Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Expéditions’

Sébastien Lapierre est devenu le premier Canadien à atteindre le pôle sud en ski en autonomie complète, en solitaire, sans cerf-volant traction ou autre forme d'aide. Un périple de près de 1200 km qu'il a complété en 43 jours. — Photo Jean-Sébastien Massicotte

Sébastien Lapierre est devenu le premier Canadien à atteindre le pôle sud en ski en autonomie complète, en solitaire, sans cerf-volant traction ou autre forme d'aide. Un périple de près de 1200 km qu'il a complété en 43 jours. — Photo Jean-Sébastien Massicotte

Défi remporté en Antarctique pour le pompier de Québec Sébastien Lapierre.

Après une dernière journée de près de 30 km à ski, l’aventurier de 38 ans a atteint le pôle sud en solitaire en après-midi lundi, à 15h22 (heure du Québec).

Il complétait ainsi sa 43e journée seul sur les glaces éternelles du continent blanc.

Parti de la côte à Hercules Inlet le 28 novembre, Lapierre aura skié avec son traîneau — qui pesait environ 225 lb au départ — sur près de 1200 km.

Du coup, il devient le premier Canadien à rejoindre à ski l’ultime Sud en autonomie complète, en solo et sans autre aide que sa force, sans cerf-volant traction ou autre type de voile.

Seulement une vingtaine d’aventuriers dans le monde ont réalisé l’exploit jusqu’ici.

En entrevue via satellites il y a exactement une semaine (voir la vidéo ci-dessous), il affichait une très bonne forme et un moral solide.

Tandis qu’il approchait du but ces derniers jours, il tentait de ne pas s’emballer au risque d’avoir des problèmes dans sa hâte.

Mais le désir d’arriver n’a pu être réprimé dimanche alors que le pôle était dans sa mire. Il a alors complété la plus grande journée en distance de l’expédition.

«J-42: Désolé, aujourd’hui c’est MA journée. Aujourd’hui je skie sans “faire attention” sans “m’économiser”, je skie avec mon cœur d’enfant :34km», a-t-il rédigé à partir de sa tente, sur sa balise satellitaire inReach.

Lapierre se plaçait alors à portée de sa destination finale lundi.

«29km seulement c’est fou hein !!!??!?! Te souviens-tu au début quand tu me disais que ce serait un #putaindemarathon», m’écrivait-il dimanche soir du bout du 89e parallèle.

Tandis qu’il prévoyait affronter des vents de 30 km/h et une température ressentie de -52 ºC lundi, Lapierre a tout de même poursuivi l’effort — en moyenne une dizaine d’heures par jour — pour mettre fin à son aventure.

Outre l’exploit réalisé dans un environnement aussi hostile, ce qui impressionne le plus est l’apparente «détente» que Lapierre a affiché tout au long de son exténuant voyage.

Méthodique et excessivement bien organisé, le Québécois a quasiment donné l’impression que son périple était facile, tellement il a progressé sans ennuis.

Tandis que d’autres aventuriers sur place pour leur propre défi souffraient du froid et racontaient sur les réseaux sociaux leurs multiples péripéties, Lapierre semblait simplement s’amuser.

Chapeau!

Arrivé à la base scientifique du pôle sud, Sébastien Lapierre prendra un vol intérieur qui le ramènera à la base de Union Glacier, d’où il repartira pour l’Amérique du Sud quand la météo le permettra, avant de rentrer au pays, probablement d’ici une semaine.


Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Jeudi 29 septembre 2016 | Mise en ligne à 10h21 | Commenter Aucun commentaire

JP Auclair et Andreas Fransson toujours en mémoire

Déjà deux ans exactement en ce 29 septembre depuis le décès tragique des skieurs et montagnards JP Auclair et Andreas Fransson.

Je dis «déjà», mais l’absence du Québécois et du Suédois pèse toujours autant pour les nombreux proches, amis et fans de ski qui soulignent à leur façon le triste anniversaire, notamment à Québec en rebaptisant une piste du centre de ski Stoneham en l’honneur d’Auclair.

Pour plusieurs autres, ça se passe sur les médias sociaux.

Comme le compagnon des deux fantastiques, le cinéaste suédois d’aventure Bjarne Salén.

Celui qui accompagnait les deux aventuriers durant leur expédition ultime a publié un nouvel hommage qui accompagne un lien vers son film diffusé l’an passé, à pareille date.

Toujours aussi touchant, le court-métrage de 16 minutes est encore l’un des souvenirs les plus précieux qui soit.

À voir ci-dessus, ou redécouvrez-le quand je vous le présentais l’an dernier.


Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Vendredi 2 septembre 2016 | Mise en ligne à 12h34 | Commenter Aucun commentaire

Déjà la grande traversée pour l’équipage du Pinocchio!

Les Forns-Gauthier avant leur départ de l'Isle-aux-Coudres, en juillet dernier. — Photo Maryse Gauthier

Les Forns-Gauthier avant leur départ de l'Isle-aux-Coudres, en juillet dernier. — Photo Maryse Gauthier

Marcus Forns et Johanne Gauthier nous avaient avertis que leur aventure autour du monde en voilier avec leurs sept enfants — de 3 mois à 11 ans — seraient remplie d’imprévus et d’ajustements.

«Une journée à la fois», avait averti le chef de la tribu, qui ne se mettait aucune pression en vue de cet extraordinaire périple. «Avec des enfants, on fait ça plus tranquillement, c’est tout!»

Après un été aux Îles-de-la-Madeleine, voilà que l’équipage du Pinocchio a pris le large et fait finalement bonne route vers les Açores, de l’autre côté de l’Atlantique.

Une première traversée océanique qui survient plus rapidement qu’annoncé, alors que Marcus avait d’abord expliqué qu’ils prévoyaient descendre la côte Est pour rejoindre les Bahamas en décembre.

Partie pour au moins quatre ans autour du monde, la famille devait s’attaquer plus tard aux grosses traversées.

C’est donc dire que la suite de la préparation méticuleuse de la famille de Saint-Étienne-de-Lauzon, sur la Rive-Sud de Québec, s’est bien déroulée cet été.

Et comme un ami mordu de voile me faisait remarquer, la route des Alizés qu’emprunte les Forns-Gauthier est au fond plus simple et plus naturelle que de chercher à descendre la côte Est.

Des conditions d’ordinaire plus clémentes et un vent de dos favorable devraient permettre au Pinocchio de rejoindre le groupe d’îles portugaises en environ deux semaines de navigation.

Tandis que l’équipage du robuste ketch de 43 pieds est coupé d’Internet, c’est la soeur de Johanne, Maryse, qui donne des nouvelles de la famille.

Après avoir dû laisser passer l’ouragan Gaston, le Pinocchio aurait repris sa route vers l’est.

Les neuf aventuriers — et leur jeune chienne Brume! — seraient actuellement à moins de 900 km des Açores.

On peut constater leur progression grâce à la carte numérique qui indique leur positionnement.

Pour suivre l’aventure: brumeetpinocchio.com


Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    janvier 2017
    D L Ma Me J V S
    « déc    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives