Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Expéditions’

Vendredi 18 avril 2014 | Mise en ligne à 12h54 | Commenter Un commentaire

(Autre) tragédie à l’Everest

De nos jours, achalandage et voyages commerciaux obligent, on en finit presque par oublier les dangers que représente l’ascension de l’Everest (8848 m).

Ce matin, la nature a fait un rappel brutal des risques de s’attaquer au toit du monde. Une avalanche qui a balayé le glacier Khumbu à environ 5800 mètres a fait au moins 13 morts, tous des travailleurs sherpas.

De l’histoire de l’Everest, c’est le plus grand nombre de décès en un seul événement.

Des grimpeurs ont également été blessés et d’autres sont portés disparus. Le nombre précis reste encore à déterminer. Des alpinistes, une centaine, auraient par ailleurs été coincés au-dessus de la zone d’avalanche.

À travers le monde, les médias généralistes comme spécialisés rapportent les détails de la tragédie, qui souligne à grands traits les dangers énormes du travail des Sherpas sur la montagne.

Évidemment, alpinistes et spécialistes de la montagne ont partagé leurs impressions et informations sur le Web.

Petit tour d’horizon…

Sur Facebook, Conrad Anker a réagi à la mort de son collègue et ami Ang Kaji Sherpa. L’Américain, qui a foulé le sommet de l’Everest à plus d’une occasion (1999, 2007 et 2012), a rappelé les dangers qui guettent les travailleurs népalais, eux qui préparent la route pour les clients commerciaux.

L’escalade dans l’Himalaya est un sport dangereux et aucun groupe ne porte un plus grand fardeau que les Sherpas népalais. Pour approvisionner les camps en altitude avec de la nourriture, du carburant et de l’oxygène, les Sherpas vont faire de multiples transports à travers le glacier Khumbu. [...] Les Sherpas y feront quatre fois plus de voyages que leurs clients, s’exposant bien plus aux dangers de celui-ci.

Anker a également partagé une vidéo (ci-dessous) en hommage à son ami disparu.

Summiter en 2011 et observateur averti de l’action qui se déroule sur l’Everest, l’Américain Alan Arnette présente un suivi quasiment en direct de ce qui s’y passe depuis plusieurs années.

Arnette explique que la zone crevassée à proximité des camps 1 et 2 rend les sauvetages encore plus difficiles. L’accident serait survenu sous le camp 1.

Il souligne également que les groupes sur la montagne portent rarement des détecteurs de victimes d’avalanches. S’il est trop tard pour les disparus, la tragédie pourrait peut-être changer les façons de faire dans l’avenir, précise-t-il.

Arnette émet également l’hypothèse que ce serait un préoccupant sérac sur l’épaule ouest de l’Everest qui serait le responsable de la tragédie. La masse de neige et de glace en suspens qui se formait à cet endroit inquiétait déjà depuis quelques saisons les alpinistes.

Enfin, autre lecture à faire, le résumé de Steve Casimiro, du blogue Adventure Journal.

Casimiro rapporte notamment le récit d’un grimpeur australien, Gavin Turner. Ce dernier escaladait l’Everest pour la première fois.

Je grimpais à travers la cascade de glace ce matin vers 6h quand une très grosse avalanche a frappé quelques centaines de mètres au-dessus de nous. J’étais avec mon incroyable Sherpa, Phu Tsering. Nous avons observé l’énorme nuage de neige de l’avalanche s’approcher de nous et nous étions tous les deux couverts par la poudrerie. Après un moment d’inquiétude, nous savions que nous étions en sécurité et essentiellement hors de la zone de danger. Phu Tsering s’est mis à réciter des prières bouddhistes et a fait une offrande à la montagne…

Un commentaire  |  Commenter cet article






Vendredi 4 avril 2014 | Mise en ligne à 14h01 | Commenter Un commentaire

L’incroyable tour du monde de Sarah Outen

L’Anglaise Sarah Outen ne manque pas de cran. Ni d’énergie.

L’aventurière de 28 ans reprend ce mois-ci son tour du monde non-motorisé (rame océanique, kayak de mer et vélo), entrepris au printemps 2011.

Baptisée London2London Via the World, l’expédition de la jeune femme se poursuit à partir de l’Alaska.

Après avoir déjà traversé l’Europe et l’Asie en kayak et en vélo, elle a atteint le continent américain cet automne après une longue traversée — partielle — de l’océan Pacifique.

Amie de la rameuse Mylène Paquette, Sarah Outen bataillait contre les flots en même temps que la Québécoise cet été. Chacune sur leur océan, elles gardaient contact grâce à la magie de la technologie.

Après un bateau perdu en mer à sa première tentative de traverser le Pacifique en 2012, Outen ne s’est pas laissé abattre pour remettre ça en 2013.

Remise de ses émotions et reposée après une pause bien méritée, elle est repartie du Japon au printemps dernier. Elle a mis 150 jours (plus de 6000 km en mer) pour atteindre l’île Adak, en Alaska, le 23 septembre 2013 (vidéo ci-dessus).

Elle devenait du coup la première femme à compléter la traversée entre le Japon et l’Alaska. Le Canada était sa première destination, mais les conditions difficiles en mer ont forcé l’aventurière à revoir ses plans.

En compagnie de la réputée kayakiste Justine Curgenven, Outen complètera maintenant sa traversée du Pacifique en longeant les îles Aléoutiennes jusqu’à la côte. Un périple en kayak de mer qui devrait prendre environ quatre mois aux deux aventurières.

De là, Sarah Outen enfourchera de nouveau son vélo pour traverser le Canada. Gageons qu’elle prévoit déjà faire un arrêt au Québec, question de renouer avec Mylène Paquette.

Décidée à poursuivre son voyage sans pause désormais, Outen espère atteindre Londres avant septembre 2015.

www.sarahouten.com

Un commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 17 mars 2014 | Mise en ligne à 16h48 | Commenter Un commentaire

Projet Karibu: de la neige, du froid… du retard

L'énergie débordante du quatuor formé par Bruno-Pierre Couture, Jacob Racine, Marie-Andrée Fortin et Sébastien Dugas (photographiés à Québec fin octobre) est fortement sollicitée par les temps qui courent. — Photo Jean-Sébastien Massicotte

L'énergie débordante du quatuor formé par Bruno-Pierre Couture, Jacob Racine, Marie-Andrée Fortin et Sébastien Dugas (photographiés à Québec fin octobre) est fortement sollicitée par les temps qui courent. — Photo Jean-Sébastien Massicotte

Les quatres aventuriers du Projet Karibu poursuivent toujours leur route entre Montréal et Kuujjuaq à ski, mais la rigueur de la météo et l’effort constant à déployer commencent à se faire sentir.

Rien de trop inquiétant cependant s’il faut en croire Andrée-Ann Collin, la responsable des communications pour l’expédition québécoise. «Le moral est bon!»

Mais le défi servi à Jacob Racine, Bruno-Pierre Couture, Sébastien Dugas et Marie-Andrée Fortin est certainement à la hauteur de ce à quoi on peut s’imaginer quand on traverse le Québec du sud au nord, en ski l’hiver.

Depuis quelques jours, alors qu’ils se trouvent dans la région des monts Otish, le quatuor est ralenti par la neige profonde. «Ils doivent ouvrir dans 40 cm», décrit Andrée-Ann Collin. Ce qui fait que le groupe a dû réduire sa moyenne quotidienne et couvre plutôt 12 à 15 km par jour au lieu des 20 prévus.

À cela s’ajoute le froid intense des derniers temps. Loin de la chaleur — et d’une journée de repos — depuis le départ de Chibougamau le 13 février, l’équipe a connu des nuits entre -40 ºC et -50 ºC. Les engelures sont au rendez-vous, mais tout serait encore sous contrôle. Alimentation, petits bobos, bris et réparations… tout est donc beaucoup plus difficile dans le quotidien extrême des aventuriers.

Tout cela entraîne un retard, mais qui n’est toujours pas majeur pour l’instant, assure la membre de l’équipe de soutien. «Ils sont dans la partie la plus dure de l’expédition. Après, il devrait faire plus chaud et il y aura moins de dénivelé», décrit au téléphone Andrée-Ann Collin.

Reste tout de même que les aventuriers rationnent leur nourriture, en route vers le prochain et dernier ravitaillement, qui devrait avoir lieu à la fin mars ou au début avril.

Et autre rationnement en vigueur; celui des communications, alors que les chargeurs solaires peinent à fournir pour compenser l’effet du froid sur les piles des caméras et du téléphone satellite.

Pour l’équipe du Projet Karibu, la préoccupation liée au temps est que le quatuor doit atteindre l’arrivée avant la débâcle des grandes rivières du Nord, ce qui leur bloquerait assurément le passage.

Rappelons que les quatre «Karibu» ont amorcé leur traversée du Québec à ski le 27 décembre dernier. Un périple de plus de 2000 km qu’ils espéraient compléter en une centaine de jours. Aujourd’hui marque le 81e jour de l’expédition.

Pour ne rien manquer de l’aventure, ça se passe sur Facebook et le site Web de l’expédition.

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2012
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité