sa splendeur…

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Mercredi 9 juillet 2014 | Mise en ligne à 14h52 | Commenter Aucun commentaire

Une folle nuit nautique et électro

Certains cinéastes sont plus entêtés que d’autres.

Pour son film FUSE (ci-dessus), Dave Wortley a décidé de mélanger des éléments qui normalement ne font pas bon ménage: de l’eau vive en rivière, l’obscurité de la nuit, des acrobaties en kayak… et des lumières électriques!

À voir le résultat qui aurait pris des années en mettre en action, on constate que le mariage est particulièrement heureux!

Dans FUSE, Wortley offre un spectacle électro unique tandis que le kayakiste Dave Ward s’exécute de nuit, en rivière, simplement éclairé par différentes lumières qui tracent le contour du sportif et de ses équipements.

Les mouvements acrobatiques de Ward semblent alors amplifiés dans un ballet qui paraît provenir du futur.

C’est certain, durant les années que Wortley a imaginé ce mariage improbable, des scènes du film Tron ont dû lui passer dans la tête.

Outre le fait de pagayer dans l’obscurité, la difficulté de FUSE résidait notamment dans la possibilité d’utiliser dans l’eau l’éclairage sur le kayakiste, sa pagaie et son embarcation.

Pour arriver à ses fins, Wortley a utilisé du câblage électroluminescent de couleurs variées, en collaboration avec le fabricant anglais EL Wirecraft.

Un succès lumineux qui va au-delà des spectaculaires images obtenues… alors que personne n’a été électrocuté!

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 5 mai 2014 | Mise en ligne à 13h21 | Commenter Commentaires (3)

L’ultime selfie de l’extrême

Ça semble presque trop gros — ou beau, ça dépend — pour être vrai. Mais comme les technologies qui permettent pareille prouesse existent déjà, l’idée de Next Level Aerial Filming (NLAF) de proposer le premier drone autonome capable de vous suivre à la trace pour vous filmer reste crédible.

Bref, l’ultime selfie de l’extrême serait à nos portes.

Pour l’instant, on en sait peu sur le concept et surtout sur quoi il repose au niveau matériel. Mais ce qu’annonce NLAF, une entreprise basée dans les Alpes, est ni plus ni moins qu’un «cerveau» qui servira de pilote automatique aux hélicoptères miniatures avec caméra embarquée, de plus en plus populaires dans les films d’aventure.

Le tout est supposé être compatible avec différents drones et plusieurs types de caméras, de GoPro à Red Epic, pour ne nommer que celles-là.

En ski, en vélo de montagne ou encore en escalade, il sera ainsi possible de se faire filmer du haut des airs sans le travail d’un pilote pour le drone.

L’application mobile de NLAF doit permettre à un téléphone intelligent de régler entièrement le tournage.

Une fois en vol, le drone ira se positionner exactement où le sportif l’a indiqué dans l’application. Dès qu’il se mettra à bouger, l’appareil le suivra comme son ombre en corrigeant constamment sa position.

Le résultat se veut professionnel et stable, tandis qu’on assure des vols sans danger d’écrasement.

Pour l’instant, il n’y a pas de prix de vente annoncé ni de date de lancement. Il est cependant possible de s’inscrire sur le site Web du développeur pour être parmi les premiers à voler avec NLAF.

Trop beau pour être vrai? Reste qu’un gros nom du snowboard est associé à l’entreprise, le Français Xavier De Le Rue.

À suivre!

Info: nextlevelaerialfilming.com

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité