Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Archive, avril 2014

    Mercredi 30 avril 2014 | Mise en ligne à 16h33 | Commenter Un commentaire

    BarkerBag: faites de la place pour Fido!

    Le designer Andy Storms adore son chien Barker. Ensemble, ils profitent du plein air et vont camper.

    Déterminé à trouver une solution pratique, confortable et sécuritaire pour garder Barker avec lui dans la tente, Andy Storms a imaginé le BarkerBag, un sac de couchage pour chien.

    Le BarkerBag est conçu pour se fixer à la plupart des sacs de couchage de type momie. Photo Kickstarter

    Le BarkerBag est conçu pour se fixer à la plupart des sacs de couchage de type momie. Photo Kickstarter

    L’idée est simple: le BarkerBag s’attache au sac de couchage du maître pour créer un espace commun où la chaleur est partagée. Il peut également s’installer entre deux sacs jumelés.

    Le sac canin est apparemment pensé pour s’adapter à la grande majorité des fermetures à glissière des sacs de type momie.

    Un collet avec boucle Fastex garde Fido dans son sac de couchage durant la nuit. Photo Kickstarter

    Un collet avec boucle Fastex garde Fido dans son sac de couchage durant la nuit. Photo Kickstarter

    Un collet spécial permet également de garder Fido dans le sac durant la nuit et de l’empêcher de se balader dans la tente.

    Évidemment, le tout est conçu pour les chiens de plus petites tailles.

    Pour lancer son invention qui plaira certainement aux nombreux aventuriers qui explorent la nature avec leur ami à quatre pattes, le designer de Seattle a décidé de faire appel au site de financement social Kickstarter.

    Avec six jours à faire à la campagne pour le BarkerBag, Storms a déjà amassé plus de 7200$ sur les 12000$ qu’il espère récolter.

    Un commentaire  |  Commenter cet article






    Lundi 28 avril 2014 | Mise en ligne à 16h27 | Commenter Un commentaire

    Une noyade… comme si vous y étiez

    La sensation est particulièrement désagréable. L’eau que l’on imagine froide, et les vagues qui s’acharnent à nous entraîner vers le fond.

    Puis, la sécurité du voilier sur lequel nous étions s’envole à la vitesse du navire hors de contrôle qui s’éloigne sans espoir qu’il revienne à notre rescousse.

    La mort n’est alors qu’une question de minutes.

    Image tirée de Sortieenmer.com

    Image tirée de Sortieenmer.com

    Heureusement, il ne s’agit que d’une campagne Web ultraréaliste du fabricant français de vêtements et d’équipements de sécurité nautiques Guy Cotten.

    Le but? Prévoir le pire pour qu’il n’arrive jamais. Avec le site interactif Sortieenmer.com, le manufacturier fait la démonstration qu’une balade nautique peut facilement devenir un cauchemar. Mieux vaut se préparer.

    Un coup de vent, une fausse manoeuvre par un ami néophyte, et c’est la baignade mortelle dans l’océan.

    Une noyade virtuelle qui est un peu trop réaliste. Dans le «jeu» en ligne, une fois tombé par-dessus bord, il faut se maintenir à la surface en «nageant» grâce aux touches du clavier d’ordinateur.

    C’est la panique. Combien de temps résisterez-vous?

    Après plus de cinq minutes à me battre virtuellement contre les flots et la fatigue, l’inconfortable sensation d’impuissance devant une situation qui est sans issue porte efficacement le message de Guy Cotten.

    Il faut revêtir son vêtement de flottaison individuel sur l’eau. En tout temps. Un point c’est tout.

    Plus de 2,6 millions d’internautes se sont «noyés» jusqu’ici à l’occasion d’une Sortie en mer. À votre tour de plonger si ce n’est déjà fait.

    Un commentaire  |  Commenter cet article






    Vendredi 25 avril 2014 | Mise en ligne à 13h39 | Commenter Commentaires (4)

    Des bandits au Marathon de Boston

    La sécurité au Marathon de Boston lundi dernier avait peut-être été renforcée après l’attentat de l’an passé. Mais comme dans la plupart des marathons à travers le monde, des bandits se sont inflitrés dans la course.

    C’est un phénomène connu. Des coureurs qui ne se sont pas inscrits — pour économiser, parce qu’il n’y avait plus de place, ou encore parce qu’il n’arrivent pas à faire le temps de qualification — «volent» le parcours en se mêlant au peloton de dizaine de milliers de participants.

    Ça peut sembler anodin, mais quand il y a 36000 personnes sur un parcours qui ont payé pour les services en course, même un faible pourcentage de «bandits» peut faire des dégâts et causer des insatisfactions.

    La situation des voleurs de parcours a fait la manchette cette semaine après qu’une participante qui avait obtenu en bonne et due forme son précieux dossard pour Boston se soit aperçue que quatre autres coureurs avaient le numéro 14285.

    En effet, Kara Bonneau, 34 ans, de Durham en Caroline du Nord, a eu la surprise de découvrir des visages différents du sien quand elle a regardé les photos associées à son dossard, prises durant la course par MarathonFoto.

    Parmi les images, deux hommes et deux femmes éprouvés par l’effort portaient le 14285 sur le parcours, à la ligne d’arrivée… et même avec leur médaille de finissant!

    Bonneau ignore comment des copies de son dossard se sont retrouvées entre les mains des quatre marathoniens sans scrupule. Elle croit cependant que le fait d’avoir publié une photo de son numéro 14285 sur Instagram y est pour quelque chose. Elle tente maintenant d’identifier les faussaires grâce à Facebook.

    En entrevue avec Runner’s World, la coureuse s’est montrée inquiète que n’importe qui puisse être dans la course, sans autre forme d’identification. Elle croit qu’il aurait été facile pour les organisateurs de vérifier par lecteur numérique le dossard des participants au moment où ils allaient se placer dans leur zone de vitesse respective — les corrals —, au départ.

    Pour les organisateurs, il ne s’agit pas là d’un problème de sécurité. Le geste est connu et est fortement déconseillé par le Boston Athletic Association. On promet cependant de s’y attarder davantage dans le futur.

    Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives