Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 25 avril 2014 | Mise en ligne à 13h39 | Commenter Commentaires (4)

    Des bandits au Marathon de Boston

    La sécurité au Marathon de Boston lundi dernier avait peut-être été renforcée après l’attentat de l’an passé. Mais comme dans la plupart des marathons à travers le monde, des bandits se sont inflitrés dans la course.

    C’est un phénomène connu. Des coureurs qui ne se sont pas inscrits — pour économiser, parce qu’il n’y avait plus de place, ou encore parce qu’il n’arrivent pas à faire le temps de qualification — «volent» le parcours en se mêlant au peloton de dizaine de milliers de participants.

    Ça peut sembler anodin, mais quand il y a 36000 personnes sur un parcours qui ont payé pour les services en course, même un faible pourcentage de «bandits» peut faire des dégâts et causer des insatisfactions.

    La situation des voleurs de parcours a fait la manchette cette semaine après qu’une participante qui avait obtenu en bonne et due forme son précieux dossard pour Boston se soit aperçue que quatre autres coureurs avaient le numéro 14285.

    En effet, Kara Bonneau, 34 ans, de Durham en Caroline du Nord, a eu la surprise de découvrir des visages différents du sien quand elle a regardé les photos associées à son dossard, prises durant la course par MarathonFoto.

    Parmi les images, deux hommes et deux femmes éprouvés par l’effort portaient le 14285 sur le parcours, à la ligne d’arrivée… et même avec leur médaille de finissant!

    Bonneau ignore comment des copies de son dossard se sont retrouvées entre les mains des quatre marathoniens sans scrupule. Elle croit cependant que le fait d’avoir publié une photo de son numéro 14285 sur Instagram y est pour quelque chose. Elle tente maintenant d’identifier les faussaires grâce à Facebook.

    En entrevue avec Runner’s World, la coureuse s’est montrée inquiète que n’importe qui puisse être dans la course, sans autre forme d’identification. Elle croit qu’il aurait été facile pour les organisateurs de vérifier par lecteur numérique le dossard des participants au moment où ils allaient se placer dans leur zone de vitesse respective — les corrals —, au départ.

    Pour les organisateurs, il ne s’agit pas là d’un problème de sécurité. Le geste est connu et est fortement déconseillé par le Boston Athletic Association. On promet cependant de s’y attarder davantage dans le futur.


    • Bon maintenant on va installer des détecteurs de faux dossards

    • Ça fait dur.

    • Je souhaite qu’on démasquera ces bandits, afin de leur retirer leur médaille et de les humilier publiquement. Des trous du cul il y en a partout, mais il faut les dénoncer.

    • Il me semble qu’il y a tellement d’autres problèmes dans le monde, qui demande plus d’attentions…

      Faudrait peut-être revoir les priorités !!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    D L Ma Me J V S
    « sept    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité