Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘Aventure douce’

Voici un outil qui risque de vous plaire.

Question de faciliter les sorties en plein air, le blogueur Hartley Brody a confectionné un outil informatisé qui dresse la liste du matériel à emporter dans vos sorties en plein air.

La solution parfaite — en anglais seulement, mais gratuite — pour ceux qui ne veulent rien oublier.

Photo Jean-Sébastien Massicotte

Photo Jean-Sébastien Massicotte

Dédié à la randonnée, l’outil sert de base pour les autres activités. Sa simplicité la rend néanmoins fort pratique dans toutes les circonstances.

Il suffit d’y entrer la date de départ, celle d’arrivée, le nombre de participants, le lieux — qui donne une indication de la météo à prévoir — et la distance quotidienne anticipée, et le générateur de liste d’équipements se met en action.

Résultat, une liste à cocher pour presque tout le nécessaire, avec au besoin des suggestions.

On peut même ensuite la partager sur Facebook.

La liste ne tient pas compte cependant de la nourriture à emporter ou encore des vêtements personnels.

Idem pour les sorties autres que la randonnée pédestre, comme pour les aventures en ski, où il faudra dresser une liste parallèle avec les équipements spécialisés.

Reste que l’outil est un bon point de départ et vaut la peine qu’on y jette un coup d’oeil avant de partir.


Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 6 avril 2016 | Mise en ligne à 15h50 | Commenter Aucun commentaire

Bourse Osez l’aventure!: le choix s’annonce difficile

Frédéric Dion. Photo Jean-Sébastien Massicotte

Frédéric Dion. Photo Jean-Sébastien Massicotte

On ne pourra pas dire que les aventuriers québécois manquent d’idées.

Plus tôt cette semaine, l’aventurier et conférencier Frédéric Dion a dévoilé les sept finalistes de la bourse Osez l’aventure! qui sera remise pour la première fois le 18 avril prochain.

Un projet d’expédition d’envergure sera alors choisi par le jury et mettra la main sur une bourse de 5000$ en argent et 5000$ d’équipements Mountain Hardwear.

Dion en rigole, mais il ne sait pas encore comment les trois membres du jury — Dion lui-même, Stéphane Corbeil, éditeur du magazine Espaces et Frédéric Simard, représentant Mountain Hardwear — arriveront à un consensus.

«Ça ne sera pas facile!»

Dion a d’ailleurs été surpris par l’intérêt suscité par la bourse.

Pour cette première année, pas moins de 81 projets ont été soumis au jury.

«Je m’attendais à en avoir 40!»

Plus marquant encore, est la diversité des expéditions d’aventure présentées.

Dion insiste que des choix déchirants ont dû être faits et que de bons projets ont été écartés à regret.

D’un top 3 espéré au départ par le jury, le processus est passé d’un top 5… à un top 7, raconte Dion.

«On avait des top 3 totalement différents… C’est là qu’on réalise que ce n’est pas tout le monde qui a le même point de vue!»

Dans ce qui a été retenu pour la grande finale, il y a du vélo, de la rando, de la course, de la nage océanique, de l’alpinisme, du ski en contrée polaire, du canot… Bref, il y en a pour tous les goûts.

Les sept projets qui restent en lice sont:

-Normand Piché, qui souhaite relier cinq continents à la nage;

-Pierre Pépin et Jennifer Gosselin, qui ont entamé la deuxième portion de leur grande boucle de 14 000 km en canot à travers l’Amérique du Nord;

-Amélie Gagné, qui s’attaque à une tournée de 8000 km en vélo à travers la Scandinavie;

-Bruno-Pierre Couture et Jacob Racine, qui envisagent de faire le Raid des sommets, soit l’ascension des plus hautes montagnes des provinces canadiennes;

-Hélène Dumais, compte quant à elle traverser la crête de Ko’olaus à Hawaï, quatre jour de randonnée exposée en solitaire et en autonomie;

-Joëlle Boutin et Maryse Cléro-Nobrega, qui prépare un séjour au Sri Lanka à moto, en trek et en course;

-Sébastien Lapierre, qui entreprendra à l’hiver prochain un périple 1130 km à ski, en autonomie et en solitaire, en direction du Pôle Sud.

La fin du suspense est dans moins de deux semaines!

Il est à noter que la bourse sera de nouveau offerte en 2017, a confirmé Frédéric Dion.


Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Samedi 2 avril 2016 | Mise en ligne à 12h58 | Commenter Commentaires (5)

La renaissance du hamac

Il n’y a pas à dire, le hamac reprend vie.

Du classique modèle artisanal que l’on ramenait autrefois d’un voyage au Mexique, l’accessoire pour la farniente a fait pas mal de chemin ces dernières années.

Confort au campement! — Photo Jean-Sébastien Massicotte

Confort au campement! — Photo Jean-Sébastien Massicotte

Et c’est tant mieux pour les amateurs de plein air, qui semblent apprécier cette façon de faire la sieste suspendu.

Selon des statistiques américaines, la vente de hamacs aurait augmenté de 50% depuis trois ans.

Une tendance qui serait en accélération.

Bien conscients de l’intérêt grandissant, les manufacturiers multiplient donc les modèles et options.

Suffit de jeter un coup d’oeil sur les médias sociaux notamment pour réaliser l’attrait suscité par le phénomène.

Exit les hamacs lourds, encombrants et difficiles à installer. Désormais, ils sont en matériaux techniques et efficaces.

Des versions conçues pour affronter le froid sont notamment développées et certains ensembles, avec toit et moustiquaire, permettent de camper sans tente.

La demande pour les supports autonomes est également en croissance, certains combinant même trois hamacs dans un ensemble triangulaire. Sympa!

Puis, il y a des produits comme ceux de Tentsile, qui repoussent le concept de maison dans les arbres avec des «tentes» suspendues (vidéo ci-dessus).

Bref, le hamac se réinvente et on serait bête d’y résister!


Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2016
    D L Ma Me J V S
    « mar    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives