Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Camping’

Mercredi 26 mars 2014 | Mise en ligne à 18h31 | Commenter Commentaires (2)

Un vrai sac de couchage pour toutes les saisons

Enfin, il sera possible de considérer un sac de couchage comme un véritable modèle quatre saisons. C’est du moins la prétention de Kammok, l’équipe qui est derrière la série de sacs Thylacine.

Le concept est simple: une enveloppe momie ajustable dans laquelle on intègre au besoin des panneaux isolants. Du coup, avec un même sac, il est possible de créer un cocon confortable de 18 ºC… à -20 ºC!

Les cloisons sont remplies au choix de différents types d’isolants. Pour le Thylacine, Kammok offre soit des panneaux en Primaloft, un isolant synthétique courant dans l’industrie, ou encore un mélange hybride de Primaloft et de duvet hydrophobe.

Le Thylacine compte sur l'ajout de panneaux isolants pour ajuster la chaleur du sac de couchage.

Le Thylacine compte sur l'ajout de panneaux isolants pour ajuster la chaleur du sac de couchage.

Les panneaux sont gardés en place à l’intérieur de l’enveloppe à l’aide d’un système d’attaches en attente de brevet, qui doit éliminer les infiltrations de froid.

Le système CustomFit en cinq points permet par ailleurs d’ajuster le sac selon l’espace désiré, des hanches jusqu’aux pieds. Du côté des matériaux utilisés, Kammok a développé des tissus techniques imper-respirants expressément pour la réalisation du Thylacine.

Le prix du sac varie entre 100$US (coquille ultralégère seule) et 650 $US (coquille d’expédition avec panneaux en duvet, le tout bon jusqu’à -20 ºC).

Mais pour l’instant, ne cherchez pas le sac nouveau genre chez votre détaillant d’équipements de plein air favori. Car si Kammok produit déjà des hamacs ultralégers et d’autres accessoires, il faudra patienter encore un peu avant de mettre la main sur les premiers Thylacine de production.

C’est que le fabricant basé au Texas a utilisé le site de financement social Kickstarter pour lancer l’aventure du nouveau sac. La réponse ne s’est pas fait attendre.

Une somme de 60 000$ était désirée pour mener à terme le projet. C’est finalement près du double qui a été amassé.

Le financement a été complété pas plus tard que le 4 février dernier. La production doit maintenant s’amorcer.

Pour info: kammok.com

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Lundi 17 mars 2014 | Mise en ligne à 16h48 | Commenter Un commentaire

Projet Karibu: de la neige, du froid… du retard

L'énergie débordante du quatuor formé par Bruno-Pierre Couture, Jacob Racine, Marie-Andrée Fortin et Sébastien Dugas (photographiés à Québec fin octobre) est fortement sollicitée par les temps qui courent. — Photo Jean-Sébastien Massicotte

L'énergie débordante du quatuor formé par Bruno-Pierre Couture, Jacob Racine, Marie-Andrée Fortin et Sébastien Dugas (photographiés à Québec fin octobre) est fortement sollicitée par les temps qui courent. — Photo Jean-Sébastien Massicotte

Les quatres aventuriers du Projet Karibu poursuivent toujours leur route entre Montréal et Kuujjuaq à ski, mais la rigueur de la météo et l’effort constant à déployer commencent à se faire sentir.

Rien de trop inquiétant cependant s’il faut en croire Andrée-Ann Collin, la responsable des communications pour l’expédition québécoise. «Le moral est bon!»

Mais le défi servi à Jacob Racine, Bruno-Pierre Couture, Sébastien Dugas et Marie-Andrée Fortin est certainement à la hauteur de ce à quoi on peut s’imaginer quand on traverse le Québec du sud au nord, en ski l’hiver.

Depuis quelques jours, alors qu’ils se trouvent dans la région des monts Otish, le quatuor est ralenti par la neige profonde. «Ils doivent ouvrir dans 40 cm», décrit Andrée-Ann Collin. Ce qui fait que le groupe a dû réduire sa moyenne quotidienne et couvre plutôt 12 à 15 km par jour au lieu des 20 prévus.

À cela s’ajoute le froid intense des derniers temps. Loin de la chaleur — et d’une journée de repos — depuis le départ de Chibougamau le 13 février, l’équipe a connu des nuits entre -40 ºC et -50 ºC. Les engelures sont au rendez-vous, mais tout serait encore sous contrôle. Alimentation, petits bobos, bris et réparations… tout est donc beaucoup plus difficile dans le quotidien extrême des aventuriers.

Tout cela entraîne un retard, mais qui n’est toujours pas majeur pour l’instant, assure la membre de l’équipe de soutien. «Ils sont dans la partie la plus dure de l’expédition. Après, il devrait faire plus chaud et il y aura moins de dénivelé», décrit au téléphone Andrée-Ann Collin.

Reste tout de même que les aventuriers rationnent leur nourriture, en route vers le prochain et dernier ravitaillement, qui devrait avoir lieu à la fin mars ou au début avril.

Et autre rationnement en vigueur; celui des communications, alors que les chargeurs solaires peinent à fournir pour compenser l’effet du froid sur les piles des caméras et du téléphone satellite.

Pour l’équipe du Projet Karibu, la préoccupation liée au temps est que le quatuor doit atteindre l’arrivée avant la débâcle des grandes rivières du Nord, ce qui leur bloquerait assurément le passage.

Rappelons que les quatre «Karibu» ont amorcé leur traversée du Québec à ski le 27 décembre dernier. Un périple de plus de 2000 km qu’ils espéraient compléter en une centaine de jours. Aujourd’hui marque le 81e jour de l’expédition.

Pour ne rien manquer de l’aventure, ça se passe sur Facebook et le site Web de l’expédition.

Un commentaire  |  Commenter cet article






Vendredi 7 mars 2014 | Mise en ligne à 13h48 | Commenter Un commentaire

JakPak: le manteau qui se prend pour un autre

Ça fait déjà un moment que l’invention est sur le marché, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de découvrir le JakPak.

Et vous? Vous connaissiez ce manteau qui se prend également pour un sac de couchage et une tente?

Le concept est assez simple. À partir d’un coupe-vent aux apparences assez traditionnelles, les inventeurs du JakPak ont intégré des parties «sac de couchage» et «tente» qui se déploient au besoin.

Le tout est rangé dans le dos de la veste. La portion tente comprend une moustiquaire complète et même des arceaux.

Sur son site Web, l’entreprise de Seattle annonce le produit comme le tout premier combo étanche manteau-tente-sac de couchage au monde.

L’original manteau est destiné aux amateurs de plein air. On peut notamment penser en prévision des situations de survie… Reste à se questionner sur le confort du vêtement avec le port d’un sac à dos.

Quoiqu’il en soit, le JakPak est aussi conçu — tente en moins on suppose! — pour ceux qui ne veulent pas se faire prendre au dépourvu à la ville, notamment quand ils assistent à des spectacles extérieurs ou encore à des événements sportifs.

L’ensemble se vend au prix de 199 $US. Compact, le JakPak pèse 1,4 kg et existe en noir et en vert.

La question est lancée: ami(e)s du blogue, vous utiliseriez le JakPak?

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    D L Ma Me J V S
    « mar    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité