Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Dans les airs’

À l’âge où les consoles de jeux et le iPad occupent — malheureusement — la plupart des enfants, le jeune Noah a pour sa part une passion dévorante bien loin du confort du divan.

À seulement 10 ans, le garçon s’intéresse au vol sous toutes ses formes. À commencer notamment par le speed riding, un art délicat qui marie le ski alpin et le parapente.

Pour celui qui pratique cette activité non sans risque, il devient alors possible de skier des pentes improbables pour ensuite s’envoler dans les airs tout en poursuivant son trajet à travers des falaises abruptes.

Un sport d’adulte qui ne doit pas être pris à la légère…

Mais quand on voit le jeune Noah s’exécuter sur les planches et dans le ciel, on comprend vite le talent du jeune skieur, qui s’affiche sur Facebook avec la page Aspire Athletics.

Le jeune américain, qui fait son apprentissage en France, est aussi un adepte de vol libre en soufflerie chez lui à Chicago.

Là-encore, il ne fait pas son âge quand vient le temps de démontrer son savoir-faire.

Un athlète certainement à suivre dans le futur.

Inspirant!


Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






Lundi 17 octobre 2016 | Mise en ligne à 16h21 | Commenter Commentaires (7)

Un «wingsuit»… pour les prudents

Il y a de ces inventions qui laissent perplexe.

Le Wingjump est certainement l’une de celles-là.

En campagne de sociofinancement sur Indiegogo très prochainement, l’accessoire se veut une façon de réinventer le ski alpin.

Destiné à tous les membres de la famille, le Wingjump est un mélange entre un vêtement et une aile semblable à celle d’un wingsuit.

Une fois en descente, la portée ainsi générée permettrait de «redécouvrez le ski avec une nouvelle façon de sauter, de carver, de gérer sa vitesse», annonce le site Web du fabricant.

Grâce au Wingjump, les sauts seraient notamment allongés et les atterrissages plus doux.

Les concepteurs ont voulu créer quelque chose de sécuritaire qui s’approche du plaisir de faire du ski et du vol libre.

Après quatre ans de travail et plus d’une cinquantaine de prototypes, le fabricant français assure que le produit est fin prêt à prendre… son envol.

Les trois différentes voiles offertes par Wingjump seraient apparemment acceptée dans les centres de ski — à tout le moins en Europe pour l’instant — et seraient d’une grande sécurité et simplicité pour ses utilisateurs.

Reste à voir si les sensations ressenties sont suffisantes pour justifier l’achat — entre 115 et 650 euros, soit de 166 à 940 $CAN — et l’usage du «costume» qui, avouons-le, ne passe certainement pas inaperçu sur les pentes.

Des intéressés?


Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






Lundi 25 avril 2016 | Mise en ligne à 10h38 | Commenter Aucun commentaire

Une marche d’un kilomètre… dans le ciel

Quiconque a déjà eu l’occasion de tester ses capacités sur une slackline sait comment l’activité est difficile.

À quelques centimètres du sol entre deux arbres, la marche sur une mince sangle tendue offre un défi de taille. Croyez-moi.

Imaginez maintenant ce que demande le même exercice, mais avec 600 mètres de vide sous les pieds et sur… 1020 mètres de distance!

Et oui, c’est ce qu’ont réalisé Nathan Paulin et Danny Menšík, nouveaux recordmen du monde pour la plus longue marche sur une highline.

Déjà détenteur du record mondial avec une balade de 493 mètres par le passé, Paulin a pris environ 1h15 pour compléter la distance, pieds nus.

Menšík a lui aussi réussi l’exploit, en 40 minutes, à son troisième essai.

Il faut voir le film diffusé par Red Bull pour constater l’ampleur du défi complété le 19 avril dernier. Difficile autrement d’imaginer ce qu’une aussi longue distance représente comme marche dans le ciel.

Fait intéressant, l’installation de la ligne a été rendue possible grâce à l’utilisation d’un drone.

À l’aide de fils à pêche traversés en succession, les gars ont finalement hissé une mince corde de 4 mm, puis les sangles nécessaires pour leur installation à travers la vaste gorge.

Un travail à vol d’oiseau qui a grandement réduit les efforts de l’équipe… qui a quand même dû prendre cinq heures pour tirer tout le matériel en place.

Le résultat de ce plan de fou parle de lui même à l’écran, tout comme le talent des deux acrobates aériens qui sont clairement dans une classe à part.

Bon vertige!


Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2017
    D L Ma Me J V S
    « mar    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives