Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Archive de la catégorie ‘À la montagne’

    L’invitation était trop belle pour passer.

    En prévision du Fat rendez-vous du Massif de Charlevoix, qui se tiendra ce samedi 18 février, le sympathique globetrotter et explorateur à vélo Pierre Bouchard voulait me faire découvrir la petite folie — et dessert — de l’événement qu’il organise avec Vélo Charlevoix: la descente de la montagne en fat bike par la piste de luge.

    Oui, c’est aussi hallucinant qu’on peut le penser!

    Et mercredi matin, alors qu’une neige duveteuse avait recouvert la piste fraîchement damée, c’était tout simplement incroyable de rouler dans ce tapis blanc poudreux.

    Malgré mon manque d’expertise derrière le guidon et tandis que j’adaptais le pilotage de ma monture aux pneus de 4,8 pouces pour contrôler la descente en dérapant efficacement, il a été possible de frôler les 60 km/h!

    Dire que je me gardais une certaine retenue!

    Pour ceux qui sont tentés par l’expérience, dès 8h samedi les inscriptions reprennent pour ceux qui ne l’auraient pas fait déjà sur le site Web de l’événement.

    Descente du Massif en fat bike — Photo Jean-Sébastien Massicotte

    Descente du Massif en fat bike — Photo Jean-Sébastien Massicotte

    Au programme, évidemment la descente de 7,5 km, en deux formats. Une version en épreuve chronométrée et l’autre pour le simple plaisir grisant de déjouer la gravité, avec un guide.

    Il y aura également une course de type cross-country à travers la montagne et un slalom en format duel.

    Pour ceux qui veulent découvrir la montagne en roulant, un circuit contemplatif de huit kilomètres sera également accessible.

    Pour tout les détails et tarifs, consultez le guide technique de l’épreuve.

    Une centaine de participants sont attendus.

    À noter, il faut déjà avoir son fat bike car il n’y aura pas de location possible sur place.

    16700388_1453890167976326_6866380672240270071_o

    Fin de semaine festive dans la Jacques-Cartier

    L’action ne manquera pas non plus du côté du Parc national de la Jacques-Cartier cette fin de semaine, alors que s’organise le Festival hors-piste et fat bike.

    Le samedi 18 et dimanche 19, les sportifs sont invités à venir découvrir le ski d’aventure et ses équipements, de même que l’univers du vélo à pneus surdimensionnés.

    Des exposants seront sur place pour vous permettre de faire des essais et répondre à vos questions.

    Des guides de l’Auberge de montagne des Chic-Chocs seront aussi sur place pour encadrer les débutants.

    À noter, l’équipe d’Avalanche Québec sera également de la partie.

    En collaboration avec Black Diamond et la SÉPAQ, elle donnera notamment un cours de sensibilisation aux avalanches pour 16 jeunes du secondaire des programmes ski-études des écoles Le Sommet et Mont Saint-Sacrement.

    Et que dire de l’après-ski (ou l’après-fat bike!), qui s’annonce des plus festifs!


    Un commentaire  |  Commenter cet article






    Lundi 19 décembre 2016 | Mise en ligne à 15h18 | Commenter Commentaires (6)

    Traverser l’hiver en surf à pagaie!

    Ils sont fous ces Allemands!

    À défaut de patienter jusqu’à la belle saison pour défier les flots en surf à pagaie, des amateurs de Munich ont plutôt décidé de ne pas ranger leur planche et de tirer profit de la neige et des pentes en Bavière pour s’amuser.

    Et force est d’admettre que ça semble assez bien fonctionner!

    Par instant, si ce n’était des vêtements d’hiver et du casque et lunettes de ski, ce serait à croire que les gars sont à surfer une vague.

    Preuve qu’après tout, même en forme gelée, la neige reste de l’eau!

    C’est certain, ne vous présentez pas à votre station de ski favorite pour faire pareil…

    Mais avec un peu de chance, il y a certainement des possibilités pour le SUP des neiges ici aussi.

    Des volontaires pour passer à l’action?


    Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






    Mardi 22 novembre 2016 | Mise en ligne à 16h27 | Commenter Aucun commentaire

    Ascension du Dawn Wall: de la magie en Californie!

    End of pitch #28 . @adam.ondra @blackdiamond #dawnwall #elcapitan #yosemite #liveclimbrepeat #blackdiamond

    Une vidéo publiée par Pavel Blažek (@pavelblazek) le 21 Nov. 2016 à 12h53 PST

    Surnommé l’«Apprenti sorcier» ou «Harry Potter» par certains, le grimpeur tchèque Adam Ondra, 23 ans, vient de réaliser un véritable tour de magie sur le big wall du El Capitan, au parc national Yosemite, en Californie.

    En effet, en seulement huit jours, l’actuel champion du monde de difficulté en escalade a complété à partir du sol l’ascension en libre (l’équipement ne sert qu’à la protection du grimpeur) du célèbre Dawn Wall (VI 5.14d), considéré comme la longue paroi la plus difficile au monde.

    En arrivant au sommet, Ondra répétait à vitesse grand V la voie complétée pour le toute première fois en libre, en janvier 2015, par Tommy Caldwell et Kevin Jorgeson. Après sept ans de travail, Caldwell avait réussi à enchaîner toutes les longueurs avec Jorgeson en une seule poussée de 19 jours.

    Faisant bon usage des médias sociaux, Caldwell et Jorgeson avaient attiré l’attention d’un large public au fil de leur séjour sur le Dawn Wall. Les médias de partout à travers le monde s’étaient emparés de l’affaire et le duo avait capturé l’imaginaire du commun des mortels.

    Jusqu’au président américain Barack Obama s’était montré impressionné par l’exploit, félicitant publiquement Caldwell et Jorgeson.

    Si certains avaient trouvé un peu arrogant que Ondra s’attaque à pareil monument, lui qui n’est pas un habitué des big walls, ils ont dû s’incliner rapidement devant le talent exceptionnel du sportif.

    Après avoir exploré une première fois la voie du Dawn Wall au début du mois, faisant au passage son apprentissage des techniques nécessaires pour évoluer sur le vertigineux mur de près de 1000 mètres de haut, il est retourné en compagnie de son partenaire Pavel Blazek. pour une tentative en libre.

    Ondra et Blazek avaient établi un campement suspendu où ils retournaient le soir venu pour prendre du repos, après les efforts de Ondra sur le mur de 32 longueurs.

    Documentant l’ascension, Blazek assurait Ondra et le suivait en se hissant sur les cordes installées à cet effet.

    Selon Ondra, quelques longueurs du Dawn Wall sont moins difficiles qu’évaluées par Caldwell et Jorgeson. Mais qu’importe, il assure que cette fascinante voie sur une partie particulièrement lisse d’El Capitan mérite sa réputation.

    S’il a réalisé l’ascension beaucoup plus rapidement, Ondra avait l’avantage de savoir que l’enchaînement de la voie était possible en libre, ce qui n’était pas le cas pour Caldwell et Jorgeson.

    Pour mieux réaliser l’ampleur de l’exploit, il est bon de jeter un coup d’oeil à cette «giga photo» réalisée par le New York Times, à l’époque de l’ascension de Caldwell et Jorgeson.

    Une véritable mer de granite! Trouvez le campement des grimpeurs maintenant…

    Et dire que Ondra envisage déjà un retour éventuel sur le Dawn Wall.

    Le prochain gros coup?

    Compléter la voie en moins d’une journée.

    Rien de moins!


    Aucun commentaire  |  Commenter cet article






    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2017
    D L Ma Me J V S
    « jan    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728  
  • Archives