Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Archive, mars 2014

    Il est évident que certains casse-cous n’en ont jamais assez. Après nous avoir impressionné avec ses multiples et dangereuses prouesses sur la slackline — cette discipline d’équilibre qui se déroule sur une mince sangle de nylon tendue —, l’Américain «Sketchy» Andy Lewis vient d’ajouter un record à sa fiche personnelle.

    Celui que l’on a pu voir à l’oeuvre notamment à l’occasion du spectacle de Madonna à la mi-temps du Super Bowl 2012, et vedette du documentaire Sketchy Andy, a cette fois repoussé les limites du possible avec une marche de 12 mètres entre deux montgolfières… à plus de 1200 mètres du sol!

    L’exploit est du coup un record du monde. La marche a été réalisé récemment au-dessus du désert du Nevada. Des Français du talentueux groupe Skyliners avaient également tenté, en vain, d’établir le record trois semaines auparavant.

    Sans autre sécurité qu’un parachute, «Sketchy» Andy a d’abord pratiqué la traversée à un peu moins de 200 mètres du sol avec deux ballons stabilisés par des câbles reliés au sol.

    Puis, l’acrobate et son entourage se sont envolés à 1200 m pour la tentative de record. Un faux mouvement à bord de la nacelle et c’était foutu. Personne ne devait bouger pour s’assurer de minimiser le mouvement de la sangle tendue.

    Quand on connaît le talent de Lewis et que l’on voit à quel point il doit travailler pour se stabiliser durant la marche dans le ciel, on comprend la difficulté de l’exploit.

    Et quand un gars comme Andy Lewis dit que c’est un chose dangereuse à faire… c’est que c’est du sérieux!

    La vidéo du record (ci-dessus) présente également une partie des ami(e)s extrêmes de Lewis. À les voir s’éclater de la sorte dans le ciel du Nevada, il est certain qu’on ne doit pas s’ennuyer souvent avec eux!

    Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






    Vendredi 28 mars 2014 | Mise en ligne à 12h27 | Commenter Aucun commentaire

    Le Québec, vedette de la série Skyrunning

    Popularisée notamment par la légendaire fin de semaine de courses du Marathon du Mont-Blanc (vidéo ci-dessus), la réputée série Skyrunning débarque au Canada cet été.

    Au calendrier des neuf courses en sentier présentées au pays, le Québec a une belle part de l’action avec cinq épreuves.

    Les 27, 28 et 29 juin, la série Skyrunning Canada fera ses débuts en Gaspésie, avec l’Ultra trail du mont Albert.

    Les épreuves du kilomètre vertical (un km de dénivelé positif sur cinq km), de l’Ultra Skymarathon (seul ou en équipe, 100 km avec 5200 m de dénivelé positif) et du Skyrace (22 km, 1500 de dénivelé positif) seront disputées sur les pentes du mont Albert.

    Quant au Skymarathon (42 km, 2000 m de dénivelé positif), il sera couru en passant par le sommet du mont Jacques-Cartier.

    C’est aujourd’hui que les inscriptions s’amorcent pour les courses Gaspésiennes.

    Après, l’action se déroulera du côté du Mont Sainte-Anne avec le Québec Méga Trail. Des courses de 25 km, 10 km, 6 km et 1 km (enfants) sont au programme.

    La série se poursuivra ensuite dans l’Ouest canadien. Le Trailstoke 60 km (Revelstoke, 18-20 juillet), le kilomètre vertical de North Vancouver (27 juillet), le Squamish 50 (16 août) et le Squamish 23 (17 août) compléteront le calendrier national.

    À noter, un classement pour l’ensemble des épreuves au pays sera tenu et les champions seront couronnés à la fin de la saison.

    Preuve du sérieux de l’arrivée de la série Skyrunning au Canada, c’est Adam Campbell — certainement l’un des Canadiens les plus reconnus dans l’univers de la course en sentier, ici comme à l’étranger — qui dirige la série nationale.

    Aucun commentaire  |  Commenter cet article






    Mercredi 26 mars 2014 | Mise en ligne à 18h31 | Commenter Commentaires (2)

    Un vrai sac de couchage pour toutes les saisons

    Enfin, il sera possible de considérer un sac de couchage comme un véritable modèle quatre saisons. C’est du moins la prétention de Kammok, l’équipe qui est derrière la série de sacs Thylacine.

    Le concept est simple: une enveloppe momie ajustable dans laquelle on intègre au besoin des panneaux isolants. Du coup, avec un même sac, il est possible de créer un cocon confortable de 18 ºC… à -20 ºC!

    Les cloisons sont remplies au choix de différents types d’isolants. Pour le Thylacine, Kammok offre soit des panneaux en Primaloft, un isolant synthétique courant dans l’industrie, ou encore un mélange hybride de Primaloft et de duvet hydrophobe.

    Le Thylacine compte sur l'ajout de panneaux isolants pour ajuster la chaleur du sac de couchage.

    Le Thylacine compte sur l'ajout de panneaux isolants pour ajuster la chaleur du sac de couchage.

    Les panneaux sont gardés en place à l’intérieur de l’enveloppe à l’aide d’un système d’attaches en attente de brevet, qui doit éliminer les infiltrations de froid.

    Le système CustomFit en cinq points permet par ailleurs d’ajuster le sac selon l’espace désiré, des hanches jusqu’aux pieds. Du côté des matériaux utilisés, Kammok a développé des tissus techniques imper-respirants expressément pour la réalisation du Thylacine.

    Le prix du sac varie entre 100$US (coquille ultralégère seule) et 650 $US (coquille d’expédition avec panneaux en duvet, le tout bon jusqu’à -20 ºC).

    Mais pour l’instant, ne cherchez pas le sac nouveau genre chez votre détaillant d’équipements de plein air favori. Car si Kammok produit déjà des hamacs ultralégers et d’autres accessoires, il faudra patienter encore un peu avant de mettre la main sur les premiers Thylacine de production.

    C’est que le fabricant basé au Texas a utilisé le site de financement social Kickstarter pour lancer l’aventure du nouveau sac. La réponse ne s’est pas fait attendre.

    Une somme de 60 000$ était désirée pour mener à terme le projet. C’est finalement près du double qui a été amassé.

    Le financement a été complété pas plus tard que le 4 février dernier. La production doit maintenant s’amorcer.

    Pour info: kammok.com

    Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2014
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives