Jean-Sébastien Massicotte

Archive de la catégorie ‘À la montagne’

Vendredi 29 août 2014 | Mise en ligne à 22h01 | Commenter Commentaires (2)

Les casques MIPS font tourner les têtes

On n’arrêtera jamais le progrès. Surtout quand il est question de sécurité.

Technologie qui prend de plus en plus d’élan, le Système de protection contre les impacts multidirectionnels (MIPS) débarque maintenant chez les géants des casques sportifs, Giro et Bell.

Après notamment POC, Smith et Lazer, voici que l’élément de sécurité nouveau genre gagne sérieusement du terrain.

Il faut dire que le MIPS a fait ses preuves, avec près de 20 ans d’études et de recherches.

Développé en Suède par des scientifiques du centre hospitalier Karolinska Hospital et du Royal Institute of Technology de Stockholm, le MIPS est une technologie par laquelle la surface intérieure du casque bouge indépendamment de la coquille extérieure.

Le raisonnement est qu’en cas d’impact, les forces rotationnelles seront mieux dissipées grâce au mouvement possible de 10 à 15 mm.

Illustration de l'intégration du MIPS à l'intérieur d'un casque de vélo Giro.

Illustration de l'intégration du MIPS à l'intérieur d'un casque de vélo Giro.

La «doublure» interne est fixée à la structure de mousse rigide du casque grâce à des attaches en élastomère qui s’étirent. Entre les deux, une surface qui offre peu de friction permet le glissement dans toutes les directions.

L’idée derrière le MIPS est d’imiter la protection naturelle du cerveau dans la boîte cranienne, qui «flotte» sous l’os dans une mince couche de liquide.

La sécurité offerte par l’ajout du MIPS est suffisamment intéressante pour que les compagnies intègrent de plus en plus la technologie à leurs casques.

Giro vient notamment d’annoncer l’ajout de cinq modèles avec la doublure MIPS à sa gamme pour le vélo. Les acheteurs auront le choix, pour quelques dizaines de dollars de plus, entre une version régulière ou avec le MIPS.

Alors que la saison des sports de glisse approche tranquillement, les skieurs qui cherchent un maximum de sécurité ne sont pas en reste.

Ils peuvent en effet bénéficier de l’avancée technologique du MIPS eux-aussi. Un exemple est le POC Fornix Backcountry MIPS, déjà sur le marché.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Jeudi 14 août 2014 | Mise en ligne à 15h21 | Commenter Un commentaire

Grimpez la face nord de l’Eiger comme si vous y étiez

On aura bon dire que la technologie nous rend paresseux et qu’elle réduit notre activité physique plus souvent qu’autrement, elle a tout de même de bons côtés.

Dernier développement qui vaut le détour, cette possibilité de gravir la redoutable face nord de l’Eiger (3970 m), dans les Alpes, grâce à une ascension interactive imaginée par le fabricant suisse d’équipements Mammut.

projet360

Un peu à la Google Streetwiew, Mammut nous amène sur la voie Heckmair pour un voyage vertical à couper le souffle.

On peut explorer l’image sur 360º et avancer à l’aide de flèches de navigation. Un topo de la voie sur la droite permet de savoir où l’on se trouve durant notre ascension.

Au besoin, il est possible de sauter des portions de l’itinéraire pour se retrouver plus vite vers le sommet.

Le Bivouac de la mort vous intrigue? Allez découvrir à 3300 mètres d’altitude ce spectaculaire — et minuscule — perchoir à la terrible réputation.

En complément aux photos, des vidéos sur les différentes sections ajoutent à l’expérience de ce qui a été baptisé Mammut #Project360.

Pour arriver à pareille expérience, le fabricant d’équipements de plein air et d’escalade a utilisé des membres de son équipe d’élite, comme les grimpeurs Dani Arnold et Stefan Siegrist.

Ceux-ci avaient la tâche de grimper, bien sûr, mais ils devaient surtout garder un oeil attentif aux caméras GoPro qu’ils portaient au dos sur une perche spéciale.

À l’aide du mode intervallomètre, les petites caméras photographiaient automatiquement dans tous les axes grâce à un boîtier spécial.

Le résultat est plus qu’impressionnant et vous permettra de gravir l’Eiger en tout confort, sans risquer un orteil ou deux.

Bonne ascension!

Un commentaire  |  Commenter cet article






Vendredi 8 août 2014 | Mise en ligne à 16h57 | Commenter Commentaires (6)

À 80 km/h sur un longboard dans les Alpes

Photo tirée de Facebook.com/aeratrucks

Photo tirée de Facebook.com/aeratrucks

Certains sportifs de l’extrême sont prêts à prendre tous les risques pour repousser les limites de leur sport.

Question d’atteindre des sommets côté frissons, des planchistes adeptes de longboard ont décidé de filer à tombeau ouvert en défiant la gravité sur une route des Alpes italiennes.

Résultat? Je ne vous donne pas tous les détails — à vous d’admirer les maîtres à l’oeuvre dans cette vidéo —, mais disons simplement que lorsque des amateurs de planche à roulettes dépassent comme des fusées des cyclistes en descente… c’est que ça va vite.

Très vite même…

Malgré l’expertise certaine des deux planchistes professionnels, Byron Essert et Alex Tongue, on devine aisément qu’ils ont pris pas mal de risques pour cette poussée d’adrénaline dans les Alpes.

S’ils ont su éviter la catastrophe — parfois de peu —, on peut se questionner sur les dangers que les deux Américains ont fait subir aux cyclistes croisés alors qu’ils filaient à plus de 80 km/h.

Selon l’un de leurs commanditaires, Aera Trucks, la folle poursuite aurait été filmée à l’aide d’une voiture sport, une Audi.

Justement au sujet des automobilistes autrement absents dans la descente, il faut souhaiter qu’ils ne pouvaient pas circuler sur cette route à ce moment.

Mais ça ne semble pas le cas, alors que sur la page Facebook d’Aera, on précise que la police n’a jamais eu connaissance de la présence des planchistes…

Gageons qu’ils le savent maintenant!

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité