Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Aventure douce’

Vendredi 21 mars 2014 | Mise en ligne à 11h15 | Commenter Aucun commentaire

L’ultime vélo taillé pour la montagne

Le vélo AluBOOYAH fera rêver les aventuriers qui rêvent de pédaler en direction de leurs prochaines aventures en montagne. — Photo booBicycles.com

Le vélo AluBOOYAH fera rêver les aventuriers qui rêvent de pédaler en direction de leurs prochaines aventures en montagne. — Photo booBicycles.com

Il y a des vélos de montagne, puis il y a un vélo taillé POUR la montagne.

Question de pouvoir simplifier l’approche d’une voie de glace en particulier au Colorado, l’équipe de boo Bicycles a eu l’idée de créer l’ultime machine pour la mission.

Au lieu de marcher ou encore de devoir skier — ou d’emprunter une motoneige — sur le chemin enneigé qui menait à la montagne, l’inventeur du modèle AluBOOYAH s’est imaginé qu’il pouvait rouler vers sa prochaine aventure verticale. Une fois la section de neige profonde atteinte, il n’aurait qu’à se rendre à la base de la cascade de glace en skis.

Au Québec, ce «triathlon» pourrait être à considérer. Car ici, il n’est pas rare pour les grimpeurs de devoir se taper de longues approches qui passent par des sentiers (non fédérés!) de motoneige ou d’autres chemins forestiers.

«C’est ce que ce vélo représente: la capacité à repousser les limites de l’accessibilité au plein air grâce à la propulsion humaine», résume d’ailleurs Jacob Lapenna, sur le blogue du fabricant de vélos.

Pour la réalisation du AluBOOYAH, boo Bicycles a fait appel à certains des meilleurs fabricants d’équipements de plein air. Six mois ont été nécessaire pour compléter le travail.

La Sportiva a fourni l’équipement de ski d’aventure — dont les bottes Spectre servent dans ce cas-ci autant à l’escalade qu’au ski —, tandis que Petzl s’occupe du matériel de grimpe.

Skis, crampons, cordes, piolets, vis à glaces… Les équipements trouvent tous une place sur le vélo grâce aux supports spécialement adaptés. Si la demande est assez forte pour le support à skis, boo Bicycles envisage d’ailleurs de vendre les supports sur son site Web l’an prochain.

Quant au vélo lui-même, il s’agit d’un «fatbike» monté en Shimano XTR. Et comme c’est toujours le cas chez boo Bicycles, le cadre est principalement fait… de bambou!

Visiblement un prototype qui fera rêver et connaître la marque davantage. Le vélo n’a pas de prix de vente annoncé.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 10 mars 2014 | Mise en ligne à 14h45 | Commenter Un commentaire

White Lips: des filles en mission à Murdochville

D’une idée pour faire connaître davantage Murdochville et ses environs comme destination récréotouristique, un événement unique dédié aux filles est né au coeur des montagnes gaspésiennes cet hiver.

Derrière cette initiative baptisée White Lips, Nikola Falardeau-Drouin a eu l’idée d’utiliser les sports de glisse pour faire découvrir le dynamisme retrouvé de l’ancienne ville minière.

Rapidement, Maryse Paquette, ambassadrice Oakley Active, et Éloïse Bourdon, copropriétaire de l’Auberge Chic-Chac (voir d’ailleurs la toute nouvelle vidéo tournée en montagne pour l’établissement), ont embarqué dans l’aventure.

Question de sortir du cadre habituel, le Montréalais — qui est tombé en amour avec les montagnes de la Gaspésie il y a 5-6 ans — s’était mis en tête de rassembler quelques filles pour un trois jours de ski et de planche à neige en hors-piste.

Les sportives devenaient du coup des représentantes de choix, dont les images allaient servir de cartes postales pour la municipalité et les environs.

«Un trip de filles, par et pour les filles», raconte Nikola, l’un des rares gars qui étaient de l’aventure qui s’est tenue du 16 au 19 janvier dernier.

Finalement, sans réellement en faire la promotion autrement que par Facebook, Nikola et ses collaboratrices se sont retrouvés avec 20 participantes motivées.

Comme on peut le constater dans la vidéo (ci-dessus) qui résume l’événement, les filles ont eu bien du plaisir entre elles. Ski, télémark et planche à neige étaient au menu, mais aussi des ateliers sur la sécurité en avalanches, du yoga, une conférence sur la nutrition…

Devant l’intérêt des participantes et des nombreux partenaires commerciaux (Murdochville, Oakley Active, Alternative, Roxy, David’s Tea, Powski, Rickards et Belsoy) qui ont embarqué immédiatement, Nikola Falardeau-Drouin se retrouve maintenant avec un beau problème. «Je vais être obligé de le refaire!» rigole celui qui est spécialiste en marketing et stratégie Web quand il n’est pas sur les pentes.

Il n’y a encore rien de confirmé, mais le passionné de sports d’aventures pense déjà à la meilleure période pour tenir l’événement 2015, de même qu’aux moyens de pouvoir augmenter le nombre de participantes.

Ça s’annonce bien. Des commanditaires seraient déjà intéressés. «À 99%, on devrait le refaire», assure Nikola.

Alors mesdames, c’est à suivre!

Et messieurs… soyez jaloux!

Un commentaire  |  Commenter cet article






Depuis neuf ans maintenant, le prestigieux magazine National Geographic établit une courte liste des Aventuriers de l’année. Un groupe sélect d’hommes et de femmes qui se distinguent et qui méritent d’être mis en lumière pour leurs accomplissements sportifs, mais aussi pour leur esprit d’exploration et d’innovation dans leur façon de se dépasser.

Dans la cuvée 2014 pour laquelle il est actuellement possible de voter, se trouve le skieur québécois JP Auclair.

Depuis l’apparition en 2006 des Adventurers of the year Awards, c’est la toute première fois qu’un Québécois se retrouve candidat.

Une liste relevée encore une fois cette année. Auclair est ainsi en compagnie, notamment, du grimpeur de réputation internationale Adam Ondra — l’un des meilleurs au monde —, de la nageuse de longue distance Diana Nyad — Cuba à la Floride… ça vous dit? —, du coureur et montagnard Kilian Jornet — il multiplie les records de vitesse en montagne — et du planchiste Kevin Pearce — il battait Shaun White avant un grave accident à moins de 50 jours des JO de Vancouver.

Et la liste continue…

Évidemment, le vote populaire — une voix par jour jusqu’à la fin janvier — servira à déterminer l’aventuriers des aventuriers tel que perçu par le public. Un honneur qui a déjà été attribué aux plus grands noms: du parachutiste de la stratosphère Felix Baumgartner (2013) à l’alpiniste Ed Viesturs (2006).

Mais simplement faire la liste est un immense honneur en soi.

Dans le cas de JP Auclair, un natif de Sainte-Foy, c’est notamment son influence sur l’univers du ski libre qui est saluée. Un impact qui dure depuis 15 ans pour l’athlète de 36 ans et qui se poursuit de belle façon ces dernières saisons, en particulier avec de mémorables prestations urbaines dans les deux plus récents films de ski de Sherpas Cinema.

La séquence d’Auclair dans All.I.Can a connu un immense succès sur le Web. Encore aujourd’hui, impossible de rester indifférent devant cet extrait ultracréatif tourné dans les rues de Trail, de Rossland et de Nelson, en Colombie-Britannique.

Quant à la toute dernière envolée à l’écran du Québécois pour Into the Mind, tournée de nuit à travers Calgary et à peine sortie sur le Web il y a quelques jours, c’est un succès semblable que l’on peut prédire.

C’est à voir.

Après avoir voté évidemment!

_____________________

Il y a JP Auclair cette année, mais il ne faudrait pas se surprendre si une autre personne du Québec faisait la prochaine liste du National Geographic.

En attendant l’éventuelle sortie des noms des Aventuriers de l’année pour 2015, je me permets une prévision: Mylène Paquette.

La rameuse transatlantique ferait une bonne candidate, non?

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    D L Ma Me J V S
    « mar    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité