Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Aventure extrême’

Mercredi 23 avril 2014 | Mise en ligne à 16h58 | Commenter Commentaires (5)

Tragédie à l’Everest: la réalité des Sherpas

Pour ceux qui s’intéressent aux suites de la récente tragédie à l’Everest où 16 Sherpas ont perdu la vie, un texte de Mark Jenkins de National Geographic est à lire.

Il revient notamment sur la pétition de 13 demandes lancée par un groupe de Sherpas, qui menacent de faire la grève et du coup mettre en péril la saison d’alpinisme sur le toit du monde, qui avait à peine commencé.

Mais qui leur en voudrait?

Les travailleurs népalais souhaitent notamment une meilleure couverture en cas de décès et des dédommagements pour leur famille. Le gouvernement aurait déjà accepté d’améliorer les assurances des Sherpas en action sur la montagne, de même que de payer l’éducation des enfants des montagnards décédés.

Pendant ce temps, les responsables des entreprises commerciales qui guident à l’Everest ont pour la plupart mis fin, ou prévoient mettre fin, à leurs tentatives pour cette année. Jenkins donne l’exemple de Alpine Ascents International, qui a perdu cinq membres de son équipe dans la tragédie et qui plie bagages.

L’affaire est qu’une fois les grandes entreprises parties, il ne devrait pas rester assez de Sherpas sur place pour préparer la voie sur la montagne dans le but d’une quelconque tentative d’ascension commerciale sur le toit du monde.

D’après le récit de Jenkins, les occidentaux sont prêts à se plier à la décision des Sherpas, quelle qu’elle soit. La date ultime pour qu’il y ait une entente entre les Sherpas et le gouvernement népalais est fixée au 28 avril.

D’ailleurs, parmi les 25 signataires de la pétition, on compterait des guides de renom, dont Dave Hahn, de Rainier Mountaineering. L’Américain détient le record pour le nombre d’ascension de l’Everest pour un non-Sherpa, avec 15 sommets.

La situation des Sherpas et leurs revendications met également en lumière la pénible bureaucratie et la corruption qui écrasent leur travail au Népal.

Collaborateur de National Geographic et trois fois summiter, l’Américain Conrad Anker croit même que des quelques 3 millions $ amassés en permis par année, «moins de 1% doit retourner à la montagne».

Enfin, Jenkins revient sur le salaire — suffisant ou non — versé aux Sherpas pour les grands risques qu’ils doivent prendre.

Pour deux à trois mois sur la montagne, un Sherpa toucherait en moyenne 5000$. En comparaison, un guide occidentaux peut faire entre 50 0000$ et 100 000$.

Le journaliste appelle cependant à la prudence avant de sauter trop vite aux conclusions et de croire qu’il y a nécessairement abus.

Il précise qu’un Sherpa à l’Everest gagne environ cinq fois le salaire moyen au Népal, ce qui fait que toutes proportions gardées, il se retrouve chez lui avec un pouvoir d’achat comparable à un collègue occidental.

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Vendredi 18 avril 2014 | Mise en ligne à 12h54 | Commenter Commentaires (4)

(Autre) tragédie à l’Everest

De nos jours, achalandage et voyages commerciaux obligent, on en finit presque par oublier les dangers que représente l’ascension de l’Everest (8848 m).

Ce matin, la nature a fait un rappel brutal des risques de s’attaquer au toit du monde. Une avalanche qui a balayé le glacier Khumbu à environ 5800 mètres a fait au moins 13 morts, tous des travailleurs sherpas.

De l’histoire de l’Everest, c’est le plus grand nombre de décès en un seul événement.

Des grimpeurs ont également été blessés et d’autres sont portés disparus. Le nombre précis reste encore à déterminer. Des alpinistes, une centaine, auraient par ailleurs été coincés au-dessus de la zone d’avalanche.

À travers le monde, les médias généralistes comme spécialisés rapportent les détails de la tragédie, qui souligne à grands traits les dangers énormes du travail des Sherpas sur la montagne.

Évidemment, alpinistes et spécialistes de la montagne ont partagé leurs impressions et informations sur le Web.

Petit tour d’horizon…

Sur Facebook, Conrad Anker a réagi à la mort de son collègue et ami Ang Kaji Sherpa. L’Américain, qui a foulé le sommet de l’Everest à plus d’une occasion (1999, 2007 et 2012), a rappelé les dangers qui guettent les travailleurs népalais, eux qui préparent la route pour les clients commerciaux.

L’escalade dans l’Himalaya est un sport dangereux et aucun groupe ne porte un plus grand fardeau que les Sherpas népalais. Pour approvisionner les camps en altitude avec de la nourriture, du carburant et de l’oxygène, les Sherpas vont faire de multiples transports à travers le glacier Khumbu. [...] Les Sherpas y feront quatre fois plus de voyages que leurs clients, s’exposant bien plus aux dangers de celui-ci.

Anker a également partagé une vidéo (ci-dessous) en hommage à son ami disparu.

Summiter en 2011 et observateur averti de l’action qui se déroule sur l’Everest, l’Américain Alan Arnette présente un suivi quasiment en direct de ce qui s’y passe depuis plusieurs années.

Arnette explique que la zone crevassée à proximité des camps 1 et 2 rend les sauvetages encore plus difficiles. L’accident serait survenu sous le camp 1.

Il souligne également que les groupes sur la montagne portent rarement des détecteurs de victimes d’avalanches. S’il est trop tard pour les disparus, la tragédie pourrait peut-être changer les façons de faire dans l’avenir, précise-t-il.

Arnette émet également l’hypothèse que ce serait un préoccupant sérac sur l’épaule ouest de l’Everest qui serait le responsable de la tragédie. La masse de neige et de glace en suspens qui se formait à cet endroit inquiétait déjà depuis quelques saisons les alpinistes.

Enfin, autre lecture à faire, le résumé de Steve Casimiro, du blogue Adventure Journal.

Casimiro rapporte notamment le récit d’un grimpeur australien, Gavin Turner. Ce dernier escaladait l’Everest pour la première fois.

Je grimpais à travers la cascade de glace ce matin vers 6h quand une très grosse avalanche a frappé quelques centaines de mètres au-dessus de nous. J’étais avec mon incroyable Sherpa, Phu Tsering. Nous avons observé l’énorme nuage de neige de l’avalanche s’approcher de nous et nous étions tous les deux couverts par la poudrerie. Après un moment d’inquiétude, nous savions que nous étions en sécurité et essentiellement hors de la zone de danger. Phu Tsering s’est mis à réciter des prières bouddhistes et a fait une offrande à la montagne…

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






Mercredi 16 avril 2014 | Mise en ligne à 16h15 | Commenter Aucun commentaire

Record pour un saut de chute en canot ouvert (vidéo)

Pendant que la surveillance des rivières en crue est devenue un sport national à travers la province, je vous propose un petit intermède nautique, question de penser à autre chose un instant.

Mais dans l’histoire du canoteur Jim Coffey, le niveau de la rivière a là-aussi son importance.

Et pour cause, le résidant de Davidson, au Québec, a complété en novembre dernier le plus haut saut de chute en canot ouvert, sur la rivière Alseseca, au Mexique.

Le saut de 18 mètres a évidemment été filmé et la vidéo (ci-dessus) vient d’être mise en ligne.

Preuve du sérieux de l’affaire, l’ancien record (17 m) détenu par l’Américain Steve Frazier tenait depuis… 20 ans (1994)!

Coffey, qui est le fondateur et le directeur de l’entreprise de rafting Esprit, sur la rivière des Outaouais, pensait à ce record depuis quatre ans, a-t-il indiqué à Canoe & Kayak.

Au-delà du courage — ou de la folie! — qu’il faut pour tenter pareil exploit, il faut être réellement déterminé pour s’attaquer à la casade Truchas.

C’est que pour y accéder, après une marche d’approche d’environ un kilomètre, les pagayeurs doivent faire un rappel dans un canyon pour rejoindre la rivière.

Au moment de se jeter dans la partie verticale de la chute, Coffey devait aussi avoir l’angle parfait pour minimiser les risques. Sur ses genoux dans son bateau, le canoteur de l’extrême risquait de sérieuses blessures à la colonne vertébrale à la moindre erreur. Il devait absolument éviter d’atterrir à plat.

Les angles de vue à bord du canot donnent un aperçu vertigineux de ce qui a finalement été parfaitement exécuté.

Dans le bassin au pied de la chute, à sa deuxième tentative d’esquimautage, Jim Coffey a redressé son embarcation pour réaliser son rêve et établir la nouvelle marque.

À noter, un autre élément québécois à ce record, le canot utilisé par Coffey est un Esquif L’Edge Lite, un bateau conçu à Frampton, dans la région de Chaudière-Appalaches.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2012
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité