Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 25 août 2014 | Mise en ligne à 15h36 | Commenter Commentaires (4)

    Des «oreilles de chat» pour du vélo plus silencieux

    Amis cyclistes, vous connaissez les Cat-Ears?

    Le modèle Classique Elite de Cat-Ears, destiné à la course. Photo Facebook

    Le modèle Classique Elite de Cat-Ears, destiné à la course. Photo Facebook

    Fabriqué depuis 2012 au Colorado par des mordus de vélo, l’accessoire se fixe devant les oreilles, aux sangles temporales du casque, pour couper le bruit du vent durant les balades.

    Certes, le look est particulier, mais l’idée est intéressante.

    Car si vous êtes capable de passer par-dessus le port de «favoris», les Cat-Ears devraient vous assurer plus de quiétude.

    Le concept s’inspire des oreilles de chat et du poils qu’elles ont à l’intérieur. Le but est de laisser passer les sons, mais de diminuer le sifflement du vent.

    Un peu comme les silencieux en mousse ou en fausse fourrure font pour les microphones. L’autre inspiration pour les Cat-Ears.

    Plusieurs modèles sont donc produits selon les besoins des cyclistes, de la version de course à celle pour l’hiver.

    Les Cat-Ears sont confectionnés en laine polaire et se fixent en place avec du velcro.

    Le fabricant assure qu’avec l’accessoire installé, il est plus facile — et sécuritaire — d’entendre la circulation aux alentours.

    Idem pour la possibilité de pouvoir entretenir une conversation avec un partenaire d’entraînement, ou encore en course.

    Apparemment, le quart des ventes de Cat-Ears se fait à l’international, de la Russie à l’Afrique, en passant par le Japon.

    Un succès qui a même incité le couple derrière l’invention, Rick et Heidi Weissner, à utiliser leur savoir-faire pour créer des produits pour les systèmes de communication des motocyclistes.


    • (ronronnement de chat content)

    • L’idée est bonne, effectivement. Mais ces déflecteurs doivent être ajustés précisément pour être efficaces, pas juste strapés à peu près sur les sangles du casque.

      Et dès qu’on change l’angle de la tête (ou le sens du vent) ça fonctionne moins ou plus du tout.

      Des bouchons d’oreille très très poreux feraient un meilleur boulot selon moi (et coûteraient rien).

    • En fait, le contour des bouchons serait rigide (ou expansif comme un mini ressort en tube qui s’ouvre et reste bien en place dans le conduit de l’oreille) et l’intérieur serait très très poreux (coupe de vent mais pas le son, comme du matériel de housse de microphone).

      Les motocyclistes portent des casques qui recouvrent déjà les oreilles, la plupart du temps.

    • @snooze
      On commerciale le produit et on se fait des million$ ok ?

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2014
    D L Ma Me J V S
    « juil   sept »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité