Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Archive de la catégorie ‘Camping’

    Mercredi 14 juin 2017 | Mise en ligne à 12h14 | Commenter Commentaires (3)

    Deux ans de marche sur le plus long sentier au monde

    On aura beau répéter que le Canada est un immense pays, il faut parfois le mettre en perspective pour le réaliser.

    Comme le traverser à pied par Le Grand Sentier, l’immense parcours de randonnée qui traverse le pays d’un océan à l’autre et qui relie aussi une série de sentiers dans tout le Canada.

    C’est ce qu’a complété récemment la jeune randonneuse Sarah Jackson, qui en a parcouru une importante partie de Victoria, en Colombie-Britannique, jusqu’à St. John, à Terre-Neuve.

    Une aventure colossale d’environ 12000 km réalisée en deux ans moins un jour pour la randonneuse de 25 ans originaire d’Edmonton en Alberta.

    L’étudiante en sociologie serait la première randonneuse à terminer le trajet.

    Complété récemment pour les 150 ans de la Confédération du Canada, Le Grand Sentier serait le plus grand réseau du genre au monde avec ses quelques 24000 km au total.

    Campant lorsque nécessaire et transportant «sa maison» de 55 livres sur son dos, Jackson marchait une vingtaine de kilomètres par jour quand elle progressait, s’arrêtant par moment quelques jours pour profiter des endroits qu’elle visitait.

    Elle a ainsi pu découvrir «le pays que j’appelle ma maison, mais que je connais à peine».

    Sarah Jackson a documenté sur les réseaux sociaux et son blogue sa longue marche.

    Un voyage qui fait comprendre toute la variété et diversité du Canada.

    C’est à découvrir sur Instagram notamment.


    Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






    Mercredi 26 avril 2017 | Mise en ligne à 15h47 | Commenter Un commentaire

    Record de vieillesse sur l’Appalachian Trail

    Dale Sanders — Photo Greybeardadventurer.com

    Dale Sanders — Photo Greybeardadventurer.com

    Seulement un randonneur sur quatre qui s’attaque à l’Appalachian Trail dans son entier arriverait au bout du défi.

    Du lot, tous sont plus jeunes que l’Américain Dale Sanders.

    L’affirmation a de quoi frapper l’imaginaire.

    Car Sander, actuellement âgé de 81 ans — il aura 82 en juin —, est en route pour devenir le randonneur le plus vieux à avoir complété le célèbre parcours entre la Géorgie et le Maine.

    Un record détenu jusqu’ici par son compatriote Lee Barry, qui avait réalisé l’exploit à l’âge de 81 ans, en 2004.

    Pour arriver à destination dans le temps qu’il s’est fixé, celui qui existe sur le Web comme «The Grey Beard Adventurer» (l’aventurier à la barbe grise) marche de 22 à 24 km par jour et espère améliorer sa moyenne au fil des mois.

    Parti le 14 mars, l’octogénaire poursuit son effort sans relâche, seul.

    Sanders dort sous la tente plus souvent qu’autrement et porte un sac, avec tout le nécessaire à sa survie, d’environ 11 kg.

    Habitué aux records, Sanders détient notamment celui aussi de l’âge pour la descente complète des 3700 km de la rivière Mississippi, à 80 ans.

    Ce qui préoccupe le plus l’aventurier? Une banale chute.

    «Si je me brise un os, c’est fini», a-t-il raconté à Outside.

    Ce qui fait que le vieil homme prend des jours de repos régulièrement pour s’assurer de demeurer alerte et en forme.

    Puis il reprend le sentier, où il ne cesse d’étonner les randonneurs, fascinés par son énergie.

    Inspirant!

    Pour suivre Sanders grâce à sa balise SPOT, c’est ici.


    Un commentaire  |  Commenter cet article






    Jeudi 30 mars 2017 | Mise en ligne à 9h22 | Commenter Un commentaire

    Un cocon pour camper suspendu et au chaud

    Devant la popularité grandissante pour les hamacs «techniques» chez les amateurs de plein air, il y avait un marché à exploiter du côté des accessoires.

    L’entreprise Sierra Madre Research l’a compris et lancera dans les prochains mois son cocon INFERNO, véritable enveloppe en duvet pour dormir suspendu par temps froid.

    Car si comme moi vous avez utilisé un hamac quand c’est frisquet, vous avez vite constaté à quel point le dos est exposé et que cela devient inconfortable, à moins d’utiliser un matelas pour isoler, comme le propose le fabricant Thermarest.

    L’idée de Sierra Madre est plutôt simple et se veut compacte. À l’aide d’un sac de couchage sans dos et d’une partie inférieure indépendante qui s’installe sous le hamac, il est possible pour les campeurs de rester au chaud.

    Deux versions du INFERNO sont offertes, l’une de -1 ºC et l’autre de -17 ºC.

    L’isolant utilisé est du duvet 800 résistant à l’humidité.

    La petite entreprise du Mississippi connaît actuellement un excellent succès avec sa campagne de sociofinancement sur Kickstarter.

    L’objectif de 25 000$US est déjà plus que doublé avec pratiquement encore un mois à faire.

    Puisque la campagne est réussie, si tout va comme prévu, la livraison des cocons INFERNO doit débuter en novembre prochain.

    Différents ensembles sont en vente en promotion sur Kickstarter, à partir de 179 $US (238 $CAN).


    Un commentaire  |  Commenter cet article






    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juin 2017
    D L Ma Me J V S
    « mai    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives