Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Aventure extrême’

Mardi 17 mai 2016 | Mise en ligne à 10h15 | Commenter Aucun commentaire

Le sommet de l’Everest… changé?

Au moment où les premiers grimpeurs sont de retour sur le toit du monde, l’Everest (8848 m), deux ans après la dernière ascension de la montagne et un an après le tragique tremblement de terre de 2015, une surprise est notée à une soixantaine de mètres du sommet.

En effet, selon l’alpiniste mexicain David Liaño, la principale difficulté tout juste sous le sommet du géant, appelée le ressaut Hillary, se serait effondrée depuis le tremblement de terre.

Le ressaut Hillary cette année, plus enneigé à gauche, en comparaison avec 2013. Photo tirée de Facebook.com/LianoDavid

Le ressaut Hillary cette année, plus enneigé à gauche, en comparaison avec 2013. Photo tirée de Facebook.com/LianoDavid

Sur Facebook, Liaño présente deux photos — 2016 et 2013 — qui selon lui démontrent qu’un gros bloc serait disparu.

Le ressaut ne serait plus qu’une rampe, ce qui rendrait un peu plus facile l’accès au sommet, ou à tout le moins plus sûr selon le Mexicain.

À peine diffusée sur le médias sociaux, la nouvelle a fait le tour de la communauté de grimpeurs.

Certains ont été rapides à souligner que ce n’est que la quantité de neige qui fait la différence, et qu’au fond, rien n’a changé là-haut, à 8790 mètres.

Mais pour David Liaño, 35 ans, ce ne serait pas le cas. Des morceaux de roc seraient manquants.

Habitué de la montagne avec une sixième ascension réussie il y a quelques jours, le Mexicain est bien placé pour faire la comparaison.

Reste maintenant à voir dans les prochaines semaines si d’autres grimpeurs d’expérience — notamment Adrian Ballinger et Cory Richards — arrivent à la même conclusion.

Un dossier à suivre!


Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mardi 3 mai 2016 | Mise en ligne à 15h28 | Commenter Commentaires (2)

Du ski en Iran… loin de la neige!

Ce qu’on ne ferait pas pour la caméra d’une bonne série de ski commanditée par Red Bull…

Dans le cas des gars de Snowmads, cela veut dire aller skier jusqu’où il n’y a pas de neige, sur l’île de Qeshm, en Iran.

Car pour le skieur professionnel Fabian Lentsch et sa bande, ce n’est pas une raison pour s’empêcher de défier la gravité sur des pentes… de sable durci!

Si le ski sur des dunes de sable n’est rien de bien nouveau, ici il est question d’une toute autre affaire.

Les arrêtes sur lesquelles les gars testent leur talent sont d’un autre niveau. L’Alaska sans la neige!

Encore étonnant qu’ils arrivent à garder le contrôle sur cette surface extrême. Et que dire de ce que subit le matériel…

Le résultat est spectaculaire, bien que l’on soit bien loin de la poudreuse profonde des hauts sommets des films de ski habituels.

C’est à voir!


Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Lundi 25 avril 2016 | Mise en ligne à 10h38 | Commenter Aucun commentaire

Une marche d’un kilomètre… dans le ciel

Quiconque a déjà eu l’occasion de tester ses capacités sur une slackline sait comment l’activité est difficile.

À quelques centimètres du sol entre deux arbres, la marche sur une mince sangle tendue offre un défi de taille. Croyez-moi.

Imaginez maintenant ce que demande le même exercice, mais avec 600 mètres de vide sous les pieds et sur… 1020 mètres de distance!

Et oui, c’est ce qu’ont réalisé Nathan Paulin et Danny Menšík, nouveaux recordmen du monde pour la plus longue marche sur une highline.

Déjà détenteur du record mondial avec une balade de 493 mètres par le passé, Paulin a pris environ 1h15 pour compléter la distance, pieds nus.

Menšík a lui aussi réussi l’exploit, en 40 minutes, à son troisième essai.

Il faut voir le film diffusé par Red Bull pour constater l’ampleur du défi complété le 19 avril dernier. Difficile autrement d’imaginer ce qu’une aussi longue distance représente comme marche dans le ciel.

Fait intéressant, l’installation de la ligne a été rendue possible grâce à l’utilisation d’un drone.

À l’aide de fils à pêche traversés en succession, les gars ont finalement hissé une mince corde de 4 mm, puis les sangles nécessaires pour leur installation à travers la vaste gorge.

Un travail à vol d’oiseau qui a grandement réduit les efforts de l’équipe… qui a quand même dû prendre cinq heures pour tirer tout le matériel en place.

Le résultat de ce plan de fou parle de lui même à l’écran, tout comme le talent des deux acrobates aériens qui sont clairement dans une classe à part.

Bon vertige!


Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2016
    D L Ma Me J V S
    « avr    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives