Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Archive de la catégorie ‘Expéditions’

    Lundi 15 décembre 2014 | Mise en ligne à 17h02 | Commenter Commentaires (5)

    Antarctique solo: mission réussie pour Frédéric Dion

    Mission accomplie pour l’aventurier Frédéric Dion. Le résidant de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, près de Trois-Rivières, a réussi son pari de se rendre en solitaire au pôle Sud d’inaccessibilité, le point le plus éloigné de toutes côtes en Antarctique.

    Frédéric Dion au pôle Sud d'inaccessibilité de l'Antarctique, où un buste de Lénine est tout ce qui paraît encore de la station russe installée en 1958, aujourd'hui profondément ensevelie sous une épaisse couche de neige de plusieurs mètres. Photo Facebook.com/dionfred

    Frédéric Dion au pôle Sud d'inaccessibilité de l'Antarctique, où un buste de Lénine est tout ce qui paraît encore de la station russe installée en 1958, aujourd'hui profondément ensevelie sous une épaisse couche de neige de plusieurs mètres. Photo Facebook.com/dionfred

    Finalement, Dion n’aura eu besoin que de 36 jours pour atteindre son but, un record.

    Paul Landry, Henry Cookson, Rupert Longsdon et Rory Sweet (48 jours), de même que le duo Éric McNair-Landry et Sébastien Copeland (55 jours) avaient établi les marques précédentes.

    Du coup, le Québécois de 37 ans devient aussi le premier au monde à réaliser le voyage sans moyens mécanisés, en solitaire.

    Ennuyé par un traîneau de sa confection qui a brisé rapidement dans l’aventure, Dion aura seulement «échappé» la portion d’autonomie complète de l’aventure. Il a en effet dû récupérer en cours de route un traîneau prêté gracieusement par un autre aventurier.

    Selon les chiffres calculés par son équipe, il aura cumulé 2100 km à ski, aidé par un cerf-volant traction.

    Parti le 10 novembre de la base russe Novolazarevskaya pour ce qu’il avait baptisé Antarctique solo, Dion avait amené avec lui une soixantaine de jours de vivres. Comme il lui en resterait encore près de la moitié, le Québécois a décidé de poursuivre son aventure en direction du pôle Sud géographique, à environ 900 km.

    «J’ai encore de l’énergie et de la nourriture pour 30 jours, j’espère en profiter au maximum!» a-t-il écrit sur son blogue ce matin.

    Info: www.fredericdion.com


    Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






    Vendredi 28 novembre 2014 | Mise en ligne à 21h13 | Commenter Commentaires (3)

    Il joue à Far Cry 4… à 5660 m en regardant l’Everest

    Will Cuz devant sa PlayStation à s'amuser à <em>Far Cry 4</em> en altitude, à proximité de l'Everest. Photo Ubisoft.com

    Will Cuz devant sa PlayStation à s'amuser à Far Cry 4 en altitude, à proximité de l'Everest. Photo Ubisoft.com

    Le géant du jeu vidéo Ubisoft a fait ça en grand pour souligner la récente sortie de la dernière mouture de sa populaire série Far Cry, développée à Montréal.

    Comment grand?

    Comme établir ce qui serait un record Guinness pour la séance de jeu vidéo réalisée à la plus haute altitude.

    À l’ombre de l’Everest. Rien de moins.

    Là où se passe l’action du nouveau jeu vidéo.

    En effet, pour la sortie de cette quatrième reprise de la célèbre saga, Ubisoft a organisé au courant de l’été le concours Quest for Everest pour trouver un joueur passionné — et chanceux — qui irait, en vrai, dans l’Himalaya cet automne.

    Il y a quelques semaines, c’est finalement l’Américain Will Cuz, 23 ans, qui était sur le sentier montagneux en route vers le camp de base du mythique sommet.

    L’heureux gagnant qui réside à Provo, en Utah, est un amateur de randonnée, mais apparemment, il n’avait jamais voyagé en-dehors des États-Unis.

    Au Népal, il aura fallu 15 personnes et cinq yaks pour transporter l’équipement en altitude.

    Puis, l’équipe a pris la direction du Kala Pattar, un promontoire sur le Pumori qui donne une vue imprenable sur l’Everest.

    Finalement, c’est à 5660 mètres que Cuz s’est installé devant son écran pour une séance de jeu de 79 minutes.

    Le gamer extrême s’est dit surpris d’avoir pu jouer sans problème dans un pareil environnement, tandis que la console PlayStation spécialement adaptée ne connaissait aucun ralentissement malgré le froid et l’altitude.

    Loin d’être resté fixé à son écran sans arrêt, Cuz aurait tout de même pris le temps d’apprécier le paysage.

    On lui en aurait voulu autrement.

    La vidéo ci-dessous est un aperçu de l’aventure de Will Cuz, malheureusement inaccessible sur les appareils mobiles.

    Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






    Mercredi 19 novembre 2014 | Mise en ligne à 17h59 | Commenter Commentaires (4)

    Antarctique solo: ça se complique pour Frédéric Dion

    Tout allait probablement trop bien pour Frédéric Dion.

    Tandis qu’il connaissait jusqu’ici une belle progression en cerf-volant traction vers le pôle Sud d’inaccessibilité, en Antarctique, l’aventurier de 37 ans a dû faire une pause mardi pour réparer tant bien que mal une large fissure qui s’était formée dans son précieux traîneau.

    La veille, il avait complété sa plus longue distance, 150 km sur les quelques 1800 km qu’il doit faire pour rejoindre son but, le point du continent le plus éloigné de toute côte.

    S’il arrive à destination, Dion réalisera une première mondiale pour un pareil voyage en solitaire.

    Photo blogue.fredericdion.com

    Photo blogue.fredericdion.com

    Photo blogue.fredericdion.com

    Photo blogue.fredericdion.com

    Reste à savoir si la réparation qui a pris cinq heures tiendra, car à voir l’importance des dommages, l’expédition pourrait être compromise autrement.

    Ce matin après neuf jours d’expédition, Dion a partagé au Nouvelliste le récit de sa mésaventure.

    Il assure que le moral est au beau fixe, bien qu’il s’inquiète des conséquences du bris de son «pulkayak», un traîneau de son invention, construit à partir d’un kayak de rivière.

    «Même si chaque jour apporte son lot de difficultés, je demeure serein. Je dois néanmoins admettre que l’épisode du traîneau a ébranlé ma confiance», a-t-il raconté au collègue Vincent Gauthier.

    La cadence accélérée depuis le départ serait peut-être la cause de la large fissure.

    En effet, Dion aurait déjà réalisé 500 km sur la glace de l’Antarctique et serait largement en avance sur sa planification.

    Le résident de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, en Mauricie, est parti avec 65 jours de vivres.

    Info: www.fredericdion.com

    Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « nov    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité