Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Éducation’

Lundi 30 juin 2014 | Mise en ligne à 13h30 | Commenter Commentaires (2)

Deux apps pour cyclistes branchés

Deux applications pour téléphones intelligents et tablettes, destinées à l’usage des cyclistes, sont apparues récemment sur mon radar. Deux ajouts à votre appareil mobile préféré qui valent le détour.

L'application First Aid for Cyclists de la St John Ambulance.

L'application First Aid for Cyclists de la St John Ambulance.

1- First Aid for Cyclists

La première application est celle créée par la St John Ambulance, la branche anglaise de l’Ambulance Saint-Jean.

Conscients que bien souvent les premiers répondants à l’occasion d’un accident de vélo sont d’autres cyclistes, les créateurs de l’app First Aid for Cyclists ont imaginé un outil de référence pratique.

Rapidement et intuitivement, il est ainsi possible de naviguer à travers des listes des blessures et des traumatismes qui peuvent survenir en vélo.

Des éraflures aux fractures, il y en a pour tous les types d’incidents. Des conseils brefs et simples permettent d’agir ensuite en attendant l’arrivée des renforts.

Fait intéressant, des soins sont suggérés en tenant compte de l’équipement que l’on risque fort d’avoir sous la main comme cycliste. Par exemple, une chambre à air peut très bien faire comme attelle d’urgence.

Évidemment, puisque l’application a été conçue au départ pour les sportifs du Royaume-Uni, elle est en anglais uniquement. Cependant, le moindrement que l’on lit la langue de Shakespeare, on s’y retrouvera aisément.

Et bien sûr, il faudra se souvenir qu’il ne faut pas signaler le 999/112 pour l’ambulance, mais bien le 911…

L'application québécoise CycleMap de Ratomic Lab

L'application québécoise CycleMap de Ratomic Lab

2- CycleMap

L’autre découverte du moment est CycleMap, une application réalisée par deux jeunes entrepreneurs et cyclistes de Québec, David Boudreault et Olivier Carbonneau.

Grâce à CycleMap, il est désormais possible d’avoir au bout du doigt tous les itinéraires cyclables à proximité de soi… et même d’ailleurs!

En effet, Boudreault et Carbonneau ne se sont pas arrêtés à la ville de Québec dans leur recension détaillée des pistes et autres parcours cyclables officiels.

Résultat: plus de 1 346 200 kilomètres à pédaler à travers le monde sont accessibles grâce à CycleMap. Parfait pour le voyageur qui aime rouler!

L’équipe de Ratomic Lab a aussi compilé l’offre de vélos en libre-service, comme les BIXI. Il est ainsi possible avec CycleMap d’obtenir la disponibilité des bicyclettes publiques dans 176 villes à travers le monde. Au total, ce sont 9300 stations qui sont répertoriées, pour quelques 85 000 vélos à emprunter!

CycleMap est constamment mis à jour, au fur et à mesure que de nouvelles informations sont rendues disponibles.

L’application made in Québec est offerte en version gratuite et Pro (4,99$).

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Mercredi 28 mai 2014 | Mise en ligne à 16h57 | Commenter Commentaires (9)

Attention voleurs: vélos-appâts dispersés dans la ville

La croyance populaire veut que les policiers s’intéressent peu aux vols de vélos.

Sans doute qu’il y a du vrai là-dedans, ne serait-ce que par la place qu’occupe ce type de méfait dans l’échelle de la criminalité.

Tant qu’il y aura des meurtriers et des violeurs à capturer…

On vous subtilise votre monture? Les statistiques le démontrent, aussi bien oublier ça et penser à aller magasiner pour un nouveau vélo.

Mais ce n’est pas le cas partout. En tout cas, pas à San Francisco où une unité spéciale a été formée pour mettre en déroute les brigands qui s’en prennent aux précieux biens des cyclistes.

En effet, à l’aide de la technologie, l’officier Matt Friedman chasse les voleurs de vélos. Le New York Times l’a rencontré (vidéo ci-dessus).

Ses armes? Des vélos-appâts qui incorporent un système de localisation par GPS en temps réel et Twitter, où le policier et son équipe exposent les criminels capturés.

C’est ainsi que de jolis vélos dispendieux — Friedman et Cie peuvent alors déposer des accusations plus graves — sont dispersés dans la ville. Surveillés de près ou de loin, ils sont ensuite retracés par le système de positionnement par satellites.

Les voleurs sont du coup arrêté la main dans le sac… ou plutôt sur le guidon!

L’idée n’est pas unique à San Francisco, mais elle vise toujours le même objectif, faire comprendre aux bandits que n’importe quel vélo peut être un appât de la police.

Un autre malheureux cycliste volé? Non, simplement un vélo-appât qui vient d'amorcer sa mission. Photo Twitter.com/SFPDBikeTheft

Un autre malheureux cycliste volé? Non, simplement un vélo-appât qui vient d'amorcer sa mission. Photo Twitter.com/SFPDBikeTheft

C’est d’ailleurs pour cette raison que Friedman et son équipe narguent les criminels sur Twitter avec une touche d’humour.

«Normalement, quand je vois cela, je me désole pour le propriétaire. Pas cette fois. #thankYou4Taking
OurBaitBike [merci d'avoir pris notre vélo-appât]», a tweeté récemment l’équipe de l’Anti Bike Theft du SFPD, avec une photo d’un cadenas pour vélo coupé, abandonné par terre près d’un support.

La puissance des réseaux sociaux porte ensuite le message du SFPD.

Selon ce que rapporte le New York Times, un programme mis en place à l’Université du Wisconsin en 2008 — pionnier dans ce type de combat contre les vols de vélos — aurait permis aux policiers de réduire de 40% les vols de bicyclettes sur le campus dès la première année de l’utilisation des appâts.

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






Lundi 28 avril 2014 | Mise en ligne à 16h27 | Commenter Un commentaire

Une noyade… comme si vous y étiez

La sensation est particulièrement désagréable. L’eau que l’on imagine froide, et les vagues qui s’acharnent à nous entraîner vers le fond.

Puis, la sécurité du voilier sur lequel nous étions s’envole à la vitesse du navire hors de contrôle qui s’éloigne sans espoir qu’il revienne à notre rescousse.

La mort n’est alors qu’une question de minutes.

Image tirée de Sortieenmer.com

Image tirée de Sortieenmer.com

Heureusement, il ne s’agit que d’une campagne Web ultraréaliste du fabricant français de vêtements et d’équipements de sécurité nautiques Guy Cotten.

Le but? Prévoir le pire pour qu’il n’arrive jamais. Avec le site interactif Sortieenmer.com, le manufacturier fait la démonstration qu’une balade nautique peut facilement devenir un cauchemar. Mieux vaut se préparer.

Un coup de vent, une fausse manoeuvre par un ami néophyte, et c’est la baignade mortelle dans l’océan.

Une noyade virtuelle qui est un peu trop réaliste. Dans le «jeu» en ligne, une fois tombé par-dessus bord, il faut se maintenir à la surface en «nageant» grâce aux touches du clavier d’ordinateur.

C’est la panique. Combien de temps résisterez-vous?

Après plus de cinq minutes à me battre virtuellement contre les flots et la fatigue, l’inconfortable sensation d’impuissance devant une situation qui est sans issue porte efficacement le message de Guy Cotten.

Il faut revêtir son vêtement de flottaison individuel sur l’eau. En tout temps. Un point c’est tout.

Plus de 2,6 millions d’internautes se sont «noyés» jusqu’ici à l’occasion d’une Sortie en mer. À votre tour de plonger si ce n’est déjà fait.

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2013
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  
  • Archives

  • publicité