Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 31 mai 2017 | Mise en ligne à 14h54 | Commenter Un commentaire

    Faire de l’escalade de bloc pour combattre la dépression

    On savait que la pratique du sport avait un effet bénéfique pour la santé mentale. Mais que l’escalade de bloc pouvait précisément combattre la dépression? Ça, c’est du nouveau.

    Eva-Maria Stelzer — Photo Université de l'Arizona

    Eva-Maria Stelzer — Photo Université de l'Arizona

    C’est du moins ce qu’avance une chercheuse en psychologie de l’Université de l’Arizona, Eva-Maria Stelzer, qui s’est intéressée à la question avec des collègues.

    Stelzer et Katharina Luttenberger, de l’Université de Erlangen-Nuremberg en Allemagne, ont ainsi suivi une centaine d’individus intégrés à un programme d’intervention.

    En Allemagne, l’escalade est utilisé depuis peu comme traitement thérapeutique.

    Séparés en deux groupes, les participants ont commencé à grimper en bloc, dans un cas immédiatement, et dans l’autre après une période d’attente.

    Tous ont fini par faire trois heures de bloc par semaine — l’escalade se fait près du sol, sans corde ni harnais — pendant huit semaines.

    Les chercheurs ont ensuite mesuré l’état dépressif des participants avec des questionnaires reconnus, notamment l’Inventaire de dépression de Beck.

    Résultat, ceux qui grimpaient ont amélioré significativement leur score et diminué leur état dépressif, comparativement à ceux qui était sur la liste d’attente.

    «L’escalade de bloc, à plusieurs niveaux, est une activité physique positive», résume Stelzer sur le site de l’Université de l’Arizona. «Il y a différentes voies selon votre niveau d’activité physique, et il y a un aspect social qui se combine avec un sentiment immédiat d’accomplissement en faisant du bloc.»

    Véritable mal de notre époque, la dépression touche une grande proportion de la population. «La dépression est une maladie sérieuse. C’est l’un des troubles mentaux les plus courants aux États-Unis et dans le monde. Même si une multitude de traitements existent, moins du tiers des gens soignent leur état», fait remarquer Stelzer.

    «J’espère que cette recherche et celles qui vont suivre auront un impact sur des vies», poursuit-elle.

    Pour Stelzer, le fait que l’escalade de bloc augmente le sentiment d’efficacité personnelle et favorise les interactions sociales explique notamment son efficacité à combattre la dépression.

    Tandis que les chercheurs partagent actuellement les résultats de leur recherche à la communauté scientifique, Stelzer et Cie croient que l’escalade pourrait devenir une arme de plus pour combattre la dépression, à utiliser seule ou en combinaison avec les autres types de traitements.

    Déprimé? Allez grimper!



    • Ca fait débloquer la maladie !!
      C’est pas fou. Quand tu fais de l’escalade, tu mets beaucoup le focus sur toi-même. Ca nous rapproche de nous alors que la dépression fait le contraire.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2017
    D L Ma Me J V S
    « avr   juin »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives