Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Aventure extrême’

Mercredi 29 octobre 2014 | Mise en ligne à 16h33 | Commenter Commentaires (3)

Antarctique Solo: départ pour Dion, le «mentor»

Frédéric Dion. Photo Jean-Sébastien Massicotte

Frédéric Dion. Photo Jean-Sébastien Massicotte

L’aventurier Frédéric Dion s’apprête en ce moment à entreprendre son long périple jusqu’en Afrique du Sud, d’où il partira ensuite pour l’Antarctique. Une fois sur le continent blanc, il tentera d’atteindre le pôle d’inaccessibilité en solitaire à l’aide d’un cerf-volant traction.

Le moment est donc bien choisi pour envoyer les meilleures ondes positives au Québécois, qui tente du coup une première mondiale. Personne avant lui n’a réussi pareil périple non motorisé en solo.

Vous serez certainement plusieurs à le suivre de près. Un juste retour d’ascenseur pour le principal intéressé, qui en fait de même quand il découvre des aventures un peu folles d’aventuriers québécois.

Lors de ma récente rencontre avec Dion, on a justement discuté de son intérêt pour les défis des autres et du rôle de «mentor» que l’aventurier professionnel porte en quelque sorte.

«Chaque fois qu’un aventurier fait quelque-chose, je lui fais un petit coucou et je lui dis: “Si tu as besoin d’aide, je suis là!”»

À preuve, quand Déreck Pigeon et Guillaume Normandin, de la Traversée du Canada en canot, sont débarqués à Trois-Rivières cet été, Dion était présent pour les aider. Le duo a apprécié la tape dans le dos du résident de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, de même que son expertise pour rejoindre le public dans les médias.

«Je pense qu’on ne partage pas assez. On ne s’entraide pas. On fait tous notre petite affaire», a justifié Frédéric Dion. Une situation qui change cependant avec la nouvelle génération d’aventuriers, a observé le trentenaire.

Un intérêt pour les projets des autres qui va jusqu’à leur céder la place, comme ce fut le cas pour une traversée du Québec à ski imaginée par Dion. Devancé par le Projet Karibu l’hiver passé, Dion s’est finalement tourné vers l’Antarctique.

«C’aurait été une première en solitaire, mais eux [Jacob Racine, Marie-Andrée Fortin, Bruno-Pierre Couture et Sébastien Dugas] sont arrivés avec ça…» résume l’aventurier, sans laisser paraître la moindre trace de regret ou de déception.

«Ils ont fait quelque chose d’extraordinaire», s’enthousiasme d’ailleurs Dion, qui a été un fier supporteur des Karibu l’hiver dernier. Il regrette que l’effort colossal du groupe n’ait pas été davantage remarqué. «Ç’aurait dû être une visibilité au niveau mondial ce qu’ils ont fait!»

Une communauté d’aventuriers qui profite notamment des médias sociaux pour interagir et s’encourager.

Pour Dion, l’information doit circuler. L’expérience des uns doit servir aux autres. «Je crois au mentorat.»

Conditions météo, survie en milieu naturel, obstacles à affronter, compétences techniques… Dion n’hésite pas à consulter les meilleurs spécialistes et passionnés quand il veut aller au fond des choses sur un sujet donné.

Des échanges continus qui se bonifient d’ailleurs au fil des aventures des uns et des autres.

C’est ainsi que Dion a pu conseiller la rameuse océanique Mylène Paquette avant sa traversée de l’Atlantique. À son retour, c’est elle qui a pu partager avec Dion son expertise, après le long séjour solo en mer. La boucle était bouclée!

Maintenant, on devine à peine l’expertise glaciale que Dion saura gagner durant son plus grand défi à ce jour…

Bonne chance Fred!

Pour ne rien manquer de ce qui est baptisé Antarctique Solo: Fredericdion.com, Facebook ou Twitter.

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






Vendredi 3 octobre 2014 | Mise en ligne à 21h04 | Commenter Commentaires (3)

Des plongeuses s’attaquent au passage du Nord-Ouest

Question de faire la preuve du réchauffement climatique, un groupe de plongeuses a décidé cet été d’amorcer les préparatifs en vue de la traversée du passage du Nord-Ouest à la nage, avec palmes et tubas.

Protégées par une combinaison étanche et armées de palmes et d'un tuba, les plongeuses de l'expédition Sedna Epic pourront progresser à travers les glaces de l'Arctique canadien aidées par un propulseur électrique. Photo Facebook.com/sednaepic

Protégées par une combinaison étanche et armées de palmes et d'un tuba, les plongeuses de l'expédition Sedna Epic pourront progresser à travers les glaces de l'Arctique canadien aidées par un propulseur électrique. Photo Facebook.com/sednaepic

Armées de combinaisons étanches et aidées par des propulseurs électriques, les 10 sportives prévoient compléter à relais leur périple en 100 jours dans l’Arctique, le temps de faire 3000 km entre Pond Inlet et Inuvik.

Le périple est prévu pour l’été 2016.

Un bateau capable d’affronter les glaces servira de refuge flottant aux exploratrices, tandis que deux «Zodiac» permettront les déplacements dans les coins moins accessibles.

En juillet dernier, le groupe a complété de façon concluante une nage d’essai de deux semaines à travers la banquise disloquée, dans le détroit de Davis, entre la Terre de Baffin et le Groenland.

Conclusion? C’est aussi froid que l’on peut l’imaginer — l’eau est à -2 ºC — et ce serait un vrai sport de contact que de nager à travers les blocs de glace. Mais le voyage est réalisable!

Menée par l’Albertaine Susan R. Eaton, une géologue, géophysicienne et journaliste, l’expédition compte sur un noyau de femmes fortes et allumées. Sportives, exploratrices et scientifiques combinent leurs talents et connaissances pour ce voyage hors de l’ordinaire au pays de l’ours polaire.

En documentant de la sorte pour la première fois les eaux de l’Arctique, les femmes espèrent conscientiser la population à la nécessité de protéger l’environnement du Grand Nord, tout en mettant de l’avant les impacts bien réels du réchauffement climatique dans ce milieu particulièrement fragile.

Pour ne rien manquer de ce qui a été baptisé The 2014-2016 Sedna Epic Expedition, c’est ici.

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






Mardi 30 septembre 2014 | Mise en ligne à 18h44 | Commenter Commentaires (2)

Le skieur JP Auclair décédé dans une avalanche en Patagonie

JP Auclair mène ses amis suédois Bjarne Salén et Daniel Rönnbäck durant une sortie d'entraînement en vue de leur aventure en Patagonie baptisée #apogeeskiing. Photo tirée du fil Instagram d'Andreas Fransson

JP Auclair mène ses amis suédois Bjarne Salén et Daniel Rönnbäck durant une sortie d'entraînement sur un sommet en Norvège, en vue de leur aventure en Patagonie baptisée #apogeeskiing. Photo tirée du fil Instagram d'Andreas Fransson

Bien triste nouvelle qui arrive de l’autre bout du monde ce mardi, alors que des informations en provenance du Chili indiquent que les skieurs d’aventure JP Auclair et Andreas Fransson sont décédés dans une avalanche dans une région éloignée de la Patagonie.

Le Québécois et le Suédois comptaient parmi les skieurs les plus talentueux et créatifs de leur génération.

Selon des journaux locaux cités par le site spécialisé Skipass, Auclair et Fransson étaient portés disparus depuis lundi après-midi. Ils auraient été emportés durant l’ascension du mont San Lorenzo, un sommet de 3706 mètres à la frontière du Chili et de l’Argentine.

La tragédie seraient survenue dans une région reculée, apparemment à plus de 18h de la ville la plus proche. C’est cela qui expliquerait que les nouvelles de la tragédie soient arrivées au compte-goutte et sur le tard, après une alerte par téléphone satellite.

L’avalanche aurait entraîné les skieurs sur 700 mètres.

JP Auclair (au centre) était à l'entraînement récemment du côté de la Norvège en compagnie de Bjarne Salén et de Daniel Rönnbäck. Photo tirée du fil Instagram d'Andreas Fransson

JP Auclair (au centre) était à l'entraînement récemment du côté de la Norvège en compagnie de Bjarne Salén et de Daniel Rönnbäck. Photo tirée du fil Instagram d'Andreas Fransson

Les deux amis était là-bas pour un projet de film en compagnie des skieurs suédois Bjarne Salén et Daniel Rönnbäck.

Salén et Rönnbäck, respectivement un cinéaste et un photographe, ont été épargnés dans l’accident.

Sous le mot-clic #apogeeskiing, le quatuor partageait sur les médias sociaux l’aventure de deux semaines dans les Andes, de même que les préparatifs.

Les dernières publications datent d’il y a quatre jours, au moment où les aventuriers s’apprêtaient à partir en montagne dans l’arrière-pays.

Auclair, 37 ans, un natif de Cap-Rouge, était considéré par plusieurs comme l’un des pères du freeski, ou si vous préférez, le ski libre. Il était notamment le cofondateur de la populaire marque de skis Armada.

L’automne dernier, Auclair avait reçu l’immense honneur de faire partie de la prestigieuse liste du National Geographic comme Aventurier de l’année.

Le skieur et guide en montagne suédois Andreas Fransson. Photo tirée du fil Instagram d'Andreas Fransson

Le skieur et guide en montagne suédois Andreas Fransson. Photo tirée du fil Instagram d'Andreas Fransson

Quant à Fransson, il s’était fait une renommée internationale en défiant les pentes les plus insensées de la planète.

À quel point? Disons qu’il avait dépassé la frontière entre ce qui se descend en ski et ce qui se grimpe…

Il faut visionner le court film Reaching my Limit – Episode 2, tourné en Patagonie par Salén, pour constater le courage et le talent de Fransson dans la zone verticale extrême.

Tandis que Fransson, 31 ans, était reconnu comme skieur-alpiniste d’expérience, Auclair s’était tourné plus récemment vers cette spécialité de son sport. Depuis quelques saisons, il faisait son apprentissage, notamment avec Fransson.

Dans une vidéo sur la chaîne YouTube du fabricant Haglöfs, Auclair et Fransson parlaient justement de leur passion pour le ski en montagne et de leur collaboration, tandis que le Québécois faisait ses classes avec le Suédois.

Tous les deux précisaient l’importance d’être prudents en montagne.

Ils n’ont malheureusement pas eu de chance.

Nos plus sincères condoléances aux proches et aux nombreux amis des deux disparus.

Souvenir de JP dans le populaire segment du film All.I.Can, présentant le Québécois dans toute sa splendeur…

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    D L Ma Me J V S
    « sept    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité