Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 19 mars 2014 | Mise en ligne à 16h12 | Commenter Commentaires (5)

    Un kayak… imprimé en 3D

    Ça fait déjà un moment que les spécialistes des nouvelles technologies nous avertissent; l’arrivée de l’imprimante 3D risque de bouleverser nos habitudes de consommation.

    Preuve ultime que ça s’en vient plus vite qu’on pense et dans tous les domaines, un ingénieur vient de «s’imprimer» en 3D ce qui serait le premier kayak pleine grandeur.

    Spécialiste de l’impression 3D, Jim Smith s’est amusé à confectionner un bateau de 16 pieds 8 pouces en ABS, qui s’apparente grosso modo à un kayak de mer standard. Le résultat est étonnant!

    Pour arriver à une pareille création, Smith a utilisé une imprimante 3D grand format de sa confection. Il faut dire que l’ingénieur travaille pour un grand fabricant dans le domaine, 3D Systems.

    Le kayak est monté en 28 sections fixées ensemble par des vis et des boulons intégrés en laiton. Un calfeutrant au silicone scelle les diverses parties ensemble.

    Poids total? Un peu plus de 64,5 livres. À cela il faudrait ajouter le poids d’un siège, des cloisons, des couvercles de caissons et de l’accastillage. Mais sinon, en comparaison à un bateau complet de confection traditionnelle, c’est à peu près l’équivalent d’un bateau de plastique.

    Selon Jim Smith, le coût en matériaux est d’environ 500 $US. Cela n’inclut pas évidemment l’impressionnante imprimante 3D utilisée. Smith a d’ailleurs dû la modifier pour pouvoir réaliser les pièces «à chaud», histoire que l’ABS ne se déforme pas ou ne craque durant l’impression.

    Détail à ne pas négliger, la patience est de mise pour quiconque veut imprimer son propre kayak. Jim Smith a en effet passé plus de 1012 heures (ou si vous préférez plus de 42 jours) à confectionner les pièces à l’aide de l’imprimante.

    Mis à part le look peu orthodoxe de l’embarcation, dont les couleurs variées mettent en évidence les différentes sections assemblées, le kayak de Smith semble tout ce qu’il y a de plus normal une fois sur l’eau.

    À voir le résultat, voilà ce qui s’appelle faire belle impression!


    • Sincèrement … bof !!! 65 livres, c’est trop pesant. Avec des vis en plus.
      Désolé, mais ça ne m’impressionne pas pantoute.

      Qu’il nous revienne lorsqu’il aura été imprimé avec de la fibre de carbone en un seul morceau avec les caissons.

    • Bof, 500$ de matériel et 42 jours de travail, nécessitant de l’électricité et une imprimante 3d coûteuse.
      En 1954 L’ONF a fait un film «Survival in the bush» On y voit un amérindien fabriquer un canot en écorce de bouleau capable de porter 3 hommes, en moins de 3 semaines. Coût des matérieaux 0$, sans électricité, ni pétrole.
      https://www.nfb.ca/film/survival_in_the_bush

    • @Glacierextraordinaire
      Excellent. Et bien mal pris, on peut surement se construire un radeau en moins de 3 jours.

    • Excellent. Une fois rodé, ça va permettre à n’importe qui de se faire imprimer les pièces d’un kayak pour la moitié du prix et seulement quelques heures d’assemblage. Mon temps est précieux, mais si seulement 10 h me permettent de sauver 700$…

    • C’est Céline Dion qui va être contente!
      http://www.youtube.com/watch?v=zkIPaxBsWy4

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité