Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Des gens en mouvement’

Lundi 10 mars 2014 | Mise en ligne à 14h45 | Commenter Un commentaire

White Lips: des filles en mission à Murdochville

D’une idée pour faire connaître davantage Murdochville et ses environs comme destination récréotouristique, un événement unique dédié aux filles est né au coeur des montagnes gaspésiennes cet hiver.

Derrière cette initiative baptisée White Lips, Nikola Falardeau-Drouin a eu l’idée d’utiliser les sports de glisse pour faire découvrir le dynamisme retrouvé de l’ancienne ville minière.

Rapidement, Maryse Paquette, ambassadrice Oakley Active, et Éloïse Bourdon, copropriétaire de l’Auberge Chic-Chac (voir d’ailleurs la toute nouvelle vidéo tournée en montagne pour l’établissement), ont embarqué dans l’aventure.

Question de sortir du cadre habituel, le Montréalais — qui est tombé en amour avec les montagnes de la Gaspésie il y a 5-6 ans — s’était mis en tête de rassembler quelques filles pour un trois jours de ski et de planche à neige en hors-piste.

Les sportives devenaient du coup des représentantes de choix, dont les images allaient servir de cartes postales pour la municipalité et les environs.

«Un trip de filles, par et pour les filles», raconte Nikola, l’un des rares gars qui étaient de l’aventure qui s’est tenue du 16 au 19 janvier dernier.

Finalement, sans réellement en faire la promotion autrement que par Facebook, Nikola et ses collaboratrices se sont retrouvés avec 20 participantes motivées.

Comme on peut le constater dans la vidéo (ci-dessus) qui résume l’événement, les filles ont eu bien du plaisir entre elles. Ski, télémark et planche à neige étaient au menu, mais aussi des ateliers sur la sécurité en avalanches, du yoga, une conférence sur la nutrition…

Devant l’intérêt des participantes et des nombreux partenaires commerciaux (Murdochville, Oakley Active, Alternative, Roxy, David’s Tea, Powski, Rickards et Belsoy) qui ont embarqué immédiatement, Nikola Falardeau-Drouin se retrouve maintenant avec un beau problème. «Je vais être obligé de le refaire!» rigole celui qui est spécialiste en marketing et stratégie Web quand il n’est pas sur les pentes.

Il n’y a encore rien de confirmé, mais le passionné de sports d’aventures pense déjà à la meilleure période pour tenir l’événement 2015, de même qu’aux moyens de pouvoir augmenter le nombre de participantes.

Ça s’annonce bien. Des commanditaires seraient déjà intéressés. «À 99%, on devrait le refaire», assure Nikola.

Alors mesdames, c’est à suivre!

Et messieurs… soyez jaloux!

Un commentaire  |  Commenter cet article






Samedi 5 octobre 2013 | Mise en ligne à 11h15 | Commenter Aucun commentaire

Deux Québécois en moto autour du monde

Les aventuriers à moto Marie-Noëlle Têtu et Yannick Béland sur la ligne de l'Équateur. Photo www.legranddetour.com

Les aventuriers à moto Marie-Noëlle Têtu et Yannick Béland sur la ligne de l'Équateur. Photo www.legranddetour.com

Deux enseignants de Saint-Agapit sont actuellement plongés au coeur d’une grande aventure à moto.

Après avoir quitté à la fin juin la municipalité située au sud-ouest de Lévis, le tandem composé de Yannick Béland et de Marie-Noëlle Têtu est en route vers la Terre de Feu. Aux dernières nouvelles, ils étaient au Pérou.

Aux commandes d’une KTM 990 Adventure 2013 version Baja, pour Yannick, et d’une BMW F650 GS 2003, pour Marie-Noëlle, le duo vit au quotidien son grand rêve: un tour du monde en un an.

Les deux passionnés de motos ont pris un congé sans solde du milieu scolaire et prévoient un retour à la maison après un long trajet de plus ou moins… 80 000 km!

Et parlant de maison; les deux motards l’ont vendue avant de partir à la conquête du monde. Une liberté qui empêche notamment certaines tentations… «Si un soir, on se dit qu’on aurait envie d’être chez nous devant la télé, on va pouvoir se dire qu’on n’a pas de chez nous, de toute façon», avait illustré à la blague Yannick, dans un entretien avec le journal Le Peuple Lotbinière, quelques jours avant le départ.

Baptisée Le Grand Détour, la chevauchée de deux professeurs d’éducation physique les mènera à travers l’Amérique du Sud, l’Afrique, l’Europe, l’Asie, avant de revenir par l’Amérique du Nord en faisant le Canada d’un océan à l’autre.

L’avion sera utilisé pour traverser l’Atlantique et le Pacifique, autant pour les humains que pour les motos.

C’est un ami du couple de trentenaires, impressionné par le périple, qui m’a mis sur la piste du Grand Détour.

Pour ceux qui voudraient comme François — et comme moi désormais — voyager en compagnie du duo, il est possible de le faire grâce à leur blogue qui est alimenté régulièrement en mots et en photos, de belle façon et avec humour.

Car les péripéties ne manquent pas! Aux dernières nouvelles, une crevaison à la roue avant d’une des motos, à 110 km/h (!!!), et un tremblement de terre de 7,5 sur l’échelle de Richter dans le sud-ouest du Pérou n’avaient pas gâché l’enthousiasme des Québécois. Loin de là!

Le Grand Détour est à ce point excitant et rempli d’aventures chaque jour, que le couple de motards avait omis jusque-là de raconter ces… «détails»!

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 25 septembre 2013 | Mise en ligne à 12h49 | Commenter Un commentaire

Vidéo: à travers les Alpes au pas de course

Je vous parlais ce matin dans les pages du Soleil de l’aventure peu ordinaire des Lévisiens Richard Ferron et David MacDonald, qui ont participé récemment à la Transalpine-Run.

Question de se faire une meilleure idée des défis qui attendaient les deux coureurs à travers les Alpes, voici une vidéo (ci-dessus) qui présente un survol de la prestigieuse compétition par étapes de course en sentier.

Vous serez en mesure d’apprécier la difficulté de certains passages, où les chutes sont certainement à éviter!

Mais le côté spectaculaire du parcours donne surtout envie de découvrir les superbes panoramas de ce périple athlétique de 260 km qui passe en huit jours par l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse et l’Italie. On comprend facilement pourquoi Ferron et MacDonald parlent de tourisme sportif quand ils décrivent leur aventure.

La Transalpine-Run est cependant loin d’être une balade de santé. Un défi que tous n’arrivent pas à compléter. En effet, des 366 équipes au départ, seulement 260 ont réussi à rejoindre officiellement le fil d’arrivée en Italie.

Je dis officiellement, car comme le précisait Richard Ferron en entrevue à son retour, les participants disqualifiés en cours de route (hors délais par exemple) ou qui abandonnent peuvent toujours reprendre la route le lendemain. Cependant, ils ne seront pas considérés comme des finissants.

Un détail dans l’organisation de la course qui plaisait à Ferron et MacDonald. Car après tout, quand on s’entraîne aussi longtemps et qu’on a investi des sommes aussi importantes pour se rendre et participer à un pareil événement, le fait de savoir que l’on pourra vivre l’expérience jusqu’à la fin, malgré une défaillance ou une malchance durant une étape, a de quoi rassurer.

Dans le coup jusqu’au bout, les deux Québécois ont reçu fièrement la médaille comme finissants officiels. Une récompense bien méritée après, au total, un peu plus de 53 heures d’efforts sur les sentiers.

Pour les détails des préparatifs et de la course de Ferron et MacDonald, visitez leur page Facebook.

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2013
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité